Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/01/2007

Union des Morues et des Proxos

Il s’appelle Alain Agostini et, avec sa première monture, il mettaient au turf une dizaine de belle hétaïres vauclusiennes et gardoises (hétaïre, c’est un mot distingué pour dire pute). Tout ça en famille : on commence petit, avec sa femme et sa belle mère, puis on se lance, on prend du personnel. Il faisait tapiner – pardon masser – ses protégées directement chez lui, dans sa villa de Sorgues. Moyennant un pourcentage de 50%. Faut ce qu’il faut, on a des frais dans le métier. Il mettait des annonces ans les journaux régionaux. Bref, « Ma petite entreprise ne connaît pas la crise… » comme chante l’autre.
Mais voilà-t-y pas que les bourres, avec leurs gros sabots, sont venus saccager ce bel ordonnancement… Patatras, tout fout le camp… Pauvre Agostini.
Ah ! Un petit détail savoureux : Agostini est un respectable élu de la bonne ville d’Orange (oui, ce territoire occupé avec, à la Kommendantur Herr Bompart, Front national reconverti chez Villiers). Mais un élu d’opposition. Un élu U.M.P ! ! !

30/01/2007

Le scooter à Sarkoson

medium_le_scooter_a_Sarko.jpg


Rachid a porté plainte parce qu'on lui a piqué son scooter à La Paillade. Classé sans suite par les flics goguenards.
Sarkoson se fait piqué son scoot à Neuilly: 10 fins limiers sur le coup, recherche ADN, en quelques jouys l'affaire est résolue.
Vous avez dit deux poids deux mesures ?

29/01/2007

Sarko: Mainmise sur la presse tricolore

medium_sarkozycharmeurde_serpent.gif
Pourquoi les journalistes ne parlent-ils jamais de l’incompétence de Sarko ? Il est très intéressant de chercher à comprendre un phénomène troublant : le Naboléon paraît auréolé d’une réputation de sainteté et d’efficacité dans les médias traditionnels tandis que sa principale adversaire est, elle, accusée des pires maux et incompétences.
Ségolène Royal est peut-être incompétente et inculte, il faudrait vérifier. Nicolas Sarkozy n'aurait rien à lui envier ! Mais personne n'en parle ... où plutôt seule (ou presque) la presse étrangère peut en parler.
Parce que Sarko a mis sa griffe de chacal sur toute le presse française. Pour savoir ce qu’il se passe chez nous concernant ce dangereux personnage, il faut aller feuilleter la presse étrangère. Voici un article du journal suisse « Le Matin » :


Mainmise sur la presse tricolore
LIAISON DANGEREUSE


Depuis 2002, Nicolas Sarkozy a placé des hommes à lui dans presque toutes les rédactions parisiennes, dans la presse écrite comme dans la presse audiovisuelle

PARIS - IAN HAMEL
27 janvier 2007

Les Français ne connaissent pas la société audiovisuelle ETC (Etudes, techniques et communication). Pourtant, ils ne cessent de voir ses productions à la télévision. C'est cette entreprise, appartenant à l'UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, qui filme le candidat Nicolas Sarkozy et qui ensuite vend (ou plus souvent donne) ses reportages aux chaînes de télévision françaises. «Le plus grave, ce n'est pas que Sarkozy organise ses propres reportages, mais que les télévisions acceptent ce procédé car il leur fait économiser de l'argent», proteste un journaliste parisien sous couvert d'anonymat.
Pourquoi se gêner? La société ETC jouit d'une excellente réputation professionnelle, elle offre des images parfaitement maîtrisées, avec des caméras face à la tribune, sur les côtés, et survolant la foule. Nicolas Sarkozy a même organisé le retour de Cécilia, son épouse, au domicile conjugal. Son photographe a pris soin de prendre les clichés à distance afin de faire croire qu'il s'agissait de photos volées par un paparazzi... Rien d'étonnant à cela. Comme le rappelle Frédéric Charpier dans son livre «Nicolas Sarkozy. Enquête sur un homme de pouvoir» , l'actuel ministre de l'Intérieur avait imaginé un temps devenir journaliste.

Les journalistes au pain sec
Maire de Neuilly, dans la région parisienne, et président des Hauts-de-Seine, le département le plus riche de France, Nicolas Sarkozy courtise de longue date les patrons de presse, qui sont souvent ses administrés, comme autrefois Robert Hersant, propriétaire du Figaro et de 30% de la presse française, et aujourd'hui Martin Bouygues, le patron de TF1, dont le journal télévisé est regardé par 8 millions de personnes. «Il est non seulement l'ami des patrons de presse, mais il est aussi l'ami des rédacteurs en chef et des chefs des services politiques qu'il appelle tout le temps au téléphone. Sarkozy s'est aussi constitué une cour de sans-grade qui espionnent pour lui à l'intérieur des rédactions, recevant en compensation des informations exclusives ou des promesses de promotion», raconte un enquêteur connu de la presse parisienne.
Le climat est devenu tellement étouffant que ce journaliste demande non seulement que son nom n'apparaisse pas, mais que son journal ne soit pas mentionné non plus. «Je suis contraint de me méfier de mes propres collègues», déplore-t-il. Ministre de l'Intérieur, à la tête de deux services secrets, la DST et les Renseignements généraux (RG), Nicolas Sarkozy est un homme tout-puissant. Alors que ses «amis» journalistes sont abreuvés de scoops sur la délinquance ou sur le terrorisme, les autres rédacteurs se retrouvent au pain sec: les policiers ne leur parlent plus. Pire, ils découvrent que les Renseignements généraux ne font pas seulement des enquêtes sur les collaborateurs de Ségolène Royal, la candidate socialiste, comme Bruno Rebelle, ancien directeur de Greenpeace. Mais qu'à l'occasion, ils s'intéressent aussi à la vie privée des rédacteurs un peu trop à gauche. «Un proche de Sarkozy vous appelle au téléphone et lâche le nom de votre maîtresse, menaçant de le faire savoir à votre épouse si vous ne devenez pas davantage conciliant avec le candidat de l'UMP», s'étrangle un journaliste du Figaro. Un proche de Sarkozy que Karl Laské, journaliste à Libération appelle carrément «le lanceur de boules puantes».

On comprend pourqioi les qualités premières d'un journaliste, à l'heure sarkosienne sont la souplesse de l'échine et la langue rapeuse. A tel point qu'il y a beaucoup de mes collègues qui doivent avoir de la peau morte sur la langue à force de lécher le cul du Lider Minimo.

Alerte : l’Europe veut tuer le Bio

La Commission européenne — cette officine de technocrates élus par personne et à la solde des lobbies multinationaux — vient de concocter, toute seule dans son coin, un projet de règlement qui risque de torpiller le bio.
Au menu: des exigences rabotées, des contrôles allégés et un tas de dérogations. Il s'agit pourtant officielle-ment de faire en sorte que le consommateur puisse acheter bio les yeux fermés. Ben voyons !
N'empêche: les ministres européens de l’Agriculture ont pris l'engagement de voter comme un seul homme, en avril prochain, ces nouvelles règles sur la production et l'étiquetage du bio. Et ce sans tenir compte du rapport ultra critique du Parlement européen, qui se fait du mouron pour l'avenir de l'agriculture biologique. (A quoi sert donc le Parlement européen s’il ne peut pas stopper les dérives de cette Commission aussi honnie que nuisible ?)
Dès 2009, on aura donc droit à du poulet bio nourri avec du maïs aspergé de pesticides (au lieu de céréales récoltées à la ferme), du jambon fabriqué avec du cochon « bio » élevé sur caillebotis, la dalle en béton des porcheries industrielles, et traité aux antibiotiques (refiler des médicaments n'est pas autorisé mais n'est plus interdit) ou du pain bio composé de céréales saupoudrées jusqu'à 0,9 % d'OGM. Et l'on pourra aussi déguster un yaourt aux pommes « bio » délayé avec du lait industriel à condition que les morceaux de fruits soient issus de l'agriculture biologique (un seul ingrédient suffira à décrocher le label)
(Info Canard enchaîné)

medium_malbouffe.jpg

28/01/2007

Les escrocs...

Pauvres patrons…
Lors de la récente grand messe du Medef, vous l’avez entendu, le petite mère Parizot, la madone des conseils d’administrations, pleurer sur le sort des entreprises brimées dans leur essor par un Etat tentaculaire !
Salaud d’Etat qui pompe ces pauvres patrons, salauds de salariés qui prétendent se faire payer le juste prix de leur labeur…
Mouais…Un rapport de l’Inspection des Finances qui vient de sortir donne un tout autre éclairage de cette misère de nos pauvres patrons :
Les entreprises françaises ont touché de l’Etat honni la modeste somme de 65 milliards, soit 4% du PIB. C’est-à-dire — pour donner une idée de ce que représente cette somme astronomique — que l’on a sorti de nos poches de contribuables pour le mettre dans celle des patrons un peu plus que le budget total de l’Education nationale, le double du budget de la Défense, l’équivalent de toutes les dépenses hospitalières ! Sur cette somme, 24 milliards sont accordées au chapitre « allègement du coût du travail ».
C’est dur d’être patron affilié au Medef…

medium_Revolutionnaire.jpg

27/01/2007

T’es pas seule la Mère. T’es pas seule !

Debout ! Reste debout comme tu l’as dit en Martinique. Toute la cohorte des nuls revanchards de ton camp, tous les clans des sarkomafieux de l’autre bord, toutes les grosses caisses à mensonges que sont les médias, tous sont unis pour te faire prendre la gamelle. Finalement, les embrouilles durant les primaires de ton camp t’auront été bénéfiques, puis qu’elles t’auront un peu tanné le cuir. Laisse faire, laisse dire. N’oublie pas les leçons de ta primaire : les saloperies sont souvent des boomerangs qui retournent dans la gueule de ceux qui les envoient. Pas vrai Stausskhan, expert en coups tordus !
Les élus socialos sont des notables repus, pas toujours très clairs, n’hésitant pas à flouer leurs électeurs, adorant les honneurs et se complaisant dans les discours creux de fins de banquets, leur verve républicaine agréablement soutenue par les efforts de leurs tripes tapissées de sauces chaudes et onctueuses et les pommettes rehaussées d’une couperose de bon aloi fleurant bon le Bordeaux ou le Côtes-du-Rhône. Ceux-là, il suffira que tu leur fasses les yeux revolver en leur rappelant que si tu es battue, ils le seront aussi aux législatives et aux municipales qui suivront. Tu les verras venir te manger dans la main.
Ton Jules, lui — vieille habitude d’un politicard rusé et matois —, semble jouer sur deux tableaux : si tu gagnes, il sera le premier secrétaire de la formation dominante, si tu perds et que les électeurs, pour ne pas mettre tous les pouvoirs dans la pogne du nanafacho, votent pour la gauche aux législatives, il sera naturellement premier ministre d’une nouvelle cohabitation. (Un conseil : s’il continue ses conneries, fait lui la grève de l’amour !).
Enfin, garde présent à l’esprit que toutes les magouilles, tous les matraquages d’une presse inféodée aux marchands d’armes, tous les sondages bidonnés n’ont pas empêché les électeurs, lors du dernier référendum, de voter comme EUX voulaient et non pas comme ON voulait les faire voter !
Donc, continue ton travail de proximité auprès des Français d’en bas. Fait les rêver, apporte leur l’espoir mais sans les endormir par des promesses intenables. Sers-toi de tes armes de femme : le charme mais aussi et surtout le parler-vrai, le pragmatisme, le sens des réalités, l’habitude de se coltiner tous les jours avec les difficultés de la vrai vie, l’impératif de justice.
T’es pas seule la Mère. T’es pas seule !

26/01/2007

Un greffon à rejetter

medium_GreffeSarkoLePen.jpg


Merci tonton Cabu!

25/01/2007

Quelques bastos pour Davos

Ils sont là haut quelques centaines. Ils prétendent régir l’existence de 6 milliards d’individus. Qui sont-ils pour prétendre à cet extraordinaire pouvoir ? Qui les a élus ? Qui représentent-ils ? Devant qui sont-ils responsables ?
Les réponses sont simples.
Ils sont les représentants de quelques centaines de compagnies multinationales qui mettent la terre en coupe réglée, qui réduisent au quasi esclavage l’essentiel de l’humanité, au profit de quelques milliers, allez, soyons large, quelques dizaines de milliers de parasites.
Elus par personne évidemment si ce n’est par ces cercles mafieux qui se camouflent sous le nom de « conseils d’administrations ».
Ils sont les « apôtres » de la mondialisation, de la croissance à tout crin. Résultat de l’action de ces nuisibles : la planète dévastée, le climat déréglé, la clochardisation généralisée des populations laborieuses, l’accaparement des richesses mondiales au profit d’une poignée d’escrocs cupides et veules.
Eh ! Tonton Binladen ! Ils sont tous là. Unité de lieu, unité de temps. Tout n’est-il pas réunis pour une belle tragédie ? Tu te fais vieux, le barbu…
C’est vrai que, toi aussi, tu es de leur bord.
CQFD

medium_champignon_atomique.jpg

24/01/2007

Ecoute! Tu la connais celle-là ?

Un complet…

C’est un mec en bagnole avec sa bonne femme. Il fonce comme un malade quand, à la sortie d’un virage, pan, les bleus le chope dans leurs jumelles radar. Un kilomètre plus loin, le comité d’accueil, avec motards et tout le binz…
Un motard fait le tour de la bagnole, s’approche de la portière, le mec ouvre sa vitre :
— Monsieur, vous avez été contrôlé par le radar à 135 km/h sur une route limité à 90…
— Oh ! Ben ça alors ! je suis étonné, c’est sûrement le compteur qui ne marche pas…
Sa femme prend la parole :
— Ne le croyez pas monsieur le gendarme. Il roulait au moins à 135…
Le mec glisse à sa femme un regard glauque.
Le flic reprend :
— Quand à vos pneus, ils sont lisses…
— Justement, gendarme, j’allais les changer !
Sa femme :
— C’est pas vrai monsieur le gendarme. Il roule depuis six mois comme ça…
Nouveau regard assassin du mec vers sa bonne femme…
Le flic :
— Votre assurance est dépassée…
— Mais non, c’est que j’ai oublié de coller la nouvelle vignette, et… je l’ai laissé à la maison…
Sa femme :
— Tu parles… Plus personne ne veut l’assurer.
Le mec explose :
— Mais tu vas la fermer ta gueule, sac à merde ! C’est pas possible d’avoir une truie pareille comme femelle ! Mais je vais te claquer mes couilles dans la gueule, vieille pouffiasse !
Le flic fait le tour vers la portière de la femme et dit :
— Il vous parle souvent comme ça ?
La femme :
— Non, monsieur le gendarme, seulement quand il est bourré…

23/01/2007

Aux armes ! Jardiniers !

Il y a quelques années, je fus invité en tant que rédacteur en chef d’un magazine économique, à un raout d’esbrouffe à Beaumanière, cet établissement chicos des Baux-de-Provence (qui, soit dit en passant veut dire « grotte à puces ! ! »). Ceci pour le lancement d’une tomate industrielle appelée « rougeline » ou quelque chose comme ça. Des nanas habillées à raz la touffe ondulaient entre les tables pour nous vanter les mérites de leurs tomates bien rondes et bien rouges (alors que les journaleux émoustillés par le champ qui coulait à flot mataient plutôt les jolie melons de ces demoiselles). Après dégustation (des tomates, pas des demoiselles hélas…) il nous fut demandé de donner notre avis sur le produit. Ma réponse fut rapide et précise : imbouffable.
Tout est là. L’industrie agroalimentaire, avec l’aide d’organismes tels que l’Inra, crée des variétés de fruits et légumes beaux, sains (mouais…), résistant au pourrissement et au transport mais rigoureusement insipide. « Le goût n’est pas notre priorité » me fut-il répondu… Tout est dit.
Ceci pour en venir au procès que le syndicat des semenciers fait à une petite association alésienne, Kokopelli. Le crime de celle-ci : commercialiser des semences de légumes et de fruits oubliés, qui font le bonheur des jardiniers mais…qui ne paient pas de redevance (de racket plutôt) aux dits semenciers. Ceci avec la complicité des pouvoirs publics à la solde des lobbys multinationaux qui sont derrière les semenciers.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.
L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples. Les vendeurs de pesticides bricolent dans leurs laboratoires des chimères génétiquement modifiées, qu’ils osent appeler semences, générant des plantes dépendantes entraînant une régression technique pour les paysans, les jardiniers et les amateurs.
Les lobbys, aidés par l'Etat, pour obtenir le monopole de ce qui appartient à tous, veulent supprimer le droit inaliénable de chacun de ressemer sa récolte. Les sélections de terroir garantissent des plantes saines et savoureuses. La semence industrielle est malade, elle ne peut vivre sans pesticides, engrais chimiques ou manipulations génétiques. Polluante pour l’environnement, elle est le point de départ de la mal-bouffe.
Les maraîchers qui produisent et commercialisent des légumes ont obligation de ne produire que des légumes issus du catalogue officiel. Or plus de 90% des variétés inscrites à ce catalogue officiel sont des variétés hybrides, inventées par les semenciers, qui reproduisent des graines dégénératives donc inutilisables pour reproduire la plante.
Autrement dit, le maraîcher, pour produire d'une année sur l'autre la même variété de tomate doit acheter à nouveau sa semence au semencier.
Les semenciers ont donc fait une OPA sur le catalogue officiel et s'ingénie à en évincer les variétés dites anciennes, car ces dernières reproduisent de graines parfaitement fiables pour reproduire la plante mère. Le hic, c'est que ces variétés qu'on peut ressemer ne rapportent donc plus d'argent au semenciers, qui ont donc intérêt à les faire disparaître au profit de leurs hybrides. CQFD
L'obstination à poursuivre devant les tribunaux des associations comme Kokopeli alors que les lois sur les OGM ne sont pas appliquées est une preuve supplémentaire que le monde politique est contrôlé par le monde industriel. Ce dernier vise le contrôle total de la vie : eau (Cocacola possède 98% des sources d'eau en Roumanie...) la nourriture, donc les graines (Monsento s'occupe de ce front) et bientôt de l'air dès que la pollution en ville sera si désastreuse qu'il nous faudra des masques. Au delà de sa défense des plantes anciennes et de leur conservation patrimoniale, qui devrait être largement soutenue, Kokopelli lutte contre une mise en esclavage totale des hommes par une poignée d'ultra puissants.
Défendons-les !

22/01/2007

Hommage d'un Mécréant à un Croyant

Tiens l'abbé, je te dédis cette chanson:

Et si un jour...
(Paroles de Jean-Victor Joubert
Musique de Jean Nubel)


Et si un jour je quitt' la terre
Pour m'en aller vers l'infini
Et si un jour je quitt' la terre
Je partirais dans l'harmonie
Et si un jour je quitte la terre
Pour m'en aller vers le soleil
Et si un jour je quitte la terre
Je partirais vers mon Éveil

Les tracas
Les fracas
Les soucis
Les ennuis
De la vie
Pour moi pour moi seront finis

Lorsque je franchirais la porte
Qui nous conduit vers l'inconnu
Je voudrais avoir pour escorte
Tous les amis que j'ai connu
Je laisserai en héritage
Amour, amitié, harmonie
Gaieté, tolérance et courage
Joués comme une symphonie

Version finale gai :
(Récitant)
Parents, enfants et amis
Autour de moi réunis
Plein de ferveur et d'amour
Et si je vous jouais un tour !

J'ai pas envie d'quitter la Terre
Je préfèr' rester au Soleil
Et vivre libre comme l'air
En buvant du bon vin vermeil !
Je suis si bien sur cette Terre
A festoyer, rire et chanter
Mon paradis il est sur Terre
J'y rest'rais pour l'éternité !

Version finale mélancolique :
(Récitant)
Parents, enfants et amis
Autour de moi réunis
Plein de ferveur et d'amour
On se retrouvera un jour !

Et si un jour je quitt' la terre
Pour m'en aller vers l'infini
Et si un jour je quitt' la terre
Je partirais dans l'harmonie
Et si un jour je quitte la terre
Pour m'en aller vers le soleil
Et si un jour je quitte la terre
Je partirais vers mon Éveil

21/01/2007

Le coût des lèche-cul

C’est pas moi — anti sarkoziste vicéral et qui assume — qui le dit, c’est Midi Libre qui fait ainsi honneur au qualificatif de son patronyme :

Sarkozy à Millau: une note salée.
Nicolas Sarkozy était en visite mi-nistérielle vendredi à Millau, Un déplacement sans intérêt véritable si ce n'est celui de vendre le candidat UMP à la présidentielle.
Or, ces trois ou quatre heu-res passées en Sud-Aveyron vont coûter très cher aux contribuables et ne seront sans doute jamais comptabilisées dans les comptes de campagne de l'intéressé.
Plus que les 4 000 € par heure pour l'utilisation d'un Falcon 50 de l'Etec (ex-Glam), l'Escadron de transport des autorités gouvernementales, c'est surtout le coût de la sécurité du premier flic de France qui va plomber la note.
Car, entre les policiers lo-caux, les gendarmes de la compagnie de Millau, les démi-neurs, les RG, quelque trois cents CRS ou garde mobiles étaient également mobilisés. Et, eux, ont fait des heures supplémentaires.
Si l'on ajoute quelques frais annexes plutôt cocasses, com-me la réquisition de bétaillères afin d'enfermer toutes les brebis belliqueuses, plusieurs per-sonnes bien informées évo-quent, au final, la somme d'un million d'euros.


Ca fait tout de même 250.000 euros de l’heure, tout ça pour renvoyer la balle à un charlot dont le Lider Minimo se sert pour ses basses œuvres…

20/01/2007

Copinage: Sortie du "Choc des Préjugés" par Caroline Fourest

Le Choc des préjugés ou l'impasse des postures sécuritaires et victimaires

De part et d'autre des périphériques et des rocades, deux France s'invectivent.
La France qui a peur ne veut voir dans celle des cités que délinquants, islamistes et graines de terroristes insolubles dans la République. En face, cette France qui fait peur, trop souvent laissée pour compte, crie à la discrimination, au racisme et à l'"islamophobie".
Dans cette cacophonie de lieux communs, personne ne s'entend, car personne n'écoute, chacun se contentant de projeter sur l'autre ses fantasmes et ses préjugés, ses angoisses et ses frustrations. Résultat : le contrat social qui a fait de la France un pays de mélanges et de rencontres bat sérieusement de l'aile.
Pour éviter qu'il ne finisse en miettes, Caroline Fourest propose une remise à plat radicale des idées reçues qui prospèrent de part et d'autre. Systématiquement, avec rigueur et impartialité, elle les recense, les décortique et les analyse :
- La France est-elle victime de l'islamisation ?
- la polygamie est-elle responsable des émeutes de novembre 2005 ?
- La presse est-elle "islamophobe" ?
- La France est-elle raciste ?
- La justice est-elle laxiste ?
- Deux poids, deux mesures ?
- Le modèle anglo-saxon fonctionne-t-il mieux ?
Sans fantasmes ni angélisme, Caroline Fourest répond aux questions des Français. De tous les Français. Ceux qui risquent de céder aux amalgames. Et ceux qui risquent de répondre aux amalgames par d'autres amalgames.
Chez Calmann-Lévy

19/01/2007

Quand on veut grimper au cocotier, il faut avoir le cul propre.

medium_sarkonie_gueule.jpg
Le Nano leader est allé faire le beau chez son porte-flingue Godfrain, oui, vous savez, celui qui a balancer sur la Toile que le couple Ségo-François était assujetti à l’impôt sur les grandes fortunes. Le couple Royal semble le payer. Le leader Minimo est lui aussi assujetti à l'ISF, mais c'est beaucoup moins clair.
C'est "Capital", journal dont il serait exagéré de dire qu’il est révolutionnaire qui le dit :

Exclusif Capital.fr Patrimoine de Sarkozy : le candidat a vendu un appartement 1,9 million d'euros.
Le patrimoine de Nicolas Sarkozy et de sa femme Cécilia est probablement au moins deux fois supérieur à celui de Ségolène Royal et de François Hollande. Selon la conservation des hypothèques de Nanterre, le couple Sarkozy a en effet perçu, le 10 novembre 2006, 1.933.130 euros de la vente de l'appartement qu'ils occupaient boulevard Vital Bouhot, sur l'île de la Jatte, à Neuilly sur Seine.
A moins qu'elle ne soit largement gagée par des emprunts, la possession d'un tel logement aurait probablement dû rendre à elle seule les époux Sarkozy redevables de l'impôt sur la fortune depuis de nombreuses années. Or le candidat de l'UMP a fait savoir par la voix de son porte-parole, mercredi 17 janvier, qu'il ne payait l'ISF que depuis un an.
Jusqu'aux années 90, Nicolas Sarkozy était propriétaire, avec ses frères, de plusieurs appartements à Neuilly, notamment avenue du Général de Gaulle et rue Bailly, mais il a vendu ses parts en 1997, vraisemblablement pour acheter celui de l'île de la Jatte.
Contacté par Capital.fr, l'entourage de Nicolas Sarkozy n'a pas souhaité commenter cette information.

Le Nano Minimo devrait méditer sur cet adage africain : « Quand on veut grimper au cocotier, il faut avoir le cul propre. »

Ca se passe comm'ça chez Maqueud'eau !

medium_curechemacdo.jpg


Grossir sans peine et sans régime en bouffant les merdes que nous proposent (et impose...) la pube...

medium_sarkozycerveaupubea8.jpg

18/01/2007

Ségo: ce qu'elle dit mais qu'on n'entend pas...

Pendant que les charlots du cirque médiatique nous prennent pour des demeurés en mettant l'accent sur "le patrimoine du couple Royal-Holande" ou autre poudre aux yeux du même acabit, personne ou presque n'a parlé d'une rencontre essentielle que la Ségo a eu avec une grande voix de l'Europe. Moi qui ait vôté contre l'Europe des banquiers mais suis pourtant viscéralement européen, je ne peux que me réjouir de la prise de position de la Ségo pour une Europe à dimension sociale.

Ségolène Royal a profité de sa rencontre avec le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, mercredi 17 janvier 2007, pour évoquer ses projets pour l'Europe et sa constitution.

"Je souhaite que le peuple français soit à nouveau saisi par référendum en 2009. Mon idée, c'est que ce référendum aurait lieu en même temps que les élections européennes.

Je suis une Européenne convaincue, la présidence française au deuxième semestre 2008 va constituer une échéance très importante. Je souhaite qu'au moment de la présidence française les solutions soient trouvées.

Nous ne serons crédibles, et surtout les salariés de l'Europe n'auront le sentiment de ne pas être les laissés-pour-compte, que si l'Europe avance concrètement et efficacement sur la lutte contre le chômage et en particulier grâce à l'investissement massif dans la recherche, l'innovation et toutes les formations professionnelles".

Suite au précédent référendum, elle sait que la situation est "difficile en France. Mais je ne veux pas qu'elle pénalise les pays européens qui se sont déjà prononcés. En revanche, ce que je souhaite, c'est qu'il y ait un volet social pour que les droits des travailleurs soient pris en considération dans cette nouvelle Europe".

Ségolène Royal pense qu'il faut que des engagements soient pris dans un "texte social dont il reste à discuter du statut. Il faut un traité qui permette aux institutions de fonctionner. Je suis prête à prendre des risques politiques sur cette question-là et à expliquer aux Français que si l'Europe s'est remise debout, alors nous avons le devoir de lui donner les moyens institutionnels de fonctionner".

Jean-Claude Juncker a précisé le contenu du volet social. "Nous sommes d'accords sur l'idée qu'il faudra compléter le traité envisagé par une déclaration sociale plus engageante". Il a évoqué un "socle de droits sociaux minimaux pour les travailleurs, vieille idée jamais réalisée".

Les dirigeants européens se mettraient d'accord "sur le principe qu'il doit y avoir un salaire social minimum partout, qu'il faudrait un revenu minimum d'insertion, un revenu minimum garanti partout, libre aux Etats d'en fixer le niveau et qu'il y ait des règles minimales en matière de licenciement".

Ségolène Royal a également précisé sa vision des statuts de la BCE.

"Je crois que le gouvernement économique européen doit être beaucoup plus actif. Ce n'est pas à la Banque centrale européenne de prendre seule les décisions. Il ne s'agit pas de remettre en cause son indépendance, mais il s'agit de ne pas la laisser exercer une omnipotence.

Il est important que la Banque centrale européenne ait comme objectif non seulement la maîtrise de l'inflation, mais également la croissance et donc le progrès social". Il faut un "élargissement de son statut".

La présidence européenne allemande est dirigée par une femme, espérons que la présidence française, en 2008 le sera aussi par une femme. L'Europe pourrait alors sqortir de l'ornière où l'on enfoncé les ultra libéraux à la solde de la finance sauvage.

Le couple de l'année

medium_le_couple_de_l_annee.jpg


Dans une campagne, il y a des hauts et des bas...

17/01/2007

Lu dans Midi Libre ce jour

TUEURS - L'Inde se passionne pour la pire série de meurtres de son histoire, dont l'un des auteurs a avoué avoir assassiné, violé et tenté de manger une quinzaine d'enfants mais dont le nombre de victimes dépasserait les 40. Les policiers découvrent de plus en plus de restes humains dans la banlieue de New Delhi, dans lé jardin d'un entrepreneur de travaux publics. Son cuisinier et complice a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec les cadavres et avoir essayé d'ingérer certains organes.
Voilà où mène la faim au pays des Indes galantes !

CAFE - Géants de l'agroalimentaire, Kraft ou Nestlé vendraient du café récolté de façon illégale dans un parc national indonésien refuge pour des espèces animales menacées d'extinction, accuse le Fonds mondial pour la nature (WWF)
Demandez aux Perrier de Vergèze : les méthodes crapuleuses de Nestlé, ils connaissent !

STATUE - Le quartier chaud d'Amsterdam, haut lieu de la prostitution, aura bientôt sa statue de bronze en hommage aux prostituées du monde entier;, signée par le sculpteur Els Rijerse.
Ben voilà une nouvelle qu’elle est bonne !

16/01/2007

Le Sarko est dangereux, mais ça se soigne !

Pour ne pas vous laissez pas pourrir la vie,
Faites une cure de pastilles ANTI-SARKOZI !

(à prendre sans modération)

medium_pastilleantisarko.jpg

15/01/2007

Ecoute ! Ecoute! Tu la connais celle-la ?

C’est un mec qui entre dans son restaurant préféré. Pas une gargotte : chez les frères Pourcel. Il s'assoit à sa table habituelle, lance un regard furtif aux tables autour de lui et découvre une femme magnifique installée à une table proche. Elle est seule.
L'homme demande alors au serveur de déposer sur la table de cette femme une bouteille du Champagne le plus cher qu'il ait en réserve. Si elle accepte la bouteille de roteuse, se dit-il, ce sera une bonne entrée en matière.
Le serveur apporte la bouteille à la table de la femme:
- C'est de la part de ce monsieur, dit-il en le désignant du menton.
La femme regarde la bouteille avec froideur durant une seconde, puis décide d'écrire un petit mot à son admirateur, qu'elle confie au serveur.
Sur ce petit mot, on peut lire:
"Pour que j'accepte cette bouteille, il faudrait que vous ayez une Mercédès dans votre garage, un million d'euros à la banque et 20 cm dans votre pantalon."
Après avoir lu le mot, l'homme sourit, puis se met à écrire sa réponse au dos de la missive:
"Pour accéder à votre requête et dans le seul but de vous être agréable, je pourrais revendre ma Ferrari Modena 360 et ma BMW 850 pour qu'il ne me reste plus que la Mercédès 600 SEL dans mon garage. Je pourrais également dilapider au casino ou offrir à la Croix Rouge, 119 millions d'euros sur les 120 que je possède pour n'en garder qu' 1 seul, mais même pour une femme aussi belle que vous, je ne me ferai jamais enlever 5 cm !!!
P.S. Rends-moi la bouteille, conasse!