Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2009

Ouiquinde sous le signe de CUPIDON ! Alexis Piron

au bain.gif
Tu viens ma puce!


La puce

Au dortoir
Sur le soir
La sœur Luce
En chemise et sans mouchoir,
Cherchait du blanc au noir
A surprendre une puce.

A tâton
Du téton
A la cuisse
L'animal ne fait qu'un saut
Ensuite un peu plus haut,
Se glisse
Dans la petite ouverture,
Croyant sa retraite sûre.

De pincer
Sans danger
Il se flatte.
Luce, pour se soulager,
Y porte un doigt léger
Et gratte.

En ce lieu
Par ce jeu
Tout s'humecte.
A force de chatouiller,
Venant à se mouiller,
Elle noya l'insecte.

Mais enfin,
Ce lutin,
Qui rend l'âme,
Veut faire un dernier effort.
Luce grattant plus fort
Se pâme !

Alexis Piron

Ouiquinde sous le signe de CUPIDON ! Apolinnaire

beaucul.jpg


Boulangère jadis qui respiriez l’amour
Peloteuse de couilles
Vous souvient-il des années et des jours
Remplis par ma gidouille

Mon jeune braquemart allait aux galions
Que recelaient vos fesses
C’était mon vit mortaise et votre cul tenon
Jointés avec adresses

Le foutre ruisselait par la boulangerie
Où vous étiez captive
Et j’eusse en vain cherché dans la rue des Martyrs
Fesses plus bandatives

Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Puteng! On leur à fait un coup VACHE aux Gallois!

céMariannelavachepatriote copie.jpg

Maccarrrellle! On leurrr a fait boufferrr leurrr charrrdon aux Rrrougemoute!

08:01 Publié dans actualités, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rugby, vache

27/02/2009

M’ame Michu et M’ame Chazotte : « Le Djack va à Cuba ! »

vamps.jpg


- Eh ! M’ame Michu, qu’est-ce que c’est que ces manières de tortiller du cul ? Et de mettre un fichu genre antillais ? Vous partez au carnaval de Rio ou quoi ?

- Ben presque M’ame Chazotte ! Presque ! C’est à cause de Jacques Langue.

- De qui ?

- Jacques Langue ! Ben oui quoi ! Faut sortir un peu M’ame Chazotte ! Faut sortir ! Jacques Langue c’est ce bel homme, un peu ranci maintenant bien sûr, çui qu’a inventé la fête de la musique !

- Ah ! Vous voulez parler du « Djack » ! Jack Lang ! L’embrayage…

- Pourquoi l’embrayage ?

- Ben c’est la pédale de gauche, non ?

- J’sais pas, j’ai pas le permis. Mais ch’uis contente, parce qu’il va à Cuba. Moi j’ai toujours rêvé de Cuba, des beaux pêcheurs noirs, des cigares et des danses lascives…

- Ben vous alors, je vous y vois bien à Cuba ! De quoi faire fuir la moitié de l’île et éclater de rire l’autre moitié… Votre Jack, y a longtemps que ça le démangeait de retrouver un hochet ! Sarko s’y est pas trompé ! Il lui a tendu un petit os et l’autre chihouahoua, le voilà qui fait le beau ! « Ouah ! Ouah ! Oh ! Qu’il est beau le Djackou à son pépéère ! Viens voir Carlita comme il se roule à mes pieds ! » Le Djack, il est habitué à jouer le petit télégraphiste à Sarko ! Déjà l’an dernier, il est allé porter une bafouille d’excuses du Nano Timonier au roi du Yemen que Sarko avait un peu roulé dans la merde.

- Ben ça y ait de beaux voyages à monsieur Jacques Langue…

- Ben, voyons, c’est nos impôts qui paient ! Il est allé porter au Lider Maximo une bafouille du Lider Minimo ! Et accessoirement faire un peu de tourisme… Pourquoi pas ! Cuba, faut y aller. Ne serait-ce que parce qu’ils tiennent tête à ces cons d’Etazuniens depuis un demi siècle ! Et puis, ainsi, le Djack, il libère le territoire…

- Tout de même, monsieur le Mari de Carlita, il sait être généreux avec ceux qui l’aident...

- Ben faut bien qu’il remercie celui qui a fait passer par sa seule voix, la réforme des institutions à Sarko. Le Djack, il peut ainsi s’inscrire au Ganelon’s Club où il va retrouver Besson, Kouchner, Allègre, Bockel et autres.

- Qu’est-ce qu’ils ont en commun ces gens du Ganelon’s Club, M’ame Chazotte ?

- Ben ils ont de la peau morte sur la langue à force de lécher le cul du Sarko !
sarkolang.gif



Sarko au Guiness book des cagades et des promesses bidons!

déficit emploi sarko par Delize.jpg
Merci à Delize

26/02/2009

Chaque semaine, le plutonium pour cinquante bombes nucléaire sur nos routes ! Bonjour le cauchemar !

Chaque semaine, sur l'axe La Hague - Marcoule/Cadarache circulent chaque semaine de 300 à 450 kilos de plutonium pur, de quoi réaliser une cinquantaine de bombes nucléaires, sans compter sur l'utilisation directe de la poudre comme "bombe sale"… C’est une chose connue, mais qui reste très discrète. On comprend pourquoi…

camion-plutonium2.jpgCes « douceurs » empruntent donc les routes et autoroutes de l’hexagone dans des camions ordinaires, banalisés mais… aisément reconnaissables ! Le site Greenpeace en donne une description précise :

« - Tous les camions sont des Mercedes. Ils sont tous d'anciennes générations sauf un de type Actros.
- La cabine est toujours blanche, parfois décorée de lignes rouges ou vertes.
- Ils sont tous immatriculés dans la Manche (50) ou à Paris (75)
- Ils sont tous munis d'un "pare-buffle" (barre de protection à l'avant de la cabine).
- Lorsqu'ils sont chargés, ils sont marqués d'un rectangle orange à l'avant et à l'arrière.
- Ils affichent un simple logo "radioactif".
- La remorque est toujours grise et le container blanc. »

Greenpeace précise encore : « Tout le principe de ces transports de plutonium repose sur le "SECRET". A l'usine de La Hague, l'oxyde de plutonium est conditionné dans des boîtes d'environ 3 kilos, elles-mêmes mises par groupe de quatre ou cinq dans des containers de type FS47. Ceux-ci sont transportés par dix dans des containers classique ISO 20 sur ces fameux camions Mercedes en direction des usines de Marcoule (Gard), Cadarache (Bouches du Rhône) et Dessel (Belgique).

Théoriquement le parcours et les horaires de ces transports doivent être modifiés à chaque transport, cependant comme nous avons pu le constater, il en est tout autrement. Alors que dans le passé, ces transports en nombre limité pouvaient respecter ces règles, l'augmentation considérable du volume en circulation a progressivement amené les exploitants à moins de précautions. Ce sont maintenant des données industrielles qui régissent le rythme et les trajets de ces transports.

Ainsi, de deux à trois transports hebdomadaires se déroulent de manière systématique suivant un scénario bien huilé. Tout les lundi, mardi ou mercredi à 13 heures précises, l'un des trois camions de Cogema Logistic quitte l'établissement de La Hague à destination de Marcoule ou Cadarache.

De même, ces transports sont dits "banalisés", là aussi pour "empêcher" leur identification. Mais nul besoin d'un œil très exercé pour identifier à coup sûr ces camions. Même s'ils ressemblent à des transports classiques de déchets nucléaires de faible activité.»

Ben voilà… On sait tout. Dans ma région (je crèche à 30 km « sous le vent » de Marcoule !) Quelques cinquante bombes atomiques potentielles circulent donc... Dans le contexte géopolitique actuel, il est pour le moins incroyable que l'industrie nucléaire prenne un risque aussi insensé.

On s’habitue à tout… Mouais… Jusqu’à ce qu’un commando de terroristes repère et détourne un de ces jolis camions tout blanc. Alors là, bonjour le cauchemar ! Mais chut, tout ça c’est secret défense !

Sources : Greenpeace



Galérer plus pour chômer plus

sarkozy-chomage-technique-6 de Bauer.jpg


Elle a bon dos la crise... Et Sarko qui subventionne les heures supplémentaires est le premier pourvoyeur du chômdu. Faut que les gens du fabuleux 'pole emploi" aient du boulot!

25/02/2009

Comment ? Des opposants au Lideur Minimo? - "On peut cogner chef?" - « Encagez-les » vite !

famine1.jpg"Loin d'être la solution miracle pour compenser l'épuisement des réserves de pétrole et lutter contre le réchauffement climatique, les agrocarburants, produits à grande échelle dans les pays du Sud, aggravent la crise alimentaire en empiétant sur les cultures vivrières destinées à nourrir les populations locales.

Malgré ces dangers, les dirigeants français et européens ont décidé d'incorporer 10% d'agrocarburants dans nos réservoirs d'ici à 2015 en France et d'ici à 2020 dans toute l'Union européenne. Nous contestons cette mesure injuste qui a des conséquences dramatiques pour les populations les plus pauvres."


Puteng ! Mais qui sont ces redoutables disciples de Hugo Chavez et Evo Morales qui osent vilipender cette brillante idée sortie des têtes d’œufs des puissants lobbies agricoles et chimiques, et allègrement acceptée par les sarko-trafiquants ? Arrêtez-les ! Encagez-les !

sarkoflicm-Charlie_Hebdo.JPGBen, c’est ce qu’ont fait les sbires à Sarko lors de la visite éclair que celui-ci a faite au Salon de l’ Aviculture (vu les nombre de poulets au mètre carré, on peut raisonnablement rebaptiser cette grand messe annuelle de l’agriculture !). En effet, c'est ce qui est arrivé au collectif "Les agrocarburants, ça nourrit pas son monde". En amont du passage du Président et du ministre de l'Agriculture, moins d'une dizaine de représentants de trois associations reconnues, Les Amis de la Terre, CCFD - Terre solidaire et Oxfam France, ont été "encagés" (c'est le terme utilisé par le service de sécurité présidentiel) à l'extérieur du Parc des expositions de Paris.

Faut dire que ces dangereux criminels avaient osé se déguiser en épi de maïs et certains – crime de lèse-nabot - étaient affublés d'un masque du Guide Minimus ou de Michel Barnier (le charisme d’une huître, dixit son patron !) Certains avaient même eu l’aplomb de brandir une affiche "Agrocarburants = danger"... Et tout ça en rigolant encore ! Non mais… En cage les maïs ! La volaille présidentielle a ainsi allègrement picoré ces trublions qui ont été dûment contrôlés, parqués (encagés ! !) jusqu’à la fin de la brillante visite présidentielle… Ouf, on est rassuré, la chienlit ne passera pas !
4x4.jpg
Au fait, sachez que pour faire un plein de bagnole, il faut 350 kg de maïs, soit de quoi faire bouffer un crève-la-faim du Sud pendant un an.

Ouais, Victor, mais les petits Boliviens, ça a pas assez de chevaux pour tirer un 4x4 !

M’ame Michu et M’ame Chazotte : « Ils ne l’emporteront plus au paradis…fiscaux ! »

vamps.jpg


- Eh ! M’ame Michu, vous l’avez vu monsieur Obama ? Quand il tape sur la table, ça tremble dans les salles des coffres ! Z’avez vu comment qu’il a tordu le bras à la Suisse ! Il a exigé de l’UBS…

- De qui ?

- De l’Union des Banques Suisses. C’est pas pour vous M’ame Michu. Pas pour moi non plus. C’est pour ceux qui suent pas trop leur pognon… Je disais donc qu’il a exigé de ces banques qu’elles lui transmettent les dossiers bancaires de 250 contribuables étazuniens soupçonnés d’avoir fraudé le fisc, et d’avoir placé le produit de cette arnaque sur des comptes ouverts à, justement, l’Union des banques suisses (UBS), bien planqué au chaud, à l’abri du secret bancaire.

- Ben, z’ont pas dû être contents les Suisses. Y a mon beau-frère qui a paraît-il des couilles en or – ça doit pas être très pratique tout de même, faudra que je demande à ma sœur ! – qui a un compte à Genève. Il m’a même payé le voyage une fois, pour lui porter une valise qu’il avait oublié cheu nous !

- Ben ma brave M’ame Michu, avec Obama, si vous recommencez, faudra qu’on vous porte des oranges !

- Oh ! Ben ça alors, j’le ferais plus M’ame Chazotte. j’le ferais plus !

- Et v’savez comment qu’il les a secoué les Helvètes. Il a exigé qu’on lui communique les renseignements bancaires concernant ces fraudeurs, faute de quoi l’UBS serait interdite d’activité sur le territoire des Etats-Unis. Autant vous dire qu’ils ont pas trop fait les fiers les Suisskofs ! Ils se sont mis à plat ventre. La raison bancaire l’a emporté sur la raison du client et l’UBS a obtempéré. Elle a transmis les renseignements à Washington juste avant qu’un tribunal suisse ne le lui interdise, au nom du fameux secret, que la loi helvétique garantit depuis 1934 !

- Ben alors, les paradis fiscaux, c’est fini pour eux ?

- Mouais… C’est ce qu’on prétend, mais c’est que de la tchatche en fait ! On prétend ici et là que le 2 avril, le G20 en finirait avec eux. Ce qui se prépare au G20 n’est qu’une embrouille pour la galerie. Un paradis fiscal serait tenu de transmettre des informations bancaires sur un non résident, à condition que l’administration fiscale de son pays de résidence présente un solide dossier justifiant ses soupçons de fraude !

- Ben, c’est bien ça M’ame Chazotte. Non ?

- C’est un peu comme si on dispensait certains contribuables de déclarer leurs revenus, tant que le fisc n’a pas apporté lui-même la preuve que ces revenus existent ! Disons que si les paradis fiscaux deviendront un peu moins paradisiaques, ils resteront des purgatoires bien confortables !

- Ben alors, pas la peine que fasse virer ma retraite à Monaco ou aux Bahamas ?

- Pas la peine M’ame Michu. Pas la peine…

24/02/2009

Chichi au salon de l’agriculture.

chirac-agriculture Placide.jpg
Merci à Placide

- Maman, où sont mes bonnes chaussures ? Oui quoi, celles que vous appellez mes écrase-merdes. Vous savez bien que c’est le grand jour ! Et faut être bien chaussé pour aller au salon de l’agriculture ! Ils m’attendent tous là-bas ! Ils m’attendent ! C’est moi le king !

- Mais Jacques, mon ami, quand allez-vous admettre que vous n’êtes plus président ?

- Plus président…Plus président… Vous allez voir comment qu’ils vont me recevoir mes amis bouseux !

- Jacques, comment parlez-vous ?

- Eh ! Maman, vous savez bien que ce terme est tout sauf insultant dans ma bouche. C’est comme ça qu’ils se nomment entre eux. Et ils me considèrent comme l’un des leurs ! Pas comme l’autre… Enfin, n’en disons pas plus…

- Jacques, prenez vos gouttes avant de partir. Attention à votre cholestérol…

- Cholestérol mon cul ! Ch’uis pas un buveur de coca ou de flotte moi ma chère ! Pas comme l’autre… Enfin, n’en disons pas plus… Ah ! Les vaches ! Je vais pouvoir enfin tâter le cul des vaches ! Des belles croupes rondes, puissantes, souples sous la main, soyeuses et…très émouvantes. Sans vouloir vous offenser ma chère, ça va me changer de vos noix tristounettes de fin de série.

- Jacques, comment parlez-vous ! Vous n’êtes qu’un goujat, un vil cul-terreux, un homme du commun. Je retrouve bien là vos ascendances douteuses de radical-socialiste de province.

- Cause toujours la mère ! Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ! Ah ! Maman, t’énerve pas, ne me gâche pas la journée. Je vais m’empiffrer en bonne compagnie ! Du foie gras de Gascogne, des tripes normandes, du cassoulet bien gras et onctueux, et ces superbes et si subtils pieds et paquets à la marseillaise ! Huummm ! J’en salive d’avance ! Tout le monde me connaît, tout le monde m’attend ! Et ça va marcher au son du canon ! Au diable le régime ! Au diable les toubibs !

Huummm ! J’ai déjà en bouche le fumé subtil d’un haut-médoc, la fragrance d’un pommard, la puissance d’un gigondas, la suavité d’un sylvaner. Et puis une bonne bibine pour faire passer le tout ! Et puis tiens, je vais m’attarder aux stands des Antilles et de la Réunion ! Les accras, j’adore ça. Avec quelques ti-punch pour décoller, y a pas mieux ! En plus ça fera chier l’autre… Vous avez vu Maman ? Deux cents poulets autour de lui pour traverser le salon de l’agriculture ! Et la claque UMP rameutée par cars entiers…

- Jacques, vous exagérez…

- Eh ! Maman, je sais comment ça se passe ! C’est pas aux vieux singes qu’on apprend à faire la grimace !



P.S. - Sur un plan moins déconnographique, allez faire un sot sur le blog de l'ami Karim Sarroub, le blog vedette du NouvelObs:

La Lionne veut un vélo électrique…

vélo électrique.jpg
Ma compagne, qui a parfois les côtes en long, m’a amené, l’autre jour, faire la tournée des boutiques commercialisant des vélos électriques. Bon. Pourquoi pas. Un bitard qui te permet de baruler à l’aise sans se crever le bédélet, ça paraît sympa. C’est le prix qui est moins sympa… Il varie de 900 à 1300 € environ… Alors, la Lionne continuera à pédaler allègrement sur son superbe Peugeot cadre alu à 18 vitesses, garde-boue, phare et dynamo !

Mais cette virée commerçante m’a permis de me pencher sur ce secteur d’activité : les véhicules dit « propres » marchant à l’électricité. Et ben c’est pas si évident ni réjouissant… D’abord les prix qui dépendent essentiellement de la qualité de la batterie. Celle-ci – dixit les vendeurs – doit être « au lithium ». Et, ce qu’il ne vous disent pas mais qui apparaît en tout petit dans les brochures et notices, il faut les changer au bout de 500 recharges ! Autant dire chaque année avec une utilisation pas exagérée… Mouais… Ça grève très sérieusement le prix d’utilisation de la bête !

Alors je me suis intéressé à ces fameuses batteries au lithium. Elles équipent à présent tous les téléphones portables, tous les ordinateurs portables (celui sur lequel je tape !), mais aussi toutes les bagnoles électriques présentées sur le marché !

Les producteurs de batteries au lithium s'associent avec des constructeurs automobiles comme NEC avec Nissan, Matsushita avec Toyota ou GS Yuasa avec Mitsubishi Motors. Sanyo, leader mondial dans le domaine des batteries lithium-ion, est en pourparlers avec Volkswagen. Certains pays ou entrepreneurs comme Shai Agassi, partenaire de Renault dans le développement des voitures électriques, ont d'ailleurs bâti des projets de stations de recharge de batteries comme la " Better Place ".

Tous reconnaissent les vertus de ces batteries au lithium : plus légères, plus petites et plus puissantes, elles demandent peu d'entretien et augmentent les économies de carburants.

Mais les constructeurs, de General Motors avec la Chevrolet Volt prévue en 2010, à BMW avec sa Mini électrique, en passant par Mercedes avec ses Smart électriques ou Toyota et sa nouvelle Prius, auront-ils les moyens d'alimenter leurs batteries en lithium ?

salar-de-uyuni.jpgLe lithium est un métal mou et rare, issu de flaques de sel, et essentiellement présent en Amérique du Sud. La Bolivie est l'eldorado du lithium, grâce à son lac salé Salar de Uyuni qui abrite à lui seul 40 à 50 % des réserves mondiales. Mais ce site est protégé pour sa splendeur, limitant alors les possibilités de son exploitation. C'est dans cette perspective que le président du pays Evo Morales a signé un décret pour installer un site national d'exploitation très réduit.

L'Argentine et le Chili sont aussi riches en lithium, ces trois pays recouvrant 70% des réserves mondiales.
Une polémique existe quant à l'épuisement des réserves mondiales de lithium. Les plus optimistes, comme le gouvernement américain, évaluent les réserves à 11 millions de tonnes environ, voire 14 millions selon l'expert R.Keith Evans.

Mais d'autres sources comme le cabinet français Meridian International Research limite la durée d'exploitation du métal aux environs de 2015, date à laquelle il ne restera que 234.000 tonnes de lithium, soit de quoi alimenter uniquement les téléphones mobiles ou les ordinateurs, mais pas les voitures électriques. Chaque batterie de voiture demande en effet entre 2 et 3 kilos de lithium, alors que les ordinateurs n'en réclament que quelques grammes.

auto électrique.jpgBen tout ça c’est pas très réjouissant…. A mon humble avis de béotien, c’est pas demain que les bagnoles, scooters et vélos électriques encombreront les rues et les routes… En effet, le lithium extrait pourrait servir à produire environ 8 millions d’autos (de type Chevrolet Volt) par an, ce qui en regard des 60 millions de bagnoles produites actuellement chaque année ne fait effectivement pas beaucoup !

Quant aux cours du lithium, ils suivent une évolution à la hausse exponentielle ! La demande ayant explosé, notamment pour la production de batteries en lithium-ion pour le marché de l’informatique et de la téléphonie, le prix du lithium est passé d’environ 350 dollars la tonne en 2003, à près de 3000 dollars en 2008 !

Il semble aujourd’hui évident que la technologie lithium ne pourra pas être généralisée à l’ensemble de la demande. Alors ? Les piles à combustible ? Les bagnoles à l’hydrogène ? Pas très au point tout ça.

auto Nègre.jpgRaison de plus pour développer…les bagnoles à air comprimé du père Nègre ! Une invention bien françouaise celle-là mais…Que ces cons de constructeurs français ont abandonné à…Tata, le géant indien !




23/02/2009

Une batterie de poulets pour le coq à talonnettes

sarkozy-salon-agriculture-Chimulus.jpg

Merci à Chimulus

Eh! Oh! Tâter le cul des vaches, ça ne s'improvise pas, c'est un métier!

22/02/2009

Ouiquinde sous le signe de CUPIDON et DIONYSOS !

la lionne feeblinger.gif



Nicole

Dans la chambre au fenêtres closes
La vue de sa peau dénudée
Plus enivrante que la rose,
Plus somptueuse que l’orchidée,

Met mon cœur et mon corps en transes
Depuis ce si beau jour d’été
Où le ciel m’a donné la chance
D’avoir l’honneur de la goûter.

Nicole est une fleur sauvage
Que j’eus le bonheur de cueillir
Dans les dunes, près des rivages

Où Phébus la faisait fleurir.
Depuis ce jour je suis ravi :
C’est elle l’amour de ma vie.


La bourride de La Lionne

— Compagne de ma vie en restant ma maîtresse
Elle mêle à souhait la fougue et la tendresse.
Sa peau de soie moirée, ses yeux de velours vert
Sa grâce de félin sensuel et pervers,
Le dangereux désir qui effraie et passionne
Font que je la surnomme, fièrement, La Lionne.
— Oh ! Victor ! Cette fois t’es mordu ! Qui l’eût cru ?
T’as pas peur, quand tu dors, qu’elle te bouffe cru ?
Il faut se méfier des mantes religieuses :
Elles croquent leurs mâles lorsqu’elles sont heureuses !
— Vivre heureux même si c’est dangereusement
Tel a toujours été le credo des amants.
Et puis, si ses étreintes sont longues et torrides,
Pour manger, elle préfère encore la bourride !
— A queste co, Victor ! Voilà qui est rassurant
Car il faut savoir fuir un amour dévorant.
Maintenant sa bourride, qu’elle en est la recette ?
— C’est, en un peu plus riche, la bourride de Sète.
Première opération, prépare un court bouillon :
Deux carottes, un poireau, du fenouil, deux oignons,
Plus un zeste d’orange, du laurier et du thym,
Fleur de sel de Camargue et poivre du moulin.
Un litre et demi d’eau, demi litre de blanc
De Laudun ou Pujaut, quelques brins de safran.
Mets la tête d’un congre, deux poignées de favouilles,
Fais cuire vingt minutes, à feu vif, que ça bouille.
Passe au presse légumes, puis exprime au torchon.
Pendant que ça tiédit, fais péter un bouchon.
Dans ce jus, mets ta lotte dix minutes en cuisson.
Tes loups et ton colin débités en tronçons
Tu les rajoutes alors, mais pas comme une brute,
Et les cuis en faisant frissonner dix minutes.
Retire les poissons que tu réserves au chaud,
Tu reprends ton bouillon et le passes à nouveau.
Pendant que ça cuisait tu as fait l’aïoli,
Soit généreux car en manquer est impoli,
Pour la changer en rouille, une fois qu’elle est faite,
Tu vas incorporer du piment d’Espelette,
Ça va te la muscler et te la colorer.
En deux portions égales tu vas la séparer :
La moitié dans un bol, pour manger le poisson,
L’autre te servira à lisser le bouillon.
Dans une casserole, pour cela incorpore
Deux ou trois jaunes d’œuf. Tu dois tourner encore
En versant doucement le bouillon toujours chaud.
Tu remets à feu doux sur le bord du réchaud
Et tu tournes comme pour une crème anglaise.
Quand la cuillère nappe, ton bouillon est à l’aise.
Tu mets dans les assiettes quelques croûtons dorés,
Frottés d’ail et couverts avec la rouille ambrée,
Que chacun mouillera comme il veut de bouillon
Et tu sers à côté le plat de tes poissons.
À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.
Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.
Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour
À la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

P01.jpg
Ingrédients et proportions pour six personnes :

Pour le bouillon: - 6 carottes, - 3 poireaux, - 3 oignons piqués de clous de gi-rofles, - 3 branches de fenouil, - 1 gros bouquet garni, - l zeste d'orange, - 3 cuillerées à soupe rase de sel de Ca-margue, - safran, - 2 têtes de congre, - 1 kilo de petits crabes (appelés favouilles en Provence), - 1 litre de vin blanc sec.
Pour les poissons: - 3 queues de baudroie (appelées aussi lotte) coupées en tron-çons épais, - 3 loups (appelés encore bars) coupés en darnes, - 6 darnes de colin.
Pour la rouille: - 1 demi litre d’huile d'olive, - 6 gousses d'ail, - 1 jaune d' œuf.
- 1 cuillerée à café de piment d'Espelette, - sel.
Pour la liaison: - 6 jaunes d'œuf.
Pour le service: - croûtons de pain séchés au four et frottés d'ail.

sexy en voiture.jpgLes vins conseillés:

La bourride fait bon ménage avec tous les vins blancs secs de la vallée du Rhône: Côtes-du-Rhône, Coteaux-du-Tricastin, Coteaux-du-Diois, Coteaux-du-Luberon, Côtes-du-Ventoux, Costières-de-Nîmes.
En vins du Languedoc: Picpoul-de-Pinet, blancs de La Clape.
En vins de Provence: Cassis, Palette, Coteaux-d'Aix.



Ouiquinde sous le signe de CUPIDON ! Huong...

sexyasi2.jpg


Pipothé

J'ai connu, quelque part près de la baie d'Ha Long
Une fleur des rizières qui s'appelait Huong.
Visage de poupée sur un corps de princesse
Elle savait jouer de la bouche et des fesses.

J'ai vécu auprès d'elle, heureux et envoûté
Par sa spécialité: la fellation au thé.
Huong me préparait, avec mille manière,
Du thé vert au gingembre, une pleine théière.

Tandis que je buvais la boisson parfumée,
Ses petits doigts agiles sur ma queue allumée
Préparaient mon phallus avec mille caresses,
Mettaient mon corps en feu et mon cœur en liesse.

Huong prenait alors une gorgée de thé
Qu'elle tournait en bouche pour en faire chuter
Doucement la chaleur au degré idéal
Pour les tendres muqueuses de mon engin de mâle.

Huong mettait mon gland dans sa petite bouche.
Quel bonheur délicieux ! Je geignais sur ma couche.
Une chaleur torride, proche de la brûlure,
Envahissait ma queue d'un volcan de luxure.

Le liquide brûlant tourne autour de mon gland
La languette de Huong lui donne mouvement,
Elle aspire, elle pompe, elle masse, elle suce,
Tandis qu'un de ses doigts vient me forcer l'anus,

Par des spasmes de joie, ma queue jouit longtemps,
Dans la bouche de Huong, douce fleur de printemps.
Elle m'embrasse alors, partageant les saveurs,
Du foutre et du thé chaud, du plaisir, du bonheur.


Amis blogueurs, vous pouvez, évidemment, reprendre mes textes, poésies, coups de gueule et autres élucubrations, mais merci d’avoir le « fair play » de citer la source et de mettre un lien : http://lantifadas.midiblogs.com
Merci

21/02/2009

Ouiquinde sous le signe de Cupidon- Femme à poils

femme à poil.jpg


Rien n’est plus émouvant,
Rien n’est plus excitant
Rien n’est plus envoûtant
Qu’une bell’ femme à poil

Sachez mesdemoiselles
Que pour le sensuel
Que pour le sexuel
Il faut avoir du poil !

Touffe noire
Ciboire
Touffe blonde
Profonde
Touffe rousse
Qui mousse

Ecrin doux et soyeux
Du temple du désir
Toboggan broussailleux
Vers la grotte à plaisir
Le poil, le poil, le poil, le poiiiil

Ouiquinde sous le signe de CUPIDON !

quel-cul.jpg


Gamiani ou deux nuits d’excès


Chantez, chantez encor, rêveurs mélancoliques,
Vos doucereux amours et vos beautés mystiques
Qui baissent les deux yeux ;
Des paroles du cœur vantez-nous la puissance,
Et la virginité des robes d’innocence,
Et les premiers aveux.

Ce qu’il me faut à moi, c’est la brutale orgie,
La brune courtisane à la lèvre rougie
Qui se pâme et se tord ;
Qui s’enlace à vos bras, dans sa fougueuse ivresse,
Qui laisse ses cheveux se dérouler en tresse,
Vous étreint et vous mord !

C’est une femme ardente autant qu’une Espagnole,
Dont les transports d’amour rendent la tête folle
Et font craquer le lit ;
C’est une passion forte comme une fièvre,
Une lèvre de feu qui s’attache à ma lèvre
Pendant toute une nuit !

C’est une cuisse blanche à la mienne enlacée,
Une lèvre de feu d’où jaillit la pensée ;
Ce sont surtout deux seins
Fruits d’amour arrondis par une main divine,
Qui tous deux à la fois vibrent sur la poitrine,
Qu’on prend à pleines mains !

Eh bien ! venez encor me vanter vos pucelles
Avec leurs regards froids, avec leurs tailles frêles,
Frêles comme un roseau ;
Qui n’osent du doigt vous toucher, ni rien dire,
Qui n’osent regarder et craignent de sourire,
Ne boivent que de l’eau !

Non ! vous ne valez pas, ô tendre jeune fille
Au teint frais et si pur caché sous la mantille,
Et dans le blanc satin
Les femmes du grand ton. En tout tant que vous êtes,
Non ! vous ne valez pas, ô mes femmes honnêtes
Un amour de catin !

Alfred De Musset

20/02/2009

Il nous reste combien de temps à vivre au juste ?

mondo cane.jpgTè ! Je vais un peu vous gâcher l’apéro… Hier soir, l’émission-déprime des deux bonnes femmes de France 2 nous a montré une face de l’avenir qui fait froid dans le dos. Sous le masque bienveillant, moderniste et altruiste de la recherche de la longévité humaine, on nous a fait effleurer le monde effrayant des OGM humains et des nanotechnologies. Puteng ! Ça promet !

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » disait le Grand Rabelais. Merde ! Il a fallu des milliards d'années pour en arriver là où nous en sommes, à ce degré d'évolution qui a permis l'apparition de la conscience humaine; et nous, en quelques décennies de « civilisation », on fout tout par terre avec des technologies à la con irrespectueuse non seulement de l'environnement mais de la vie même. Sommes-nous cons à ce point ? Sommes-nous suicidaires? Le confort moderne nous a-t-il anesthésié les boyaux de la tête ?

Il faut regarder les choses en face : la vie est en danger de mort. Jamais dans toute l'histoire de la planète on a vu, en si peu de temps, une telle hécatombe parmi les espèces animales et végétales. La biodiversité, toute la richesse de cette planète, en prend un sacré coup! Et les choses ne vont pas aller en s'arrangeant. Tout ce que nous connaissons va s'appauvrir, se rétrécir. Le monde va devenir petit. Les forêts primaires vont disparaître à jamais. En 2030, il n'en restera que de rares vestiges. Des communautés humaines ancestrales sont fauchées, victimes de la déforestation, et dans leur sillage leur connaissance directe du vivant libre. Comment vivrons-nous en 2030 ? Comme dans le fameux film « Soleil vert » ?

Eh ! Oh ! Victor, on te voit venir, tu vas nous gonfler avec le « réchauffement climatique » alors qu’on se gèle les aliboffis depuis trois mois… Alors lâche-nous les « moon-bbots » avec ça !

Chante coco ! Chante ! Ça durera pas. Si on se gèle les couilles, c’est AUSSI une conséquence du réchauffement. Si le gulf-stream se met à faire la sieste, on aura le climat du Canada, vu que Paris est à peu près à la latitude de Montréal ! La pollution de l'atmosphère est telle que la végétation et les océans ne sont plus capables aujourd'hui d'absorber l'excédent de gaz carbonique et autres gaz à effet de serre. Résultat : le réchauffement climatique bouleverse le fragile équilibre, les cyclones dévastateurs se multiplient, la désertification augmente, le climat se dérègle à la vitesse grand V... Et ça va encore aller plus vite puisque les Chinois, les Indiens ou les Brésiliens sont aussi cons que nous et veulent rouler en voiture particulière, rejetant dans l'atmosphère ce qui reste de pétrole ! Bref on ne sait pas jusqu'à quel point la température va monter. Ce qu'on sait, c'est qu'il y a 250 millions d'années, 8 degrés seulement ont suffit pour anéantir 95% de la vie terrestre. Comme dit l’ami Paccalet, « L’espèce humaine disparaîtra ? Bon débarras… » Mais en attendant, elle lapinise l’espèce humaine ! Responsable des maux actuels infligés à la Terre, cette espèce-là pullule. Mais pour combien de temps ? Neuf milliards en 2050. Et après ? Ils mangeront peut-être, mais ils devront manger debout !

Est-il encore temps ? Avons-nous encore la possibilité de choisir quel monde nous voulons pour nos enfants et les enfants de nos enfants ?

C'est tout vu : nous voulons de l'herbe, des arbres, des fleurs, du vin, des bécasses à rôtir, des dorades, du miel, des canrds gras. Nous voulons des sourires d’enfants, des belles femmes pulpeuses, des oiseaux et toutes sortes d'animaux insolites ou familiers. Nous voulons un air pur pour voir le ciel avec ses étoiles qui nous murmurent que la vie existe forcement ailleurs. Nous voulons que la magie du vivant opère grâce au respect des lois de la nature. Nous ne voulons pas qu'elle soit définitivement détrônée par un monstre absurde nommé profit à tout prix.

Il nous reste combien de temps au juste ?

Amen (…moi à boire, ça m’a donné soif !)

Guadeloupe: Et alors! Et alors! Zerro est arrvééeee

sarko élus dom chimulus.jpg
Merci à Chimulus

19/02/2009

M’ame Michu et M’ame Chazotte : « Plantons des rutabagas… »

vamps.jpg


- Eh ben, M’ame Michu, vl’avez regardé dans la lucarne à décerveler notre Nano Timonier ?

- Notre qui ?

- Notre Nano Timonier, notre Etoile du bling-bling, notre Lumière éblouissante de l’Elysée. Enfin quoi, vot’président !

- Ah ! Compris, vous voulez dire le mari de madame Carla ?

- Voilà…

- Ben oui je l’ai regardé. On aurait dit Chirac. Mais sans la prestance…

- Z’avez tout compris. Aussi vide que Chichi mais la prestance d’un hanneton et le charisme d’un estron…

- En plus, j’ai rien compris à ce qu’il a dit… Toutes ces mesures…On aurait dit un catalogue de la Redoute. Vous pouvez m’expliquer M’ame Chazotte ?

- Ben il a surtout dit qu’il changeait rien… Il a donné des remèdes pour un petit rhume alors que le pays est en train d’attraper la tuberculose !

- Ben ! Comme vous y allez vous ! Il a parlé de donner 2,6 milliards aux pauvres…

- Ah ! Ah ! Ah ! 2, 6 milliards d'euros c'est beaucoup ou pas ? Comparaison n'est pas raison mais enfin c’est à peine 6 fois le cadeau fait à TAPIE, 3 fois la somme extorquée par KOUCHNER aux gabonais. Moins de la moitié du bouclier fiscal pour les plus riches !

- Ben moi qui croyez que ça faisait beaucoup de sous…

- 2,7 milliards pour les crève-la-faim, et encore pas à tous, mais 28 milliards pour les banquiers : dix fois moins M’ame Michu ! Et encore, c’est pour ceux qui ont déjà la chance de payer des impôts - pour les contribuables ayant moins de 11 674 euros de revenu imposable - donc qui peuvent joindre les deux bouts. Mais les autres ? Vous par exemple, M’ame Michu, vous payez des impôts ?

- Ben, avec 754 euros de retraite par mois, j’suis marqué « pas imposable »…

- Ben voilà. Vous faites parti, comme moi, de la grande famille des serreurs de ceinture. Et c’est la grande armée : cinquante pour cent des ménages français sont trop pauvres pour payer l’impôt ! Pour nous, y a que dalle M’ame Michu. Y a pas de place pour nous dans aucun des « six cerveaux bien irrigués » de notre vénéré Guide.

- Ben… Heureusement qu’il a dit que nous sommes au milieu de la crise… Donc ça va bientôt finir.

- Ah ! Oui ! Eh ! Oh ! Il se prend pour madame Soleil le Naboléon ? Qu’est-ce qu’il en sait ? En attendant, il est resté droit sur ses talonnettes : pendant la crise, les réformes continuent ! Les choses sont claires! Obéissant aux ordres du Medef de la grenouille Parisot, il n'est pas question d'augmenter le SMIC ! C'est un refus net et sans appel! Et bien entendu pas de remise en cause du « paquet fiscal! » Il lâche un peu de lest mais ne change pas de cap! Circulez, y a rien à boire… Il n' y a ni impuissance ni inconscience, il y a une idéologie du néolibéralisme qu'il applique à la lettre. Bien que cette idéologie ait fait faillite sur toute la planète, l’ami des escrocs du Caca-rente maintient le cap. Y a plus de boulot mais il garde le dégrèvement des heures sup, le travail jusqu'à 70 ans, les seniors au boulot, bref les désirs du MEDEF sont des ordres et il exécute.

- Donc, ça va aller mieux après le discours de Monsieur Carla, M’ame Chazotte ?

- Vous illusionnez pas trop. Que du vent, que de la tchatche et quelques mesurettes pour secourir les accidentés de l’économie. Ça va péter M’ame Michu… Ça va péter méchant j’ai bien peur !

- Bon. Ben alors je vais aller faire quelques provisions : des pâtes, des patates, du riz, de l’huile et du sucre.

- Et plantez des rutabagas ! Ça vous rajeunira !

A boire ! Tavernier du diable! Et mort aux cons !

Buveurs.JPG

A boire, à boire, à boire !
A boire tavernier !
Met tes tonneaux en perce
Et verse volontiers
En nos verres et nos coupes
Le vin de l’amitié !
Que le bon vin de France abreuve nos gosiers !


Cré vingt diou de saloperie de merde ! Vous avez dû les voir, les entendre ou les lire ces connards d’anti alcolo à la mord-moi le zob baver contre notre bon jus de la treille !

Une espèce de quelconque secte de lutte contre le cancer nous crache encore des salves d’interdits contre quoi ? Contre le vin ! Paraît que ce nectar des dieux (grecs et romains !) « augmenterait les risques de cancer ». Attention, ils ne parlent pas des whiskies, vodkas, téquilas et autres tord-boyaux industriels. Non, c’est le vin leur cible! Leur ennemi à ces pisse-froid, ces peine-à-jouir, ces figures de carême, c’est le VIN ! « Le risque commence dès un verre par jour… » qu’ils dégoisent ces raclures de bidet ! Un verre par jour ! N’importe quoi…

Tè ! Qu’ils viennent voir mon vieux pote le Grand Gaby ! Il court allègrement sur ses 86 vendanges et porte droit comme un i ses six pieds d’altitude et son quintal de bonne viande consciencieusement entretenue à base de tripes à la provençale, de foies gras, de cassoulets, de poêlés de champignons, de têtes de veau, de salmis de bécasses et arrosée de plusieurs wagons foudre de bons vins de chez nous ! Un tarbouif opulent avec la texture de la morille et la couleur de l’aubergine !

Gaby au cours de sa longue existence de joyeux drille et de rude gaillard a bu pendant, au moins trente ans sa bonbonnette de dix litres de radieux petit vin aliment titrant 7 à 8° mais qui te gouleyait en chantant dans la tripe. Faut dire que Gaby le suait ce pinard car, avec son pote Auguste Vigne – ça s’invente pas ! - il gagnait sa vie à charger à la pelle des tombereaux de graviers dans le lit du Rhône. J’ai calculé qu’il avait lichetrogné sans encombre quelques 150.000 litres de bon vin de chez nous ! Quinze wagons de 10.000 litres ! Plus un demi wagon de pastis car il ne concevait la flotte que désinfectée au pastaga ! Et il torche toujours actuellement son litron de Côte-du-Rhône ! Quant au radada, jusqu’à 65 ans, il a cru que c’était un os qu’il avait entre les jambes ! Nourrie sous la cuve le Grand Gaby ! Et s’il meurt un jour, il veut qu’on le distille ! « On tirera bien trois litres de bonne gnole qu’il dit. Et mes arrières-petits-enfants me goûteront chaque année et diront « puteng ! Papé a bien vieilli ! » Voilà l’homme, entièrement nourrie sous la cuve, qui, selon les conneries des « professeurs », devrait être depuis longtemps six pieds sous terre !

Amis buveurs de vin, mes frères, levons l’étendard de la révolte contre tous les interdits et marchons au son du canon (de rouge évidemment) pour faire rendre gorge à tous ces débris d’humanités qui nous CASSENT LES COUILLES !

C'est la cuiiite finaaale. Saoûlons-nouuus car demain
Les eauuux minéraaales, ne vaudront pas le viiin!
C'est la cuiiite finaaale. Saoûlons-nouuus car demain
Les eauuux minéraaales, ne vaudront pas le viiin!
Tan Ta Tsan!

Debouut, ivrognes de la teeerre, debout tous les buveurs de vin
Le bon jus qui nous désaltèèère, est le seul breuvage divin.
Tan Ta Tsan!

C'est la cuiiite finaaale. Saoûlons-nouuus car demain
Les eauuux minéraaales, ne vaudront pas le viiin!
C'est la cuiiite finaaale. Saoûlons-nouuus car demain
Les eauuux minéraaales, ne vaudront pas le viiin!
Tan Ta Tsan!

Vous, buveurs d'eau, buveurs de bièèère, buveurs de coca de soda
Contre ces boissons délétères, nous sommes les rudes soldaats!
Tan Ta Tsan!

C'est la cuiiite finaaale. Saoûlons-nouuus car demain
Les eauuux minéraaales, ne vaudront pas le viiin!
C'est la cuiiite finaaale. Saoûlons-nouuus car demain
Les eauuux minéraaales, ne vaudront pas le viiin!