Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/02/2012

Ouiquinde érotique avec des auteurs actuels: Aphrodisia

Pompeya_erótica5 Priape mosaïque.jpg

 

 

Saint Phallus



Quelle que soit l'art ou la manière
Je te sortirais de ta tanière !

Tapis dans l'ombre tu me guettes
Juste caché derrière une braguette

Tu es petit doux, recroquevillé
Dans un sommeil profond ensommeillé

Mais en un rien de temps je te fais surgir
Par la stimulation de ton plaisir

Pleinement et subtilement irrigué
Enfin je te sais éveillé

Mes mains t'ont libéré de ton piège
Et enfin la pression s'allège

Tel un condor tu t'élèves sans effort
Vers ces cieux divins avec l'envie d'encore

Je te prends de mes yeux, de mes mains pas farouches,
Pour enfin te déguster de ma délicate bouche

Ma langue te bénit si dévouée
Et jamais, non jamais je ne pourrais cesser

De penser à la sublime ascension
Que je provoque en toi par mes coquines intentions

Oh merveilleux Phallus tant adoré
Dont enfin je découvre le gland décaloté

Hmmmmmmmmmmmmmmm je suis toute soumise
A tes excès interdits quoique tu me dises

Je coule comme une fontaine
Tu libères mes chaines

Glisses sur moi sans hésiter
Car mon corps t'est tout dévoué

Sors ta lance vaillant guerrier
Pour enfin me chevaucher

Montres-moi ta plus belle arme
Qui capitulera sous mes charmes

Aucun tabou, vice, excès ne saura m'arrêter
Pour assouvir ta faim Oh toi mon bien-aimé

Je ne peux que m'ouvrir à tant de bonté
Et bénir ce Phallus qui vient s'enfoncer

Explores-moi, plus loin encore... c'est bon
Cette vague orgasmique qui monte de mes fonds

Je te sens te tendre en moi magnifiquement
Pendant que mon nectar envahit tout ton gland

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm ces reins qui se balancent
Donnant un rythme à cette belle danse

Je me cambre sur ta verge tant excitée
Pour qu'enfin tu me livres cette sève convoitée

Oh Saint Phallus enfin j'ose
M'ouvrir à toi pour que tu y exploses

Nos saveurs se mélangent je suis au 7ème ciel
C'est certain mon chéri, c'est toi qui me rend belle

Après le feu l'appaisement enfin
Ma langue redescend vers ton bel engin

Je te lèche, te suce avec délicatesse
Explorant tout... jusqu'à tes fesses

Car déjà mon vénéré
Je me sentais comme délaissée

J'en implore au plus grand Dieu
Pour qu'enfin il vous fassent mieux

Pendant que nos corps aiment tant vous chevaucher
Nos bouches se languissent de votre verge excitée

Oh Saint Phallus soit assuré
Qu'à tout jamais je te serais dévouée

 

Aphrodisia


Décadi 30 pluviose 220


Merci à Aphrodisia ©

 

Les commentaires sont fermés.