Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/06/2007

Sous-hommes, sous-chiens...

Georges Frèche a été traîné en justice, voué aux gémonies par la presse, jeté en pâture à la vindicte populaire pour avoir, dans un mouvement d’humeur dont il est coutumier, laissé ses paroles dépasser ses pensées en traitant les harkis de « sous-hommes ».
Mais que dire alors d’un dénommé par Houria Bouteldja, porte-parole des « Indigènes de la République » - ce groupuscule fascisant qui prétend représenter tous les Français qui ne sont pas « blancs » - au cours de l’émission « Ce soir ou jamais » sur France 3 il y a quelques jours : "Il faut rééduquer le reste de la société... La société occidentale (elle parle des Français non immigrés, NDRL)... Nous on les appelle les « sous-chiens » — parce qu'il faut bien leur donner un nom — les blancs ».
Voilà où on en est…

27/06/2007

Parait qu'il fait chaud!

medium_pet_dans_l_eau.2.jpg


medium_rafraichissement.2.jpg


Rafraîchissez-vous!

26/06/2007

Il s’appelait Nelson.

Il s’appelait Nelson. Il avait quinze ans. Il est mort.
Il traversait, en poussant son vélo, une rue d’un de ces quartiers nords de Marseille. Sur un passage clouté. Et au feu vert pour lui.
Arrive un véhicule de police, conduit par un jeune homme. Très vite. Trop vite. Si l’on en croit les témoins, sans signaler sa présence – prioritaire ? – ni par son avertisseur spécial, ni par les éclats bleus impératifs de son gyrophare.
Nelson l’a pris en pleine gueule. 40 mètres en l’air. Ramassé à la cuillère par les pompiers, il décèdera à l’hosto.
Le jeune flic, lui, a été remis en liberté le lendemain…
Le père : désemparé. La famille : ruinée de chagrin et d’incompréhension. Le quartier : atterré.
La colère gronde sourdement. Si toute cette détresse explose, il ne faudra pas se demander pourquoi…
Eh ! Rachida Dati. Qu’est-ce qu’on fait ? On attend que ça brûle ?

25/06/2007

Merci aux « éléphants bobos » fossoyeurs de la Gauche

« Travailleurs, travailleuses… » s’égosille depuis de décennies Arlette. Avez-vous déjà entendu défendre la valeur travail par le PS ? Moi non… pourquoi ? A cause des « éléphants-bobos » qui préfèrent se tapisser la tripe de sauce chaude et onctueuse et se gaver de caviar en élucubrant sur l’adoption chez les couples homos que de s’intéresser un tant soit peu aux problèmes de la France qui se « lève tôt ».
Comment se fait-il que « le Midi rouge » n’existe plus ? Pas plus que la ceinture rouge de la capitale ? Parce que si Mitterrand à ratatiner le PC, le PS n’a rien fait pour récupérer le formidable terreau militant de ceux qui ont toujours été à la pointe des combats, et les ont abandonnés au FN et maintenant au sarkozisme pragmatique ? Merci aux « éléphants bobos » pour lesquels le peuple pue et que toute aspiration venue d’en bas relève du « populisme ».
Pourquoi ne pas avoir compris que la première priorité des « vrais gens », c’est tout simplement la sécurité de tous les jours. La possibilité de se promener, à 11 heures du soir, dans quelque ville et quelque quartier que ce soit sans avoir la peur au ventre. Merci aux « éléphants bobos » et leur fascination maladive pour un désordre distingué dans leurs quartiers sécurisés.
Pourquoi ne pas avoir compris que le deuxième priorité, sinon le première, c’est la possibilité d’avoir un avenir professionnel stable permettant de s’épanouir légitimement dans une famille heureuse ? Merci aux « éléphants bobos » d’avoir préféré voter les stocks-options pour les riches et les 35 heures pour les pauvres.
Pourquoi n’avoir pas vu que la porte ouverte sans limite à toute immigration - créatrice de conditions de travail frôlant l’esclavagisme, tirant les salaires vers le bas, génératrice de tension racistes dans des ghettos communautaristes ethniquo-religieux – créait les conditions d’explosions violentes à la limite de la guerre civile ? Merci aux « éléphants bobos » et aux associations dont la pseudo générosité à mis à mal toute velléité d’intégration pour ceux venus d’ailleurs avec la volonté de se fondre harmonieusement dans le « melting pot » français.
Pourquoi, par crispation dogmatique, ne pas voir pris la dimension de la formidable contre-révolution néolibérale qui met à mal des décennies, voire des siècles de luttes pour l’émancipation et l’égalité ? Merci aux « éléphants bobos » qui bavent devant la « mondialisation ».
Résultat : c’est la droite décomplexée et bonapartisme de Sarko qui triomphe, qui règne et… qui répond en trompe l’œil aux aspiration de cette « France d’en bas » délaissée par la gauche.
Alors, lorsque l’on voit, comme hier, la belle unanimité des « éléphants-bobos » pour ne rien changer, ni les idées, ni les hommes et, avant tout, faire barrage à celle qui, malgré bien des lacunes, à réussi à réunir 47% des électeurs, on ne peut qu’avoir une aspiration : que ce PS - parti sabordé – rejoigne aux poubelles de l’Histoire la SFIO de Guy Mollet.
Aux chiottes les structures sclérosées dominées par les « éléphants-bobos » et place à un nouveau parti, retrouvant, à partir de la base, les fondamentaux de la Gauche humaniste.
Mitterrand, à Epinay, avait su à son époque, refonder la gauche. Ségo saura-t-elle faire pareil ? On l’espère, on l’attend…

24/06/2007

Créatures de rêve

medium_créaturesdereve2.jpg


Ah! L'été...
La plage...
Et des créatures de rêve à la tonne !

23/06/2007

Le bal des « has been ».

Ce matin ils se retrouvent, les vieux kroumirs qui tiennent les P.S. (Parti Sabordé). Ils se retrouvent entre eux, entre aigris, entre gens du passé avec une seule idée en tête, un seul but : fusiller la Ségo.

Elle, elle leur fait un doigt d’honneur goguenard en restant chez elle !

Eux, ils s’appuient sur un appareil sclérosé, confis dans la compromission et le passéisme radoteur.

Elle, elle a le peuple de gauche derrière elle.

Eux, ils vont tout faire pour jouer la montre, repousser à l’an prochain l’indispensable coups de serpillière dans la gatouille peu ragoûtante des instances dirigeantes du parti qui reste pourtant indispensable face à la sarkozie pleine de morgue. Pendant le temps qu’ils espèrent ainsi gagner, ils pourront distiller leur fiel de façon à laisser retomber l’élan en faveur de Ségo à la présidentielle et à faire endosser à celle-ci tout le poids de la défaite. Défaite dont ils sont les principaux responsables.

Elle, elle veut profiter de l’élan qu’elle a réussi à créer dans l’électorat pour balayer les vieilles carnes et refonder un parti sur des bases modernes, avec des idées neuves et des femmes et des hommes nouveaux.

Qui va gagner ? Qui lo sa…

On va à la plage?

medium_sexy027.jpg

22/06/2007

Ils veulent tuer Salman Rushdie...

Voltaire, Descartes, au secours ! Nom de Dieu !

« La volonté, c’est de ne pas être d’accord, de ne pas se soumettre. »

Ces évidences sont du plus célèbre condamné à mort du monde, Salman Rushdie. Souvenez-vous, il a été condamné à mort il y a maintenant bien des années par un bourreau que nous avons nous même engraissé. Par un schizophrène qui brandissait son coran saignant comme une guillotine par delà les frontières. C’était le sinistre Khomeiny. Sa tête, c'était de l'os. Son cœur, un bout de mou plein de fiel. Ses couilles, c'était la guirlande sanguinolente de toutes celles qu'il a fait arracher à la tenaille par ses sbires à des centaines de milliers de pauvres types qui n'avaient que le défaut de ne pas être d'accord, de prétendre vouloir réfléchir, de ne pas se soumettre assez vite à l'obscurantisme des calotins enturbannés, d'avoir la prétention d'être des Hommes dans un système qui n'accepte que les larves.

Eh bien ça recommence. Les fachos verdâtres pakistanais et autres remettent le couvert sous prétexte que Salman Rushdie a été « ennobli » par la reine des Anglois. Où est le mal dans ces simagrées folkloriques d’un autre age ?
Quel est le crime de Rushdie? Il est celui de Scorcèse : oser douter de la véracité du comportement de chefs de sectes - Mahomet ou Jésus - ayant vécu il y a des siècles!
Car qu'est-ce qu'une religion sinon une secte qui a réussi? Les religions ont été inventées par l'Homme lorsqu'au sortir d'une mutation, un grand singe a pris conscience de sa mort !
Qu'il soit l'infime parcelle consciente d'un Tout éternel qui englobe tout l'univers est une évidence. Qu'on appelle ça Dieu, pourquoi pas. Libre à chacun de nous se chercher sa voie. Mais les religions, et en premier lieu les monothéistes, portent en elles le germe de l'oppression puisqu'elles se réfèrent de manière aveugle à un Livre, donc à une compi-lation humaine de préceptes soit disant révélés. Qui n'est pas d'accord est mécréant. Qui est mécréant doit se convertir ou mourir. Les grands inquisiteurs, les as du barbecue d'où monte le bon fumet de tous les hérétiques et cathares que l'on grille allègrement pour la Gloire de Dieu, sont toujours là, tapis sous leur calotte, attendant le moment propice pour resurgir, bible ou coran d'une main et lance-flammes de l'autre!

Facilité, paresse intellectuelle que de se référer, pour tous les actes de la vie, face à tous les problèmes de l'existence à un mode d'emploi soi-disant d'essence divine - bible, co-ran, talmud, upanihads. L'Homme Libre reconnait le droit d'exister, de penser, de prêcher à ceux qui se réfugient dans le cocon confortable d'une religion ou d'une idéologie- - cette religion laïque - face à leur angoisse existentielle. Et il se battra pour faire respecter ces droits. Mais il revendique haut et fort son droit à la différence, son droit à la Raison. Il a le droit de penser qu'au sortir de cette brève existence il ne sera que charogne putride, ossements blanchis au soleil. Il a le droit de penser qu'il a quinze milliards d'années et l'éter-nité devant lui car les milliards de molécules, d'atomes et de quarks qui le constituent ne disparaissent pas avec lui. Ils continuent d'être et se reforment en structures simples qui évolueront peut-être de nouveau vers la complexité biologi-que et la conscience.
Pas besoin de ratichons pour çà !

Respectons la liberté de conscience des autres. Acceptons, au besoin, toutes les fables, élucubrations, inventions souvent poétiques qui fleurissent sur les religions. Marie vierge et mère? Pourquoi pas. Jésus ressuscité? Pourquoi pas. La Mer Rouge qui s'ouvre devant Moïse? Pourquoi pas. La barbe du Prophète? Pourquoi pas. Les vaches sacrées? Pourquoi pas. La pomme d'Eve ? Pourquoi pas. Mais revendiquons le droit de douter. Et d'exprimer nos doutes. Et refusons à quiconque le droit d'interdire de critiquer ce que les dogmatiques appellent vérité révélée.

La liberté implique la remise en cause de tout. Revendi-quons donc le droit au blasphème. Toute loi qui réprime le blasphème tue la Liberté. Toute idéologie qui réprime le sacrilège, le blasphème est totalitaire.
Au secours Voltaire! L'obscurantisme est de retour. Faut-il rappeler que la Liberté n'a pu naître que parce que des esprits éclairés, bravant au péril de leur vie les interdits "sacrés" ont su renvoyer dans leurs sacristies les ayatollahs ensoutanés ! Faut-il rappeler que cette Liberté à vocation universelle est née chez nous! Qu'elle a apporté à l'humanité en deux siècles plus de progrès, plus d'égalité, plus de bonheur, qu'elle a généré plus de connaissances, qu'elle a ouvert plus d'espoirs que la chape de plomb des dogmatismes de tous poils en vingt siècles!

Les vociférations haineuses, les appels au meurtre de quelques centaines de fanatiques, combinés au laxisme tremblotant de nos institutions risquent de réduire à néant tous les efforts d'intégration des communautés musulmanes.
Mais c'est aux musulmans modérés de balayer devant leur porte. C'est à eux de mettre au pas les chiens enragés du fanatisme. A eux de faire comprendre à leur communauté d'accueil qu'ils adhèrent aux principes de liberté, de respect et de tolérance qui sont les fondements de notre culture. Faute de quoi on va revenir des décennies en arrière. Or, et c’est bien dommage, on ne les entend pas beaucoup…

Omar Khayam, ce grand poète persan, en pleine période du mahométisme triomphant avait le courage de dire: -« Si je fais le Mal, Dieu me fait le Mal pour me punir. Entre Lui et Moi, où est la différence? »

medium_Charlymahomet.4.jpg

Entrez, entrez! Et vous verrez !

medium_nature-003.jpg


En baladant dans la cambrousse, on découvre des coins de nature foutrement sexy!!!

21/06/2007

E se l’as, pagaras !

medium_images.jpg


Vous l’avez voulu ? Vous l’avez ! Et si vous l’avez, vous paierez !
Le super ministère de l’écologie, ça commence bien. D’abord le titulaire cycliste occasionnel se fait virer d’entrée, mais avant de partir, il a pris une décision significative de la réalité de la « volonté » sarkozienne de respecter la charte Hulot : la France a décidé de ne pas suspendre le maïs transgénique Monsanto. Contrairement à l’Allemagne, à l’Autriche, à la Hongrie qui ont décidé d’un moratoire. En France, 25000 hectares de cette merde ont été planté. Sans que l’on sache où, bien sûr. Du boulot pour les faucheurs !

20/06/2007

Ca va déménager dans les banlieux !

medium_Padela_et_Christine.jpg

L'illusion démocratique...

Le rideau est tombé. La comédie électorale est terminée. Nous avons choisi ceux qui vont nous gouverner.

Vraiment ?

Ceux qui pavanent devant le perron de l’Elysée, celui qui y résident ont-ils encore quelques réels pouvoirs ? On peut rester dubitatif…

La démocratie a-t-elle déjà cessé d'être une réalité ? On peut le croire : les responsables des organisations qui exercent le pouvoir réel ne sont pas élus, et le public n'est pas informé de leurs décisions.

La marge d'action des états est de plus en plus réduite par des accords économiques internationaux pour lesquels les citoyens n'ont été ni consultés, ni informés.

Tous ces traités élaborés ces dernières années (GATT, OMC, AMI, NTM, NAFTA) visent un but unique: le transfert du pouvoir des états vers des organisations non-élues, au moyen d'un processus appelé "mondialisation", qu’on essaye de nous faire avaler comme un « progrès »…

Une suspension proclamée de la démocratie n'aurait pas manqué de provoquer une révolution. C'est pourquoi il a été décidé de maintenir une démocratie de façade, et de déplacer le pouvoir réel vers de nouveaux centres.

Les citoyens continuent à voter, mais leur vote a été vidé de tout contenu. Ils votent pour des responsables qui n'ont plus de pouvoir réel. Et c'est bien parce qu'il n'y a plus rien à décider que les programmes politiques de "droite" et de "gauche" en sont venus à tant se ressembler dans tous les pays occidentaux.

Pour résumer, nous n'avons pas le choix du plat mais nous avons le choix de la sauce. Le plat s'appelle "nouvel esclavage", avec sauce de droite pimentée ou sauce de gauche aigre-douce.

Bon appétit.

Bienvenue à Sarkoland

medium_courrier1_Oyonnax.jpg


medium_courrier2_Oyonnax.jpg

19/06/2007

TVA sociale: on nous prend pour des cons!

Les Fillon et autre Strauss-Khan nous prennent pour des cons avec leur "TVA sociale". On le savait mais on avait du mal à le formuler clairement. Un excellent article de Aimé Fay dans Agoravox lève toute ambiguité!

"La TVA sociale sera inflationniste !

A droite comme à gauche chacun récite - Fillon et Strauss-Kahn notamment - son couplet idéologique sur la TVA sociale. En mettant en place cet impôt proportionnel, les uns disent que les prix vont augmenter et les autres disent qu’il n’en sera rien, bien sûr. Alors qu’en est-il vraiment?

D’abord il convient de dire qu’avec un volume de 134 milliards d’euros, la TVA représentera en 2007 exactement 50 % du budget de l’Etat. C’est-à-dire le plus gros véhicule de financement des dépenses de l’Etat. Pas une mince affaire donc ! Augmenter la TVA de 5 % en la portant de 19,6 à 24,6 comme le suggère le gouvernement Sarkozy-Fillon, pourrait bien alors représenter un beau pactole pour financer les divers allégements d’impôts : ISF, bouclier fiscal, succession, intérêts d’emprunt, donation ...

Cela étant et toute chose étant égale par ailleurs car en économie de marché les prix sont librement fixés par les vendeurs et ce, quelle que soit la structure de leurs coûts, une augmentation de 5 % de la TVA peut-elle se traduire par une inflation mécanique des prix de 5 % ? Donc d’une baisse conséquente du pouvoir d’achat ? Il n’en sera pas autrement. Démonstration !

La TVA, comme son nom l’indique, est la Taxe qui a pour assiette la Valeur Ajoutée d’un produit ou d’un service. Cette valeur ajoutée se partage en cinq parts : les salaires, les préteurs, les actionnaires, l’entreprise et l’Etat (impôts, taxes diverses et cotisations sociales dont charges patronales).

Si, pour la simplicité du calcul, 100 € représentent cette valeur ajoutée, une TVA de 19,6 % sur celle-ci fera passer ces 100 € à 119,6 €. Et, une TVA à 24,6 % fera, elle, passer ces 100 € à 124,6 %. Facile à comprendre. Sans changer la valeur de la base, c’est-à-dire les 100 €, il y aura bien augmentation mécanique du prix, donc inflation et perte de pouvoir d’achat ... pour tous, mais surtout beaucoup plus sensible pour ceux qui gagnent peu.

Alors, pour qu’il n’y ait pas augmentation des prix, il faudrait obligatoirement réduire l’assiette sur laquelle s’appuie la fameuse TVA. En l’espèce, l’Etat propose de diminuer d’autant les charges patronales et laisse croire, à grand renfort d’explications - même France 2 s’y est mise aux grandes heures d’écoute entre les deux tours des législatives, schéma à l’appui - qu’une diminution de 5 % des charges patronales va compenser les 5 % de hausse de la TVA. Faux ! Totalement faux (*). Car cela supposerait que 100 % de la valeur ajoutée soient affectés au paiement des charges patronales, ce qui n’est pas le cas, fort heureusement. Les charges patronales sur les salaires ponctionnent tout au plus 20 à 25 % de la valeur ajoutée d’un produit. Même si la fabrication de ce produit est à forte utilisation de main d’œuvre. Et, c’est bien sur ce type de travail, manuel et délocalisable, que l’Etat dit vouloir agir rapidement.

En fait, si l’Etat veut mettre en place une TVA sociale de 5 % qui n’engendre pas une hausse mécanique des prix, il faudra qu’il baisse les cotisations patronales de 20 % (*) !

Naturellement, l’Etat ne peut pas diminuer de 20 % les charges patronales. Alors, il devra probablement se limiter à 5 % comme le laisse entendre le premier ministre. Cela veut dire que la hausse de la TVA va se traduire mécaniquement par une hausse des prix et donc par une augmentation de l’inflation de 3.13 % (*).

Au-delà des positions dogmatiques, qui ne grandissent personne et surtout ne vont pas dans l’intérêt du pays, on voit bien que ce projet a été annoncé dans la précipitation d’un marketing électoraliste maladroit pour rassurer la droite de la droite. Mais il va maintenant falloir passer aux actes. Et, ne pas accoucher d’une souris. L’Etat ne le peut d’ailleurs plus, tellement les cadeaux fiscaux se sont accumulés au fil des promesses du candidat devenu président de la République. Il va falloir rapidement trouver 15 à 20 milliards d’euros si l’on ne veut pas voir la dette de notre pays poursuivre, comme c’est le cas depuis au moins 5 ans, une progression dite à l’italienne. L’Italie ayant effectivement une dette proche de 100 % de son PIB !

Mais soyons bon prince, avouons que la hausse de la TVA sociale aura quand même des effets positifs, notamment si l’Etat fait nettement la différence entre le produit susceptible d’être délocalisé et le produit qui ne l’est pas :

- diminuer le coût du facteur travail,

- diminuer la consommation de produits importés en les renchérissant,

- éviter ou retarder certaines délocalisations,

- commencer une véritable réflexion de fond sur la politique fiscale et la budgétisation des charges qui pèsent sur le travail dans notre pays.

En faisant de la sorte et de manière généralisée, l’Etat se heurtera cependant à plusieurs difficultés, notamment :

- baisse du pouvoir d’achat et donc diminution de la consommation et de la croissance,

- mise en place d’une usine à gaz dans un mécano budgétaire compliqué,

- avoir l’accord des autres pays européens et notamment des Eurolandais,

- devoir se justifier auprès de l’OMC car la hausse différenciée de la TVA peut aussi être considérée comme une forme déguisée de barrière douanière à l’importation.

On voit, la tâche sera difficile et sûrement longue. Le gouvernement Sarkozy-Fillon va marcher sur des œufs durant quelques mois. Espérons que ces œufs soient différents de ceux sur lesquels Alain Jupé marcha en 1995. Mais il est vrai qu’à cette époque, ce dernier n’avait pas du tout les mêmes chaussures !"

18/06/2007

Nos trés chers députés!

Elus on recalés, préparez-vous à travailler pour eux.

Pour chaque député non réélu les Français devront payer 417 120 Euros = 60 mois x 6952 euros d'indemnités. C’est la nouvelle indemnité chômage des députés. Les élus de la gauche à la droite sont tous d'accord !
Et à l'issue des 5 ans , ils percevront "à vie" 20 % de ce traitement !!!

Alors, faisons des efforts, travaillons pour payer des impôts qui serviront à payer les "golden parachutes" de nos députés.
5 ans d'indemnité "chômage" pour les députés = parachute en or de 417.120 Euros
Mais pourquoi 5 ans ? C'est précisément le temps d'une alternance législative .
N’est-ce pas scandaleux au moment où les candidats nous parlent des efforts que devront consentir les Français pour réduire la dette et qu'ils dénoncent le train de vie dispendieux de l'Etat ! ?

L'information sur la nouvelle indemnité "chômage" des députés a d'abord été révélée par "Le Canard Enchaîné" du 7 février 2007, puis reprise et précisée par le Midi Libre le 1er Mars 2007.
Curieusement à part ces deux médias, silence du côté des télés, radios ou des autres journaux.
Pourquoi pas plus d'écho sur cette affaire ? Sans doute parce que cette loi votée en douce, l'a été à l'unanimité de tous les groupes politiques :UMP, PS, UDF et PCF, qui pour s'octroyer des avantages savent parfaitement s'entendre.

Pour chaque député non réélu les Français devront donc payer 417.120 Euros = 60 mois x 6 952 euros d'indemnités !

J.L. Debré avant de partir a fait voter une loi adoptée à l'unanimité et dans le silence complet afin qu'un député non réélu touche pendant 60 mois au lieu de 6 mois son indemnité mensuelle nette qui est à ce jour selon info sur site Assemblée nationale en net mensuel 5178 euros, brute 6 952 euros.
Le total de 60 mois d'inactivité en brut mensuel coûtent, assénons encore une fois le chiffre, 417 180 euros par député non réélu !

Les indemnités attribuées aux députés ont été définies par l'ordonnance n° 58-1210 du 13 décembre 1958. L'indemnité de base est calculée "par référence au traitement des fonctionnaires occupant des emplois de l'État classés dans la catégorie présentement dite hors échelle.
Elle est égale à la moyenne du traitement le plus bas et du traitement le plus élevé de cette catégorie, ce qui correspond au traitement d'un conseiller d'État ayant moins d'une année d'ancienneté dans son grade.
S'y ajoute l'indemnité de résidence, comme pour les fonctionnaires, au taux de 3 %. Selon l'article 2 de l'ordonnance précitée : "L'indemnité parlementaire est complétée par une indemnité dite de fonction". Le montant de cette indemnité est égal au quart du montant de l'indemnité parlementaire (indemnité parlementaire proprement dite majorée de l'indemnité de résidence)

Depuis le 1er février 2007, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes :
- Indemnité de base :5 400, 32 euros
- Indemnité de résidence (3 %) : 162, 01 euros
- Indemnité de fonction (25 % du total) : 1 390, 58 Soit brut mensuel 6 952, 91 euros
-
Doivent tout de même être déduites du brut mensuel diverses retenues :
- Cotisation à la caisse des pensions pendant les 15 premières années de mandat : 1 153, 08 euros
- Contribution exceptionnelle de solidarité : 55, 62 Euros
- Contribution sociale généralisée et contribution au remboursement de la dette sociale : 539,55 euros
- Cotisation au fonds de garantie de ressources : 27,00 euros Soit net mensuel 5 177, 66 euros

Bien entendu cette généreuse "indemnité chômage" est totalement inconditionnelle, et l'heureux bénéficiaire de cette jolie rémunération de 4 ans et demi, n'est tenu à aucun engagement quelconque, comme par exemple justifier de la recherche d'un nouvel emploi, d'une visite mensuelle auprès d'un conseiller ANPE, ou d'une activité justifiant cette "aide sociale", bref, tout ce qui est demandé à des chômeurs ordinaires.

Eh ! Les Zuhèmepets fanatiques de la « rupture », y a peut-être une piste pour récupérer un peu de pognon là, non ?

16/06/2007

Et je vais voter tout de même pour eux!

medium_muguet.jpg

15/06/2007

Avoir la langue bien pendue...(comme les couillons!)

La langue française est vraiment affreusement machiste. Elle a l’intelligence de ses couilles, en voici un exemple flagrant :

Un gars : c'est un jeune homme
Une garce : c'est une pute
Un courtisan : c'est un proche du roi
Une courtisane : c'est une pute
Un masseur : c'est un kiné
Une masseuse : c'est une pute
Un coureur : c'est un joggeur
Une coureuse : c'est une pute
Un rouleur : c'est un cycliste
Une roulure : c'est une pute
Un professionnel : c'est un sportif de haut niveau
Une professionnelle : c'est une pute
Un homme sans moralité : c'est un politicien
Une femme sans moralité : c'est une pute
Un entraîneur : c'est un homme qui entraîne une équipe sportive
Une entraîneuse : c'est une pute
Un homme à femmes : c'est un séducteur
Une femme à hommes : c'est une pute
Un homme public : c'est un homme connu
Une femme publique : c'est une pute
Un homme facile : c'est un homme agréable à vivre
Une femme facile : c'est une pute
Un homme qui fait le trottoir : c'est un paveur
Une femme qui fait le trottoir : c'est une pute
Un péripatéticien: c'est un élève d'Aristote
Une péripatéticienne: c'est une pute

Nouvelles d'un hussard cambroussard!

Il pleut. L'herbe pousse. A 1236 mètres, fait pas bien chaud, mais un bon feu réchauffe nos viandes humaines! On a planté les patates, le persil, les carottes, les haricots verts, les courgettes, le basilic. On a sulfaté (bouillie bordelaise seulement!) les pruniers, les pommiers, les poiriers. On a coupé l'herbe et la Lionne prépare les cages pour les lapins!
J'ai mangé mes premiers cèpes il y a trois jours! (Boletus erytropus, c'est-à-dire le cèpe à pied rouge pour les connaisseurs). Ne parlons pas de "marasmus oreades" (le marasme des oréades que les gens d'içi appelle faux mousseron), il y en a partout, frémissants en ronds de sorcières dans les prés, on est obligé de les écarter pour pouvoir marcher dans les champs.

medium_DSCN2347.JPG


medium_boletus_balus_2.jpg

14/06/2007

C'est pas la TVA à 25% qui fera baisser la consommation de ça!!!

medium_vaseline-ump1.jpg

13/06/2007

Ollé! Ca marche de nouveau!

Ca y est! Je vais pouvoir revenir élucubrer avec tous mes amis blogueurs! J'ai réussi à faire changer mon adsl de ma piaule provençale à ma yourte lozérienne! Pas sans mal...
A bientôt donc!!