Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/09/2012

Eh ! Président Normalou, qui t’a élu ? Le Medef ou les électeurs de gauche ?

banquier dessin 1.jpg

 

 

On t’a entendu désigner clairement ton ennemi, qui se trouvait être le nôtre – la haute finance -, on y a cru et on a voté pour toi. On ne peut pas le regretter car sinon ce serait encore Sarko, c’est-à-dire infiniment pire. Mais enfin, où est-elle cette belle et virile attitude d’en découdre avec les vrais responsables de la crise : les banques et autres établissements financiers ?

 

Tu nous as promis de séparer les activités bancaires de dépôt et de spéculation. Résultat ? Rien de fait, rien de seulement amorcé. Enterré semble-t-il cette nécessité. Recul devant les banquiers.

 

Tu nous as promis de mobiliser l’épargne des Français au service de la relance économique, notamment en doublant le plafond de dépôt sur les livret A. Résultat : 25% seulement d’augmentation, et ce n’est pas près de changer. Recul devant les banquiers.

 

Pire encore, pour pallier aux dérives des banques privées qui ont depuis lurette (belle ou pas) oublié leur mission - le financement de l’économie - tu nous promis la création d’un grand établissement public de financement des PME-PMI, la Banque Publique d’Investissement (BPI) qui devait être le puissant levier de redressement de l’économie française. A la sortie, après un combat souterrain mais au couteau entre Moscovici et Montebourg, c’est le premier (strauss-khanien, énarque) qui a imposé ses vues.

 

Et ce qui va sortir de combat, c’est une BPI coquille vide, incapable de remplir sa mission, sans moyens (30 milliards) et…concocté par le ci-devant Pigasse Matthieu, patron de la banque d’affaire Lazard, celui-là même dont les judicieux et fort couteux conseils ont présidé à la création de Natixis, plus gros désastre financier en France, ayant coûté des dizaines de milliards aux contribuables !

Le ci-devant Pigasse peut s’appuyer, pour concocter un « machin » vide, sur l’incompétence intéressée des haut fonctionnaires de Bercy. Ces têtes d’œufs ne sont pas capables de mettre sur pieds un organisme financier public efficace, qu’ils aient besoin des « conseils » d’un banquier d’affaire ? On les pait (cher !) pourquoi alors ? Mais ceux-ci, comme Moscovici, sont très proches, pour ne pas dire complices des banques privées (dans lesquelles ils vont souvent « pantoufler ») et voient d’un mauvais œil l’arrivée d’une BPI puissante et efficace. Ils se sont donc occupés à torpiller cette idée qui devait être une des réalisations phare du quinquennat de François.

 

La BPI sera donc une structure administrative de plus, simple holding coiffant des organismes déjà existant (FSI, Oseo, Ubi France et CDC Entreprises). Le premier ministre (lien) a lui-même pratiquement vidé le projet de son sens en ne lui donnant pas les moyens de sa mission. Montebourg, lui, voulait mettre en place un vrai levier de redressement de l’économie, avec des moyens massifs (de 250 à 300 milliards pouvant provenir d’une réorientation de l’épargne populaire, entre autre de l’assurance-vie). Montebourg a perdu. Recul de Mosco et de Ayrault devant les banquiers et le Medef.

 

Principal objectif du quinquennat, la lutte contre le chômage passe par le soutien aux seules entreprises capables d’embaucher, le riche tissu de PME-PMI. Et la BPI devait être l’instrument de ce renouveau. En laissant tes ministres se coucher devant les banquiers, tu trahis notre confiance, ci-devant Président, tu te torches avec notre bulletin de vote. Le mariage des zomos ou le vote des étrangers, pour intéressants qu’ils soient, passent, dans la tête des citoyens, bien loin derrière la précarité et la désespérance engendrés par le chômage !

 

Eh ! Oh ! Citoyen Président, faut mettre de l’ordre dans la baraque !



3ème jour des Sans-Culottides de l’an 220 – Jour du Travail

 

Illustration X – Droits réservés

 

Commentaires

Quand je pense à Hollande
Je débande

Écrit par : Michel Benoit | 18/09/2012

Quand je pense à Sarkozy j'débande aussi!

Écrit par : victor | 18/09/2012

Ce papier est trop bon, je pique pour mon blog et je cite le maestro!
Du coup au déjeuner j'ai siroté un côte du Rhône!

Écrit par : marc baldy | 20/09/2012

Alors je vais déguster un Cahors d'Imbert ou de Rigal, si je trouve.

A l'aqua bar ! (sans O)

Écrit par : victor | 20/09/2012

Les commentaires sont fermés.