Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/06/2011

Au Bistro de la Toile : Omar m'a tuer ?

chimulus bistro copie.jpg
 
 

- « Omar m’a tuer ». Cette phrase aurait dû éliminer d’emblée le jardinier marocain de la liste des assassins potentiels de la riche Mme Marchal.

 

- Pourquoi ? Eh ! Oh ! Victor, tu planes ou quoi ? On trouve sur les lieux de ce crime – ancien maintenant et bien oublié – le nom en lettres du sang de la victime. Evidemment marqué par elle. Et ça ne te suffit pas ?

 

- Raisonnement de bourrin de base. Si facile de mettre sur le dos d’un être frustre, pauvre, étranger de surcroit un crime sordide. Il faut très vite un coupable, on en a un plausible, désigné de la main même de la victime. Lumineux. Bon sang mais c’est bien sûr ! Allez hop, affaire classée. A la casserole le Omar ! Inutile de chercher plus loin des histoires de gros intérêts.

 

- Mais enfin Victor, elle l’a elle-même désigné son assassin, la mourante ! Qu’est-ce qu’il te faut de plus ?

 

- Justement. Au niveau sémantique, cette phrase est écrite non pas par une mourante mais par une morte. On s’est focalisé sur la faute d’orthographe de « tuer » et on a oublié cette évidence : la phrase écrite au passé implique que la personne qui l’écrit… est morte ! Grossier, grotesque. Ensuite, tous ceux qui ont approché la mort violente de près savent qu’en ces circonstances, on n’envisage pas une seconde, mais alors pas une seconde, jusqu’au dernier instant, de mourir ! On est vivant ! Jusqu’au bout. On ne peut donc pas écrire comme si l’on était mort ! Elémentaire mon cher Watson… Enfin, dans ces circonstances, on pense à sauver sa peau, pas à faire de la littérature ni à fomenter une quelconque dénonciation.

 

- Mouais. Tu me sèmes le trouble là Victor.

 

- J’espère bien. Il n’empêche que cela a coûté des années de placard a un pauvre type…

 

 

Merci à Chimulus

 

 

Allez, un peu d'humour: http://www.youtube.com/watch?v=de8tj3UmEqI&feature=youtube_gdata_player

 

 

Quatridi 4 messidor 219 de l'ère de la liberté

Les commentaires sont fermés.