Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/12/2012

Réforme bancaire : « Normalou » tombe le bénard devant les banquiers…

banquier pourri.jpg

 

 

« Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, et pourtant il gouverne : c’est le monde de la finance. » Qui a proféré ces propos virils, dignes de Mélanchon ? François, lors de son discours fondateur du Bourget. Il donnait du corps à cette volonté en précisant dans son manifeste sur « Mes 60 engagements pour la France »: « Je séparerai les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi de leurs opérations spéculatives. J’interdirai aux banques françaises  d’exercer dans les paradis fiscaux. Il sera mis fin aux produits financiers toxiques qui enrichissent les spéculateurs et menacent l’économie. »

 

Demain, 19 décembre , sera présenté au conseil des ministres le projet élaboré par Bercy. Et il est loin, très loin des belles paroles du Bourget comme des « 60 engagements ». Et pour cause, il a été concocté par les hauts fonctionnaires de Bercy où sévit depuis des décennies un gang de nuisibles, presque tous énarques et inspecteurs des fiances, d’idéologie ultra libérale notoire, marchant main dans la main avec les banquiers. Bercy est d’ailleurs pour ces opportunistes un formidable tremplin vers le juteux pantouflage à la tête des établissements financiers voire des grandes entreprises du Cac 40…

 

Cette « réforme » a été concoctée par le ci-devant Ramon Fernandez, directeur du trésor mis en place par…Sarkozy. Et, pour couronner le tout, François a mis à la tête de ce ministère clé Moscovici et Cahuzac, dont il est de notoriété publique qu’ils ont de très fortes affinités avec l’ultra libéralisme sévissant à Bercy. Des sbires de DSK là où il aurait fallu des couillus genre Montebourg et Hamont pour donner un coup de balai dans cette institution et casser les reins des tenants de la spéculation.

 

Qui a été à la manœuvre pour concocter une réforme bien douce pour les banques ? Ben, des banquiers bien sûr ! Un puissant lobby de « gens du peuple » comme le ci-devant Baudouin Prot, patron de BNP Paribas, le ci-devant Frédéric Oudéa, patron de la Société Générale, le ci-devant François Pérol, placé par Sarko à la tête du groupe  Banques Populaires-Caisses d’épargne, le ci-devant Jean-Paul Chifflet, patron du Crédit Agricole. Sans oublier, dans la coulisse mais très près des oreilles des décideurs politiques, l’inévitable Pébereau…

 

Résultat : une réforme croupion, ne changeant rien ou presque aux possibilités de spéculation des banques. Ce projet de loi ne séparera nullement les activités de dépôt des activités spéculatives, comme promis par François, mais obligera seulement les banques  à cantonner dans des filiales spécialisées quelques activités très spécifiques ne représentant que…2 à 3% de leur bilan ! Il leur interdira aussi le « trading à haute fréquence » ainsi que les opérations sur les matières premières agricoles. Bref, des emplâtres sur une jambe de bois.

 

Et François, toi qui a été élu par le peuple de gauche, ça te fait quoi de tomber le bénard devant les banquiers ?

 

 

Octidi 28 Frimaire 221

 

Illustration X – Droits réservés.

 

 

Les commentaires sont fermés.