Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2011

Ouiquinde érotique avec Pierre de Ronsard

aphrodite tableau.jpg
 
 

 

Un peu plus soft que le grand Dudule, fleuretons avec Pierrot-tige-d’or

 

Mignonne, allons voir si la rose

 

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

 

 

Marie, baisez-moi ; non, ne me baisez pas

 

Marie, baisez-moi ; non, ne me baisez pas,
Mais tirez-moi le cœur de votre douce haleine ;
Non, ne le tirez pas, mais hors de chaque veine
Sucez-moi toute l'âme éparse entre vos bras ;

Non, ne la sucez pas ; car après le trépas
Que serais-je sinon une semblance vaine,
Sans corps, dessus la rive, où l'amour ne démène
(Pardonne-moi, Pluton) qu'en feintes ses ébats ?

Pendant que nous vivons, entr'aimons-nous, Marie,
Amour ne règne pas sur la troupe blêmie
Des morts, qui sont sillés d'un long somme de fer.

C'est abus que Pluton ait aimé Proserpine ;
Si doux soin n'entre point en si dure poitrine :
Amour règne en la terre et non point en enfer.

 

Photo X - Droits réservés

 

Duodi 12 thermidor 219

 

29/07/2011

« Demandez du chômeur ! Jeunes, vieux, mâles, femelles ! C’est pas cher en Sarkoland ! »

marché bestiaux.jpg
 
 

 

 

- Holà ! Sieur Paul Hamploi, qu’avez-vous en rayon ?

- De tout, dame Maidef, et des pleins bataillons !

Grace à la politique de votre ami Sarko

Les chômeurs prolifèrent comme des asticots,

Trente-trois mille en plus pour le seul mois de juin

De l’homme, de la femme, du jeune, de l’ancien,

Du Catégorie A, élevé sous la mère,

Et en plus pour pas cher, c’est vraiment des affaires.

Tâtez donc ! C’est du bon ! Et je fais des promos !

J’ai du jeune apprenti pour gratis pro deo,

Et puis du tout-venant, sans beaucoup de diplômes,

A des prix attractifs, autant femmes que hommes

J’ai du black, du bronzé, sans papiers, mais pas tous,

Pour pouvoir, sans faiblir, faire suer le burnous !

Si vous calculez bien, chaque unité de viande

Docile, bien formée, et très obéissante

Ne vous revient à rien ! Tout gratos ! Tout Bénef !

Qu’est-ce qu’on dit à Sarko ? Chère Dame Maidef ?

Sans compter qu’avec ça, profitant de la crise

Jetez donc à la rue toutes vos tempes grises !

Les anciens travailleurs, ça pue, ça coûte cher,

Remplacez-les par de la jeune et tendre chair !

 

- Si fait mais du senior docile et bien formé,

Pas des premières mains, mais point trop abîmés,

Pas trop vieux, ayant des besoins alimentaires,

Je peux leur confier des boulots secondaires

Mais je ne veux payer leur savoir, leur fatigue

Qu’avec quelques kopecks, quelques poignées de figues.

 

- J’ai tout ça en rayon. Pas cher. Charges comprises.

Mon meilleur pourvoyeur, grâce à vous, c’est la crise !

La crise permettant de beaux plans sociaux,

Qui met les travailleurs au niveau des bestiaux,

Pour goinfrer grassement vos amis actionnaires

Car tout licenciement rend la bourse haussière !

Qu’importe si l’Etat s’écroule sous la dette

Vous pouvez, au Fouquet’s, continuer la fête !

Qu’est-ce qu’on dit à Sarko ? Chère Dame Maidef ?

- Un grand merci bien sûr ! J’achète derechef !

 

Photo X - Droits réservés

 

Primidi 11 thermidor 219

 

 

28/07/2011

Ethiopie, Somalie, Kénia : les crève-la-faim et les voleurs de terre.

famine mère et enfants.jpg
 
 

Elles vous filent la mauvaise conscience, ces colonnes de crève-la-faim déambulant sous un soleil tueur dans des paysages désolés, au milieu de carcasses de bestiaux, avec pour but quelque camp de réfugiés où des ONG tenteront de sauver quelques gosses…

Douze millions de personnes sont concernées par cette crise alimentaire qui sévit principalement dans cinq pays: la Somalie, le Kenya, l'Ethiopie, l'Ouganda et Djibouti.

Ce sont des facteurs climatiques qui ont déclenché la situation, "sur un terreau de sous-développement économique et de crise politique", précise Jean-Cyril Dagorn d’Oxfam France. Les deux dernières saisons des pluies ont été très en deçà de la pluviométrie habituelle dans la Corne de l’Afrique.

Dans cette région, les populations ont pour habitude de creuser des points d’eau pour recueillir l’eau de pluie. En raison de la sécheresse, ces points d’eau sont asséchés et le niveau des nappes phréatiques a baissé.

Les habitants sont pour la plupart des éleveurs et dans une moindre mesure des cultivateurs. Or, l’absence d’eau a entrainé comme double conséquence le manque de fourrage pour le bétail et un déficit céréalier.

Enfin, autre circonstance aggravante: la hausse des cours du prix du pétrole, qui a une incidence sur les prix alimentaires mondiaux, fragilise les populations urbaines qui importent les produits.

Dans certaines zones, la sécheresse est venue s’ajouter à un contexte de crise déjà sévère. C’est le cas en Somalie, en proie à des combats depuis le début des années 1990. Dans ce pays, contrôlé en grande partie par les « shebab », des milices proches d’Al-Qaïda, les combats créent un climat d’insécurité depuis vingt ans, ce qui a un impact sur la circulation des marchandises et provoque des déplacements de population.

Par exemple, le camp de réfugiés de Dadaab situé au Kenya voit arriver massivement des réfugiés somaliens. Prévu pour accueillir 90.000 personnes, il en compte actuellement presque 400.000.

Mais il y a autre chose : la véritable razzia sur les terres les plus riches perpétrée par des prédateurs qui achètent des millions d’hectares de terres arables dans les pays pauvres du sud (http://www.grain.org/m/?id=213), avec la complicité de la Banque mondiale et même d’agences spécialisées de l’ONU, mais aussi des gouvernements locaux dont les responsables corrompus par des flots de pognon bradent souvent pour l’euro symbolique (mais de grasses « commissions » pour eux !) des pans entiers de leurs pays. L’accaparement des terres agricoles des pays du sud est la dernière saloperie de la spéculation mondiale. Celle-ci est le fait à la fois de pays (Chine, Corée du Sud, Arabie saoudite, Libye, Qatar, etc.) et d’investisseurs privés (fonds de pensions, banques, etc.). L’Ethiopie, la Somalie, le Kénia sont mis en coupe réglée par ces voleurs de terres.

Certains de ces accords sont présentés comme une nouvelle manière de satisfaire les besoins de la sécurité alimentaire de pays qui dépendent des marchés extérieurs pour se nourrir eux-mêmes, comme le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Corée du Sud ou la Chine. D’autres sont exposés sans détour pour ce qu’ils sont en réalité : des contrats d’affaires et de nouvelles opportunités de bénéfices très intéressantes. L’accaparement des terres, qui vise des taux de bénéfices de 20 % pour les investisseurs, est tout bonnement une question de spéculation financière.

Il s’agit ni plus ni moins de banditisme d’état, de colonialisme même pas déguisé derrière un apport de « civilisation ». Les acquisitions de terre à grande échelle sont conçues pour ouvrir de nouveaux espaces à une agriculture de plantation, une agriculture industrielle, destinée à l’exportation. Les bulldozers arrivent, dégagent tout, détruisent les villages et chassent les paysans locaux avec l’aide des flics, accaparent la terre mais aussi l’eau et plantent, qui du faux riz Basmati, qui des palmiers à huile, qui du soja OGM, qui des millions de roses et d’orchidées sous serre Kénia)… Ceci avec force pesticides, engrais chimiques et autres poisons qui salopent la terre et les cours d’eau.

L’accaparement des terres prive les paysans, les populations autochtones, les pêcheurs et les nomades de vastes étendues de terres, et leur en interdit l’usage, aujourd’hui et demain, mettant sérieusement en péril leurs droits à l’alimentation et la sécurité de leurs moyens de subsistance. L’accaparement des terres capte aussi toutes les ressources en eau existant sur les terres, en amont et aux alentours, résultant de fait en une forme de privatisation de l’eau. L’accaparement des terres est intrinsèquement lié à la violation de la législation internationale sur les droits humains : évictions forcées, réduction des critiques au silence (ou pire), introduction de modèles fonciers et agricoles non durables qui détruisent les environnements naturels et épuisent les ressources naturelles, flagrant déni d’information, et empêchement des personnes de participer aux décisions politiques qui affectent leur vie. (Cliquez ici pour voir plus d'informations / le rapport )

L’Unicef, avec sa campagne d’urgence pour aider ces victimes de l’avidité et de la cupidité, fait ce qu’elle peut en en appelant à la charité. Mais ce n’est pas de charité qu’ont besoin ces pauvres gens, mais de justice.

 Sources

http://www.youphil.com/fr/article/04160-l-somalie-famine-humanitaires?ypcli=anohttp://www.oxfamfrance.org/Conference-des-donateurs-a-Nai...

Photo X - Droits réservés.

Décadi 10 thermidor 219

 

 

 

27/07/2011

Pendant le bronze-cul, les sarko-saloperies continuent.

big brother sarko.jpg
 

Le 7 juillet – date sûrement pas choisie au hasard – 11 députés seulement (7 de la majorité, 4 de l’opposition) ont voté la loi la plus liberticide commise par les sarkonuisibles, pourtant forts généreux en la matière (Le nombre de fichiers policiers a augmenté de 169% depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, en 2002 : plus de la moitié des 70 fichiers recensés ont été créés sous son autorité. Dans le même temps, le Parlement a voté pas moins de 42 lois sécuritaires. On aurait pu penser qu'à ce train-là, le problème de l'insécurité devrait avoir été au moins partiellement réglé ! Ben voyons !

 

Il s’agit de la loi dite « de la protection de l’identité ». Vous vous souvenez que le terrain a été préparé dans le courant de l’année par des reportages sur les malheurs – authentiques – de personnes dont l’identité a été usurpée. C’est un phénomène croissant mais qui, d'après la police, ne représenterait pas plus de 15.000 faits constatés par année. De plus, la loi LOPPSI II a, précisément, en mars dernier, créé un délit d'usurpation d'identité...

 

A partir de ce prétexte, et en tripatouillant les statistiques (voir l'avis de la Cour des Comptes, qui vient de publier un rapport particulièrement sévère sur les manipulations statistiques du ministère de l'Intérieur), le gouvernement va créer un « fichier des gens honnêtes ». En pratique, il s’agit d’ajouter à la future carte d'identité (pas obligatoire, ne l’oublions pas ! ) une puce électronique pour être identifié auprès des services de sécurité, ainsi qu’une seconde puce facultative pour les services et le commerce électronique ( !!!???). Il s’agit aussi et surtout créer une base de données centralisée des empreintes digitales et photographies de leurs titulaires. Cette base de données  répertoriera les noms, prénoms, sexe, dates et lieux de naissance, adresses, tailles et couleurs des yeux, empreintes digitales et photographies de 45 millions de Français voire, à terme, de l’ensemble de la population. Prochaine étape, la puce RFID implantée obligatoirement à la naissance?!

 

Le Conseil d'État, la CNIL et la Cour européenne des droits de l'homme se sont d'ores et déjà prononcés contre ce type de fichage biométrique généralisé de personnes innocentes de tout crime ou délit, pour la simple et bonne raison qu'il s'agit là d'une violation manifeste de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, de la convention sur la protection des données du Conseil de l’Europe, et de la loi informatique et libertés. Que répondent les sarkonuisibles ? Tè ! Fumes… Et ils font passer leur saloperie en catimini, la nuit des grands départs en vacances, par 7 députés contre trois. Au fait où étaient-ils les députés de l’opposition ? Ils la connaissaient cette proposition de loi, ils savaient qu’elle était présentée. Ils sont donc tout aussi coupables.

 

L’objectif est donc clair : fliquer tout le monde. Mais s’y ajoute un objectif plus sordide, totalement mercantile, révélant l’inféodation de Sarko et des membres de son clan, gouvernement et UMP compris, aux forces financiéro-industrielles qui les manipulent comme autant de marionnettes dociles. L’objectif caché, c’est de soutenir les industriels de l'identification biométrique, dont les leaders sont français, comme l'a reconnu Jean-René Lecerf, l'auteur de la proposition de loi, en déclarant sobrement que "les entreprises françaises sont en pointe mais elles ne vendent rien en France, ce qui les pénalise à l’exportation par rapport aux concurrents américains" (voir Fichons bien, fichons français).

Philippe Goujon, le rapporteur de la proposition de loi à l'Assemblée a été encore plus clair, ne cherchant même pas à cacher qu'il s'agit là d'une opération de « patriotisme économique » résultant d'une campagne de lobbying : « Comme les industriels du secteur, regroupés au sein du groupement professionnel des industries de composants et de systèmes électroniques (GIXEL), l’ont souligné au cours de leur audition, l’industrie française est particulièrement performante en la matière : les principales entreprises mondiales du secteur sont françaises, dont 3 des 5 leaders mondiaux des technologies de la carte à puce, emploient plusieurs dizaines de milliers de salariés très qualifiés et réalisent 90 % de leur chiffre d’affaires à l’exportation. Dans ce contexte, le choix de la France d’une carte nationale d’identité électronique serait un signal fort en faveur de notre industrie.»

 

Raison de plus pour dire à Sarko et ses sarko-trafiquants au printemps prochain :

« DE-GA-GEZ ! »

 

Sources 

 

Octidi 8 thermidor 219

 

 

 

 

26/07/2011

ASTRID soulève son suaire pour aguicher les nucléocrates.

Astrid-schema-1.jpg
 
  

Un groupe d’ingénieristes emmené par Assystem vient de se voir notifier un contrat d'une durée de 44 mois d'Assistance à Maîtrise d'Ouvrage avec le CEA pour les études d'avant-projet du réacteur prototype de 4e génération. C’est le premier pas vers « Astrid », contraction mignonne, sexy du sabir « Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration ». 

Astrid, c’est le nouveau Phénix. Le voilà prêt à renaître de ses cendres celui-là. Le pionnier des réacteurs au plutonium, en fonctionnement à Marcoule depuis 1973, a été définitivement arrêté il y a deux ans, en mars 2009. Phénix, c’était le prototype des surgénérateurs, le rêve de tous les têtes d’œufs de l’industrie nucléaire : la bête produit plus de combustible qu’il n’en consomme, et fait de l’électricité ! Formidable non ? Mouais… Après l'enthousiasme des débuts, les surgénérateurs ont connu l'échec. Le bide de Superphénix est encore dans les mémoires. Mais ils pourraient connaître un retour en grâce. Grace à… Astrid !

 

 

 

 

La décision de construction de cette horreur est-elle définitive ? Elle l'est... mais uniquement sur le choix du site. Le CEA en est sûr: ce sera Marcoule. En effet, Marcoule dispose de capacités foncières disponibles importantes et de capacités techniques majeures résultant de la présence du CEA, d’Areva et de l’expérience du réacteur expérimental Phénix… Ce qui l'est moins, pour le moment, c'est bien la décision finale de l'État de lancer le projet. En fait, dans le calendrier, la première échéance fixée par la loi de 2006 se situe fin 2012, date à laquelle les pouvoirs publics devront pouvoir disposer de premiers éléments budgétaires (investissements, coût de fonctionnement, partenariats éventuels) et techniques. Plusieurs indices laissent à penser que la France va s'engager dans cet impasse. D'abord, parce que Sarko, marionnette inféodée aux intérêts du clan des nucléocrates, a proclamé à maintes reprises sa volonté de poursuivre dans la voie du nucléaire. Ensuite, parce que son gouvernement a choisi de consacrer 650 M€ issus du grand emprunt à ce projet. Pour écarter cette redoutable menace, il convient de tout faire pour virer Sarko et sa bande en 2012, avant toute décision définitive concernant Astrid.

 

 

 

 

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire" le réacteur dit de « 4ème génération » Astrid ne serait qu’une  pure invention publicitaire de l'industrie nucléaire. La supposée « génération 4 » n’est en réalité que le recyclage de vieux projets qui avaient été auparavant écartés par l'industrie nucléaire. Le réacteur de 4ème génération c'est le retour des surgénérateurs de type Superphénix... Des années 60 aux années 80 le programme français reposait sur les réacteurs à eau pressurisée (REP) et un développement significatif des réacteurs à neutrons rapides (RNR) fonctionnant en mode surgénérateur. Il était envisagé qu'en l'an 2000 les RNR surgénérateurs représenteraient 30% du parc… Bonjour les dégâts !

C'est la raison du développement civil du retraitement des combustibles REP avec la construction des usines du site de La Hague. Usine hyper polluante dont la filière « surrégénération » est la seule justification. Pour donner un peu de « pep » à la chose, à la différence des centrales nucléaires «conventionnelles», et à l'inverse de tout ce qui est déclaré par la propagande officielle, les surgénérateurs peuvent, par accident, faire explosion à la façon d'une bombe atomique. En effet, ils peuvent être le siège d'une réaction en chaîne dite « sur critique prompte en neutrons rapides », particularité que seule la bombe atomique possède également. La variété d'explosion atomique dont un surgénérateur peut être le siège porte le nom rassurant d '« excursion nucléaire ».

Rappel : Superphénix (qui n'a jamais fonctionné correctement) comportait environ 35 tonnes de combustible nucléaire, dont 5 tonnes de plutonium, et les expériences d'excursion nucléaires n'ont jamais concerné que quelques kilogrammes de matière fissile. Il est clair qu'étant donné l'extraordinaire toxicité radioactive des aérosols de plutonium, l'expulsion même partielle des 5 tonnes de plutonium de Superphénix dispersés ou volatilisés par l'excursion nucléaire constituerait une catastrophe sans précédent. Car 1/1.000.000 ème de gramme de plutonium inhalé suffit à provoquer un cancer et 8 kilos sont suffisants pour faire une bombe atomique de type Nagasaki ! La vie en rose ! Tchernobyl, Fukushima, aimables plaisanteries…

Astrid, c’est Superphénix  qui change de nom, d’aspect probablement mais avec une base technologique identique… Le principal inconvénient de cette filière provient du sodium, liquide qui s'enflamme au contact de l'air et de l'eau. On ne se sait pas, à l’heure actuelle, éteindre un feu de quelques centaines de sodium ! (A titre indicatif, il y en a 6.000 tonnes dans Superphénix, et combien prévues dans Astrid ?).

Voilà ce que l’on nous promet dans la vallée du Rhône – chez moi ! -, ceci grâce à la « culture nucléaire » avec laquelle, depuis un demi-siècle les « Marcoulins » enfument les populations locales.

Comment se fait-il que l'industrie nucléaire puisse se faire attribuer, sans que jamais l'avis de la population ne soit sollicité, des budgets toujours plus importants, en échange de belles promesses ? Une manne pécuniaire gigantesque, sans limites, prélevée sur les impôts et le travail des français, non répercutée dans le prix du Kwh vendu par EDF, masquant ainsi le vrai coût de la filière nucléaire

Population inactive aujourd’hui, radioactive demain…

N’oubliez pas : pour écarter cette redoutable menace, il convient de tout faire pour virer Sarko et sa bande en 2012.

 

 Septidi 7 thermidor 219

 

 

25/07/2011

Pendant les vacances, une énorme sarko-saloperie révélée !

Les documents Takieddine. le financier secret qui met en danger le clan Sarkozy

 

Il est le suspect n°1 dans le volet financier de l'affaire Karachi. Il est aussi celui dont les secrets mettent en danger la présidence de la République. Mediapart dévoile une série de documents et de photos inédites entre l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine et le premier cercle du chef de l’État. Sont concernés: Brice Hortefeux, Thierry Gaubert, Jean-François Copé, Claude Guéant, Pierre Charon, Dominique Desseigne...

Lire la suite

23/07/2011

Ouiquinde paillard : redécouvrons les classiques

 

priape2.jpg

 

Voici une version écrite puis une version joliment chantée de ce grand classique indispensable pour les bringues de l'été !

 

Il était deux amants
Qui s'aimaient tendrement;

Ils étaient heureux

Et du soir au matin

Ils allaient au turbin,

Le coeur plein d'entrain.

A l'atelier, ses copin's lui disaient:

 "Pourquoi qu' tu l'aim's, ton Dudule?

 Il est pas beau, il est mal fait";

Mais elle, tendrement, répondait:

 "Z' en fait's pas, tagadagada,

Les amies, tiguidiguidi,

 Moi c' que j'aime en lui."

Refrain

"C'est la gross' bite à Dudule,
J' la prends, j' la suce, elle m'encule,

Ah! que c'est bon que c'est chaud, que c'est rond

 Quand il m' la cal' dans l'oignon'

 C'est pas un' bite ordinaire

 Quand il m' la fout dans l'derrière,

J'm'en sens soudain toute remplie

Du cul jusqu'au nombril,

A Dudu-ule"

 Ça durait d'puis longtemps
Entre les deux amants,

Ça dev'nait gênant;

Voilà que d'jour en jour

S'accroissait leur amour,

C'était pour toujours.

Quand un' bell' fill' pas trop mal fagotée

Vint lui chiper son Dudule,

L'était pas beau, l'était mal fait,

 Mais elle, tendrement, répondait:

 "Z' en faites pas, tagadagada,

Les amies, tiguidiguidi

Moi c' que j'aime en lui."...

Refrain

 J'étais seule un beau soir,
J'avais perdu l'espoir,

Je broyais du noir;

 Mais voilà que l'on sonne,

Je n'attendais personne,

Je reprends espoir

Mon petit coeur se mit à fair' boum-boum'

 Si c'était là mon Dudule?

L'était pas beau, l'était mal fait

 Mais moi, tendrement, je l'aimais

 J'ouvr' la porte, tagadagada,

 J' tends les bras, tagadagada

Et qu'est-ce que je vois?

Refrain

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x67t7w_la-bite-a-dudule_people

 

Quintidi 5 thermidor 219

 

Photo X - Droits réservés

22/07/2011

Les dessous de sous dissous...

tropicalboy aide grèce et moi.jpg
 
 

En voilà du bon pognon qui va sortir de nos poches pour aller engraisser les fonds spéculatifs et les banques !

Oui mais les banques vont être mises à contribution ! « Sur la base du volontariat » et sans taxation. Autrement dit : Tè ! Fumes…

 

http://www.mediapart.fr/journal/international/210711/docu...

 

Quatridi 4 thermidor 219

 

Merci à Tropicalboy

21/07/2011

Le scandale de l’EPR : exigeons l’arrêt de ce terrorisme d’Etat.

 

flamanville sarko.jpg

 

 

 

 

Il faut vraiment que ça fume sous la casquette des nucléocrates pour que même les canards laquais, les lucarnes à décerveler et les boites à bobards admettent du bout des lèvres le fiasco le l’EPR : EDF a été contraint de reconnaitre, ce mercredi 20 juillet, un retard supplémentaire de deux ans  (donc quatre ans de retard au total…pour l’instant !) sur le chantier du réacteur nucléaire dit de 3e génération EPR de Flamanville (Manche). Les premiers kW de cette horreur seraient livrés courant 2016. Rappelons que l’EPR d'Olkiluoto, en Finlande, commencé en 2005, accuse lui aussi quatre ans de retard ! Quant au coût estimé, il a doublé et passera ainsi de 3,3 Mds d'euros à 6 Mds d'euros, pour l’instant toujours ! A noter qu’en Finlande, l’énorme surcoût est évidemment assumé par Areva, c'est-à-dire par vous et moi… A Flamanville idem bien sûr.

 

Tout ceci sans tenir compte du fait que le coût annoncé ne prend pas en compte ni l'assurance, ni l'élimination des déchets, ni le démantèlement ! Pour la simple raison que les nucléocrates, dans leur schizophrénie, ne savent pas déconstruire les installations obsolètes, ne savent pas combien coûteront les études pour y arriver, ne savent pas chiffrer le stockage, le gardiennage de leurs déchets pendant des décennies, voire des siècles et des millénaires. Ces argounias laissent sur les sites des centrales des monceaux de saloperies contaminées pour des millénaires : bétons, ferrailles, bouts de fers, tuyaux en tous genres, cuves, valves, pompes, etc. Le pire, c’est que le bon peuple, conditionné par un demi-siècle d’omerta et de bourrage de crâne, est persuadé d’avoir un excellent cocktail énergétique ! Mais le prix affiché par EDF est totalement bidon : il ne tient compte ni du prix du démantèlement, ni de celui du stockage des déchets. Les « provisions » d’EDF pour ce faire sont sans commune mesure avec des besoins…non chiffrables ! Alors toutes ces dépenses sont prisent en charge par le budget de l'État, sous forme de subventions occultes, d'allocations diverses, toujours dans l’opacité la plus complète.

 

L’EPR est merdique. Sa construction foire aussi bien en Finlande qu’à Flamanville.

- Où qu'on le construise, l'EPR sera dangereux.

- Il produit des déchets nucléaires qu'il faudra stocker durant des millions d'années. Pour chaque mégawatt d'électricité produite en un an, chaque centrale produit la radioactivité à vie courte et à vie longue d'une bombe d'Hiroshima. Deux EPR à 1600 MWe chacun produiront la radioactivité de 3200 bombes d'Hiroshima !

- Partout où des hommes travaillent, les erreurs humaines sont possibles.

- L'EPR est gigantesque au lieu d'être sûr. L'organisation internationale des médecins pour la prévention d'une guerre atomique IPPNW dénonce la capacité de 1600 MW comme un abandon des normes de sécurité. C'est pour éviter une explosion des prix de l'électricité que EDF et Areva privilégient le gigantisme au détriment de la sécurité.

- Les systèmes de sécurité passifs de l'EPR ne sont pas suffisants, armatures et pompes sont toujours entraînées par motrices, qui peuvent s'arrêter à la moindre panne de courant. La seule innovation de l'EPR est le réservoir destiné, en cas d'accident majeur, à recevoir et refroidir le cœur en fusion. Pour ce faire, il faudrait d'une part que le bassin soit absolument sec, sans quoi les risques d'explosion de vapeur sont très élevés, et d'autre part, il faudrait recouvrir d'eau le cœur en fusion, ce qui provoquerait justement ces explosions de vapeur à éviter... De plus, à l’heure actuelle, aucun alliage ne résiste à un cœur en fusion. Cela n’existe pas !

- Et pour l'EPR, des gens mourront dans les mines d'extraction, par les radiations proches des centrales, dans les usines de plutonium (dites de retraitement) et d'enrichissement d'uranium.

- Comme toute autre centrale nucléaire conventionnelle, l'EPR produira des rejets radioactifs lors de son fonctionnement dit « normal ».

- Destiné à l'exportation, l'EPR aggrave donc le risque que de nouveaux pays entrent en possession de la bombe atomique.

- Le projet EPR a commencé bien avant les événements du 11 septembre 2001. L'EPR n'est pas prévu pour faire face à une éventuelle attaque terroriste. Une attaque terroriste ou un accident nucléaire majeur rendraient une grande partie de l'Europe inhabitable pour toujours.

- Un pays possédant des centrales nucléaires est à la merci de tous les chantages.

- L'industrie nucléaire est tournée vers le passé alors qu'une vraie préparation de l'avenir exige le développement des alternatives.

 

Savez-vous aussi qu'une pénurie d'uranium dans moins de dix ans précédera le déclin de la production d'uranium qui interviendra vers 2025.

 

Alors, si les réacteurs doivent être arrêtés par manque de combustible, pourquoi en construire de nouveaux ?

 

Eh ! Sarko, deviens enfin un homme d’état digne de ce nom, oublie tes amis et pense au peuple qui t’a – hélas ! – élu.

 

Et vous, les prétendants au remplacement de Calamity-Sarko, engagez-vous sans tarder sur l’arrêt du programme EPR, sur un calendrier de sortie totale du nucléaire, sur la fin de ce terrorisme d’état.

 

 Tridi 3 thermidor 219

 

Photo X - Droits réservés

 

 

 

20/07/2011

Le temps des boules puantes

Si tu peux tout promettre sans jamais rien tenir

Si tu peux magouiller sans peur de te salir

Si tu peux, méprisant, humilier l’adversaire

Et si tu es capable de tuer père et mère,

 

Si tu peux t’engraisser sur le dos des plus faibles

Protéger tes amis lorsqu’ils pillent la plèbe

Et priver l’ouvrier du plus petit bénef

Tout en léchant le cul des patrons du Medef

 

Si tu peux trafiquer en restant populaire

Pressurer l’ouvrier plutôt que l’actionnaire,

Si tu peux générer les plus basses actions

Tant qu’elles multiplient ton tas de stock-options

 

Si avec les puissants tu sais te montrer veule,

Leur rendre des services et bien fermer ta gueule

Et puis lécher les bottes de tous les bons à rien

Espérant gentiment ta pâtée comme un chien,

 

Si tu peux sans vergogne renier ta parole

Trimbaler à ton cul des tas de casseroles

Si tu peux sans déchoir, sans peur de t’avilir,

Et la main sur le cœur dénoncer et trahir,

 

Alors tu pourras vivre sans honneur et sans gloire

Te vautrer dans la boue sans jamais t’émouvoir

Enfiler tes semblables par tous tes orifices,

Tu seras Hue-aime-pets mon fils.

 

estron.jpg

 

 Duodi 2 thermidor 219

 

 

 

 

 

 

19/07/2011

Vive le Peuple en armes plutôt que l'armée de métier.

 
 
 
bidasses.jpg
 
 

Rien à braire des simagrées de Sarko devant les dépouilles des soldats tombés pour rien. Rien à braire des bisbilles entre Joly, Fillon et consort. Rien à braire du défilé : comme tonton Georges, je ne le regarde pas. Mais je comprends qu’une fois l’an beaucoup de Français se régalent de voir défiler en musique le peuple en armes. Sauf que c’est plus ni le peuple en armes, ni l’armée du peuple mais une armée de mercenaires.

 

L’hymne national, décrié maladroitement lui aussi, dit bien « aux armes citoyens, formez vos bataillons ». Ce qui implique évidemment le peuple qui prend les armes et s’organise pour la défense de la patrie. On est loin d’une armée de professionnels au service des intérêts des dominants, que l’on peut envoyer sans même demander le consentement des représentants du peuple dans des aventures (Afghanistan, Libye, Côte-d’Ivoire, Tchad) bien loin de la défense de la nation. Cette armée-là défend les intérêts de Dassault, de Bolloré, de Bouygues, de Lagardère et autres canailles du Fouquet's, mais certainement pas les miens et les vôtres enfin, les vôtres, je ne sais pas...).

 

C’est Chirac qui a fait l’énorme connerie de remplacer l’armée du peuple par une armée de mercenaires. Malgré les stupidités des abus de ses petits chefs, l’armée de conscription permettait de faire se rencontrer, de partager les mêmes actions, les mêmes conneries aussi des jeunes gens venus d’horizons différents, de conditions différentes, de milieux différents. Ne serait-ce qu’en réaction aux imbécilités des chiens de quartiers, il se créait entre eux un esprit de solidarité, de respect mutuel, de connaissance et de reconnaissance de l’autre. De plus, les jeunes acquéraient une certaine formation, passaient gratuitement leur permis de conduire, acquéraient et acceptaient des valeurs d’entraide, de discipline consentie, découvraient tout ce qu’ils avaient en commun et tout ce qu'ils pouvaient faire ensemble. L’armée populaire était l’un des trois piliers de l’intégration au sein de la nation, à côté de l’école et des syndicats. Modernisé, ouvert aux femmes, mâtiné de service civil, le service militaire aurait pu être un formidable ciment de la nation…

 

Terminé tout cela. Finie l’armée du peuple, place aux prétoriens. Résultat : un soldat qui se fait tuer en Afghanistan, c’est un professionnel victime d’un accident du travail dans l’exercice d’une profession à risques. Ni plus ni moins qu’un couvreur qui tombe d’un toit, qu’un bûcheron écrasé par un arbre, qu’un marin-pêcheur qui tombe de son chalutier.

 

En 1962, j’étais appelé, parachutiste à Pau, lorsqu’un « quarteron de généraux rebelles » a tenté de foutre la merde. Grand branle-bas parmi les officiers professionnels. Nous étions en armes et prêts à sauter…sur Paris parait-il ! Nous, bidasses, nous sommes concertés et avons décidé, si on nous donnait des ordres anti-républicains, de désobéir ! Ça n’a pas été nécessaire. Mais une armée « de métier » n’aurait pas eu ces scrupules ni ce sursaut de bon sens…

 

 

 

Photo X - Droits réservés

 

 

Primidi 1er thermidor 219

18/07/2011

Vive le sport! Vive les gnons!

chimulus joly fillon.jpg
 
 
Enfumez les pauv'cons! Racontez des conneries, les journaleux les reprendront et les amplifieront! Et pendant ce temps les sarkonneries peuvent continuer...
 
 
 
Merci à Chimulus
 
 
 
Décadi 30 messidor 219

16/07/2011

Ouiquinde scato-poético-pictural avec Victor Hugo

chieur Topor.jpg
 
 

La politique nous y fait nager dedans, alors rendons-lui hommage.

 

L’ode à la merde

Lorsqu’après un repas l’estomac vous tiraille,
Que tout au fond de vous le haricot travaille…
Qu’il est doux de penser que bientôt, pas très loin,
Vous courrez prestement pour chier dans un coin.
Qu’on est bien, accroupi, les coudes sur les cuisses,
Tandis qu’environné d’une troupe de Suisses
On exhibe au grand air l’hémisphère dodu
Qui cache encore aux yeux le chef-d’œuvre attendu.
Ami ! Il est, dit-on, un art en toute chose,
Aussi bien à chier qu’à cultiver les roses.
Or donc, pour opérer avec discernement,
Gardez-vous qu’un papier ne vienne absurdement
Lorsque l’œuvre est parfaite, écraser l’accessoire.
Tss ! Tss ! Pas de papier si vous voulez m’en croire,
Laissez aux constipés ce procédé piteux
Qui gâche absolument un plaisir si juteux,
Que le bout de l’index, seul, fasse cet office.
Quand il aura touché trois fois votre orifice
Qui vient de s’entrouvrir comme une tendre fleur,
Il teindra votre doigt d’une étrange couleur.
Ami, si vous voulez encor goûter des charmes,
Sur la blanche muraille, esquissez quelques larmes.
Et si, par aventure, abondant est l’extrait,
De celle que vous aimez vous ferez le portrait.

 

Victor Hugo

 

Merci au grand Topor

 

Octidi 28 messidor 219

 

15/07/2011

Eh Sarko! Tu sais ce que c'est la guerre de près ?

enterrement soldat.jpg
 
 

 

 

 Bien sûr que c'est dramatique ces jeunes hommes qui se font trouer la paillasse loin, très loin, pour RIEN. Pour rien, n'en déplaise à Sarko et à ses sbires. L'Afghanistan – que j'ai connu en paix et presque uni du temps du grand roi Zaher Khan – a toujours été un piège terrible pour tous ceux qui ont prétendu le conquérir, le régir contre ses populations.

 

Demandez donc aux Anglais de leur grande époque impériale. Leur administration coloniale ainsi que leur puissante et nombreuse armée ont dû se replier vers les Indes à travers le passage obligé des gorges de la Kaboul. Imaginez des gorges du Tarn ou du Verdon puissance deux. Les tribus afghanes les ont massacrées du haut des falaises. Les eaux de la Kaboul coulaient des flots de sang. Les Patans n'ont laissés que quelques survivants afin qu'ils puissent témoigner. Les Britanniques n'ont plus mis les pieds en Afghanistan...

 

Demandez donc aux « Chouravis » (c'est ainsi que les Afghan appelaient les Russes) qui ont dû, eux aussi, malgré une armée surpuissante, dégager la paille au cul, laissant une génération de jeunesse russe ratatinée, délabrée, mentalement en ruine...

 

Les « Otaniens » prennent le même chemin. Le « changement de stratégie » veut dire la bunkérisation des forces. Autrement dit des places fortes assiégées et le pays laissé aux ennemis...

 

On n'a rien à foutre la-bas sinon servir de suppléants aux Zétazuniens dans une lutte qui n'a plus de raison d'être.

 

Il faut dégager de la-bas!

 

La guerre, ce n'est pas une mission humanitaire. Ce n'est pas le défilé pimpant, presque gai derrière les musiques martiales de ces beaux jeunes gens solides, virils et disciplinés.

 

La guerre, c'est l'ombre omniprésente de la mort. De celle qu'on donne comme de celle qu'on redoute.

 

La guerre, ça sent la poudre qui excite, mais ça sent surtout la sueur aigre de la trouille, la merde du camarade qui se chie dessus, l'odeur doucereuse et écœurante du cadavre qui gonfle au soleil puis dont le ventre éclate, libérant la tripaille putride où grouillent les vers.

 

La guerre, c'est le bruit des explosions, le cliquetis rageur des tirs, le sifflement menaçant des balles qui ricochent autour de vous.

 

La guerre, l'embuscade, c'est le corps qui s'efforce de se rétrécir au delà du possible, qui voudrait s'infiltrer dans le plus petit interstice, qui voudrait se fondre dans la boue de la tranchée, la caillasse du djebel ou la vase de la rizière.

 

La guerre, ce sont les ongles qui se crispent sur la terre à chaque rafale qui vous cherche, qui va vous trouver. C'est la haine de l'autre, de celui qui veut votre peau. C'est le doigt qui ne relâche plus la détente de votre fusil dérisoire.

 

La guerre, ce sont les cris de douleur du camarade touché, les hurlements et les sanglots, les aboiements somme toute rassurants de la vieille bête d'adjudant qui hurle ses ordres.

 

La guerre, c'est le désespoir du camarade touché et qui attend des secours qui ne peuvent venir.

 

La guerre, c'est l'égoïsme salvateur, primordial qui vous fait penser - lorsque votre voisin d'attaque tombe à côté de vous, haché par une rafale ou la tête explosée par une rockette – qui vous fait crier dans votre pauvre tronche: « ouf, c'est lui, c'est pas moi! »

 

La guerre, c'est de la merde.

 

La France pleure sur ses six morts. Soixante et dix depuis une dizaine d'année. Eh! Oh! On ne fait pas la guerre si on n'accepte pas la mort de ses soldats. Compris Sarko? En Algérie, en 8 ans, 30.000 jeunes gens du contingent essentiellement, pas des professionnels, ont laissé leur peau dans le djebel. Ce qui fait une moyenne de dix morts par jour. Alors donnons aux choses l'importance qu'elles ont.

 

Et n'oublions jamais: la guerre, ça pue le sang, la merde, la peur, la mort...

 

 mort porté par ses camarades.jpg

 

Photos X - Droits réservés

 

Septidi 27 messidor 219

14/07/2011

Sarko-la-chkoumoun visite un chantier militaire en Afghanistan : 5 morts par accident du travail.

 

 Allez, fêtons plutôt le 14 juillet avec le grand Victor Hugo.

villesoule été 2010 009.JPG

 Célébration du 14 juillet dans la forêt.

Qu'il est joyeux aujourd'hui
Le chêne aux rameaux sans nombre,
Mystérieux point d'appui
De toute la forêt sombre !

Comme quand nous triomphons,
Il frémit, l'arbre civique ;
Il répand à plis profonds
Sa grande ombre magnifique.

D'où lui vient cette gaieté ?
D'où vient qu'il vibre et se dresse,
Et semble faire à l'été
Une plus fière caresse ?

C'est le quatorze juillet.
À pareil jour, sur la terre
La liberté s'éveillait
Et riait dans le tonnerre.

Peuple, à pareil jour râlait
Le passé, ce noir pirate ;
Paris prenait au collet
La Bastille scélérate.

À pareil jour, un décret
Chassait la nuit de la France,
Et l'infini s'éclairait
Du côté de l'espérance.

Tous les ans, à pareil jour,
Le chêne au Dieu qui nous crée
Envoie un frisson d'amour,
Et rit à l'aube sacrée.

Il se souvient, tout joyeux,
Comme on lui prenait ses branches !
L'âme humaine dans les cieux,
Fière, ouvrait ses ailes blanches.

Car le vieux chêne est gaulois :
Il hait la nuit et le cloître ;
Il ne sait pas d'autres lois
Que d'être grand et de croître.

Il est grec, il est romain ;
Sa cime monte, âpre et noire,
Au-dessus du genre humain
Dans une lueur de gloire.

Sa feuille, chère aux soldats,
Va, sans peur et sans reproche,
Du front d'Epaminondas
À l'uniforme de Hoche.

Il est le vieillard des bois ;
Il a, richesse de l'âge,
Dans sa racine Autrefois,
Et Demain dans son feuillage.

Les rayons, les vents, les eaux,
Tremblent dans toutes ses fibres ;
Comme il a besoin d'oiseaux,
Il aime les peuples libres.

C'est son jour. Il est content.
C'est l'immense anniversaire.
Paris était haletant.
La lumière était sincère.

Au loin roulait le tambour...?
Jour béni ! jour populaire,
Où l'on vit un chant d'amour
Sortir d'un cri de colère !

Il tressaille, aux vents bercé,
Colosse où dans l'ombre austère
L'avenir et le passé
Mêlent leur double mystère.

Les éclipses, s'il en est,
Ce vieux naïf les ignore.
Il sait que tout ce qui naît,
L'oeuf muet, le vent sonore,

Le nid rempli de bonheur,
La fleur sortant des décombres,
Est la parole d'honneur
Que Dieu donne aux vivants sombres.

Il sait, calme et souriant,
Sérénité formidable !
Qu'un peuple est un orient,
Et que l'astre est imperdable.

Il me salue en passant,
L'arbre auguste et centenaire ;
Et dans le bois innocent
Qui chante et que je vénère,

Étalant mille couleurs,
Autour du chêne superbe
Toutes les petites fleurs
Font leur toilette dans l'herbe.

L'aurore aux pavots dormants
Verse sa coupe enchantée ;
Le lys met ses diamants ;
La rose est décolletée.

Aux chenilles de velours
Le jasmin tend ses aiguières ;
L'arum conte ses amours,
Et la garance ses guerres.

Le moineau-franc, gai, taquin,
Dans le houx qui se pavoise,
D'un refrain républicain
Orne sa chanson grivoise.

L'ajonc rit près du chemin ;
Tous les buissons des ravines
Ont leur bouquet à la main ;
L'air est plein de voix divines.

Et ce doux monde charmant,
Heureux sous le ciel prospère,
Épanoui, dit gaiement :
C'est la fête du grand-père.

Sextidi 26 messidor 219

13/07/2011

La rue meurt? La rumeur...

rumeur Jiho.jpg
 
 
 
 
La rue meurt? Qu'elle crève! Parlons plutôt de la rumeur, des rumeurs balancées, en direct des chiottes de l'Uhèmepets.
 
 
 
 
 
 
 
Merci à Jiho
 
 
 
 
 
 
Quintidi 25 messidor 219

12/07/2011

Cocorico ! Plutonium français à Fukushima : la mort tricolore…

 

mélox marcoule.jpg

 

Les rideaux de fumée genre affaire DSK camouflent non seulement la giganresque menace de Fort Calhoun, aux Etats-Unis, mais encore rejettent totalement dans l’oubli la catastrophe toujours en cours au Japon. Dissimulation, mensonge, intox sont les marques de l’industrie nucléaire où qu’elle soit. Essayons donc de lever un tant soit peu le voile de mort.

 

La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) est la compagnie d'électricité japonaise qui exploite les sites des centrales nucléaires de Fukushima Daiichi où se sont produites les explosions et le site de Fukushima Daini distant d’une douzaine de kilomètres, l’ensemble totalisant dix réacteurs qui alimentent en électricité Tokyo et sa région.

 

Ces réacteurs sont à eau bouillante,  celle-ci chauffée par la fission des atomes du combustible qui se transforme en vapeur est dirigée directement par un circuit primaire radioactif  vers un générateur d’électricité. Cette configuration est totalement différente des Réacteurs dits à Eau Pressurisée (REP) exploités en France qui comportent un circuit secondaire non radioactif avec un échangeur qui alimente la turbine du générateur.

 

Face à la succession d’évènements catastrophiques d’ordre naturel qui se sont produits au Japon suite aux tremblements de terre et au-delà des drames humain il est fondamental d’aller à l’essentiel, c’est à dire à ce qui pourrait hypothéquer durablement le devenir du vivant sur une zone plus ou moins vaste, voire à l’échelle du Japon et des pays satellites ou pire, un scénario de catastrophe environnementale planétaire jamais égalé.

 

Malheureusement dans le cas du site nucléaire de Fukushima, la "hiérarchie catastrophe" peut atteindre un paroxysme avec le réacteur 3 de 34 ans d’âge qui a été chargé pour la première fois en combustible MOX fourni par AREVA en août 2010.

 

 Le MOX, pour "Mixed Oxydes" est un combustible hautement toxique et dangereux composé d’environ 6 à 7 % de dioxyde de plutonium récupéré en "retraitant" du combustible nucléaire usé qui est mélangé à du dioxyde d’uranium neuf appauvri. Le MOX entre plus facilement en fusion que les combustibles classiques, il est utilisé dans 20 des réacteurs du parc nucléaire français. (Il est fabriqué tout près de chez moi, à Marcoule…)

 

Le problème majeur est que le plutonium du MOX est très toxique à court et à long terme.

En voies aériennes, on estime qu'une quantité de l'ordre d'une dizaine de milligrammes provoque le décès d'une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium. La relation dose-effet mise en évidence comporte un seuil d'apparition des tumeurs au poumon pour une dose millésimale, de plus une part importante inhalée passe des poumons au sang qui le diffuse vers d'autres organes (ganglions lymphatiques, foie, etc.), plus ou moins vite selon la taille des particules, pour aboutir aux cancers.

 

Selon sa composition isotopique il est capable de contaminer des masses considérables d’eau de mer pour plus d’un siècle qui correspond au mieux à sa demi-durée de vie et au pire pour 240 siècles ! Le plutonium qui est produit par le cœur des réacteurs nucléaires sous l’effet du flux de neutrons, fait non seulement partie des éléments présentant une radio toxicité très élevée, mais tous les isotopes et autres composés issus du plutonium sont aussi classés très toxiques et radioactifs. (Wikipedia Plutonium)

 

Ce qui rend particulièrement dangereux le plutonium est, entre autres, la forte énergie de ses émissions de particules alpha d’une valeur de 5 MeV à comparer au 0,02 MeV du tritium.

D’après les informations qui filtrent malgré la désinformation et le « black out », le vieux réacteur 3  de Fukushima Dai Ichi est entré partiellement en fusion, un risque de désintégration est une hypothèse qui n’est non pas à exclure, mais dans le domaine du probable. Cela aurait pour conséquence un rejet massif dans l’environnement et dans l’atmosphère de particules hautement radiotoxiques.

 

Le pire étant que le réacteur 3 avec 784 MW est 1,5 fois plus puissant que le réacteur 1 de 460 MW chargé avec de l’uranium enrichi, ce qui signifie que son chargement en combustible, donc en plutonium,  est beaucoup plus conséquent, avec en parallèle une chaleur dégagée à l’arrêt nettement plus importante à gérer.

 

Mais il y a pire que pire dans un des scénaris possibles avec le réacteur 3 de  Fukushima : le combustible MOX qui est un mélange à un point de fusion nettement plus bas que les autres combustibles dit classiques, en conséquence dans une configuration accidentelle comme actuellement le risque dit de criticité, c’est à dire l’enclenchement d’une réaction nucléaire en chaîne incontrôlable est beaucoup plus important. (il suffit de 6 kilos de plutonium pour réaliser une bombe atomique !)

 

D’autres problèmes collatéraux aggravent encore la situation pour "les pompiers de service" qui se sacrifient pour éviter que la cuve ne fonde. En effet l’eau mélangée au bore qui sert à atténuer les effets d’échauffement de la radioactivité (absorbe les neutrons) est d’une efficacité moindre avec le MOX.

 

Coté chiffres, ils sont effrayants, la masse de plutonium présente dans le réacteur 3 du site nucléaire de Fukushima Dai Ichi est considérable, elle se chiffre à plusieurs centaines de kilogrammes. Une catastrophe planétaire inégalée créée par l’homme est donc possible pour la première fois dans l’histoire de l’humanité.

 

Pendant ce temps, même en zappant pas moyen d’y échapper, sur les plateaux de télévision un tandem composé d’un monsieur qui "sait tout" appelé Eric Besson, accompagné par l’inoxydable NKM qui ne sait rien, mais qui parle beaucoup pour ne rien dire, n’évoquent évidemment pas le MOX, mais sont les rois de l’INTOX.

 

Avec le MOX Français d’AREVA au Japon mieux vaut actuellement adopter un profil bas !

Ce tandem irréel veut rassurer et ressasse à qui veut l’entendre que ce n’est pas la partie nucléaire qui a failli sur les réacteurs de la centrale de Fukushima Dai Ichi, mais les tuyaux, c'est-à-dire les systèmes de refroidissement et de secours inclus à cause du tsunami, cela est hautement inenvisageable en France, etc.

 

Certaines problématiques des risques issues des catastrophes naturelles majeures sont par essence ingérables, en conséquence gérer une centrale atomique avec un risque zéro est donc impossible. Andréas Heumann, chercheur au CNRS a déclaré : "Le problème avec le nucléaire, c'est que cette technologie n'est pas maîtrisable, on peut arriver à garder le contrôle dans des conditions normales. Mais il y a tellement de situations anormales qui peuvent survenir".

 

Pendant ce temps, en France, on s’apprète à faire rempiler la très vieille et très vétuste centrale de Fessenheim pour dix ans. A savoir que la cuve de rétention d’une éventuelle fusion du cœur est d’une épaisseur de 8 mètres de béton à Fukushima – et elle fuit - tandis qu’à Fessenheim, cette épaisseur est de 1,5 mètre… Aux fous !

 

Sources :

www.next-up.org/Newsoftheworld/2011.php

www.next-up.org/Newsoftheworld/Japan.php

 

Photo X - Droits réservés

 

Quatridi 24 messidor 219

 

11/07/2011

Vous avez aimé Fukushima (Japon), vous allez adorer Fort Calhoun (USA) en attendant Nogent, Palluel ou Tricastin (France)

fort Calhoun nucléaire inondé.jpg
 
 
 

La mafia nucléaire est en train de jouer à la roulette russe avec l’humanité, et pour plus de 1000 générations! A quand le crime contre l’humanité pour avoir utilisé délibérément des moyens techniques hautement dangereux, toxiques et mortels pour le profit du complexe nucléaro-industriel et un peu d’énergie si chère au final (8% de nos besoins globaux) ?

Cette mafia nucléaire, avec la complicité de pouvoirs politiques complices, ment systématiquement, délibérément afin de maintenir les populations dans l'ignorance des dangers incommensurables qu'elle leur fait courir? Pourquoi? Bêtise et orgueil de caste.

A Tchernobyl, c'était l'incompétence et la faiblesse des installations; à Fukushima, ce sont des événements extérieurs (tremblement de terre et tsunami) aggravés par la cupidité des propriétaires privés des installations. Mais connaissez-vous Fort Calhoun? Avez-vous seulement entendu parlé de ce nom dans les canards laquais, les lucarnes à bourrer les crânes et les machines à bruits? Si peu...

Fort Calhoun, c'est le nom d'une centrale nucléaire aux Etats-Unis. Cette centrale est située sur les rives du fleuve géant Missouri. Or il se trouve que ce fleuve est entré dans une période de crue que les autorités qualifient de millénaire. Cette crue dure depuis le mois de mai et la décrue n'est pas prévue avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Et la centrale est inondée!

Que croyez-vous que fût la première décision des autorités en charges de la centrale? Faire le « black out » sur toutes les informations et abreuver les médias de communication truquée. S’il n’y avait pas eu la crue du Missouri, les médias n’auraient pas eu connaissance de l’état de la situation à la centrale nucléaire de Fort Calhoun et en toute discrétion les autorités auraient pu continuer à traiter en interne les problèmes et quels problèmes, puisqu’ils dépassent tout ce qu’il est possible d’imaginer pour la sécurité nucléaire !

La centrale est devenue une île! Plus d'autorisation de survol, accès uniquement par bateau et évidemment strictement encadré. Donc plus de journalistes emmerdeurs. Ça, c'est pour « endiguer » l'information. Circulez! Y a rien à voir! Pour le reste, les responsables en sont réduits à empiler des sacs de sables! A faire sauter les digues en amont de la centrale afin de tenter d'écrêter la crue. Des emplâtres sur une jambes de bois... Impéritie, imprévoyance, aveuglement, orgueil de caste, mépris des populations. On retrouve cet état d'esprit partout dans le monde des nucléocrates.

À la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, au Japon, l’opérateur avait moins d’une heure pour réagir à la catastrophe, à Fort Calhoun les responsables ont eu plusieurs semaines pour se préparer à l’inondation de la centrale. Tous les clignotants étaient au rouge, tous les responsables savaient et … rien n’a été fait. En juin 2010, les inspecteurs de la NRC (Nuclear Regulatory Commission) avaient écrit dans leur rapport sur la centrale qu’il n’y avait aucune préparation aux inondations, ils en avaient conclu qu’elles pouvaient engendrer des détériorations catastrophiques des conditions de la sécurité et que des protections d’urgences notamment avec des sacs de sables ne pourraient contenir une crue du Missouri

Concrètement, l’inondation de l’assise foncière de la centrale nucléaire a commencé le 21 mai, seuls des sacs de sables avaient été utilisés en protection. Depuis plusieurs jours la montée en charge de l’inondation qui s’est fortement accentuée a été associée à une succession d’incidents dont un incendie d’une installation électrique provoquée par l’eau qui a temporairement perturbé le refroidissement des barres de combustible usé stockées dans la piscine, ces événements ont nécessité une classification de niveau 1 sur 4 par la NRC.

Question : Et si la crue qui est en cours dépasse les prévisions que se passera-t-il à la centrale nucléaire de For Calhoun, en sachant que beaucoup d’installations névralgiques se trouvent au niveau du sol, voire en sous-sol ? Autre question : Qu’en est-il du stockage au sol des containers et assimilés qui sont actuellement submergés ? Les systèmes de refroidissement de secours ont déjà dû être utilisés. Et s'ils deviennent inopérant, comme à Fukushima? Fonte du cœur et tout le toutim, comme à Tchernobyl, comme à Fukushima. Comme un jour à Tricastin, Cruas, Palluel, Fessenheim, Nogent, etc.?

Les autorités n’ont plus conscience de ce qu’elles font, ni de ce qu'elles disent, elles semblent être dans ce que nous pourrions appeler le « délire nucléaire ».

Mais rassurons-nous, tout cela ne peut pas arriver en France, pays où les dangers nucléaires s'arrêtent aux frontières...

 

Photo X - Droits réservés

 

Tridi 23 messidor 219

09/07/2011

Ouiquinde érotique: Tu viens ma puce!

botticelli venus.jpg


La puce

Au dortoir
Sur le soir
La sœur Luce
En chemise et sans mouchoir,
Cherchait du blanc au noir
A surprendre une puce.

A tâton
Du téton
A la cuisse
L'animal ne fait qu'un saut
Ensuite un peu plus haut,
Se glisse
Dans la petite ouverture,
Croyant sa retraite sûre.

De pincer
Sans danger
Il se flatte.
Luce, pour se soulager,
Y porte un doigt léger
Et gratte.

En ce lieu
Par ce jeu
Tout s'humecte.
A force de chatouiller,
Venant à se mouiller,
Elle noya l'insecte.

Mais enfin,
Ce lutin,
Qui rend l'âme,
Veut faire un dernier effort.
Luce grattant plus fort
Se pâme !

Alexis Piron

Photo X - Droits réservés

 

Primidi 21 messidor 219

08/07/2011

Toubibs or not toubibs

trou sécu sarko pauvre.jpg
 
  

Pour quelques examens médicaux très classiques pour ma compagne, nous sommes obligés d'aller à Rodez, soit 280 km aller-retour, plus une nuit à l'hôtel. Nous n'habitons pourtant ni au pôle nord ni en Afghanistan mais, pour la moitié estivale de l'année, en Lozère. Nous touchons du doigt le problème des « déserts médicaux ». Au village le plus proche, la mairie met gracieusement à disposition du médecin volontaire un local clair, vaste, bien situé. Il est venu deux « toubibes » roumaines. Un petit tour et puis s'en vont.. Actuellement, après un an sans praticien, nous avons « touché » un toubib espagnol. Pour combien de temps?


La médecine est organisée de façon paradoxale: fonctionnement totalement libéral mais avec un financement public. Résultats: ces dernières années le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) estime que l’offre de soins s’est dégradée en quantité. 2 médecins généralistes s’installent quand 25 partent en retraite selon Patrick Romestaing, président de la section Santé Publique du CNOM. Certaines régions ont vu la moitié de leurs cabinets fermer. A l’horizon 2025 il y aura moins de 23 000 généralistes en cabinet contre 56 000 aujourd’hui. Les jeunes étudiants délaissent la spécialité « généraliste » pour d'autres plus glorieuses, plus rémunératrices. Sont-ils réellement à plaindre, ces enfants gâtés de notre société? La collectivité – donc nos sous - paie leurs longues études. Ne serait-il pas normal qu'en retour les toubibs acceptent au moins pour quelques années de s'installer là où leur présence serait la plus nécessaire? Mais il est plus « sexy », plus confortable, plus rémunérateur de s'installer à Paris, Nice, Aix ou Avignon plutôt que dans le Nord, la Creuse ou la Lozère... Pourtant, lorsqu'on aura le temps, on les plaindra: ils réclament 25 euros par consultation. A raison de 12 minutes en moyenne, cela fait 125 euros de l'heure, soit de 500 à 1000 euros par jour. A rapprocher des environ 1000 euros par mois du smicard et des 1500 euros par mois d'un enseignant débutant. Eh! Oh! Faut bien changer le 4X4 chaque année! Et vive le trou de la Sécu: 20 milliards environ, soit le prix d'un tunnel sous la Manche chaque année.

 

Le Sénat a adopté ce mercredi en première lecture une proposition de loi qui toilette la loi Bachelot de réforme du système de santé (HPST), en supprimant plusieurs mesures qui avaient provoqué la colère des médecins libéraux, un électorat que la droite tente de reconquérir. Les sénateurs ont cependant infligé un camouflet au gouvernement en refusant de supprimer l'une des mesures qui avaient irrité les médecins, à savoir l'obligation pour les généralistes de déclarer leurs congés à l'avance. Les sénateurs ont en revanche voté la suppression des pénalités financières (jusqu'à 3.000 euros par an) pour les généralistes des zones sur-dotées refusant de prêter main forte ponctuellement à leurs collègues des déserts médicaux. Par ailleurs les chirurgiens-dentistes ne seront plus obligés de faire figurer le prix d'achat de chaque élément de la prothèse sur le devis mais seulement le prix de vente. Y a bon la thune! Les arracheurs de dents multiplient par cinq le prix de prothèses souvent douteuses made in China, mettant les prothésistes français sur la paille. Et kékondi aux sénateurs? Merci m'sieur dames!

Ils obtiennent tout ce qu'ils veulent les toubibs parce qu'ils sont en position de force. Parce qu'ils sont nombreux sur les bancs du Sénat et de la Chambre des députés; parce que le numerus clausus imbécile organise la pénurie.

Bon. Le mieux pour nous, cambrousards, c'est encore de manger bon, boire dru, brosser madame, respirer un air pur et encore gratuit en écoutant les petits oiseaux...

Merci à Fanch

Décadi 20 messidor 219