Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/07/2011

Pendant le bronze-cul, les sarko-saloperies continuent.

big brother sarko.jpg
 

Le 7 juillet – date sûrement pas choisie au hasard – 11 députés seulement (7 de la majorité, 4 de l’opposition) ont voté la loi la plus liberticide commise par les sarkonuisibles, pourtant forts généreux en la matière (Le nombre de fichiers policiers a augmenté de 169% depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, en 2002 : plus de la moitié des 70 fichiers recensés ont été créés sous son autorité. Dans le même temps, le Parlement a voté pas moins de 42 lois sécuritaires. On aurait pu penser qu'à ce train-là, le problème de l'insécurité devrait avoir été au moins partiellement réglé ! Ben voyons !

 

Il s’agit de la loi dite « de la protection de l’identité ». Vous vous souvenez que le terrain a été préparé dans le courant de l’année par des reportages sur les malheurs – authentiques – de personnes dont l’identité a été usurpée. C’est un phénomène croissant mais qui, d'après la police, ne représenterait pas plus de 15.000 faits constatés par année. De plus, la loi LOPPSI II a, précisément, en mars dernier, créé un délit d'usurpation d'identité...

 

A partir de ce prétexte, et en tripatouillant les statistiques (voir l'avis de la Cour des Comptes, qui vient de publier un rapport particulièrement sévère sur les manipulations statistiques du ministère de l'Intérieur), le gouvernement va créer un « fichier des gens honnêtes ». En pratique, il s’agit d’ajouter à la future carte d'identité (pas obligatoire, ne l’oublions pas ! ) une puce électronique pour être identifié auprès des services de sécurité, ainsi qu’une seconde puce facultative pour les services et le commerce électronique ( !!!???). Il s’agit aussi et surtout créer une base de données centralisée des empreintes digitales et photographies de leurs titulaires. Cette base de données  répertoriera les noms, prénoms, sexe, dates et lieux de naissance, adresses, tailles et couleurs des yeux, empreintes digitales et photographies de 45 millions de Français voire, à terme, de l’ensemble de la population. Prochaine étape, la puce RFID implantée obligatoirement à la naissance?!

 

Le Conseil d'État, la CNIL et la Cour européenne des droits de l'homme se sont d'ores et déjà prononcés contre ce type de fichage biométrique généralisé de personnes innocentes de tout crime ou délit, pour la simple et bonne raison qu'il s'agit là d'une violation manifeste de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, de la convention sur la protection des données du Conseil de l’Europe, et de la loi informatique et libertés. Que répondent les sarkonuisibles ? Tè ! Fumes… Et ils font passer leur saloperie en catimini, la nuit des grands départs en vacances, par 7 députés contre trois. Au fait où étaient-ils les députés de l’opposition ? Ils la connaissaient cette proposition de loi, ils savaient qu’elle était présentée. Ils sont donc tout aussi coupables.

 

L’objectif est donc clair : fliquer tout le monde. Mais s’y ajoute un objectif plus sordide, totalement mercantile, révélant l’inféodation de Sarko et des membres de son clan, gouvernement et UMP compris, aux forces financiéro-industrielles qui les manipulent comme autant de marionnettes dociles. L’objectif caché, c’est de soutenir les industriels de l'identification biométrique, dont les leaders sont français, comme l'a reconnu Jean-René Lecerf, l'auteur de la proposition de loi, en déclarant sobrement que "les entreprises françaises sont en pointe mais elles ne vendent rien en France, ce qui les pénalise à l’exportation par rapport aux concurrents américains" (voir Fichons bien, fichons français).

Philippe Goujon, le rapporteur de la proposition de loi à l'Assemblée a été encore plus clair, ne cherchant même pas à cacher qu'il s'agit là d'une opération de « patriotisme économique » résultant d'une campagne de lobbying : « Comme les industriels du secteur, regroupés au sein du groupement professionnel des industries de composants et de systèmes électroniques (GIXEL), l’ont souligné au cours de leur audition, l’industrie française est particulièrement performante en la matière : les principales entreprises mondiales du secteur sont françaises, dont 3 des 5 leaders mondiaux des technologies de la carte à puce, emploient plusieurs dizaines de milliers de salariés très qualifiés et réalisent 90 % de leur chiffre d’affaires à l’exportation. Dans ce contexte, le choix de la France d’une carte nationale d’identité électronique serait un signal fort en faveur de notre industrie.»

 

Raison de plus pour dire à Sarko et ses sarko-trafiquants au printemps prochain :

« DE-GA-GEZ ! »

 

Sources 

 

Octidi 8 thermidor 219

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.