Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2012

ACTA. Bravo aux députés de Hollande !

 

acta pieuvre.jpg

Non. Pour le moment, ce n’est pas des députés de la majorité présidentielle dont je parle, mais des parlementaires du pays Hollande/Pays-Bas. Ils viennent en effet d’adopter une motion dans laquelle ils demandent à leur gouvernement de renoncer définitivement à la ratification de l'accord commercial anti-contrefaçon (ACTA), quand bien même le Parlement européen y serait favorable ou la Cour de justice de l'Union européenne démontrerait sa conformité avec le droit communautaire.

ACTA ? Quésaco ? Un accord très dangereux pour la     démocratie. 22 pays membres de l’Union européenne, dont la France, sous la pression de la Commission européenne du sinistre Barosso ont récemment signé à Tokyo un acte liberticide imposé par les multinationales yankees : le traité ACTA (pour Anti-Counterfeiting Trade Agreement ou Accord Commercial Anti-Contrefaçon). Il s’agit d’un accord négocié secrètement de 2007 à 2010 par un petit "club" de pays (39 pays, dont les 27 de l'Union européenne, les États-Unis, le Japon, etc.). Négocié plutôt que débattu démocratiquement, ACTA contourne les parlements et les organisations internationales pour imposer une logique répressive dictée par les industries du divertissement. Lorsqu’on sait que ce traité scélérat a été comploté sous l’égide de l’O.M.C., on ne peut qu’être suspicieux !

Ce traité camoufle sa nocivité derrière un concept : renforcer la coopération internationale dans la lutte contre la contrefaçon. Il ne se limite pas aux médicaments et aux produits de luxe, et vise également à combattre le téléchargement illégal (musique, films, logiciels...).

Juridiquement, il a été négocié en tant qu'accord commercial, ce qui lui permet d'être adopté plus rapidement et de faire l'objet de moins de débats. Mais ce traité met en place des sanctions judiciaires, ce qui est très inhabituel pour un texte de ce type !

Il prévoit notamment une « collaboration » accrue entre fournisseurs d'accès à Internet et les ayants droit. Ce que dénonce la Quadrature du Net, organisation de défense des libertés sur Internet :

« Cela signifierait que les missions de police (surveillance et collection de preuves) et de justice (sanctions) puissent être confiées aux acteurs privés, contournant ainsi l'autorité judiciaire et le droit à un procès équitable. » C’est le retour des lettres de cachet !

Oxfam France de son côté met en garde contre un traité qui constitue une vraie menace pour l’accès aux médicaments génériques dans les pays du sud et à terme dans les pays du Nord.

ACTA a été négocié dans le plus grand secret entre 2006 et 2010, sans que la possibilité n’ait été donnée à la société civile, les patients et même de nombreux États de suivre et de contribuer librement aux négociations [1]. Résultant d’un processus clairement antidémocratique, cet accord touche pourtant à des domaines vitaux comme la santé, l’agriculture et la liberté d’expression [2] et aura un impact considérable sur la vie de millions de personnes.

Pour Oxfam France, ce traité surprotège les intérêts privés des multinationales pharmaceutiques au détriment de l’intérêt public et fait des fabricants de génériques des coupables présumés. Sous prétexte de lutter contre la contrefaçon des biens, ACTA est un dispositif extrêmement répressif qui met en danger l’accès aux génériques de plusieurs manières :

  • il donne le pouvoir abusif aux douanes européennes de saisir, détruire ou renvoyer aux expéditeurs à leurs frais des médicaments génériques importés en Europe ou en transit sur un simple soupçon d’"utilisation d’une marque confusément similaire" invoquée par un laboratoire.
  • il renforce délibérément l’amalgame entre faux médicaments et médicaments génériques, stigmatise les fabricants de génériques, fait peser sur eux la charge de la preuve et ne prévoit aucune réparation du préjudice subi en cas de saisies abusives.
  • il cible les intermédiaires techniques de la chaine de production des médicaments génériques en les menaçant de lourdes peines, ce qui risque de les dissuader de travailler avec les fabricants de génériques.

Concrètement, cela signifie qu’ACTA met en danger la production de génériques à bas prix. Pour Oxfam France, s’il venait à être adopté par les pays européens (le parlement n’a pas encore ratifié – NDLR), ACTA risque clairement de limiter l’accès aux génériques et de miner les efforts internationaux entrepris jusqu’ici pour répondre aux besoins sanitaires des pays du sud. Des millions de personnes vont être privées de traitement, à l’heure où les ressources financières allouées à la santé dans le monde font cruellement défaut. Mais aussi, dans un contexte inédit de restriction budgétaire, ACTA va compromettre les efforts de maitrise du niveau de dépense pharmaceutique au Nord grâce notamment à la substitution par les génériques.

"Si l’objectif des États est de protéger la santé de leurs citoyens et d’assurer l’accès à des médicaments de qualité, leur démarche doit être toute autre. D’une part, l’accès de tous aux médicaments essentiels de qualité doit s’appuyer sur la concurrence générique. D’autre part, la qualité des produits de santé doit quant à elle reposer sur le renforcement de l’indépendance et de l’expertise des autorités nationales de régulation du médicament", souligne Marame Ndour d’Oxfam France.

C’est pourquoi face à la signature par le Conseil de l’UE de cet accord qui ouvre la procédure de ratification par le parlement, il est urgent :

  • de la part des responsables politiques de permettre aux citoyens européens de mener un débat public et transparent sur les implications concrètes de ce traité.
  • d’exiger de nos parlementaires européens de rejeter un tel accord qui risque de nuire gravement aux libertés et à la santé des peuples.

 

Les effets politiques de l'ACTA sont considérables pour la suite. Il est notamment prévu de créer une sorte d'institution internationale, le Comité ACTA, qui travaillera en marge des instances que sont l'OMPI et l'OMC afin d'accroitre les droits de propriété intellectuelle en évitant le blocage des pays émergents. L'accord pourra aussi être modifié sur décision du Comité ACTA.

Bonjour la démocratie !

Eh ! François, faut faire honneur à ton nom ! Et faire comme les parlementaires de Hollande.

 

Sources : http://www.oxfamfrance.org/L-acces-aux-medicaments-generi...

http://www.humanite.fr/mot-cle/kader-arif

 

 

Tridi 13 Prairial 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

30/05/2012

Anastasie ! On t’a reconnu !


 

NON_A_LA_CENSURE_2.jpg

Depuis quelques mois, la Police de la Pensée et de la Vertu sévit sur les blogosphères. "Les aliboffis" - blog jumeau de "Lantifadas" -  voient censurer, non seulement mes propres articles ou poésies mais…le grand Malherbe, Rimbaud, Baudelaire ! Qui donc censure ? Qui se cache derrière le « modérateur » ? Un article fort bien documenté en dit long. Je vous le soumets…

Netino: La censure s'appelle modération

31 Mars 2012 Par B.Kali

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/bkali/310312/netino-la-cen...

 

Après les call centers, les webcenters

 

Pour  connaître le monde de Netino, il faut soit en être client soit en être ..victime. Dans un cas, c'est un media en ligne tel que le nouvel observateur, dans l'autre, un internaute qui s'est vu censurer un commentaire pour un motif abusif.

Netino est une société créée en 2002 et dirigée par Jérémie Mani , ambitieux et très jeune homme d’affaires qui l'a rejointe  en 2010,  y trouvant un filon extrêmement porteur en ces temps de menace extrême sur la liberté du web.  

La société Netino, emploie des "modérateurs" dans divers pays :  Mali, Madagascar, Maroc etc...La modération est donc devenue "Offshore".

Un modérateur - selon l'annonce de recrutement de Netino- est une personne disposant d'un PC et d'un "bon niveau de culture générale" et qui va lire tous vos commentaires pour décider de les supprimer s'ils ne lui plaisent pas.

Ainsi, apprend-on sur ce lien (http://www.jeremiemani.com/) que le Nouvel Observateur  est l'une des références de Netino. Mais également l'express, M6 ou Boursorama..Sous prétexte de chasse au "bad buzz", on censure les opinions. 

La communication y est clairement orientée intérêt-du-client-qui-paie avec ce slogan "Oui à l’esprit participatif du Web 2.0 ! Mais pas au détriment des exigences professionnelles qui sont les vôtres".

Ou encore, ce titre dans l'expansion "Netino traque les dérapages des internautes". 

Encore mieux : Netino a lancé son propre sondage pour démontrer que la modération ne déplaît pas aux internautes..Pardon, si, à certains : "L'assimilation de la modération à la censure est plutôt véhiculée chez les hommes issus des classes les moins aisées", lu dans cet article passionnant le lejournaldunet.

 

Dans ses interviews, Jérémie Mani, le jeune président de société Netino, ne s’attarde généralement pas sur la modération des contenus du web, s’abritant derrière la charte de ses clients. Il met surtout en avant la traque des « faux avis sur les produits commerciaux » et d’autres thèmes  moins sujets à controverse. 

Etre le e-bras armé de la censure est en tous cas rentable. Car Netino a franchi depuis son rachat  le  million d’euros de chiffre d’affaires. Avec une ambition forte comme on peut le lire dans cet article de categorynet publié en septembre 2011:

"Rachetée il y a 1 an, la société Netino envisage un chiffre d’affaires de 1,5 millions d’euros vs 500 000 en 2010 avec un objectif à 5 millions d’euros d’ici 3 ans. L’entreprise a déjà gagné la confiance de nombreux clients tous secteurs confondus comme Orange, Meetic Affinity, L’Oréal Professionnel, Wikio, 20Minutes, L’Express, les Echos, Sud-Ouest, La Tribune de Genève, Smartdate, Se Loger… et renforcé ses liens avec ses clients historiques dont Le Monde, Le Nouvel Observateur, M6, ou encore France24.

Quand aux marges, Jérémie Manie est bien un homme d’affaires avisé. Avec  des modérateurs Offshore, pas de SMIC à 1300 euros. Un PC et hop! à la trappe vos  messages jugés "déviants" . 

 

Modération inculte et censure d'opinion

 

Avec ce type de modération, un blogueur ou un internaute qui veut poster un commentaire sur un article a intérêt à ne pas faire de l’humour à la Coluche, ou parler de la Charia.. Les  opinions sont censurées  par de-là nos frontières avec la bénédiction de Laurent Joffrin et des patrons de presse qui achètent du Netino. 

Un comble dans une démocratie ou la liberté d’expression est garantie par la constitution de la France!

 

La modération des contenus par Netino révèle pour le moins une inculture étonnante alors que Jérémie Mani prétend offrir un service de haut niveau à ses clients.

 

Prenons  l’exemple du Nouvel Observateur, qui a choisi Netino pour « modérer » les blogueurs  et les lecteurs qui commentent - à 4 mois des élections: L'on constate a minima quelques bugs dans le système, avec un usage intempestif et souvent injustifié de motifs allant de la très en vogue « diffamation » au rejet sibyllin d’un commentaire pour « autre motif ».

Qu’elle soit « automatisée » grâce à un logiciel - Moderatus- qui traque les « mots douteux », ou humaine, une telle ..modération-censure met en péril de façon certaine la liberté d’expression et d’opinion.

Illustrations:

 

1-    Articles publiés sur Agoravox mais censurés sur le nouvel observateur . (censure d’opinion évidente)

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/liberte-du-web-menacee-c-est-pire-108710

http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/standard-poor-s-la-verite-est-108109

 

2- Exemples de commentaires de lecteurs censurés :


- Le poème « Mes petites amoureuses » d’ Arthur Rimbaud. Censuré pour « agression ».

- Autre exemple de commentaire censuré au motif « insulte »


« Et la voix de Charles Trenet, oui. 
Ah vous le connaissez, c'est bien.
Je crois qu'on annonce la sortie enfin de ses deux longs métrages, La maman et la putain, et Mes petites amoureuses, pour le printemps.
Revoir enfin ces films. Ils ont tant compté.
 »

Et enfin un bel exemple de censure au motif de « diffamation » :

«  C'était un peu une moquerie, et un petit hommage au "Brave soldat Chvéïk", un livre que j'aime beaucoup, répondre à l'idiotie par l'idiotie absolue. Mais en effet cela ne marche pas avec les Nazis. »

 

Une censure qui élimine des propos critiques envers Marine Lepen  sur..  Le nouvel Observateur

 

Voici un message rejeté par Netino au motif.."Agression"

« Stupéfiante attitude de Marine Le Pen hier soir chez Pujadas.

Face à Mélenchon, elle a refusé le débat et s'est complètement ratatinée. Mal à l'aise, ne le regardant jamais en face, ne répondant à aucune question, tripotant ses papiers, se concentrant sur son verre d'eau... Le ballon de baudruche s'est complètement dégonflé... et suintait la peur."

Oui Evelyne, on a vu une "petite fille" boudant dans un coin de la cour de récré et snobant son petit camarade moins fortuné qu'elle. Elle a montré son vrai visage si tant est qu'on ne l'ait pas vu avant.

Affligeant pour une personne qui prétend à la fonction suprême.

J'espère que cela en aura éclairé certains.. »

 


Heureusement que les hommes politiques ne passent pas par les griffes de Netino auquel cas il n'y aurait plus de débat.  

Combien Jérémie Mani fait-il payer à ses clients une telle prestation, qui ne doit pas lui coûter cher, au vu des salaires qu’il doit payer aux modérateurs marocains ou maliens ?

Quand de grands medias de droite ne censurent pas leurs blogueurs ni les commentaires de leurs lecteurs, on peut se demander pourquoi un grand media de gauche comme le Nouvel Observateur instaure une  censure à quelques mois des élections?

Comment imaginer un seul instant une "modération" OffShore objective et saine avec les problèmes de multiculturalité? Chaque peuple a ses formules, son humour, ses références historiques...

Et au final, à ceux qui disent - rhétorique classique des censeurs:

 « mais il faut bien des règles sur le web ». 

Mais oui, comme il faut des règles dans la rue. La loi est là pour cela. Elle énonce  clairement ce qu'est la diffamation et l'injure. Et d'autre part, existent des instances pour la faire respecter : Nul ne peut s’autoproclamer gendarme ou magistrat du web. Seul un juge peut décider si diffamation ou injure il y a et dans ce cas, condamner le contrevenant.

La modération ne doit s'appliquer que dans des cas extrêmes, et par des personnes compétentes, qui ne confondent pas débat  et diffamation.

 

 

Avertissement

Toutes les illustrations et affirmations de ce billet sont véritables, preuves à l'appui: Communication sur le site de Netino, traces de modération et de censure, motifs de rejets (copies d'écran, archives de blog et mails)

·                                 censure

 

·                                 Démocratie

 

·                                 Jérémie Mani

 

·                                 Liberté d'expression

 

29/05/2012

Excision. Pas de pitié pour les barbares.

excision 2.jpg

 

En France, un couple d'origine guinéenne est jugé à partir d’aujourd’hui devant les Assises de la Nièvre et le procès se poursuivra jusqu'à vendredi pour l'excision de ses quatre filles alors qu'elles étaient encore mineures. L’excision est une coutume ancestrale barbare, illustration de la domination masculine, pratiquée dans une trentaine de pays en Afrique, et qui consiste à enlever de façon totale ou partielle le clitoris, les petites et grandes lèves à l’entrée du vagin. La raison ? Pour que les femmes ne connaissent pas le plaisir ! Pour qu’elles demeurent des trous à bites pour leurs mâles  bornés. Pour qu’elles restent des êtres secondaires, brimés, exploités, niés, mutilés dans leur plus profonde intimité, à la disposition, corps et âmes de leurs « propriétaires ». Révoltant ? Horrifiant ? Selon une estimation de l'Institut national des études démographiques (Ined) datant d’octobre 2007, 50.000 femmes adultes excisées vivaient en France en 2004 contre 140 millions dans le monde.

 

En France, les tortionnaires  encourent jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle pour « complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant ». Mais ils s’en tirent généralement avec du sursis. Il serait temps de mettre un coup d’arrêt à cette barbarie avec des condamnations lourdes de prison ferme. On verra ce que fera la justice maintenant à la mode Taubira. On peut garder espoir.

 

En Egypte, le second tour des élections présidentielles devrait voir s’affronter un représentant de l’ancien régime, Ahmed Chafik, ancien ministre de Moubarack ( !!!???) et un représentant de l’obscurantisme religieux, le dénommé Mohamed Morsi.

 

Salut à vous, martyrs de la place Tarhikh au Caire, grands cocus de la révolution ! Salut à vous, femmes cairotes qui ont été à l’avant-poste de cette révolution confisquée.

 

En Egypte, une loi de 2007 interdit l’excision. Mais la majorité parlementaire – Frères musulmans et Salafistes – réclame l’abrogation de cette loi. Sachez que 80% des femmes égyptiennes subissent cette barbarie malgré cette loi quasiment pas appliquée. Sachez qu’en avril dernier (Martine Gozlan – Marianne du 1er juin 2012), dans le gouvernorat de Minya, à 250 km au sud du Caire, circulait un convoi médical chargé d’apporter « l’hygiène islamique » et d’exciser les fillettes des familles nécessiteuses. Bus sponsorisé par les frères musulmans du candidat à la présidentielle Mohamed Morsi !

 

Voilà. La révolution égyptienne, comme la tunisienne d’ailleurs, est à refaire. Mais restons optimistes : la nôtre a eu bien des soubresauts, bien des retours en arrière, bien des excès avant de réussir.


En attendant, comme toujours, ce sont les femmes qui morflent...


Primidi 11 Prairial 220

 

Photo X – Droits réservés

28/05/2012

Chez les skatophages (mange-merde)

 

pizza fromage erzat cargill.jpgAh qu’ils sont beaux, qu’ils sont appétissants les emballages de ces plats cuisinés de l’industrie agroalimentaire qui encombrent de plus en plus les linéaires des grandes surfaces ! Pizzas aux fromages, cheeseburgers, lasagnes. On pense à la mozzarella, au gruyère, au parmesan, au gouda, à l’emmenthal… Huuummm !

Mouais… Ça ressemble au fromage, ça a la texture du fromage, ça singe le goût du fromage mais…ce n’est pas du fromage ! Il s’agit d’un ersatz composé de matière grasse (huile de palme), farine, levure, sel, amidon et exhausteurs de goût. 

Ils appellent ça du « fromage analogue » ! Cette saloperie nous vient évidemment des Zétazunis. Inventé par Cargill, un fabricant étazyniens de produits pour l'industrie agro-alimentaire implanté dans 63 pays et basé dans le Minnesota, à Minneapolis, le fromage analogue se décline en deux types.

 

Le premier est une pâte composée de 15 % de protéines laitières, d'huile de palme et d'exhausteurs de goût qui existe depuis 2007. 

 

Le second appelé « Lygomme Tach Optimum » destiné au marché européen et datant de 2009, est composé de trois amidons, d'un galactomannane (E 410,412, 417), d'un carraghénane (E 407), tous deux gélifiants, et d'arômes. S'il ne l'est pas pour les consommateurs, ce lygomme coûte 60 % de moins pour les industriels que l'autre fromage analogue (et 200 % de moins qu'un vrai fromage) ! En plus, Cargill se glorifie cyniquement de favoriser la santé du consommateur car son lygomme ne contient pas de graisses saturées, ni de lactose et convient aussi bien à l'alimentation halal que kasher.

Le client, lui, se fie à la belle image sur l’emballage, et ignore complètement qu’il mange du faux fromage, au détriment de son plaiqsir et de sa santé. Il entre dans la grande famille des skatophages !

 

Source : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-fro...

 

 

Mais ce n’est pas fini. Approchez, approchez ! Con-sommatrices, con-sommateurs…

Voici une belle tarte à la cerise, fort appétissante dans les rtayons de votre grande surface. Eh ! Elle ne vient pas du pâtissier du quartier, cet artiste qui travaillent de bons produits pour créer du plaisir. Elle vient de l’industrie agroialimentaire. Et qu’est-ce qu’il y a dedans ? Suivez le guide.

 

tarte cerise industrielle.jpgVoici, la liste des produits chimiques utilisés pour la fabrication d’une tarte aux cerises de supermarché, depuis le champ de blé jusqu’à l’usine agroalimentaire

La pâte: Pour obtenir la farine, les grains de blé ont été enrobés d’un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu des pesticides, des hormones ainsi que des doses d’engrais. Après récolte, les grains sont fumigés au tétrachlorure de carbone et au bisulfite de carbone, puis arrosés au lopyriphosméthyl. Ensuite la farine reçoit du chlorure de nitrosyl, puis de l’acide ascorbique. Pour faire lever la pâte. La poudre levante est traitée au silicate de calcium et l’amidon est blanchi au permanganate de potassium. La pate reçoit aussi un antioxydant (pour éviter le rancissement) comme l’hydroxytoluène de butyl.

La crème: Les œufs proviennent d’un élevage industriel où les poules sont nourries avec des granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des émulsifiants (alginate de calcium), des conservateurs (acide formique), des colorants (capsa théine) des agents liants (ignosulfate) et enfin des appétants (glutamate de sodium) pour qu’elles puissent avaler tout ça. Elles reçoivent aussi des antibiotiques, et surtout des anticoccidiens. Les œufs, avant séchage, reçoivent des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l’acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc. Le lait provient d’un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques : flavophospholipol (F712) ascorbate de sodium (F301), alphatocophérol de synthèse (F307), buthyl-hydrox-toluène (F321) alginate de propylène-glycol (F405), acide tartrique (E334), acide propionique (F280) azotés chimiques (F801) des colorants, et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout ça, comme le glutamate de sodium. Les huiles, ont été  extraites par des solvants comme l’acétone,  puis raffinées par action de l’acide sulfurique,  puis lavage à chaud,  neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et désodorisées à 160°C avec du chlorure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine. La crème de la tarte, une fois fabriquée, reçoit des arômes et des stabilisants comme l’acide alginique (E400)

Les cerises: ont reçu entre 10 et 40 traitements de pesticides selon les années. Les cerises sont décolorées à l’anhydride sulfureux et recolorées de façon uniforme à l’acide carminique ou à l’érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d’aluminium,  et à la sortie, reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202). Elles sont enfin enduites d’un sucre qui provient de betteraves qui, ont reçu leur bonne dose d’engrais et de pesticides.  Ce sucre est extrait par défécation à la chaux et à l’anhydride sulfureux, décoloré au sulfoxylate de sodium,  puis raffiné au norite et à l’alcoolisopropylique.  Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique. Par ces traitements, les cerises ayant donc perdu tout leur goût, il est nécessaire d’ajouter un parfum artificiel alimentaire. Ce parfum est une recréation synthétique du goût et de l’odeur à partir d’éléments artificiels issus de la chimie du pétrole. L’exemple développé est ici la cerise, mais est identique à de nombreux autres parfums. Le parfum artificiel de cerise se compose donc des molécules synthétiques suivantes :- acétate d’éthyle– acéthyl méthylcarbinol– butyrate d’isoamyle– caproate d’ethyle– caprylate d’isoamyle– caprate d’ethyle– butyrate de terpenyle- géraniol– butyrate de geranyl – acetylacetate d’ethyle– heptanoate d’ethyle– aldéhyde benzoïque– aldéhyde p-toluique.

 

Ce texte simplifié a été rédigé à partir d’un texte de Claude Bourguignon, un ingénieur agronome qui travailla à l’INRA, avant de quitter l’honorable maison pour cause de désaccord. Spécialiste de la microbiologie des sols, c’est lui qui démontra, pour la première fois, que les sols cultivés à grand renfort d’engrais chimiques et de pesticides, étaient biologiquement … morts.

 

 Source : http://2ccr.unblog.fr/2011/02/04/bon-appetit/

 

  Décadi 10 Prairial 220

 

Illustrations X - Droits réservés

 

27/05/2012

C'est dimanche: je fais les pieds de cochon!

d69145701b80357ab539541f5a195882.jpgC'est le jour du saigneur, du saigneur de cochons évidemment. Je suis allé acheter douze pieds de cochons chez Fabre, je vais mettre le foudaoù de cuistot, et A l'attaque!
Je vais faire à mes invités les pieds de cochons à la manière sulfureuse de Lucifer! En pensant aux cuisses crêmeuses de Lucie...


Je retrouvais Lucie avec grande émotion
Lorsqu’elle s’échappait de sa triste pension.
Nous prenions rendez-vous, souvent, dans une église
Communiant corps et âme dans son ombre propice.

Nous nous sommes aimés serrés sur un prie-dieu
Et, comblé de bonheur, j’ai cru entendre Dieu
Disant à Lucifer : « Laisse-moi ces deux-là,
Un amour aussi beau, c’est un apostolat ! »

Depuis ce jour l’encens envoûtant des chapelles
A pour moi la saveur troublante des dentelles.
Dois-je, pour ces pensées, faire mea-culpa ?

Quand vers l’un de ces temples se dirigent mes pas
Je pénètre en ces lieux dévolus au Messie,
Mais, pour l’amour de Dieu ou celui de Lucie ?


Les pieds de cochon comme chez Lucifer


— Ben mon cochon, Victor ! Ça alors, faut le faire !
Mais c’est bien innocent pour te valoir l’enfer.
Ces lieux sont dévolus parait-il à l’Amour,
Des dieux ou du prochain, c’est de l’amour toujours.
— D’autant plus que l’enfer, c’est dans le cœur des Hommes
Qu’il se loge et non pas dans les élans de mômes
Qui découvrent la vie et se sucent la poire,
Fusse dans les lieux saints qui cachent le ciboire.
— Tu parles d’or, Victor ! Vive la vie, bon sang,
Et trinquons sans tarder à ces jeux innocents,
Puis je vais te donner une étrange recette
Qui correspond, je crois, à ta belle amourette.
Bon marché, délicieux, très faciles à faire,
C’est les pieds de cochons « comme chez Lucifer ».
Tu prends chez ton boucher quatre pieds de pourceaux
Ou plus selon le nombre de tes commensaux,
Tu vas les faire cuire dans un bon court-bouillon
Parfumé au safran, ail, sel, poivre et oignon.
Cuis à tout petit feu pour deux tours de tocante
Afin de parfumer et d’attendrir la viande.
Pendant ce temps tu ne va pas rester inerte :
Il te faut préparer ta bonne sauce verte.
Tu piles au mortier persil, thym, vert de blette,
Oseille, basilic, estragon et sarriette,
Ail, poivre vert, cannelle et gingembre râpé,
Mouille au vinaigre fort mais garde assez épais.
Réserve et fais confire quelques oignons hachés
Dans de l’huile d’olive, sans laisser attacher,
Mets un peu de moutarde et le jus d’un citron,
Puis pense un peu à toi et débouche un litron.
Bois un canon ou deux et quand tu es à l’aise,
Au barbecue ou l’âtre, prépare de la braise.
Sors les pieds du bouillon, sèche-les, coupe-les
Puis sur ton gril ardent, il te faut les hâler,
Les faire bien dorer sans pourtant qu’ils ne grillent,
Leur odeur va déjà t’exciter les papilles !
Dans un plat de service, mets tes oignons en lit
Dispose par dessus tes pieds fort embellis,
Entoure l’appareil avec ta sauce verte.
Au moment de servir, d’un coup de pince experte
Tu places sur les pieds quelques charbons ardents,
Le gras des pieds grésille et fûmèle en fondant.
À nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.
Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour
À la beauté des femmes, au vin et à l’amour !


Ingrédients et proportions pour six personnes :

Pour les pieds: - 6 pieds de cochons flambés et lavés, - safran, - sel, - poivre, - 2 oignons piqués de 2 clous de girofle, - eau.
Pour la sauce verte: - 1 bouquet de persil plat, - le vert de 6 feuilles de blette (sans les côtes), - 2 cuillerées à soupe de thym, - 6 feuilles d'oseille (ou plus si les feuilles sont petites), - 3 branches de sarriette (supprimer les parties ligneuses), - 1 bouquet de basilic frais, - 1 bouquet d'estragon frais, - 6 gousses d'ail, - 1 cuillerée à soupe de grains de poivre vert, - 1 cuillerée à soupe bombée de gingembre frais râpé, - cannelle, - 1 verre de bon vinaigre, - huile d'olive, - moutarde, - 2 citrons, - sel, - poivre du moulin.

Les vins conseillés:
Les pieds de cochon acceptent des vins éclectiques. Essayez donc de les déguster avec des blancs, avec des Viognier par exemple: Condrieu, Saint-Gervais, Uchaux, en vallée du Rhône.
La Clape, Clairette de Ceyras, Adissan, Saint-André-de-San-gonis en Languedoc. Cassis, Palette, Bellet en Provence.
Appréciez-les avec des vins primeurs ou très jeunes, des vins de soif: Tulette, Travaillan, Chusclan, Roquemaure en vallée du Rhône. Saint Guiraud, Arboras, Castelnau-le-Lez en vins du Languedoc. Barjols, Nans-les-Pins, Carcès, Le Castellet, La Croix-Valmer en vins de Provence.


©JVJ


Nonidi 9 Prairtial 220


Photo x - Droits réservés



26/05/2012

A la découverte de la Femme avec Alfred Jarry

amazone cheval.jpg

Alfred Jarry

A la découverte de la femme


Une forme nue et qui tend les bras,
Qui désire et qui dit : Est-ce possible ?
Yeux illuminés de joie indicible,
— Qui peut, diamants, nombrer vos carats !

Bras si las quand les étreintes les rompent.
Chair d'un autre corps pliée à mon gré,
Et grands yeux si francs, surtout quand ils trompent,
— Salez moins vos pleurs, car je les boirai.

Au frisson debout elle est, endormie,
Un cher oreiller en qui bat un coeur ;
Mais rien n'est plus doux que sa bouche amie,
Que sa bouche amie, et c'est le meilleur.

Nos bouches, formez une seule alcôve,
Comme on unit deux cages par leurs bouts
Pour célébrer un mariage fauve
Où nos langues sont l'épouse et l'époux.

Tel Adam qu'animé une double haleine
A son réveil trouve Ève à son côté,
Mes sommeils enfuis, je découvre Hélène,
Vieux mais éternel nom de la beauté.
Au fond des temps par un cor chevroté :

— Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'Éros.
Vers Troie
La proie,
S'éploie
La joie
D'Argos.

L'agile
Achille
Mutile
La ville
Où pâme
Priam.
Le sillon de son char qui traîne
Hector à l'entour des remparts
Encadre un miroir où la reine
Toute nue et cheveux épars,
La reine
Hélène
Se pare.

— Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

Le vieux Priam implore sur la tour :

— Achille, Achille, ton coeur est plus dur
Que l'or, l'airain, le fer des armures,
Achille, Achille, plus dur que nos murs,
Que les rochers bruts de nos remparts !

A son miroir Hélène se pare :

— Mais non, Priam, il n'est rien si dur
Que le bouclier d'ivoire de mes seins ;
Leur pointe s'avive au sang des blessures,
De corail comme l'oeil de blancs oiseaux marins :

Dans la prunelle froide on voit l'âme écarlate.
Il n'est rien si dur, non, non, non, Priam.

Paris archer
Comme Cupidon
S'en vient flécher
Achille au talon ;

Pâris Éros
Si blond et si rosé,
Le beau Paris, juge des déesses,
Qui choisit d'être amant d'une femme ;
Le ravisseur d'Hélène de Grèce,
Fils de Priam,
Paris l'archer est découvert :
Sur sa trace éperdue exulte un char de guerre,
Son sexe et ses yeux morts nourrissent les vautours :

— Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

Destin, Destin, trop cruel Destin !
Le buveur du sang des mortels festoie :
Les corps hellènes jonchent la plaine de Troie,
Destin et vautours font même festin.
Trop cruel Destin, dur aïeul des dieux !

— Destin n'est qu'un mot, et les cieux sont vides.
S'il était des cieux autres que mes yeux.
Mortels, osez en scruter sans pâlir
L'abîme de bleu, l’arrêt s'y peut lire :
L'époux et l'amant, Ménélas, Pâris,
Sont morts et de morts la plaine est couverte
Pour faire à mes pieds un plus doux tapis,
Un tapis d'amour qui palpite et bouge ;
Et puis j'ai souvent une robe verte

Et... je ne sais pas... ces jours là, j'aime le rouge.

Alfred Jarry dans Le Surmâle

 

Grecs couple.jpg


Octidi 8 Prairial 220


Illustrations X - Droits réservés

25/05/2012

Au bistro de la toile : d’Europe en Afghanistan.

JVJ Ds en Turquie.JPG

 

 

- Oh Victor ! Parait que François part en Afghanistan ! Pour faire normal, tu crois qu’il y va en train ou en voiture ?

 

- Pourquoi pas. Mais faut avoir du temps devant soi. Tè ! Moi qui bois des canons avec toi, au temps où j’étais encore plus jeune, j’y suis allé en Afghanistan en…2CV ! Et bien plus loin encore, jusqu’au Viet-Nam. Comme quoi c’est très faisable. Je connais(sait) tous les bistrots sur la route, entre le Rhône et le Mékong. J’y suis même retourné en DS19 ! La reine des bagnoles : levier à la hauteur intermédiaire et 100 à l’heure sur les pistes. Je doublais les Land-Rover… Une bagnole qui te permettait même de te sortir de situations difficiles en roulant…sur 3 roues ! Bof. Nostalgie Loulle… Nostalgie. C’était dans une autre vie.

 

- Putaing ! Une sacré vie tout de même ! En tout cas, le François, il a fait une entrée sinon fracassante, du moins remarquée. La Merkel – habituée à avoir son toutou Sarko à ses pieds - en avale de travers sa choucroute ! Il lui a rappelé que l’Europe, ce n’était pas  que l’Allemagne, ni même que l’Allemagne et la France…

 

- Il pourrait lui suggérer, pour sauver la zone euro, non pas de foutre dehors les Grecs, mais que l’Allemagne – qui fait mine de se sentir à l’étroit dans cette Europe clubmed – sorte elle-même de la zone euro ! L’euro n’est que le mark allemand étendu (1 euro = 2 marks !). La sortie de l’Allemagne résoudrait bien des problèmes. Car le mark serait tout de suite réévalué de 25 à 30%, libérant d’autant la compétitivité des autres pays de la zone euros ! Avec un avantage conséquent aux économies les plus puissantes après l’Allemagne, la France et l’Italie ! Chiche, M’ame Merkel ! Dans six mois, l’Allemagne se retrouverait dans la situation de l’Espagne : en voie de sous-développement, avec un chômage galopant, une production effondrée, etc.

 

- Ce qui n’est surtout pas à envisager. Connaissant l’histoire de ce pays lorsqu’il veut faire cavalier seul…

 

- Exactement. Mais il est bon tout de même de leur parler haut et fort. C’est le langage qu’ils comprennent le mieux !

 

- A la nôtre !

 

 

Septidi 7 Germinal 220


Photo Moi !

 

24/05/2012

Les hyènes aux dents de toutou

hyènes avec charogne en bouche.jpg

 


 

Ils ont été battus, leur héros est tombé

Ils remâchent leur haine de pauvres constipés !

Ecoutez jacasser ces vieilles pies bavardes

Elles claquent du bec une bave poissarde,

 

Leur croupion déplumé chie des fientes de fiel,

L’odeur de leur cerveau est pestilentielle.

Leurs compères cafards partagent leurs estrons

Ils sont laids, ils sont lâches, ils sont aussi poltrons.

 

Ils attaquent en meute, comme chacals et hyènes

Mais leurs crocs ne sont que des dents de petit chien.

Leur cible, aujourd’hui : Christiane Taubira

 

Une femme, une noire, ministre ! Quel choléra !

Vous vous pensez censeurs, vous n'êtes que gorets,

En éclatant de rire, on vous pisse à la raie!

 

 

JVJ



Quintidi 5 Germinal 220



Illustration X - Droits réservés

23/05/2012

Copinage. Eh! C'est le jour d'Urtikan.fr !

Le mercredi, depuis la cambrousse où je glande à la "bonne" (!!!???) saison, je dois faire 50 bornes aller-retour pour ma nourriture des boyaux de la tête: le Canard enchaîné et, de temps en temps depuis que Siné-Hebdo est mort, Charly hebdo. Le bureau de tabac-presse-bistro du village a fermé et c'est un drame. Heureusement, j'ai une connect internet qui rame à 512 et décroche de temps en temps, maisje peux tout de même élucubrer sur les blogs et savoir ce qu'il se passe dans le monde en dehors des infos biaisées des machines à bruits et des étranges lucarnes (hier soir, avec la pluie, je ne recevais que TF1, RMC et NT1, autrement dit de la sous-merde!). Alors, lorsque parait URTIKAN, c'est un bonheur!


Faites comme moi, c'est gratos, mais il n'est pas interdit de leur faire un don!


Bon. J'y vais: j'ai un col de à descendre puis à remonter sous la pluie...

 

chimulus vivre sans sarko.jpg

 

 

chimulus vivre sans sarko 2.jpg

 

deligne facebook.gif

 

Quintidi 5 Germinal 220

22/05/2012

Législatives. Continuons le combat !

sarko-grimace.jpg

 

 

Les électeurs français, dans leur grande sagesse, ont décidé de renvoyer aux poubelles de l’histoire l’usurpateur qui, pendant cinq années sinistres, les a bafoués, a ridiculisé la France, a ruiné le pays.

 

Pendant cinq longues années, la France a été livrée à l’avidité cupide et sans complexe des sarko-trafiquants. Malhonnêteté, népotisme, favoritisme, exil fiscal, contrôle des médias, saccage de la protection sociale, dévastation des codes du travail, perte de l’indépendance de la France assujettie à l’Otan, ridiculisation de la diplomatie française à la botte des Etazuniens et de Merkel la teutonne, noyautage de toutes les administrations, attaque permanente du syndicalisme, dette galopante, chômage de masse, dépendance de la presse, racisme décomplexé, traque des sans papiers, fin de l’ISF et bouclier fiscal pour les plus riches, république des copains et des coquins, procès d’intimidation contre les gêneurs, espionnage des journalistes, fichages généralisé de la population, gaspillage des deniers publics, ruine et disparition des services publics, insécurité instrumentalisée pour faire peur, Kadhafi campant sur les Champs Elysées, Bachar El Assad invité d’honneur au 14 juillet, etc., etc.

 

Le nuisible en chef a été déboulonné, démocratiquement, par la force magnifique des urnes. Ouf ! Mais il convient de finir le travail. Comment ? D’abord en éliminant tous les députés qui ont sévi à ses côtés. Les élections de juin sont décisives. Le temps n’est pas aux bisbilles partisanes et aux querelles d’amour propre. Il faut savoir si on veut Copé à Matignon !!!

 

L’essentiel, c’est de se débarrasser d’un maximum de sarko-trafiquants. Il sera toujours temps, après, de surveiller et éventuellement recadrer le pouvoir qui a déjà réussi une chose qui mérite toute notre gratitude : nous avoir débarrassés de Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa.

 

 

 

Quartidi 4 Germinal 220 

 

 

Photo X - Droits réservés

 

 

21/05/2012

« La vérité, c’est le mensonge » comme pour Orwell « la guerre, c’est la paix », « la liberté, c’est l’esclavage », « l’ignorance, c’est la force »

 

censuré fermeture éclair.jpg

 

 

 La sinistre Anastasie – c’est ainsi que l’on nomme la censure dans le milieu de la presse – sévit de plus en plus. Elle est un outil redoutable au service des puissants non seulement en cachant les vérités qui pourraient gêner ces puissants, mais aussi en ôtant aux « consommateurs d’information » la possibilité de se forger une opinion lucide en matière de politique autant que de s’épanouir en matière de culture.

 

La censure est la compagne sournoise de la propagande. Et les deux font partie des armes essentielles de ceux qui veulent tuer la démocratie comme de ceux qui veulent aliéner les humains à travers les fariboles religieuses. Surtout ne pensez pas !

 

La censure - la Police de la Pensée et de la Vertu - se camoufle sous divers masques. Anastasie sabre ce qu’elle considère comme « propos diffamatoires », elle sabre ce qu’elle considère comme « érotisme excessif ou pornographique ». C’est la censure directe : on coupe ! Elle sabre aussi, dans les émissions radiodiffusées ou télévisées en coupant au montage les plans et les mots qui gênent la pensée dominante (en l’occurrence l’ultralibéralisme global). Elle se camoufle encore plus insidieusement en autocensure: les journalistes se censurant eux-mêmes afin de préserver leur emploi plus que précaire...

 

Pour illustrer ce propos, voici une lettre ouvert de Vicky Skoumpi (rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια) suite à une émission diffusée sur la chaine Arte (que l’on croyait pourtant au-dessus de ça…).


Chères amies, chers amis,


Le jeudi 16 mai, j'ai participé à l'émission d'Arte 28 minutes sur le thème : La Grèce, talon d'Achille de l'Europe?

http://videos.arte.tv/fr/videos#/tv/coverflow///1/120/cha...

 
Je viens de visionner l'émission telle qu'elle a été diffusée et j'en crois pas à mes yeux: le passage où je disais que l'aide accordée à la Grèce a été en réalité une aide aux créanciers du pays, et que les plans de sauvetage successives ont été conçus pour protéger les créanciers d’un défaut éventuel de la Grèce, tout en plongeant le pays à une récession de l'ordre de 20% et en le menant tout droit à la faillite, a tout simplement disparu! Si vous regardez attentivement vous constaterez les traces de coupure par des enchaînements assez abrupts et la non fluidité de la parole après la première intervention de Benjamin Coriat.


De même est passé à la trappe, un passage vers la fin où j'avais évoqué une confrontation qui n'est pas de nature nationale entre Grecs et Allemands, mais bel et bien entre deux camps transnationaux, c'est-à-dire entre ceux qui, en marchant littéralement sur des cadavres, défendent les intérêts du secteur financier d'une part, et, d'autre part, ceux qui défendent les droits démocratiques et sociaux et en fin de compte le droit à une vie digne de ce nom. Je prends à témoin Benjamin Coriat qui participait à l'émission et qui pourrait certifier que j'ai bien tenu ces propos dont la trace disparaît sous les ciseaux du censeur.

Car, cela relève tout simplement de la CENSURE. Une question s'impose : Qui donc contrôle Arte et qui filtre les infos ainsi?


Je l'avoue, je n’en reviens pas. L’émission a été enregistrée « dans les conditions du direct » deux heures et demi avant sa diffusion et que je sache cette formule veut dire qu'on ne coupe pas, à la limite on refait une prise si on a un souci, ce qui a été le cas pour les présentations. Et même si la pratique établie est de couper un peu les longueurs, comment se fait-il que les deux coupes principales portent, comme par hasard, sur des propos concernant les vrais bénéficiaires de l'aide à la Grèce, c'est à dire les banques, ainsi que sur le caractère fallacieux de la supposée confrontation greco-allemande?


Comme vous pouvez d’ailleurs sans doute le constater vous-même, mon temps de parole correspond à un tiers - peut-être même moins - de celui de Monsieur Prévelakis. Celui-ci , avec sa proposition d'un médiateur, sous la tutelle duquel devrait se mettre la Grèce, proposait rien de moins que de suspendre les procédures démocratiques en Grèce et de placer Sarkozy (!) à la position d'un tuteur du peuple grec qui ne saurait être représenté par ses élus, surtout si ceux-là appartiennent par malheur au Syriza. J'ai bondi mais on ne m'a pas laissé le temps de réagir en coupant là l’émission.


Conclure l’émission sur ce propos est absolument scandaleux. Cela n’honore pas, loin de là, Arte qui se revendique d'une sensibilité démocratique. D'ailleurs, si vous regardez un peu attentivement le déroulement juste avant la fin, vous verrez que la dernière question s'adresse à moi, Mme Quin se tourne bien vers moi et non pas vers M. Prévélakis. Et ma réponse concernant les deux Europe qui s'affrontent et qui précédait la conclusion de Georges Prévélakis, est passée complètement à la trappe.


Bref, les coupures, la répartition inégale du temps de parole, la conclusion sur un appel à suspendre la démocratie en Grèce, tout cela, si n'est pas de la manipulation de l'information, c'est quoi au juste?


Voilà bien de questions sur le traitement de l’information par une chaîne européenne qui se veut indépendante.


Merci de diffuser ce message le plus largement possible et de l'afficher sur les réseaux, si vous voulez bien.


Vicky Skoumbi
rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια

 

Voilà. C’est fait. A vous de juger

 

Tridi 3 Germinal 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

20/05/2012

Gastronomie érotique: Katy et les feuilles de vignes farçies

 

femme au vent.jpg

Katy


J’ai rencontré Katy sur un paquebot turc

Qui reliait Marseille au pays d'Atatürk

Longue, fine, élancée, androgyne et très blonde,

En voyage de noce elle courait le monde.

 

Un regard prometteur longuement échangé,

Deux verres de raki, près du bar, partagés,

Et nous nous retrouvons, sans parole inutile,

Sur le pont, envoûtés, commençant une idylle.

 

Je cueille sur ses lèvres un baiser épicé,

Je roule entre mes doigts ses petits seins dressés

Elle m’offre, cambré, le bas de son échine

 

Et nous faisons l’amour, au rythme des machines

Nous grimpons, enlacés, vers le septième ciel

Croquant à belles dents dans sa lune de miel !

 

 

Les “ Dolma yalanci ” – Les feuilles de vignes farçies

 

Le mari de Katy, un pasteur anglican

Pratiquait avec flegme une juste devise :

“ Mieux vaut une participation sur un volcan

Que l’exclusivité d’une froide banquise ! ”

Nous nous sommes aimés de fougue et d’abondance

De Marseille à Capri, du Pirée à Byzance,

Au hasard des recoins du bateau haletant

Toujours sur le qui-vive et pressés par le temps,

Sur des bâches pliées, sur des tas de cordages,

Mais surtout dans les chaloupes de sauvetage.

Grand, solide et rougeaud, le regard ironique,

Le pasteur buvait sec du rhum de Martinique

Il connaissait les hommes, les femmes et le péché

Et savait que Katy, sa belle amourachée

Lui reviendrait bientôt, et sans perdre la boule,

Sitôt que le bateau atteindrait Istamboul…

Le pasteur généreux, grand seigneur, m’invita

Dans un resto flottant, sous le pont Galata,

Il reprit possession, avec verve et humour

De sa volage épouse, de sa poupée d’amour,

Et la gorge serrée, je dus rendre les armes

Quand Katy me quitta, sans verser une larme…

- Eh ! Victor, ici bas, chacun porte sa croix,

Et souvent, le cocu n’est pas celui qu’on croit !

Il t’a bien fait marron, le serviteur de dieu !

Mais qu’avez-vous mangé comme repas d’adieu ?

- Un plat oriental, les “ Dolma yalanci ”,

On connaît : ce sont les feuilles de vignes farcies.

Tu fais blanchir trente secondes,

Dans de l’eau bouillante et salée,

Des feuilles de vignes que tu émondes

Des nervures et parties talées.

Tu les sèches sur du sopalin

Et tu te bois un coup de vin.

Tu colores un oignon et de l’agneau haché

Dans de l’huile d’olive sans laisser attacher,

Un verre de riz sec, laisse prendre du goût,

Puis recouvre d’un doigt d’eau, citronnée surtout.

Laisse cuire dix minutes, rajoute des raisins

Secs trempés, égouttés, cannelle, pignons de pin,

Sale, poivre, cuis à absorber le liquide,

Vide ton verre plein et plains ton verre vide.

Dispose cette farce sur tes portions de feuilles

Roule-les en cylindres, c’est fait en un clin d’œil,

Et pour ne pas qu’ils s’ouvrent, avec un cure-dent

Tu rapproches les bords et tu piques dedans.

Dans le fond d’une poêle, met ces petits rouleaux,

Un peu d’huile d’olives, un demi verre d’eau,

Et fais cuire à feu doux, vingt minutes à couvert.

C’est un plat délicieux, qui rend les hommes verts !

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !


JVJ


in Le bonheur grâce à la cuisine de l'amour



Duodi 2 Germinal 220


Photo X - Droits réservés

 


 

19/05/2012

Ouiquinde érotique avec ce sacré Malherbe, roi de l'autocoïtpalmaire!

 

malherbe françois de.jpg

 

FRANÇOIS DE MALHERBE (1620)

Sonnet

Sy tost que le sommeil au matin m’a quitté,
Le premier souvenir est du Con de Nerée,
De qui la motte ferme et la motte dorée
Egale ma fortune à l’immortalité.

Mon Vit, de qui le foutre est la félicité,
S’alonge incontinent à si douce curée,
Et d’une eschine roide au combat préparée,
Monstre que sa cholere est à l’extrémité.

La douleur que j’en ay m’oste la patience,
Car de me le branler, c’est cas de conscience ;
Ne me le branler point, ce sont mille trespas.

Je le pense flatter afin qu’il me contienne ;
Mais en l’entretenant, je ne m’appercoy pas
Qu’il me crache en la main sa fureur et la mienne !


bonobos Ginette.jpg

 

Primidi 1er Germinal 220



Illustrations X - Droits réservés 

18/05/2012

Au charbon !

fralib pancarte.jpg

 

Montebourg est maintenant au pied du mur puisqu’il est en situation de peser sur les décisions des patrons-voyous qui ferment et délocalisent pour engraisser un peu plus les actionnaires avides. Ainsi des Fralib à Gémenos : autour de 600 jours de conflit, occupation de l’usine qui, en Provence, produit depuis 120 ans les thés « de l’éléphant ».

 

Les « fralib » ont proposés la reprise de leur entreprise. Refusée par les propriétaires – la multinationale rapace Unilever – qui veut fermer le site après avoir pillé le savoir-faire, la marque, la clientèle et veut délocaliser la production dans d’autres usines du groupe, à Bruxelles et en Pologne. La justice a ordonné l’évacuation, au besoin par la force, des ouvriers qui occupent le site.

 

Ce conflit est exemplaire car il oppose une multinationale rapace à des ouvriers luttant pour leur existence. Que peut faire Montebourg puisque les lois en vigueur, nationales, européennes, internationales protègent les multinationales-rapaces ? En l’état actuel des choses, pas grand-chose. Sauf à renverser la table : remettre en cause ces lois scélérates, quitte à se mettre momentanément en infraction avec la Commission européenne, avec l’OMC et toutes ces institutions mises en place par l’idéologie ultralibérale mondialisée au service de la finance et des multinationales.

 

 Le coup de pied dans la fourmilière susciterait, à coup sûr, bien des sympathies, bien des soutiens et contribuerait à renverser par les urnes, en Europe, les régimes de droites, au service de la finance internationale, qui saccagent la belle idée européenne et – crime impardonnable – suscitent la renaissance de nationalismes belliqueux auxquels vont répondre un terrorisme de « desesperados » genre Brigades rouges. Ça a commencé en Italie et en Grèce.

 

Montebourg, et le gouvernement de gauche, ne pourront répondre aux ravages du système mis en place par Sarkozy et ses comparses de la mondialisation que s’ils peuvent légiférer dans ce sens. Et ils ne pourront le faire que si les prochaines élections législatives leur donnent une majorité claire.

 

Donc le combat continue, il ne faut surtout pas se démobiliser. Un seul objectif : se débarrasser des députés au service des sarko-trafiquants.

 

 

Décadi 30 Florial 220


Photo X - Droits réservés

 

17/05/2012

Eh ! Si vous alliez faire un tour sur Urtikan.net !

Le nec plus ultra des dessins d’humour caustiques est publié sur ce site qui pète le feu. Par exemple :

 

 

Sarko chez ruquier par  jiho urtikan.jpg

 

 

Allez y faire un saut, vous en deviendrez accro.

 

Et au passage, vous pourrez méditer sur un article relayé par ce site et qui fait froid dans le dos : il traite des déchets nucléaires et du cadeau empoisonné que nos criminels nucléocrates vont laisser ad vitam eternam à l’humanité ou à toute autre forme d’intelligence vivante à venir.

 

Eh ! Urtikan.net, c’est gratos, mais si vous n’avez pas un oursin dans une poche et une bogue de châtaigne dans l’autre, un petit don est toujours le bienvenu !


Nonidi 29 Florial 220

16/05/2012

Eh ! François, si après Berlin, tu allais visiter l’Acropole ?


acropolis adieu.jpgLes lampions sont éteints, François a mouillé sa chemise et même plusieurs vestes, il a eu un coup de foudre en allant manger des asperges chez Angela et Sarko est – enfin ! – parti faire de la course à pieds au Bois. Bon. Attendons les premiers pas du gouvernement pas encore mis en place par Ayrault (« De Nantes à Matignon, la digue, la digue… » comme disait ce matin la pétulante Sophia Aram sur France Inter !).

 

 

Au menu du gueuleton germano-franco-hollandois, entre les asperges (- « Ach ! Herr Vrançois, les Zarperges, z’est des produits télicats, qui demandent beaucoup de RIGUEUR ! » - Oui, chère madame, mais elles ne sont savoureuses que lorsqu’elles ont une belle CROISSANCE ») et la choucroute, il y avait au menu la Grèce, dont le peuple a de moins en moins de graisse sur les os !

 

 

Parlons-en de la Grèce. Ce pays, qui a inventé la démocratie et même le mot « Europe », est au bord du gouffre creusé devant ses pieds par des gouvernants pourris et…la pression insupportable de l’Union Européenne défendant…les banques françaises et allemandes.


Eh bien, contrairement aux apparences, de ce pays exsangue est en train de naître un formidable espoir. Cet espoir s’appelle Syriza, du nom de la coalition de gauche radicale qui a le vent en poupe et qui a toutes les chances de triompher, et donc de prendre le pouvoir – disons plutôt de rendre le pouvoir au peuple grec – aux prochaines élections en juin.  Dans un pays ravagé par le chômage (21,8% en janvier 2012) et les coupes franches dans les dépenses publiques (13,8 milliards d'euros d'ici à 2015), la colère gronde. Les partis « traditionnels », pourris jusqu’à la moelle, ayant fait la preuve de leur incompétence et de leur corruption, cette colère oscille entre l’espoir Syriza et le risque cauchemardesque du retour des colonels avec les néo-nazis.

 

Cette coalition, formée autour de dissidents du parti communiste grec favorables à l’Europe lutte bille en tête contre le diktat qu’il juge « criminel » imposé par La Banque centrale Européenne, le Fond Monétaire International et l’Union Européenne. Son slogan de bataille : « Ils ont décidé sans nous, continuons sans eux ! » Le mot d’ordre est « non à l’austérité » et non pas « non à l’euro ».  « Affirmer que notre appartenance à l’euro est en danger est un mythe construit de toutes pièces, un chantage exercé par les partis favorables aux plans de renflouement et un outil visant à pressurer le peuple afin qu’il accepte des mesures qui nous amèneront la misère. » martèle Alexis Tsipras, le jeune et flamboyant chef de file de Syriza, qualifié de « Mélenchon grec ». Tout comme ce dernier, ce parti - influencé par les succès des gauches sud-américaines - est favorable à la construction européenne mais « pour une autre Europe », plus sociale, moins ultralibérale, favorisant la croissance.

 

Croissance ? Voilà qui devrait sonner agréablement aux oreilles de notre François, auquel Alexis Tsipras se réfère d’ailleurs. Le programme de ce parti, dans ses grandes lignes, est celui-ci :

- Abrogation des lois sur les diminutions des salaires, sur la remise en cause du droit du travail et sur l'immunité pénale des parlementaires ;

- Enquête sur les banques grecques qu'il veut partiellement nationaliser ;

- Audit international de la dette de la Grèce ;

- Moratoire sur son remboursement.

 

A côté du jeune (né en 1974) Alexis Tsipras, redoutable tribun, la coalition bénéficie d’une formidable caution morale, celle de Manolis Glezos, celui que le général de Gaulle avait qualifié de "premier résistant d'Europe" pour avoir en 1941 arraché le drapeau nazi du sommet de l'Acropole.

Eh ! François, si Alexis Tsipras réitère son souhait de te rencontrer, ne fait pas comme Merkel refusant de te recevoir pendant ta campagne !

 

Epharisto poli et Kalimera !


Octidi 28 Florial 220


Illustration Spiegel

15/05/2012

Il a libéré le territoire ! OUF!!!!!

sarko méchoui.jpg

 

chimulus elysée.jpg

 

Septidi 27 Floréal 220

 

Merci à Chimulus

14/05/2012

François et Angela sont sur un bateau…

hollande merkel dessin bras de fer.jpg


 Eh ! François, c’est toi qui est sur une dynamique porteuse, ce n’est pas la Hambourgeoise ! Toi, tu viens de remporter, après une campagne âpre, le titre suprême en France, pays FONDATEUR et INITIATEUR de l’Europe. Elle, elle vient de prendre une nouvelle bouffe électorale rognant très sérieusement son crédit au sein même de son pays, après avoir fait de ce dernier scrutin une sorte de référendum pour ou contre la politique d’austérité à tous crins qu’elle prétend imposer non seulement à ses concitoyens qui n’en peuvent plus, mais au reste de l’Europe.

 

Dans vos discussions, rappelle-lui – avec toute la rondeur diplomatique qui te caractérise – que c’est elle maintenant qui entre en campagne électorale, qu’elle ne représente en aucune manière l’Allemagne tout entière et qu’elle se trouve sur un siège éjectable qui la renverra probablement – espérons-le en tous cas – à ses chères études (elle est docteur en chimie quantique, excusez du peu !).

 

Rappelle-lui que cette année des élections vont avoir lieu en France encore mais aussi en Italie, en Espagne, en Belgique, de nouveau en Grèce et…en 2013 en Allemagne ! Rappelle-lui que ces scrutins marquent pour la première fois une prise de conscience européenne chez les électeurs et que de nouveaux dirigeants vont apparaître, cassant radicalement le ronron ultralibéral des gouvernements de droite qui, depuis une décennie au moins plonge l’Europe dans le malheur et la division. Rappelle-lui discrètement qu’elle a refusé de te recevoir durant la campagne et qu’elle est venue, en France, soutenir Sarko. Rappelle-lui cela en menant parallèlement des discussions poussées avec son opposition qui deviendra probablement à l’automne 2013 la majorité en Allemagne !

 

Rappelle-lui bien que si elle défend les intérêts supérieurs du grand patronat de l’Allemagne, au détriment d’ailleurs de « l’Allemagne d’en bas », toi tu as été élu pour défendre ceux de la France. Rappelle-lui à l’occasion que la France est le premier partenaire commercial de l’Allemagne, ce qui mérite un respect…pragmatique.

 

Les Allemands jouent l’intimidation en Europe. C’est leur manière d’être. Mais ils ne te respectent que si tu gueules plus fort qu’eux ! Rappelle-lui donc que la France, avec l’Italie et l’Espagne, ont un poids bien supérieur à celui de l’Allemagne. Et que ces trois poids lourds refusent désormais l’austérité que prétend imposer l’Allemagne. Ils sont pragmatiques et comprendront…

 

Rappelle-lui que le traité d’austérité qu’elle a concocté avec Sarkozy n’est ratifié ni par le parlement français ni…par le parlement allemand ! Et qu’il ne le sera pas s’il n’est pas renégocié dans le sens d’une relance de la croissance parallèlement à des économies structurelles.

 

Propose-lui de redonner à la Françallemagne son rôle moteur en Europe avec  la mise en place de project bonds - des emprunts obligataires garantis par la Banque européenne d'investissement pour financer des projets d'investissement ; le déblocage de fonds structurels ; l'augmentation du capital de Banque européenne d'investissement ; la mise en place d’une taxe sur les transactions financières à l’échelle de l’Europe avec les pays qui le souhaiteront.

 

Enfin propose lui – ça ne mange pas de pain et ça ne coûte rien ! – en échange de ta neutralité provisoire dans les affaires électorales allemandes, de repousser les discussions les plus rugueuses après les législatives françaises.

 

Allez, « Aux fines herbes », comme ils disent outre-Rhin !



Sextidi 26 Florial 220.


Illustration X - Droits réservés

13/05/2012

Gauloiseries gastronomiques

Poussin_Bacchus_Peinture.jpg

 

 

Quand le froid et le vent des saints seins de glace nous confinent en bonne compagnie. Mangeons, buvons, chantons et racontons fariboles et gauloiseries.
Voici quelques perles dues à Jean de Milan (fin XI° - début XII°) de L'École de Salerne - traduction en vers français par Charles Meaux-Saint-Marc.


Le meilleur vin

Le vin dans les humeurs verse son influence :
Est-il noir? Dans le sang il répand l'indolence.
J'estime un vin mûri dont la chaude liqueur
Fait sauter le bouchon et ravit le buveur;
Quand sa vertu dénote une illustre vieillesse,
De ses dons généreux usons avec sagesse.
Je cherche dans un vin le brillant, la couleur,
J'y cherche plus encor le bouquet, la chaleur ;
Je veux qu'il ait du corps, une teinte écarlate,
Que pétillant, mousseux, en écume il éclate.
À l'écume le vin se jugera d'abord:
Bon, elle reste au centre, et, mauvais, court au bord.


Effets du bon vin.

Le bon vin au vieillard rend vigueur de jeunesse;
Au jeune homme un vin plat prête un air de vieillesse.
Le vin pur réjouit le cerveau contristé,
Et verse à l'estomac un ferment de gaieté.
Il chasse les vapeurs et les met en déroute,
Des viscères trop pleins il dégage la route,
De l'oreille plus fine aiguise les ressorts,
Donne à l'œil plus d'éclat, plus d'embonpoint au corps,
De l'homme plus robuste allonge l'existence,
Et de l'esprit dormant réveille la puissance.
De ta table aie bien soin d'exclure
Le pain encore chaud et le pain qui moisit,
Le dur biscuit, les pâtes en friture.
Que ton pain soit d'un bon grain, bien cuit,
Plein d’yeux et peu salé, ce pain fait un bon chyle.


Bière

La bière qui me plaît n'a point un goût acide;
Sa liqueur offre à l'œil une clarté limpide.
Faite de grains bien mûrs, meilleure en vieillissant,
Elle ne charge point l'estomac faiblissant.
Elle épaissit l'humeur, dans les veines serpente
En longs ruisseaux de sang, nourrit la chair, augmente
La force et l'embonpoint; l'urine accroît son cours;
Et du ventre amolli se gonflent les contours.


L'eau comme boisson

L'eau, fatale boisson, nuisible en un repas,
Refroidit l'estomac qui ne digère pas:
Bois-en, soit, mais très peu, si la soif te talonne;
Assez, pas trop: ainsi la sagesse l'ordonne.
D'une eau trop abondante en l'estomac noyé,
Ne va pas submerger l'aliment délayé.
Pour éteindre le feu de ta soif dévorante,
Ne bois pas à longs traits une eau froide et courante,
D'un peu d'eau fraîche humecte un gosier irrité.
Au tempérament buveur, inspirant la gaieté,
Dissolvant et cuisant tous mets, l'eau pluviale
Propice à la santé, ne craint pas la rivale.
La source, à l'est coulant, se boit avec plaisir;
Descend-elle du midi? réprime ton désir.


Des excréments, des vents et de l’urine.

Pissez six fois par jour, et dans le même temps
Rendez deux ou trois fois les plus gros excréments.
De péter en pissant ne faites pas mystère,
C'est un ancien usage, aux reins fort salutaire ;
Pratiquez-le sans honte, ou bien dans l'intestin,
Reste un gaz malfaisant rapporté du festin.
En grande pompe un roi traverse-t-il la ville?
Occupé de pisser, demeurez immobile.
Ta main, pressant ton ventre empêchera souvent
Qu'il ne s'y loge à l'aise et n'y séjourne un vent;
Aux replis d'intestin sa nuisible présence
D'un mal long et secret peut hâter la naissance.


Contre l'excès de boisson

Si pour avoir trop bu la nuit,
Vers le matin il t'en cuit,
Dès le matin, reprends la bouteille:
Le remède fera merveille.

 

Quartidi 15 Floréal 222.

Illustration: Poussin

12/05/2012

Ouiquinde érotique: Musset

Les filles de Loth

 

Loth et ses filles.jpg


Le vieux Loth ronflait au fond de sa caverne ;
Assises à côté d'une pâle lanterne,
Ses deux filles en pleurs se rappelaient tout bas
Les plaisirs de Sodome et ne s'endormaient pas.
L'aînée avait vingt ans, une figure altière,
L'œil bleu et des cheveux rejetés en arrière,
Des trésors sous sa robe et des doigts exercés...
La plus jeune était blonde, avait seize ans passés,
Des fruits s'arrondissaient sur sa blanche poitrine
Et son poil frissonnait où l'esprit le devine ;
Les yeux pleins de langueur et de timidité
Cachaient sous leurs cils d'or l'ardente volupté.
Vierges ! Comprenez que deux filles à cet âge
N'ont pas quitté Sodome avec leur pucelage.
Elles avaient goûté le breuvage amoureux,
Et leur soif insatiable avait fait des heureux,
Jusqu'au jour redouté du divin châtiment,
Leur vie entière fut détruite en un moment,
Tous les hommes perdus, car il n'en restait pas
Qui pussent désormais jouir de leurs appas !
D'où viendra la rosée à leur bouche altérée ? ...
"Ne pleure pas ma sœur, ma sœur, que ton âme éplorée
Retrouve quelque espoir. Tiens ! Déshabillons-nous,
J'ai trouvé pour jouir, un moyen simple et doux."
Ainsi parla l'aînée. Déboutonnant sa robe,
Elle montre à sa sœur, avec un double globe
Un ventre satiné qui se trouve en bas
Par un petit triangle couvert de poils ras,
Noirs comme de l'ébène, et doux comme de la soie,
Sarah sourit, s'approche et écarte avec joie
Les lèvres de la trousse, ainsi les vieux Hébreux
Nommaient l'endroit charmant qui les rendait heureux.
" Que faut-il faire Agass ? - Du bout de ton doigt rose,
Chatouille-moi - J'y suis, attends que je me pose
Pour que mon doux bouton s'érige sous ton doigt
Et que j'écarte les cuisses comme toi. "
Et sous leur main, servie d'une amoureuse ivresse,
La symphyse se gonfle et palpite et se dresse.
Enfin n'en pouvant plus et d'amour se pâmant,
Agass donne à sa sœur un doux baiser d'amant.
Mais celle-ci lui dit : " Faisons mieux, ma charmante
Remplaçons notre doigt à la place amusante
Par une langue agile ; et tu verras, ma sœur
Que nos attouchements auront plus de douceur.
Oui, sur ton petit ventre, attends que je me couche,
Ta bouche sur mes lèvres, ton poil dans ma bouche
Qu'une douce langue chatouille en l'excitant
Notre bouton de rose encore tout palpitant.
Que nos corps enlacés se tordent et se roulent,
Que le jus de l'amour sur nos cuisses s'écoule. "
Sitôt dit, sitôt fait, et bientôt ce doux jeu
Arrose leur trésor d'un liquide onctueux.
Mais ce sperme infécond ne rappelle les hommes
Que de manière vague. " Ah ! Sottes que nous sommes,
A quoi rêvons-nous donc quand on a ce qu'il nous faut :
Notre père est bien vieux, mais il est encore chaud.
Il peut bander encor quand les femmes sont belles,
Bien heureux qu'il n'ait pas affaire à des pucelles.
Mais il ne voudra pas, tant il est scrupuleux,
Nous donner la bouteille où jadis toutes deux
Avons puisé la vie,... où notre pauvre ère,
Allait remplir ses fleurs, teindre son cratère.
Tâchons de l'enivrer, il aime le bon vin,
Et s'il veut nous baiser, sauvons le genre humain... "
Chacune sur le chef portait un grand voile noir ;
Loth avec sa lanterne, a demandé, hagard :
" A qui sont ces tétons dont la blancheur rayonne ?
Ces globes opalins, dont la pointe frissonne ? "
Il jette sur Agass des regards polissons,
Ecoute en soupirant les charmeuses chansons
Qu'ensemble ont commencé ses filles toutes nues,
Il croit être à Sodome et, sur ses propres filles
Haletant de planter le bâton de famille,
Il s'élance soudain. Agass l'avait prévu.
Au ventre paternel, elle saisit tout nu
Le membre recherché par l'ensemble des femmes
S'aperçoit qu'il faut encore qu'elle l'enflamme,
Et, pour mieux en jouir, elle roule à la main
L'instrument qui doit féconder le genre humain.
" J'enfanterai, dit-elle, et pour être plus sûre
Adoptons pour jouir la meilleure posture. "
Elle tombe à genoux, découvre son cul blanc ;
Le vieux Loth inclinant la tête et s'approchant
Voit le cul : Oh ! Jeune Femme ! Oh ! ma toute belle",
Dit-il alors, jetant ses deux bras autour d'elle.
Agass, poussant le cul, accroît le mouvement
Car elle connaissait l'effet du frottement.
Elle se sent mouiller. Aucune jouissance
N'a pourtant assouvi sa brutale espérance.
Un soupir la saisit ; elle porte la main
Je ne sais où. " Tu n'es pas dans le bon chemin,
C'est à recommencer ", dit-elle à son vieux père.
Et l'ivrogne à nouveau recommence l'affaire ?
En craignant de manquer, il se laisse guider
A travers les replis qu'il devra féconder.
Agass tressaille. Enfin tout son beau corps frissonne ;
Les os ont craqué. Le père Loth s'en étonne
" Qu'as-tu donc ? Mon enfant : va donc que je jouisse !
Si je m'en suis douté, que le ciel m'engloutisse ! "
Dit le vieux Loth. Agass dit alors à sa sœur :
" Viens goûter à ton tour la divine liqueur. "
L'autre aussitôt s'approche et dans ses douces cuisses
Elle montre à son père un doux nid de délices.
Elle chatouille alors les couilles du taureau,
Prend l'arme tout à coup et la met au fourreau.
Entre ses blanches mains, saisit la vieille épée
Pour la faire entrer plus grosse et mieux trempée.
Enfin elle se pâme, laisse tomber ses bras,
Le sceptre paternel inondant ses appas.
" Gloire à Dieu " se dit-elle, " à présent j'ai conçu. "
Loth, en se réveillant n'avait rien vu, ni su.

 

Loth-et-ses-filles-de-Simon-Vouet--2-.jpg

 

 

Illustrations:

Hendrik Goltzius "Loth et ses filles"

 

Simon Vouet "Loth et ses filles"

 

Quartidi 24 Floréal 220