Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2012

Gastronomie de pauvres : la Bombine ardéchoise de Mamé Zizou.

Bombine pour web.jpg

 

 

Les temps de pénurie ne sont guère de mise

Et chacun, plus ou moins, peut manger à sa guise

Bien sûr, ce sont souvent des bouffes dégueulasses:

Sous vide, surgelés ou conserves fadasses.

Le pire étant bien sûr ces affreux "hambourgeois"

Dont les Zétazuniens, puritains rabat-joie,

Punissent tristement tout le reste du monde

En voulant le gaver de leur pâtée immonde:

Un peu de vache folle en tranche agglomérée

Prise entre deux éponges assaisonnées diarrhée

Pourtant, il y a peu – trois, quatre décennies –

Faire bouillir la marmite donnait des insomnies

À bien des ménagères. Mais avec presque rien,

Des patates, des restes, et du goût, ô combien!

Elles vous mitonnaient de solides gamelles

Qui régalaient le ventre mieux que des regardelles.

René-Louis Thomas, mon ami ardéchois,

Grand amateur de vins et de repas de choix

M'a préparé un jour - j'en lèche mes babines –

De sa Mamé Zizou la fameuse Bombine.

- Je t écoute Victor: comment ça se prépare,

Avec quels ingrédients, cette recette rare?


Ce n'est pas compliqué comme tu vas le voir,

 Pourtant c'est un bouquet de saveurs du terroir.

Hache fin deux ou trois cèbes de Lézignan

Que tu feras blondir dans l’huile lentement.

Quand je dis dans de l'huile, c'est d'olive bien sûr

Et non les jus douteux de quelques grains obscurs.

Ajoute des lardons, si possible un peu rances,

Ça apporte un parfum, mais évite l'outrance.

Il est temps maintenant de remplir ta toupine

De ce qui constitue le corps de la bombine :

Des rattes de l'année, entières, avec leur peau,

Mêlées de rattes vieilles, pelées et en morceaux.

Couvre juste à niveau d'eau chaude assez salée,

Met une gousse d'ail, du laurier et du thym

N'oublie pas d'ajouter un verre de bon vin,

Ferme et met en cuisson deux heures d'affilée,

À petit feu bien sûr, il faut que ça mijote.

Ce plat de fin de mois des montagnes gavottes

Te remplit le palais de fragrances rugueuses.

Il cala l'estomac des gavots et des gueuses

L'arrosant de clinton, ce cépage ardéchois

Qui te chauffe la tète et maltraite le foie.

Mais, comme dit Ferrat il fait des centenaires

Qui ne vont pas souvent chez les apothicaires.

Cessons pour aujourd'hui cc conte culinaire.

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

D'un de ces vins subtils, poussés en Languedoc

Qui te rendent gaillard, solide comme un roc.

 

 

Nonidi 9 Vendémiaire 221

 

Illustration originale Vincent Barbantan


 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

- 3 ou 4 cèbes de Lezignan (ou autres oignons doux si vous n'en trouvez pas), - 2 hectos de lards (si possible un peu rance), - 1 kilo de pommes de terre rattes nouvelles, - 1 kilos de rattes vieilles, - 1 cuillerée à soupe de gros sel, - 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive, - 2 litres d'eau améliorée d’un verre de vin blanc.

Les vins conseillés:

Vous ne trouverez plus de clinton, ce cépage qui poussait sur les arides restanques ardéchoises, car, dangereux, il est interdit et c'est une bonne chose. Mais essayez un de ces rouges étonnants de fraîcheur et de par­fum des Coteaux ardéchois : Saint-Désirat, Saint-Joseph, Tournon, La Roche-de-Glun ; des rouges des Corbières ; des rouges des Coteaux varois.

 

 

29/09/2012

Ouiquinde érotique avec Alfred Jarry

 

A la découverte de la femme

Femmes1.JPG

Une forme nue et qui tend les bras,
Qui désire et qui dit : Est-ce possible ?
Yeux illuminés de joie indicible,
- Qui peut, diamants, nombrer vos carats !

Bras si las quand les étreintes les rompent.
Chair d'un autre corps pliée à mon gré,
Et grands yeux si francs, surtout quand ils trompent,
- Salez moins vos pleurs, car je les boirai.

Au frisson debout elle est, endormie,
Un cher oreiller en qui bat un cœur ;
Mais rien n'est plus doux que sa bouche amie,
Que sa bouche amie, et c'est le meilleur.

 

LE BAISER DE RODIN MARBRE MUSEE PARIS.jpg

 


Nos bouches, formez une seule alcôve,
Comme on unit deux cages par leurs bouts
Pour célébrer un mariage fauve
Où nos langues sont l'épouse et l'époux.

Tel Adam qu'animait une double haleine
A son réveil trouve Ève à son côté,
Mes sommeils enfuis, je découvre Hélène,
Vieux mais éternel nom de la beauté.
Au fond des temps par un cor chevroté :

- Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'Éros.
Vers Troie
La proie,
S'éploie
La joie
D'Argos.

 

aphrodite statue.jpg

L'agile
Achille
Mutile
La ville
Où pâme
Priam.

 

 

Pompeya_erótica5 Priape mosaïque.jpg

 


Le sillon de son char qui traîne
Hector à l'entour des remparts
Encadre un miroir où la reine
Toute nue et cheveux épars,
La reine
Hélène
Se pare.

- Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

Le vieux Priam implore sur la tour :

- Achille, Achille, ton cœur est plus dur
Que l'or, l'airain, le fer des armures,
Achille, Achille, plus dur que nos murs,
Que les rochers bruts de nos remparts !

 

femme au vent.jpg

 

A son miroir Hélène se pare :

- Mais non, Priam, il n'est rien si dur
Que le bouclier d'ivoire de mes seins ;
Leur pointe s'avive au sang des blessures,
De corail comme l'œil de blancs oiseaux marins :

Dans la prunelle froide on voit l'âme écarlate.
Il n'est rien si dur, non, non, non, Priam.

Pâris archer
Comme Cupidon
S'en vient flécher
Achille au talon ;

Pâris Éros
Si blond et si rosé,
Le beau Pâris, juge des déesses,
Qui choisit d'être amant d'une femme ;
Le ravisseur d'Hélène de Grèce,
Fils de Priam,
Pâris l'archer est découvert :
Sur sa trace éperdue exulte un char de guerre,
Son sexe et ses yeux morts nourrissent les vautours :

- Hélène,
La plaine
Hellène
Est pleine
D'amour.

 

amazone cheval.jpg

 


Destin, Destin, trop cruel Destin !
Le buveur du sang des mortels festoie :
Les corps hellènes jonchent la plaine de Troie,
Destin et vautours font même festin.
Trop cruel Destin, dur aïeul des dieux !

- Destin n'est qu'un mot, et les cieux sont vides.
S'il était des cieux autres que mes yeux.
Mortels, osez en scruter sans pâlir
L'abîme de bleu, l'arrêt s'y peut lire :
L'époux et l'amant, Ménélas, Pâris,
Sont morts et de morts la plaine est couverte
Pour faire à mes pieds un plus doux tapis,
Un tapis d'amour qui palpite et bouge ;
Et puis j'ai souvent une robe verte

Et... je ne sais pas... ces jours là, j'aime le rouge.

 

Alfred Jarry

Dans: Le Surmâle (chapitre 13, 1902)


 

seins.jpg


Octidi 8 Vendémiaire 221


Photos X - Droits réservés

28/09/2012

Racisme anti-blancs ? Chut ! Pas de gros mots…

 

 

Depuis quelques jours la ville de Nîmes est secouée par l’émergence dans les médias - essentiellement Radio France Gard-Lozère, le quotidien local Midi-Libre restant étonnamment discret – de faits « d’incivilités » dans le quartier populaire dit « du chemin bas d’Avignon ». En fait « d’incivilités », il s’agit de choses bien plus graves : depuis plusieurs semaines, au marché qui se tient chaque mardi dans ce quartier, un groupe de jeunes salafistes menacent des commerçants qui vendent du vin, de la viande de porc, de la charcuterie et même des vêtements « légers » ! Injonctions de ne plus venir exercer leur commerce sur ce marché assorties de menaces de mort…

 

Par crainte légitime de représailles, aucun n’a porté plainte ; certains ont préféré ne plus venir ; d’autres ont prévenu les médias, d’où un reportage radio de l’antenne locale de Radio France qui a dévoilé la chose. A tel point que le préfet du Gard a organisé hier une rencontre entre commerçants, conseil de quartier, police, élus municipaux, associations, organisations musulmanes reconnues.

 

Epiphénomène local ou réalité cachée dans bien d’autres villes et quartiers ? Ces individus se revendiquant des principes archaïques, barbares et meurtriers d’une secte dangereuse terrorisent les commerçants « gaulois » aussi bien que leurs coreligionnaires. Sous prétexte de ne « pas mettre d’huile sur le feu », faut-il que les autorités de la République aient une attitude munichoise ? Faut-il subir sans rien dire ? Accepter ces pressions insupportables d’une idéologie étrangère ? Les salafistes sont nos ennemis. Il convient de les traiter comme tels.

 

Au fait, si les commerçants menacés s’étaient groupés et avaient flanqué une bonne raclée à coups de triques à ces voyous, qu’aurait-on dit ? Qu’il s’agissait de racisme anti arabe, d’islamophobie, etc.

 

Que dit le Robert : racisme [Rasismn. m. 

• 1902; de race  

1 - Théorie de la hiérarchie des races, qui conclut à la nécessité de préserver la race dite supérieure de tout croisement, et à son droit de dominer les autres. Le racisme n'a aucune base scientifique. « Mein Kampf est  l'évangile du national-socialisme, ou, plus exactement, du racisme » (Bainville) 

- Ensemble de réactions qui, consciemment ou non, s'accordent avec cette théorie. Faire preuve de racisme. Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (L. I. C. R. A.).  

2 - Abusivt Hostilité violente contre un groupe social. Racisme envers les femmes.  sexismeRacisme anti-jeunes. « ça a été très compliqué d'entrer dans le cinéma à cause du type à l'entrée qui faisait du racisme anti petits garçons » (R. Forlani).

 

Mais, les actions d’un groupe d’individus se réclamant d’une idéologie religieuse étrangère, menaçant de mort des commerçants vendant des produits prohibés par cette secte religieuse, manifestant une hostilité violente contre un groupe social définie comme « gaulois », ça s’appelle comment ? Chut ! Pas de gros mots, ça risque d’incommoder les « idiots utiles »…

 

 

Septidi 7 Vendémiaire 221


 

racisme,salafistes

Un visage de la haine religieuse


Photo x - Droits réservés

 


 

27/09/2012

Au bistro de la toile : François s’en va-t-en guerre…

chimulus bistro copie.jpg

 

 

« Quand Normalou, hou, hou, s’la joue martia-a-le

Mali, marlou, hou, hou, j’entrave que da-a-lle.. »

 

- Oh ! Putaing, Loulle ! Quelle voix ! On dirait Roberto Alagna dans le grand air de la Cafétéria !

 

- Pour dire, Victor, que j’ai du mal à comprendre la cohérence des têtes d’œufs qui nous gouvernent. François, avec force coups de menton à l’ONU a proclamé que la France était disposée à « apporter son soutien » à une action armée pour débarrasser le nord du Mali de la peste islamique qui y sévit. C’est bien, c’est noble, c’est sain. Mais par ailleurs, il a dit qu’il fallait aussi aider les rebelles syriens à se débarrasser du tyran Bachar el-Assad. C’est bien, c’est noble, c’est sain mais il ne faut pas se raconter de conneries : ce sont les islamistes qui le remplaceront… Où est la cohérence ?

 

- Effectivement, on nage en pleine incohérence Loulle. Les islamistes, les salafistes (qui en sont l’émanation la plus violente) sont nos ennemis. Qui finance et arme ces types ? Le Qatar et l’Arabie saoudite. Or ces deux féodalités pétrolières sont…nos « amis » et alliés !

 

- Alors ? On fait quoi ? On laisse ces abrutis sanguinaires d’Aqmi et autres islamistes saccager le Mali, un pays ami, un vrai celui-là ? On laisse agir des gens qui coupent des mains, des pieds, qui lapident, qui saccagent tout au nom d’une idéologie archaïque ? Au risque un jour d’avoir à les affronter chez nous ? Ils sont bourrés de pognon par nos « amis » qataris, armés comme un porte-avions par le pillage des arsenaux de feu Kadhafi…

 

- C’est bien là où est le problème. La force interafricaine prévue pour débarrasser le nord Mali de ces crapules est de 3000 hommes. Ridiculement faible et en plus on ne sait pas où les trouver, les voisins – pays pauvres ou eux-mêmes en proie à des troubles intérieurs – ne se bousculant pas au portillon. Il y aurait pourtant une solution, qui serait rapidement efficace.

 

- Ah ! Et laquelle Victor ?

 

- Que participent directement à cette force interafricaine, avec tout le poids militaire nécessaire l’armée française ET l’armée algérienne ! Le problème serait vite réglé et cette action militaire commune entre Français et Algériens marquerait enfin une réconciliation véritable. N’oublions pas que « l’ennemi héréditaire » anglais est devenu un pays ami et allié lorsqu’on a lutté ensemble contre l’impérialisme allemand de l’époque…

 

- Bonne idée Victor. Mais les Algériens y sont-ils prêts ? Allez, à la nôtre !

 

 

Sextidi 6 Vendémiaire 221

 

Merci à Chimulus

26/09/2012

Et si on reparlait de Fukushima où on est à 2 doigts du pire ?

fukushima crane.jpg

 

 

Exit Fukushima des médias. Ça ne fait plus recette et on a autre chose à se mettre dans l’étrange lucarne. Et pourtant ! L’article suivant lève un coin de voile sur un danger qui n’est pas que localement japonais, mais qui est planétaire. A vous de juger :

 

Alors que chacun craignait la chute de la piscine du réacteur N°4, une partie du bâtiment N°3 de la centrale de Fukushima Daïchi qui vient de s’écrouler dans le plus complet silence de la plupart des médias.

Problème, la piscine de ce réacteur contient du Mox.

 

C’est le 20 septembre 2012 que suite à une mauvaise manipulation, des ouvriers de la centrale tentant d’enlever des débris tombés dans la piscine du réacteur N°3, ont malencontreusement heurté une poutrelle métallique de 7 mètres de long, pesant 470 kg, laquelle était au bord de la piscine, provocant la chute de celle-ci dans la piscine. 

 

L’accident a été qualifié « d’incident », à se demander comment serait qualifié la chute d’un employé de TEPCO, qui tomberait d’une échelle. lien

 

Le problème est que cette piscine contient 514 assemblages de combustible usagé, et 52 neufs, à base de MOX, dont la particularité est de contenir du Plutonium 239, fabriqué en France, à Marcoule, (lien) ainsi que du plutonium 241, très instable.

Rappelons qu’un milligramme de ce plutonium inhalé peut suffire à induire un cancer, (lien) et que la durée de « demi-vie » de celui-ci est de 24 000 ans, ce qui signifie que les effets ce cet élément radioactif ne seront bien moins dangereux qu’au-delà de 100 000 ans.

On pourrait s’étonner que le contenu de cette piscine n’ait toujours pas été vidé, mais l’opération est rendue difficile, puisque le chariot qui permettait ce déchargement était lui-même tombé dans la piscine.

La transparence étant rarement de mise dans le milieu nucléaire, ce n’est qu’un an après que nous avons été informés de cet accident. lien

 

D’ailleurs, dans la même logique, ce n’est que maintenant que nous apprenons que les réacteurs n°5 et 6 de Fukushima ont rejeté du tritium dans la mer aux mois d’avril et mai dernier. lien

 

Revenons à l’écroulement d'une partie du bâtiment du réacteur n° 3

Que peut-il se passer après ?

Maintenant que cette poutrelle de près d’une demi-tonne est tombée en partie dans la piscine, s’ajoutant aux autres parties du bâtiment qui y sont déjà, l’opération de déchargement du combustible, déjà rendue très difficile, l’est encore plus aujourd’hui.

Une autre question est soulevée : dans ce bâtiment, la piscine était à 30 mètres de haut.

Si une partie du bâtiment s'est écroulé, où se trouve la piscine et les assemblages qui étaient dedans ?

Le mystère le plus complet baigne.

Les autorités nucléaires japonaises avaient estimé à l’époque que renforcer la sécurité de la piscine présenterait un cout élevé, sans pour autant diminuer les risques d’un accident majeur.

Donc rien n’avait été fait. lien

Pourtant le risque de criticité est important. lien

Si l’une des piscines de Fukushima venait à se vider de son eau, ou pire à basculer, les assemblages radioactifs se mettraient à chauffer, sans qu’il soit possible à un certain moment de les refroidir, et dès lors tout est à craindre.

 

La gaine de zirconium contenant le combustible nucléaire se dégraderait, comme l’ont prouvé récemment des experts américains, et dès lors, cela provoquerait un énorme relâchement de produits de fission, avec les conséquences que l’on imagine. lien

 

La démonstration de cette possibilité a été décrite en détail par l’expert en la matière, Arnie Gundersen, comme on peut le constater dans cette vidéo, et pour Hiroaki Koide, professeur à l’institut de Recherche nucléaire universitaire de Kyoto, les émissions de matières radioactives correspondraient à 5000 fois la bombe d’Hiroshima. lien

 

Quant à la piscine du bâtiment n° 4, elle pose toujours le même problème, et Masashi Goto, ex-ingénieur chez Toshiba, concepteur du confinement des réacteurs nucléaires de Fukushima n’est lui-même pas rassuré.

 

Il a déclaré : « même si les murs existent, il n’y a pas de manière simple d’en connaitre la stabilité. A quel point la stabilité a-t-elle été compromise par la haute température de l’incendie ? ». lien

 

Le vrai problème restant le délai très long que s’est donné le gouvernement du Japon pour finaliser le démantèlement de la centrale, puisqu’il l’envisage sur une durée d’au moins 40 ans.

D’ici là, que peut-il se produire ?

Les propositions d’aide venant des experts internationaux ayant manifestement été poliment déclinées, on est en droit de se demander pour quelle raison le gouvernement Japonais, maintenant actionnaire prioritaire de la centrale, prend-t-il une telle position ?

Comme dit souvent mon vieil ami africain : « qui fait l’âne ne doit pas s’étonner si les autres lui montent dessus ».

 

Olivier Cabanel

 

Rappel : le 13 octobre, manifestations anti-nucléaires un peu partout en France :

Lyon, la « marche des réfugiés » mais aussi à Laval, Bordeaux, Strasbourg, Paris, Metz, Lille et Narbonne, sur le thème « changeons d’ère, sortons du nucléaire ». lien

Sites à visiter :

Le blog de Fukushima

Fukushima Diary

Next-up organisation

Blog de Jean Pierre Petit

Site de la CRIIRAD

Site de l’ACRO

ENENEWS

 

Quintidi 5 Vendémiaire 221

 

Photo X – Droits réservés

 

25/09/2012

Sanofi : le gouvernement va-t-il laisser un « patron-voyou » lourder des salariés pour gaver ses actionnaires ?

sanofi sanofric.jpg

 

 

Sanofi, chiffre d’affaires : 34 milliards ; profits dégagés l’an dernier : 5,7 milliards ; impôts sur le revenu payés en France : 1,6 milliard ; « restructuration » prévu impliquant 2500 suppression d’emplois.

 

Cette entreprise du médicament, phare du « caca-rente », tire l’essentiel de son chiffre d’affaires de l’argent des contribuables à travers les remboursements de la Sécurité sociale. L’état lui donne chaque année 130 millions d’euros au titre de l’impôt-recherche et bien d’autres subventions. Cette entreprise est donc, objectivement, sous la coupe de l’Etat. Et qu’est-ce qu’il lui dit à monsieur l’Etat le ci-devant Chris Viehbacher, « patron-voyou » (dixit Pierre Cohen, maire de Toulouse) germano-canadien de Sanofi, rémunéré à plus de 7 millions par an, soit l’équivalent de 200 salaires au-dessus du Smic : « Tè ! Fume ! »

 

On a là sous les yeux l’image caricaturale de ce qu’on appelle les licenciements boursiers. On gagne beaucoup de pognon grâce aux capacités coordonnées des employés et ouvriers, et on vire les moins « rentables » pour gaver un peu plus les actionnaires. En l’occurrence, ce sont…des chercheurs de Toulouse et Montpellier que l’on veut virer pour ouvrir un labo de recherche à l’étranger…

 

Président Normalou, on n’a pas oublié tes belles tirades durant tes diverses campagnes électorales (primaire puis présidentielle) concernant ta volonté de pénaliser financièrement les entreprises qui se livrent à ces agissements. Le redresseur Montebourg ne proclamait-il pas, à l’issue du premier conseil des ministres de l’ère Hollande : «Nous souhaitons […] des mesures législatives, de manière à limiter les plans sociaux abusifs», précisant que le sujet serait au menu de la grande conférence sociale. Mouais… Cette mesure, gérée par le ministre du Travail Michel Sapin, a été discrètement abandonnée par l’exécutif. Elle ne figure pas au menu des négociations patronat-syndicats qui démarrent le 4 octobre…

 

Camarade François, si tu veux enrayer le plongeon sondagier et redonner confiance au moins à ceux qui t’on élu, ne serait-il pas judicieux et JUSTE de demander à ton gouvernement de sortir enfin un vrai loi de gauche en la matière : une loi anti licenciements boursiers ! On pourrait même l’appeler « loi Sanofric » !



Quatridi 4 Vendémiaire 221  


Photo X - Droits réservés

 

24/09/2012

Les banlieues et les cambrousses françaises bientôt « sauvées » par le pognon des wahhabites qataris !!!

qatar émir.jpg

 

 

 

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, a approuvé la semaine dernière la création d'un fonds à capitaux qataris pour les zones françaises paupérisées d'au moins 100 millions d'euros, selon Libération de ce lundi 24 septembre.

 

Autrement dit, notre redresseur national n’a pas peur de se salir les mains en sous-traitant à des étrangers pour le moins douteux (monarchie absolue féodale pratiquant la charia et ou 200.000 « Qataris de souche » s’engraissent sur le travail de 1,3 millions de quasi esclaves immigrés) le développement de nos banlieues ET de nos territoires ruraux en difficulté. Comment résister au pognon, d’où qu’il vienne, surtout en temps de crise ? Qu’il vienne des mafias ou des féodalités pétrolières, c’est pareil. Voilà qui donne une idée de la moralité de nos politiques. Car ce sont les politiques qui vont chercher le pognon des Qataris ! Ils y vont tous. Villepin, Dati, Amara, Guéant mais aussi Ségolène Royal, Védrine… Y a bon pognon qatari !

 

Ce pognon qatari, il est particulièrement choyé en France. D’ailleurs le Qatar a obtenu, sous Sarkozy, le vote à l’Assemblée et au Sénat d’un statut fiscal ahurissant pour ses investissements en France. Pas d’impôts sur les plus-values pour investissements immobiliers, pas d’ISF pendant les cinq premières années pour les résidents qataris chez nous, entre autres gâteries !

Le foutebale (PSG mais aussi retransmissions télévisés des principaux matchs de coupe d’Europe, obtention de l’organisation de la Coupe du monde de foot grâce à notre Zizou national et… en achetant des membres de la Fifa) n’est qu’une vitrine pour ces prédateurs aux moyens exorbitants (un fonds souverain de 700 milliards provenant du pétrole et surtout du gaz naturel). Ce fonds souverain, le plus riche du monde, est propriétaire des palaces français les plus prestigieux, pour l’esbroufe, mais son pognon s’investit ou cherche à pénétrer les groupes français les plus stratégiques (Lagardère, Suez, Veolia, Vinci, etc). Sarko voulait ouvrir le capital d’Areva au Qatar qui vise la juteuse activité minière d’Areva !

Le Qatar, gouverné féodalement par des émirs qui se bouffent le foie de coup d’état en coup d’état,  est régi par la charia pure et dure. Ce « grand ami de la France » est, avec sa voisine et alliée Arabie saoudite, le centre du wahhabisme, qui inspire les extrémistes islamistes et les salafistes. Il est, toujours avec sa voisine, le principal financeur des Frères musulmans, des talibans, d’al Qaeda et autres bienfaiteurs de l’humanité. Sa puissante chaine média Al Jezira – porte-parole officieux d’al Qaeda - est la plus influente dans le monde musulman. Voilà donc à qui le (les !) gouvernement français va sous-traiter le « développement » des banlieues à problème. Avec quelles compensations ? Evidemment le développement parallèle de l’idéologie wahhabite…

Non mais on croit rêver, ou plutôt cauchemarder ! Comment l’Etat français peut-il accepter de confier à un pays étranger une de ses obligations souveraines essentielles : donner à tous ses ressortissants les mêmes chances ? Il faut dire que cette sous-traitance au privé est une constante pour les gouvernements ultralibéraux, qui permet aux compagnies privées de se gaver des activités les plus rentables (eau, énergie, autoroute, transports, etc.) en laissant au public ce qui coûte et ne rapporte rien (enseignement, justice, sécurité, santé, etc.)

 

Et un gouvernement « de gauche » fait pareil ? François, je crois que  je vais bientôt  regretter mon bulletin…


Tridi 3 Vendémiaire 221


Photo X - Droits réservés

 

 

23/09/2012

Ouiquinde de chasse !

civet sanglier.jpg

 

Le civet de sanglier de Sébastien et Anita

 

Mon ami Sébastien, redoutable tueur,

Utilise son temps, son flair et sa sueur

À courir les forêts, les bois et les broutières,

À sauter les ruisseaux des terres de Lozère

Pour traquer, débusquer, viser et fusiller

Son gibier préféré: le cochon sanglier.

Dès que pointe le jour vrombissent les quat'quatres

Où piaffent les chasseurs équipés pour combattre,

Montent les hurlements des meutes carnassières

Serrées dans des remorques, dans des malles arrières.

La battue se déploie par chemins et sentiers,

S'efforçant de boucler le massif forestier

Où laies et marcassins, cochons et sangliers

Commencent à gratter le sol d'un pied inquiet.

Le journée sera rude pour la bête à poil dur

Quand, poussées par les chiens hors des fourrés obscurs,

Pour tenter d'échapper à la meute hurlante,

Ses courses, à découvert dans les clairs et les pentes,

L'amènent à croiser les chemins et les sentes

Qui sont autant d'affûts où les fusils l'attendent.

Les coups de feu éclatent à travers la nature.

Si la bête s'échappe, on reprend les voitures ­

Pour lui couper la fuite au bord d'une autre route.

Parfois le sanglier met la meute en déroute,

Quand, acculé, blessé, forcé hors de son antre

Il se rue sur les chiens qu'il piétine et éventre.

Très souvent Sébastien, heureux bien que fourbu,

S'en retourne bredouille, au soir de la battue.

Mais lorsqu'un animal est tombé sous les balles,

Il faut voir son sourire, son allure martiale

Lorsqu'il brandit sa part de viande dépecée

Qu'il — fier comme Artaban — offre à sa fiancée.

Alors, tranquillement, avec ses doigts d'artistes

Dégoulinant de sang, Anita entre en piste.

Pour faire un bon civet, l'épaule ou le cuissot

Sont des pièces de choix. Coupez-les en morceaux

De taille conséquente. Récupérez le sang

Qui, pour lier la sauce, est bien intéressant.

Gardez-le au frigo pour qu'il ne se dégrade.

Préparez ce qu'il faut pour votre marinade.

Celle de Anita est un poème en soi:

Quatre, cinq oignons moyens, cévenols ou niçois;

Cinq ou six gousses d'ail et autant de carottes;

Un bouquet de persil; céleri, feuilles, côtes;

Du thym et du laurier; un peu de noix muscade;

Une écorce d'orange et quelques grains de cade;

Du poivre du moulin; du gros sel de Camargue.

Deux litres de Côtes-du-Rhône d'Estézargues,

Un verre d'huile d'olive et deux de bon vinaigre.

Vous cuisez demi-heure à feu vif et allègre.

Rangez le sanglier au fond d'un pot en grès,

Un grand verre de marc pour rendre du degré

À votre marinade versée, chaude, dessus.

Le pot, au frais trois jours, recouvert d'un tissu

Est alors le théâtre d'une superbe idylle

Entre les ingrédients. Une alchimie subtile

Va attendrir la viande, sublimer les parfums

Et les goûts de gibier du sanglier défunt.

Quand, le jour du repas, l'aurore aux doigts de roses

Du sommeil des Buveurs dissipe les hypnoses,

Vous sortez et séchez à l'aide d'un torchon ­

Les morceaux marinés de viande de cochon.

Séparez au chinois légumes et liquide.

Petit, sers-moi un verre, j'ai le clapoir acide!

Dans de l'huile d'olive, au fond d'une toupine

Votre petit-salé embaume les narines.

Rajoutez en tournant les légumes essorés,

Puis intégrez la viande que vous faites dorer.

Mouillez alors avec le jus de marinade,

Et cuisez à feu doux, cinq heures, à l'estouffade.

Il faut voir le sourire heureux de Sébastien

Quand Anita apporte, de son pas aérien

Son plat qu'elle découvre, très fière, sur la table

Exhalant en volutes des parfums admirables.

Ce chef-d'œuvre requiert, pour de grandes agapes,

Rien moins que le meilleur des Châteauneuf-du-Pape.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

 

Pour la marinade: - 4 oignons moyens coupés en quarts et piqués de clous de girofle, - 6 gousses d'ail écrasées, - 6 à 8 carottes en tronçons, ­l bouquet de persil grossièrement coupé, - l pied de céleri côtes et feuilles, grossièrement coupées, - l gros bouquet de thym, - 6 feuilles de laurier, - l douzaine de grains de genièvre, - 2 poignées de gros sel de Camargue,

- l cuillerée à soupe de poivre noir du moulin, - noix de muscade, - l écorce d'orange séchée, - l verre d'huile d'olive, - 2 verres de bon vinaigre, - 2 litres de bon vin rouge. N'oubliez pas de cuire cette mari­nade et de la verser chaude sur les morceaux de sanglier avant de laisser reposer trois jours.

Pour le plat: - l cuissot ou l épaule de sanglier, - le sang récupéré ou l verre de sang (à demander à votre boucher), - l verre d'huile d'olive, - 250 grammes de petit-salé coupé en dés, - les légumes essorés de la marinade cuite, - le jus de la marinade.

 

 

 

Les vins conseillés:

Le civet de sanglier préparé de cette manière est un plat somptueux, à la fois puissant et très parfumé. Il faut donc des vins à la hauteur.

En vallée du Rhône: Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Lirac, Vacqueyras, Cornas, Hermitage, Crozes-Hermitage, Saint-Joseph, Côte-Rôtie.

On peut également l'accorder avec bonheur à de vieilles bouteilles de Cairanne, Visan, Séguret, Valréas, Gallician.

En vins du Languedoc et du Roussillon: Saint-Chinian, Faugères, Fitou, Collioure, Maury.

En vins de Provence: Bandol, Palette, Pierrefeu, Puyloubier, Cabasse, La Cadière-d'azur, vins de Bellet.

 

 Duodi 2 Vendémiaire de l'an 221


Illustration originale Vincent Barbantan

 

 

 

 

22/09/2012

BONNE ANNEE REPUBLICAINE et LARGE SOIF !

Dessin JVJbacchus.jpg

 

 

C’est aujourd’hui le premier jour de l’année 221 de l’ère de la Liberté. Le primidi 1er Vendémiaire, jour du raisin ! Alors à boire tavernier !

 

« Le calendrier étant une chose à laquelle on a si souvent recours, il faut profiter de la fréquence de cet usage, pour glisser parmi le peuple les notions rurales élémentaires, pour lui montrer les richesses de la nature, pour lui faire aimer les champs, et lui désigner, avec méthode, l'ordre des influences du ciel et des productions de la terre.

Les prêtres avaient assigné à chaque jour de l'année, la commémoration d'un prétendu saint : ce catalogue ne présentait ni utilité, ni méthode ; il était le répertoire du mensonge, de la duperie ou du charlatanisme.

Nous avons pensé que la nation, après avoir chassé cette foule de canonisés de son calendrier, devait y retrouver en place tous les objets qui composent la véritable richesse nationale, les dignes objets, sinon de son culte, au moins de sa culture ; les utiles productions de la terre, les instruments dont nous nous servons pour la cultiver, et les animaux domestiques, nos fidèles serviteurs dans ces travaux ; animaux bien plus précieux, sans doute, aux yeux de la raison, que les squelettes béatifiés tirés des catacombes de Rome.

En conséquence, nous avons rangé par ordre dans la colonne de chaque mois, les noms des vrais trésors de l'économie rurale. Les grains, les pâturages, les arbres, les racines, les fleurs, les fruits, les plantes, sont disposés dans le calendrier, de manière que la place et le quantième que chaque production occupe est précisément le temps et le jour où la nature nous en fait présent. »

 

Fabre d'Églantine,

 

A boire, à boire, à boire, à boire tavernier

Mets tes tonneaux en perce et verse volontiers

En  nos verres et nos coupes le vin de l’amitié

Que le Côtes du Rhône abreuve nos gosiers !

 

Quand août éteint ses feux, vient le temps des vendanges

De Cornas à Ampuis, de Tavel à Orange

Les garçons et les filles en colles qui trépignent

Cueillent avec ardeur les  raisins de nos vignes

 

Ils coupent en riant les grappes de soleil

Et les foulent en jus d’opale et de vermeil

Que tous les vignerons dans l’ombre des caveaux

Transmuteront en vins gouleyants et nouveaux.

 

A nous belles soubrettes, le vin vous embellit

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, dansons et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour.

 

JVJ

  

Primidi 1er Vendémiaire de l’an 221 - Jour du Raisin


Illustration Martine Benoit

21/09/2012

Séisme chez les mange-merde

OGM Faujour.jpg

 

La tronche d'Allègre et de tous les pseudo savants qui veulent nous faire manger de la merde ! Longue, verdâtre, vibrante de hargne mal rentrée. Le rapport paru hier leur file la diarrée ! Et qui c'est qui avait raison d'arracher les plants de maïs empoisonnés? Merci José ! Et Merde à Monsanto.


6ème jour des Sansculottides de l'an 220 - Jour de la REVOLUTION !


Eh ! Demain c'est LE JOUR DE L'AN du calendrier républicain !


Merci à Faujour 

20/09/2012

Ma santé sans Monsanto !

rats cancéreux monsanto.jpg

 

 

Eh ! Vous avez vu la gueule du rat qui se goinfre de maïs OGM Monsanto NK 603 pour être précis ? Putaing ! Le mec, on dirait qu’il a avalé des balles de golf ! Et il a l’air aussi heureux qu’un responsable FNSEA a qui on vient de mettre sous le nez l’étude qui vient de dénoncer la mafia OGM ! Une étude menée en secret, à l’abri de toutes pressions, pendant deux ans, par le français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Cancéreux jusqu’au bout des moustaches, les pauvres ratichons ! Et si les OGM pourrissent les rats jusqu’à la moelle, il en est évidemment pareil pour les humains !

 

Bon. Moi, je m’efforce de ne pas en bouffer des OGM, mais…je me fais endoffer sans  vaseline car ces putaings d’OGM sont partout.  Biscottes, huile de colza, sauces et crèmes de soja, tofu, plats avec de l'amidon, céréales ou chips à base de maïs peuvent en contenir. Jusqu’à 0,9% d’OGM présents dans le produit, aucun un étiquetage n’est obligatoire… Merci les instances concernées de l’Europe.

 

Et dans la barbaque alors ? Moi, naïf, je pense que la bonne entrecôte de vache de l’Aubrac que j’achète chez Bouquet, au village, est tout ce qu’il y a de sain. Mouais… D’accord, elle mange de la bonne herbe la vache de l’Aubrac. Mais j’ai vu mes voisins éleveurs : ils leurs mettent aussi dans les mangeoires des espèces de granulés parait-il de céréales. Et il y a de forte chance que dans ces granulés se trouvent des céréales transgéniques dont l’importation est autorisée. En France, 35 sortes d'OGM peuvent être importées : 3 espèces de soja, 25 de maïs, 2 de colza, 3 de coton, une de pomme de terre et une de betterave. Et une étude de l’Autorité française de sécurité sanitaire des aliments datant de 2001 (alors depuis, ce doit être bien pire !) montre que des traces d’OGM sont également présentes même dans les plants dits « conventionnels » !

 

Les universitaires ont travaillé en même temps sur le maïs OGM NK603 et le Roundup, les deux marchant ensemble. Le Round Up, cette saloperie que l’on trouve en vente libre dans toutes les jardineries, dans toutes les grandes surfaces, et que les agriculteurs mais aussi les jardiniers utilisent à fond la caisse ! Un poison redoutable. « A la dose la plus faible de Roundup (…) on observe 2,5 fois plus de tumeurs mammaires » précise le professeur Séralini! « Le crime, c’est que ça n’ait pas été testé avant, que les autorités sanitaires n’aient pas exigé des tests plus longs alors qu’on est à 15 ans de commercialisation » s’insurge-t-il.

 

La majorité des études précédentes ont été faites par…les firmes concernées ! Et sur une durée de 90 jours maximum alors que celle qui vient de sortir a duré deux années. Elle a coûté plus de 3 millions d’euros, financés notamment par les fondations Ceres et la Fondation Charles Leopold Meyer pour le progrès pour l’homme. Les fonds ont été gérés par le Comité de recherche et d’informations indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), strictement indépendant des compagnies de biotechnologies et dont M. Séralini préside le conseil scientifique.

L’étude doit s’accompagner le 26 septembre d’un film, "Tous cobayes", qui rend compte de cette expérience, ainsi que d’un livre chez Flamarion.

Qu’on se le dise !


monsanto take your poison.jpg


 

 5ème jour des Sansculottides de l'an 220 - Jour des Récompenses


Illustrations X - Droits réservés


19/09/2012

Au bistro de la toile : ces obscurantistes qui nous emmerdent!

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Oh ! Victor, il y a des années que je n’achète plus Charly Hebdo, depuis qu’ils ont viré Siné exactement, mais cette semaine, je crois que je vais l’acheter. Parce qu’au milieu de l’autocensure des médias collabos qui se coupent les aliboffis devant les menaces des sinistres barbus, je trouve rafraîchissante et courageuse leur attitude de répondre par la provoc aux provocs permanentes de tous ces barjos de nazislamistes qui veulent nous imposer des manières de vivres à dégueuler. Le délit de blasphème n’existe plus en France depuis 1791. On n’est plus à l’époque où les curés passaient au barbecue tous ceux qui ne « croyaient » pas. Rappelons-nous le chevalier de La Barre, torturé et brûlé parce qu’il n’avait pas ôté son chapeau…devant une procession catholique !

 

- Absolument d’accord, Loulle. Les musulmans en sont aujourd’hui où nous en étions il y a à peine deux siècles. Fort heureusement, depuis il y a eu Voltaire, Rousseau, le marquis de Sade qui ont ouvert la voie à la Révolution française qui, elle, a fait le travail sans fioriture en mettant les curés à leur place, la sphère strictement privée. Puis les lois sur la laïcité et l’instruction publique ont permis aux gens de réfléchir par eux-mêmes et donc de se rendre compte du fatras de conneries que sont les religions, et du danger qu’elle représentent, particulièrement celles dites « du livre » qui sont des idéologies sectaires d’exclusion, de terreur, de mort. Actuellement, c’est l’islam qui gueule le plus fort, ce sont ces cons de barbus qui prétendent détenir la vérité absolue et qui veulent nous l’imposer ou nous égorger, le fait de tuer un « infidèle » valant ticket d’accès direct au paradis d’Allah…

 

- Enfin, comment peut-on avoir les boyaux de la tête assez tartrés pour se laisser dicter sa manière de vivre entière, de la façon de baiser à celle de bouffer en passant par celles de pisser et de se torcher le cul ! Et dicter par qui ? Par les écrits  traduits, déformés, interprétés de quelques illuminés analphabètes qui ne devaient pas fumer que la moquette ! Et tout ça au nom de « l’amour » bien entendu ! Surtout au profit des maquereaux qui s’engraissent sur ces croyances d’un autre âge. Asservir les pauvres ignorants, ça rapporte le pognon et le pouvoir…

 

- Le « monde arabo-musulman » comme ont dit a raté le coche à la sortie de la guerre  de 39-45. Des mouvements de libérations nationales victorieux les ont libérés du joug du colonialisme. Des partis laïques comme les partis baas, des hommes déterminés comme Nasser en Egypte, Mossadeg en Iran laissaient espérer la libération non seulement des nations, mais aussi des esprits. Ils empruntaient la même voie que Mustapha Kemal Atatürk après la guerre de 14-18 qui n’hésitait pas à chasser les ulémas, les imans et autres exploiteurs musulmans par la podoculothérapie ! Il n’y allait pas par quatre chemins le grand Mustapha qui proclamait : « L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral est un cadavre qui empoisonne nos vies ». Mais ces révolutions libératrices se sont heurtées…aux intérêts des Zétazuniens, des Rosbifs et aussi de nous-mêmes. Vous pensez, ces révolutionnaires prétendent se réapproprier leur canal de Suez et nous vendre leur pétrole que nous leur prenons gratos ! Alors l’exécuteur des basses œuvres de l’oncle Sam, la CIA et avant elle l’OSS ont tout fait pour abattre ou saccager ces régimes progressistes qui leur faisaient peur en flirtant « dangereusement » avec la puissante URSS. Pour cela, ces officines se sont appuyés sur la religion : ils ont inventé les Frères musulmans, ils ont conforté les régimes féodaux sanguinaires de l’Arabie saoudite, Qatar et autres émirats pétroliers qui propagent et arrosent de pognon partout dans le monde l’idéologie salafiste, le pire des obscurantismes. Plus tard ils ont créé, entrainés et armé les talibans afghans, et que dire des accointances financières entre les familles Bush et…Ben Laden…

 

- Donc, la solution pour se débarrasser de tous ces nazislamistes, c’est de taper fort sur l’Arabie saoudite, le Qatar et autres émirats du golfe ! Or ces féodalités sont…nos principaux alliés dans la région… Quel bordel…

 

- Un bordel qui peut très bien déboucher sur une guerre. Mais est-ce qu’une guerre gênerait les puissances de l’argent qui nous gouvernent ? Ça rapporte beaucoup, Monsieur, une guerre ! Et ça permet de réduite un peu le troupeau… Il n’empêche que, concernant les provocs des salafistes et autres intégristes de toutes obédiences, y compris chrétiennes et juives, il ne faut pas reculer d’un poil. Tout accommodement est considéré par ces extrémistes comme une faiblesse et donc une incitation à pousser plus loin le bouchon.

 

- Donc si les barbus organisent une manif comme l’autre jour à Paris, qu’est-ce qu’il doit faire Valls ?

 

- Taper. Et fort !

 

 

 4ème jour des Sansculottides de l'an 220 - Jour de l'opinion


Merci à Chimulus

18/09/2012

Eh ! Président Normalou, qui t’a élu ? Le Medef ou les électeurs de gauche ?

banquier dessin 1.jpg

 

 

On t’a entendu désigner clairement ton ennemi, qui se trouvait être le nôtre – la haute finance -, on y a cru et on a voté pour toi. On ne peut pas le regretter car sinon ce serait encore Sarko, c’est-à-dire infiniment pire. Mais enfin, où est-elle cette belle et virile attitude d’en découdre avec les vrais responsables de la crise : les banques et autres établissements financiers ?

 

Tu nous as promis de séparer les activités bancaires de dépôt et de spéculation. Résultat ? Rien de fait, rien de seulement amorcé. Enterré semble-t-il cette nécessité. Recul devant les banquiers.

 

Tu nous as promis de mobiliser l’épargne des Français au service de la relance économique, notamment en doublant le plafond de dépôt sur les livret A. Résultat : 25% seulement d’augmentation, et ce n’est pas près de changer. Recul devant les banquiers.

 

Pire encore, pour pallier aux dérives des banques privées qui ont depuis lurette (belle ou pas) oublié leur mission - le financement de l’économie - tu nous promis la création d’un grand établissement public de financement des PME-PMI, la Banque Publique d’Investissement (BPI) qui devait être le puissant levier de redressement de l’économie française. A la sortie, après un combat souterrain mais au couteau entre Moscovici et Montebourg, c’est le premier (strauss-khanien, énarque) qui a imposé ses vues.

 

Et ce qui va sortir de combat, c’est une BPI coquille vide, incapable de remplir sa mission, sans moyens (30 milliards) et…concocté par le ci-devant Pigasse Matthieu, patron de la banque d’affaire Lazard, celui-là même dont les judicieux et fort couteux conseils ont présidé à la création de Natixis, plus gros désastre financier en France, ayant coûté des dizaines de milliards aux contribuables !

Le ci-devant Pigasse peut s’appuyer, pour concocter un « machin » vide, sur l’incompétence intéressée des haut fonctionnaires de Bercy. Ces têtes d’œufs ne sont pas capables de mettre sur pieds un organisme financier public efficace, qu’ils aient besoin des « conseils » d’un banquier d’affaire ? On les pait (cher !) pourquoi alors ? Mais ceux-ci, comme Moscovici, sont très proches, pour ne pas dire complices des banques privées (dans lesquelles ils vont souvent « pantoufler ») et voient d’un mauvais œil l’arrivée d’une BPI puissante et efficace. Ils se sont donc occupés à torpiller cette idée qui devait être une des réalisations phare du quinquennat de François.

 

La BPI sera donc une structure administrative de plus, simple holding coiffant des organismes déjà existant (FSI, Oseo, Ubi France et CDC Entreprises). Le premier ministre (lien) a lui-même pratiquement vidé le projet de son sens en ne lui donnant pas les moyens de sa mission. Montebourg, lui, voulait mettre en place un vrai levier de redressement de l’économie, avec des moyens massifs (de 250 à 300 milliards pouvant provenir d’une réorientation de l’épargne populaire, entre autre de l’assurance-vie). Montebourg a perdu. Recul de Mosco et de Ayrault devant les banquiers et le Medef.

 

Principal objectif du quinquennat, la lutte contre le chômage passe par le soutien aux seules entreprises capables d’embaucher, le riche tissu de PME-PMI. Et la BPI devait être l’instrument de ce renouveau. En laissant tes ministres se coucher devant les banquiers, tu trahis notre confiance, ci-devant Président, tu te torches avec notre bulletin de vote. Le mariage des zomos ou le vote des étrangers, pour intéressants qu’ils soient, passent, dans la tête des citoyens, bien loin derrière la précarité et la désespérance engendrés par le chômage !

 

Eh ! Oh ! Citoyen Président, faut mettre de l’ordre dans la baraque !



3ème jour des Sans-Culottides de l’an 220 – Jour du Travail

 

Illustration X – Droits réservés

 

17/09/2012

Débouchons-nous les boyaux de la tête avec l’immense Omar Khayam

chimulus musulman.jpg

 

"La distance qui sépare l’incrédulité de la foi n’est que d’un souffle, celle qui sépare le doute de la certitude n’est également que d’un souffle ; passons donc gaiement cet espace précieux d’un souffle car notre vie aussi n’est séparée (de la mort) que par l’espace d’un souffle."

 

Et encore :

 

"On affirme qu’il y aura, qu’il y a même un enfer. C’est une assertion erronée : on ne saurait y ajouter foi, car s’il existait un enfer pour les amoureux et les ivrognes, le paradis serait, dès demain, aussi vide que le creux de ma main."

 

Et une dernière pour la route :

 

"Si je fais le mal, Dieu, pour me punir, me fait du mal. Entre lui et moi, où est la différence ?"


2ème jour des Sans-Culottides de l’an 220 - jour du génie


Merci à Chimulus

16/09/2012

Ouiquinde gastronomique: Les cèpes farcis de La Lionne

cèpes farcis copie.jpg

 

Quand août éteint ses feux vient le temps des vendanges

De Cornas à Ampuis, de Tavel à Orange

Les garçons et les filles, en colles qui trépignent

Cueillent avec ardeur les raisins dans les vignes.

Ils coupent en riant les grappes de soleil

Et les foulent en jus d'opale ou de vermeil

Que tous les vignerons, dans l'ombre des caveaux

Transmuteront en vins gouleyants et nouveaux.

Et c'est aussi le temps où sur les hautes terres

Du Ventoux, de Provence, d'Ardèche ou de Lozère

Dans les sombres forêts que cerfs et daims recèpent

Surgit, mystérieux, Sa Majesté le Cèpe.

Mais pour le découvrir, sous sapins et fougères

Il faut expérience, œil vif et main légère.

Tôt levé le matin, dans la sylve mouillée

Le bâton d'une main, dans l'autre le panier,

Il faut marcher, ramper, jouer au sanglier,

Pour atteindre ce lieu secret et singulier:

Sa "bouletière" cachée même à ses familiers!

Le cèpe, s'il est là, tu le sais par le nez,

Son parfum délicat te le fait deviner.

Avance à quatre pattes dans les épais fourrés

Respire à petits coups, tout comme un chien d'arrêt,

Cherche sous les plus basses branches des sapins

Et si tu trouves un cèpe, cherche aussi ses copains:

Il est rarement seul le Prince des forêts.

Il te faut le couper et non le déterrer,

En respectant ainsi le cèpe et son domaine

Tu t'y retrouveras à la saison prochaine.

Range bien sur des feuilles, dans un large panier,

Ce dont tu as besoin, pour ne pas gaspiller.

Boletus Eludis procure trois plaisirs:

Le plus primordial, c'est bien de le cueillir,

Puis le plus cérébral, c'est de le cuisiner,

Enfin le plus charnel, c'est de le déguster.

Je vais te raconter comment fait La Lionne

(C'est l'élue de mon cœur, grande, fière et mignonne)

Pour préparer, farcis, les cèpes les plus gros,

Superbes dômes bruns dépassant le kilo.

Elle nettoie le cèpe sans pourtant le laver,

À la brosse, au couteau, sans jamais s'énerver.

Elle enlève la queue qu'elle hache menu,

Deux aulx, deux échalotes, du persil, revenus,

Elle poêle cent grammes de chair à saucisse,

Incorpore échalotes puis queues de cèpes; épice

Avec du sel, du poivre noir, un peu de thym,

En tournant elle y introduit la mie de pain.

Hors du feu elle lie par un œuf et du beurre.

Sa farce est terminée. Tu sens ce qu'elle fleure !

C'est alors qu'elle fait rissoler le chapeau

Environ cinq minutes de chaque côté

Un peu plus côté mousse qu'elle n'a pas ôtée,

Le fait de le saler lui fait rendre son eau.

Elle beurre le fond d'un plat à gratin rond

D'un diamètre à peine égal au champignon.

Elle garnit le fond de pâte feuilletée

Et y pose dessus son cèpe renversé

Elle étale sa farce harmonieusement

Façonnant de la sorte un dôme culminant.

Le tout est recouvert de pâte feuilletée,

Au sommet elle ménage une cheminée.

Léger nappage à l’œuf pour fournir le brillant

Qui donnera au plat un côté attrayant.

Cuisson à four moyen pendant une bonne heure.

On sert le plat sur table! C'est alors le bonheur!

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire,

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre

D'un de ces vins subtils, poussés en Languedoc

Qui te rendent gaillard, solide comme un roc.

 

 

1er jour des Sans-Culottides de l’an 220 – Jour de la Vertu

 

Illustration originale Vincent Barbantan

 

 

 

15/09/2012

Ouiquinde érotique avec Guy de Maupassant

SOUBRETTE-SEXY Matar.jpg
 
 

 

 

Je ne l'entendais pas, tant je la regardais.

Par sa robe entr’ouverte, au loin je me perdais,

Devinant les dessous et brûlé d'ardeurs folles;

Elle se débattait, mais je trouvai ses lèvres!

Ce fut un baiser long comme une éternité

Qui tendit nos deux corps dans l'immobilité.

Elle se renversa, râlant sous ma caresse;

Sa poitrine oppressée et dure de tendresse

Haletait fortement avec de longs sanglots.

Sa joue était brûlante et ses yeux demi-clos;

Et nos bouches, et nos sens, nos soupirs se mêlèrent

Puis, dans la nuit tranquille où la campagne dort,

Un cri d'amour monta, si terrible et si fort

Que des oiseaux dans l'ombre effarés s'envolèrent.

Ainsi que deux forçats rivés aux mêmes fers

Un lien nous tenait, l'affinité des chairs.

 

Guy de Maupassant

 

Décadi 30 Fructidor 220


Photo X - Droits réservés

14/09/2012

Au bistro de la Toile : Moyen-Orient, à l'aqua bar !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- …taing ! Victor, il fait pas bon être Amerloque en ce moment ! Ça sent le roussi pour eux…

 

- Pas que pour eux Loulle. Dans le monde islamique, c’est pareil pour nous, pour les Rosbifs, pour tous les autres occidentaux. « Bien des peuples nous haïssent parce que, brusquement, ils se souviennent des humiliations, des horreurs subies dans le passé »  criait le philosophe suisse Jean Ziegler.

 

- Enfin, il faut donner aux choses l’importance qu’elles ont. Et la disproportion est flagrante entre une connerie de vidéo « blasphématoire » diffusée, en fait, par on ne sait qui, et le déferlement de haine et de violences qui secoue ce qu’il est convenu d’appeler le « monde arabo-musulman » !

 

- Tu touches du doigt quelque chose d’essentiel : qui est réellement derrière cette provoc ? Qui manipule qui dans cette histoire ?

 

- En d’autres termes : à qui profite le « crime », si crime il y a en l’occurrence ?

 

- La doxa dit que ça profite d’abord et surtout à Al Quaïda, qui aurait organisé - un 11 septembre ! - l’attaque qui a coûté la vie à l’ambassadeur étazunien et à trois de ses collaborateurs, prouvant ainsi au monde qu’elle pouvait frapper l’Occident où et quand elle voulait.

 Mouais… Peut-être. Mais quand l’ensemble des canards laquais dit la même chose, par définition, je me méfie et regarde un peu ailleurs.

 

- Alors à qui d’autres peut profiter le « crime » ?

 

- Oh ! Il y en a bien d’autres, et de tous les bords ! 

Par exemple à Mitt Romney, qui a beau jeu de dénoncer la « mollesse » d’Obama sur ce coup. Ce milliardaire mormon hyper-ultra-néocon, qui ferait passer Reagan et Thatcher pour de dangereux gauchistes, veut ratiboiser toutes les pauvres avancées sociales de son pays pour refiler le pognon à l’armée et aux plus bourrés de thunes. Vous avez aimé les Bush ? Vous adorerez Romney ! On envoie les missiles, on réfléchi après…

 Par exemple les islamistes au pouvoir en Egypte et leurs alliés chargés des basses œuvres, les salafistes. Bonne occasion pour eux de se « débarrasser » du problème que représentent à leurs yeux ces empêcheurs d’islamiser en rond que sont les coptes.

 Par exemple les faucons israéliens qui verraient ainsi le moyen de remplacer le prudent Obama par le va-t’en-guerre Romney, plus facile à convaincre de bombarder les installations nucléaires iraniennes.

Par exemple à ces mêmes Iraniens qui verraient là un moyen de desserrer l’étau contre leur allié Assad, tout en emmerdant les Ricains.

 

- Ouais… Donc, ne nous laissons pas enfumer et restons totalement en dehors de ces conneries ! Cet Orient-là, c’est un bâton merdeux. Par quelque côté que tu le prennes, tu t’en fous plein les doigts ! A la nôtre Victor !

 

 

Nonidi 29 Fructidor 220

 

Merci à Chimulus

13/09/2012

M’ame Michu et M’ame Chazotte : on s’exile fiscalement !

vamps.jpg

 

 

- Eh ! oùsqu’vous allez comme ça M’ame Michu, habillée en dimanche et avec votre valise à la main ?

 

- Ben, je vais m’exiler fiscalement.

 

- Ah ouais ? Comme Arnaud alors. Et vous allez où ? En Belgique ? En Suisse ? A Monaco ?

 

- Ben, j’hésite encore. Mais vu que la fille du voisin de palier de mon neveu est en Belgique ousqu’elle a parait-il une bonne situation, je crois que je vais m’exiler fiscalement là-bas.

 

- Et c’est quoi sa bonne situation à cette fille ?

 

- Un truc que j’connais pas c’que ça veut dire, mais qui fait riche. Une spécialité belge sûrement : elle est « péripatéticienne ».

 

- Ah ! Ah ! Ah ! Ben, ch’sais pas si elle arrivera à vous placer dans le métier… Et, vous espérez devenir Belge, comme Arnaud, vous aussi ?

 

- P’t’être ben qu’oui. Parait que le mieux, si on n’est pas pistonné comme m’sieur Arnaud, c’est de se marier avec un Belge !

 

- Ah ben ! En v’là une belle d’histoire belge… Et vous n’avez pas de problèmes moraux ? Allez planquer votre pognon - !!!??? – à l’étranger alors que c’est tout de même la France qui vous a éduquée, nourrie, défendue, soignée, chouchoutée, etc. ?

 

- C’est des notions du passé ça, M’ame Chazotte. Faut être moderne. Faut être mondialisée, et même globalisée. La France, sous le régime bolchévique qui nous écrase, n’aime pas les riches. Nous sommes persécutés, nous les pauvres riches, M’ame Chazotte. Alors nous n’avons pas le choix : c’est la valise ou l’écureuil (celui de la Caisse d’épargne ousque j’ai ma fortune : 3695 euros M’ame Chazotte !).

 

- C’est vrai que vous autres, pauvres riches, vous êtes bien menacés… Taxation à 75% au-dessus du premier million, fin du bouclier fiscal Sarkozy, alourdissement de l’impôt sur la fortune, matraquage des taxes dur les donations et les successions… Ah ! Je vous comprends M’ame Michu. La vie est dure pour les riches. Sans oublier que…votre exil n’est peut-être pas très sûr !

 

- Ah bon. Pourquoi ?

 

- Parce que j’espère que Hollande va reprendre à son compte une excellente idée de Sarko – il en a eu tellement peu ! – qui est d’origine étazunienne en fait : taxer les gens non pas sur leur lieu de consommation (de vie si vous voulez) mais sur leur nationalité ! Alors dépêchez-vous de trouver un mari belge, le pôvre !

 

- D’accord. Bon, faut que j’y aille M’ame Chazotte. L’aventure m’attend !

 

 

Octidi 28 Fructidor 220

 

Photo X – Droits réservés

12/09/2012

Tout va très bien madame la marquise…

titanic.jpg

 

 

« Tout va très bien madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien…

Mais cependant, il faut que l’on vous dise, on déplore un tout petit rien… »

 

Oh ! Rien que pour aujourd'hui, un, disons plusieurs petits riens madame la marquise :

 

§ - Les salafistes et autres fanatiques de l’islam que les « révolutions arabes » ont mis au pouvoir - avec le pognon des féodalités du golfe (Arabie séoudite, Quatar) et (pour la Libye au moins) les armes, les bombes, les avions occidentaux, bel exemple d’alliances démocratiques ! – attaquent les représentations diplomatiques étazuniennes et tuent des personnels.

 

§ - Israël brave ouvertement Obama et secoue ses petits bras vindicatifs. Sauf qu’au bout des dits petits bras, il y a de sérieuses menaces d’attaque contre l’Iran.

 

§ - Un Iran dirigés par des curés de l’islam aussi fanatiques que dangereux. Imaginons-les avec la Bombe…Surtout avec la Chine et la Russie derrière… On comprend dès lors un peu mieux Israël.

 

§ - L’Europe qui se délite. Un million et demi de personnes défilent à Barcelone pour réclamer l’indépendance de leur région ! Les égoïsmes dérivent vers l’horreur des nationalismes.

 

§ - Des juges allemands qui risquent de foutre en l’air un peu plus la solidarité entre nations européennes, les poussant vers un très dangereux repli sur soi nationaliste. M’ame Merkel, avec les œillères qui l’empêchent de voir autre chose que sa prochaine (espérons que non !) réélection, poussant son pays vers un - ô combien ! - dangereux isolement. La germanophobie est déjà largement à l’œuvre en Europe. M’ame Merkel aurait-t-elle oublié les terribles leçons de l’histoire qui font de l’Allemagne un pays pas tout à fait comme les autres…

 

§ - Pendant ce temps, en France, les espoirs mis dans l’arrivée de la gauche au pouvoir, s’effritent à la vitesse grand V. Pour masquer l’austérité qui nous tombe sur la gueule, on sodomise les diptères en nous enfumant avec une loi sur le mariage des zomos. Il n’y a rien de plus important à faire président Normalou ?

 

 

Ouais, mais l’équipe de France de foteballe a battue la (la quoi au fait ?), la Biélorussie je crois. Donc tout va très bien, madame la marquise !

 

Septidi 27 Fructidor 220

 

Illustration X – Droits réservés

11/09/2012

Au bistro de la toile : quelques tuyaux pour Normalou.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Et alors Loulle, tu vas fuir en Belgique ou t’es fiscalement patriote ?

 

- Bof. Les frites, c’est trop gras, la bière ne vaut pas le vin et ce que je sauverais ou rien, c’est pareil… Je vis en France, j’y suis né, je m’y suis éduqué, je suis râleur et plutôt anar, alors je reste solidaire. Et même si je dois payer un peu plus, ben, je n’en ferais pas un caca nerveux. De plus Victor, je n’augmenterai pas le prix des consommations !

 

- Voilà qui t’honore Loulle. Mais n’en profite pas pour nous mettre des verres plus petits !

 

- Tè ! J’ai un tuyau pour François s’il veut racler quelques milliards. La glorieuse armée françouaise ressemble à l’armée mexicaine : il y a un officier pour 5 soldats ! Et des tombereaux  de généraux, des palanquées de colonels sans aucune affectation. Qui ne servent donc à rien. Et ces gens-là, ils touchent de bonnes payes !

 

- En voilà une idée qu’elle est bonne Loulle ! Et il y en a d’autres de tuyaux à lui donner. La niche Copé. Cet amendement présenté et défendu à la tribune par Copé, à l’époque ministre délégué au budget vise à exonérer d'impôt sur les sociétés la revente, par une société-mère, de ses titres de participation dans une filiale. Cet énorme cadeau aux grandes entreprises et surtout aux holdings financiers a coûté 22 milliard de manque à gagner pour le budget national en trois ans…

 

- Et les cadeaux aux labos pharmaceutiques qui ruinent la sécu…

 

- Et les cadeaux aux gargotiers-restaurateurs-hôteliers – je ne parle pas pour toi Loulle ! – qui coûtent entre 3 et 4 milliards par an.

 

- Mouais… On pourrait aussi parler des dérogations fiscales pour les journaleux et…les faiseuses de pipes de Saint-Claude !

 

- Donc, ce qu’on attend de notre Normalou de président, c’est une réforme fiscale totale, globale, qui remette tout à plat pour repartir sur des bases justes.

 

- A la nôtre Victor !

 

 

Sextidi 26 Fructidor 220

 

Merci à Chimulus