Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/04/2010

Au bistro de la Toiule : pas de yourte, des yaourts ! - « Démontez-moi ça, bande de malotrus ! Vous gâchez par votre présence les belles forêts de l’Ariège. Et que je ne vous y reprenne plus ! Ça fera 300 euros. Encaissez greffier… » Voilà ce qu’a dû d

 

rappelezvousyj1.jpg - « Démontez-moi ça, bande de malotrus ! Vous gâchez par votre présence les belles forêts de l’Ariège. Et que je ne vous y reprenne plus ! Ça fera 300 euros. Encaissez greffier… » Voilà ce qu’a dû dire, ou quelque chose d’approchant, le juge du tribunal correctionnel de Foix traitant d’une affaire dans laquelle les prévenus ont été déclarés coupables d'avoir «établi une construction destinée à leur habitation sans former au préalable de demande de permis de construire»

Ça, c’est une yourte. Les malotrus, ce sont Tom et Léa. Leur « crime », vouloir vivre librement, sans les contraintes de la « civilisation » de la consommation, dans une habitation légère, démontable et transportable, mais leur apportant tout le confort que – eux - estiment nécessaire.

 

- Oui mais Coco, ça rapporte rien à personne ça ! Enfin, se loger sans être fiché, sans être plumé, sans être asservi par les dieux de la Con-Sot-Mation… L’Ariège, je connais. C’est même mon second pays après la Provence. Un pays superbe, peuplé de gens rrrugeux et formidablement accueillants à qui sait faire l’approche nécessaire à toute intégration réussie : discrétion, acceptation des règles et coutumes locales, activité apportant une pièce à l’édifice commun, et…bonne humeur. A ma période verte, j’ai été bûcheron dans ces montagnes du Couserans, du Plantaurel, du Saint-Gironnais… C’était après Mai 68 et l’Ariège a alors accueilli des dizaines, des centaines de « hippis » qui s’installaient dans de vieilles fermes abandonnées. Beaucoup sont repartis, mais quelques uns sont restés, ont fondé famille, se sont fondus dans la population qu’ils ont fécondés en apportant imagination et renouveau. Tom et Léa semblent avoir cette fibre. Tom travaillait sur des chantiers, et le soir il débroussaillait, réparait les restanques, ouvrait les chemins. Gratos. Virés !

 

- La vraie raison de leurs emmerdes c'est que leur installation ne rapporte d'argent à personne, autrement dit que ce couple à provisoirement réussi à court-circuiter les requins de la société de consommation... Un grand crime puisque cela ne rapporte rien à la mafia financière dont le lobby influence et même domine les législateurs et l'arsenal répressif obéissant. Pas de liberté sans péage ! Enfin ! Ceux qui réussiraient à s'affranchir de cette loi bourgeoise feraient un exemple que bien d'autres tenteraient de suivre. Dangereux ça Coco. Dangereux…

 

- Pourtant, une yourte, c’est comme une tente. Il me semble, si je ne m’abuse, qu’un personnage célèbre, le bédouin Khadafi, « ami » de not’bon Maître Microlax 1er, a planté sa tente en plein Paris ! Que faisait la police ? Que faisait le procureur ?

 

cons sots mateurs.jpg- Ben ! Ils expulsaient des squatteurs, ils dégageaient des mecs dormant dans leur voiture, ils débusquaient des familles campant dans de vieilles caravanes… On peut pas tout faire mon bon monsieur ! L’Etat fait la chasse a ceux qui vivent différemment sans pour autant permettre a ceux qui veulent vivre "normalement" de le faire…

 

- Enfin ! Si on laissait faire tous ceux qui estiment qu’un cabanon, une yourte, un tipi, une caravane leur suffit, qu’est-ce qui engraisserait les spéculateurs pourris de l’immobilier ? On est en Sarkoland monsieur ! On est en Sarkoland !

P.S. – Tom et Léa ne sont pas seuls dans leur combat. Ils se sont regroupés, avec de nombreux autres « habitants de logements éphémères et mobiles » dans une association : HALEM. http://halem.infini.fr/

 

*****************************************************


Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

Les commentaires sont fermés.