Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2010

Allez Martine ! Bouffe-le ce Maadof de consommation courante!

 

 


chimulus martine attaque.jpg



Merci à Chimulus

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


30/05/2010

Ouiquinde érotico-gastronomique:Théry, amante et mère


 

déesse ailée.jpg

 

 

 

Théry


Longue, fine, éthérée, de grands yeux clairs intenses

Théry est arrivée comme une providence

Lorsque trahi, banni, méprisé, délabré,

J'étais au bord du gouffre et prêt à y sombrer.


Avec son cœur, son corps, sa tendresse de femme

Elle a pansé les plaies que des houris infâmes

Avaient creusées à vif de leurs griffes de hyènes

Pour assouvir sur moi leurs appétits de chienne.


Théry m'a ramassé, souriante et jolie

Puis m'a ouvert ses bras, et son cœur, et son lit.

Elle fût à la fois amie, maîtresse et mère,


Goûtant sans calculer un bonheur éphémère.

Dans les recoins secrets du jardin de mon cœur,

Théry aura toujours une place d'honneur.


 

déesse hindou sur tigre.jpg

 

 

 


Pour honorer, Victor, ta Théry Providence,

Il te faut préparer une grasse bombance,

Qui réchauffe le cœur et remplit bien le corps,

Fait pour une princesse, pas pour une pécore.

Je te propose un plat bien fait pour les amants,

Bien qu'un rien onéreux : c'est le rôti gourmand.

Prend une olive noire aux câpres et aux anchois,

Mets-là dans un becfigue, c'est un oiseau surchoix,

Mets-le, sans tête et pattes, dedans un ortolan

Bien gras et que tu bardes avec du bon lard blanc,

Mets celui-ci dedans le corps d'une alouette

Que tu as amputé des pattes et de la tête,

Introduis celle-ci dans le corps d'une grive

Que tu auras trempé dans de l'huile d'olive,

Mets-là dans une caille de vigne bien dodue,

Introduis celle-ci dans un vanneau ventru,

Puis glisse celui-ci dans le corps d'un perdreau,

A chaque oiseau tu poivres et sales mais pas trop,

Mets dans une bécasse assez mortifiée

Que tu introduiras, pour la glorifier

Dedans un pintadeau bien bardé de ventrêche

Que tu mets dans le corps d'une poularde fraîche,

Introduis ta poularde dans un canard mulard,

Bride bien celui-ci par des bardes de lard

Avant de le glisser dans une oie de Guinée,

Qu'il te faut introduire, doucement, in fine

Dans une grosse dinde. Pour la remplir à ras,

Tu bourres avec des truffes  ainsi que du foie gras.

Lorsque tous tes oiseaux sont ainsi disposés,

Dans un grand pot de terre tu vas les déposer,

Accompagnés d'oignons, carottes, céleri,

Petits dés de jambons, lard et bouquet garni,

Poivre, sel, coriandre, persil, thym et sarriette,

Quatre ou cinq gousses d'ail et piment d'Espelette,

Quelques grains de genièvre et un peu de cumin,

Mouilles avec du vin blanc, mais des Quatre-Chemins.

Tu dois fermer ton pot bien hermétiquement,

La mie de pain mouillée va admirablement.

Met le pot dans un four à chaleur modérée

La cuisson doit se faire toute dans la durée,

Vingt-quatre heures au moins, une journée entière

Afin que la coction soit lente et régulière.

Ce repas précieux apprécié des cours

Au palmarès des goûts est placé hors-concours.

L'intimité des sucs de tant de volatiles

Révèle des saveurs somptueuses, subtiles,

Quintessence des bois, des marais et des plaines

Qui comblent de bonheur les gourmets et les reines.

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l'amour !


 

 

orientale_oiseaux_bleu.jpg

 

 


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

29/05/2010

Ouiqunde érotique: Myriam la friponne

 

 

 

deesses-fitness-photos-nues-dahmo-hight-L-4.jpeg

 

 

 

C’était au temps de la parenthèse enchantée

Du Voyage au long cours, des chants de Liberté

Ni tabou, ni sida, tous les garçons osaient

Les filles étaient belles, et s’ouvraient, et s’offraient…

 

C’était près de Collias, où des gorges sauvages

Creusées par le Gardon depuis le fond des âges

Accueillaient les ébats, les amours, les désirs

D’une jeunesse nue, avide de plaisir.

 

Elle jaillit, vêtue de gouttes de lumière

Et s’ébroua, cambrée, secouant sa crinière

En éblouissement de perles de soleil

Dans la beauté lustrale du plus simple appareil.

 

Je la mangeais des yeux d’un appétit vorace

J’aimais son cœur, son corps, son sourire et sa grâce.

S’allongeant à plat ventre sur les dalles brûlantes

Elle anima ses reins d’une ondulation lente,

 

Mettant le feu en moi et gonflant mes ardeurs.

Ses beaux yeux de friponne m’invitaient au bonheur.

En un bond de félin je fus bientôt sur elle,

Ma peau contre sa peau fleurant musc et cannelle

 

Myriam s’ouvrit, s’offrit puis elle m’accueillit

Sous les feux de Phœbus, à l’abri d’un taillis

Et, mourant de plaisir, je fus en elle un homme

Par les voies de Sodome…

 

Victor

 

 

moules arcachon.jpg

 

 

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

28/05/2010

A la manif, nous y étions ! Beaucoup ? Pas assez ? Sans doute.

 

 


manif-des-retraites.jpgMais le million de personnes qui, à travers tout le pays, a clamé haut et fort son refus d’un plan retraite gouvernemental directement sorti des cerveaux enfumés du Medef. Car ne nous y trompons pas, les propositions des sarko-trafiquants reflètent fidèlement les désidératas des accapareurs du Caca-rente avec un seul but à long terme étant, malgré les dénégations : saboter le système par répartition (solidarité) au profit de la funeste capitalisation (individualisme).

Les deux seuls leviers actionnés par le gouvernement sont l’allongement de l’âge de départ à la retraite et l’allongement concomitant du nombre de trimestres nécessaires pour obtenir une pension à taux plein. Ceci a pour objectif de faire des économies en augmentant les décotes et donc en diminuant les pensions, car les seniors du baby boom ne trouveront pas de travail demain puisque, au contraire, on compte sur leurs départs en retraite pour réduire le chômage ! Comme il n’y a pas de perspective d’emploi, ni de volonté patronale de les maintenir au travail, ils seront bien obligés de faire valoir leurs « droits à la retraite » sans avoir les trimestres requis pour obtenir le taux complet qui est, rappelons-le, de 50% de la moyenne des 25 meilleurs années… Or, chaque trimestre manquant par rapport aux 40 ans actuels, et bientôt aux 41, 42, voire 43 ans, implique une décote conséquente. Donc les retraités qui toucherons le « taux plein » seront de plus en plus rares…

Qu’est-ce qu’ils seront obligés de faire devant une perspective pareille ? Succomber aux sirènes qui leurs chantent sur tous les tons de faire leur propre plan retraite…par capitalisation. La finalité de l’affaire, elle est là : refiler aux gueules avides des grands groupes d’assurances et de banques (maintenant tellement imbriqué) l’énorme gâteau des retraites privatisées. (Médéric est l'un de ces organismes de retraites complémentaires qui s'est transformé au fil des ans en un gigantesque ovni financier, qui a gardé quelques racines avec le monde mutualiste et coopératif, mais qui a muté à vive allure vers les marchés financiers et qui gère donc de gros intérêts privés. Médéric est un groupe qui a beaucoup d'entregent et d'influence. Et qui est patron de Médéric? Sarkozy Guillaume, homme d’affaire « brillant », plus ou moins viré du Medef mais...frère de Sarkozy Nicolas! En bouffant la goulash du dimanche, les Huns ont dû mettre au point quelques juteux arrangements!)

slogan manif 27 mai.jpgPour enfumer le populo, les sarko-trafiquants sortent de leur chapeau la promesse d’une « taxation des hauts revenus et du capital »… Sans rien chiffrer bien entendu. Ce sera une alouette de « sacrifices » des riches contre un troupeau de chevaux de pressurage des pauvres…

Il est primordial de faire échouer par tous les moyens cette « réforme » des retraites. Pour des questions de solidarité, d’équité, de justice, de cohésion nationale, de respect du pacte républicain. Mais aussi, d’une manière plus bassement électorale, parce que si Sarko échoue dans sa « mère de toutes les réformes », le roitelet aura tout échoué et sera nu. Il sera alors possible de le renvoyer dans sa bauge. (En évitant tout de même de le remplacer par son clône, DSK, le candidat de gôôoche du Medef).

 



Merci à Philippe Tastet

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

27/05/2010

Tous à la manif pour faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites

 

 

sine retraite.pngLe gouvernement français s’apprête à engager une nouvelle réforme qui risque de porter un coup fatal au système de retraite par répartition en jurant une fois de plus que c’est pour le sauver. Le bilan des réformes menées depuis 1993 est déjà catastrophique car toutes les dispositions prises (calcul sur les 25 meilleures années, indexation sur les prix et non plus sur les salaires des actifs, allongement de la durée de cotisation sous peine de décote…) ont déjà fait baisser le niveau des pensions d’environ 20 %. Elles ont aggravé les inégalités déjà fortes entre les pensions des hommes et des femmes. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) prévoit que le taux de remplacement moyen – niveau de la retraite par rapport au salaire, passerait de 72 % en 2007 à 59 % en 2050. Cette dégradation continuera donc de frapper les actuels retraités et touchera également les générations suivantes.

Malgré ce bilan désastreux, le gouvernement veut aller encore plus loin en supprimant l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans en le portant à 62, voire 65 ou 67 ans, comme le demande le Medef, et en remettant en cause le calcul sur les six derniers mois d’activité des retraites du secteur public. Jumelées avec un nouvel allongement de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein, ces mesures condamneraient à la pauvreté la plupart des futurs retraités, surtout les femmes et tous ceux et celles qui ont connu et connaîtront des périodes de chômage et de précarité importantes. Ce sont les salarié-es les plus jeunes qui subiraient les effets cumulés de ces orientations au moment de partir à la retraite.

Le gouvernement et le patronat persistent à vouloir durcir les conditions de départ en retraite alors même que les entreprises continuent de se débarrasser des salariés âgés avant qu’ils aient acquis la totalité de leurs droits. Exiger que les salariés travaillent et cotisent plus longtemps, alors que l’âge moyen de cessation d’activité est de 59 ans, ne vise qu’à baisser le niveau des pensions. De plus, cette logique remet en cause la solidarité intergénérationnelle. Il n’y a aucun sens à augmenter l’âge de la retraite alors que le chômage de masse sévit pour les jeunes. Au lieu de voir dans la retraite par répartition une transmission perpétuelle et solidaire de la prise en charge d’une génération par la suivante, le gouvernement et le patronat, afin d’attiser la division, la stigmatisent comme un fardeau pour la seule génération à venir.

Le danger ne s’arrête pas là. Le COR dessine les contours d’une réforme pour remplacer notre système par un autre « par points » ou « par comptes notionnels ». Dans les deux cas, il s’agirait de ne plus avoir à assurer un taux de remplacement du salaire défini à l’avance et de faire de la variation du niveau des pensions le moyen d’équilibre financier des régimes. Cela aggraverait encore la baisse du niveau des pensions et contraindrait les salariés, particulièrement les salarié-es pauvres et effectuant les travaux pénibles, à travailler toujours plus longtemps.

La vraie raison des mesures qui s’annoncent n’est pas liée à la démographie. La crise financière a provoqué une récession et donc une flambée des déficits publics. Les États continuent benoîtement à financer leurs déficits en empruntant sur ces mêmes marchés financiers qui ont provoqué la crise. Réduire ces déficits pourrait se faire par une taxation du capital. Mais les spéculateurs refusent évidemment cette solution, demandent que les États donnent des gages et exigent une réduction des dépenses publiques.

Une alternative à cette régression sociale existe pourtant. A moins de décréter la paupérisation des retraité-es, il est normal de couvrir les besoins sociaux liés à l’augmentation de leur part dans la population par un accroissement des prélèvements sur la richesse produite. Les déficits des caisses de retraite sont essentiellement dus au refus obstiné de le faire. Pourtant, le besoin supplémentaire de financement nécessaire aux retraites est réalisable puisqu’il a été chiffré en 2007 par le COR entre 1 et 2 points de PIB jusqu’en 2050, à comparer avec la chute de la part de la masse salariale de 8 points au cours des dernières décennies et avec l’explosion correspondante des dividendes, qui sont passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2007. Il est donc juste d’augmenter la part des salaires et des pensions dans la richesse produite en s’attaquant aux profits. Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité.

La question des retraites pose celle de la société dans laquelle nous voulons vivre. Nous ne pouvons accepter la paupérisation programmée des futurs retraité-es, l’idéologie absurde du « travailler toujours plus » et la destruction des solidarités sociales. Nous souhaitons contribuer à une vaste mobilisation citoyenne (réunions publiques, appels locaux…) pour stopper cet engrenage.

Signer la pétition | Voir tous les signataires|

Sources : http://blog.exigences-citoyennes-retraites.net/?p=1#more-...

 

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

26/05/2010

Ah ! Putaing qu’ils sont bien ces jeunes !

 

 

chimulus bouteille sur sarko.jpg

 

 

Effrontés, mal embouchés, irrespectueux en diable !

Après celui qui s’est essuyé la main après avoir touché celle de l’Axe de la Galaxie, en v’là un autre qui lui balance carrément sa boutanche en plastique de flotte sur le coin de la cafetière ! On peut regretter  qu’il fasse si chaud. Imaginez une telle opération cet hiver, quand il faisait moins quinze ! L’eau, ça gèle…

Allez, ça s’approche : sous les pavés, la plage !

 

Merci à Chimulus

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

25/05/2010

Au Bistro de la Toile : Faut-il pendre tous les banquiers ?

 

 

 

 

hermes.jpg

 

 

 

- Eh ! Loulle, tu connais Hermès ?

 

- Oh ! Victor, c’est pas parce que je suis mastroquet que je suis ignare. C’est, chez les Grecs, le dieu du commerce. Donc un peu le mien.

 

- Exact. Mais c’est aussi le dieu des voleurs ! C’est significatif que, depuis bien longtemps, depuis toujours en fait, commerce et vol sont comme cul et chemise…

 

- Bon. Tu veux en venir où Victor ? Est-ce que je te vole moi ?

 

- Toi, peut-être pas sciemment, mais tes verres bien épais et dont la forme trompe sur la quantité de liquide que tu nous sers, oui… Mais c’est pas de ça que je veux parler. Je vais te raconter une histoire ordinaire de banquiers.

Depuis, bien longtemps, ma banque habituelle, ce sont les CCP. Très bon service, avec une succursale bancaire dans tous les villages de France, des tarifs presque honnêtes. Bref. Un établissement financier correct, rassurant, inspirant confiance. Mouais… Sauf que, depuis, les CCP sont devenus la Banque Postale, établissement financier de droit privé, comme les autres banques. Et ça change tout.

 

- Et alors, qu’est-ce qu’ils t’on fait Victor ?

 

- J’ai vendu un véhicule et j’ai donc déposé le chèque de mon acheteur – 6000 euros – à mon bureau de poste habituel. C’était le 14 mai. Huit jours après, toujours rien sur mon compte que je consulte quotidiennement par l’internet. Je téléphone au service financier concerné et, après plusieurs tentatives infructueuses agrémentées de l’horripilante musiquette, un « conseiller » à qui je demande s’il y a un problème concernant ce chèque me répond que non, que je serais crédité le lendemain matin. Le lendemain, 21 mai, rien… Nouveau coup de téléphone et un autre « conseiller » m’apprend que le paiement de ce chèque est « différé jusqu’au 31 mai ». Sans autre explication.

Un peu inquiet, je téléphone à l’émetteur du chèque qui fait immédiatement son enquête et m’apprend que ce chèque lui a été débité…depuis deux jours ! Les aliboffis commençant à présenter un gonflement alarmant, je vais donc à mon bureau de poste où je rencontre une accorte conseillère financière – silhouette de mannequin et regard de velours – qui me connait et m’a à la bonne. Je la mets au courant. Elle téléphone elle-même. On lui fait la même réponse qu’à moi. Plutôt gênée aux entournures, elle écrit un fax demandant d’activer ce paiement, le signe, me le fait signer et l’envoie… Ce matin 25, toujours rien…

 

Autrement dit la Banque Postale a encaissé ce chèque, l’a mis sur un compte à elle et fait travailler MON pognon, pour ELLE pendant douze jours !  Multiplié par des centaines de milliers d'opérations du même genre, ça fait beaucoup de fric piqué aux clients... Ce sont des manières qui tangentent l’escroquerie.


- Tu vois Victor, quand tu dis qu’il n’y aura jamais assez de platanes pour pendre tous les banquiers, tu es dans le vrai. Tè ! Bois un coup, ça te remontera ! C’est ma tournée…

 

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

24/05/2010

Long ouiquinde gastronomique: Les lapins de champs du Grand Gaby

 

 

 

lapins de champs pour le web.jpg

 

 

 

Grand, long, déguingandé, sec comme un coup de trique

Le nez en coupe-vent, le regard ironique

Perché sur un long cou d'échassier famélique,

Le Grand Gaby est un Prince de la barrique.

Ce fervent défenseur de l'ardeur vigneronne

Est médaillé d'honneur de la Coste-du-Rhône :

N'a-t-il pas englouti, pour se mouiller la glotte

Six cents hectos de vin, sans un verre de flotte!

Ceci en soixante ans d'une soif flamboyante,

Éteinte verre en bouche, de manière constante.

Tout comme d'autres tirent, Gaby boit des deux mains,

En saluant la foule, tel un tribun romain.

Le Grand Gaby, doté d'un vigoureux sésame

Est, cela va de soi, le chéri de ses dames.

Minettes délurées, bourgeoises en goguette

Attirées par sa réputation d'athlète,

Négligeant les on-dit qui prédisent leur perte,

Viennent à son mazet, ouvertes et offertes.

Elles doivent aimer le suint de sanglier

Car leur amant dégage un fumet de gibier.

Priape, Éros, Bacchus, protecteurs de Gaby,

Bénissent les amours cachés dans son gourbi.

Ses conquêtes, souvent, mangeront du lapin

Lorsque leur étalon part avec ses copains...

Le lapin, il est vrai, est sa spécialité,

Tant dans la casserole que contre ses beautés.

Souvent le Grand Gaby, quand vient le crépuscule,

Part hanter la garrigue où la chouette hulule.

Silencieusement, tous les sens aux aguets,

Il s'en va, dans la nuit, pour tendre ses arqués (1) :

De puissants pièges ronds, tendus par un ressort,

Pour les lapins de champs, synonymes de mort...

Quant l'aube aux doigts de roses éveille la nature

Gaby est déjà là pour prendre ses captures.

Les gardes le connaissent, tous veulent le coincer,

Mais le Grand, plus malin que la maréchaussée,

A toujours évité les rencontres néfastes

Tant, de son territoire, sa connaissance est vaste.

- Oh ! Victor, ton Gaby, c'est un bel oiseau rare !

Mais ses lapins de champs, comment il les prépare ?

- Espuillés (2), étripés, coupés en huit morceaux,

Un lapin de garenne chaque deux commensaux,

Tu frottes du thym sec de la dernière estive,

Tu arroses le tout de bonne huile d'olive,

Sel, poivre du moulin et quelques aromates

Et tu fais reposer cela dans une jatte.

Dans ta sartan (3), fond du petit-salé en dés

Dans un peu de saindoux, quantité limitée.

Quand c'est cuit, mets de l'ail, trois oignons émincés

Trois tomates pelées, soigneusement pressées,

Fais réduire à feu vif sans cesser de tourner,

Rajoutes ton lapin à peine fariné,

Fais prendre la couleur en remuant l'ensemble,

Trois verres de vin blanc ou plus si bon te semble,

Plus un morceau de sucre dans quelques verres d'eau.

Encore que la flotte ne sois pas mon credo. . .

Fais cuire sans couvrir, vivement, demi-heure.

Le Gaby l'accompagne par des pâtes au beurre.

Parmi les invités de ces repas de maître,

Le Grand convie parfois.. .notre garde-champêtre!

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 


diane chasseresse shaw2.jpg

 

 


Ingrédients et proportions pour six personnes:

- 3 lapins de champs (de garenne), - 2 verres d'huile d'olive, - thym sec émietté, - sarriette, - laurier, - sel, - poivre du moulin, ­2 noix de saindoux, - 2 hectos de petit-salé, - 6 gousses d'ail pelé et écrasé, - 3 oignons finement émincés, - 3 tomates pelées, mondées, épépi­nées, - 1 cuillerée à soupe de farine, - 3 grands verres de vin blanc, - 1 morceau de sucre, - 3 verres d'eau, - 1 kilo de pâtes.

 

Les vins conseillés:

Tous les vins rosés bien frais: Côtes-du-Rhône, Tricastin, Ventoux, Lu­beron, Costières de Nîmes, Coteaux du Languedoc, Côtes de Provence, Coteaux varois.

 

Arqués: pièges demi-circulaires à ressort central.

(2) Espuillé : écorché.

(3) Sartan : poêle.

 

In: "Le bonheur est dans l'assiette et dans les ver(re)s" - Jean-Victor Joubert


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

23/05/2010

Ouiquinde érotico-gastronomique avec Fanny


 

Fanny4.jpg


 

La brandade de Serge et Wladimir



La Fanny est serveuse au café des Platanes

Elle a de ces rondeurs que les dévots condamnent

Mais que les jouisseurs lorgnent avec désir

Tant elles sont promesses de joies et de plaisir.


Elle ondule parmi les joueurs de pétanque,

Ces acteurs naturels, ces presque saltimbanques,

Perturbe les tireurs, énerve les pointeurs,

Prive de leurs moyens ces superbes menteurs.


Sous l'effet ravageur de ses hanches qui roulent

Tous restent bouche bée et en perdent la boule

Parmi les équipiers, voilà la zizanie :


On s'insulte, on se crie, pour un point on s'encagne

On joue contre son camp, on joue à Qui-perd-gagne

Tous rêvent du Zéro... et de baiser Fanny !


Fanny2.jpg

 

- Victor ! Tes pétanqueurs qui rêvent d'embrassades

En matant les rondeurs de la belle Fanny,

Ils devraient s'entraîner à faire la brandade,

Ça calmerait un peu leur érotomanie !

Voici comment la font, pour leur table éponyme

Serge et Wladimir, restaurateurs à Nîmes.

Pour réussir ton plat, éloigne les intrus,

Une nuit, à l'eau fraîche, dessale ta morue,

En six coups de hachoir frappés sur une planche,

Sans enlever la peau, en portions tu la tranches.

Tu la mets, à l'eau froide, dans un large faitout

Que tu lèves du feu quand le liquide bout,

Et tu laisses tremper dix minutes environ,

Le temps de te verser quelques petits canons.

Puis égoutte, essore, et lève les arêtes,

Dans une casserole, mets ta morue défaite,

Dès lors, tu vas chauffer l'ensemble au bain-marie.

A la cuillère en bois, à tour de bras, manie,

Ecrase la morue d'une main combative

En ajoutant du lait et de l'huile d'olive,

L'un et l'autre, tiédis, de façon mesurée

Pour obtenir enfin une lisse purée.

Cette crème doit être onctueuse et épaisse

Pour cela, il te faut branler fort, sans faiblesse.

Lorsque tu en es là, prends le temps de souffler,

Décontracte ton bras, laisse-le dégonfler,

Verse-toi volontiers un vin blanc des Costières

Et va faire un câlin avec la cuisinière.

Reprends ton appareil, oublie la rigolade

Si tu veux, comme un chef, réussir ta brandade.

Il faut la parfumer, la monter en saveur.

Elle doit embaumer pour chavirer les cœurs.

Ecrase, au mortier, une gousse d'ail blanc,

Râpe un peu de muscade - excellent stimulant ! -

Un zeste de citron que finement tu haches,

Un peu de poivre blanc, un soupçon de pistache,

Du sel si nécessaire, mais reste circonspect,

Enfin, lorsque tu sers, une truffe râpée.

Ce plat emblématique de Nîmes-la-Romaine

Incitera Fanny, à la dernière mène,

À laisser les vainqueurs autant que les vaincus,

Selon la tradition, lui embrasser le cul !

À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons et trinquons nuit et jour

À la beauté des femmes, au vin et à l'amour !



Ingrédients et proportions pour six personnes:

- 1 grosse morue sèche, - 1 demi litre de lait tiède, - 1 demi litre d'huile d'olive tiède, - 3 gousses d'ail de belle taille, - 1 zeste de citron, - 1 cuillerée à dessert de poivre blanc, - 1 peu de muscade râpée, - 2 graines de pistache, - 1 truffe (accessoire), - beaucoup de vigueur dans le bras (indispensable !)


Les vins conseillés:

Profitez de ce plat gardois pour apprécier les vins rouges des Costières-de-Nîmes mais aussi les blancs vifs de la vallée du Rhône: blancs tranquilles de Saint-Péray, vins tranquilles du Diois, Saint-Gervais, Uchaux, Bollène, Mondragon, Piolenc, Sarrians, Bagnols-sur-Cèze, Codolet, Laudun, Saint-Just-d'Ar­dèche, Saint-Marcel-d'Ardèche, Villeneuve-Pujaut, Ventoux, Luberon.

En vins du Languedoc: Quatourze, La Méjanelle, Picpoul-de-Pinet. En vins de Provence: Palette, Seillons-source-d'Argens, Brue-Auriac, Châteauvert.

Vous pouvez aussi accompagner ce plat avec bonheur par des vins primeurs: Rochegude, Sainte-Cécile-les-Vignes, Sabran, Codolet, Rochefort, Lirac, Laudun.

 

quel-cul.jpg

 

 

22/05/2010

Ouiquinde érotique: Arthur Rimbaud

 

 

 

Pompeya_erótica5 Priape mosaïque.jpg

 

 

 

Les anciens animaux...

Les anciens animaux saillissaient, même en course,
Avec des glands bardés de sang et d'excrément.
Nos pères étalaient leur membre fièrement
Par le pli de la gaine et le grain de la bourse.

Au moyen âge pour la femelle, ange ou pource,
Il fallait un gaillard de solide gréement :
Même un Kléber, d'après la culotte qui ment
Peut-être un peu, n'a pas dû manquer de ressource.

D'ailleurs l'homme au plus fier mammifère est égal ;
L'énormité de leur membre à tort nous étonne ;
Mais une heure stérile a sonné : le cheval

Et le bœuf ont bridé leurs ardeurs, et personne
N'osera plus dresser son orgueil génital
Dans les bosquets ou grouille une enfance bouffonne.

 

Arthur Rimbaud

Cheval_en_érection.jpg

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

Estrosi, le motodidacte, fait visiter ses appartements

 

 

 

chimulus logement de fonction.jpg

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Merci à Chimulus

 

21/05/2010

Au Bistro de la Toile : Féria et apéros géants.

 

corrida_nimes.JPG- Alors Loulle, cette Miurada, ça s'est bien passé ?


- Je l'ai manquée... La dernière main à mettre à la bodega...


- Tu vas en empastiser du monde dans ta machine à boire ! La féria de Nîmes, c'est - après les corridas tout de même - une gigantesque beuverie. En moins d'une semaine, c'est presque un million de clampins qui s'empèguent, qui braillent. C'est un bon nombre de bœufs qui dégueulent dans les caniveaux, qui tombent parfois dans le coma éthylique... A cinq heures du mat, les pompiers et la Croix-Rouge les ramassent - ça fait désordre - avant que les services de voirie redonnent un coup de propre à la ville ! Et, ça te fait rien de penser qu'il y en aura peut-être un, de tes clients, qui se prendra une infusion de platane ?


- Eh ! Oh ! Victor, un mastroquet, c'est pas une assistance sociale. Et puis le type qui s'est fracassé six mètres plus bas, l'autre semaine à Nantes, il ne sortait pas d'un bistrot, mais il s'était mis carbone dans un de ces « apéros géants » générés par « fesse-bouc »...


- Ça t'emmerde, eh ! mastroquet de mon cœur, ces rassemblement de cinq ou dix mille jeunes qui se retrouvent spontanément, comme ça, sans se connaitre, juste pour boire un coup, ou plusieurs ensemble... Et ça emmerde aussi « l'estabishment ».


- Tu parles, ces conneries, pour ce que ça rapporte...


- Voilà, Loulle ! Tu l'as dis : « pour ce que ça rapporte... » Et oui, les gens en place ne supportent pas ces rassemblements non pas parce qu'ils sont dangereux pour la santé des jeunes, ça ils s'en branlent joyeusement, mais parce que ça ne rapporte rien ! Que des milliers de jeunes se mettent minables dans des discothèques qui ne sont que d'énormes usines à picoler et à se défoncer, c'est pas grave. On fait quelques vagues contrôles à la sortie et on laisse faire. Mais que des fêtes spontanées aient lieu sans rapporter un rond ? Sacrilège, Loulle. Sacrilège vis-à-vis de leur dieu, le grand Saint-Pognon ! Si j'étais encore jeune Loulle, tu sais ce que je leur dirais moi, à ceux qui gueulent contre ces apéros géants ? Je leur dirais : « Eh ! Oh ! Les vieux kroumirs, lâchez-nous un peu les baskets. Vous avez vu le monde pourri que vous nous léguez ? Vous avez compté la dette abyssale que vous nous laissez ? Vous avez vu la société de merde que vous avez façonnée ? Vous avez conscience de l'avenir de merde que vos conneries nous promettent ? Alors écrasez-vous et laissez-nous un peu nous éclater comme nous l'entendons, si vous voulez que payions vos retraites ! »


Et puis je vais te dire Loulle. Si les « dirigeants » voient ces rassemblements festifs avec panique, c'est qu'ils ont compris qu'il y avait là pour eux un danger potentiel énorme. Imagine qu'au lieu de se filer rencart pour boire quelques canons, les jeunes - et les moins jeunes - se filent rencart à cinq ou dix mille, par exemple lors d'une visite de not'bon président, pour lui balancer quelques tomates...ou autres choses ? Imagine qu'ils se donnent rencart à cinq ou dix mille autour d'une grosse boite multinationale qui largue ses employés comme des kleenex sales ? Imagine qu'ils se filent rencart autour d'une centrale nucléaire qui expédie ses déchets on ne sait où ? Les champs d'actions sont immenses Loulle ! Pleins de dangers ou d'espoirs, selon le côté où l'on se trouve ! Et c'est imparable, l'internet, par définition, passe partout et est inarrètable.


- Intéressant Victor. Intéressant. Je ne verrais plus ces apéros géants de la même manière... Tè ! C'est ma tournée. Qu'est-ce que tu bois ?


- Un Communard, rouge et cassis, comme d'hab...


 

apero géant.jpg

 

 

 

*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

20/05/2010

Europe: Et si les Rosbifs se cassaient ?

 

perfide albion.jpgAlors ! Qu'est-ce qu'on fait ? Le nouveau patron du Rosbifistan, David Cameron, avait promis un référendum pour déterminer si son pays devait rester dans l'Europe ou en sortir. En voilà une idée qu'elle serait bonne ! Mais cassez-vous donc messieurs les Anglais ! Cassez-vous ! Vous croyez qu'il aura les couilles de faire ça le Cameron ? Ça m'étonnerait fort, tenu aux roubignoles qu'il est par son jumeau lib-dem comme ils disent, mais qui sait ! On peut toujours rêver et espérer. Peut-être pas cette fois, mais dans six ou huit mois lorsque, inéluctablement, les deux jeunes pacsés se sépareront et que les Rosbifs revoteront...


Aux conservateurs d'aller jusqu'au bout de leurs diatribes europhobes et d'assumer les conséquences de leur choix. Hélas, je soupçonne qu'ils n'en ont aucune envie, car c'est une chose de bloquer tout le monde et une autre de rester sur le bord de la route en choisissant le splendide isolement. Ou plus justement, c'est une chose d'avoir un discours populiste rendant l'Europe responsable de tous les maux et assumer les conséquences réelles qu'aurait pour les Rosbifs un tel retrait... Si les conservateurs estiment vraiment que l'appartenance à l'Union est contraire aux intérêts de la Grande-Bretagne, il leur suffira de décider, soit par voie parlementaire, soit par voie référendaire, d'en sortir comme l'autorise l'article 50 qui prévoit que « tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l'Union ».

Un proverbe rosbif dit : "If your can't beat it, join it". En l'occurrence, après avoir tout fait pour saboter la création de l'Europe - on se souvient de leur « zone de libre échange » faite pour torpiller le marché commun - le Royaume-Uni a mendié pendant des années son entrée dans la CEE. Une fois entré, il n'a eu de cesse d'œuvrer contre l'Europe politique, contre l'Europe sociale et a même porté un grand coup au principe de solidarités entre européens en exigeant un rabais sur sa contribution au budget, le fameux « I want my money back ! » de l'exécrable Margareth Thatcher (des milliards d'euros que nous continuons à casquer d'ailleurs !). Ils ne sont ni plus ni moins qu'un sous-marin étazunien ayant pour mission de torpiller l'Europe. Et ils ne sont pas loin d'avoir réussi...

Le jour où les Rosbifs - majoritairement europhobes - quitteront l'U.E. sera un jour de fête réellement bénéfique pour cette union à but politique. Car la finalité de l'Europe - en tout cas celle qui me fait encore bander et dont rêvaient les pères fondateurs - est de devenir une puissance politique fédérale. C'est un processus long, difficile compte tenu du poids du passé européen, mais c'est une utopie unique dans le monde et qui deviendra un jour réalité. L'idée de la Commission (pour une fois qu'ils en ont une !) de vérification avant vote national des budgets des états serait un pas significatif dans le sens d'une Europe fédérale. Mais bien sûr, comme d'hab, vous avez entendu les cris d'orfraie de nos « dirigeants » ?


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

19/05/2010

Pompons la merde, et pompons la gaiement ! Vive la merde, énergie propre et renouvelable !


 

chieur Topor.jpg

En voilà une nouvelle qu'elle est bonne ! Tous ceux qui nous font chier, tous ceux qui sèment la merde, tous ceux qui la remue, tous ceux qui nous y mettent jusqu'au cou peuvent devenir des sauveurs de la planète ! La merde, il y en a partout, tous le monde en fait, du plus riche au plus pauvre, sans distinction de race, de couleurs, de religions, d'âge, de condition sociale. La merde, voilà notre sauveur !

 


« Fille de roi, de ta beauté si fière

Tu dois chier, ainsi dieu l'a voulu

Ton cul royal, comme un cul prolétaire

A la nature, doit payer son tribu...

Et puisqu'il faut que rien n'se perde

Dans la nature, où tout est bon

Ami pressons la pompe à merde

Le jour parait à l'horizon.... »


Un jour de gloire, un jour radieux se lève enfin sur l'humanité grâce aux produits de nos boyaux culiers, mais aussi des merdes de vaches, de cochons, de poules, de mac-do. Le grand œcuménisme du saint Caca !


biogas-photo1.jpg« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » disait Lavoisier.

 

Eh bien les Honorables fils de Confucius ont pris au mot le génial physicien français : ils transforment, à échelle industrielle, la merde humaine ainsi que les lisiers en BIOGAZ ! Et ça marche du feu de dieu !

Allez, je vais téléphoner à Sarko (enfin, je vais chier !) pour sauver la planète !




Allez-y voir sur cette video :

http://www.lepost.fr/article/2010/05/18/2077429_la-m-e-r-...


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

18/05/2010

Au Bistro de la Toile : retraites, Reiss, Domenech…

 

- Eh ! Victor, t’as vu, le Sarko, il a encore reculé : il va faire payer les riches pour les retraites !

 

- Mouais… Saluons ce coup de pied dans le cul qui oblige les sarko-trafiquants à penser ( !!!) à prendre un peu de pognon à leurs amis et commanditaires du Fouquet’s. Mais faut pas trop se faire d’illusions, ça ressemble à un enfumage, comme d’hab… Rien n’est chiffré, aucun mécanisme n’est expliqué. Donc, comme dans le pâté aux grives, il y aura beaucoup de cochon (l’allongement des annuités et le recul du départ à la retraite) et un tout petit peu de grives (une taxe symbolique sur le capital), pour l’étiquette…

 

- T’as peut-être raison… Bon. Buvons tout de même à la libération de la petite Reiss que les sinistres barbus de Téhéran ont enfin lâchée !

 

- A la nôtre ! Encore que la petite Reiss, comme tu dis Loulle, on l’a payé ! 280.000 euros de rançon ! Bon, ça, c’est pas bien grave. Mais ce qui l’est plus, c’est qu’on l’a surtout échangée contre un assassin féroce et contre un trafiquant d’armes ! Encore une fois, c’est le pâté aux grives… Et ils nous prennent vraiment pour des cons en prétendant, comme Kouchner, qu'il n'y a pas eu tractation!

 

- La grive, en l’occurrence, elle serait tout de même un peu espionne, non ?

 

- Peut-être, mais vraisemblablement à son insu. C’est tentant pour les barbouzes de la DGSE  de manipuler une petite étudiante qui a l’avantage de parler le persan et d’être bien intégrée dans le milieu étudiant iranien, turbulent malgré la férocité du régime. Mais ce qui est parfaitement choquant, ce sont les dégoisages de ce vieux con d’ancien sous dirlo de la DGSE qui se répand dans les boites à bourrage de crâne en prétendant que la petite était une espionne ! Mais si c’est vrai,  qu’est-ce que c’est ce type qui balance ses sources ? Qui grille ses agents ? Tout ça pour faire la promo d’un bouquin qu’il vient de faire pondre probablement pas un nègre ?

 

- Un homme de couleur, Victor. Un homme de couleur. On ne doit plus dire nègre.

 

- Le mot nègre, en l’occurrence, désigne quelqu’un qui écrit, dans l’ombre, pour un autre qui, lui, signe dans la lumière. C’est ce que font la plupart des hommes politiques, des débiles du chauve-bis ou du sport…

 

- Bon. Heureusement qu’on a le foute pour se défouler. On peut toujours taper sur ce con de Domenech…

 

- Ben ! Moi je l’aime bien Domenech ! Un type cultivé, qui sait lire, qui fait du théâtre, qui a une activité humanitaire discrète, qui a même une certaine forme d’humour caustique… Ça change dans ce monde de bœufs ! Et puis, soyons objectif : en 2004, le Raymond, il a bien amené l’équipe de France en finale de la coupe non ? On allait gagner, c’était sûr. Et c’est ce con de Zidane qui nous a fait perdre ! Pas le Raymond ! Ensuite, rappelez-vous Mémé Jacquet en 98. Tout le monde le pourrissait, à commencer par L’Equipe. Et il nous fait gagner… Après quoi, il leur à mis le doigt dans l’oigne profond le mémé ! Et sans vaseline… Si Raymond fait pareil, tous ceux qui le roulent dans la merde viendront à genoux pour le feller…

 

- Pour le quoi ?

 

- Pour lui faire des pipes… Allez ! Mets ma tournée.

 


*****************************************************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

17/05/2010

LIBRE ! Et même pas de Sarko sur la photo...

 

 

chimulus clotilde reis.jpg

Après avoir libéré les infirmières bulgare, les Archés de Zoë, Ingrid Bétancourt et maintenant Clotilde Reiss, s'il pensait à LIBERER LE TERRITOIRE LUI-MÊME ?

 

Merci à Chimulus

 

Vive les femmes, vive les poils...


 

poilue-aisselle.jpg

 

 

 


 

Femme à poils


Rien n'est plus émouvant,

Rien n'est plus excitant

Rien n'est plus envoûtant

Qu'une bell' femme à poil


Sachez mesdemoiselles

Que pour le sensuel

Que pour le sexuel

Il faut avoir du poil !


Touffe noire

Ciboire

Touffe blonde

Profonde

Touffe rousse

Qui mousse


Ecrin doux et soyeux

Du temple du désir

Toboggan broussailleux

Vers la grotte à plaisir

Le poil, le poil, le poil, le poiiiil

 

 

poilues.jpg

 

 


- Oh !  Victor, tu en parles avec tant d'émotion !

D'où te viens, pour le poil une telle passion ?

- De ma prime jeunesse où, branleur émérite,

J'ai vécu, envoûté, un bonheur insolite.

Carmencita Sanchez était la fille aînée

D'une famille ayant franchi les Pyrénées

Pour fuir les catastrophes d'une guerre civile.

Tous travaillaient aux champs du mas de la famille.

Carmencita, ce jour, préparait l'aïoli

Un « foudaoù » sur le ventre, un caraco joli

Laissant nu sa gorge, ses bras et ses épaules.

Je m'étais proposé, moi, jeune branquignole

Pour l'aider à peler patates et carottes

En matant, de la belle les chairs blanches et rondes.

Je sors pour emporter les épluches aux cochons

En rêvant à ses yeux, son cul et ses nichons.

Je reviens, tête en feu et la gaule en folie

Derrière la Carmen qui montait l'aïoli.

Assise, le mortier coincé entre ses cuisses,

Elle tournait l'aïoli d'un geste ample et lisse.

J'arrive doucement, par derrière la belle

Et glisse prestement ma queue sous son aisselle,

La chair tiède en sueur, les poils, le mouvement

Rythmé, les parfums d'ail font un coquetèle dément,

Carmen crie en français, m'insulte en espagnol

Voudrait bien me pousser, me donner des torgnioles

Mais l'aïoli est sacré, s'arrêter, c'est tabou

Car sinon elle cague, le déshonneur au bout !

Ses cris deviennent rauques, feulement de féline

Son bras se fait complice, sa tête dodeline,

Je voudrais tant l'avoir, toute nue, dans un lit !

Puis mon plaisir jaillit, parfumant...l'aïoli !



 

femmeapoils2dw1.jpg

 

 


*****************************************************



Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

16/05/2010

"Oné tanlig hun! Oné tanlig hun! Oné Oné Oné tanlig hun! "

fouteuses.jpeg

 

bathezpisse.jpg"Oné tanlig hun! Oné tanlig hun! Oné Oné Oné tanlig hun! "

Putaing! Et ça braille partout dans les rues d'Avignon comme dans celles d'Arles! Ça y est, Oné tanlig hun!

Mouais... La mère Roig, mairesse d'Avignon commence à se faire du mouron... Le stade est évidemment trop petit, va falloir rajouter 8000 places pour le mettre aux normes de la Ligue 1 de foutebol... Qu'à cela de tienne, on rajoutera des tribunes sur tubulures métalliques! Ben voyons! Ces structures sont célèbres: demandez aux Corses du stade de Furiani il y a quelques années...

Allez, on va pas faire les rabat-joie. Oné tanlig hun? Et bien tant mieux. O0n va pouvoir devenir de vrais "supporteurs" avec banderoles racistes, cris de singes et autres joyeusetés. Faut être moderne Coco! Faut être moderne!

Tè! Ça me rappelle une blague:


Une femme rentre chez elle et entend un drôle de bruit provenant de la chambre de sa fille.Elle ouvre la porte et surprend sa fille en train de se faire l'amour avec un vibromasseur. Elle lui demande: « Pour l'amour du ciel, qu'est-ce que tu fais là ? » Sa fille lui répond alors: « Maman, j'ai 35 ans, pas mariée et ceci est la chose que j'ai trouvée qui se rapproche le plus d'un mari. Alors sors d'ici et laisse-moi seule. »

 

footballeuse.jpegLe lendemain le père entre dans la maison et entend le même bruit provenant de la chambre de sa fille. Il ouvre la porte et surprend sa fille en train de faire l'amour passionnément avec son vibromasseur. Il lui demande ce qu'elle fait là. Elle répond : « Papa, j'ai 35 ans, pas mariée et c'est la seule chose que j'ai trouvée qui se rapproche le plus d'un mari.Alors sors d'ici et laisse-moi seule. »

 

Quelques jours plus tard la mère entre dans la maison avec ses provisions qu'elle place sur la table de la cuisine quand elle entend le même bruit mais cette fois-ci venant du salon. Elle entre alors dans le salon et voit son mari étendu sur le sofa, buvant une bière froide et regardant la télévision. Le vibromasseur est à côté de lui sur le sofa et vibre comme un fou. Sa femme lui demande alors : « Pour l'amour du ciel qu'est-ce que tu fais là ? » Son époux répond : « Je regarde le foot avec mon gendre... »

 


 

 

*****************************************************


Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

15/05/2010

Il ne boit même pas, pourtant nous on trinque...

 

 

 

chimulus apéro élysée.jpg

 

 

En plus, même pas vrai... Rien de va plus...

Merci à Chimulus

*****************************************************


Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !


 

14/05/2010

Big Brother Awards 2010: une brillant palmarès.

 

big brother.jpgBig Brother Awards 2010 : Et 10 Prix Orwell pour les 10 ans, 10 !

La liste des lauréats des Prix Orwell 2010, sanctionnant les pires atteintes à la vie privée, aux libertés publiques et individuelles, semble interminable. De mémoire d'organisateurs, jamais le choix n'a été aussi difficile. Nos jurés (1) ont d'abord absolument tenu à exclure le plus attendu des Big Brothers, Nicolas Sarkozy, pour dopage et récidivisme chronique, et préféré "récompenser" les plus méritants de ses exécuteurs, qu'ils soient ministres, hauts fonctionnaires, élus locaux, entreprises, médias ou personnalités. Résultat : dix trophées décernés, neuf prix Orwell et un prix Voltaire pour cette 10ème édition des BBA !

 

 

Orwell Etats/Elus :

 

Eric Besson, ministre de l'immigration, remporte le Prix haut la main. Les chefs d'inculpation sont multiples : durcissement des quotas d'expulsions, refus de disculper les personnes et associations aidant les migrants, expulsion expéditives hors contrôle du juge des libertés et non respect des droits des migrants. Comme dit Eric Besson "c'est pas Auchwitz". Encore heureux !...

Loin derrière lui, la pourtant très méritante Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur puis de la Justice (après avoir officié à la Défense), primée l'an dernier pour son efficacité policière : triplement des caméras de "protection", commande d'un rapport approximatif sur leur efficacité, et sa contribution à la Loppsi 2 (loi de programmation sur la sécurité), toujours en chantier. Cette année MAM a été envoyée au charbon pour passer en force la loi de « modernisation de la Justice ». Sarkozy vient de laisser tomber le projet de loi et MAM a désormais contre elle toute la magistrature. Petite dernière, avec son tailleur et ses crocks roses : Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, pour le giga-fichier H1N1 convoité par ses amis les labos, et son incompétence à protéger les français des appétits des protagonistes du DMP et du DMP Pro.

 

La catégorie Etats/Elus était si fournie en candidats poids lourds que deux mentions ont été instaurées : 
- Mention spéciale Fichiers A la quasi unanimité, le jury a souhaité récompenser les ministres successifs de l'Education nationale (en l'espèce, Xavier Darcos puis Luc Chatel), pour six années d'efforts à mettre en place un fichage systématique (sans base légale et dénoncé par des instances de l'ONU comme le Conseil des droits de l'enfant) des enfants dès l'âge de trois ans. Base Elèves et la BNIE (Base nationale d'identifiants élèves) sont le socle d'un futur "Safari", qui permettra un fichage à la source des futurs actifs, façon "casier scolaire". Deux autres fichiers ont été distingués : le @RSA d'Eric Woerth et Martin Hirsch, qui n'est que le dernier fichier entrant dans le croisement des bases de données sociales mises en place pour contrôler les précaires et les autres. Et le fichier H1N1 de Roselyne Bachelot justifié entre autres par l'argument asséné en pleine crise grippale : « et des gens vont mourir ».

- Mention spéciale "Exécuteurs des basses oeuvres" : elle récompense ces hauts fonctionnaires, petits chefs ou élus zélés sans lesquels la machine à broyer ne serait pas aussi performante. Grand gagnant : Eric Ciotti, député et président du Conseil général des Alpes-Maritimes. Il est rapporteur de la dernière loi sécuritaire de l'ère Sarkozy ("Loppsi2"), "porte-flingue" du gouvernement pour toutes les questions de sécurité intérieure, et "conducator" zélé d'un département qui veut être le premier à supprimer les allocations aux familles en difficultés. Dommage pour les perdants : Alex Türk, président de la CNIL maintes fois nominé et qu'on ne présente plus, et Christian Pasta, procureur de la République d'Alès, inconditionnel du FNAEG qui s'est acharné, en vain, à faire condamner un faucheur d'OGM refuznik, car "limiter aux seules infractions sexuelles n'était pas suffisant pour alimenter le fichier"...

 

- Orwell Localités : Tir groupé pour les Alpes Maritimes ! Car c'est le maire de Nice Christian Estrosi qui décroche la palme du pire élu local de ces BBA 2010. Estrosi - qui a propulsé Eric Ciotti dans son fief du « Zéro-Six » - est le promoteur en tant que ministre de la fameuse loi « anti-bandes » votée cette année, mais c'est surtout pour sa volonté de faire de sa ville un laboratoire de la vidéosurveillance qu'il a été distingué (en projet, un réseau 600 caméras à Nice pour un investissement de 7,6 millions d'euros). Les « dauphins » d'Estrosi sont d'abord le duo de choc Francis Delattre et Sébastien Meurant, deux élus du Val d'Oise qui sont allés fouiller dans les fichiers pour discréditer un adversaire politique (Francis Delattre étant par ailleurs, fait aggravant, un ex-commissaire de la CNIL !). Et ensuite, médaille de bronze pour le maire de Grenoble Michel Destot, déjà connu pour sa longue implication dans les nanotechnologies, qui s'est fait pincer en installant clandestinement des caméras-dôme sur le trajet habituel des manifs, anticipant sur la Loppsi2 qui prévoit que le préfet puisse procéder à de telles installations mêmes éphémères.

- Orwell Entreprise : le Prix revient aux banques BNP Paribas, la Banque Postale, LCL, la Société générale... et tous les autres établissements bancaires qui laissent ou incitent leurs employés à dénoncer aux services de la Préfecture les clients sans papiers venus à leur guichet. Les deux autres candidats distingués sont la filiale chinoise d'Alcatel - Alcatel Shanghaï Bell - pour collaboration et fourniture de moyens de surveillance à la dictature de Birmanie, et la RATP pour ses passes Navigo, ses caméras clandestines dans le métro, ses panneaux de pub "espions" et sa politique au service de l'argent et de la sécurité, et non de l'usager.

(source : pc inpact)

- Mention spéciale Internet : elle distingue Trident Media Guard & son actionnaire Thierry Lhermitte, qui escomptent bien faire des profits faciles sur la surveillance des internautes autorisée par l'Hadopi. A une voix près elle échouait aux services web de géolocalisation, la nouvelle armada aspireuse de vie privée du Web 2.0 (Foursquare, Gowalla, Yelp, Plyce, Tellmewhere (Dismoiou en France) et autres Veniu. Et à deux voix près, elle atterrissait dans l'escarcelle de Pages Jaunes et de sa très intrusive nouvelle acquisition 123 People championnes du web-renseignement à l'insu de ceux qui en font les frais et doivent montrer leurs papiers pour espérer qu'on les oublie.

Orwell Novlang : Brice Hortefeux, notre nouveau et célèbre auvergnant ministre de l'Intérieur, n'est pas oublié. Il a signé le décret imposant le terme de « videoprotection » (ce dossier lui a été associé) et la modification de tous les textes règlementaires, histoire de rétablir une réalité sinon sécurisante du moins sécurisée. Ensuite le jury a été sensible à la campagne dite des « Voisins vigilants », autre avatar de la nouvelle sémantique orwellienne, qui pousse la population à s'entre-surveiller. Une mode qui contamine de plus en plus de municipalités. Derniers dossiers remarqués par le jury : le projet Doxa (analyse des « sentiments des consommateurs »), derrière lequel plane l'ombre du groupe Thales), et le professeur Cabanis, qui a fait un éloge remarqué de la biométrie : « la réponse biologique de l'Homo Technologicus qui protège Homo Sapiens de l'insécurité du monde » (sic).

- Mention spéciale médias. Dans cette catégorie, les journalistes « qui soufflent sur la braise sécuritaire » méritaient bien une petite mention. Parmi les six cas d'école soumis au jury - deux pour TF1, M6, France 2, France 3 et un plumitif du Figaro -, le jury finalement placé ex-aequo Les Infiltrés (France 2 / CAPA) qui piochent leurs sujets dans les communiqués de l'Intérieur, et le journaliste du JT de TF1, dans l'affaire Continental, pour avoir diffusé des images non-floutées qui ont permis d'arrêter et de condamner des syndicalistes.

 

- Prix Voltaire : Il récompense des individus et des collectifs qui luttent contre la surveillance et tentent d'enrayer la frénésie de contrôle des élus et des responsables publics et privés.

Parmi les huit candidats en lice cette année, c'est le groupe Pièces et main d'oeuvre (PMO), né à Grenoble il y a une dizaine d'années et son minutieux travail d'information sur les relents totalitaires des techno-sciences, qui a remporté les suffrages. Ils sont notamment parvenu à contrer avec éclat la campagne d'acceptation des nanotechnologies organisée fin 2009 par le gouvernement via la "Commission du débat public" (CNDP).

Le jury a ensuite été sensible au mot d'ordre du REFI, le Réseau Emploi Formation Insertion, composé de salariés des services publics (Pôle Emploi, organismes sociaux, direction du travail, associations, organismes de formation...) qui refusent de participer à la chasse à l'étranger et au fichage systématique de la précarité. Les autres candidats à ce prix Voltaire sont : Geoffrey Dorne, qui a développé un attirail artistique de contre-surveillance, les collectifs CREP (Strasbourg) CDL (Paris) et un collectif anonyme de Grenoble qui "démontent" les caméras de "protection"dans leurs quartiers, le collectif anti-pub Les Déboulonneursqui avait bien cru s'être débarrassés des panneaux espions du métro, et enfin le tandem de sociologues Tanguy Le Goff & Eric Heilmann, dont l'étude critique a dégonflé le fameux Rapport censé prouver l'efficacité de la vidésurveillance.

Et puis surprise le jury a exigé...

- un Prix Spécial du Jury - 10 ans des BBA remis à Alex Türk, sénateur du Nord et président de la Commission de l'informatique et des libertés (CNIL). Il a finalement été distingué par ce Prix Spécial, après avoir été un candidat malheureux pendant de si nombreuses années.

C'est presque un vétéran dans son domaine : lorsque les BBA se sont mis à faire le travail qui devrait être également le sien, avec leur première édition en 2000, Alex Türk était déjà "simple" commissaire à la CNIL. Il en deviendra président en 2004, et sa posture de « garant » des libertés à l'ère du numérique, alors qu'il a lui-même participé à l'érosion des pouvoirs de la CNIL, ainsi que son double discours perpétuel a poussé le jury, à l'unanimité, à l'extraire de la sélection pour lui réserver cette distinction particulière. Il était nominé en tant qu' « exécuteur de basses oeuvres » et pour son appétit à jouer de la « novlangue » avec persévérance. Il a d'ailleurs réagi dans la journée... Un message liminaire et un brin suffisant, posté... sur Facebook.


Vous retrouverez en ligne la liste des nominés et des primés ainsi que les dossiers complets, candidats par candidats.

Des remises de prix pourront avoir lieu d'ici l'Orwell Party anniversaire du 29 mai 2010. Nous vous en tiendrons informés.

Et nous vous donnons bien sur rendez vous le 29 mai 2010, au Théâtre la Belle Etoile de la Cie Jolie Môme (Saint Denis 93) pour un après midi d'ateliers Barcamp sur le thême de la contre-surveillance, ainsi que pour la remise du Palmarès BBA Spécial 10 ans, où les gagnants seront cette fois-ci choisis par le public.

Grand fraternellement vôtre L'équipe des BBA France.

(1) Le jury 2010 accueillait cette année : Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature, Véronique Decker, directrice d'école, Collectif national de résistance à Base élèves, Gaëlle Krikorian, sociologue, membre de La Barbe, des Tumultueuses, de Cette France-là et d'Act Up Paris, Agnes Mel, assistante sociale, Mouvement Antidélation, Francis Mizio, auteur, écrivain, Jean-Pierre Petit, Souriez vous êtes filmés, Maurice Rajsfus, fondateur de l'Observatoire des Libertés publiques (Que fait la police ?), Sylvia Preuss-Laussinotte, juriste, Groupe d'information et de soutien aux immigrés (Gisti), François Sauterey, Réseau associatif et syndical, Collectif Non a Edvige et Thomas Sauvadet, sociologue.

Liens utiles :
- Le site des BBA : http://bigbrotherawards.eu.org
- La liste des primés/nominés de l'édition 2010
- Les Surveillés se rebiffent
- L'affiche officielle, réalisé par Cyril Cavalié (version haute définition pour impression format A3) 
- "Les surveillants surveillés", le livre des BBA à lire sur sur le site des Editions Zones : http://www.editions-zones.fr/spip.php ?article80 ou à acheter (13€) dans toutes les bonnes librairies en guise de soutien à notre action.


La Belle Etoile

La Belle Etoile, théâtre de la Compagnie Jolie Môme, 14 Allée Saint-Just, 93210 Saint-Denis (pas de panique, c'est à 15 minutes de Paris, juste derrière le boulevard périphérique !-)

 

Sources: http://bigbrotherawards.eu.org/article1210.html...


*****************************************************


Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !