Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2010

Retraites : c’est la GUERRE !

 

 

chimulus retraites.jpg

 

 

Préparez-vous les manards. Vous allez travaillez plus, plus longtemps, pour moins de pognon. C’est ça la réalité de la « réforme » (contre-réforme, régression) dont les sarko-trafiquants viennent de dévoiler les grandes lignes ( Texte complet du projet gouvernemental et contre-projet socialiste ).

 

L’enjeu de l’évolution nécessaire du système de retraite est de surmonter les problèmes démographiques (papy-boumeurs) qui risquent de mettre à mal la retraite par répartition. Pour cela, il convient évidemment de mettre à contribution le travail ET le capital. De manière équilibrée. Tè ! Fumes ! Sarko a tranché, en bonne petite marionnette du Medef : le travail est accablé tandis que le capital est quasiment épargné, les mesurettes dérisoires le touchant n’étant que des leurres et des instruments de communication. C’est là-dessus que nous allons entendre baver des sarko-trafiquants de service sur les médias à la botte.

 

Selon Eric Aubin, responsable des retraites à la CGT : "Les mesures qui seraient imposées aux salariés seraient de l'ordre de 22,6 milliards d'euros alors que les mesures demandées aux ménages plus aisés et aux entreprises seraient de l'ordre de 4,4 milliards". Soit un effort demandé touchant cinq fois plus les salariés que les riches et les entreprises !

 

Le but n’est pas réellement de mettre en place un système de retraite viable et juste, mais avant tout d’envoyer un signal aux marchés et aux partenaires européens. Pour cela, Microlax 1er a choisi de faire payer les pauvres et ceux qui ont commencé à travailler tôt en épargnant actionnaires, entreprises et pleins de thunes. On ne pouvait évidemment pas attendre autre chose de cette bande de nuisibles inféodés aux financiers véreux et aux patrons voyous.

 

La riposte doit être massive, puissante, multiple. Il faut évidemment aller en masse à la manif prévue par les syndicats le 24 juin. Mais chacun de nous peut aussi agir auprès du député de sa circonscription. Le texte viendra en débat à l’Assemblée et septembre. D’ici là, chacun de nous peut interpeller, pas lettre, par courriel, son député et lui faire clairement savoir que sa réélection (dans deux ans) sera largement conditionnée par son attitude et son vote lors du débat.

 

C’est la guerre (des classes). Tous les moyens sont bons pour la gagner. Sarko compte sur cette « mère de toutes les réformes » pour se refaire la cerise et nous en remettre pour cinq ans de bagne. Il faut donc faire échouer cette « réforme » inique, scandaleuse afin qu’il soit enfin renvoyer à sa vraie place, aux poubelles de l’histoire.

 

Banzaïe !

 

 

Les commentaires sont fermés.