Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/04/2009

Eh! Dieu, passe-moi le thé ou plutôt un canon bien rouge de ton sang!

dieu vacances.gif


Relevé dans l’excellent et salutaire site des Athées des Pyrénées Orientales : CE QUI EST AFFIRMÉ SANS PREUVE PEUT ETRE NIÉ SANS PREUVE

C'est à celui qui affirme l'existence d'une chose de la prouver et non à celui qui la met en doute ou qui la nie.
Certains thuriféraires de la religion tentent parfois de nous piéger grossièrement en nous mettant au défi de prouver que Dieu n'existe pas. Or il est impossible de prouver que quelque chose n'existe pas. Ils le savent. Mais ça ne les empêche pas de s'en servir pour troubler les gens faibles. Rappelons à ce sujet la célèbre analogie de la théière, de Bertrand Russell (mathématicien, logicien et philosophe), reprise par Richard Dawkins le célèbre vulgarisateur et théoricien britannique de l'évolution, critique du dessein intelligent, tenant de l'athéisme et auteur de : Pour en finir avec Dieu.

"Si j'affirmais, dit Bertrand Russel, qu'entre la Terre et Mars se trouve en orbite autour du soleil,une théière de porcelaine, trop petite pour être détectée par nos plus puissants télescopes, personne ne serait capable de prouver le contraire. Et comme ma proposition ne peut pas être réfutée, si j'affirmais de plus, qu'il est intolérable d'en douter parce que son existence est décrite dans des livres anciens comme étant une vérité sacrée, on me considérerait aussitôt comme un illuminé bon pour l'hôpital psychiatrique".

Il en est de Dieu comme de la théière de Russel. Si vous tombez sur un de ces charlatans ne vous laissez pas impressionner. Ce n'est pas à nous athées de prouver que Dieu n'existe pas, mais c'est à eux de prouver qu'il existe. Cela fait longtemps que nous attendons. Et nous risquons d'attendre encore très longtemps.
Alors ne perdons pas notre temps avec ça et passons à autre chose de plus important car la vie, elle, n'attend pas.

Dans Athées http://associations.midiblogs.com/

Ben! mon cochon!

cochons grippe.jpg
Merci à Chimulus

29/04/2009

L' ÉLYSÉE BÉNIT LES DIPLÔMES CATHOS

sarkozyhabemuspapamem0.jpg


Sous ce titre Le Canard Enchaïné du 22 avril 2009 a publié un article qui décrit très bien la situation et auquel il n'y a rien à ajouter ni à retrancher. Jugez vous-mêmes.

" Sarko vient donc de torpiller un des piliers de la laïcité. Un décret du Président de la République paru le 19 avril au Journal Officiel, abolit de facto une vieille loi de 1880 qui enlevait auix établissements catholiques le droit de distribuer des diplômes universitaires reconnus par l'État.
Le décret légalise les termes d'un accord signé le 18 décembre dernier, entre le Saint-Siège et le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner portant sur la reconnaissance mutuelle des diplômes. Désormais seul un hypothétique recours devant le Conseil d' État pourrait faire capoter cette oeuvre impie.
L'accord s'applique en effet aussi bien sur le territoire du Vatican qu'en France aux universités catholiques, facultés ecclésiastiques et établissements supérieurs dûment habilités par le Saint-Siège. En clair, les facs cathos qui enseignent aussi bien la théologie que la médecine, les lettres, le droit ou l'économie, pourront elles aussi délivrer des doctorats, des masters ou des licences.
Devant les protestations des présidents d'universités, Kouchner et la collègue des universités Valérie Pécresse, avaient enclenché en janvier dernier une timide marche arrière.
Dans un communiqué les ministres avaient déclaré que le décret ne concernait que les disciplines canoniques. Mais le Vatican ne l'entend pas de cette oreille. Comme le souligne LA CROIX du 21 avril, la nonciature apostolique rapelle que l'accord s'applique également aux matières profanes.
De toutes façons l'Église est sûre de rafler la mise : l'accord signé par Kouchner a confié à la seule Congrégation pour l'éducation catholique le soin de rédiger le liste des institutions et des diplômes concernés.
À ce train là Sarko va finir par être béatifié". H.L.

Pour défendre la LAÏCITE signez cette PETITION

28/04/2009

M'ame Michu et M'ame Chazotte: les oreilles et la queue

vamps.jpg


- Eh ! V’s’avez vu M’ame Chazotte, c’est bien notre madame Carla qu’est la plus belle. L’autre, l’Espagnole, on dirait un pot à tabac à côté…

- Ouais. Peut-être. Mais son gigolo à votre Carlita, à la réception d’hier soir, on aurait dit un pingouin boiteux qu’a la parkinson ! Et puis, il a intérêt à la jouer modeste, parce qu’avec ce qu’il a balancé sur leur Cordonnier…

- Sur leur qui ?

- Ouais ! Faites pas cette gueule de bogue ahurie M’ame Michu ! Zapatero, en enpanchien, ça veut dire Cordonnier !

- Ah bon. C’est drôle quand même de mettre un cordonnier à la tête d’un pays comme l’Espagne. Moi je verrais plutôt un Hidalgo ! C’est vrai que l’Espagne, elle est célèbre pour ses foutebaleurs !

- V’savez, M’ame Michu, que les conneries du mari de Carla, ses propos de petite gouape de bistro concernant les autres chef d’états - du genre « Zapatero, il est aussi intelligent que mon genou, Merkel, on dirait un pot à bière, Obama, c’t’un grand sifflet sans expérience, heureusement qu’il y a Berlusconi, etc. » - donne de la France une image plus que nulle ! On fait rigoler de nous. Et ça coûte du pognon au pays. Beaucoup de pognon ! Parce que vous croyez que les conneries qu’il balance sur Merkel ça favorise les affaires avec les Allemands ? Vous croyez que les provocations à l’encontre d’Obama vont aider à vendre des Airbus et du Roquefort chez les Zétazuniens ? Dans les milieux diplomatiques français à l’étranger, ça fait plutôt la gueule… Il leur faut tenter de rattraper toutes les conneries du Cerisier en Fleurs de l’Elysée.

- Ben ça alors, j’croyais pas ça moi…

- Eh ! Ben, paraît que ces conneries coûtent entre 1 et 2 % de croissance. C’est pas rien…

- Et ça fait beaucoup?

- Beaucoup de sous... N’empêche que le mari de Carla, s’il continue à leur dire des conneries aux Espanches, il risque de se faire couper les oreilles et la queue !

- Olé !

iArriba! hombrecito...

chimulus carla sarko en espagne.jpg
Merci à Chimulus

27/04/2009

Oh puteng ! Alerte à la grippe porcine ! Alerte à la peste aviaire !

cochon dents longues.jpg- Oh ! Loule ! Donne-moi tout de suite deux jaunes. Et bien tassés, c’est pour un malade.

- Casa ? Ricard ? 51 ?

- M’en fout, c’est en urgence…Sur prescription médicale. Je risque d’avoir, et la grippe aviaire, et la grippe porcine !

- ? ? ? ? ? ? ?

- Ouais. Hier, j’ai bouffé du saucisson de l’Ardèche de chez le gros Thomas, des caillettes aux herbes, puis des cailles farcies aux pruneaux et olives vertes, mijotées en cocotte au vin blanc… Si avec ça je ne veux pas choper la peste porcine et aviaire qui fleurit à Mexico, et sûrement pas que là, faut que je me désinfecte les tuyaux de dedans mes viandes avec du pastaga !

- Tè ! Victor ! Soigne-toi avant de tous nous envisper dans ce bistro ! Mais, cette peste, c’est du sérieux ou c’est une cagade de plus pour nous enfumer ?

- Puteng ! Si c’est du sérieux, tu dis ! Ça risque de nettoyer de Terre du tiers de ses habitants !

- …teng ! C’est pas bon pour la clientèle ça… Et si en plus il faut baisser de 10% le prix du café, la faillite nous guette !

- Oh ! Mastroquet, quand t’auras fini de pleurer, tu mettras ta tournée j’espère ? Pour en revenir à la peste aviaire, et à la peste porcine qui en est une variante, c’est un truc terrible. Tu tousses, tu tousses, t’as la fièvre que tu pourrais cuire un œuf dur en te le carrant dans l’oignon,, tu craches des glaviots verdâtres, gros comme des huîtres de Bouzigues, tu trembles comme si t’avais la parkinson, que chaque fois que tu vas pisser tu te fais une branlette, et puis t’as la cou qui gonfle, qui gonfle, les yeux qui te sortent de la tête comme une bogue, et puis t’as toutes les viandes qui s’avarient qu’on dirait les barbaques recyclées des hypermarchés, et tu meurs…

cochons de cochons.jpg- …teng ! Victor ! Tu déparles ou quoi ? Vé ! j’en suis tout estransiné. J’en ai les trois sueurs…

- Oh ! Fatche ! Loule, c’est comme ça que ça commence… Tiens toi loin, maître empoisonneur ! Et crache pas dans les verres ! La grippe aviaire, la peste porcine, c’est du pareil au même, mais en pire, que la grippe espagnole. Celle-là, elle a fait en un mois plus de morts que la guerre de quatorze en quatre ans : vingt millions de victimes, au moins ! Alors celle qui arrive, avec la promiscuité des grandes villes, les mecs qui se rassemblent dans les stades, dans les hypermarchés, dans les cinoches, dans les gares, ça va être un carnage. D’autant plus que les moyens de propagation de ce putain de virus sont multipliés par cent par rapport à la grippe espagnole. Avec les avions, les bateaux qui transportent leurs merdes partout dans le monde, y aura pas un coin qui sera à l’abri. Peut-être au milieu de l’Antarctique. Là, on aura les glaçons gratos – pas comme chez toi – mais ça manquera de pastis…

cochons à motos.jpg- Quand même, Victor, si y en un sur trois qui crève, il en reste deux qui vivent. Pourvu que ce soit toi et moi, ça suffit. Et puis, ça résoudra bien des problèmes : moins de chômage, plus de problèmes de retraites, moins de pollution… C’est peut-être une défense de la terre contre ce drôle de mammifère sans poils qui chie des lardons comme un CRS des coups de triques et qui salaupège tout ce qu’il touche…

- Loule ! Tu parles d’or.

cochons trois.jpg- Tè ! Je paie ma tournée. Oh ! Monsieur Riflard, venez trinquer avec nous. C’est pour se soigner. De nous trois, y en un qu’en réchappera pas. Ce sera peut-être vous !

- Sans vouloir vous offenser, monsieur Riflard, ce ne serait que justice : un banquier, si ça meurt, on peut dire que ça libère le territoire !

- A la nôtre !

26/04/2009

La connerie triomphante ne connaît pas la crise !

justice 2.jpgLa connerie humaine est bien la seule approche que l’on puisse avoir de l’infini. Les magistrats hexagonaux se placent confortablement dans un palmarès de la connerie, qui « réprimandent » légèrement le Juge Burgaud « C’est pas joli ça Monsieur! Faut plus le faire ! Sinon pan pan cul cul ! » Et, pire encore, avec un juge de la commission de discipline lui-même dans le coup de cette sinistre mascarade d’Outreau !

Lacordaire disait : «Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit.» Les pauvres cons, dans l’histoire d’Outreau, ils auront connus l’humiliation, la honte, l’injustice, les horreurs de la prison pour un « manque de lucidité » d’un juge…
Les Zétazuniens ne sont pas en reste. Et ils ont l’humour de décerner chaque année des prix – les Stella Awards – aux justiciables et aux juges portant le plus haut le fanion de la Connerie triomphante !

Rappelons que les Stella Awards tirent leur nom Stella Liebeck, cette dame de 81 ans qui s'était renversé du café sur elle et qui avait subséquemment intenté un procès à Mac Donalds, qu'elle avait gagné ! Ce cas retentissant a inspiré la création des prix Stella qui récompensent les procès gagnants les plus grotesques et les plus ridicules d'Amérique.

- 6e place

Carl Truman, un jeune homme de 19 ans de Los Angeles (Californie) s'est vu attribuer 74.000 $ de dédommagement de frais médicaux après que son voisin lui ait roulé sur la main avec sa Honda Accord. Apparemment Mr Truman ne s'était pas rendu compte qu'il y avait quelqu'un au volant quand il a entrepris d'essayer de voler les enjoliveurs.

- 5e place
Terrence Dickson de Bristol (Pennsylvanie) quittait la maison qu'il venait de cambrioler en sortant par le garage. Mais il ne réussit pas à ouvrir la porte du garage dont le système de commande automatique était défectueux.
Il ne put pas non plus retourner dans la maison car la porte de communication qu'il avait tirée derrière lui s'était refermée avec un loquet automatique. La famille qui habitait la maison étant partie en vacances, il se retrouva bloqué dans le garage pendant huit jours. Il survécut grâce à un carton de bouteilles de Pepsi et à un sac de croquettes pour chien qu'il trouva sur place. Il porta plainte contre la compagnie d'assurance de la maison arguant que la situation l'avait placé dans un état de détresse psychologique. Le jury lui attribua 500.000 $.

- 4e place
Jerry Williams de Little Rock (Arkansas) a reçu 14.500 $ de dédommagement après avoir été mordu aux fesses par le chien de son voisin, un Beagle. Le chien était attaché à une chaîne et le jardin était clôturé.
La somme accordée a été inférieure à celle demandée car il a été estimé que le Beagle avait été quelque peu provoqué : en effet Mr Williams avait sauté par dessus la clôture dans le jardin de son voisin et avait tiré sur le chien à plusieurs reprises avec un pistolet à billes plastique.

- 3e place

Un restaurant de Philadelphie s'est vu condamné à payer la somme de 113.500 $ à Amber Carson de Lancaster (Pennsylvanie) après qu'elle se soit cassé le coccyx après avoir glissé dans une flaque de boisson gazeuse renversée par terre. Si la boisson était par terre, c'est parce que Miss Carson l'avait elle-même jetée à la figure de son ami trente secondes auparavant au cours d'une dispute.

- 2e place
Kara Walton of Claymont, Delaware, a fait un procès à un night-club près de chez elle après être tombée de la fenêtre des toilettes de l'établissement, se cassant deux dents de devant. Cela se produisit alors qu'elle tentait de passer par la fenêtre des toilettes dames du night-club pour éviter de payer les 3,50 $ d'entrée. Elle s'est vu accorder 12.000 $ et le remboursement de ses frais dentaires.

- Première place
Et le grand gagnant de l'année est Mr. Merv Grazinski d'Oklahoma City. Mr Grazinski s'était acheté un motor-home Winnebago tout neuf. En rentrant chez lui après un match de football, il prit l'autoroute, mit le véhicule en vitesse automatique à 100 km/h et quitta tranquillement le volant pour aller se faire un café dans la cabine arrière. Chose peu étonnante, le véhicule dévia de sa course, quitta la chaussée et fit un tonneau. Mr Grazinski fit un procès à Winnebago au motif que rien, dans le manuel du propriétaire, n'indiquait qu'il était dangereux de quitter le volant. Le jury lui a accordé 1.750.000 $ (un million sept cent cinquante mille dollars !!!) et un Winnebago tout neuf. La compagnie a depuis modifié les manuels de ses véhicules, au cas où un autre de leurs clients serait un abruti du même genre !

La connerie triomphante ne connaît pas la crise !

25/04/2009

Alduy, change de chaussettes, elles puent!

chaussettes perpignan 2.jpg


Les chaussettes à Alduy
(sur l’air de La bohême de Charles Aznavour)

Les chaussettes
Les chaussettes
Ça voulait dire, on est véreux
Les chaussettes
Les chaussettes
On squizze un bulletin sur deux…

Nous les Zuhème-Pets
On ne veut pas louper
Une part du fromage
Et pour les élections
Nous mettons en action
En cas de ballottage
Les rois des coups tordus
Les tricheurs, les tordus
Les grouillots de l’arnaque
Qui sortent des bulletins
Plus qu’il ne nous en manque
Pour gagner le scrutin.

Les chaussettes
Les chaussettes
Ça voulait dire, on est véreux
Les chaussettes
Les chaussettes
On squizze un bulletin sur deux…

Ainsi à Perpignan
Z’ont pas été fainéants
Pour trafiquer les urnes
L’président du bureau
Il a fait ça en gros
Le mec il a des burnes
Des bulletins Alduy
Il en avait sur lui
Jusque dans ses chaussettes
Pour les substituer
Il avait sa recette
De vieil habitué.

Les chaussettes
Les chaussettes
Ça voulait dire, on est véreux
Les chaussettes
Les chaussettes
On squizze un bulletin sur deux…

Le mec qui s’est fait choper - frère d'un colistier de Jean-Paul Alduy – a été démasqué avec des paquets de bulletin Alduy et d’enveloppes planqués dans ses poches et jusque dans ses chaussettes !
"Nous sommes en présence d'une fraude, au moins simple, puisque l'intéressé l'a reconnue et a été mis en examen pour ce motif", a constaté le commissaire du gouvernement, chargé de dire le Droit, Pierre De Monte.
Cette fraude "a incontestablement altéré la sincérité du scrutin", a-t-il ajouté, soulignant toutefois - "c'est la seconde certitude" - qu'il ne pensait pas "que soit établie l'existence d'une fraude systématique et généralisée".
Peut-on s’étonner, dans notre sarko-république de plus en plus bananière, qu’un préfet UMP, donc aux pieds de Sarko, « ne pense pas » qu’il y ait une fraude systématique. En foi de quoi il s’est prononcé pour le rejet de la requête demandant au tribunal administratif d'annuler l'élection municipale de Perpignan. Ben voyons !
Cette requête avait été déposée par Jacqueline Amiel-Donat (PS), dont la liste d'union avait été battue de 574 voix par celle du maire sortant UMP, Jean-Paul Alduy.

Avec 66 bureaux de vote, il suffisait de déplacer dix voix par bureau (soit de remplacer moins de 5 bulletins Amiel-Donat par autant de bulletins Alduy) pour changer le résultat. Pourris jusqu’au fond de leurs chaussettes, et fier de l’être !

Eh bien ça ne s’est pas passé comme ça au final ! Le Conseil d'Etat a annoncé, jeudi 23 avril, avoir confirmé l'annulation des élections municipales de 2008 à Perpignan, à la suite de la "fraude à la chaussette" révélée lors de ce scrutin, qui a abouti à la réélection du sénateur et maire UMP Jean-Paul Alduy. Un nouveau scrutin va donc devoir être organisé.

Et Alduy, ci-devant maire fraudeur UMP, elles puent tes chaussettes, faut les changer, et celui qui est dedans aussi !

23/04/2009

Un rayon de soleil dans la grisaille : les algues et les algocarburants peuvent-ils sauver le monde ?

Algue Laminaria.jpgLes algues pourraient servir à produire des biocarburants, les algocarburants, dont la production serait neutre en carbone et serait basée sur des cultures non alimentaires. Les algues avaient déjà rendu l’atmosphère terrestre viable il y a plusieurs millions d’années.

Les algues peuvent-elles à nouveau sauver le monde ? Ces plantes vertes microscopiques ont nettoyé l’atmosphère terrestre il y a plusieurs millions d’années et les scientifiques espèrent qu’elles pourront refaire la même chose en aidant le monde à se débarrasser des gaz à effet de serre et à créer de nouvelles réserves de pétrole.

Il y a longtemps, les algues avaient aidé la Terre à passer d’une atmosphère inhospitalière à une atmosphère capable de supporter la vie moderne, grâce à la photosynthèse, que les plantes utilisent pour transformer le dioxyde de carbone et les rayons du soleil en sucres et en oxygène.

Certaines de ces algues ont coulé en mer ou dans les lacs et se sont lentement transformées en pétrole.

Les algocarburants sont des agrocarburants de la famille des biodiesels

« Tout ce que nous faisons est de remonter le temps » a déclaré Steve Skill, un biochimiste au Laboratoire Marin de Plymouth. « La nature a fait cela il y a plusieurs millions d’années en produisant le pétrole brut que nous brûlons aujourd’hui. Donc en ce qui concerne la nature, il n’y a rien de nouveau ».

L’objectif est maintenant de trouver des manières économiques de transformer l’algue, l’une des formes de vie terrestres les plus anciennes, en huile végétale qui peut être transformée en biodiesel, en carburant d’avion ou autres algocarburants et produits plastique.

« Nous moissonnons les rayons du soleil en utilisant les algues, puis nous extrayons cette énergie stockée sous la forme d’huile à partir des algues, et enfin nous l’utilisons pour faire des carburants et autres produits » explique le biochimiste Steve Skill. Il pense que d’ici une décennie l’industrie cultivera des algues en quantités viables pour la production commerciale d’algocarburants.

De tels carburants sont considérés comme étant neutres en carbone parce que les algues absorbent les gaz à effet de serre pendant leur croissance.

De nombreuses compagnies travaillent actuellement sur les algues et les algocarburants, tels que les groupes américains Sapphire Energy, OriginOil, BioCentric Energy et PetroAlgae.

Parmi les différents tests effectués, la compagnie aérienne Japan Airlines a réalisé un vol d’essai le mois dernier avec un avion volant grâce à un mélange de carburant comprenant de l’huile d’algue.

Le Laboratoire Marin de Plymouth explique qu’il applique à la biotechnologie ce que nous savons des algues dans les océans, une approche qui diffère de la plupart des recherches commerciales en cours. Certains affirment par ailleurs que le potentiel des algocarburants est surestimé, comme l’indique Carole Llewellyn, une chimiste marine.

« Les algues ont beaucoup d’attributs positifs mais il y a beaucoup d’obstacles à surmonter avant que les algocarburants ne deviennent une réalité commerciale » a-t-elle précisé.

Les biocarburants issus de cultures alimentaires ont été accusés d’avoir une part de responsabilité dans la hausse considérable des prix de l’alimentation. Or, les algocarburants présentent l’avantage d’être produits à partir de cultures non alimentaires et les algues poussent d’ailleurs dans des endroits inhabités, que ce soit des déserts ou des marécages.

Les algues peuvent pousser 20 à 30 fois plus rapidement que les cultures alimentaires.

(Par Sandra BESSON)

Source : Actualités News Environnement http://www.actualites-news-environnement.com/19621-algues-algocarburants.html

Selon l’étude de l'IFREMER publiée en octobre 2008, les plus importants avantages résident dans le fait que contrairement aux agrocarburants à base d'huile végétales terrestres, l'exploitation des microalgues n'interfère pas sur le conflit de l'eau douce et n'empiète pas sur les surfaces de production alimentaire : Etude prospective
La citation complète de l'IFREMER est : "On estime entre 200 000 et un million le nombre d’espèces d’algues existant dans le monde. Cette diversité biologique, répondant à une exceptionnelle adaptabilité, laisse préjuger d’une richesse proportionnelle en molécules originales et en lipides (algo-carburants). Comparativement aux espèces oléagineuses terrestres, les microalgues présentent de nombreuses caractéristiques favorables à une production d’acides gras qui pourraient notamment être mises à profit pour produire des algo-carburants. Les principaux atouts sont un rendement environ 10 fois supérieur en biomasse et l’absence de conflit avec l’eau douce et les terres agricoles. La production pourrait représenter 20 000 à 60 000 litres d’huile par hectare par an contre 6 000 litres pour l’huile de palme, un des meilleurs rendements terrestres."

Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Algocarburant

Les nouveaux colonisateurs s’appellent Chine, Arabie saoudite, Corée, Japon, Libye, Emirats arabes unis ! Ils font main basse sur les terres agricoles fertiles des pays les plus pauvres du monde…

acheteurs de terres.gif


La colonisation se perpétue mais elle a pris un nouveau visage : l’achat de terres arables dans les pays pauvres par des pays prédateurs bourrés de thunes. Et cette fois les Occidentaux n’y sont pour rien ! Elle est le fait de pays manquant de terres cultivables sur leur propre territoire (Corée, Japon), de pays au climat peu propice à l’agriculture (Arabie saoudite, Libye), de pays surpeuplés et ayant saccagé leurs propres terres arables (Chine).

Le moyen de cette colonisation est le pognon. On ne prend plus les terres par la force, comme au temps révolu de la colonisation occidentale, mais en achetant des territoires entiers. Les nouveaux colonisés sont le Kazakhstan, la Sibérie russe, l’Afrique.

Les motivations des nouveaux voleurs de terre sont de deux sortes : la volonté d’autosuffisance alimentaire, la spéculation. Dès 2003 plus de 7 000 hectares de terres du Kazakhstan ont été « loués » à une société mixte sino-kazakhe, et plus de 3 000 paysans chinois ont pris la route de la région d'Alakol, à la frontière chinoise, pour exploiter des champs de soja et de blé. Devant le malaise suscité par cette location - sur dix ans - d'une parcelle du territoire national, le gouvernement kazakh fait preuve d’une grande discrétion à ce sujet. Officiellement, les terres arables louées à la Chine n'existent pas. Les autorités kazakhes – qui s’engraissent évidemment sur ces spoliation officielles - craignent la réaction de la population rurale devant la concurrence déloyale représentée par l'arrivée en masse de paysans chinois, dont l'équipement agricole est supérieur au vieux matériel soviétique encore utilisé sur la plupart des exploitations kazakhes.

Pékin s'intéresse non seulement aux plaines d'Asie centrale, mais également aux terres vierges du grand voisin russe. Pour la Chine, la Russie orientale est un eldorado agricole : selon les estimations des experts russes, plus de 20 millions d'hectares de terres arables n'y sont pas exploités, et les prix y sont inférieurs à ceux pratiqués en Chine. La ruée vers les terres russes s’amplifient. Pour le moment, les autorités russes voient plutôt d'un bon œil l'exploitation de ces terres auparavant inoccupées, qui leur permettra de prélever une taxe sur l'exportation des produits agricoles. Mais l'arrivée massive de paysans chinois commence à engendrer des tensions avec la population locale, d'autant que la crise économique sévère que traverse le pays risque d'alimenter des réactions xénophobes. Selon le dernier recensement russe, quelque 35 000 Chinois vivraient en permanence dans le pays. Mais, de l'aveu même du ministère de l'intérieur, entre 400 000 et 700 000 Chinois seraient, en réalité, installés sur le territoire russe… Voilà un bref aperçu concernant la colonisation chinoise.

L’Arabie saoudite n’est pas en reste. Elle a tenté d’assurer son autosuffisance alimentaire en irriguant ses déserts avec de l’eau dessalinisée ! Aberration économique que la baisse du prix du pétrole lui a fait abandonnée pour la remplacer par des achats et des locations massives de terres à l’étranger. Un fonds 800 millions de dollars a été constitué. Les groupes agroalimentaires saoudiens ont commencé leurs prospections. Certains se sont tournés vers l'Afrique, compte tenu de sa proximité avec le royaume. C'est notamment le cas d'une entreprise du Haïl, Hadco, qui loue des milliers d'hectares au Soudan (son objectif est d'en cultiver 40.000). Cette société est aussi à la recherche d'opportunités en Turquie.

Le groupe Ben Laden – coucou ! le revoilou ! - , spécialisé dans les travaux publics, s'est engagé en Asie à la tête d'un consortium, pour gérer 500.000 hectares de rizières en Indonésie, dans le cadre d'un projet agricole de 1,6 million d'hectares comprenant la production d'agrocarburant. Le saccage des forêts indonésiennes pour produire de l’huile de palme profite ainsi en partie…à la famille Ben Laden !

La Corée s’intéresse à Madagascar. Dans cette grande île – un des pays les plus pauvres du monde - , la concession dans des circonstances opaques de 1,3 million d’hectares au conglomérat sud-coréen Daewoo, a nourri la grogne qui a abouti au renversement, le mois passé, du président Marc Ravalomanana. Celui-ci devait gratter sérieusement dans l’opération !

En Afrique encore, revoilà le pittoresque ami de Sarko, le grand défenseur des Droits de l’Homme façon Genève ou Durban, la Lumière Eblouissante des Terres à Chameaux : Kadhafi soi-même ! Au Mali, le plus gros locataire, une société liée à l’entourage de Kadhafi a contracté des baux trentenaires qui préoccupent les paysans maliens car les hectares des Libyens sont situés au début des canaux d’irrigation, et sont donc servis en eau les premiers, laissant la portion congrue aux autochtones pour leurs cultures vivrières…

Pourquoi une telle ruée vers les terres agricoles ? Deux raisons : 1 - la crise alimentaire qui incitent les gouvernements à assurer leur approvisionnement à venir ; 2 – la crise financière qui fait de l’agriculture un nouvel actif juteux pour les fonds d’investissement spéculatifs.

Merde ! Mais qu’est-ce qu’ils font ces salauds de colonisateurs occidentaux ?

22/04/2009

Les masques tombent à Genève : sus aux Blancs !

amadinedjad.jpg
- Ah ! Puteng ! La zone qu’il a planté le roi mage venu d’Iranistan aux pélerins bien propres sur eux qui sont venus faire la bringue chez les Suisskofs sous prétexte d’une « conférence » sur le racisme !

- Attends ! Qu’est-ce qu’ils s’imaginaient les Zonusiens ? Cette « conférence », elle a été préparée par les plus brillants représentants de la tolérance, de l’ouverture d’esprit, du respect de l’autre ! Président : la Libye de Khadafi ! Le pote à Sarko ! Vice-président : l’Iran des mollahs ! Et puis le Pakistan, autre pays éminemment respectable pour son approche pittoresque des Droits de l’homme ! Des gens qui ont en commun la haine de tout ce qui ne se plie pas à leurs conneries religieuses et à leurs saloperies dictatoriales ! L’ONU n’a pas de vergogne de laisser les Droits de l’Homme aux mains de ses pires ennemis !

- Alors qu’est-ce qu’on est allé foutre dans cette galère ?

- Je me le demande. Nous n’avons pas l’air de nous rendre compte de l’isolement dans lequel se trouvent les pays « occidentaux » et assimilés. Ces pays « riches » imposent leur décisions, leur mode de vie au reste du monde depuis un demi millénaire. Ils exacerbent aussi toutes les envies, toutes les frustrations. Et évidemment les haines de tous ceux qui voudraient prendre notre place ! Parce que les belles leçons de morales, mon cul ! La politique n’est qu’un rapport de force : si tu as de gros muscles, t’es respecté, si tu baisses la garde, tu te fais bouffer. Alors faut savoir ce qu’on veut…

- Ouais mais si le reste du monde nous hait – nous, c’est-à-dire les Occidentaux et plus précisément les blancs - c’est peut-être pas pour rien non ? Esclavagisme, colonialisme, la coupe est bien pleine…

- Eh ! Tu as esclavagisé beaucoup de monde toi ? Tu as colonisé beaucoup de monde toi ? Non. Moi non plus. Et nous n’avons aucune raison de nous sentir responsables des conneries qu’on fait nos lointains ancêtres. Repentances, ras les couilles. Ce qui compte, c’est hic et nunc. Ici et maintenant. Tout le reste n’est que conneries à balayer.

Et puis l’esclavage, on ne le reproche qu’au Blancs. Mais l’esclavage venant des Arabo-musulmans a précédé celui des Blancs, il a été beaucoup plus meurtrier et surtout ils se continue actuellement ! Quant à celui des Noirs, il est premier en cartes, car ce sont bien des chefs noirs qui venaient vendre leurs congénères noirs aux marchands arabes et blancs ! De nos jours encore, beaucoup associent par réflexe, traite négrière au seul trafic transatlantique organisé à partir de l’Europe vers les Amériques et qui a conduit à la mort ou à la déportation de millions d’Africains dans le Nouveau Monde. Alors que la traite et le travail forcé des peuples noirs, n’ont pas été une invention des nations européennes. Les Arabo-musulmans sont bien à l’origine de cette calamité et l’ont pratiquée en grand, du VIIème au XVIème siècle, pendant près de mille ans, en déportant près de 10 millions d’Africains, avant l’entrée en scène des Européens. Au total, les Arabo-musulmans auront tué, castré ou déporté près de 17 millions d’Africains.

Alors basta des remontrances de ces gens. Qu’ils balaient devant leurs portes avant de nous faire chier ! Pareil pour la colonisation. Y a-t-il eu peuple plus envahisseur, plus colonisateur que les Arabes qui, sortis de leurs déserts, sont allés conquérir à la pointe de leurs sabres le plus grand empire jamais connus, de l’Inde à l’Atlantique. Vous croyez qu’ils ont fait ça pas la persuasion ? Tè ! Fumes ! En coupant les tronches, en violant les femmes, en rançonnant jusqu’au sang ceux qui ne voulaient pas se convertir à leur idéologie. Et c’est ceux-là qui viennent nous faire la leçon ?

- Alors on fait quoi ?

- On commence par arrêter de se coucher devant les diktats de ces cons. Pas de Munich devant eux ! On se fait respecter et surtout on arrête l’invasion des fils d’Allah ! Si on n’est pas capable de faire suffisamment de chiards pour assurer notre survie, on va se faire bouffer de l’intérieur par la guerre des utérus ! Alors si on doit absolument faire venir du monde, autant en choisir qui soient plus facilement compatibles : il y a des Ukrainiens, des Russes qui s’intégreront immédiatement, sans vouloir nous imposer d’obscurantisme !

- Oh ! Puteng ! T’as la rabia !

- Sûr que j’ai la rabia ! Parce que nos populations de « riches » tombées dans la gadoue risquent de ne pas faire le poids devant les hordes aux dents longues qui viennent se servir. Et s’il faut un jour choisir entre la coca cola et les barbus, le choix sera vite fait. Je suis pour la liberté d'expression totale et je n'accepterais jamais que quelqu'un, sur la base d'une coutume religieuse millénaire et débile m'impose ses propres choix et ses modes de vie, m'empêche de penser, dire et lire ce que je veux, m'empêche de me vêtir et d'agir a mon gré. Et ce qui se passe à Genève, c’est ça : un procès contre nos valeurs qui, pour perfectibles qu’elles soient, en valent bien d’autres. Les Droits de l’Homme ont une portée universelle. Et c’est ça que les gros connards qui bavent à Genève avant d’aller se goinfrer dans les bons restaurants puis d’aller aux putes avec les sous de l’ONU, donc nos sous, contestent et rêvent d’abattre ! Alors Basta ya !


20/04/2009

Les princes des égouts


L’Histoire a pour égout des temps comme les nôtres
Où la vermine grouille et où les rats se vautrent.
Souvent ils se retrouvent, entre soi, au Fouquet’s
Pour bâfrer, picoler, roter et ricaner
Sur le dos dégoûtant des viles populasses
Abruties de soucis, hâves, sales et lasses.
Banquiers et financiers, traideurs, patrons voyous,
Ecrivaillons vulgaires et joueurs de biniou :
« Profitons, disent-ils, car l’époque est propice,
Mentons, trichons, volons ! Au diable l’avarice !
Nous qui savons comment manier l’opinion,
Pour nous vins et caviars, et pour eux les quignons. »
Et pour faire accepter toutes leurs roublardises,
Ces pillards ont trouvé leur sésame : « la crise ».
Elle a bon dos « la crise » pour nous faire avaler
Tous ces « plans sociaux » qui vont faire chialer
Les milliers de familles que dans la rue on jette
En leur lançant un os à ronger, comme aux bêtes.
Elle a bon dos la crise pour nous faire accepter
Des lois liberticides que l’on fait adopter
En douce, à la sournoise, par les sombres fayots
D’un Parlement croupion peuplé de godillots.
Elle a bon dos la crise pour mettre en surveillance
Sous le regard des flics tout ce qui vit en France,
Big Brother est partout et MAM est sa prêtresse,
Nous aurons tous, bientôt, des caméras aux fesses.
Elle a bon dos la crise pour brader aux boutiques
Des complices d’Ubu les services publics.
L’eau, l’électricité, le gaz, les autoroutes
Sont partis prospérer dans les poches filoutes
Des Bouygues, Boloré, Lagardère, Dassault
Et d’autres moins connus mais avides pourceaux
Qui se pressent en cour pour flatter le satrape
Infligeant au pays ses manières de gouapes.
Halte-là ! Trop c’est trop ! voyous sans foi ni lois !
Trop c’est trop pour le Peuple qui étête ses rois !


Amis blogueurs, vous pouvez, évidemment, reprendre mes textes, poésies, coups de gueule et autres élucubrations, mais merci d’avoir le « fair play » de citer la source et de mettre un lien : http://lantifadas.midiblogs.com
Merci

19/04/2009

Plus gastronomique: la VRAIE Tête de Veau façon papy Chichi !

tête de veau copie internet.jpg
La tête de veau.

Quand revient chaque année le temps du vin nouveau
Je convie mes amis pour la Tête de Veau.
C'est un plat collectif, festif, essentiel;
C'est un repas royal ou... présidentiel!
Me méfiant des veaux qui ont "la vache folle",
Je vais chercher les miens en terres cévenoles.
Pour avoir du bon veau, et pas de la charogne,
Je commande la tête au boucher de Langogne.
Et je vais la chercher moi-même, par le train
Qui, de Nîmes, hardiment, gravit avec entrain
Les mille et un lacets, les soixante tunnels,
Les trente viaducs suspendus en plein ciel
Reliant les splendeurs de la cité romaine
Aux sauvages attraits des terres lozériennes.
Heureux, le nez au vent, ma glacière à la main,
J'en prend plein les mirettes, je hume le terrain
Qui défile et s'enfuit, lentement, pas pressé.
Cités mélancoliques de mines délaissées,
Juvéniles chahuts, rires à chaque arrêt,
À-pics vertigineux, oppressantes forêts,
Rivières et torrents, petits lacs de barrages
Viennent et disparaissent après chaque virage.
Paisibles bovidés paissant dans les prairies,
Spectacle interrompue par chaque galerie,
Le voyage est trop beau, le voyage et trop court...
- Oh ! Victor, bois un coup, arrête tes discours,
Si maïses coume aco, la testa de vedeù
Bouto, la manjaren beleù a l' an nouveù ! (1)

- C'est bien vrai. Sers-moi donc un primeur agréable
- Qui chatouille si bien mon gosier insondable.
Zou ! Trinquons et buvons, et ne fais pas la bête,
Je vais te raconter comment on fait la tête.
Lorsque j'arrive avec mon chef en bandoulière,
La Lionne a déjà sorti la gazinière
Des grandes occasions. Ce qui se fait de mieux:
Un feu sur doubles rampes se croisant au milieu.
Dans une oulo (2) profonde, voire une lessiveuse
On met à dégorger la tête voyageuse
Dans de l'eau claire et froide pendant une heure ou deux.
La laisser une nuit pourrait être hasardeux.
On la sort, on la met sur un large torchon,
On noue les quatre coins tout comme un baluchon.
Ainsi enveloppée, au fond de la bassine
On place, dans l'eau chaude, la caboche bovine.
Trois oignons giroflées, trois poignées de sel gros
Du thym et du laurier, du persil, mais pas trop.
Quand ça bout on écume avec application,
Puis on baisse le feu à tout petit bouillon.
On laisse cuire ainsi entre trois et quatre heures
Cette lenteur voulue rend la cuisson meilleure.
Pour la vérifier, je plante une fourchette:
Quand ça rentre tout seul, on chauffe les assiettes.
Soulevant le torchon, je sors alors la tête
Que je fais égoutter, coiffée d'une serviette
Pour bien tenir au chaud la viande qui tremblote.
Alors ma femme attaque la sauce ravigote :
Pour une tête entière, donc pour dix gros mangeurs,
Gourmands tant que gourmets, solides bambocheurs,
Elle écrase au mortier persil et estragon,
Cerfeuil et ciboulette, câpres et cornichons,
Tout cela manié dans trois hectos de beurre,
Elle s'en servira dans sa phase ultérieure.
Elle met à réduire huit ou dix échalotes
Dans un verre de vinaigre, au fond d'une cocotte,
Lorsque c'est bien réduit, trois cuillers de farine
Dans du beurre fondu (pas de la margarine)
Puis elle mouille avec cinq verres de bouillon,
Le jaune de cinq œufs, sale avec précaution.
Tournant au bain-marie, elle incorpore alors
Deux bons hectos de beurre, du demi-sel d'Armor.
Lorsque la sauce prend certaine consistance
Elle y met 1'appareil préparé par avance
Et manie bien le tout à la cuillère en bois.
La sauce est enfin prête pour un repas de choix.
C'est alors que j'apporte, avec solennité
La tête décorée avec habileté
Par du persil frisé, dans le nez, les oreilles.
L'assemblée s' esbaudit devant cette merveille.
Les manches retroussées, armé du Laguiole,
Je découpe en public la brûlante bestiole
Les joues souples et grasses qui fument et tressautent,
Le dedans du palais, puis la langue et la glotte,
Les viandes délicates, mousseuses du cou,
Les oreilles craquantes, les muscles des bajoues,
Enfin, le dernier bout, le bonheur des gourmets:
La pointe du museau, avec les trous du nez.
Nicole distribue: chacun son bout de veau,
Moi, je remplis les verres avec du vin nouveau.
Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire
Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre
De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône
Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

tête de veau fleurie.jpgIngrédients et proportions pour huit personnes:

Une tête de veau, même sans la cervelle (depuis la vache folle les bou-chers la vende écervelée), ça pèse autour de dix kilos et plus. Mais il reste beaucoup moins de viande mangeable!
Pour la tête: - 1 tête sans la cervelle (dommage...), - 3 ou 4 gros oignons piqués de clous de girofle, - 2 poignées de gros sel de Camargue, - 6 feuilles de laurier, - 3 branches de persil plat, - eau à la demande (la tête doit toujours cuire entièrement immergée, au besoin mettez un poids dessus).
Pour la sauce ravigotte : - 3 branches de persil plat, - 3 branches d'estra-gon, - quelques tiges de cerfeuil, - autant de ciboulette, - 1 cuillerée à café de câpres, - 2 cornichons. Tous ces ingrédients, pilés au mortier, seront maniés dans un hecto de beurre.
- 5 échalottes, - 1 verre de vinaigre, - 2 cuillerées de farine. - 3 verres de bouillon, - 3 jaunes d'œuf, - 2 hectos de beurre demi-sel.
- persil pour décorer les oreilles et les trous de nez.

Les vins conseillés:

La tête de veau s'accompagne idéalement avec des vins primeurs, des vins de soif, gouleyants, joyeux et sans chichis: Tulette, Sainte-Cécile--les-Vignes, Rochegude, Gaugeac, Saze.
Ventoux de : Mormoiron, Caromb, Bédoin. Tricastin.
Coteaux du Languedoc.
Côtes de Provence.
Et même, en cas de pénurie de Côtes-du-Rhône, Bordeaux légers et Vins de Loire.
-


(1) Si tu parles comme ça, la tête de veau, on la mangera peut-être, mais l’an prochain !

(2) oulo : grand récipient profond destiné à la cuisson des aliments, soit suspendu à la crémaillère d’une cheminée, soit posé sur un trépied.

Tè ! Je vous ai fait une petite fiction « gastronomique »: Drôle de tête de veau !

tête de veau fleurie.jpg


Face aux dégâts humains générés par une pseudo crise soigneusement orchestrée par les oligarchies mondiales qui pressurent les bons cons – on ne fera croire à personne que les seules « subprimes » étazuniennes pussent être les véritables responsables -, la résistance des victimes s’organise et se radicalise, risquant de glisser vers des dérives...pittoresques… :

— Eh ! Les mecs, on n’a pas trop le temps de monter à Langogne pour la chercher, cette tête de veau. Faut se démerder sur place. Si on n’en trouve pas, on va passer pour des branques. Y a quinze jours qu’on les fait tous saliver avec notre spécialité !

Sébastien, organisateur du mâchon de printemps de son club de rugby, fait le point avec ses acolytes. La tête de veau, solide plat campagnard, doit être la vedette de la fête. Encore faut-il en trouver une, entière et non roulée. Ils en avaient commandé une auprès des abattoirs de Langogne, petite ville très active au milieu des élevages de la Margeride, en Lozère, mais on vient de les avertir que leur commande ne pourrait pas être honorée. Sérieux contretemps…

— J’ai vu une promotion sur les prospectus qui gonflent ma boite à lettres, signale Thierry. Il y en a, paraît-il, des entières à l’hypermarché E.Legloc de Nîmes. Mais c’est du surgelé…

— Écoutez les gars, dit Seb. On peut pas faire les difficiles. Faut faire avec. Si vous êtes d’accord, et si tu veux bien venir avec moi, Thierry, on s’en occupe cet après-midi. Comme ça on la laisse dégeler toute la nuit et demain matin on la met en cuisson.

— Banco. Je suis ton homme.

Quelques heures plus tard, nos deux solides rygbymen poussent le caddie dans les allées de l’hyper E.Legloc envahi par les acheteurs pressés du samedi.

— Tiens, c’est là. Il y en a une pleine banque surgelée. Ah ! Regarde-moi ça. Elle sont belles. Ça ne vaut pas les fraîches de Langogne, mais c’est pas mal tout de même.

— Faut jamais prendre celles de dessus, tout le monde les tripote et malgré le plastique qui les emballe, c’est pas le top. Tiens Thierry, aide-moi à bouger la première couche, on en prendra une de dessous.


— Putain c’est froid !

— Eh ! Oh ! Monsieur va pas attraper un rhume de doigts…

— Merde. Regarde celle-là. Mais…

Thierry lâche le paquet blanchi par le givre qu’il a pris en mains et s’exprime d’une voix blanche :

— Seb ! Dis-moi que c’est pas vrai…

Les deux hommes, pourtant de rudes gaillards, rejettent en hurlant leur colis dans le bac réfrigéré. Les clients voisins, surpris par l’incongruité de leur attitude, se penchent vers la banque et bientôt un attroupement médusé se crée. Un vigile — grande brute au crâne rasé et en costume noir — s’enquiert de la cause de l’incident qui rompt l’harmonie sirupeuse de l’hyper au risque de perturber la fièvre acheteuse du samedi. Il saisit le paquet que lui désignent en tremblant les clients pétrifiés et, tout comme Sébastien et Thierry, s’en débarrasse violemment, d’un geste réflexe, dès qu’il en a identifié le contenu. Il sort son téléphone portable et appelle le directeur.

Celui-ci arrive très vite tandis que résonnent dehors les Klaxons lancinants des pompiers et de la police, mandés par ses soins.

Le lieutenant Sicard est accueilli par le directeur de l’hyper, dont le visage blafard et les gestes saccadés trahissent l’émoi. Le policier fait dégager avec difficulté les abords immédiats de la banque à surgelés autour de laquelle s’agglutinent les curieux cherchant un plaisir malsain.

Le lieutenant, dans sa déjà longue carrière, en a vu des vertes et des pas mures. Il ne s’embarrasse pas de sensiblerie déplacée dans son métier et saisit le paquet surgelé qui épouvante tant de monde. Il le porte à hauteur de ses yeux et comprend en laissant échapper un petit sifflement.

Ce qu’il a en main, c’est une tête. Mais pas une tête de veau.

Une tête d’homme !

Proprement emballée, avec date de péremption et toutes indications de traçabilité.

Sortant son couteau suisse, il découpe le plastique d’emballage et en dégage le contenu. Le directeur de l’hyper, blême, fixe les yeux vitreux qui le regardent depuis leur au-delà glacé. Il se sent mal. Un gardien de la paix, pas très fier lui non plus, le soutient.

— Mais c’est…balbutie-t-il.

— Vous le connaissez ? questionne le lieutenant Sicard ?

— C’est… c’est Georges-Emile Legloc, le grand patron de la chaîne, arrive à prononcer le directeur avant de tomber dans les pommes.

Plusieurs badauds, à l’aide de leur téléphone portable, prennent des photos et de courtes vidéos de la scène. Images que l’on retrouvera, le soir même sur les écrans et le lendemain dans la presse.

Tous les hypers de la chaîne sont bouclés sur ordre direct du ministre de l’intérieur. Tous les bacs à viande sont systématiquement passés au crible par des médecins légistes.

On trouvera une jambe de feu Georges-Emile parmi des gigots d’agneau de Nouvelle-Zélande dans l’hyper de Plougastel tandis que ses pieds sont découverts au milieu de pieds de cochons surgelés, dans un hyper de Toulouse. La rumeur court que les abats et les restes de la viande leglocquienne auraient été traités en merguèses et chipolatas…

La France d’en haut commence à sérieusement paniquer tandis que dans la France d’en bas, sous les ricanements perce une certaine inquiétude…

18/04/2009

Michèle Alliot-Marie lauréate des Big Brother Awards 2009 pour l'ensemble de son oeuvre.


mam grimace.jpgLes Big Brother Awards France, qui décernent depuis l’an 2000, des « Prix Orwell » à celles et ceux qui se sont illustrés en matière de promotion de la surveillance, d’atteintes aux libertés ou à la vie privée, ont distingué cette année, parmi une sérieuse brochette d’impétrants, Michèle Alliot-Marie. La ministre de l’Intérieur est enfin décorée « pour l’ensemble de son œuvre », Pour son goût immodéré des fichiers de police (+ 70% en 3 ans, dont Ardoise, Edvige, Cristina ou encore Gesterex), mais aussi pour sa "novlangue" avec sa promotion de la vidéosurveillance, ses invitations à la délation et son talent à fabriquer un "ennemi intérieur". Elle a devancé un autre multirécidiviste, Xavier Darcos, avec qui MAM annonçait, le matin même de la cérémonie, un renforcement de la vidéosurveillance en milieu scolaire.

Les Big Brother Awards dénoncent depuis des années la prolifération des fichiers policiers. En 2008, et pour la première fois, la société civile a vivement réagi en apprenant que Michèle Alliot-Marie voulait, avec le logiciel Ardoise, puis le fichier Edvige, ficher l’orientation sexuelle, le handicap ou encore les opinions politiques, ou appartenances syndicales, de personnes, y compris mineures, considérées comme “suspectes” par la police, ou les services de renseignement.

Confrontée à une levée de boucliers, MAM a (mollement) accepté de revenir en arrière, et proposé d’encadrer, plus sévèrement, l’inscription de telles données sensibles dans ces fichiers dits “de sûreté”. Ainsi, EDVIGE 1.0 a laissé la place à EDVIRSP, pour « Exploitation documentaire et valorisation de l’information relative à la sécurité publique ».

Si Edvige et Ardoise ont du être reportés suite à la bronca de la société civile, au même moment elle n’en créait pas moins deux autres fichiers, étrangement passés sous silence, alors qu’ils s’avèrent potentiellement bien plus dangereux. Car Edvige n’est jamais "que" le successeur du fichier des Renseignements Généraux, qui, devenus “Sous-direction de l’information générale” (SDIG), ont vu leurs effectifs passer de 4000 à 1000 policiers. Dans le même temps, la DST, renommée "Direction Centrale du Renseignement Intérieur", passait quant à elle de 2000 à 4000 policiers.

Son fichier, Cristina (pour “Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et les intérêts nationaux”), a certes été déclaré au Journal Officiel, mais le décret est couvert par le secret défense (on n’en connaît donc pas l’ampleur), et l’“avis favorable avec réserves” de la CNIL ne peut, lui non plus, être rendu public.

On a depuis découvert que les ex-Renseignements généraux de la Préfecture de police de Paris (RGPP), écartés de la fusion-acquisition des RG par la DCRI, au profit d’une “Direction du Renseignement de la Préfecture de Police” (DR-PP), ont eux aussi créé leur propre fichier, Gesterex (pour "Gestion du terrorisme et des extrémismes à potentialité violente") qui, lui, n’a tout simplement pas été déclaré ni soumis à la CNIL, et qu’il est donc encore à ce jour “illégal”.

Adoptée en 1978 pour protéger les citoyens du fichage policier, la loi informatique et libertés, révisée en 2004, donne aux fichiers policiers un délai allant jusqu’au 24 octobre 2010 pour mettre leurs traitements en conformité avec la loi. Mais le rapport d’information sur les fichiers policiers des députés Delphine Batho et Jacques Alain Bénisti révèle que si, en 2006, on répertoriait 34 fichiers policiers, on en dénombrait 45 en 2008, et 58 en 2009, soit une augmentation de 70% en 3 ans !

C’est bien connu, "Si la surveillance rend méfiant, alors éradiquons la méfiance !". Dans une lettre de mission à Alain Bauer, président d’un "groupe de contrôle" des fichiers policiers, elle entend « renforcer l’acceptabilité des fichiers au sein de la population ».

La DCRI est, entre autres, à l’origine de l’arrestation des “9 de Tarnac”. Affaire qui a débuté par l’assaut à l’aube d’un commando antiterroriste dans un village de Corrèze. MAM a profité de cet appel d’air pour faire sa sortie sur l’« ultragauche » et ses « mouvances » imaginaires. Une arrestation musclée dont on a découvert depuis qu’elle reposait sur la dénonciation “anonyme” d’un mythomane (déjà inculpé pour dénonciation de délits imaginaires), et qu’elle relevait moins de la constatation de faits avérés que de l’appartenance à une “mouvance” politique considérée comme “présumée suspecte” par le gouvernement.

Michèle Alliot-Marie s’est également illustrée en matière de "novlangue", avec son plan de développement de la "vidéoprotection". Ainsi, elle n’a eu de cesse de répéter, pour valider son plan de triplement du nombre de caméras de vidéosurveillance, que "l’efficacité de la vidéosurveillance n’est plus à démontrer", et a fait fuiter dans la presse des chiffres qui ont fait titrer le Figaro, sur sa "une" : "Deux fois moins d’agressions grâce à la vidéosurveillance". Or, aucune étude d’impact n’a été effectuée, en France, et les différents travaux universitaires ont a contrario démontré que si la vidéosurveillance est certes efficace et dissuasive dans les parkings, ainsi que pour limiter le nombre de cambriolages, vols à la roulotte et vols de voiture, par contre, elle n’a strictement aucun effet sur les atteintes aux personnes, que son efficacité resterait par ailleurs très "mitigée et limitée" en terme d’élucidation des crimes et délits, et de dissuasion.

Autres faits d’armes :
- Le "Conseil économique de sécurité", créé par ses services en décembre 2008, sera quant à lui « chargé de lui faire des propositions en vue d’une "approche globale" de la sécurité mêlant les secteurs public et privé. ». « Face à un développement des risques et menaces de toutes natures, il y a une nécessité de disposer d’une structure indépendante et très diversifiée ».

- Non contente d’avoir milité fortement pour le "commissariat virtuel", et toutes les tentatives pour dénoncer sur internet des "infractions", elle s’est aussi distinguée en vantant les mérites de "Citoyens volontaires", autrefois appelés "citoyens relais", qui reposent sur le concept de "co-veillance" et l’idée que la société doit s’autosurveiller pour être plus "efficace" dans la lutte contre l’insécurité [10]. Ils sont environ 300 "civils" à assister la police dans les rues. Alliot-Marie veut en recruter davantage.

Toutes nos félicitations à la lauréate, enfin reconnue pour ce qu’elle est : une nuisible pour les libertés.

Cliquez pour l’ensemble du palmarès Big Brother Awards 2009 : http://bigbrotherawards.eu.org/spip.php?page=liste-bba&annee=2009


Vive la crise ! Bientôt un paquebot « vert » à voile !

eoseas1.jpg


Quand je vous gueule sur tous les toits que le pétrole cher, c’est le pied, ça se vérifie jour après jours. Au rayon bagnole, les gros 4x4 c’est antédiluvien. La technologie du futur, c’est la bagnole électrique et celle à air comprimé de l’ami Nègre à Nice. Et voilà que question bateau nous vient de Saint-Nazaire, des ex- chantiers de l’Atlantique, un projet de navire révolutionnaire à plus d’un titre et qui est pourtant un retour vers le passé : un paquebot de luxe géant à voiles !

Le chantier naval STX (ex-Chantiers de l’Atlantique) présentait il y a quelques semaines à Saint-Nazaire son projet Eoseas : un paquebot à voiles dont la consommation de carburant serait réduite de 50% par rapport à l’existant ! Mise à l’eau prévue d’ici 3 à 5 ans. Issu du programme Ecorizon mené depuis deux ans par STX, Eoseas affiche des mensurations à donner le mal de mer : 305 mètres de long, 3400 passagers, cinq coques, six voiles d’une superficie totale de 12.440 m². Au cœur du dispositif, des voiles semi-rigides qui contribueront à la propulsion du paquebot en fonction de la météo. Ainsi, en vents soutenus, le navire pourrait avancer uniquement sous voile tandis que par vents faibles, les voiles apporteraient 10% de l’apport énergétique du navire.

eosas2.jpg
Le paquebot intègrera aussi près de 1.000 m² de panneaux solaires qui devraient fournir l’ensemble de l’éclairage du navire. Au rayon techniques propres, citons aussi une centrale de gaz naturel liquéfié, un système de traitement des déchets fournisseur d’énergie ou une injection d’air sous la coque pour réduire le frottement de l’eau de 17% et donc la consommation de carburant. En tout, cinq brevets ont été déposés dans le cadre d’Eoseas.

Evidemment, tout cela a un prix. Le navire sera proposé à un prix supérieur de 30% par rapport à un navire traditionnel. Malgré cet handicap, STX espère convaincre les armateurs en rappelant que sur le long terme, l’équation économique plaidera en faveur de son paquebot vert.

Et en plus il est beau !

Sources : http://www.cleantechrepublic.com/2009/03/18/un-projet-de-paquebot-a-voiles-pour-reduire-la-consommation-de-carburant/


17/04/2009

Michelle et Carla papotent...

...de la différence entre leurs présidents de maris.

michelle obama zob.jpg


carla zob.jpg

07:40 Publié dans Déconnographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : michelle, carla

M'ame Michu et M'ame Chazotte mangent du lapin! + Etaix

vamps.jpg


- Ben, qu’est-ce qu’il vous arrive Ma bonne M’ame Michu ? V’z’avez la figure aussi claire que la conscience d’un député UMP. V’z’êtes malade ou quoi ?

- Ben oui M’ame Chazotte, ch’uis pas bien. Ça fait quelques jours. J’ai dû manger quelqu’chose qui m’a reproché. Faudra peut-être que j’aille au docteur. Qu’y m’donne des antibiotiques…

- Pas la peine M’ame Michu ! Pas la peine ! D’abord les antibiotiques, c’est pas automatiques comme ils nous gonflent à la télé, puis ça creusera encore le trou de la Sécu et enfin, c’est pas la peine. Si vous voulez vous soigner aux antibios, mangez du lapin ! Ou du cochon. Ou du poulet. Mais le lapin, c’est le top !

- Qu’est-ce vous me dîtes M’ame Chazotte. Ch’comprend rien. C’est quoi cette affaire de lapins qui soignent ?

- Ben, l'AFSSA vient de rendre public son rapport sur la consommation des médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques en France en 2007. Le tonnage d'antibiotiques a augmenté de près de 7% par rapport à l'année précédente, ce qui représente 1348 tonnes d'antibiotiques. Plus de 93% de ces antibiotiques sont utilisés pour les animaux d'élevage. Le reste, c’est pour les matous et les chien-chiens à sa mémère. Mais l’Afssa précise qu’en proportion, les plus gros consommateurs d'antibiotiques sont les lapins de chair. Pour une production de viande équivalente, il faut 7 fois plus d'antibiotiques pour l'élevage cunicole que pour l'élevage porcin et 32 fois plus que pour l'élevage de volailles !

Autrement dit, selon la gravité de votre maladie, vous avez le choix entre du poulet (qui nourrit plus que ce qu’il soigne), du cochon (qui « soigne » 7 fois plus), et du lapin d’élevage industriel qui « soigne » donc 32 fois plus ! Si avec ça vous n’êtes pas guérie M’ame Michu…

- Ben, ça alors M’ame Chazotte ! Ben, ça alors ! C’est bien ça, qu’on puisse se soigner avec du lapin. Mais faut se soigner en civet, à la gibelotte ou au four avec de la moutarde ?

- Demandez donc à quelques hôpitaux qui sont confrontées à des problèmes d’antibiorésistance grave à cause de ces conneries des gougnaffiers de l’élevage industriel ! Le 4 janvier dernier, une alerte a été donnée au CHU de Caen après la découverte d'une bactérie résistante à la plupart des antibiotiques ! Deux services ont été fermés pendant un mois pour éviter la propagation de la bactérie. Ces dernières années, les alertes se sont multipliées : Clermont Ferrand, Paris, Lille, Strasbourg, Nancy. La France détient le record du taux d'antibiorésistance ! La lutte contre les problèmes de résistance des bactéries aux antibiotiques est une priorité concernant la santé animale et la santé humaine. Voilà pourquoi je vous dit que le lapin soigne. Mais c’est vrai que le second degré et vous, M’ame Michu, ça fait deux…

- Alors c’est pas vrai que le lapin soigne ? Je me faisais déjà une joie d’un traitement à la gibelotte, avec des petits champignons ! Si je comprend bien, c’est surtout lui qu’il fait soigner…

- Ben, voilà ! Pour une fois vous comprenez bien M’ame Michu. Elevage intensif en général et élevage cunicole en particulier sont responsables. La viande de lapin représente entre 1 et 2% de la consommation totale de viande en France, contre 27% et 50% respectivement pour la viande de volaille et la viande de porc. L'élevage cunicole consomme 10,35% des antibiotiques vendus en France pour des usages vétérinaires contre 11,12% et 51,86% respectivement pour l'élevage de volailles et l'élevage porcin. L'élevage intensif est le principal consommateur de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques. L'élevage en claustration totale où les animaux vivent dans une très grande promiscuité nécessite l'apport quasi systématique de médicaments. L'élevage professionnel de lapins est un exemple symptomatique de ce que la France peut faire de pire en matière de modes d'élevage !

- Mais alors, que fait le Gouvernement ?

- Tout ce qu’il ne faut pas faire ! Malgré ces conneries dangereuse pour la santé, le gouvernement français, par l’intermédiaire de son ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, a décidé de venir en aide aux producteurs de lapins, dont la filière ne va pas très fort... En 2007, ceux-ci ont reçu 1 million d’euros, attribués pour moitié à l’élevage et pour moitié aux abattoirs. Dernièrement, une enveloppe de 395.000 euros a été octroyée, ceci sans compter les aides émanant des collectivités locales. Empoisonnez les gens, on vous refilera du pognon !

- Bon. Ben, pour me soigner, M’ame Chazotte, je vais revenir à de bonnes vieilles recettes éprouvées : je vais me mettre au vin chaud, bien poivré, avec du thym et du miel !

******************************************************************************************************************

Chers amis,

A quatre-vingts ans, Pierre Etaix, clown, dessinateur et cinéaste ne peut plus montrer ses films !!!

Ses cinq longs métrages (dont quatre co-écrits avec Jean-Claude Carrière) sont aujourd'hui totalement invisibles, victimes d'un imbroglio juridique scandaleux qui prive les auteurs de leurs droits et interdit toute diffusion (même gratuite) de leurs films.

Alors, si comme moi, vous souhaitez comprendre les raisons de ce rapt culturel et signer la pétition pour la ressortie des films de Pierre Etaix, visitez ce lien :

pétitionetaix


N'hésitez pas à faire suivre ce mail à tous vos contacts et amis avant le 10 mai 2009, date de remise de la pétition à Madame Christine Albanel, Ministre de la Culture et de la Communication.

Par avance, merci de votre aide.

16/04/2009

Ça s’est dit dans mon bistrot : « Vive les pirates somaliens, ces bienfaiteurs de l’humanité ! »

pirates abordage.jpg


- Qu’est-ce que t’as à rigoler Victor en lisant le journal ? Y a pourtant pas grand chose de marrant…

- Eh ! Loule, ça dépend comment tu lis les nouvelles. Moi, ce qui me fait marrer, ce sont les exploits des pirates de Somalie. Tout miston déjà, je me délectais des abordages de Surcouf, de Jean-Bart, du Capitaine Drake. Puteng, les bandes dessinées démentes ! Avec des mecs borgnes, boiteux, toujours barbus et coiffés du bandana qui grimpaient avec des grappins sur les galions, en hurlant à pleines bulles. Le pavillon tête de mort qui flottait en haut du mat. Les nuages de poudre, les cris dans les bulles, les sabres qui s’enfoncent dans la viande des marchands… Le pied ! Et ces histoires de Somalie, ça me fait rêver. Henri de Monfreid, la Croisière du haschich… Ouarff ! L’aventura ! Toute ma jeunesse. C’est comme ça…

- Ouais, mais le pauvre mec qui s’est fait flinguer sous les yeux de sa femme et de son gosse…

- Maurin, notre ineffable ministre, a dit que ce pouvait être une bavure… Il n’empêche qu’en la matière, on est les champions des otages tués ! On vient d’être battu 3 à 2 par les Ricains pour les pirates flingués, mais on peut faire mieux !

- C’est pas assez. Faut tous les rafaler ces connards de pirates…

- Oh ! Loule, tu parles bien comme un mastroquet. Qui veux-tu flinguer ? Et comment ? En plus, les pirates, ils n'ont tué personnes, eux, jusqu'à maintenant!

Regardes, il y a sur place toutes les marines du monde. Nous, bien sûr, mais aussi les Zétazuniens qui font jamais dans la dentelle, les Rosbifs, les Allemands, même les Chinetoques et les Indiens ! C’est l’ONU des bateaux de guerre ce détroit et ce golfe. Ils se marchent dessus et…ils sont incapables de protéger les navires de tous les marchands de merde du monde !

- Tu parles, ils iraient bombarder les villages de ces crapules et ce serait vite fait ! Il ne sert à rien de se défendre contre ces pirates. Il faut les pirates astérix.jpgattaquer, bordel ! Leurs bases sont bien identifiées. Elles sont en Somalie, pays de non-droit, sans véritables gouvernants, et voué à tous les trafics. Un bombardement massif et coordonné de quelques pays occidentaux s'impose donc. Avec quelques centaines de morts parmi les pirates et la destruction de leurs bateaux et armements, la leçon devrait porter ses fruits et les occidentaux auraient gagné la tranquillité pour vingt ans au moins.

- Eh ! Il y a 3.000 km de côtes rocheuses avec plein de petites criques où peuvent se planquer les pirates. Il y a des milliers de bateaux de pêche. Alors comment on fait ? On napalme tous les villages de pêcheurs ? On coule toutes les coques de noix, tous les boutres ?

- Ouais mais quand un navire est attaqué, faut y aller et flinguer !

pirates astérix.jpg- Flinguer… T’as que ce mot à la bouche. Mais bougre de nifle, c’est grand comme la Méditerranée ! Il y a beau avoir des bateaux de guerre partout, lorsque le capitaine d’un barlu attaqué appelle, le temps que les secours arrivent, les pirates sont maîtres du bateau et menacent de flinguer – un mot qui te plait ! – les otages ! Alors comment on fait ? Un carnage ? Et puis attend, ils ont changé de vitesse les mecs. Les premiers « pirates » sont apparus dans les années 1990 : il s'agissait alors de pécheurs somaliens ruinés par la pèche industrielle illégale à laquelle se livraient les flottes sud-coréenne et japonaise, profitant de l'absence d'Etat somalien pour pénétrer impunément dans ses eaux territoriales.

Ces pécheurs ont commencé par attaquer ces connards de navires étrangers et par exiger le paiement de « taxes » compensant leur manque à gagner… Une autre explication mise en avant est le rejet de déchets toxiques dans les eaux somaliennes, là encore en raison de l'absence de contrôles.

Depuis, la piraterie a changé d'échelle, s'appuyant sur de véritables armées, bien équipées, munies de téléphones satellitaires pour leurs communications, et d'embarcations hyper rapides pour fondre par surprise sur leurs proies avant de regagner des « navires mères » ressemblant à de paisibles chalutiers ! Ni vu ni connu. Et pendant ce temps, le bateau piraté est conduit vers les côtes somaliennes sous le regard impuissant des matafs de guerre, la cargaison vendue ou échangée contre rançon. De quelques dizaines, les pirates sont devenus des centaines, et sans doute des milliers. Et les « amendes » de quelques milliers de dollars sont devenues de véritables rançons de plusieurs millions. C’est la première industrie de la région !

- Mais puteng Victor, c’est du vol tout ça !

- Tout de suite les grands mots. C’est du commerce, c’est une forme originale de commerce. Toi Loule, un patron de bistrot, tu devrais connaître ça, non ? Tè ! Remets une tournée… Et puis je vais te dire : ces pirates sont quelque part des bienfaiteurs de l’humanité et des sauveurs de la planète !

- Oh ! Victor, c’est le rosé de Tavel qui te fait déparler ? T’as la tarnavelle qui fume ou quoi ?

pirates tête de mort.jpg
- Pas du tout. Réfléchis un peu, Loule, ça te changeras. D’abord voler des voleurs, c’est pas du vol, c’est de la récupération. Ensuite, le Golfe d'Aden, situé entre Somalie et Yémen, est la voie de passage entre l'Océan Indien et la Mer rouge, l'un des axes maritimes clé de la planète. C’est le débouché obligé du canal de Suez, c’est le passage de 20.000 à 30.000 navires par an, et surtout d'un tiers des hydrocarbures consommés sur la planète ! En gênant ce trafic, les pirates font œuvre utile : - ils freinent l’arrivée du pétrole (c’est bon pour la planète !), ainsi que des milliers de tonnes de merdes venant de Chine ou d’Inde qui sont la cause des fermetures d’usines chez nous. De plus les assureurs - qui doivent, en fin de course, casquer pour ces cargaisons volés, ou détériorés lorsqu’il s’agit de consommables – augmentent considérablement leurs primes. La Lloyd fait pas de cadeau, c’est pas le genre de la maison ! Les équipages se font rares et chers. Tout ça a pour effet d’augmenter sensiblement le prix des marchandises venues par mer. Et à terme de rendre ainsi de nouveau rentables les produits de chez nous, freinant d’autant les délocalisations !

- Puteng ! Merde Victor, je voyais pas les choses comme ça. Mais où tu vas trouver tous ces trucs ?

- Dans le rosé de Tavel et le rouge des Côtes-du-Rhône !

- Tè ! Tu m’as convaincu. Vive les pirates ! Allez zou ! les mecs, approchez vos verres, c’est la tournée du patron !

15/04/2009

Enfer blanc: Satan, un glaçon s'il-te-plait!

bella diablesse blingee.gif

Une blogamie, la subtile Vermeulen, viens de m’envoyer cette perle qui, me dit-elle, court un peu dans la blogosphère. Vous la connaissez donc peut-être, mais c’est tellement spendide, que… Tiens ! La voilà :


Voici la version d'une question "bonus" de chimie posée à l'université de Nanterre.
La réponse d'un étudiant a été si loufoque que le professeur l'a partagée avec ses collègues, via Internet, et c'est pourquoi vous avez le plaisir de la lire ....

Question Bonus:
« l'enfer est-il exothermique (1) ou endothermique (2) »
(1 : évacue la chaleur, 2 : absorbe la chaleur)

La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz se dilate il se refroidit et inversement) ou ses variantes.

Cependant, un étudiant eut la réponse suivante:

Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l'enfer avec le temps. Nous avons besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l'enfer.

Je pense que nous pouvons assumer sans risque qu'une fois entrées en enfer, les âmes n'en ressortiront plus. Du coup aucune âme ne sort.

De même pour le calcul du nombre d'entrées des âmes en enfer, nous devons regarder le fonctionnement des différentes religions qui existent de par le monde aujourd'hui.

La plupart de ces religions affirment que si vous n'êtes pas membre de leur religion, vous irez en enfer. Comme il existe plus d'une religion exprimant cette règle, et comme les gens n'appartiennent pas à plus d'une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont en enfer...

Maintenant, regardons la vitesse de changement de volume de l'enfer parce que la Loi de Boyle spécifie que « pour que la pression et la température restent identiques en enfer, le volume de l'enfer doit se dilater proportionnellement à l'entrée des âmes ». Par conséquent cela donne deux possibilités:

1) si l'enfer se dilate à une moindre vitesse que l'entrée des âmes en enfer, alors la température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment jusqu'à ce que l'enfer éclate.

2) si l'enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d'entrée des âmes en enfer, alors la température diminuera jusqu'à ce que l'enfer gèle.

Laquelle choisir ?

Si nous acceptons le postulat de ma camarade de classe Jessica m'ayant affirmé durant ma première année d'étudiant « Il fera froid en enfer avant que je couche avec toi », et en tenant compte du fait que j'ai couché avec elle la nuit dernière, alors l'hypothèse doit être vraie. Ainsi, je suis sûr que l'enfer est exothermique et a déjà gelé.

Le corollaire de cette théorie c'est que comme l'enfer a déjà gelé, il s'ensuit qu'il n'accepte plus aucune âme et du coup qu'il n'existe plus... Laissant ainsi seul le Paradis, et prouvant l'existence d'un Etre divin ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Jessica n'arrêtait pas de crier « Ah ! Ah ! Oh...mon Dieu !.... Oh...mon Dieu !... »

Eh! On rejoint Dante pour lequel le pire cercle de l'enfer serait...glacé!

14:02 Publié dans Déconnographie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : enfer