Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/12/2016

Exit Sarko, exit François ! Et une piqûre de rappel pour Mélenchon, Macron, Montebourg, Fion (pardon Fillon) et consort.

la république nichons au vents.jpg

 

Les diverses « droites », de Fillon à Le Pen en passant par Macron ou Valls ne cachent plus leur volonté de « casser la barraque ». Les réformes à la tronçonneuse qu’ils proposent avec la morgue et l’arrogance qui les caractérisent se résument dans cette phrase de Denis Kessler (ancien numéro deux du patronat, ancien président de la Fédération française des sociétés d’assurance et actuel président de la SCOR, un géant de la réassurance) : « La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

Une piqûre de rappel ne fera pas de mal : le voilà le programme du Conseil National de la Résistance écrit et mis en place par ceux auxquels nous devons notre liberté, notre manière de vivre et même notre confort.

Sa lecture permettra, avant de voter, de mesurer ce que les gouvernements ultralibéraux, sous Hollande comme sous Sarko et pire si affinités, nous arrachent sous la dictée du Medef.

C’est un peu long, mais c’est un document de référence que tous les candidats devraient (re)lire.

 

Née de la volonté ardente des Français de refuser la défaite, la Résistance n’a pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée.

Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. Ce n’est, en effet, qu’en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Aussi les représentants des organisations de la Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R., délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944, ont-ils décidé de s’unir sur le programme suivant, qui comporte à la fois un plan d’action immédiate contre l’oppresseur et les mesures destinées à instaurer, dès la Libération du territoire, un ordre social plus juste.

I - PLAN D’ACTION IMMÉDIATE

II - MESURES À APPLIQUER DÈS LA LIBÉRATION DU TERRITOIRE

Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la libération :

1) Afin d’établir le gouvernement provisoire de la République formé par le Général de Gaulle pour défendre l’indépendance politique et économique de la nation, rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle ;

2) Afin de veiller au châtiment des traîtres et à l’éviction dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration ;

3) Afin d’exiger la confiscation des biens des traîtres et des trafiquants de marché noir, l’établissement d’un impôt progressif sur les bénéfices de guerre et plus généralement sur les gains réalisés au détriment du peuple et de la nation pendant la période d’occupation ainsi que la confiscation de tous les biens ennemis y compris les participations acquises depuis l’armistice par les gouvernements de l’axe et par leurs ressortissants, dans les entreprises françaises et coloniales de tout ordre, avec constitution de ces participations en patrimoine national inaliénable ;

4) Afin d’assurer :

- l’établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;

- la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ;

- la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances d’argent et des influences étrangères ;

- la liberté d’association, de réunion et de manifestation ;

- l’inviolabilité du domicile et le secret de la correspondance ;

- le respect de la personne humaine ;

- l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi ;

5) Afin de promouvoir les réformes indispensables :

a) Sur le plan économique :

- l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;

- une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des États fascistes ;

- l’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’État après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ;

- le retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques ;

- le développement et le soutien des coopératives de production, d’achats et de ventes, agricoles et artisanales ;

- le droit d’accès, dans le cadre de l’entreprise, aux fonctions de direction et d’administration, pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie.

b) Sur le plan social :

- le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l’amélioration du régime contractuel du travail ;

- un rajustement important des salaires et la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ;

- la garantie du pouvoir d’achat national pour une politique tendant à une stabilité de la monnaie ;

- la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

- un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État ;

- la sécurité de l’emploi, la réglementation des conditions d’embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d’atelier ;

- l’élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre par une politique de prix agricoles rémunérateurs, améliorant et généralisant l’expérience de l’Office du blé, par une législation sociale accordant aux salariés agricoles les mêmes droits qu’aux salariés de l’industrie, par un système d’assurance contre les calamités agricoles, par l’établissement d’un juste statut du fermage et du métayage, par des facilités d’accession à la propriété pour les jeunes familles paysannes et par la réalisation d’un plan d’équipement rural ;

- une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

- le dédommagement des sinistrés et des allocations et pensions pour les victimes de la terreur fasciste.

c) Une extension des droits politiques, sociaux et économiques des populations indigènes et coloniales.

d) La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée, quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

Ainsi sera fondée une République nouvelle qui balaiera le régime de basse réaction instauré par Vichy et qui rendra aux institutions démocratiques et populaires l’efficacité que leur avaient fait perdre les entreprises de corruption et de trahison qui ont précédé la capitulation.

Ainsi sera rendue possible une démocratie qui unisse au contrôle effectif exercé par les élus du peuple la continuité de l’action gouvernementale.

L’union des représentants de la Résistance pour l’action dans le présent et dans l’avenir, dans l’intérêt supérieur de la patrie, doit être pour tous les Français un gage de confiance et un stimulant. Elle doit les inciter à éliminer tout esprit de particularisme, tout ferment de division qui pourrait freiner leur action et ne servir que l’ennemi.

En avant donc, dans l’union de tous les Français rassemblés autour du C.F.L.N et de son président le général De Gaulle !

En avant pour le combat, en avant pour la victoire afin que VIVE LA FRANCE !

LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

Ce programme de combat est la source du préambule de la Constitution de 1946, repris en 1958 :

Préambule de la Constitution de 1946

1. Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de 1 789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

2. Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :

3. La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme.

4. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République.

5. Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

6. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

7. Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

8. Tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.

9. Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

10. La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

11. Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.

12. La Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.

13. La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État.

14. La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n’entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n’emploiera jamais ses forces contre la liberté d’aucun peuple.

15. Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l’organisation et à la défense de la paix.

16. La France forme avec les peuples d’outre-mer une Union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.

17. L’Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.

18. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire, elle garantit à tous l’égal accès aux fonctions publiques et l’exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.


Illustration X - Droits réservés

30/11/2016

Monsanto-Bayer… "Quand Bayer achetait des lots de femmes à Auschwitz" ?

auschwitz porte arbeit machy frei.jpg

 

Où en sont les noces infernales entre Bayer et Monsanto ? Si une telle fusion avait lieu, cela signifierait une quasi-impossibilité pour des concurrents d’entrer sur le marché. Or une concurrence minimale est une condition nécessaire à l’innovation. En l’espèce, c’est un enjeu vital eu égard aux scandales liés au glyphosate et aux néonicotinoïdes qui tuent les abeilles.

« Monsanto et Bayer peuvent signer un contrat, mais n’ont pas le droit de le mettre en œuvre sans notre feu vert », résume une source européenne, qui rappelle qu’en cas de non-respect de cette règle, Bruxelles peut recourir à des sanctions. Aucune limite temporelle n’est imposée aux deux mastodontes pour adresser leur notification. C’est bien le moment d’invoquer les grands principes de la « concurrence libre et non faussée », à bon escient. La Commission européenne doit au plus vite s’opposer au rachat de la firme américaine par l’industriel allemand Bayer. Elle bénéficie pour cela d’un délai de 25 jours après la notification de l’opération. En aura-t-elle le courage ?

Hormis les dangers sur la santé des produits sortant des usines de ces deux monstres, la concentration des firmes de l’agrochimie accentue la dépendance des paysans vis-à-vis de ces mastodontes. Surendettement des petits producteurs, augmentation des prix des denrées alimentaires, accroissement de la pauvreté et de la faim dans le monde, contrairement à la propagande de ces firmes qui deviennent plus puissantes que bien des États et sont donc en mesure d’imposer leur loi au détriment de la souveraineté populaire. C'est la privatisation du vivant. Une horreur intégrale. Il est vrai que l'horreur n'a jamais trop gêné les entreprises de l'agrochimie. On va le voir plus loin.

La fusion entre Monsanto et Bayer n’est donc pas une bonne nouvelle pour les peuples. Mais elle doit encore être validée par les autorités de régulation de la concurrence, qui n’hésitent pas, ces derniers temps, à briser des mariages annoncés… et qui n’ont pas encore donné leur feu vert aux rapprochements Dupont-Dow et Syngenta-ChemChina. A ce jour, rien sur le site de la Commission concernant cette fusion… Ouate Inde scie…

En attendant donc, on peut se pencher sur le passé de ces firmes mondiales. On connaît bien Monsanto, « la firme la plus détestée au monde », ayant à son palmarès la fabrication du « célèbre » agent Orange, un défoliant chimique largué par milliers de tonnes sur les forêts et les cultures du Vietnam durant la guerre des Étasuniens contre ce pays. Avec encore à l’heure actuelle des milliers de cancers en découlant… On connaît bien Bayer, surtout pour son aspirine. Mais que sait-on de son passé ? Une information reçue il y a quelques semaines m’a incité à enquêter. Cette info disait : « Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz ».

C’est tellement gros que ça ressemble à une cagade, à un hoax comme on dit maintenant. Et pourtant…

Et pourtant, allez faire un tour sur ce site qui donne des documentations qui semblent sérieuses : http://www4.dr-rath-foundation.org/PHARMACEUTICAL_BUSINESS/history_of_the_pharmaceutical_industry.htm#experiments

 

On y apprend que « l’empire économique allemand le plus puissant de la première moitié de ce siècle fut l’Interessengemeinschaft Farben ou IG Farben. Interessengemeinschaft signifie "Association of Common Interest" (association d'intérêts communs) et n’était autre chose qu’un puissant cartel formé de BASF, de Bayer, de Hoechst et d’autres entreprises chimiques et pharmaceutiques allemandes. IG Farben était le plus grand bailleur de fonds de la campagne électorale d’Adolph Hitler. Un an avant qu’Hitler prenne le pouvoir, IG Farben fait don de 400 000 marks à Hitler et à son parti nazi. En conséquence, après la prise du pouvoir par Hitler, IG Farben était le plus grand profiteur de la conquête allemande du monde, la Seconde Guerre mondiale.

100 % de tous les explosifs et de toute essence synthétique provenait des usines d’IG Farben. Chaque fois que la Wehrmacht allemande conquit un autre pays, IG Farben suivit, reprenant systématiquement les industries de ces pays. Grâce à cette collaboration étroite avec la Wehrmacht d’Hitler, IG Farben a participé au pillage de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Pologne, de la Norvège, de la Hollande, de la Belgique, de la France et de tous les autres pays conquis par les nazis.

L’enquête du gouvernement des États-Unis sur tous les facteurs qui ont mené à la Seconde Guerre mondiale en 1946 est arrivée à la conclusion que sans IG Farben, la Seconde Guerre mondiale n’aurait tout simplement pas été possible. Nous devons nous attaquer au fait que ce n’était pas le psychopathe, Adolph Hitler, ni les mauvais gènes du peuple allemand qui ont provoqué la Seconde Guerre mondiale. La cupidité économique de sociétés comme Bayer, BASF et Hoechst a été le facteur clé dans la réalisation de l’Holocauste. »

 

Il est vrai que les affaires sont les affaires. Et que les multinationales – nouvel avatar de ces consortiums nationaux du siècle dernier – ne s’embarrassent pas, elles non plus, de scrupules.

Continuons nos investigations :

« Expériences médicales à Auschwitz menées par I.G. Farben
(Du livre « I.G. Farben - d’Anilin au travail forcé » de Jörg Hunger et Paul Sander)
« Des expériences scientifiques ont également été faites dans d’autres camps de concentration. Un fait décisif est que IG employait le major SS Dr. Helmuth Vetter, stationné dans plusieurs camps de concentration ; il a participé à ces expériences sur ordre de Bayer Leverkusen.

En même temps que le Dr Joseph Mengele, il a expérimenté à Auschwitz des médicaments désignés « B-1012 », « B-1034 », « 3382 » ou « Rutenol ». Les préparations d’essai ne s’appliquaient pas seulement aux prisonniers malades, mais aussi à des personnes en bonne santé qui ont d’abord été infectées par des pilules, des substances en poudre, des injections ou des lavements. La plupart des médicaments ont provoqué des vomissements ou des diarrhées sanglantes chez les victimes.

Dans les archives d’Auschwitz, une correspondance entre le commandant du camp et l’entreprise Bayer Leverkusen a été découverte. Il s’agissait de la vente de 150 détenues à des fins expérimentales :

« En vue des expériences prévues avec une nouvelle drogue de sommeil, nous vous serions reconnaissants si vous pouviez mettre à notre disposition un certain nombre de prisonniers […] Confirmez votre réponse, mais considérez que le prix de 200 RM par femme est trop élevé Nous vous proposons de ne pas payer plus de 170 RM par femme Si cela vous convient, les femmes seront placées en notre possession. […] »

- « Nous confirmons votre accord, nous vous prions de préparer 150 femmes de la meilleure santé possible […] »

- « Nous avons reçu l’ordre de 150 femmes. […] "

-" Les expériences ont été effectuées. Toutes les personnes testées sont mortes. Nous vous contacterons prochainement sur un nouvel envoi […] " »

 

Voilà qui semble accréditer l'horreur. Continuons:

« Le Tribunal pénal de Nuremberg a condamné 24 membres et dirigeants d’IG Farben à la suite de meurtres de masse, d’esclavage et d’autres crimes contre l’humanité. Étonnamment cependant, en 1951, tous avaient déjà été libérés, continuant à travailler comme consultants pour des sociétés allemandes. Le tribunal de Nuremberg a dissous l’IG Farben, mais pas ses membres, en particulier Bayer, Hoechst et BASF. Aujourd’hui, chacune des trois « filles » de l’IG Farben est vingt ou trente fois plus grande que l’IG Farben était à son apogée en 1944, dernière année de la Seconde Guerre mondiale.

 

Voilà quelques éléments qui donnent à réfléchir sur la « mondialisation heureuse » et le gouvernement mondial de fait des grandes firmes multinationales.

Attention : beaucoup de ces informations proviennent de la fondation d'un personnage controversé, le médecin allemand Rath. Si vous avez d'autres informations confirmant ou infirmant celles-ci, elles seront les bienvenues.

 

Sources :

 https://www.terresacree.org/bayer.htm

http://www4.dr-rath-foundation.org/PHARMACEUTICAL_BUSINESS/history_of_the_pharmaceutical_industry.htm#experiments

 

http://www4.dr-rath-foundation.org/Books/paging.php?sdir=the%20crime%20and%20punishment%20of%20i.g.%20farben&dir=the%20crime%20and%20punishment%20of%20i.g.%20farben&start=0&page_nums=1%29#=eng

http://chr-chomant-editeur.42stores.com/product/Lettres-de-l-entreprise-Bayer-au-camp-d-Auschwitz-sur-l-achat-de-femmes-pour-experimentations-chimiques

http://www.cbgnetwork.org/163.html
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article152015

 

 Photo X - Droits réservés

 

28/11/2016

Au bistro de la toile : ¡Hasta la victoria, siempre !

chimulus bistro copie.jpg

- Buenas dias, Victor. Que quieres beber ? Un Cuba libre ?

- Pourquoi ? Pour fêter la mort de Castro ? Donne-moi plutôt un rouge. « Cuba libre », c’est de la propagande imbuvable. C’est le rhum de Cuba saccagé par la saloperie du Coca-cola yankee. Ce pays héroïque a réussi à vivre, à survivre diront certains, malgré la terrible pression étasunienne et son blocus. On entend depuis samedi les bavards de France Inter et autres machines à bruit cracher sournoisement sur le pays libéré par Fidel. Oh ! Pas directement, mais insidieusement, en ne faisant parler, surtout et le plus longtemps, que de pseudo-opposants qui rêvent de vendre leur pays aux multinationales yankees. Quant aux étranges lucarnes, elles ont surtout montré les collabos parasites « réfugiés « en Floride, buvant, chantant et bambochant pour fêter la mort du Commandante ! Je dois te dire que ça m’a rappelé un épisode pas très lointain et dont je ne puis être fier : j’ai moi-même festoyé pour célébrer la mort Franco.

Dans les radios, sur les télés, pratiquement pas un mot sur l’excellence de l’enseignement dans ce pays où il y a bien moins d’analphabètes que chez nous, où tout le monde est très bien éduqué et soigné. Le régime de Fidel Castro offre aux Cubains une éducation pour tous, obligatoire et gratuite. Pas un mot sur cette parfaite réussite qui fait que le taux d’alphabétisation est de 99,8 % (chiffres du PNUD - Programme des Nations unies pour le développement).

Pas un mot sur le boom des énergies renouvelables imposées par le blocus, ni sur la recherche biologique, pharmaceutique, le génie génétique.

Pas un mot sur les centaines de médecins que Cuba a envoyé en Afrique de l’Ouest pour combattre, l’an passé, l’épidémie d’Ebola tandis que les USA envoyaient… des troufions !

Par contre on entend de grandes déclarations sur les « milliers de Cubains opposants au régime et qui sont emprisonnés ». Mais pas un mot sur Guantánamo, cette portion du territoire cubain volé et colonisé par les Étasuniens et transformé en centre de détention arbitraire et de torture mise au rang de pratique ordinaire…

- Eh ! Victor, le Fidel, s’était pas un ange tout de même. Liberté de la presse ? Nada. Prisonniers politiques ? Muchos. Liberté de circulation ? La « Targeta blanca » nécessaire pour sortir du pays. Et les dissidents en taule, les partis d’opposition interdits. La peine de mort toujours dans la constitution…

-… mais aboli dans les faits depuis 2003. « Une révolution, ce n’est pas un champ de roses… Une révolution, c’est un combat jusqu’à la mort entre le futur et le passé » disait le lider maximo qui a, c’est vrai, tenu son ile d’une main de fer mais a aussi tenu tête à la superpuissance étasunienne pendant un demi-siècle. Et rien que ça mérite le plus grand respect et la plus grande admiration. A Cuba, les choses vont vers la normalisation : moins de détentions arbitraires, plus de liberté. Mais les bien-pensants crachent toujours sur Cuba. Pourtant les mêmes sont plus discrets devant la dictature sordide qui s’installe à notre porte, en Turquie… T’as idée de ce que ça implique d’être coupé du reste du monde par la seule volonté vindicative, criminelle des États-Unis ?

- Ils ont peut-être eu quelques raisons de se méfier de Fidel les Yankees : Cuba, il y a quelques décennies, était devenu le porte missile de l’URSS. Les fusées nucléaires de Moscou à 150 km des États-Unis. Et ça a failli mener à une guerre atomique, ne l’oublions pas.

- N’oublions pas non plus que c’est le blocus des USA qui a jeté Cuba dans les bras de l’Union soviétique. Ceci à la suite de la tentative d’invasion par les branquignolles de la CIA à la Baie des cochons. Où ils ont pris une sacrée branlée d’ailleurs ! Puis Cuba a subi les innombrables actions terroristes fomentées par la CIA et exécutées par les exilés cubains. Le terrorisme durcit le régime. C’est ce qui se passe chez nous en ce moment, non ?

- Bon. Paix à son âme…

- D’autant plus qu’il a été coriace le vieux lion : Il est mort à 90 vendanges. Après avoir été le recordman mondial des tentatives d’assassinats : 638 tentatives ! Les méthodes utilisées pour le tuer ont été multiples, mais toutes ont échoué : des snipers, des explosifs dans ses chaussures, du venin injecté dans un cigare, jusqu’à une petite charge explosive dans une balle de base-ball, entre autres…

- Alors je sors le Baccardi et on va trinquer à sa mémoire !

- ¡Hasta la victoria, siempre !

 

Illustration:merci au regretté Chimulus

Au bistro de la toile : ¡ Hasta la victoria, siempre !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Buenas dias, Victor. Que quieres beber ? Un Cuba libre ?

- Pourquoi ? Pour fêter la mort de Castro ? Donne-moi plutôt un rouge. « Cuba libre », c’est de la propagande imbuvable. C’est le rhum de Cuba saccagé par la saloperie du Coca-cola yankee. Ce pays héroïque a réussi à vivre, à survivre diront certains, malgré la terrible pression étasunienne et son blocus. On entend depuis samedi les bavards de France Inter et autres machines à bruit cracher sournoisement sur le pays libéré par Fidel. Oh ! Pas directement, mais insidieusement, en ne faisant parler, surtout et le plus longtemps, que de pseudo-opposants qui rêvent de vendre leur pays aux multinationales yankees. Quant aux étranges lucarnes, elles ont surtout montré les collabos parasites « réfugiés « en Floride, buvant, chantant et bambochant pour fêter la mort du Commandante ! Je dois te dire que ça m’a rappelé un épisode pas très lointain et dont je ne puis être fier : j’ai moi-même festoyé pour célébrer la mort Franco.

Dans les radios, sur les télés, pratiquement pas un mot sur l’excellence de l’enseignement dans ce pays où il y a bien moins d’analphabètes que chez nous, où tout le monde est très bien éduqué et soigné. Le régime de Fidel Castro offre aux Cubains une éducation pour tous, obligatoire et gratuite. Pas un mot sur cette parfaite réussite qui fait que le taux d’alphabétisation est de 99,8 % (chiffres du PNUD - Programme des Nations unies pour le développement).

Pas un mot sur le boom des énergies renouvelables imposées par le blocus, ni sur la recherche biologique, pharmaceutique, le génie génétique.

Pas un mot sur les centaines de médecins que Cuba a envoyé en Afrique de l’Ouest pour combattre, l’an passé, l’épidémie d’Ebola tandis que les USA envoyaient… des troufions !

Par contre on entend de grandes déclarations sur les « milliers de Cubains opposants au régime et qui sont emprisonnés ». Mais pas un mot sur Guantánamo, cette portion du territoire cubain volé et colonisé par les Étasuniens et transformé en centre de détention arbitraire et de torture mise au rang de pratique ordinaire…

- Eh ! Victor, le Fidel, s’était pas un ange tout de même. Liberté de la presse ? Nada. Prisonniers politiques ? Muchos. Liberté de circulation ? La « Tarjeta blanca » nécessaire pour sortir du pays. Et les dissidents en taule, les partis d’opposition interdits. La peine de mort toujours dans la constitution…

-… mais aboli dans les faits depuis 2003, comme d’ailleurs cette « tarjeta blanca », cette carte blanche. « Une révolution, ce n’est pas un lit de roses… Une révolution, c’est un combat jusqu’à la mort entre le futur et le passé » disait le lider maximo qui a, c’est vrai, tenu son ile d’une main de fer mais a aussi tenu tête à la superpuissance étasunienne pendant un demi-siècle. Et rien que ça mérite le plus grand respect et la plus grande admiration. A Cuba, les choses vont vers la normalisation : moins de détentions arbitraires, plus de liberté. Mais les bien-pensants crachent toujours sur Cuba. Pourtant les mêmes sont plus discrets devant la dictature sordide qui s’installe à notre porte, en Turquie… T’as idée de ce que ça implique d’être coupé du reste du monde par la seule volonté vindicative, criminelle des États-Unis ?

- Ils ont peut-être eu quelques raisons de se méfier de Fidel les Yankees : Cuba, il y a quelques décennies, était devenu le porte missile de l’URSS. Les fusées nucléaires de Moscou à 150 km des États-Unis. Et ça a failli mener à une guerre atomique, ne l’oublions pas.

- N’oublions pas non plus que c’est le blocus des USA qui a jeté Cuba dans les bras de l’Union soviétique. Ceci à la suite de la tentative d’invasion par les branquignolles de la CIA à la Baie des cochons. Où ils ont pris une sacrée branlée d’ailleurs ! Puis Cuba a subi les innombrables actions terroristes fomentées par la CIA et exécutées par les exilés cubains. Le terrorisme durcit le régime. C’est ce qui se passe chez nous en ce moment, non ?

- Bon. Paix à son âme…

- D’autant plus qu’il a été coriace le vieux lion : Il est mort à 90 vendanges. Après avoir été le recordman mondial des tentatives d’assassinats : 638 tentatives ! Les méthodes utilisées pour le tuer ont été multiples, mais toutes ont échoué : des snipers, des explosifs dans ses chaussures, du venin injecté dans un cigare, jusqu’à une petite charge explosive dans une balle de base-ball, entre autres…

- Alors je sors le Baccardi et on va trinquer à sa mémoire !

- ¡Hasta la victoria, siempre !

- « Jusqu’à la victoire », d’accord, mais de qui, celle de Fillon ?

- J’aime ton humour caustique Loulle.

 

Illustration : merci au regretté Chimulus

27/11/2016

Ouiquinde gastronomique: Les lapins de garenne du grand Gaby.

lapins de champs pour le web.jpg

 

Grand long, dégingandé, sec

Perché sur un long cou d'échassier famélique,

Le Grand Gaby est un Prince de la barrique.

Ce fervent défenseur de l'ardeur vigneronne

Est médaillé d'honneur de la Coste-du-Rhône :

N'a-t-il pas englouti, pour se mouiller la glotte

Six cents hectos de vin, sans un verre de flotte!

Ceci en soixante ans d'une soif flamboyante,

Éteinte verre en bouche, de manière constante.

Tout comme d'autres tirent, Gaby boit des deux mains,

En saluant la foule, tel un tribun romain.

Le Grand Gaby, doté d'un vigoureux sésame

Est, cela va de soi, le chéri de ses dames.

Minettes délurées, bourgeoises en goguette

Attirées par sa réputation d'athlète,

Négligeant les on-dit qui prédisent leur perte,

Viennent à son mazet, ouvertes et offertes.

Elles doivent aimer le suint de sanglier

Car leur amant dégage un fumet de gibier.

Priape, Éros, Bacchus, protecteurs de Gaby,

Bénissent les amours cachés dans son gourbi.

Ses conquêtes, souvent, mangeront du lapin

Lorsque leur étalon part avec ses copains...

Le lapin, il est vrai, est sa spécialité,

Tant dans la casserole que contre ses beautés.

Souvent le Grand Gaby, quand vient le crépuscule,

Part hanter la garrigue où la chouette hulule.

Silencieusement, tous les sens aux aguets,

Il s'en va, dans la nuit, pour tendre ses arqués (1) :

De puissants pièges ronds, tendus par un ressort,

Pour les lapins de champs, synonymes de mort...

Quant l'aube aux doigts de roses éveille la nature

Gaby est déjà là pour prendre ses captures.

Les gardes le connaissent, tous veulent le coincer,

Mais le Grand, plus malin que la maréchaussée,

A toujours évité les rencontres néfastes

Tant, de son territoire, sa connaissance est vaste.

- Oh ! Victor, ton Gaby, c'est un bel oiseau rare !

Mais ses lapins de champs, comment il les prépare ?

- Espuillés (2), étripés, coupés en huit morceaux,

Un lapin de garenne chaque deux commensaux,

Tu frottes du thym sec de la dernière estive,

Tu arroses le tout de bonne huile d'olive,

Sel, poivre du moulin et quelques aromates

Et tu fais reposer cela dans une jatte.

Dans ta sartan (3), fond du petit-salé en dés

Dans un peu de saindoux, quantité limitée.

Quand c'est cuit, mets de l'ail, trois oignons émincés

Trois tomates pelées, soigneusement pressées,

Fais réduire à feu vif sans cesser de tourner,

Rajoutes ton lapin à peine fariné,

Fais prendre la couleur en remuant l'ensemble,

Trois verres de vin blanc ou plus si bon te semble,

Plus un morceau de sucre dans quelques verres d'eau.

Encore que la flotte ne sois pas mon credo. . .

Fais cuire sans couvrir, vivement, demi-heure.

Le Gaby l'accompagne par des pâtes au beurre.

Parmi les invités de ces repas de maître,

Le Grand convie parfois.. .notre garde-champêtre!

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

- 3 lapins de champs (de garenne), - 2 verres d'huile d'olive la vallée des Baux, - thym sec émietté, - sarriette, - laurier, - sel, - poivre du moulin, ­2 noix de saindoux, - 2 hectos de petit-salé, - 6 gousses d'ail pelées et écrasées, 3 oignons finement émincés, - 3 tomates pelées, mondées, épépi­nées, - 1 cuillerée à soupe de farine, - 3 grands verres de vin blanc, - 1 morceau de sucre, - 3 verres d'eau, - 1 kilo de pâtes.

 

Les vins conseillés: 

Tous les vins rosés bien frais: Côtes-du-Rhône, Tricastin, Ventoux, Lu­beron, Costières de Nîmes, Coteaux du Languedoc, Côtes de Provence, Coteaux varois.

 

Arqués: pièges demi-circulaires à ressort central.

(2) Espuillé : écorché.

(3) Sartan : poêle.

 

 Illustration originale de Vincent Barbantan.

 

 

26/11/2016

Ouiquinde érotique : le panaris et le panard.

moines.jpg


Le mal d'aventure (le panaris)

Alison se mourait d'un mal
Au bout du doigt, mal d'aventure.
- Va trouver le père Pascal,
Lui dit sa sœur, et plus n'endure ;
Il a fait mainte et mainte cure,
Ses remèdes sont excellents.
Il te guérira, je t'assure.
Il en a pour le mal de dents,
Pour l'écorchure et pour l'enflure ;
Il fait l'onguent pour la brûlure.
Va donc sans attendre plus tard ;
Le mal s'accroît, quand on recule.
Et donne lui le bonjour de ma part.
Elle va, frappe à la cellule
Du Révérend frère Frappart,
- Bonjour, mon frère. Dieu vous gard !
Dit-elle, ma sœur vous salue,
Et moi qui suis ici venue,
Lasse à la lin de trop souffrir ;
Mais ma sœur vient de me promettre
Que vous voudrez bien me guérir
De ce doigt qui me fera mourir ;
Non, je ne sais plus où le mettre.
— Mettez, dit Pascal, votre doigt
Les matins en certain endroit
Que vous savez. — Hélas, que sais- je ?
Répond Alix, où le mettrai-je ?
Dites-le moi, frère Pascal,
Tôt, car mon doigt me fait grand mal.
— O ! l'innocente créature !
Avez-vous la tête si dure ?
Certain endroit que connaissez ;
Puisqu'il faut que je vous le dise,
C'est l'endroit par où vous pissez.
Eh bien, m'entendez-vous, Alise ?
— Mon frère, excusez ma bêtise.
Répond Alix, baissant les yeux ;
Suffit, j'y ferai de mon mieux,
Grand merci pour votre recette ;
J'y cours, car le mal est pressé.
— Quand votre mal sera passé,
Venez me voir, Alisonnette,
Dit le frère, et n'y manquez pas.
Soir et matin à la renverse,
Suivant l'ordre du bon Pascal
Elle met remède à son mal.
Enfin l'abcès mûrit et perce ;
Alison saine va soudain
Rendre grâce à son médecin
Et du remède spécifique
Lui vante l'étonnant succès.
Pascal, d'un ton mélancolique,
Lui repart : - Un pareil abcès
Depuis quatre jours me tourmente,
Vous seriez ingrate et méchante
Si vous me refusez le bien
Que vous avez par mon moyen ;
Alix, j'ai besoin de votre aide,
Puisque vous portez le remède
Qui, sans faute, peut me guérir.
Eh quoi ! me verrez-vous mourir
Après avoir avoir bien guérie ?
— Non, dit Alix, sur ma vie,
Je ferais un trop grand péché ;
Tel crime... allons donc, je vous prie,
Guérissez-vous, frère Pascal,
Approchez vite votre mal.
A ces mots, Dom Pascal la jette,
Sans marchander, sur sa couchette,
L'étend bravement sur le dos
Et l'embrasse. - Ô Dieu ! qu'il est gros !
Dit Alix, quel doigt ! Eh ! de grâce,
Arrêtez... Je le sens qui passe.
— Ma chère Alix, attends un peu,
Je me meurs... souffre que j'achève.
— Ah ! reprit Alix tout en feu,
Vous voilà guéri, l'abcès crève.

Jacques Vergier

 

Illustration X - Droits réservés

24/11/2016

Vous n'êtes pas au courant (électrique) ? On va trembler cet hiver et on va casquer !

nucléaire edf tout va bien.jpg

Cet hiver, les ceusses d’entre nous qui se chauffent à l’électricité risquent fort de se geler les aliboffis ! Parce que l’électricité risque fort de manquer, du moins en période de pics de froid. Dans notre beau pays de France, plus de 70 % du courant électrique est d’origine nucléaire. Or à l’heure actuelle, 21 réacteurs sur les 58 sont à l’arrêt, soit plus d’un sur trois. Sur ces 21 réacteurs, 15 sont en maintenance technique « planifiée », donc normale, mais 7 ont dû subir des tests sur leurs générateurs de vapeur, potentiellement défectueux. Suite à la détection d’anomalies sur les générateurs de vapeur, l’ASN (autorité de sûreté nucléaire) a imposé à EDF des inspections poussées sur 18 réacteurs présentant des risques sur des équipements sous pression (cuves, générateurs de vapeur et tuyauteries du circuit primaire principal) ainsi que sur des emballages de transport de substances radioactives. Sur ces 18 réacteurs, 6 ont été autorisés à redémarrer, 7 sont en cours d’inspection et 5 devront être inspectés dans les semaines et mois qui viennent. Le PDG d’EDF, J-B Levy, reconnaît qu’il est possible que 12 réacteurs soient à l’arrêt cet hiver. Ce qui impliquera l’achat à l’étranger de la production manquante et fait la preuve de la fragilité de l’approvisionnement électrique en France et de la stupidité du choix du « tout nucléaire ». Notons au passage que chaque jour d’arrêt d’un réacteur nucléaire coûte un million d’euros à EDF. Aïe la facture !

On pourra importer de l’électricité polluante allemande produite pour l’essentiel au charbon… À des exorbitants. Mais ce n’est pas tout. Il y a beaucoup plus « savoureux » dans le degré de la konnerie : c’est la loi NOME.

Késaco la loi NOME ? Ça veut dire Nouvelle organisation du marché de l’électricité. Un truc particulièrement tordu. Un modèle d’arnaque à grande échelle. Il se trouve que la France – à travers les centrales EDF, payées et subies dans leur option nucléaire par les Français - produit l’électricité la moins chère d’Europe. Peut-on s’en plaindre ? On se farcit souvent contre notre gré les centrales nucléaires et les terribles dangers qu’elles recèlent, alors autant en tirer quelques bénéfices. Logique non ? Ben non ! Pas pour les tronches d’œufs de la Commissions européenne. Les opérateurs privés qui se sont lancés sur le marché (Poweo, Direct Energie, GDF-Suez) n’arrivent pas à s’aligner sur les tarifs d’EDF, entreprise publique, propriété des Français. Alors qu’est-ce qu’ils font ? Ben, ils en appellent à la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée », parangon de l’Europe ultralibérale que nous devons subir (merci Sarko qui s’est assis sur le « Non » du peuple).


Au nom donc de cette « concurrence libre et non faussée », la Commission européenne – à l’époque présidée par le désormais banksters Goldman-Sachs Barrosso – a fortement « suggéré » à la France de casser le monopole d’EDF. Et la clique des sarkotrafiquants de l’époque, sous la houlette de Premier ministre FILLON, a concocté ce monument de stupidité nommée « Loi NOME ». Cette loi scélérate contraint EDF à vendre le quart de sa production d’électricité d’origine nucléaire à ses concurrents à un tarif assez favorable – 42 euros le mégawattheure - pour qu’ils puissent tailler des croupières à l’entreprise publique ! Incroyable mais vrai !

Au début, les prix de gros de mWh étaient inférieurs à ce prix, donc pas de problèmes, mais ces derniers temps, par suite à la baisse de la production, le prix de l’électricité à sérieusement augmenté, atteignant actuellement autour de 80 euros le mWh, voire 90 euros en période de pointe, soit le double et plus du tarif auquel EDF est obligé de vendre le quart de sa production ! Au fou ! Ainsi, grâce à cette loi innommable, EDF va devoir racheter à 90, 100, 110 euros et plus si affinités de l’électricité qu’elle aura vendu à la concurrence à 42 euros !

Et qui va devoir casquer ce supplément pour engraisser les entreprises privées ? Ben vous, moi, comme toujours le cochon de payant.

Mais pourquoi fallait-il changer un système qui marchait bien – celui d’EDF, entreprise nationale qui NOUS appartient – pour un système bien plus cher et qui ne marche pas ? Ben la concurrence pardi ! La « concurrence libre et non faussée »…

Bon. Moi, ce que j’en dis, eh… Je m’en fous : je chauffe avec un extraordinaire poêle à granulés ! Trois fois moins cher que lorsque je chauffais à l’électricité.

 

Photo X - Droits réservés

22/11/2016

Au bistro de la toile : les langoustes plutôt que les primaires...

chimulus bistro copie.jpg

 

- Alors Victor, t’as été voté ? Pour qui ? Pour le révérend père Rillettes, pour le duc de Bordeaux ? Ou plutôt contre qui ?

- Attends Loulle, j’ai passé le dimanche en tribu chaleureuse, j’avais devant moi les huîtres de Bouzigues accompagnées de blancs Picpoul de Pinet, des langoustes à l’armoricaine avec des blancs de Cassis soyeux, le civet de sanglier de Lozère et la gardianne de taureau de Camargue, accompagnés d’un grand Jéroboam de Haut Médoc cuvée 2005, d’un magnum de Cornas 2009, et de plusieurs flacons de Chateauneuf-du-pape. Alors tu comprends, les primaires de la droite, je m’en suis tamponné le coquillard…

- Évidemment vu sous cet angle, le choix est évident. Cas de force majeure !

- Malgré tout, le soir, avec un Armagnac hors d’âge, j’ai suivi les cagades de la droite, et je dois te dire que ça a agréablement terminé une belle journée épicurienne ! Voir la gueule de Sarko qui voyait venir les oranges de la Santé, celle de Barouin, celle de Juppé qui tombait d’un cinquième, de Fillon qui n’en croyait pas ses oreilles, se croyant habité par la grâce divine, prêt à tomber à genoux, mains jointes, devant Sainte-Rillettes… Jouissif tout ça.

- Enfin tout de même, tout le monde s’est planté. Et surtout les sondeurs et les médias. C’est maintenant une habitude. Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

- Ah ! Ah ! Ah ! Ce sont les électeurs de gauche qui sont venus en masse. Les organisateurs de ces primaires attendaient entre deux millions et deux millions et demi d’électeurs. Or, il en est venu quatre millions, soit un million et demi de plus. Dont l’essentiel venait de la gauche. Attends Loulle, les droitards donnent à la gauche la possibilité de peser sur le résultat de leur primaire. Ils en ont profité. Le but avéré était avant tout d’éliminer Sarko dès le premier tour. Juppé caracolait largement en tête selon les sondages, donc inutile de lui filer un coup de main, pour la première place, c’était plié. Il restait donc à dégommer Sarko de la deuxième place. Et comme le plus proche, toujours selon les sondages, étant « le catho pétrit par les prêtres de Sarthe » comme l’appelait Chirac, ils ont voté Fillon ! Voilà comment celui-ci s’est retrouvé largement en tête.

- Donc Fillon a été élu par la gauche ?

- On peut dire ça. Mais attend Loulle, ça ne veut pas dire que dimanche prochain, pour le second tour, le résultat soit le même. Parce que les électeurs de gauche qui se sont déplacés pour faire un raid victorieux contre Sarko n’ont rien à foutre de choisir entre Péju ou Fion. Choix pas très bandant entre un vétuste et un cureton… Je te parie une tournée générale qu’il y aura beaucoup moins d’électeurs dimanche : tous ceux de gauche. Et que les électeurs de droite s’arrangeront entre eux. Et tout risque de changer. Nous, on s’en fout. L’essentiel c’était de dégommer Sarko. C’est fait. Avec – cerise sur le gâteau – la forte probabilité que Hollande, qui rêvait de rejouer le coup contre Sarko, ne se présente pas.

- Il est vrai que, tant l’un que l’autre ont des programmes qui promettent des lendemains joyeux : à la CGT, on doit déjà préparer les banderoles et se faire la voix : "Fillon, tes réformes, tu peux te les foutre dans le fion"! Fillon, plus réac que moi tu meurs… D'ici que le bénédicité soit obligatoire dans les cantines, y a pas loin !

- Ce sont effectivement des programmes à la Thatcher. Mais complètement décalés, à contre-courant du mouvement qui se dessine ailleurs dans le monde, et notamment aux États-Unis avec Trump et même en Allemagne : un retour vers une certaine régulation, le renouveau de grands travaux sous la baguette de l’État, un protectionnisme sélectif.

- Bref, Juppé comme Fillon sont en retard d’une guerre… Ça peut faire du grain à moudre pour qui ça ? Le candidat de gauche ? Le FN ? Mélenchon ? Ou bien Macron ?

- Tout reste ouvert. Le candidat de gauche, ce sera qui ? Valls ? Il risque le même rejet que son patron. Montebourg si c’est lui ? Peut-être, mais il se trimballe tout de même une part des trahisons de François. Le FN ? Bien qu’ils s’en cachent, ils sont sur la même ligne ultralibérale que Fillon, à l’encontre des espérances de leurs électeurs de « la France d’en bas ». Mais ils n’en sont pas à un mensonge près. Mélenchon ? Il ne faut que raisonnablement s’illusionner sur ses chances d’arriver au second tour de la présidentielle. Encore que… S’il arrive à récupérer un max de voix d’ouvriers, d’employés, de petits fonctionnaires trompés par la fausse propagande « populaire » du FN, ceci conjugué au rejet des "élites", c’est possible. En tout cas, il peut et doit devenir le premier parti de gauche, une vraie alternative au PS déconsidéré pour les scrutins à venir, et notamment les législatives. Macron ? Il pourrait être le singe qui tire les marrons du feu, étant le seul homme de droite nouveau, pouvant aussi attirer pas mal de voix de la gauche.

- Bon. Eh bien c’est plus clair. Tè ! Je vais faire péter une quille de Côtes-du-Rhône Primeur. On le mérite.

- À la nôtre !

 

Illustration: merci au regretté Chimulus

 

 

 

 

 

 

 

21/11/2016

La retraite de Sarkozy.

france forte barreaux.jpg

 

Il pleuvait.

Les sarkotrafiquants tremblaient dans leur liquette.

Pour la première fois Sarko baissait la tête.

Sombre jour ! Le nabo reculait brusquement

Laissant derrière lui un Barouin écumant.

Il pleuvait. Les coups durs tombaient en avalanches.

Après un coup de manche un autre coup de manche.

On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau.

Hier Les Ripoublicains, et maintenant troupeau.

On ne distinguait plus les ailes ni le centre.

Il pleuvait. Les féaux se déchiraient le ventre,

Certains osant penser autrement que le chef

S’exposaient aux tourments des chevaux qu’on achève.

On attendait Juppé et c’est Fillon qui vînt

Repoussant Sarkozy sur les bords du ravin

Où, dans sa dure chute il allait disparaître.

Le « collaborateur » humiliait le « maître ».

Bravant la pluie, le vent qui secouait la France

Les électeurs de gauche firent la différence.

Saisissant l’occasion, en prenant leur panard,

Ils s’invitèrent en masse au banquet des droitards.

Leur but était très clair : éliminer le nain

Dès ce premier scrutin.

Péju, c’était écrit, devait tourner en tête,

Donc la seconde place cèlerait la compete.

Pour ce faire, il fallait pousser, la main au fion,

Le tristounet Fillon.

Et donc ainsi fut fait. Au fil de la soirée

Les résultats tombaient, les choses empiraient…

Non seulement Sarko n’était plus que troisième

Mais le fringant pépé n’était, lui, que deuxième !

Fillon, catho pétrit par les prêtres de Sarthe,

Caracolait devant. Athènes battait Sparte…

Et les bouchons sautaient chez tous les goguenards :

Quelques milliers de voix fusillaient le renard

Mais aussi, par le jeu d’un billard à trois bandes,

Éliminaient Hollande.

Ganelon risquait fort, s’il se représentait

Aux primaires de gauche, une déculottée

Au moins équivalente à celle du quincaillier !

Faute de match retour, pour eux deux, les vacances

Rendront pour quelques jours le sourire à la France !

Sourire qui sera un franc éclat de rire

Lorsque les méchants juges, avec juste raison,

Convoqueront Sarko pour bientôt le conduire

Vers la zonzon…

 

VictorAyoli

 

Illustration X - Droits réservés

 

19/11/2016

Ouiquinde érotique avec ce grivois de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais

porte-jaretelles.jpg
 
L'épouse à la mode


La jeune Elvire, à quatorze ans, 
Livrée à des goûts innocents,
Voit, sans en deviner l'usage,
Éclore ses appas naissants ;
Mais l'amour, effleurant ses sens,
Lui dérobe un premier hommage :
Un soupir
Vient d'ouvrir
Au plaisir
Le passage ;
Un songe a percé le nuage.


Lindor, épris de sa beauté,
Se déclare ; il est écouté :
D'un songe, d'une vaine image,
Lindor est la réalité ;
Le sein d'Elvire est agité,
Le trouble a couvert son visage.
Quel moment
Si l'amant,
Plus ardent
Ou moins sage
Pouvait hasarder davantage !


Mais quel transport vient la saisir ! 
Cet objet d'un premier désir,
Qu'avec rougeur elle envisage,
Est l'époux qu'on doit lui choisir ; 
On les unit :
Dieux ! Quel plaisir ! 
Elvire en fournit plus d'un gage.
Les ardeurs,
Les langueurs,
Les fureurs,
Tout présage
Qu'on veut un époux sans partage.


Dans le monde, un essaim flatteur 
Vivement agite son cœur ;
Lindor est devenu volage,
Lindor méconnaît son bonheur.
Elvire a fait choix d'un vengeur ;
Il la prévient, il l'encourage : 
Vengez-vous ;
Il est doux,
Quand l'époux
Se dégage,
Qu'un amant répare l'outrage.


Voilà l'outrage réparé ;
Son cœur n'est que plus altéré
Des plaisirs le fréquent usage
Rend son désir immodéré ;
Son regard fixe et déclaré
A tout amant tient ce langage
Dès ce soir,
Si l'espoir
De m'avoir
Vous engage,
Venez, je reçois votre hommage.


Elle épuise tous les excès ;
Mais, au milieu de ses succès,
L'époux meurt, et, pour héritage, 
Laisse des dettes, des procès.
Un vieux traitant demande accès :
L'or accompagne son message...
Ce coup d'œil
Est l'écueil
Ou l'orgueil
Fait naufrage :
Un écrin consomme l'ouvrage.


Dans ce fatal abus du temps
Elle a consumé son printemps ;
La coquette d'un certain âge
N'a plus d'amis, n'a plus d'amants : 
En vain, de quelques jeunes gens
Elle ébauche l'apprentissage ;
Tout est dit,
L'amour fuit,
On en rit :
Quel dommage !...
 
Pierre Augustin Caron de Beaumarchais
 
Photo X - Droits réservés

 

18/11/2016

Au bistro de la Toile : Où est l'espoir ? Qui pour nous faire rêver ?

chimulus bistro copie.jpg

 

- Alors Victor, t’as regardé le débat des primaires hier soir ?

- Non. Sans intérêt.

- Eh ! Tout de même. Celui ou celle qui sortira de cette primaire sera quasiment assuré de gagner la présidentielle du printemps 2017 !

- Tu as dit « quasiment ». Ce qui veut dire que ce n’est pas sûr à 100 %. Regardons quelles seront les forces en présence. À droite, on aura donc Juppé ou Fillon, plus Macron. À l’extrême droite Le Pen.

- Ça c’est clair, mais à gauche, qui ? Et Macron, tu le mets à droite ?

- Ben, où veux-tu le mettre ? À gauche ? Lui-même refuse cette qualification. Son financement ne provient pas des cotisations des « travailleurs » que je sache… N’est-il pas allé, il y a quelques mois, voir les banquiers de la City, à Londres ? N’a-t-il pas l’oreille du Medef ? Mais il a l’avantage d’être « neuf », de ne pas être de la génération des responsables de l’état actuel de désarroi moral et de délabrement économique du pays. Donc ça fait pas mal de monde pour se partager les voix de la droite et de l’extrême droite…

- …qui représentent tout de même près de 60 % des intentions de vote…

- Exact Loulle. Et là, les responsables politiques de la gauche sont coupables de cette situation. Ils sont coupables de cette chose terrible : ils ont poussé les « masses laborieuses » comme disait Georges Marchais, les « travailleuses, travailleurs » comme disait Arlette Laguiller, dans les griffes du F.N.

Les deux gouvernements de François y sont pour beaucoup, tournant le dos aux valeurs de gauche, fliquant la population, incapables de juguler le chômage, imposant par ordonnance une loi du travail directement sorti du Medef, s’aplatissant devant l’Allemagne de Merkel, léchant les bottes de l’Otan des USA comme un gentil toutou docile, faisant le jeu des banksters, incapables d’imposer quelque vue que ce soit à l’Europe, etc. On est habitué aux faux-culteries des socialistes pour lesquels c’est presque une tradition que de trahir ses promesses.

Mais ils ne sont pas les seuls. Que dire de cette « intelligentzia » autoproclamée de la gôôôche lèche-babouches ? Tous ces bobos collabos crachant sur la « populace » qui reste insensible « à la beauté du combat djihadiste » ? Que dire des partis - maintenant simples groupuscules – de l’extrême gauche, le NPA se fusillant il y a quelques années en présentant une candidate voilée, au nom d’un combat bidon assimilant les délires religieux des tarés d’allah à la lutte des classes ? Que dire du parti communiste – jadis premier parti de France – qui est devenu une machine poussive recroquevillée sur un petit pré-carré de notables locaux ? Que dire des écolos dont les palinodies perpétuelles ont déçu et poussé à fuir les plus purs ?

- Ben dis donc, Victor, tu leur as taillé un sacré costard ! Alors qu’est-ce qui reste ? Faut-il se résigner à subir Juppé, Fillon ou Le Pen ? De quoi cauchemarder grave… Où est la part du rêve ? Où est la lueur d’espoir.

- À gauche, François n’aura pas, je pense, l’impudence de se représenter. La primaire à gauche se fera donc entre Valls et Montebourg. Les deux sont comptables de la faillite du quinquennat de Hollande, le premier en portant une responsabilité essentielle. Chercher le rêve chez Valls, faut aimer… Montebourg a plus d’atouts, mais s’il est le représentant élu, donc porteur du bilan des socialistes, ce qui est la règle du jeu de la primaire, il a peu de chance d’arriver dans les deux premiers à la présidentielle.

- Reste qui alors ? Mélenchon ?

- Il peut être ce porteur d’espoir. Il est le seul a pouvoir ramener au bercail les millions de voix des ouvriers, des employés, des fonctionnaires de base qui, se sentant trahis, se sont réfugiés dans les bras du F.N.. Sa campagne, plus mesurée, loin des vociférations d’antan, porte ses fruits. Il lui reste à clarifier sa position face à quatre questions essentielles : - la place de la France dans l’Europe, - les rapports avec l’islam, - les migrants, - la France et l’Otan.

Concernant l’Europe, il semble ne pas commettre la stupide erreur de vouloir en sortir à la manière du Brexit, mais de taper sur la table et faire clairement savoir à nos partenaires que la France est LA FRANCE, qu’elle demeure la deuxième économie de l’Europe derrière l’Allemagne, mais que l’économie n’est pas tout, qu’elle est la première – voire la seule – puissance militaire de l’Union européenne, qu’elle fait partie de club, heureusement restreint, des puissances atomiques, qu’elle est, de loin, la nation européenne la plus influente au niveau diplomatique dans le monde, enfin quelle est membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. Ce qui la positionne largement à la tête de toutes les nations de l'U.E. Pour un dirigeant digne de ce nom, il y a là de quoi se faire respecter, non ?

Concernant l’islam, il s’est - si je me souviens bien - plusieurs fois prononcé contre le voile, pour la laïcité sans « arrangements raisonnables », pour la plus grande fermeté contre les islamistes, qu’ils soient Français ou étrangers. C’est là que l’attend le peuple de gauche qui s’est tourné vers le FN, par la konnerie des colabobos lèche-babouches qui sévissent sur les plateaux télé et dans les médias et qui ont remplacé l’œil de Moscou par l’œil de Mossoul !

Concernant les migrants, on attend sa position…

Quant à l’Otan, s’il annonce clairement qu’il compte, sinon en sortir complètement, du moins revenir à la situation de l’époque de De Gaulle - allié, certes, mais pas vassal - il marquera de sérieux points dans l’opinion.

- Bon. Ben, y a du boulot…

- C’est vrai, mais il y a la place. La clé étant la capacité de Mélenchon à récupérer les voix de gauche fourvoyées chez Le Pen.

- À la nôtre ! Et Banzaï !


Illustration: merci au regretté Chimulus

16/11/2016

Fortes menaces de hold-up sur le Livret A.

cochon tire lire.jpg

Pendant les enfumages trumpiens, les « primaires » de la droite et autres macronneries, le ministère des finances a engagé des magouilles sournoises avec la Banque de France pour faire les poches des laborieux : ceci en changeant pour la énième fois le taux de rémunération du Livret A, l’épargne des modestes, des laborieux, la bouée de sauvetage des sans-dents.

Les réformes concernant le placement préféré des Français sont aussi nombreuses que les gouvernements qui se sont succédé, de gauche comme de droite. Mais avec une constante : rogner toujours plus les maigres avantages qu’il propose aux épargnants les plus modestes. Il n’y a pas de règles claires, fixes, connues, simples établissant le taux de rémunération. Il a été modifié en 2003, en 2004, en 2005, en 2008, en 2009, en 2011. Et rebelote cette année !

Le mode de calcul est des plus touffus mais il comporte (jusqu’à maintenant), un cliquet de protection : le taux de rémunération doit être au minimum égal à l’inflation augmentée d’un quart de point.

Comment ? Laisser 0,25 % d’intérêts annuel à ces salauds de pauvres ? Voilà qui donne des boutons à ce grand républicain qu’est François Villeroy de Galhau, ci-devant gouverneur de la Banque de France. Et c’est ce maigre avantage qu’il veut faire sauter le particulé. Eh ! Les sans-culottes, vous n’avez pas bien fait le boulot, et c’est maintenant les sans-dents qui morflent…

Si la « réforme » passe, elle ne prendra pas effet immédiatement, pour cause d’élections présidentielles. Donc pas de changement à craindre au prochain rendez-vous prévu légalement, soit celui du 1er février 2017. Mais au suivant, soit au 1er août 2017 (en pleines vacances d’été !), les petits épargnants ont de fortes chances de se faire arracher quelques plumes de plus…

Ce que ces crapules vont nous voler, ce n’est pas rien ! Le Livret A et le livret qui lui est adossé, le Livret de développement durable (LDD), totalisent environ 270 milliards d’euros de dépôts, auxquels il faut ajouter les quelque 50 milliards d’euros du Livret d’épargne populaire (LEP), soit 320 milliards au total, un point de variation du taux de rémunération équivaut à 3,2 milliards d’euros sur un an, soit 800 millions d’euros par trimestre. Soit, pour un demi-point 400 millions d’euros !

Ces magouilles révèlent une constante du fonctionnement de notre république en la matière : quelle que soit l’alternance en 2017, Bercy et la Banque de France ont pris par avance les dispositions pour que rien ne change. À sa manière, le Livret A confirme que le système oligarchique français se fout royalement des alternances démocratiques et poursuit ses manigances secrètes, ses arnaques sournoises, dans le plus souverain mépris de ce que les citoyens peuvent espérer ou décider…

Notons que le ci-devant Villeroy de Galhau François, patron de la Banque de France, a fait toute sa carrière de banquier à BNP Paribas. Notons encore que la Direction du Trésor, à Bercy, est depuis toujours une sorte d’annexe de la Fédération bancaire française… Les « inspecteurs des finances » se font un carnet d'adresses à Bercy puis vont pantoufler grassement dans les banques privées. Et, en sens inverse, les banquiers viennent « conseiller » les hauts fonctionnaires. Ben voyons. Entre gens du même monde, on s’entend toujours. Sur le dos des manants…

Le livret A est une épargne solidaire. Le pécule des épargnants est faiblement rémunéré mais cet argent est ensuite prêté aux organismes HLM pour la construction de logements sociaux à des taux d’intérêt très faibles et sur le temps long. Ce système, qui fonctionne depuis des dizaines d’années, a fait des jaloux : les banques. Elles ont fait des pieds et des mains pour récupérer une part de ce gros gâteau. Et elles ont réussi leur hold-up sous Sarkozy qui a permis aux banques privées de récupérer une partie de l’épargne « Livret A » jusqu’alors gérés exclusivement par les Caisses d’épargne et La Poste. Alors qu’auparavant, 100 % de la collecte du livret A était centralisée par la Cour des comptes et était uniquement destinée au financement de la construction de logements sociaux, ça n’a été rapidement plus été que 70 à 60 %. Le détournement des 30 à 40 % restants a été justifié par la nécessité de financer les PME ; si une partie de ces dizaines de milliards d’euros s’est bien concrétisée par quelques prêts parcimonieux vers les entreprises, pas mal de bons milliards de fric de pauvres sont cependant allés dans les poches des banques qui ont utilisé le magot pour se recapitaliser : ces nouvelles liquidités leur permettant de se refaire une santé après avoir perdu beaucoup d’argent dans les emprunts toxiques. Mais ce n’est pas tout : pendant l’été 2013, alors que la collecte du livret A atteignait les sommets, plus de 260 milliards d’euros, c’est un gouvernement de gauche cette fois qui a fait le choix d’offrir à nouveau un cadeau aux banques. Celles-ci ont récupéré la gestion de 15 nouveaux milliards d’euros supplémentaires tirés du livret A.

Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira… Parfois, on en vient à regretter la Veuve…

 

Photo X - Droits réservés

15/11/2016

Ayant observé le clair de lune, décrivez le clair de l'autre.

lune.JPG


Hier c'était lundi, le jour (di) de la lune. Elle était froide comme le mistral hier soir. Mais belle, féconde de tous nos rêves, pleine de tous nos désirs. Pour les Grecs Séléné, fille d'Hypérion et de Théia. Pour les Hindous Chandra, déesse de la fertilité. La reine des nuits est la muse de tous les poètes.


Ecoutons le grand Charles (Baudelaire) dans Tristesse de la lune :


Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;

Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,

Qui d'une main distraite et légère caresse

Avant de s'endormir le contour de ses seins,


Sur le dos satiné des molles avalanches,

Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,

Et promène ses yeux sur les visions blanches

Qui montent dans l'azur comme des floraisons.


Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,

Elle laisse filer une larme furtive,

Un poète pieux, ennemi du sommeil,


Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,

Aux reflets irisés comme un fragment d'opale,

Et la met dans son cœur loin des yeux du soleil.


...et puis Paul Verlaine dans Clair de lune :


Votre âme est un paysage choisi

Que vont charmant masques et bergamasques

Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

 

Tout en chantant sur le mode mineur

L'amour vainqueur et la vie opportune
Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

 

Au calme clair de lune triste et beau,

Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d'extase les jets d'eau,
Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.


...et enfin, bien sûr : Au clair de la lune

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot,
Prête-moi ta plume,
Pour écrire un mot.
Ma chandelle est morte,
Je n'ai plus de feu;
Ouvre-moi ta porte
Pour l'amour de Dieu !

Au clair de la lune,
Pierrot répondit :
Je n'ai pas de plume,
Je suis dans mon lit.
Va chez la voisine,
Je crois qu'elle y est;
Car dans sa cuisine,
On bat le briquet.

 

Au clair de la lune,
L'aimable Arlequin
Frappa chez la Brune,
Qui répond soudain :

Qui frapp' de la sorte ?
Il dit à son tour :
Ouvrez votre porte,
Pour le dieu d'amour.

 

Au clair de la lune,
On n'y voit que peu;
On chercha la plume,
On chercha le feu.
Cherchant de la sorte
Ne sais c'qu'on trouva;
Mais je sais qu'la porte
Sur eux se ferma.

 

...et oui, la lune, complice de tous les Amours !

 

Photo X - Droits réservés

14/11/2016

Une grande voix s’est éteinte : Malek Chebel « passeur de sens entre l’Orient et l’Occident »

b_1_q_0_p_0_008.jpg

 

Une grande voix s’est éteinte, celle d’un philosophe de culture musulmane, Malek Chebel. Psychanalyste, philosophe, il était aussi un anthropologue des religions, spécialiste du monde arabo-musulman et adepte d’un "islam des Lumières". Il se voulait « passeur de sens entre l’Orient et l’Occident ».

Écoutons quelques-unes de ses paroles : « On me présente comme un « libérateur » de la femme. Car le combat que je mène contre les formes archaïques de l’expression de l’islam passe forcément par la femme, cet épicentre de la transgression, lieu de tous les complexes, refoulements et blocages. Pour le machiste, pour le misogyne musulman, la femme n’était qu’un « entrecuisse », une momie privée de jouissance. La vocation de mon travail a consisté à réhabiliter le désir féminin. »

Dans un de ses livres, « L’inconscient de l’islam », il tente d’expliquer ce qui se cache derrière le miroir et qui est une clef de compréhension du djihadisme d’aujourd’hui : «…/… la guerre sainte s’est arrêtée à la mort du prophète en 632. Toutes les guerres qui ont suivi étaient des guerres de puissance. Il s’agissait de peupler le harem du souverain de jeunes femmes venues d’ailleurs afin de régénérer le sang de la race. Exit l’idée de l’expansion de l’islam, l’heure était à l’assouvissement d’un désir de puissance et d’un désir sexuel. Chaque potentat avait par exemple à cœur de posséder son esclave blanche. La guerre pour les femmes se substitue à la guerre sainte.…/… On peut s’interroger sur la véritable nature de la guerre sainte à laquelle s’accrochent les djihadistes d’aujourd’hui, adeptes du « mariage temporaire », qui sévissent sur tous les fronts…./… Cette structure mentale ne relève pas de l’islam, mais de la négation de l’islam, d’un islam de razzia, en partie criminogène, qu’il faut pointer et dénoncer, car il porte atteinte aux croyants. »

/…

« Aujourd’hui encore, tout écrivain qui ose écrire un livre risque d’être pris pour un anti-prophète.

Pour l’instant, la confusion entre religion, politique et liberté dans la doctrine musulmane est totale. C’est pourquoi, je me bats pour un islam des Lumières. Il faut couper le cordon ombilical qui relie la religion à la politique. La religion a tout à fait sa place dans la cité musulmane, y compris lorsque l’islam est à l’extérieur de ses territoires comme en France ou en Europe, mais dans le cadre de la mosquée. La séparation entre la politique et la religion est le point le plus crucial de la marche de l’islam vers la modernité. Si nous n’arrivons pas à briser le lien entre ces deux univers, on ne fera bouger l’islam qu’à la marge. Cette séparation des deux corps est la condition indispensable pour faire évoluer le monde arabo-musulman notamment sur le statut des femmes ».

./… « On en revient à la difficile séparation des corps. Il faut faire un travail d’information et de pédagogie, poser les limites et les frontières entre la citoyenneté et la religion. Il faut répéter que l’islam des terroristes n’est pas l’islam et qu’il y a différentes couleurs de l’islam. Répéter aussi que la laïcité n’est pas l’ennemi de l’islam. C’est un gros chantier qui demande du temps. Mais je suis persuadé que nous pouvons réussir. »

/…

« Je suis contre le voile et radicalement opposé à la burqa. Pour fabriquer un intégriste, il faut trois semaines, parfois moins. Quand il ne s’agit que de fabriquer une bombe, Internet suffit. Mais, pour fabriquer un intellectuel, il faut trente ans. Pourtant, je crois que nous sommes la perspective. Et nous gagnons face aux imams incultes, ces commerçants devenus imams. Ils ne sont pas crédibles. Leurs vues médiévales sur les femmes suscitent des oppositions jusque dans les mosquées »

/…

« Je propose que l’islam soit une chance et non une contrainte ou un enfermement. Cherchons les espaces de liberté et d’intelligence qu’il nous propose, plutôt que le rigorisme d’un dogme dont on connaît les effets réducteurs. Un musulman nouveau est sans doute en train de naître sous nos yeux. Et son double défi consiste à gagner sa modernité sans perdre sa foi.

En France, par exemple, c’est par la part inaliénable de la citoyenneté que le musulman aspire à s’intégrer. Et il se méfiera même de ceux qui veulent le cantonner à la mosquée, parce que c’est nier chez lui la possibilité qu’il puisse être laïque, aimer la laïcité et la défendre en tant que telle. Finalement, le gage que la modernité a pris sur l’islam, c’est que le sujet musulman sera fabriqué ici en Occident avant qu’il n’advienne là-bas ».


Voilà qui change des vociférations des salafistes et autres wahabistes ou des propos mielleux largement diffusés d'un quelconque Tarik Ramadan si cher aux collabobos...

 

Photo X - Droits réservés

 

Sources :

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/02/06/31001-20150206ARTFIG00387-malek-chebel-l-islam-la-france-charlie-hebdo-et-moi.php

http://www.cnrseditions.fr/religions/7028-l-inconscient-de-l-islam.html

http://www.elle.fr/Societe/Les-enquetes/Malek-Chebel-Les-femmes-font-trembler-le-monde-arabe-2459327

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20161112.OBS1092/malek-chebel-l-anthropologue-de-la-sexualite-en-islam-est-mort.html

http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20161112.OBS1095/quand-malek-chebel-decryptait-les-origines-historiques-de-l-islamophobie.html

http://www.noorrevue.fr/

 

13/11/2016

Ouiquinde gastronomique: La gardiane camarguaise

Gardiane.jpg

Tout Provençal se doit, au moins une fois l’an,

D’aller se ressourcer, reprendre son élan,

De mettre le vaisseau de sa vie au grand largue

Dans l’eau, le sel, le vent, le soleil de Camargue.

Terres demi-noyées, secouées de mistral,

Jumeau du fleuve-dieu, fleuve d’air magistral ­

Pétries et façonnées par le Rhône et la mer,

Puis soudain ravagées par le fleuve en colère.

Terres où le soleil fait naître des mirages,

Terre où le sol et l’onde hésitent leur partage,

Terres de solitude, rivages de naufrage,

Qui mesurent les hommes à l’aune du courage.

Digues, lônes, marais, étangs, sables mouvants,

Boue sèche et craquelée, cristaux étincelants

Du sel sur la sansouïre, faisceaux arachnéens

Des tamaris en fleurs d’où s’envolent soudain

Des millions d’oiseaux venus d’ailleurs lointains,

Royaume incontesté des flamands africains.

Terre des chevaux blancs et des taureaux sauvages,

Où Mithra règne en dieu depuis le fond des âges.

Il faut voir la Camargue lorsque l’hiver l’étreint

Lorsque le ven terraù sauvage court sans frein,

Lorsque les Camarguais déplacent la manade :

Des milliers taureaux menés en cavalcade.

Conduits par cent gardians, par cent puissants centaures

Défile l’infernal troupeau de Minotaures,

Taureaux noirs, chevaux blancs, aux narines fumantes

Remplissent la contrée d’une clameur géante.

Taureaux dont les meilleurs combattront dans l’arène

Face aux hommes, mains nues, que leur fierté entraîne

Entre les noirs poignards. Pour la rouge cocarde

Et les yeux d’une belle, ils défient la Camarde !

Certains de ces taureaux, à l’ardeur légendaire,

Adulées tels des dieux par la gent populaire,

Sont enterrés debout et ont leur mausolée,

Comme le grand Goya (1), l’immense Sanglier (2).

Ceux qui n’ont pas le sang pour les j eux et la gloire

Termineront leur vie dans une rôtissoire,

Car en mangeant Mithra, les Provençaux dévorent,

Avec sa chair, sa force. Et, ce faisant, l’honorent.

Cette hostie des gardians s’appelle "La gardiane".

Oh ! Victor. Et alors, on les coupe ces couennes ?

Bien sûr, petit, mais je voulais que tu comprennes

Que c’est un plat sacré, et qu’il en vaut la peine.

Fais mariner trois tranches de taureau bien épaisses

Dans de l’huile d’olive. Ajoute avec largesse

Poivre et clous de girofle, ail, oignon, thym, laurier.

Laisse toute la nuit, comme pour du gibier.

Au fond de ta marmite, en fonte uniquement,

Dispose quelques couennes, de porc évidemment,

Sur lesquelles tu places une première tranche.

Couvre avec de l’oignon et de l’ail effilés,

Carottes en rondelles et du persil en branche,

Sel, poivre du moulin, un anchois en filets.

Tu fais ainsi trois couches. Enfin, pour terminer,

Zeste d’orange séché, girofle, laurier, thym,

Puis tu mouilles avec six grands verres de bon vin,

Du Costières-de-Nîmes, rouge carabiné.

Mets ta marmite au four, fermée soigneusement,

Et fais cuire cinq heures, doucement, lentement.

Ce taureau parfumé, tendre, confis, moelleux,

Découvre-le sur table, et accompagne-le

D’une jatte fumante de riz long camarguais.

Dans les verres tu sers un Gallician bien gai.

Mais attention, petit, le riz est un plat riche,

N’en fais pas - c’est courant - de la colle d’affiche.

Pour qu’il ne colle pas, tu dois bien le laver,

C’est donc tout l’amidon qu’il te faut enlever.

Dans une jatte creuse ou un plat similaire,

Tu frottes entre tes mains le riz dans de l’eau claire,

Tu changes et recommences dès que ton eau blanchit,

Après quoi tu égouttes, tu bois et réfléchis  :

Il y a plusieurs façons de cuire le riz blanc,

Comme les Espagnols, comme les Catalans,

Comme les Vietnamiens ou comme les Créoles,

Surtout pas comme les Français de métropole !

À Saïgon ou Vientiane, à Phnom-Pen ou… Paris

C’est deux mesures d’eau par mesure de riz,

Tu couvres quand ça bout et tu réduis la flamme,

Si ça attache au fond, tu n’en fais pas un drame,

Tu ne sales pas l’eau, tu ne remues jamais,

Et tu laisses gonfler en tenant bien fermé.

Mais comme à Fort-de-France ou bien à Pointe-à-Pitre,

Tu fais bouillir ton riz dans de l’eau, plusieurs litres,

Légèrement salée. Quand c’est cuit tu égouttes,

Puis tu réserves au chaud, du beurre, tu ajoutes.

Cessons pour aujourd’hui ce conte culinaire,

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre

D’un de ces vins subtils, poussés en Languedoc

Qui te rendent gaillard, solide comme un roc.

 

Ingrédients et proportions pour six personnes :

- Trois tranches épaisses de taureau à braiser, environ un kilo, - 4 ou cinq couennes de porc, - 1 kg d’oignons paille émincés, - 2 têtes d’ail épluchées et également émincées, - 1 kg de carottes découpées en rondelles, - 4 ou 5 branches de persil non frisé, - 3 anchois en filets, - 3 verres d’huile d’olive, - 3 cuillerées à soupe de sel de Camargue, - poivre noir du moulin à la demande, - 6 clous de girofle, - 4 feuilles de laurier, - 3 cuillerées à soupe de sommités sèches de thym ou 3 ou 4 belles branches de thym frais, - 1 zeste d’écorce d’orange séché, - 1 bouteille de bon vin rouge, - 500 grammes de riz long de Camargue.


Les vins conseillés  :

La gardiane est un plat de haut goût qui demande des vins rouges puissants, épicés, tanniques. De grands Costières-de-Nîmes, comme les Gallician font parfaitement l’affaire. Mais on l’accompagnera également avec bonheur d’un Côtes-du-Rhône de Saint-Joseph, d’un Croze-Hermitage, d’un Vacqueyras, d’un Gigondas, d’un Lirac ou d’un des nombreux crus "Villages" des Côtes-du-Rhône.

En vins du Languedoc et du Roussillon : Saint-Chinian, Faugères, Minervois, Fitou, Collioure.

En vins de Provence : Bandol, Bellet, Palette, Pierrefeu, Gonfaron.


(1) (2) "Goya ", "Sanglier" : noms de taureaux cocardiers célèbres. "Goya" a une statue à Beaucaire, "Sanglier" un mausolée à l’entrée de Le Cailar, en Camargue.


Illustration originale Vincent Barbantan

 

 

11/11/2016

« Moi mon colon, celle que j'préfère, c'est la guerre de 14-18 »

poilus morts.jpg

Nous voilà dans les commémorations. Aujourd'hui celle de la plus aberrante boucherie qu'il soit, puis dans la foulée celle des massacres aveugles commis par les tarés d'allah. François, qui excelle plus dans ce registre que dans le courage politique, va nous faire de beaux discours. Auxquels on peut préférer les paroles d'Henri Barbusse dans « Le feu, journal d’une escouade » :

« Plus que les charges qui ressemblent à des revues, plus que les batailles visibles déployées comme des oriflammes, plus même que les corps à corps où l’on se démène en criant, cette guerre, c’est la fatigue épouvantable, surnaturelle, et l’eau jusqu’au ventre, et la boue et l’ordure et l’infâme saleté. C’est les faces moisies et les chairs en loques et les cadavres qui ne ressemblent même plus à des cadavres, surnageant sur la terre vorace. C’est cela, cette monotonie infinie de misères, interrompue par des drames aiguës, c’est cela, et non pas la baïonnette qui étincelle comme de l’argent, ni le chant du coq du clairon au soleil ! »

Pendant la grande boucherie 14-18, les profiteurs et fauteurs de guerre se la faisaient belle. Les grands boulevards de Paris affichaient une vie trépidante ; les théâtres, les brasseries, les cafés concerts, les boites de nuits étaient pleins de fêtards…

Pendant que les Français Schneider, De Wendel et autres faisaient discrètement la bringue avec leurs homologues, rivaux et…amis allemands Krupp, Thyssen et autres fabricants de choses en aciers bien pointues, bien aiguisés, qui entrent dans les viandes, qui labourent les chairs, qui brisent les os, qui éclatent les crânes, qui arrachent les yeux, qui explosent en beaux feux d’artifices de mort, les sans-dents de la France d’en-bas s’étripait avec ceux de l’Allemagne d’en-bas. Pour le plus grand profit des précédents.

La droite la plus bornée, la plus avide, la plus lâche se lâchait, se goinfrait, s’engraissait, se tapissait la tripe de sauces chaudes et onctueuses pendant que les ploucs des campagnes et les manards des villes se faisaient trouer la viande. C’est cette même droite que l’on retrouvera parmi les vichystes, les patrons et les collabos en 40 pendant que les cocos, au coude à coude avec la droite républicaine gaulliste, se battaient. C’est cette même droite sans vergogne, cupide, inculte, avide, pleine de morgue, qui pavane sans vergogne en rêvant de trumpiser le pays.

La guerre est « l’art » de faire s’entretuer des gens pauvres, qui ne se connaissent pas, au profit de gens riches qui, eux, se connaissent… Cette maxime à la véracité sans cesse renouvelée à travers les époques a été superbement illustrée par cette chanson de tonton Brassens qui par la dérision lucide marque le désespoir, la résignation mais aussi la révolte de ceux qu’on envoyait à l’abattoir pour rien, sinon transcender la connerie humaine, seule approche que l’on puisse avoir de l’infini…

 

https://www.youtube.com/watch?v=l2F5qaHzkj0

 

Et puis aussi, en la mémoire de Léonard qui vient de lâcher la rampe:

https://www.youtube.com/watch?v=BmPUu-rMpWA

 

09/11/2016

USA. La victoire de ceux qui n'avaient plus rien à perdre.

coup-de-pied-au-cul.jpg

 

 

Jubilatoire d'entendre depuis ce matin les gémissements des chiens de garde de l'orthodoxie ultralibérale.

Patrick Cohen : « Je vous rappelle que l'impensable est en train de se réaliser ».

Bernard Guetta qui se lamente : « Sous Trump il faut s'attendre à l'affaiblissement de l'alliance atlantique », à un « bras de fer avec la Chine », à un « repli isolationniste » et même – horreur suprême pour Guetta – à une « entente avec Poutine dont les « perdants » seront la Syrie et l'Ukraine ».

Et que dire de Paul Krugman, l'un des intellectuel plein de morgue interviewé, prix Nobel d'économie, le défenseur du libre-échange et de la mondialisation des économies : « It's a terrific night ». Ben voyons : les « marchés » tremblent, les couilles-en-or ternissent, les profiteurs et arnaqueurs de tous acabits sentent le « tremblement de terre » qui commence.

Voilà qui devrait réjouir bien des milliards de pékins vulgaris car tout ce qui est mauvais pour les États-Unis est bon pour le reste du monde !

S'il a été élu, Trump, c’est par rejet de Wall Street et des élites que représente jusqu'à la caricature Hillary Clinton.

S'il a été élu, c'est par le désarroi d'une classe moyenne sacrifiée et qui voit en lui une bouée de sauvetage pour ne pas sombrer et tomber dans la pauvreté.

S'il a été élu, c'est parce que les « zélites », les merdias n'ont pas vu, derrière le clown, la grande colère des classes laborieuses étasuniennes. Une colère exprimée par les jeunes lors des primaires par les 12 millions d’électeurs du sénateur démocrate Bernie Sanders autant que par ceux qui, piétinant les caciques républicains, ont mis en selle le milliardaire self made man Trump. C'est la victoire de l'Amérique oubliée.

S'il a été élu, c'est parce que cette population oublié, méprisée, humiliée – la classe moyenne, les « petits blancs » - constitue encore 74 % de l'électorat ! Et ils l'ont fait savoir. Alors les « zélites » autruches des États-Unis sortent la tête du sable et découvrent la détresse des planteurs de tabac de Virginie, les mineurs des Appalaches, les ouvriers de Détroit devenu simples vigiles pour les grandes surfaces. Elles découvrent que l'espérance de vie chez ces oubliés baisse sous l'effet dela misère et de ses effets: la drogue, de l'obésité, des suicides. Treize ans de moins que chez les diplômés. Elles découvrent l'existence d'ilots de pauvreté blancs à côté des ghettos noirs.

S'il a été élu, c'est parce que cette majorité silencieuse a enfin compris qu'elle seule paie les conséquences d'une crise économique déclenchée par les banksters au pouvoir et qui, non seulement ne leur rien coûté, mais les a enrichis.

S'il a été élu, c'est parce que malgré les belles promesses, Obama est resté dans les rails tracés par l'oligarchie d'affaire qui tire le ficelles à Washington. Ces Étasuniens « sans-dents » se sentent à juste titre dépossédés de leur nation, de leur patrie par une poignée de possédants mafieux qui les méprise, les exploite, les rejette.

S'il a été élu, c'est par la révolte des 99 % » contre les « 1 % » de parasites.

S'il a été élu, c'est parce que les perspectives qui sont offertes au peuple, ce sont les ouvriers remplacés par les robots, les caissière remplacées par les scanners de caisse, les chauffeurs de poids-lourds et de taxis remplacés par les véhicules autonomes comme vient de le montrer Google. Qu'est-ce qu'on leur offre à a place ? D'être chauffeur « Uber », d'être auto entrepreneur sans aucune protection, voire chair à canon pour les innombrables guerres entretenues ou déclenchés pat le complexe militaro industriel tout puissant.

S'il a été élu, c'est à cause de la mondialisation voulue et orchestrée par les multinationales avec pour résultats des délocalisations pourvoyeuses de chômage découlant des divers traités commerciaux genre Alena avec le Canada et le Mexique, le TPP (Trans-Pacific Partnership) en Asie, le très rejeté Tafta prévu avec l'Europe.

Trump, pas si clown qu'on veut nous faire croire, a dit à ce sujet : « Nos politiciens ont promu avec vigueur une politique de mondialisation. Elle a enrichi l’élite financière qui contribue à leurs campagnes. Mais des millions de travailleurs américains n’en ont retiré que misère et mal au cœur. »

Le marchand de béton new-yorkais, lui, parle d’industries à défendre, d’accords commerciaux à dénoncer plutôt que de port d'armes et de Bible…

Et en France ? Quelles répercussions ? Nous connaissons nous aussi des colères populaires contre la « globalisation », contre la ségrégation sociale, contre la connivence des élites, contre l'avidité des possédants, contre la nullité des partis dits « de gouvernements », contre la professionnalisation des politiques, contre l'impunité des multinationales, contre le fossé des inégalités.

Dès lors l'arrivée au pouvoir d'une Le Pen est à redouter, celle d'un Mélenchon est à espérer.

 

Illustration X - Droits réservé

07/11/2016

Au bistro de la toile : Trump ? Clinton ? Bonnet blanc et blanc bonnet ? Pas sûr.

chimulus bistro copie.jpg

- ...teng, Victor, ils nous les gonflent sérieux les aliboffis avec leur konnerie d'élection étasunienne. On a assez à réfléchir avec la nôtre d'élection !

- C'est vrai Loulle. C'est une manifestation du léchage de bottes des peuples soumis envers leur suzerain… Pourtant, tout ce qui touche à l'orientation politique, économique, financière des Etats-Unis nous importe, même – et c'est le cas tant pour toi que pour moi – si on se fout comme de notre première cuite de ce pays de voleurs de terre, de voleurs de nom. Ceci à travers les multinationales, le dollar, l'Otan, le divers traités commerciaux imposés, le FMI, l'OMC et toutes ces instances soi-disant internationales mais qui ne sont en fait que des instruments de domination des Etats-Unis.

- Vu sous cet angle… Mais dis-moi, voleur de terre, je comprends : ils se sont construits sur le génocide de 30 millions d'Amérindiens et l'esclavagisme de 30 millions de Noirs. Mais voleurs de nom ?

- Oui. Voleurs de nom : ils se proclament comme étant « les Américains ». Comme si les Canadiens, les Brésiliens, les Argentins, tous les états d'Amérique du sud - et même nous, Français de Guyane, de Martinique, de Guadeloupe, de Saint-Pierre-et-Miquelon – n'étaient pas Américains au même titre qu'eux !

- C'est vrai ça . Donc si je te suis, le résultat des élections être Trump et Clinton nous importe ?

- Ben ouais… Qu'on le veuille ou non, c'est comme ça. Mais ne nous y trompons pas, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Le système étasunien du bipartisme donne tous les quatre ans aux électeurs l'illusion de la démocratie. Au banquet des élections, ils ont à choisir entre immangeable et dégueulasse. Ça les amuse – comme nous d'ailleurs. C'est une sorte de match et les gens choisissent leur équipe. Ils ont alors le rôle de « supporter » d'un camp ou de l'autre. Avec toute la finesse que l'on connaît aux « supporters » sportifs ! Mais le lendemain, quand les lampions sont éteints, les banksters, les maquereaux des multinationales, les escrocs des fonds de pensions, le complexe militaro-industriel, bref, tous les ploutocrates du « 1 % » sablent le Champagne : ils ont réussi une fois encore à manipuler les « 99 % » de façon a ce qu'un fantoche, une marionnette soutenue par eux, s'imposent à la tête du système. Ils lui demanderont alors des comptes, de renvoyer l'ascenseur. C'est le « - Qui t'a fait Duc ? - Qui t-a fait Roi ? » à la sauce électorale.

- Tout de même, Victor. Comment une vieille démocratie comme les Etats-Unis peut-elle donner à choisir entre Trump et Clinton ? Entre le prototype du gros kon inculte tendance facho et la fin de série d'une dynastie de politicards véreux jusqu'au trognon.

- Et nous ? On aura peut-être le choix entre une facho qui se cherche une respectabilité, un ancien président « quincaillier » tellement il se trimbale de casseroles au cul, et un pseudo socialiste nullissime. Et les Italiens, ils ont bien élu et réélu plusieurs fois Berlusconi ? Ces élus ne sont que les marionnettes des oligarques de l'ultra libéralisme. Au plus ils sont nuls et souples de l'échine, au plus ils seront « aidés » par les puissances économiques, et donc au mieux ils obéiront et feront le lit des puissants qui les ont mis en place en achetant leur docilité avec leur pognon.

- Ça fait mal au cul, mais c'est vrai… Mais enfin, Trump, il parle comme un charretier, il raconte des konneries énormes : construire un mur de la honte sur des milliers de kilomètres contre les Mexicains, il veut interdire l'entrée aux États-Unis aux musulmans…

- Mais Loulle, il dit ce que pense la moitié des Étasuniens ! Seulement il le dit sans langue de bois. Brut de décoffrage, comme le promoteur immobilier qu'il est ! Et c'est ce mépris pour les formes, ce rejet du langage politiquement correct qui fait son succès. Les électeurs se reconnaissent en lui. Ça les change de tous les sénateurs pompeux qui parlent « correctement » mais se remplissent les poches du pognon des lobbyistes… Le Donald Trump, Loulle, il se proclame social-libéral, ce qui, aux États-Unis, est presque « de gauche » ! Et puis il veut faire payer les riches. Oui. Il veut faire raquer plus d'impôts aux 1 % qui maquerautent le pays.

- Tu parles...Il fera comme les autres puisque tu nous as dit que tous sont redevables de leur élection aux grandes entreprises qui donnent des montagnes de thunes pour leurs campagnes...

- Eh bien, justement non. Parce que le Trump, il paie sa campagne avec son propre fric ! Il serait donc idéalement placé pour faire rendre gorge aux banksters qui tiennent le pays puisqu'il ne leur devra rien  ! Mieux que la petite madame Clinton, qui fait de la présidence du pays une affaire de famille comme le clan Bush, et se vautre dans le fric généreusement donné par les cadors de Wall Street.

- Attend Victor, ce type veut supprimer le peu de social qu'Obama a réussi à imposer, comme leur embryon de sécurité sociale, il est raciste tant contre les Noirs que contre les Latinos, il veut construire un mur sur des milliers de kilomètres à la frontière du Mexique, il veut interdire l'entrée du territoire aux musulmans, etc. etc. En plus, tous les médias , en France et en Europe, le roulent dans la merde et font tous allégeance à Clintonette…

- Raison de plus pour y regarder de plus près. Il sera probablement une calamité pour ses concitoyens. Mais ça, on s'en fout Loulle, qu'ils se démerdent entre eux chez eux. Ce qui importe pour nous, c'est sa politique étrangère. Les plumitifs le qualifient tous d'ignare en la matière. Et pourtant le Trump, il pense que la guerre en Irak a été une énorme konnerie ; il pense que l'Otan ne sert à rien et coûte trop de pognon aux Etasuniens ; il est contre les traités commerciaux genre Tafta, Ceta, Alena et autres ; il est pour un rapprochement pragmatique avec la Russie ; il n'a rien à foutre des embrouilles du Moyen-Orient, etc. Et ça, c'est très bon pour nous, Loulle !

- Mouais, si tu le dis… Mais Tout aco, i ma mère m'a fa ! comme on dit chez nous.

- Allez, à la nôtre !

 

Illustration, merci au regretté Chimulus

06/11/2016

Ouiquinde gastronomique gargantuesque

artemis_diana1.jpg

Théry

 

 

Longue, fine, éthérée, de grands yeux clairs intenses

Théry est arrivée comme une providence

Lorsque trahi, banni, méprisé, délabré,

J’étais au bord du gouffre et prêt à y sombrer.

 

Avec son cœur, son corps, sa tendresse de femme

Elle a pansé les plaies que des houris infâmes

Avaient creusées à vif de leurs griffes de hyènes

Pour assouvir sur moi leurs appétits de chiennes.

 

Théry m’a ramassé, souriante et jolie

Puis m’a ouvert ses bras, et son cœur, et son lit.

Elle fût à la fois amie, maîtresse et mère,

 

Goûtant sans calculer un bonheur éphémère.

Dans les recoins secrets du jardin de mon cœur,

Théry aura toujours une place d’honneur.

 

Pour honorer, Victor, ta Théry Providence,

Il te faut préparer une grasse bombance,

Qui réchauffe le cœur et remplit bien le corps,

Fait pour une princesse, pas pour une pécore.

Je te propose un plat bien fait pour les amants,

Bien qu’un rien onéreux : c’est le rôti gourmand.

Prend une olive noire aux câpres et aux anchois,

Mets-là dans un becfigue, c’est un oiseau surchoix,

Mets-le, sans tête et pattes, dedans un ortolan

Bien gras et que tu bardes avec du bon lard blanc,

Mets celui-ci dedans le corps d’une alouette

Que tu as amputé des pattes et de la tête,

Introduis celle-ci dans le corps d’une grive

Que tu auras trempé dans de l’huile d’olive,

Mets-là dans une caille de vigne bien dodue,

Introduis celle-ci dans un vanneau ventru,

Puis glisse celui-ci dans le corps d’un perdreau,

A chaque oiseau tu poivres et sales mais pas trop,

Mets dans une bécasse assez mortifiée

Que tu introduiras, pour la glorifier

Dedans un pintadeau bien bardé de ventrêche

Que tu mets dans le corps d’une poularde fraîche,

Introduis ta poularde dans un canard mulard,

Bride bien celui-ci par des bardes de lard

Avant de le glisser dans une oie de Guinée,

Qu’il te faut introduire, doucement, in fine

Dans une grosse dinde. Pour la remplir à ras,

Tu bourres avec des truffes  ainsi que du foie gras.

Lorsque tous tes oiseaux sont ainsi disposés,

Dans un grand pot de terre tu vas les déposer,

Accompagnés d’oignons, carottes, céleri,

Petits dés de jambons, lard et bouquet garni,

Poivre, sel, coriandre, persil, thym et sarriette,

Quatre ou cinq gousses d’ail et piment d’Espelette,

Quelques grains de genièvre et un peu de cumin,

Mouilles avec du vin blanc, mais des Quatre-Chemins.

Tu dois fermer ton pot bien hermétiquement,

La mie de pain mouillée va admirablement.

Met le pot dans un four à chaleur modérée

La cuisson doit se faire toute dans la durée,

Vingt-quatre heures au moins, une journée entière

Afin que la coction soit lente et régulière.

Ce repas précieux apprécié des cours

Au palmarès des goûts est placé hors-concours.

L’intimité des sucs de tant de volatiles

Révèle des saveurs somptueuses, subtiles,

Quintessence des bois, des marais et des plaines

Qui comblent de bonheur les gourmets et les reines.

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

 

Ingrédients et proportions pour six personnes :

- 1 olive noire farcie de 2 câpres et d'1 anchois au sel, ­- 1 becfigue, - 1 ortolan, - 1 alouette, - 1 grive (chacha de préférence), - 1 caille, - 1 vanneau, - 1 perdreau, - 1 bécasse, - 1 pintadeau, - 1 poularde, - 1 canard mulard, - 1 oie de Guinée, - 1 dinde, - 3 truffes de grosseur raisonnable, - 1 livre de foie gras d'oie, - 12 bardes de lard et autant de ventrêche, - sel, - poivre, - huile d'olive, - 1 kilo d'oignons, - 1 kilo de carottes, - 1 botte de céleri trié, - 5 gousses d'ail, - 1 cuillerée à soupe de coriandre en grains, - 12 grains de ge­nièvre, - 1 cuillerée à café de cumin en poudre, - 1 cuillerée à café de piment d'Espelette, - 3 cuillerées à soupe de sel, - 1 cuillerée à café de poivre noir, - 1 gros bouquet garni (laurier, thym, sarriette, persil plat), - 3 bouteilles de vin blanc des Quatre-Chemins à Laudun.

 

Les vins conseillés:

Cette préparation gargantuesque exige les plus grands vins rouges. Évidemment des vins rouges des Côtes-du-Rhône septentrionales:

Condrieu, Hermitage, Crozes-Hermitage, Côte-Rôtie, Saint­-Joseph, Cornas.

Mais aussi Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Vacqueyras, Cai­ranne, Lirac.

 

Illustration X - Droits réservés

 

05/11/2016

Ouiquinde érotique avec Aristide Bruant

aristide bruant 2.jpg

 

Aristide Bruant (1851-1925)

 

À Grenelle


Quand j'vois des fill's de dix-sept ans,
Ça m'fait penser qu'y a ben longtemps,
Moi aussi j'l'ai été pucelle,
A Grenelle.

Mais c'est un quartier plein d'soldats,
On en renconte à tous les pas,
Jour et nuit i's'font sentinelle,
A Grenelle.

J'en ai t'i' connu des lanciers,
Des dragons et des cuirassiers,
I's m'montraient à m'tenir en selle,
A Grenelle.

Fantassins, officiers, colons
Montaient à l'aussaut d'mes mam'lons,
I' m'prenaient pour eun' citadelle,
A Grenelle.

Moi j'les prenais tous pour amants,
J'commandais tous les régiments,
On m'app'lait mam' la colonelle,
A Grenelle.

Mais ça m'rapportait que d'l'honneur,
Car si l'amour ça fait l'bonheur,
On fait pas fortune avec elle,
A Grenelle.

Bientôt j'm'aperçus qu'mes beaux yeux
Sonnaient l'extinction des feux,
On s'mirait pus dans ma prunelle
A Grenelle.

Mes bras, mes jambes, mes appas,
Tout ça foutait l'camp, à grands pas.
J'osais pus fair' la p'tit' chapelle,
A Grenelle.

Aujord'hui qu'j'ai pus d'position,
Les régiments m'font eun'pension :
On m'laiss' manger à la gamelle,
A Grenelle.

Ça prouv' que quand on est putain,
Faut s'établir Chaussé'-d'Antin,
Au lieu d'se faire eun'clientèle,
A Grenelle.

 

Ils ne pensent qu'à çà !

https://media.giphy.com/media/l3vRdAqB3XdmS1Kc8/giphy.gif


A écouter ICI

 

Photo X - Droits réservés