Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/11/2011

Au bistro de la toile : les Espagnols de Charybde en Scylla…

chimulus bistro copie.jpg

 


 

- Oh ! Victor, les Zespanches, ils seraient pas un peu maso des fois ? Ils se sont faits rouler dans la farine par une « gôôôche » - celle de Zapatero – largement inféodée à l’ultralibéralisme et…ils votent pour encore pire ! Pour cette droite espagnole héritière même plus honteuse du fascisme, noyautée par l’Opus Dei et porteuse des valeurs cathos les plus réacs.

 

- On touche là une limite de la démocratie parlementaire : tu donnes un chèque en blanc à des représentants qui, sitôt en place, ne pensent qu’à être réélus et font généralement le contraire de ce pourquoi ils ont été élus. Sans que le peuple ne puisse les remettre en cause…jusqu’à la prochaine élection. De plus, l’offre politique est restreinte : droite, gauche, extrême droite, extrême gauche et…abstention ! Celle-ci étant le réel vainqueur du scrutin espagnol.

 

- Donc, dans cette Europe en crise, les électeurs virent les sortants et vouent aux gémonies ceux qu’ils ont adorés…

 

- Normal. Les politiques veulent faire payer au peuple une crise dont ils ne sont pas entièrement responsables. Cette crise, déclenchée par la finance, rapporte gros, très gros à la finance. Et coûte beaucoup aux peuples. Le raisonnement des politiques, de droite comme de gauche, est celui-ci : - Il y a crise parce les états sont endettés jusqu’au cou, - ils sont endettés pour préserver notre niveau de vie et de protection sociale, - pour cela ils ne créent pas assez de richesses et donc doivent emprunter, - les pays européens ne créent pas assez de richesses parce l’Europe est « l’idiot utile » du monde avec un marché ouvert à tout et à tous, surtout à des concurrents qui trichent dans vergogne ni états d’âme : la Chine et ses coûts très bas basés sur l’esclavage des travailleurs et des barrières douanières considérables ; les Etats-Unis avec la planche à billet du dollar, la haute main sur la finance et les agences de notation, et également des barrières douanières conséquentes…

 

- A par Montebourg et Mélanchon, on n’entend pas beaucoup de politiques vouloir sortir de ce système pervers en établissant des barrières douanières en Europe pour rétablir un minimum d’équité entre le prix des marchandises produites par le travailleur européen et l’esclave chinois ou indien. On paierait plus cher nos produits, mais l’emploi reviendrait, le chômage baisserait, la pression fiscale s’allègerait et la dette fondrait.

 

- Allez ! A la nôtre !

 

 Duodi 2 Frimaire 220


Merci à Chimulus

Commentaires

où tu es victor...?, bisous pierre et patricia.

Écrit par : patricia et pierre | 28/11/2011

Les commentaires sont fermés.