Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/11/2007

Sarko et le pouvoir d’achat : parole…parole…parole…

Eh ! Sarko, à part demander aux travailleurs qui rament pour joindre les deux bouts de pomper dans leur bas de laine, t’as pas beaucoup d’idées pour relancer le « pouvoir de ne pas crever ».
Tiens, voilà quelques pistes :

- Equilibrer la mondialisation, lutter contre les délocalisations, inciter les entreprises à des comportements plus "éthiques"

- Restaurer les protections douanières, seul moyen efficace pour lutter contre les délocalisations, en instaurant des droits de douane proportionnels aux différences de conditions sociales et environnementales.

- Fiscaliser les charges sociales afin qu'elles cessent d'être un frein à l'emploi et à l'augmentation des salaires. Les charges sociales doivent être proportionnelles au chiffre d'affaire des sociétés au lieu de leur masse salariale.

- Obliger les entreprises qui délocalisent à rembourser les subventions ou les allègements de charges qu'elles ont perçues pendant les 10 années qui précèdent la délocalisation.

- Supprimer les subventions aux entreprises sans contreparties en faveur de l'emploi.

- Faire une loi pour limiter les écarts de salaires (pour restaurer le sentiment de justice, la confiance, et la motivation des salariés). Un écart de 1 à 20 entre le salaire le plus bas et le plus élevé est un maximum. Actuellement, cet écart est de 1 à 200.
Un écart de 1 à 10 serait optimal pour un bon équilibre social et pour limiter l'inflation alimentée par l'excès de richesse des riches.

- Imposer la création d'un label officiel "d'entreprise éthique" ou "d'entreprise citoyenne", que les entreprises pourraient apposer sur leurs produits ou dans leurs publicités. Le lancement du label devrait être soutenu par une importante campagne de communication dans les médias, afin de rendre le label populaire, et donc déterminant pour les ventes des entreprises.

- Faire une loi sur l'étiquetage des produits qui rendrait obligatoire la mention d'informations sociales, en mentionnant le profit réalisé par l'entreprise, les emplois créés ou supprimés durant les cinq dernières années, la part d'utilisation de main d'œuvre sous-payée ou sans protection sociale, et l'écart entre les plus hauts salaires et les plus bas salaires dans l'entreprise.

- Faire une réforme globale de la fiscalité des entreprises pour favoriser les activités positives et non-préjudiciables pour l'intérêt général.

On t’en donnera encore des idées, si ça peut nous sortir de la merde…

Taxons les chinoiseries !

Sarko est allé en Chine pour vendre les produits de multinationales qui, la plupart du temps, sont de droit extérieur à la France (EADS par exemple) et ne paient ainsi pas d’impôts chez nous. En contrepartie, il est bien obligé d’accepter d’acheter à prix bradés les saloperies chinoises qui envahissent les rayons des supermarchés, contribuant ainsi à la ruine de pans entiers de notre industrie et jetant à la rue des milliers de chômeurs.

Le gratin de l'euro est allé en Chine pour demander aux autorités chinoises de ne plus sous évaluer volontairement leur monnaie. Au lieu de solliciter il faut agir. Comme cette sous évaluation est de l'ordre de 60% désormais, il faut mettre des taxes équivalentes.

Le déficit de l'UE est de plus de 100 milliards d'euros par an, on a rien à perdre à ralentir les échanges, et revenir à une économie plus localisée, sans gaspillage de transport et chantage social. La mondialisation est une faillite, sauf pour les profiteurs.

Vivement le pétrole à 300 euros le baril pour foutre en l’air cette mondialisation de merde basée sur la quasi gratuité des transports…

29/11/2007

Le faux trou de la Sécu

50 secondes de lecture pour une info à couper le souffle.

Dorénavant, sur une consultation médicale, nous allons devoir verser un euro non remboursé de notre poche.
- Nous allons être hyper contrôlés lors de nos arrêts maladie,
- Nous allons devoir consulter un généraliste avant de voir un spécialiste,
- Pour tout traitement de plus de 91 euros, nous en serons de 18 euros de notre poche.
Toutes ces mesures (et d'autres à venir) ont été élaborées par nos têtes pensantes (ou présumées telles) afin de réduire le soi-disant "trou de la Sécu".
Ce fameux trou de 11 milliards d'Euro existe-t-il vraiment ? Ce qui suit peut en faire douter :
- Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécurité Sociale, n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 7,8 milliards.
- Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécurité Sociale, n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 3,5 milliards.
- La partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 1,6 milliards.
- La partie de la taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 1,2 milliards.
- La part de TVA destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 2 milliards.
- Retard de paiement à la Sécurité Sociale pour les contrats aidés - 2,1 milliards.
- Retard de paiement par les entreprises - 1,9 milliards.
En faisant une bête addition, on arrive au chiffre pharamineux de 20,1 milliards d'euros.
Conclusion, si les responsables de la Sécurité Sociale et certains hauts politiciens avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui 9,1 milliards d'excédent.
Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu.
Faites circuler ce message (copier/coller, vous savez faire). A force de tourner, il arrivera peut-être un jour sur le bureau d'une tête pensante censée passer son temps à gérer l'argent des contribuables...

Dépassé le coq au vin : voici venir le poulet à l’eau de Javel !

37784a26b5dfec1a30934a12a5992de4.jpg


Vous avez aimé les hamburgers dégoulinant de graisse avarié, vous adorerez les poulets « merde in USA » à la javel ! En effet, la Commission européenne, toujours aussi veule et lèche cul vis à vis des Etazuniens, s’apprête à céder – comme d’hab – devant les exigences yankees : autoriser l’entrée sur le territoire de l’U.E. des poulets ricains traités à l’eau de Javel.

C’est en effet ainsi que les fils de l’oncle Sam « blanchissent » les volailles, les débarrassant radicalement de toute bactérie. Ouais. Vous tuez une galline, vous la plumez, lui arrachez les tripes et vous la tremper dans la javel. Paraît que c’est radical. Et en cadeau quand vous bouffez ça, vous vous nettoyez la tripaille. D’une pierre deux coups ! Ça remplace le destop…

Si les nuisibles de Bruxelles acceptent le poulet à la javel étazuniens, il va de soi que cette pratique sera autorisée dans les abattoirs européens. Bonjours les dégâts ! Car non seulement nous allons bouffez un peu plus de merde, mais toute cette eau chlorée qui aura servi à décaper la couenne des gallinacés, on la retrouvera…dans les rivières. Vous me direz, de la javel dans l’eau, on en boit tous les jours avec l’eau du robinet. Objection monsieur le Président, moi je ne bois que du vin !

Peut-on espérer tout de même que ces pratiques seront signalées sur les étiquettes ? Tè, fumes…

28/11/2007

Cadeau de Sarko aux bourrés de tunes: travaillez moins pour gagner bien plus.

Les mesures les plus attendues par les gros actionnaires sont souvent prises sans que l’« opinion » s’y intéresse vraiment. Avec la réforme de la fiscalité des dividendes (principalement les revenus versés par les entreprises à leurs actionnaires) qui vient d’être votée par le Parlement, il sera possible à compter de 2008 de soumettre les sommes perçues au prélèvement libératoire quelle que soit la nature des sommes touchées. Et pour faire bonne figure, il a été décidé de porter le taux du prélèvement de 16 % à 18 %. Mais cette mesure vise en fait à satisfaire nos gros porteurs (qui a dit Arnaud Lagardère ?) car avant la réforme les dividendes perçus au titre des actions détenues dans une entreprise étaient mentionnés sur la déclaration de revenus et imposés à un taux réel de 24 % pour les hauts revenus.

Bien joué Bercy : on augmente le taux annoncé d’imposition (de 16 à 18%) mais on baisse le taux réel pour les hauts revenus ( de 24 à 18 %), et le tour est joué ! Cette réforme, passée comme une lettre à la poste, se traduit en fait pour nos amis les plus riches ( pour eux leur salaire c’est souvent de l’argent de poche, comparé aux montants perçus lors des distributions) par une baisse de 25 % de la somme versé au Fisc. Et qu’apprend-on ?

Que ce très très cher Bernard Arnault a touché la coquette somme de 327 millions d’euros de dividendes en 2007 – oui vous avez bien lu 327 millions, ce n’est pas une erreur – et qu’il n’y a pas de raisons de croire qu’il touchera moins en 2008, en 2009 et en… etc, etc, etc, etc. Et pour une seule année, une économie potentielle d’impôt par M. Arnault de 19 560 000 euros soit 1000 ans de salaire annuel d’un Français ! Et on nous parle de réduire les déficits !

Merci qui ? Merci Bercy répondirent les Echos.

Et en plus, on passe pour des cons!

Je viens de tomber sur les réactions de lecteurs d'un grand quotidien suisse (Le Matin) concernant les merdes de la bansleie parisienne.
Ben, ils sont pas tendres nos voisins!!


Des jeunes qui fuient la police et s'électrocutent = forcément les flics sont des assassins. Deux jeunes coupent la priorité, roulent sans casque, meurent = flic assassins. Mais où va la France ?
27.11.2007 - 10:57 par Alex Laus

Eh bien pauvre pays ... pauvre jeunesse. Malheureusement incapable d'ouvrir les yeux ! Même la répression ne fait plus peur ... C'est bien triste !
27.11.2007 - 11:17 par Nicolas S. Alex Laus

D'autant plus que si 64 policiers ont été blessés, c'est qu'on leur a donné des ordres de modérations. S'ils étaient tels que les "jeunes" veulent nous le faire croire, ce serait 0 policier blessés, et 400 émeutiers tués. Chapeau aux flics d'encaisser ainsi. 27.11.2007 - 11:25 par Paul Mercout Nicolas S.

La France? pas partout il y a des Zones hors catégorie, A quand la Légion pour y mettre bon ordre. Un nettoyage s'impose après les loubards respecterons peut être les règles et sinon rebelote. Ils y a des coups de pieds au culs qui mérite d'être donné! La tolérance à des limites ceci le prouve. 27.11.2007 - 11:36 par Bradsa Paul Mercout

pourquoi ils n'envoient pas l'armée ? on va bientôt avoir peur de quelques gamins de 12 ans !!,27.11.2007 - 12:12 par totore4 stephane casiraghi

Ces événements sont inadmissibles, 80 policiers blessés pour protéger la République et sa population, dont les enfants agressent des fonctionnaires d’autorité. Il faut savoir dire stop à un moment donné et la maîtrise des faits doit rester du côté des policiers, des forces de l’ordre. Brûler les écoles, des bibliothèques, symbole de l’intégration, de la démocratie, c’est intolérable. 27.11.2007 - 13:07 par Minet totore4

La France doit se réveiller et le peuple organiser de grandes marches silencieuses pour dire stop aux émeutiers, un signe fort. Et les syndicats de police doivent réagir vite, très vite, pour que l’Etat prenne ses responsabilités. Walter SCHLELCHTEN – Président de l’UPCP. 27.11.2007 - 13:07 par Minet Minetmail

C'est le Far West la banlieue française ! Ils réfléchissent à coup de barres de fer ces minables. Oui c'est triste cette tragédie mais quand on prend autant de risque faut plus s'étonner de rien. On apprendra que la police n'est en rien responsable de leur mort. Les casseurs doivent payer très cher d'avoir tout détruit et brûlé. Pourquoi aussi une école maternelle ? Vraiment des minables. 27.11.2007 - 13:37 par davidneuch Minetmail

L'insécurité est le résultat d'une politique globale qui, par l'insécurité sociale, l'accroissement de la précarité et des inégalités, conduit à la déstructuration des règles collectives et contribue à faire naître les ghettos = Qui sème le vent… 27.11.2007 - 13:46 par Rensk davidneuch

Ras le bol de ces bons à rien qui nous coûtent une fortune il faut supprimer les aides aux parents qui laissent traîner leurs enfants tard la soir. en ce moment on n'entends pas beaucoup nos beaux personnages de le culture qui nous prêche la régularisation de tous les sans papiers. (Carole Bouquet, Gerard Depardieux, Josiane Balascot, Beard,etc... 27.11.2007 - 14:01 par dakara Alex Laus

Les émeutiers en question ne sont probablement pas les "jeunes" que l'on imagine. Ils ne sont certainement plus si jeune que ça... 27.11.2007 - 15:11 par Sapeurdd Assur Gentil

De plus des armes à feu commencent à sortir ! Ca commence avec de la grenailles. Ca finira très mal... des fois il ne faudra pas s'étonner que les autorités réagissent comme au far-west et sortent également les armes à feu ! Sortez couvert... enfin ne sortez plus là-bas c'est mieux... 27.11.2007 - 15:11 par Sapeurdd Sapeurdd

La bêtise humaine n'a pas de limites ... 2 jeunes qui roulent sans casque se tuent tous seuls ... Les familles au lieu de se remettre en question attaquent aussitôt les pouvoirs publics ... Des meutent de voyoux brulent ce que les contribuables payent pour eux, détruisent les entreprises qui embauchent leurs propres voisins ... Et ils se plaignent après d'être dans la m... ? 27.11.2007 - 18:02 par Marc H sandy sp

En France on a rien dans la culotte ..au lieu de faire du politiquement correct a tout va ...il faut réagir et vite ...punir sévèrement ces criminels ..ces petits branleurs qui ne savent rien faire d’autre que casser ...pauvre France
27.11.2007 - 19:55 par rocky balboa nac laidani

pôôôôvre France. Voici le résultat d'une immigration massive et le fait du droit du sol.....espérons qu'en Suisse on réagisse avant que cela ne nous arrive...Accueillez à tout va et voyez les résultats! vous donnez la main on vous prend le bras! 27.11.2007 - 21:23 par samantha sorciere rocky balboa

Quelle connerie le gouvernement français a fait quand ils ont arrêtés le service militaire... Ca coûte de l'argent au contribuable pour l'armée de métier, et en plus, les jeunes n'apprennent plus le respect des règles de la vie en société... 28.11.2007 - 02:24 par raffigd42 frederic560

Et alors... Et alors... Sarko est arrivé-é-euuu...

11769aeaae0021ad507c73d9f206e97f.jpg


Je sais pas s'il est arrivé à pied par la Chine, mais il arrive pour mettre les deux pieds dans la merde qu'il a contribuer à chier dans les "banlieues", lieux mis au ban de la société...

Après la tchatche, après les promesses, après les rodomontades de matamores, on attend des résultats.

Il a été élu en grande partie pour ça. Son fond de commerce, c'est le rétablissement de l'ordre, la sécurité pour tous.
Et bien il est au pied du mur. On l'attend.

Il pourra toujours chanter: "Petit papa noël, apporte-moi un karcher..."

26/11/2007

« Et pour le prix d’une, je vous en met deux »

Sarko brade les centrales nucléaires aux Chinois et délocalise Airbus…

Notre marchand de tapis en chef a, parait-il, vendu pour 20 milliards de grosses machines « made in France » en Chine.

Pour les Airbus, il suffisait d’entendre ce matin le père Gallois, PDG d’EADS pleurant sur la parité dollar –euro et disant que pour ne pas perdre de pognon sur chaque avion vendu, il allait devoir délocaliser une partie de la fabrication. Et où vous pensez qu’il va délocaliser ? Ben voyons, en Chine ! C’est une clause du contrat qui reste soigneusement cachée mais qui n’est pas neuve, elle date du début des négociations, à l’époque où Chichi était allé déballer lui aussi sa boite de camelot chez les bridés. Avec, évidemment le transfert de technologie correspondant.

Moralité, dans quelques années, les Chinois, qui auront pomper toute la technologie, feront eux-même des Airbus sauce cantonaise qu’ils braderont dans le monde entier…

Quant à Areva, le fabriquant des merdes nucléaires française, il se gargarise d’avoir fourgué 2 réacteur EPR aux Chintoks. Pour Areva, le montant de la commande s'élèverait à "au moins 5 milliards d'euros", a-t-on indiqué vendredi de source proche du dossier. Or pour les spécialistes du secteur, la construction d'un EPR complet coûte actuellement entre 3 et 4 milliards d'euros !
Moralité, on leur refile deux centrale pour le prix d’une !

C’est ce qu’on appelle faire des affaires…de camelot.

25/11/2007

Sarko arrive à pied par la Chine

Celle-là, je pouvais pas la manquer!


Le mandarin

Dans un grand pays lointain (bis)
Il y avait un mandarin (bis)
Entouré de mandarines
Qui lui pignolait la pine
Ah qu’il est beau le mandrin
Le mandrin du mandarin
Ah qu’il est beau le mandrin
Le mandrin du mandarin

Y’en a la queue qu’est molle et qu’est foutue
Y’a qu’à couper la quiquette aux cocus


En mangeant son bol de riz (bis)
Il s’astiquait le céleri (bis)
Puis il leur faisait minette
Toujours avec des baguettes
Tout en branlant le mandrin
Le mandrin du mandarin
Tout en branlant le mandrin
Le mandrin du mandarin

Refrain

Il leur fourinait la mangue (bis)
Sur les bords du Yang Tsé Kiang
Sur les bords du Yang Tsé Kiang
Nuit de Chine nuit câline
Soupiraient les mandarines
Tout en pipant le mandrin
Le mandrin du mandarin
Tout en pipant le mandrin
Le mandrin du mandarin

Refrain

Il rencontra une geishas (bis)
Qu’sauvagement il troncha (bis)
Il lui défonça l’échine
Pour la gloire de la Chine
Puis se fit hara-kiri
Du trou du cul au nombril
Puis se fit hara-kiri
Du trou du cul au nombril

Refrain

24/11/2007

Retraite par capitalisation? Tè, fumes...

c3a30c84fc903f0708dc1b81185d3a64.jpg

Les sarkoreptiles veulent casser la retraite par répartition pour la remplacer par la retraite par capitalisation. Pour celles et ceux qui penseraient encore qu'une retraite par capitalisation semble préférable à notre système "archaïque" par répartition je conseille de lire l'article suivant :

« La baisse du rendement est de mise dans les régimes de retraite par capitalisation. Et la Préfon ne fait pas exception. Pour ses 40 ans, le régime de retraite par capitalisation Préfon offre à ses cotisants une baisse de son rendement. La quatrième en dix ans. Autour de 15 % cette fois-ci ! Pas de confusion : seuls sont concernés les points acquis à partir de l'an prochain, et non ceux obtenus par le passé. Un même versement chez Préfon donnera donc moins de points. Inquiétant ? Non, le régime étant couvert à hauteur de 108 %, selon les chiffres de CNP Assurances, principal assureur du régime. « Préfon-Retraite se porte bien, est en croissance, mais doit s'adapter pour continuer à aller bien », explique Gérard Ménéroud, membre du directoire de CNP. En clair, pour garantir les engagements futurs de ce régime, lourd de 8 milliards d'euros. La cause avancée de cette inflation tarifaire est l'allongement de la durée de la vie. Elle a entraîné pour tous les assureurs une remise à plat de leurs taux de conversion du capital en rente viagère. A la baisse bien sûr. Un argument insuffisant, selon l'Association nationale des fonctionnaires épargnant pour la retraite, qui pointe les faibles performances financières du régime sur la durée. L'allongement de la durée de vie en cause
Pas plus qu'un régime de retraite par répartition, la capitalisation n'est donc à l'abri des mouvements démographiques. Dans les deux cas, il faut payer les rentiers plus longtemps. Aucun régime par capitalisation n'y échappera, notamment le plan d'épargne retraite populaire, ce fonds de pension ouvert à tous, lancé par la réforme Fillon en 2003. Fin septembre, le sénateur Philippe Marini a de nouveau défendu l'utilité de ce type de produit, proposant même la création d'un code de l'épargne retraite. Mais il faudra alors parler clairement aux cotisants. Et donner des chiffres. Exemple : pour une conversion de 100 000 euros en rente à 60 ans, un homme né en 1965 touchera, selon les nouvelles tables utilisées, seulement 276 euros par mois la première année. Et une femme 246 euros. »

Retraite? Faire payer les machines!

Vous avez dû remarquer, comme moi, que pendant les grèves, le lavage de cerveau continu de plus belle. Exemple : après chaque bulletin radio crachant avec plus ou moins de retenu sur ces salauds de cheminots, ces parasites de fonctionnaires, on peut entendre une pube vantant les délices…de deux fonds de retraite par capitalisation destinés aux fonctionnaires, Préfond retraite et un autre…

Ceci me conforte dans l’idée que ces conflits ont été organisés sciemment par des sarkoreptiles au sang glacé pour faire de cet affrontement un combat thatchérien visant à écraser les derniers remparts à l’ultra libéralisme médéfo-sarkozien. De ce point de vue, on ne peut pas dire que c’est gagné : cheminots et fonctionnaires ont montré qu’ils avaient encore du muscle. Et ce n’est pas fini.

La « réforme » des régime dits spéciaux (voir dans une autre chronique le témoignage éclairant d’un « salaud de cheminot nanti ») n’est pas en soi ne ineptie. Il faut changer le système. Mais surtout pas comme le veulent les sarkoreptiles mais en l’adaptant aux réalités du monde d’aujourd’hui. Je m’explique. Le système actuel est basé sur des cotisations liées au travail et uniquement au travail. Or, aujourd’hui, le travail s’est en grande partie déshumanisé. Lorsqu’une seule machine remplace dix ou quinze ouvriers d’hier, il fut la faire contribuer en lui faisant payer une part sociale.

En clair, il faut élargir l’assiette des cotisations sociales aux revenus du capital. Et pas promouvoir les retraites par capitalisation.

Vous l’avez entendu dire dans les lucarnes à décerveler ou ans les machines à bruits sédatives ?

23/11/2007

Vous avez dit pouvoir d’achat ?

Paraît que not’bon président va parler et résoudre notre problème essentiel, celui du pouvoir d’achat, c’est-à-dire
de ce que vous pouvez acheter avec le pognon que vous gagnez.
Ce brave homme, malgré son hyper activité, ne peut pas tout faire à la fois : il s’est déjà occupé du pouvoir d’achat des riches : 15 milliards d’euros ; il s’est déjà occupé du sien : augmentation de 204% ; il va maintenant – promis, juré - s’occuper du nôtre.
Un esprit sensé peut raisonnablement penser que pour faire monter le fameux « pouvoir d’achat » il conviendrait d’augmenter le smic, les minima sociaux et les salaires (Là, faut demander l’autorisation du medef et…Tiens, fume !).
On peut raisonnablement penser qu’une amélioration de revenu se traduirait chez nos compatriotes par de l’investissement, ce qui entraînerait une dynamique commerciale et de l’embauche.
On peut aussi penser que laisser partir les gens à la retraite à 60 balais, et même moins, libérerait de l’emploi pour les jeunes, et donc multiplierait les cotisations.
Ouais… Victor, et avec quoi tu les paieras ces retraites ?
Ben, par exemple en instaurant une taxe sur les transactions boursières, les gains anormaux des patrons du Caca-rente et…en taxant les machines qui prennent la place des hommes et ne paient pas de charges !
Eh ! Oh ! Victor, tu rêves ou quoi ? Tu prends Sarko pour Besancenot ?

Point de vue d'un « salaud de nanti »

J'ai trouvé le commentaire suivant sur un article de l’excellent site « arretsurimage.net » (oui, ce sont ceux qui ont été virés de France 5 pour leur lucidité et leur impertinence):

« Je suis conducteur de train et franchement s'il y a une chose qui ne me fait pas rire c'est bien de faire la grève !
Ça me fait bien chier de laisser les clients sur le quai mais bon on n'a que cette solution. Les gens se plaignent des cheminots mais ils feraient mieux de se plaindre du gouvernement qui a tout orchestré une fois de plus pour qu'on passe pour des pourris.
Pourtant il y a un truc qui me ferait faire la grève tous les jours rien que pour le plaisir de faire chier, c'est quand on dit dans les médias ou qu'on me sort à tous les coups : « Oui mais vous savez, les conducteurs de trains avant c'était dur avec la vapeur gna gna gna... Mais maintenant tu vas pas me dire qu'avec le TGV vous êtes fatigués... bla bla bla..."
Alors là ça me met hors de moi parce que moi, le TGV j'irais certainement jamais (on y accède en fin de carrière) et que je vais continuer à me taper ces saloperies de locomotives pourries sorties d'usines en 1965 (oui oui pas d'erreur !!). Avec un chauffage plus qu'approximatif l'hiver et dans une crasse et un boucan incroyable. La 3ème classe existe toujours dans les trains... Pour la trouver il faut aller tout devant !
De plus en plus de journées atteignant 11 heures d'amplitude, des heures de coupure non payées dans un local perdu au bout du monde à attendre la mission suivante... C'est mac do chez nous aussi !
Je parle pas des horaires où ça change tous les jours ; un coup une heure du mat', le lendemain c'est l'aprèm', après re le matin, enfin bref, du grand n'importe quoi ! Pour trouver le sommeil à n'importe quelle heure c'est coton surtout quand on dort à l'extérieur.
Ça serait cool que les médias fassent une journée de service avec moi pour voir si je suis un nanti, mais hélas, c'est pas assez sensationnel je pense.
Sinon au passage, les 40 années de cotisation, c'est plus ou moins pas vraiment le problème de cette grève. La pénibilité non plus. De toutes façons c'est la pénibilité des travaux de tous les régimes qu'il faudrait revoir (privé, public). Ce qu'on ne sait pas (ou qu'on ne veut pas nous dire) c'est qu'est-ce qu'on fait des 12% supplémentaires de cotisation retraite pour notre régime spécial que l'on nous ponctionne en plus de celui du régime général (de 21%). Ça personne ne sait et je pense que l'État va essayer de se le mettre dans la poche au passage... Ça ne m'étonnerait pas .
Un vrai travail de journaliste sur la vie de conducteur de train... Jamais vu à la télé pour l'instant ! Un jour peut-être ? (...)"

22/11/2007

Et où ils sont ? Et où ils sont ? Et où ils sont les socialos… La la la la la la la…

Ouais… Ben ça me fait plus rire.

J’en ai maintenant raz les aliboffis de cette bouillie de chat émanant du parti qui était le seul à pouvoir alterner au pouvoir avec cette droite redevenue, après la tout de même longue parenthèse gaulliste, elle-même : dure, cynique, affairiste, lâche, prête à toutes les bassesses, à toutes les collaborations pour conforter son triomphe, celui du fric-roi, des prévarications, des copains et des coquins, de l’inégalité, méprisante avec le faible, veule et lèche-cul avec le fort. Bref, la droite éternelle, de Napoléon-le-petit à Pétain, bien nauséabonde…

Tu les a entendus toi les socialos au cours de cette décade de lutte ? Tu les as vu dans les défilés ? Moi non… Où alors pour soutenir en fin de compte, si l’on sait lire entre les lignes, les « réformes » sarkoziennes.

« D’accord sur l’objectif, pas d’accord dur la méthode » disait, la bouche en cœur celle que j’ai soutenue avec fougue et constance au cours de sa campagne. Eh ! Ségo ! Pourquoi t’as abandonné la seule position qui te donnait une représentation nationale, celle de député ? ? ? T’as rien compris au film…

Pareil pour Vals, pareil pour Dray, pareil pour Montebourg en lesquels on pouvait légitimement voir une relève efficace aux éléphants avachis. Tu parles… Les lionceaux n’ont que des dents de lait…

Frèche tonitruait récemment dans Midi-Libre « Le Parti Socialiste doit se saborder ». Eh bien il a raison…
Tel quel, il n’existe plus. Pas plus que le Parti Communiste, pas plus que les Verts.

Il y en a un qui a tout compris, c’est le facteur Besancenot qui danse avec l’allégresse de sa jeunesse et sa gouaille de titi parisien sur les décombres de cette gauche moribonde.

Le PS est mort, il suffit de le dépecer : l’aile gauche avec Besancenot pour former un vrai parti authentiquement de gauche, comme Oscar Lafontaine l’a fait en Allemagne ; l’aile droite, réformiste, avec Bayrou.

Et après tout, merde, pourquoi pas ?

Attention! Il s'évade!

94f17538beca3cbe8bc4921985b1c345.jpg

« Si tu meurs, je te tue ! »

Vous rêvez d’être immortels ? Laissez tomber l’Académie française, allez plutôt vous installer à Cugneau, charmant petit village de Haute-Garonne où l’accent rrroule comme les gaves. En effet, le maire de la commune vient de rendre un arrêté municipal « interdisant de mourir sur le territoire de la commune sous peine de poursuites ».
Eh bien voilà la solution ! Cet arrêté renvoie à leur place – les poubelles de l’humanité – toutes les religions qui imposent toutes sortes de contraintes pour obtenir une hypothétique vie éternelle…
Allez à Cugneau ! C’est plus simple. Et en plus on y bouffe la garbure, la ventrêche de cochon, le boudin aux pommes et les omelettes de cèpes.

Personnellement, aux gens de mon entourage qui se plaignent et appréhende avec angoisse l’échéance inéluctable qui s’approche, je profère cette menace sans ambiguïté : « si tu meurs, je te tue ! »

Il me souvient qu’il y a bien des années, au temps de la guerre froide, le maire de Châteauneuf-du-Pape, un dénommé Diffonty – homme d’humour et de compétence – avait pris l’arrêté suivant : « Le port et l’usage de la bombe atomique sont interdit sur le territoire de la commune. Le garde champêtre est chargé de faire respecter le présent arrêté. »

4d68a985e16b3b96d89df5aaaaf11c97.jpg

21/11/2007

Il voit clair le Miller!

On connait Gérard Miller pour ses propos souvent iconoclastes qui rafraïchissent, lorsqu'il est là l'émission de Ruquier. Hier soir, j'y suis tombé dessus au moment où le Miller allumait sérieux je ne sais quelle pouffe.
Je vous transcrit ses propos et lui dit bravo mec:

"Pourquoi les grèves ?

Après leur retraite, combien d’années restent-ils à vivre :
. à un cadre : 21 ans
. à un ouvrier : 14 ans

8 ans de différence.
Sans commentaire.

On entend partout que la France est en faillite.
Les profits des grandes entreprises sont-il à la hausse
. pas du tout
. un peu
. beaucoup

Réponse : ENORMEMENT
En 2006, les sociétés du CAC 40 on fait 100 milliards de bénéfice.
Les bénéfices profitent aux actionnaires et pas aux salariés.
Les gens ont moins d’argent, le vie est de plus en plus chère mais cet argent existe.

Il faut travailler plus pour gagner plus.
Combien rapportera la défiscalisation des heures supplémentaires à la majorité des salariés français ?
Réponse : 0,5 % de pouvoir d’achat en plus, parce qu’il y a extrêmement peu d’heures supplémentaires.
80% des salariés ne font pas d’heures supplémentaires.
On a fait croire aux salariés qu’il pourront choisir leur temps de travail alors que ce sont toujours les patrons qui décident.

On dit que les cheminots sont des privilégiés !
La retraite des cheminots à 50 ou 55 ans est-elle vraiment avantageuse ?
NON
Les cheminots paient 12% de cotisation retraite de plus que les autres salariés pour une retraite moyenne équivalente au SMIC.
Un cheminot qui part à la retraite à 50 ans ne touche pas une pleine retraite.

LES HEURES DE GREVE NE SONT PAS PAYEES.
Dixit Chérèque et Mme Idrac, patronne de la SNCF.

Conclusion
C’est très pénible de ne pas pouvoir prendre son bus ou son métro.
Imaginez une seconde ce que c’est pour une famille de cheminots, un mois avant Noël, de voir son salaire amputé de moitié.
J’espère qu’on comprendra qu’en se battant comme ils se battent, c’est le dernier verrou de la retraite à la française qu’ils défendent.D’ici quelques temps, on arrivera à une retraite à l’américaine où ce seront seulement les plus riches qui auront des avantages.
Je vous assure que 15 jours de galère que nous vivons actuellement on les paiera par des années de galère à la fin de notre vie."

Gérard Miller
Chroniqueur chez Ruquier, ce hier soir.

Racisme musulman

« Je l’ai pas vu, je l’ai pas lu, mais j’en ai entendu parler » disait le grand Cavanna à la grande époque d’Hara Kiri Hebdo, le flamboyant ancêtre du Charly Hebdo actuel. C’est pareil pour moi concernant le récent match de foot entre la France et le Maroc.

La Marseillaise a été copieusement sifflée, ce qui donne déjà le ton. Mais passons, un vieil anar comme moi ne va pas trop s’attacher à ce genre de symbole. Encore que…il est des symboles qu’il est de la plus élémentaire correction de respecter dans un pays qui vous accueille et qui vous fait bouffer… Au fait, je croyais qu’il y avait une loi qui punissait de tôle un tel comportement… Passons.

Toutes les actions des joueurs de l’équipe de France – dont on ne peut vraiment pas dire qu’elle ne fait pas la part belle à la diversité ethnique du pays – ont été systématiquement sifflées. Ce qui donne une haute idée du côté « amical » de la rencontre.

On peut encore passer la dessus lorsque l’on sait que le supporter de foot est d’une connerie largement au-dessus de la moyenne.

Par contre, il parait que les hurlements et vociférations hystériques augmentaient d’intensité selon la religion supposée du joueur. Exemptés de manifestations hostiles des joueurs français comme Nasri, Benzema, Beharfa, Ribery, Anelka, tous supposés être de religion musulmane…

Et ceci en provenance de gens qui se plaignent d’attitudes racistes à leur encontre. De quel côté est le racisme en l’occurrence ?

Voilà qui conforte Heurtefeux et fait basculer dans son camp et celui des idées de Le Pen les millions de téléspectateurs qui ont été témoins de ces saloperies…

Au fait, avez-vous entendu à ce sujet la grande gueule de Laporte, notre brillant sous ministre des sports?

Sabotage à la SNCF ? A qui profite le crime ?

Depuis ce matin, on entend les machines à bruits s’offusquer avec des airs de vieille douairière constipée devant une énormité : le prétendu « sabotage concerté de matériel électrique des lignes TGV de la SNCF ».

A qui profite le crime ?

Lorsque l’on connaît l’attachement viscéral des personnels de la SNCF à leur entreprise, on ne peut une seule seconde penser que ces actes sont le fait de cheminots, quelle que soit leur colère. Jamais un cheminot ne sabotera l’outil de travail qui est la passion de sa vie autant que son gagne-pain.

Donc il faut chercher ailleurs. Chez des provocateurs qui ont tout intérêt à salir les cheminots, à les faire passer pour des fumiers, profiteurs et saboteurs.

Ce genre de coup tordu a pour finalité de creuser autant que faire se peut un fossé entre cheminots et usagers.

Malgré le large battage que l’on peut attendre des médias couchés au pied de leur maître, les citoyens ne seront pas dupe de cette saloperie d’embrouille probablement réalisé par des nervis téléguidée par des officines nauséabondes à la solde du pouvoir et du medef…

20/11/2007

Le sultan d'Oman parraine Tariq Ramadan aux Pays-Bas

Tariq Ramadan a été choisi parmi quarante candidats pour diriger la chaire d'islamologie de l'Université de Leyde (Pays-Bas).

La prestigieuse Université de Leyde, aux Pays-Bas, a accepté que sa chaire d'islamologie soit subventionnée par le Sultanat d'Oman, pays qui applique la charia. Le poste sera occupé par le Suisse Tariq Ramadan. Cette nomination soulève l'incompréhension d'un spécialiste des religions. Au niveau politique, certains dénoncent un risque pour la sécurité nationale

Ian Hamel - 17/11/2007 Le Matin Dimanche - Genève


Rembrandt et Descartes, dont les noms sont associés à Leyde, la plus ancienne et la plus prestigieuse université néerlandaise, ont dû sursauter dans leurs tombes. Ce temple de la connaissance vient d'accepter que sa chaire d'islamologie soit financée à hauteur de 2,5 millions d'euros (4,1 millions de francs) par le sultan d'Oman. Qabous Ben Saïd, s'il n'est pas le pire des dictateurs, n'est tout de même pas un modèle de démocratie. Au pouvoir depuis trente-sept ans, après avoir renversé son père, il cumule les fonctions de chef d'Etat, de premier ministre, de ministre des Affaires étrangères, de la Défense et des Finances.

Plus grave encore: non seulement Oman est le fief de l'ibadisme, une branche schismatique de l'islam, mais dans ce pays - où l'islam est religion d'Etat - la Charia est la source de la législation. «C'est invraisemblable qu'une université telle que Leyde, réputée autant pour son ouverture d'esprit et que pour la qualité de son enseignement, se compromette avec le Sultanat d'Oman et avec Tariq Ramadan. Il faut savoir que Leyde édite «L'Encyclopédie de l'islam». Elle a compté parmi ses professeurs l'orientaliste Christiaan Snouck Hurgronje, le pionnier de l'islamologie», déclare, suffoqué, le Libanais Habib Tawa, docteur en histoire contemporaine à la Sorbonne.

«Un risque pour la sécurité nationale»
La nomination du Suisse Tariq Ramadan, 45 ans, comme titulaire de cette chaire d'islamologie, n'est pas non plus passée inaperçue dans un pays toujours marqué par l'assassinat du cinéaste Theo Van Gogh en novembre 2004 par un islamiste fanatique. Au Parlement néerlandais, conservateurs et populistes ont dénoncé le Sultanat d'Oman, qualifié de «dictature islamo-fasciste», et laissé entendre que Tariq Ramadan pouvait présenter «un risque pour la sécurité nationale» des Pays-Bas. Ce petit pays, connu pour son extrême libéralisme, a basculé en quelques mois de la tolérance à la méfiance vis-à-vis des musulmans (ils seraient un million, essentiellement des Marocains et des Turcs).

Au nom de l'indépendance des universités, Ronald Plasterk, ministre de l'Education et de la Culture, a refusé de se prononcer sur cette nomination. Du côté de Leyde, on souligne que Tariq Ramadan aurait été choisi parmi quarante candidats, et que le prédicateur donne déjà un cours intitulé «Identité et Citoyenneté» à l'Université Erasmus de Rotterdam.

Une icône idéologico-politique
Le Genevois a toujours dénoncé sans ambiguïté le terrorisme. Toutefois, il ne passe pas pour un rénovateur de l'islam, se qualifiant lui-même de «salafiste» (il revendique un retour à l'islam des origines). «Tariq Ramadan est une icône idéologico-politique, mais ce n'est pas un scientifique, encore moins un penseur. Je ne comprends pas que Leyde ait pu faire appel à lui», s'indigne le Lausannois Ahmed Benani, anthropologue des religions.

De son côté, Tariq Ramadan n'a pas souhaité répondre à nos questions. Curieusement, au moment où nous écrivons ces lignes, son propre site n'évoque même pas sa nomination. Il est vrai que se faire sponsoriser par le sultan d'Oman n'incite pas à vous classer dans l'islam des lumières.