Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/06/2011

Nucléaire : inconscience et omerta

centrale de Paluel.jpg
 

Inconscience avec le prolongement de fonctionnement de la centrale hyper vétuste de Fessenheim, omerta avec ce qui se passe à la plus grosse centrale française, celle de Paluel, entre Dieppe et Fécamp, dans la Manche. Voilà ce que révèlent ceux qui sont réellement sur le tas, les ouvriers de cette centrale, à travers un communiqué syndical interne:

 

Centrale de Paluel: EDF sur les traces de Tepco ?

 

Voilà de nombreux mois qu'une fuite d'iode radioactif existe dans l'une des tranches de la centrale de Paluel. 

 

Cela a commencé en plein hiver 2011, dans une période la demande d'électricité était la plus forte. Le CHS-CT s'en est saisi, et a engagé toutes les procédures nécessaires; Le syndicat CGT, de même. Mais rien n'y fait !

 

EDF a décidé de ne pas arrêter la tranche incriminée, et de poursuivre coûte que coûte la production; il faut que l'argent rentre coûte que coûte ! EDF attend, semble-t-il, le prochain arrêt de tranche prévu à l'automne pour intervenir plus efficacement, sous prétexte que, d'ici cette date, le seuil maximum légal de milisievert n'aura pas été atteint.

 

En attendant, elle a tout de même envoyé des salariés dans le bâtiment réacteur en pleine puissance, pour repérer l'origine de la fuite et son ampleur. Faire intervenir des salariés dans le bâtiment réacteur en  puissance, c'est-à-dire alors que la tranche est en fonctionnement, cela ne s'est jamais vu !

 

Alors que Régis Debray, invité à l'émission de Marc Voinchet sur France Culture le 15 juin dernier, développait, dans l'échange qu'il a eu avec les journalistes, l'idée que dans les démocraties occidentales personne n'engage plus sa vie comme ce fut le cas pendant les grandes guerres (14-18, et 39-45), des salariés de la centrale de Paluel l'ont pourtant fait; c'est en France et en 2011 ! Et les salariés des entreprises sous-traitantes d'EDF le font d'ailleurs régulièrement. Il n'y a que dans les salons que l'on fait mine de croire que personne en France ne risque sa vie au travail en le sachant !

 

Pourquoi ? La direction de la centrale a, ici, fait pression sur les salariés, en déclarant que s'ils n'intervenaient pas, et si l'on arrêtait la tranche, la Bretagne risquerait de ne plus avoir d'électricité.

 

Il est vrai que, et tout le monde fait mine de l'oublier, l'entreprise n'est pas un lieu de démocratie. Merci à EDF de nous le rappeler !

 

Mais pour la CGT, Sécurité nucléaire = respect des salariés ! Et ce respect passe par le respect des Instances Représentatives du Personnel ! Le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas ce qui se passe à Paluel aujourd'hui !

 

 

Quintidi 5 messidor 219

Les commentaires sont fermés.