Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/06/2013

Sommet européen : le triomphe des boutiquiers.

van-rompuy_caricature.jpg

 

 

Allez, ils sont contents nos « chefs d'états et de gouvernements », retour de leur raout sur l'Europe. Ils sont contents parce qu'ils ont trouvé – enfin – un accord sur le budget de l'Europe. Ce budget a été fixé à 960 milliards d’euros pour la période 2014-2020, contre 977 milliards pour la période précédente (2007-2013). Un budget de régression, pour la première fois de son histoire ! Ce que voulaient les Britanniques et les Allemands.



Vous aimez l'austérité ? Eh bien on va vous en remettre une louche ! Ce budget est décidé jusqu’en 2020. Autrement dit le prochain Parlement européen, qui sera élu en 2014, n’aura pas son mot à dire. C’est comme si Sarkozy avait décidé des budgets du quinquennat de François Hollande ! Bonjour la cohérence !



Ce sommet européen a été, une nouvelle fois pris en otage par le Rosbif David Cameron :  on baisse l’enveloppe de la PAC, mais le calcul du chèque britannique reste le même. On s’enfonce dans le chacun pour soi. C'est le triomphe des égoïsmes nationaux au détriment de l’intérêt général européen. L'ensemble du projet européen est mis en danger par ces rivalités nationales, ces crispations, ces égoïsmes. L'Europe que l'on nous propose se limite à la mise en place d'un traité commercial transatlantique, autrement dit une vassalisation de l'Europe par rapport aux USA (succès éclatant pour la Rosbifistan, cheval de Troye des Zétazuniens) et à la protection des intêrets commerciaux allemands (succès pour la Teutonne en campagne électorale).



Et François la-dedans, où est-il ? Pas vu... Où est-elle sa volonté de réorienter l'Europe ? Elle se cantonne au fait de se rebiffer (à bon escient, mais bien mollement !) devant le sinistre Barroso. Mais les dirigeants français seraient plus efficaces s'ils arrêtaient de valider les projets que porte le président de la Commission européenne, élu par personne, certes, mais mis en place par ces mêmes chefs d’États et de gouvernements ! François, il revient content, mais il ne prend pas ses responsabilités pour réorienter l’Europe.



Bon. Cherchons un peu de positif...

* Quelques milliards (8) pour relancer l'emploi des jeunes. C'est toujours ça de pris mais pour l'ensemble des jeunes des 27 (pardon, 28 maintenant, bonjour la Croatie), ça ne va pas chercher loin.

* La possibilité que le budget puisse être revu à la hausse en 2016, si la croissance est de retour.

* Plus de souplesse dans l'utilisation du pognon. Actuellement, de nombreuses lignes budgétaires ne peuvent être utilisées en totalité et ce qui n'est pas utilisé est retourné aux États alors que d'autres lignes budgétaires sont insuffisantes. Ça devrait changer.

* La possibilité d'utiliser une partie des fonds de manière anticipée et sans cloisonnement entre les années. Cela lui permettra de lancer des projets plus importants et plus fixés sur le long terme.





Cela suffira-t-il pour renverser le terrible désamour, et même le rejet des citoyens européens envers cette Europe dévoyée de sa vocation première par les ultralibéraux qui lui ont mis leur sale pogne dessus ?





Décadi 10 Thermidor 221



Illustration X – Droits réservés



.......................................

Ecoute ! Ecoute !



 

C'est un mec que sa femme envoie consulter le médecin parce qu'il n'arrive pas à faire tout le boulot qu'il doit faire dans sa maison : tondre la pelouse, repeindre la cuisine, etc.

Le docteur lui fait un examen complet.

Lorsque tout a été passé en revue, le gars dit à son docteur :

- Allez-y, dites-moi la vérité, je suis prêt à tout entendre. Qu'est-ce que j'ai ?

Et l'homme de l'art lui répond :

- Eh bien, pour vous parler tout à fait franchement, vous êtes fainéant !

- D'accord, je préfère ça... Mais vous n'auriez pas un terme médical pour ça que je puisse donner à ma femme ?

27/06/2013

Elle est marrante l'Amarante : elle désespère Monsanto !

amarante-en-fleur.jpg

 

 

Eh oui ! Cette petite plante sympa, ces longs plumets rouges que chacun connaît dans son jardin, est en train de réussir ce que des années de luttes écologistes n'ont pas encore réussi : désespérer l'ogre Monsanto !

Les fermiers amerloques, aiguillonnés par leur addiction au profit à tout prix et poussés au cul dans ce sens par Monsanto, ont foutu des satanés OGM partout. A la suite de quoi, ils arrosent à donf leurs cultures de soja d'herbicides genre Roundup, produits dangereux entre tous. Seulement voilà. Dans les champs de soja yankees pousse aussi, une sympathique plante bien marrante : notre amarante ! Et voilà-t-y pas qu'une de ces plantes – contrairement aux affirmations des pro-OGM qui ont toujours prétendu qu’une hybridation entre une plante génétiquement modifiée, et une plante naturelle était impossible – a muté. Et est devenue totalement résistante au Roundup dont les fermiers étazuniens arrosent généreusement leurs cultures.

Bon. Une, c'est pas grave. Sauf qu'il suffit d’un seul croisement réussi sur plusieurs millions de possibilités. Dès qu’elle est créée, la nouvelle plante possède un avantage sélectif énorme et elle se multiplie rapidement. Ce qui est arrivé et continu à se passer en Géorgie américaine au départ, et s'étend maintenant à la Caroline du Sud, et du Nord, l’Arkansas, le Tennessee et le Missouri.

Allez l'amarante ! Chauffe !

En plus, elle est super sympa cette plante : chacune d'elles produit environ 12.000 graines par an, et les feuilles contiennent des vitamines A, C et des sels minéraux. Elle est même plus riche en protéine que... le soja, pourtant considéré comme champion en la matière. Et les diététiciens affirment que la protéine de l’amarante est de qualité supérieure à celle du lait de vache. Lien 

La tête des nuisibles de Monsanto !

La seule solution qu’il restait aux agriculteurs était d’arracher les plants d’amarante à la main. Sur des milliers d'hectares comme sont les exploitations étazuniennes, bonjour les tours de reins ! D'autant plus que cette petite marrante s’enracine très profondément, rendant cette solution quasi impossible à réaliser.

Du coup, les agriculteurs ont renoncé à cet arrachage. Et abandonnés purement et simplement ces champs salopés par les apprentis sorciers de Monsanto. Des milliers, des dizaines de milliers d'hectares ! Le pied !

Les bouseux ricains, ils sont comme les autres : près de leurs sous, et ils sont dans le vrai. Pour trois raisons : - les OGM sont très chers, - ils mettent ceux qui les utilisent à la merci de Monsanto puisque les fermiers doivent chaque année racheter de la semence traitée, - l'affaire de l'amarante prouve qu'ils ne sont pas efficaces. Alors ils sont de plus en plus nombreux à abandonner les OGM pour revenir à l'agriculture traditionnelle.

Et qu'est-ce qu'elle leur dit à Monsanto la marrante amarante ? Tè ! Fume...



Nonidi 9 Thermidor 221

Sources : lien 

Illustration X – Droits réservés

..................................

Ecoute ! Ecoute !

C’est Marguerite et Marie, deux solides paysannes, qui vont ramasser les patates dans les champs.

Soudain Marguerite sort de la terre humide deux grosses patates et dit :
- Cré vindiou la Marie, on dirait les couilles au Fernand !


Marie, étonnée par la taille des tubercules s'étonne :
- Oh ! Aussi grosses ?


Et Marguerite de répondre :
- Non, aussi sales !!!

26/06/2013

Au bistro de la toile : le Ventoux !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Putaing, t'as vu Victor, même Jaja... Ouais, même Jalabert, ce super sympa, gouailleur, couillu, plein de panache qui aurait taté de la seringue... Comme un vulgaire Armstrong, un sinistre Contador ou un bouffi Ulrisch... Tout fout le camp Victor... Tout fout le camp...

 

- Tè ! Loulle, Sers-nous une tournée d'EPO provençal : Eau, Pastis, Olive !Eh ! A quoi on joue. Ils se sont quasiment tous boustés à un moment ou à un autre les forçats de la route. Et depuis que le cyclisme existe. Albert Londres, en son temps, a dénoncé la manipulation, l'exploitation éhonté de ces mecs qui s'éclatent, souvent au propre comme au figuré pour engraisser quelques marchands de soupe. « Pédale Kiki, avale ce qu'on te donne et surtout ferme ta gueule, sinon... ». Sinon tu seras tricard, tu ne gagneras plus une course, adieu la « gloire », adieu le pognon...

 

- Comme tu y vas Victor...

 

- C'est comme ça. Et ce qui me gonfle les aliboffis, c'est que les médias et la vox populi se focalisent uniquement sur les cyclistes. Ce sport est le plus surveillé, donc, on y détecte plus de tricheurs. Qu'ils aillent donc voir dans le foutebole, dans le tennis, dans le rugby même, dans les courses de bagnoles sans oublier l'athlétisme...

 

- Ouais, mais le vélo, c'est quand même le top à ce sujet. Simpson y a laissé la peau...

 

- Je peux t'en parler : l'étais jeune journaliste au Provençal lorsque ça s'est passé, et j'ai suivi l'affaire de près. Simpson il avait simplement un peu plus chargé que les autres. Et puis, tu sais ce que c'est le Ventoux, Loulle ?

 

- Je ne l'ai monté qu'en bagnole, mais je m'en doute...

 

- Non. Tu ne peux pas t'en douter. Il faut l'avoir fait pour savoir. D'abord, tu t'es un peu chauffé les jambes entre Carpentras et Bédouin, pour ne pas partir à froid. Puis, au sortir de ce village, tu as quelques lignes droites d'un petit pourcentage jusqu'au fameux virage de Saint-Estève. Pas de problème. Mais à partir de là, tu attaques dans le dur : du huit pour cent. Et tu pédales, tu appuies. Tu as la forme, ça se passe bien.

Tu grimpes avec ton premier souffle... Un, deux, aspirations sur deux coups de pédales, un temps mort sur un coup de pédale, un, deux, trois, tu souffles sur trois coups de pédales. Et tu recommences. Les deux, trois premières bornes se passent comme ça. Les jambes chauffent mais tournent bien, la magnéto garde un rythme élevé mais normal...

Puis tu arrives aux sept virages. Le premier, à droite, tu te sens costaud, tu le prends à la corde, d'un coup de rein rageur. Les six autres, tu élargiras de plus en plus ta trajectoire. Tu es parti avec deux ou trois collègues, mais tu es vite seul. L'un va plus vite, ne t'accroches pas, tu le reverras sûrement plus haut, l'autre colle un peu à ta roue puis lâche... La sueur. Partout. Tu lèves tes lunettes de soleil qui sont vite mascarées. La sueur te coule dans la raie du cul.

Tu as laissé depuis quelques virages ton premier souffle. C'est maintenant un, inspiration, gueule grande ouverte, deux, expiration, sur deux coups de pédales. Tu tournes sur 39x24 mais ça ne va pas durer. Te voilà dans la partie étouffante de l'ascension, dans la forêt de cèdres, de pins Lariccio, de chênes blancs, de chênes verts. La route monte, monte... Tu guettes les bornes : sommet 12 km, sommet 10 km...

Les cigales te foutent un raffut pas possible. Tchikitchikjitchikitchikitchiiiiiiii font les grosses qui s'arrêtent et repartent pour une longue phrase d'appel d'amour. Ka ka ka ka ka font les petis cigalons, plus feignants... La sueur coule et t'aveugle. Le goudron fond par plaques. Tu bois un coup de thé froid, enfin, tiédas. Tu bouffes deux abricots secs. Et c'est long, c'est long...

Puis après quelques virages à gauche, tu arrives au Chalet-Reynard. Ouf... Un petit faux plat descendant de trois cent mètres en large virage à gauche. Tu t'étires, tu soulages ton cul qui te fait mal, tu secoues tes jambes pour décontracter tant soit peu tes muscles... Puis, virage à droite et te voilà sur la Lune, ou sur Mars. De la caillasse blanche, squelette de pierres concassées.

Tu le vois enfin le sommet. La flèche de l'antenne télé. Les bâtiments de l'ancien observatoire... A main droite, tu as cette pente qui monte vers un infini minéral. A main gauche, ta vue, si elle n'est pas trop embuée, découvre les vastes plaines provençales écrasées de soleil, avec au loin le scintillement serpentin du Rhône et l'éblouissement des serres de verres...

Et voilà maintenant le vent. Il y a toujours du vent au Ventoux. Par définition. Tu l'as toujours dans le nez. Les lacets sont longs, très longs. Tu a mis le 28 depuis longtemps. Tu n'en peux plus. Tu te demandes ce que tu fous dans cette galère... Tè, voilà deux jeunots qui te doublent sans un regard... Juste devant la stèle marquant le lieu maudit où est mort Tommy...

Tu as envie de t'arrêter. Mais tu t'engueules à haure voix : « Pédale, feignasse ! Personne ne t'as forcé, alors ta gueule et appuie, connard ! » Tè ! Voilà la fontaine de la Grave qui ne coule plus. Virage à gauche, puis longues, longues lignes droites battues par le vent, assommées par ce terrible soleil-lion. 

Le sommet est presque là, mais, putaing, il semble reculer à chaque coup de pédale. Tu te fais ton cinéma pour te donner du punch. Chacun le sien. Tu imagines à vingt mètres devant toi, une belle nana à poil sur son vélo. Elle tortille du fignedé et te montre un joufflu bien fendu et bien appétissant en tournant la tête vers toi, te regardant avec un air vicelard comme pour te dire : « Attrape-moi, et tu m'auras... ». Alors tu pédales comme un calus...

 

vélo,ventoux


Voilà le col des Tempêtes. Tu tournes à gauche, le parapet, à main droite, te découvre les montagnes riantes, domestiques, humaines de la Drôme provençale. Le vent te rafraîchit. Le voilà le sommet. A quelques coups de pédales. Une pente raide de deux hectomètres, puis virage à droite et le dernier rampaillou, brutal, jusqu'au sommet ! Ouyarff! Tu gueules ta joie ! Tu oublies ta fatigue monumentale. Tu oublies cette heure et demi de torture. Ta compagne te sèches avec une serviette et te donnes un thermos de thé chaud. Le bonheur !

 

- Putaing ! Ça m'a fatigué, Victor ! Tè ! A la nôtre...

 

Octidi 8 Thermidor 221

 

 

Merci à Chimulus.

25/06/2013

« Escroquerie en bande organisée ! »

tapie volant.jpg

 

 

Escroquerie en bande organisée

Et dont le chef fut à l’Élysée ?

Mais sont-ils fous, et hargneux tous ces juges

Pour nous annoncer un tel grabuge !

 

Tout ce ramdam pour quoi ? Quelques quatre-cent millions...

Faut-il donc qu'ils soient pingres ces pauvres troublions

Pour oser contester les décisions fort sages

De ce tribunal (privé!) d'arbitrage

Qui, dans sa grande lucidité,

A décidé, doctement, d'accorder

Cette poignée d'euros

A ce superbe héros,

Ce prince du grisbi

Ayant pour nom Tapie !

 

Ah! Quel beau condottiere que ce Tapie-là !

Mais que lui veulent-ils tous ces vils cancrelats

Tous ces gagne-petits, tous ces puent-la-sueur

Qui jadis furent ses veules admirateurs ?

N'a-t-il pas fait briller les couleurs Olympiennes ?

Bien sûr en achetant, tant soit peu, Valenciennes...

N'a-t-il donc pas servi la cause à Mitterrand ?

Puis celle de Sarko ? Faut bien prendre le vent...

N'a-t-il donc pas « sauvé » nombreuses entreprises ?

Les pillant, puis laissant les manards dans la mouise...

 

Quatre-cents petits millions, est-ce donc trop payer ?

Cela mérite-t-il, pour les chiens, d'aboyer ?

Juste 400 écoles, 14.000 emplois,

Un million d'hectares de bois,

Cinq Airbus 320,

Mille cargo de vin...

Non mais regardez-les ! C'est qu'ils mordraient ces cons !

Non mais écoutez-moi ces arguments abscons...

Lagarde, puis Richard et maintenant Nanard

Bientôt Guéant, pourquoi pas Sarko ? Connards...

 

Bof... On va s'en tirer. On va jouer la montre...

Faire appel, chicaner sur les pour et les contres...

L'important, c'est de ne pas rendre le pognon...

Faut ruser : elle approche la prescription !

 

 

Septidi 7 Thermidor 221

 

Illustration Merci à Christian 

 

***********************

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Pourquoi tous ces « puissants » ont-ils un chauffeur ?

 

Parce qu'on ne peut pas conduire avec des menottes...

24/06/2013

Normalou à Doha : pour quelques poignées de (gazo)dollars...

emirat du queutard.jpg

 

Eh ! Vous l'avez vu François faire la danse du ventre devant les Zaraberiches en robe blanche du Qatar ? Il doit avoir de la peau morte sur la langue à force de leur faire des « inflations mode Dati » ! Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour essayer de fourguer quelques Rafales (avion dépassé dâtant de...cinquante ans!), de faire avancer quelques gros dossiers, comme le projet de métro à Doha pour lequel le groupe Vinci est en lice, ou celui du tramway de la ville nouvelle de Lusail, dans lequel s'est engagé Alstom, sans oublier qu'Airbus équipe déjà quasiment toute la flotte qatarie...

 

Il lui a fallu aussi se trémousser un peu plus du bide pour rassurer « nos partenaires et amis Qataris » quant aux réticences de plus en plus rugueuses concernant le rachat par les Bédouins des bijoux de famille de la France. Il lui a fallu notamment proposer autre chose que les monceaux de pognons que les gaziers des sables voulaient déverser sur nos banlieues pour les « aider »...avec l'aide du « progrès salafiste ». En l’occurrence, ce sera un fonds commun franco-qatari destiné à financer des PME.

 

Et puis, il a dû nous faire un grand numéro au lycée Voltaire de Doha. Cet établissement de prestige avait été inauguré en grandes pompes en janvier 2008 par Sarkozy, aux côtés du prince héritier, avec Bernard Kouchner, Christine Lagarde et Xavier Darcos... Il a fallu six mois à peine pour exaucer le vœu des Al-Thani : créer à Doha un établissement français autre que le lycée Bonaparte fréquenté par les enfants d'expatriés. Une école franco-qatarie avec cours d'arabe, d'anglais et, en option, de religion islamique. La Mission laïque, riche de son expérience d'enseignement dans 125 institutions du monde entier, a relevé le défi. Le projet pédagogique - deux cultures, trois langues - enchantait les Qataris. Dès lors, au diable l'avarice, voilà nos Qataris promus membres à part entière de la francophonie. Ben voyons, il y a autant de francophones au Qatar que de démocrates aux F.N...

 

Mouais... L'enseignement « à la française » au pays de la charia, c'est pas du loukoum ! Véronique Sanson, invitée à venir promouvoir la culture française ? Recalée : une de ses chansons parle d'Allah. Un livre d'histoire parlant de la chrétienté ? Le proviseur convoqué chez le proc et menacé de...dix ans de taule ! Au Qatar, les jeunes ne doivent pas savoir avant l'age de 18 ans qu'il peut exister d'autres religions que l'islam... Bonjour la laïcité à la française chez les barbus pleins de thunes. Résultat : la Mission laïque doit foutre le camp et la gestion ainsi que le contenu de l'enseignement du lycée Voltaire passent directement sous la coupe de ces grands démocrates de Qataris.

 

Tout ça pour la plus grande « gloire » d’une principauté moyenâgeuse du golfe arabo-persique. Un pays dont la richesse est assise sur le gaz et sur l’exploitation sans vergogne de 2 millions de quasi esclaves étrangers au profit d’une poignée de bédouins. Avec en prime une dictature féodalo-religieuse dont l’obscurantisme ferait passer le Perse Ahmadinejad pour Voltaire ! Un pays prédateur qui achète les bijoux de famille de la France avec la complicité des gouvernements en la matière aussi veules à gauche qu’à droite. Un pays bonzaïe, soutient financier et idéologique des Frères musulmans, qui prêchent ouvertement l'avènement de la charia – horreur archaïque à l'état pur – dans le monde entier, soutient également des mouvements salafistes contre lesquels la France envoie ses soldats... Avec des amis comme ça, on est tranquille !



Bof, me direz-vous, les gazo-dollars des féodaux du désert valent bien quelques « aménagements raisonnables » avec la charia..



Ben NON ! On n'a pas a vendre notre dignité (j'ai failli écrire « notre âme ») pour quelques poignées de dollars !





Sextidi 6 Thermidor 221



Illustration X – Droits réservés



***************



Ecoute ! Ecoute !



Deux sultans discutent de leurs femmes. Comment fais-tu le soir, demande l'un, pour choisir une femme parmi les trente que tu as dans ton harem? C'est très simple, rétorque l'autre, je les réunis toutes dans le hall et, du haut de la balustrade, je leur jette un seau d'eau. Ensuite, je prends celle qui fait le plus de vapeur! 

 

 

22/06/2013

Ouiquinde érotique: de Villon à Queneau, le dépit des barbons!

cul string rouge.jpg

 

 

Quand me regarde toute nue,

Et je me vois si très changée,

Pauvre, sèche, maigre, menue,

Je suis presque toute enragée.

 

Qu'est devenu ce front poli,

Cheveux blonds, ces sourcils voûtils,

Grand entrœil, ce regard joli,

Dont prenaye les plus subtils;

Ce beau nez droit grand ni petit,

Ces petites jointes oreilles,

Menton fourchu, clair vis traictis,

Et ces belles lèvres vermeilles?

 

Ces gentes épaules menues,

Ces bras longs et ces mains traictisses,

 Petits tétins, hanches charnues,

Elevées, propres, faictisses

A tenir amoureuses lisses;

Ces larges reins, ce sadinet

Assis sur grosses fermes cuisses,

Dedans son petit jardinet ?..

 

Mamelles quoi? toutes retraites.

Telles les hanches que les têtes.

Du sadiner, fi ! Quant des cuisses,

Cuisses ne sont plus, mais des cuissètes

 

Grivelées comme saucisses...


François Villon

 

 

*****************


Si tu t'imagines



Si tu t'imagines 
Si tu t'imagines 
Fillette fillette 
Si tu t'imagines 
Xa va xa va xa 
Va durer toujours 
La saison des za 
La saison des za
Saison des amours 
Ce que tu te goures 
Fillette fillette 
Ce que tu te goures

Si tu crois petite 
Si tu crois ah ah 
Que ton teint de rose 
Ta taille de guêpe 
Tes mignons biceps 
Tes ongles d'émail 
Ta cuisse de nymphe
Et ton pied léger 
Si tu crois petite 
Xa va xa va xa 
Va durer toujours 
Ce que tu te goures 
Fillette fillette 
Ce que tu te goures

Les beaux jours s'en vont 
Les beaux jours de fête
Soleils et planètes 
Tournent tous en rond
Mais toi ma petite 
Tu marches tout droit 
Vers s’que tu vois pas 
Très sournois s'approchent 
La ride véloce 
La pesante graisse 
Le menton triplé 
Le muscle avachi 
Allons cueille cueille 
Les roses les roses
Roses de la vie 
Et que leurs pétales 
Soient la mer étale 
De tous les bonheurs 
Allons cueille cueille 
Si tu le fais pas 
Ce que tu te goures 
Fillette fillette 
Ce que tu te goures

Raymond Queneau


cul cellulite.jpg

 

 

Quartidi 4 Thermidor 221

 

Photos X - Droits réservés



21/06/2013

Taxer les robots ? L'important, c'est la ROSE !

caisses robots dessin Tignous.jpg

 

 

Hier, j'émettais l'idée de « taxer les robots » ("Et pourquoi ne pas faire payer les robots ? Toutes ces machines (caisses automatiques d'autoroute, d'hypermarché, etc.") qui prennent la place de personnes qui cotisaient, elles ! ). Un lecteur de Médiapart signant « Pizzicaluna » – que je ne saurais trop remercier – m'a signalé que cette idée, loin d'être loufoque, était portée par un mouvement ayant fait l'objet d'un article dans Libération le...22 mai 1998. Cette taxe intelligente a même un joli nom : « ROSE » pour Robots, Ordinateurs et Systèmes Experts.

 

Taxer les robots n'est pas une réaction contre le progrès, au contraire, dit John Mitchell, un britannique du « 9.3. » porteur avancé de cette idée : «Je ne suis pas contre le progrès, bien au contraire. La carte à puce du médecin, c'est formidable, c'est pratique. Mon problème est seulement: que vont devenir toutes les femmes qui saisissaient les feuilles de Sécu ? La Sécu va économiser de l'argent, les Assedic vont payer et les gens seront désespérés. C'est anormal, on met les gens en situation de ne plus savoir quoi faire.»

 

Ce que propose John Mitchell est simple: il veut taxer les machines de sa «cotisation Rose». Rose pour «Robots, ordinateurs et systèmes experts». Le bénéfice de cette taxe servirait à créer des emplois, à assister les chômeurs, à financer des formations, à aider les entreprises à embaucher.

 

Le raisonnement de John Mitchell est le suivant: «A job égal, les salariés ne sont pas compétitifs avec les machines, d'abord parce qu'ils sont moins efficaces, ensuite parce qu'ils représentent de lourdes charges sociales pour l'employeur. L'idée de la cotisation Rose est donc de rétablir l'équilibre pour qu'il n'y ait pas de «concurrence déloyale» accrue entre humains et machines, lesquelles doivent devenir les «nouvelles vaches à lait». En faisant payer une taxe sur les robots, ordinateurs et systèmes experts, la compétition se réduirait, le chômage aussi.

 

La cotisation Rose frapperait les petits ordinateurs comme les gros systèmes, lecteurs de cartes, distributeurs, robots, pompes à essence automatiques, billetteries, trieuses postales et serait une «taxe sur la capacité de production» basée sur un ratio de son invention, le Mac/Man (Machine/homme), évaluant la capacité de production d'une machine par rapport à l'homme. (Serait ainsi établi une cotisation mensuelle sur tous les robots, ordinateurs et systèmes experts à un taux en fonction de leur capacité de production mesuré en équivalent-hommes . Considérer en comparaison la puissance fiscale des véhicules qui est mesuré en équivalents-chevaux.

 

Les gains de productivité ne profitent pas à tous. Les machines au lieu de libérer l'homme en diminuant sa charge de travail le privent parfois totalement de son emploi. La cotisation sociale sur les machines rééquilibrerait l'injuste compétition entre la machine et l'homme. 

 

Il y en a là du pognon a prendre François ! Et une idée formidable dans le droit fil de la justice qui t'est chère (trop chère?), de la liberté retrouvée, de l'égalité homme-machine, de la fraternité (?!) patron-employés.

 

Voilà. Y a plus qu'à...

 

 

 

 

20/06/2013

Retraites : « Eh ! François, si tu te rappelais qui tu as été élu par le peuple de gauche ? »

retraites dessin.jpg

 

 

Ça y est : c'est aujourd'hui que nos têtes pensantes des organisations syndicales et patronales se réunissent pour déterminer, en deux jours, ce dont ils vont ensuite débattre. Ceci en vue d'une énième « réforme des retraites », et sous le coup d'une injonction aussi humiliante que menaçante des ultralibéraux de la Commission europenne, pressés de jeter bas le système français par répartition pour faire la part belle aux banques et assurances avec la capitalisation. L'enjeu réel, ,il est là.



Nos têtes pensantes pourraient en profiter pour faire preuve d'un peu d’imagination. La France est maintenant un pays de bas salaires, de temps partiel, d’intérim. Qui  dit bas salaires dit évidemment moins de cotisations, donc problèmes pour les retraites comme  pour la sécu. Il faut rapprocher cela du fait qu’en quelques années, la part des salaires dans le revenu national à baissé de dix points, ces sommes étant allés renforcer la part de la rétribution du capital. Ce qui fait un différentiel de 20 points ! Voilà où se trouve les causes principales des trous des retraites et de la sécu. Inverser cette tendance ne pourrait qu’avoir des effets rapidement positifs tant sur les caisses de retraites et de sécu que sur le niveau de vie des familles.

 

Par ailleurs, les têtes d’œufs nous bassinent en nous disant qu’il faut allonger le temps de travail. Mais bien sûr que bien des salariés ne demanderaient qu’à continuer à travailler un peu plus. Seulement ce ne sont pas eux qui décident, mais les patrons qui jettent comme un clinex sale les salariés de plus de cinquante balais . Sans oublier que les sarko-trafiquants au pouvoir ont supprimé, en 2008, la taxe dite Delalande qui justement pénalisait les entreprises licenciant les quinquagénaires.

 

Pour sortir de cette alternative vicieuse — réduire les retraites, ou cotiser plus — il serait juste d’élargir l’assiette du financement des retraites non pas aux seuls revenus des salaires, mais à tous les autres et surtout ceux du capital. Une sorte de CSG retraite que paieraient donc aussi ceux qui se gavent de stock options et autres dividendes d’actions. Et pourquoi ne pas faire payer les robots ? Toutes ces machines (caisses automatiques d'autoroute, d'hypermarché, etc.) qui prennent la place de personnes qui cotisaient, elles !

 

Les trois seuls leviers envisagés et utilisés sont l’allongement de l’âge ouvrant possibilité de départ à la retraite , le report de l’âge de prise de retraite sans décote et l’allongement concomitant du nombre de trimestres nécessaires pour obtenir une pension à taux plein. Ceci a pour objectif de faire des économies en augmentant les décotes et donc en diminuant les pensions, car les seniors du baby boom ne trouveront pas de travail demain puisque, au contraire, on compte sur leurs départs en retraite pour réduire le chômage ! Comme il n’y a pas de perspective d’emploi, ni de volonté patronale de les maintenir au travail, ils seront bien obligés de faire valoir leurs « droits à la retraite » sans avoir les trimestres requis pour obtenir le taux complet qui est, rappelons-le, de 50% de la moyenne des 25 meilleurs années… Or, chaque trimestre manquant par rapport aux 41, 42, voire 43 ans, implique une décote conséquente. Donc les retraités qui toucherons le « taux plein » seront de plus en plus rares… Et comme il n’y a pas de boulot, les « vieux » de 55 ans et plus croupiront au chômage…

 

Qu’est-ce que seront obligés de faire les générations montantes devant une perspective pareille ? Succomber aux sirènes qui leurs chantent sur tous les tons de faire leur propre plan retraite…par capitalisation. La finalité de l’affaire, elle est là : refiler aux gueules avides des grands groupes d’assurances et de banques (maintenant tellement imbriqué) l’énorme gâteau des retraites privatisées.



Pourtant à moins de décréter la paupérisation des retraité-es, il est normal de couvrir les besoins sociaux liés à l’augmentation de leur part dans la population par un accroissement des prélèvements sur la richesse produite. Les déficits des caisses de retraite sont essentiellement dus au refus obstiné de le faire. Pourtant, le besoin supplémentaire de financement nécessaire aux retraites est réalisable puisqu’il a été chiffré en 2007 par le COR entre 1 et 2 points de PIB jusqu’en 2050, à comparer avec la chute de la part de la masse salariale de 8 points au cours des dernières décennies et avec l’explosion correspondante des dividendes, qui sont passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2007. Il est donc juste d’augmenter la part des salaires et des pensions dans la richesse produite en s’attaquant aux profits. Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité.



Eh ! François, si tu te rappelais qui tu as été élu par le peuple de gauche ?





2 Thermidor 221



Illustration X – Droits réservés





Ecoute ! Ecoute !



Un couple de vieux retraités achète une maison dans un village du sud-ouest et y réside depuis quelques mois quand le maire vient les voir :
- Comment allez-vous ? Vous vous plaisez dans notre commune isolée ? Vous ne vous ennuyez pas j’espère ? Que faites-vous de vos journées ?

Le papy répond :
- Ben, à 7 heures, on se réveille : activité sexuelle. Puis p’tit-déj, re-activité sexuelle. On va faire les courses au marché et à 11h retour du marché, activité sexuelle. Préparation du repas, re-activité sexuelle. Apéro, repas, et activité sexuelle en dessert. Sieste puis activité sexuelle. A 15 heures, je vais jouer aux boules et à 18h au retour : activité sexuelle.
A 19h petite soupe, fromage, activité sexuelle. A 20h vaisselle et activité sexuelle devant l’évier. Puis on regarde un peu la télé et à 10 heures du soir on va se coucher parce qu'on est un peu fatigué...


Le Maire est stupéfait et demande :
- Quel âge avez-vous ?
- Moi 86 ans et Marguerite 78 printemps…
- Félicitations, lui dit le maire inquiet, mais qu’entendez-vous par activité sexuelle exactement ?
- C’est pourtant simple : ELLE ME CASSE LES COUILLES…



 



19/06/2013

Au bistro de la Toile : plus un seul chômeur ? C'est facile...

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- …taing ! Victor, t’as vu. Le dénommé Queyranne vient de remettre à Montebourg son rapport sur la « modernisation de l’action publique ». Et il préconise des mesures qui vont foutre la zone : il tape sur les aides aux taxis, aux transporteurs, aux paysans, au cinéma, à l’outre-mer, etc. On peut prévoir de la joie !

 

- Bof. S’il y a grève des taxis, blocage des routes par les transporteurs, déversement de fumiers devant les préfectures, ça fera venir des gens dans ton rade ! Et puis attend, le Queyranne, il ne s’estrasse pas l’oignon : il y a un foutoir de 6.000 aides diverses aux entreprises. Qui ne profitent évidemment qu’à celles qui ont les moyens de les débusquer dans ce maquis. Elles coûtent 110 milliards (deux fois le budget de l’éducation nationale !) par an. Et sur cette montagne de pognon souvent jeté pour rien, le rapport dont tu parles ne prévoit d’en raboter que…3 petits milliards ! Une poignée de figues… Le rapport ne porte pourtant «que» sur 46,5 milliards d'euros d'aides, certains dispositifs comme le crédit impôt recherche ou les allègements de charges sur les bas salaires n'ayant pas été audités. Sur ce total, qui se compose de niches fiscales et sociales, de subventions, de prêts et apports en capital, les rapporteurs ont découvert que l'industrie n'en percevait que 2 milliards, contre 4 pour l'agriculture, 2 pour l'outre-mer et 1 pour la culture…

 

- Une poignée de figues, comme tu dis…

 

- Et les frais de gestion ! Toutes ces aides sont accordés par l'État, mais aussi par les régions, les départements et les communes. Et allez la gabegie ! Résultat, pas moins de 15.000 agents des collectivités locales travaillent à «aider» les entreprises. Facture? 700 millions par an. Le rapport recommande donc de donner aux régions le pilotage du développement économique, de garder une seule agence économique par région (il y en a 110 actuellement) et d'obliger les chambres de commerce à réaliser 400 millions d'économies.

 

- Il parait  que les buralistes sont visées ? Moi, je m’en cague, je ne suis que bistro…

 

 - Ceux-là, ils savent se démerder. Ils ont su pleurer, menacer et ont réussi à tirer un max à l’époque Sarko !  La cour des comptes a calculé qu'entre 2004 et 2011, le montant du soutien, toutes aides confondues, s'est élevé à 2,6 milliards d'euros !

 

- Putaing ! Mais 110 milliards par an donné aux entreprises, si on compte le coût d’un emploi au smic autour de 30.000 euros par an, ça fait… Attends je prends ma calculette… Ça fait 3 millions 666 mille emplois !

 

- Plus que le total des chômeurs de catégorie A qui ne sont « que » 3 millions 264 mille…

 

- En supprimant toutes ces aides qui ne servent généralement qu’en engraisser un peu plus les actionnaires, à changer le 4x4 des petits patrons ou le tracteur des paysans, on n’aurait plus de chômeurs en France !!! Et la consommation relancerait toute l’économie !

 

- Exact. Et les pôôôvres patrons martyrisés non seulement ne foutraient pas le camp, mais embaucheraient pour faire face à la demande !

 

- Eh ! François, écoute-le ton pote Queyranne ! La voilà ta solution !

 

 - Ouais mais, pour le patronat, plus de chômage, ça veut dire plus de moyens de peser sur les salaires. Et ça, ils n'en veulent pas !



Primidi 1er Thermidor 221

 

Merci à Chimulus

 

 

18/06/2013

Se débarrasser de Barroso...

barroso grimace.jpg

 

 

 

Non mais, qu'est-ce-qu'il faudra faire pour se débarrasser de ce sinistre Barroso ? Rappelons que ce type, qui dirigeait le Portugal à l’époque de la crise de l’Irak, était un farouche partisan de la guerre de Bush, comme l’Espagnol Aznard – viré depuis – le rosbif Blair – viré depuis – et évidemment le criminel Bush – viré depuis. Ce nuisible a été placé et maintenu à la tête de l’exécutif européen grâce aux magouilles des Anglais. Ce type est non seulement nuisible, mais il est dangereux. Il voudrait nous faire haïr l’Europe qu'il ne s’y prendrait pas autrement.

 

La Commission est responsable de l'hostilité des citoyens des états membres à la construction européenne ! Elle nous emmerde avec ses directives sur la chasse aux canards ou le fromage au lait cru mais elle s'est montrée d'une nullité absolue pour lutter contre le dumping fiscal et social entre pays de l’Union, les paradis fiscaux, la protection des industries européennes contre le dumping des pays tiers, etc. Et maintenant, contre le mandat qui lui a été donné, Bartosso remet sur le tapis l'exception culturelle non seulement française, mais européenne dans les discussions qui vont s'ouvrir afin d'inféoder un peu plus l'Europe aux États-Unis. En clair, pas question pour Paris, attaché aux subventions et aux quotas de diffusion, de laisser la culture devenir une marchandise comme les autres, et de se laisser noyer par les pleins cargos de sous merdes étazuniennes. Le président de la commission européenne, le ci-devantBarroso José Manuel, ne l'a pas digéré. L'attitude « anti-mondialisation » de la France est « totalement réactionnaire », n'a-t-il pas hésité à tacler lundi daans les colonnes de l'International Herald Tribune.


Artistes et réalisateurs français sont montés aux créneaux. Costa-Gavras, ne mâche pas ses mots : « Monsieur Barroso est un homme dangereux pour la culture européenne ». Même Rachida Dati, qui exige sa démission en estimant qu'il « se couche devant les Etats-Unis ». Pour une fois qu'elle dit quelque chose de censé... François - de manière un peu trop diplomatique à mon goût, mais c'est sa manière – a remis les pendules à l'heure en rappelant que la Commission doit s'en tenir à son mandat, et seulement à son mandat.


Non mais pour qui il se prend ce type élu par personne ? Son attitude crispe les populations européenne contre cette Europe dégueulasse du fric et du mépris du peuple. Malgré la faillite du système, les ayatollahs de la commission continuent leur couplet ultra libéral en faveur du libre échange contre l'intérêt et les aspirations des citoyens européens. En pleine crise gravissime, ils n'ont pas bougé d'un iota de leur dogme. Un tel fanatisme pour la concurrence et le libre échange des grosses boites en ce moment, chapeau! Avec de pareils négociateurs, on peut s'attendre à une capitulation en rase atlantique dans ces redoutables « négociations » sur un possible traité de libre échange entre l'Europe et les États-Unis...


Bientôt on va voter pour cette Europe. Faut faire en sorte que se dégage une majorité qui sera en mesure de virer ce néfaste et de réformer cette insupportable commission. Sinon les égoïsmes nationaux déferont ce qui se construit dans la douleur mais aussi l’espoir depuis le traité de Rome. L’Histoire nous a appris ce qui en résultait… On n’est à l’abri de rien !

 

Décadi 30 Prairial 221

 

Photo X – Droits réservés

 

 

17/06/2013

30 à 0… Sans vaseline, ça fait mal au fignedé !

tampon-placage-rugby.jpg

 

 

 

Fanny ! Et même une méchante Fanny : trente pions à cherche… 30 à 0 ! D’accord c’est contre les Blacks, champions du monde… Mais actuellement, en rugby, les équipes se valent toutes. Gagne donc celui qui a le plus la niaque. Et puis, il y a autre chose : Saint-André, il fait comme Lièvremont en son temps, ce qu’il peut avec ce qu’il a… Et il se trouve qu’actuellement, en France, il a ramassé ce qui se fait de mieux. Mais que ce n’est tout simplement pas au niveau. Pourquoi ? Qui sait…

 

Entre autres, le fait que le professionnalisme est passé par là et a été mal digéré. Les clubs achètent des joueurs étrangers de renom qui viennent pantoufler leur fin de carrière au détriment des jeunes formés par les clubs. Ça explique déjà bien des choses. C’est aberrant de voir autant de joueurs étrangers dans notre championnat. Cela élève notre niveau de jeu mais, aussi, cela tue notre formation. Tous les meilleurs, dans l’hémisphère Sud comme dans les îles britanniques ou en Argentine, sont fortement intéressés par la rémunération et le niveau de notre championnat qui s’élève chaque année un peu plus. Et comme la pression du résultat se fait de plus en plus forte, les clubs veulent très vite engranger des succès. Économiquement, pour prendre le moins de risque possible, c’est compréhensible. Seulement, nos espoirs, issus de nos écoles de rugby, ont de moins en moins de chances d’intégrer l’élite. Et sans expérience du haut niveau, on progresse moins vite. Cette course en avant, il faut bien la dénoncer. Le problème de l’équipe de France, il est là. Les grosses équipes sont formées par des mercenaires. Toulon en est l’exemple le plus flagrant mais pas seulement. Toutes les équipes Pro D1 et D2 tournent avec entre 25 et 60% de joueurs étrangers. Et sur les feuilles de match, le pourcentage est parfois aberrant…

 

Mais il n’y a pas que ça. Ces joueurs professionnels sont plus soucieux de monnayer leur image que de se sacrifier pour leur équipe. Bien des joueurs sont sous l’influence…de leur agent ! Le rugby suit la pente savonneuse du fouteballe… Les agents de joueurs, ce sont des sortes de maquereaux qui s’occupent de gérer « l’image » des joueurs, de négocier des contrats de pub, de faire des photos publicitaires, d’amener leur gagneuse à des coquetèles, etc. Tout ça pour du pognon… Bref, les rugbymen sont devenus de vulgaires foutebaleurs…

 

Donc, avec cette mentalité, chaque joueur perçoit ses coéquipiers comme des concurrents en « image » ! De là on néglige le jeu collectif au profit de quelques coups d’éclats individuels qui feront de belles « images », on n’a pas envie de sacrifier sa gueule et donc son « image » pour gagner un match. On n’est peut-être même plus potes, copains, amis hors du terrain mais rivaux… Plus de ces troisièmes mi-temps gargantuesques, plus de cassoulet ni d’entrecôtes bordelaises géantes, plus de chansons gaillardes… La tristesse.

 

Le professionnalisme, c'est-à-dire l’arrivée du pognon a sonné le glas du rugby cassoulet. Mais il a aussi sonné le glas du « french flair », de la spécificité française qui faisait que toutes les équipes du monde tremblaient devant les Bleus, capables de se faire parfois dérouiller mais en se battant, comme de renverser des montagnes. Rappelez-vous Dominici ridiculisant Lomu ! Plus de fulgurances comme celles de Blanco, de N’Tamak, de Lagisquet, plus de Spanghero sonnant la charge, plus de Jo Mazo et ses inspirations imprévisibles, plus de  Gachassin slalomant entre les bourrins d’en face, plus de Jean-Pierre Rive ensanglanté renversant les Gallois, sans remonter aux frères Prat et Boniface…

 

Et n’ayons pas peur de mettre les pieds dans le plat : le professionnalisme a amené aussi ce dont on commence seulement à parler : le dopage et autres gonflettes à la créatine. « No Xplode » : derrière cet anglicisme se cache un puissant vasodilatateur à base de créatine qui fait un tabac dans les vestiaires des clubs pros. Son effet: un coup de fouet immédiat. Mais à quel prix ? Non mais regardez-les les bestiaux, bien sanglés dans leurs maillots serrés ! C’est plus du nourri sous la mère, avec l’abdominal-cassoulet ! C’est du bodybuildé bouffeur de salades aux « compléments alimentaires » et autres saloperies. Rappelons-nous Castaignède. Un génie celui-là ! Un giclet capable de partir de son en-but, de traverser en zigzagant toute la défense adverse, passant sous les bras ou entre les jambes des bourrins pour aller marquer ! Le pauvre, succombant à l’appel de sirènes du fric, il est allé jouer en Angleterre. Un an après, il était méconnaissable : il avait pris 25 kg de barbaque ! Aux dépens de sa vélocité et de ses cadrages débordements qui laissaient ses adversaires sur le cul. Il était lui aussi devenu un bourrin. A tel point que – les attaches n’étant plus proportionnées aux muscles – il s’est arraché le tendon d’Achille… Foutu le mec. Et puis ces matchs deviennent emmerdants. Toutes les grosses équipes ont le même style de jeu parce qu’elles sont formées et dirigés par des entraineurs souvent venus de l’hémisphère sud et qui uniformisent le jeu.

 

C’est le règne des bourrins. Et à ce jeu, on laissera toujours quelques quintaux supplémentaires de barbaque boustée aux équipes anglo-saxonnes ; sans oublier, bien sûr, les trois à cinq pénalités douteuses sifflées régulièrement contre nous, en bonne situation pour scorer, par les arbitres…toujours anglo-saxons ! Le finale des derniers championnats du monde, sont une illustration quasi caricaturale de cet état de fait.

 

« Allez les petits ! » quand même…


Nonidi 29 Prairial 221


Illustration X - Droits réservés


*****************


Ecoute ! Ecoute !


Quel est le comble pour un rugbyman ?


Plaquer sa femme quand elle a le ballon...

 

 

 

16/06/2013

Ouiquinde gastronomique: les pieds et paquets marseillais.

pieds paquets.jpg
 
 

Je viens de régaler quelques épicuriens

Des mangeurs de cadavres, pas des végétariens

D'un plat que l'on ne peut décemment oublier:

Les très fameux pieds et paquets marseillais.

Écoute bien, petit, et débouche une quille,

La subtile recette du père Bonnefille,

Grand pêcheur, bambocheur, joyeux et fin cuistot

Adepte du premier des pêchés capitaux.

À moins que vous n'ayez des façons de puriste

Demandez au boucher de vous confectionner

Les délicats paquets avec ses doigts d'artiste

Sinon vous risquez fort d'y passer la journée...

Mais pour votre gouverne, en voici le principe:

Il faut emprisonner dans un carré de tripe

Large de quatre doigts, une portion de farce

Faite de boyau gras et de petit-salé,

D'ail frais et de persil, bien poivrée et salée

Et hachée à la main de manière efficace.

En repliant trois pointes on fabrique une poche

Serrée pour éviter que la farce bavoche

Puis on passe le tout dans une boutonnière

De la dernière pointe. Tout est dans la manière !

Quand aux pieds, prenez-les de moutons ou d'agneaux,

Refendez-les en long, d'un coup sur le billot,

Blanchissez cinq minutes dans de l'eau vinaigrée

Puis rincez, égouttez, réservez et couvrez.

Faites alors revenir, jusqu'au premier roussi

Deux oignons émincés, carotte, ail et persil,

Ajoutez un bouquet garni, bien entendu,

Dans un hecto de lard auparavant fondu.

Deux bonnes cuillerées de coulis de tomates,

Deux verres de vin blanc sur tous ces aromates,

Puis vous laissez réduire, doucement, en tournant

Tout en vous humectant d'un bon gorge on de blanc.

Au fond d'une cocotte ou autre plat idoine

Mais profond et en fonte, disposez une couenne

Sur laquelle vous rangez soigneusement les pieds

Ainsi que les paquets. Faites moitié-moitié.

Une couche de votre précédent appareil,

Sel, poivre du moulin. Recommencez pareil

En couches successives, puis mettez au dessus

Un demi-pied de veau, bien moelleux et ossu,

Quatre clous de girofle piqués dans un oignon,

Puis mouillez de vin blanc allongé de bouillon.

Le père Bonnefille les fait cuire en deux fois:

Quatre heures au moins la veille du jour où il reçoit,

Il laisse refroidir, et dégraisse au besoin,

Puis cuit quatre heures encor, doucement, avec soin,

Le jour de réception. Il faut voir son sourire

D'épicurien heureux, lorsque sans plus mot dire

Il apporte son plat fumant et odorant.

C'est un feu d'artifices de parfums attirants,

De fragrances subtiles, de délicats arômes

Sublimés par un verre de bon Côtes-du-Rhône.

En accompagnement, quelques pommes vapeur

Écrasées dans le jus prendront belle saveur.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire,

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

D'un de ces vins d'esprit, puissants, pleins d'élégance

Qui naissent au soleil en terres de Provence.

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

 

- Comptez 6 paquets par personnes, soit 36 paquets à commander à vo­tre boucher. Allez, disons une quarantaine; - 3 pieds par personnes, soit 18, disons 20 pieds d'agneaux, - 1 pied de veau, - 1 large couenne de cochon, - 1 hecto de lard à fondre, - 2 gros oignons émincés, - 1 demi­ kilo de carottes émincées, - 6 gousses d'ail écrasées, - 3 branches de persil plat haché, - 1 verre de vinaigre, - 1 bouquet garni, - 2 ou 3 cuille­rées à soupe de coulis de tomates, - 1 bouteille de vin blanc, - 2 cuillerées à soupe de sel fin, - poivre du moulin en abondance, - 1 oignon entier piqué de 3 clous de girofle, - 1 demi-litre de bouillon de viande, - 1 kilo et demi de pommes de terre (à cuire séparément à la vapeur).

 

Les vins conseillés:

 

Les Côtes-du-Rhône Villages rouge accompagnent à la perfection ce plat souriant, parfumé, velouté au palais: Faucon, Vinsobre, Cairanne, Puyméras, Richerenches, Rousset-Ies-Vignes, Villedieu, Visan, Beaumes­-de-Venise, Camaret, Séguret, Cornillon, Vénéjean, St-Paulet-de-Caisson, St-Michel-d'Euzet, St-Étienne-des-Sorts, Montfrin, Pujaut, Hilaire­d'Ozilhan.

En vins du Languedoc et Roussillon: Saint-Chinian bien sûr, Faugères, Maury, Fitou.

En vins de Provence: Bandol, Pierrefeu, La Cadière-d'Azur, Coteaux­d'Aix-en-Provence, Bellet.

 

 

In : Le bonheur est dans l’assiette et dans les ver(re)s



Octidi 28 Prairial 221 

 

 Photo X - Droits réservés



 

 

*********************


Ecoute ! Ecoute ! 


Quel est le meilleur cuisinier, l'homme ou la femme et pourquoi ?

L'homme car il fait de la béchamel en 5 min et la femme de la sauce tomate en 28 jours !

 

 

 

15/06/2013

Ouiquinde érotique avec cette fine lame de Ronsard !

aphrodite tableau.jpg

 

 

Lance au bout d'or, qui sais poindre et oindre,

De qui jamais la roideur ne défaut,

Quand, en camp clos, bras à bras, il me faut

Toutes les nuits au doux combat me joindre ;

 

Lance, vraiment, qui ne fus jamais moindre

A ton dernier qu'à ton premier assaut,

De qui le bout, bravement dressé haut,

Est toujours près de choquer et de pondre !

 

Sans toi le Monde un Chaos se feroit

Nature manque inhabile seroit,

Sans tes combats, d'accomplir ses offices ;

 

Donc si tu es l'instrument du bonheur

Par qui l'on vit, combien à ton honneur

Doit-on de vœux combien de sacrifices ?

 

*******************************************

 

 

Je te salue, ô merveillette fente,

Qui vivement entre ces flancs reluis ;

Je te salue, ô bienheureux pertuis,

Qui rend ma vie heureusement contente !

 

C'est toi qui fais que plus ne me tourmente

L'archer volant qui causait mes ennuis ;

T'ayant tenu seulement quatre nuits,

Je sens sa force en moi déjà plus lente.

 

Ô petit trou, trou mignard, trou velu,

D'un poil follet mollement crespelu,

Qui, à ton gré dompte les plus rebelles :

 

Tous verts galants devraient, pour t'honorer,

A beaux genoux te venir adorer,

Tenant au poing leurs flambantes chandelles !

 

 

**********************************************

 

Adieu, cons rondelets, corralines fossettes,

L'entretien de Nature et de tout l'Univers ;

Adieu antres velus, plains de plaisirs divers,

Fontaines de nectar, marbrines motelettes.

 

Ores, en votre lieu sont les fesses molettes,

Et les culs blancs de chair, de tout poils découverts ;

Les culs plus que les cons sont maintenant ouverts :

Les mignons de la cour y mettent leurs lancettes.

 

Le Roi ne m'aime point, pour être trop barbu ;

Il aime ensemencer le champ qui n'est herbu,

Et, comme vrai Castor, chevaucher le derrière ;

 

Lors qu'il foute les culs, qui sont cons estrecis ;

Il tient le naturel de ceux de Médicis,

 

En prenant le devant, il imite son père !



Septidi 27 Prairial 221


Photo X - Droits réservés

14/06/2013

Putaing, que le village est triste...

vache-insolite.jpg

 

 

Ça y est : je suis monté vers les Hautes terres pour fuir les canicules promises de la Provence. Mais cette année, le village des hautes terres est triste... Temps gris, brouillard, pluie mais, sous les rares rayons de soleil, les étendues laiteuses des narcisses dans les champs rivalisent de senteurs capiteuses avec l'or des genêts. J'ai dégusté ma première omelette aux champignons : mousserons vrais (tricholoma san-georgii) mêlés aux faux mousserons (marasmus oreades)...



Pourtant le village est triste. Le village est vide. Plus de merdes de vaches sur la route, de ces belles casquettes s'étalant comme des plats d'épinards odorants...

Et pour cause : les vaches ne traversent plus la rue principale pour gagner leur étable...

On n'entend plus les cris puissants, impératifs de l'un des derniers « cow-boy » du pays...

Et pour cause : il est mort. Mort et enterré...

Voilà. Le village est triste parce que mon pote Denis est mort. Il est mort à soixante ans. Terrassé la fourche à la main près de ses boules de foins... Enfin, celles qu'on ne lui avait pas « empruntées »...

Comme tout le monde, Denis voulait pouvoir vivre de son travail. Mon pote Denis, avec ses trente montbéliardes, il se levait à cinq heures du mat et à dix heures du soir, il levait encore la merde de ses vaches. A la pelle, à l'ancienne. Et ça sept jours sur sept, 365 jours par an ! Et vous savez ce qu’il gagnait mon pote Denis ? Il me l’a dit l’an dernier : « Je touche 1500 euros par mois de la vente de mon lait. Là-dessus, je dois rembourser 1000 euros pour l’engrais. Il me reste 500 euros pour faire vivre ma famille. » Et encore Denis travaillait sur une propriété familiale, donc sans foncier à rembourser, seul avec sa femme. Les vacances ? Jamais… Les sorties ? Jamais… Le restau ? Jamais… Les fringues ? Une salopette et des bottes, plus un costume du dimanche – celui de son mariage sûrement ! – qu’il mettait pour les enterrements ou pour aller « au docteur ». Celui qu'on a mis à sa dépouille pour son dernier voyage...



Denis me disait qu’il devait rembourser 1000 euros par mois d’engrais et de « produits » comme il disait ! Vrai ? Faux ? Exagéré ? Peut-être... Mais c’est un truc de fou ! Les agricolos, poussés par leurs organismes professionnels – chambres d’agricultures, FNSEA, Crédit agricole – ont perdu leur âme. Ils ont saccagé leurs champs avec le cercle vicelard engrais-pesticide. Ils ont fragilisé leurs bêtes avec le cercle vicelard insémination, vaccins, antibios et autres saloperies. Tout le pognon qu’ils gagnent – plus celui qu’ils touchent en subventions multiples ! – va dans la poche des multinationales agro-chimiques et des labos. Loin de s'entraider, ils se jalousent, à savoir qui aura le plus gros tracteur. Au lieu de s'organiser en Gaec et de mettre en commun des moyens de production chers et ne servant que peu souvent, ils s'encroument à mort, pour le plus grand profit du Crédit agricole...



Pour s’en sortir, il faudrait qu’ils organisent eux-mêmes leur filière. Qu’ils mettent en place leurs propres centrales de vente de lait, leurs propres unités de transformation au lieu de laisser ça aux industriels qui les plument sans vergogne. Pour cela, il faudrait d’abord qu’ils foutent en l’air, ou qu’ils transforment radicalement de l’intérieur leur syndicat majoritaire, cette FNSEA qui a toujours  été à la solde de l’industrie agroalimentaire et qui défend avant tout les gros céréaliers et betteraviers…et qui les poussent à voter pour la droite la plus archaïque, la plus cupide, la plus avide.



Denis, tu nous a fait un sale coup... On ne te verra plus passer, fier comme « un bar tabac » sur ton vieux tracteur bleu... On n'entendra plus ta formidable voix de bramaïre gueuler après tes vaches... Et ta femme ? Que va-t-elle devenir ? Tu devais toucher ta première mensualité de retraite de paysan : 426 euros 34...



Putaing, tu nous manques...



Sextidi 16 Prairial 221



Photo X – Droits réservés.



 



13/06/2013

Ellas, hélas...

grece manif m2.JPG

 

 

 

Ils ont tué l'information publique...

Qui ça « ils » ? Cette clique

De collabos au service de la Troïka

Qui désespère Plaka.

Ces docteurs Diafoirus du tout austéritaire

Saignent à blanc la Grèce, lui donnent moult clystères

Pour mener à la mort leur malade « guéri ».

Ont-ils quelque culture, ces margoulins pourris ?

Et savent-ils au moins qu'Europe (Εὐρώπη ) est fille grecque ?

Qu'au pays d'Epicure, eux n'étaient que métèques ?

Savent-ils seulement que la démocratie (δημοκρατία )

N'est pas née à Berlin, ni à Londres ou ici

Mais sur les agoras de Patras ou d'Athènes

Par les voix de Socrate, Platon ou Démosthène.

Pousser au désespoir un peuple à l'agonie

Est toujours dangereux pour le bourreau honni.

Les ultralibéraux les ont mis dans la merde,

Les Grecs sont dans la rue, ils n'ont plus rien à perdre.

Et que dit l'Italie, fille aînée des Hellènes ?

Et la France oubliant ses sources phocéennes ?

Sinon rien pas grand chose, des paroles, des mots

Bien faibles pour sauver la Grèce de ses maux.

Ces maux ? Les armateurs, banquiers et proprios,

Les popes gras et gros qui s'exemptent d’impôts,

Tous les Papandréou, tous les Caramanlis

Politicards véreux, venant de père en fils,

Saccager sans vergogne le pays de Platon.

Mais ils paieront un jour, ces sinistres gloutons...

Puis viennent les vautours au hideux cou pelé,

Fouailler les tripes chaudes du lion affalé :

Marchands d'armes, banquiers de l'Europe du nord,

Ils déchirent la Grèce avec leur groin de porc.

C'est la sainte curée, le bal des branquignoles,

Les Chinois au Pirée, les Boches à l'Acropole...

Et nous on laisserait faire tous ces sagouins ?

François, tape du poing !

 

 

Victorayoli


Quintidi 25 Prairial 221


Photo X - Droits réservés

 

 

 

 

 

 

12/06/2013

Selon que vous serez puissants ou misérables…

DEFINITIONS ACTUELLES

 

Malhonnêteté:

 

Attitude qui peut valoir

de la prison à un pauvre

et du profit à un riche !

 

 

Les gros producteurs de bananes, bourrés aux subventions, main dans la main avec les multinationales fabricants de mort par pesticide et autres saloperies, ont empoisonnés des milliers et des milliers de Martiniquais. Avec la complicité passive des pouvoirs publics français.

 

Les uns crèvent, les autres s’engraissent. Deux poids, deux mesures, comme toujours.

 

La règle générale est que pour les dirigeants et les organisations du pouvoir économique, on laisse la liberté totale de s'enrichir en exploitant et en détruisant des vies par la misère ou la pollution. On leur accorde aussi la liberté de détruire la nature, les forêts, les paysages, la biodiversité, condamnant du même coup notre avenir et celui des générations futures, perpétrant ainsi un crime contre l'humanité et contre le monde vivant dans son ensemble.

 

Pour les autres, pour le petit contribuable soupçonné d'avoir fraudé le fisc d'une somme dérisoire, pour le contrevenant au code de la route ou à l'une des nombreuses réglementations s'appliquant au citoyen ordinaire, on prévoit des peines rigoureuses et des agents administratifs efficaces et en grand nombre.

 

 Aux uns, on accorde toujours plus de "déréglementation" et de "libéralisme". Pour les autres, on prévoit une réglementation toujours plus abondante et contraignante.

 

Ainsi le citoyen ordinaire doit avoir un pot catalytique sur sa voiture, il doit passer un contrôle technique pour avoir un véhicule sûr et non-polluant. Il doit trier ses déchets.

 

Dans le même temps, les normes de pollution industrielle sont laxistes, les transporteurs routiers font rouler au-delà des heures réglementaires des camions polluants et dangereux, et les armateurs font circuler des poubelles flottantes sur les océans.

 

 Le citoyen doit respecter des normes scrupuleuses pour obtenir le permis de construire de sa maison, alors que l'industriel peut enlaidir l'environnement avec ses usines ou ses hypermarchés construits au moindre coût et donc sans aucun soucis d'esthétique ou d'intégration dans l'environnement.

 

Le citoyen ordinaire ne doit pas non plus causer de nuisances sonores, alors que les entreprises de travaux publics peuvent empoisonner librement la vie des personnes avec le bruit de leurs machines de chantier.

 

De même, la vente de drogue par des petits trafiquants est sévèrement réprimandée, mais les industries agroalimentaires et pharmaceutiques ont toute la liberté d'empoisonner des populations entières avec:

- les tranquillisants et les somnifères dont l'effet d'accoutumance est similaire aux drogues dures

- les médicaments aux effets secondaires reconnus

- les pesticides répandus dans l'environnement et dans l'eau

- les produits chimiques cancérigènes présents dans l'alimentation

- les viandes frelatées et saturées en hormones, antibiotiques, et anxiolytiques

- les OGM dont la nocivité est depuis longtemps prouvée. 

 

Selon que vous serez…

 

 

Quartidi 24 Prairial 221

 

 

********************

 

Ecoute ! Ecoute !

 

Deux bites se croisent dans un casting pour un film porno.

 

La première dit à l’autre :

- « Oh ! Tu as l’air tendue, toi… »

 

Et l’autre répond :

- « C’est normal, j’ai un oral dans cinq minutes »

 

 

 

11/06/2013

Au bistro de la toile : conscription

chimulus bistro copie.jpg

 

 



- Oh ! Victor, hier soir, sur une lucarne à décerveler, j'ai été estomaqué : j'ai vu des mecs, et des filles, déguisés en troufions, se faire agonir par un adjupète, se vautrer dans la merde et...en redemander ! Il paraît que ce sont des cadres d'entreprises et que c'est leur patron qui les envoie – en payant pas mal de thunes en plus ! - se faire bouger le cul par des troufions de choc, trop contents d'en faire un peu baver aux pékins de civils, frustrés qu'ils sont depuis qu'il n'y a plus de conscription.



- Ça se fait. Et ça prouve une chose : tout n'était pas négatif dans la conscription qui, ne l'oublions pas, était l'expression du peuple sous les armes. Une conquête de la Révolution à partir de laquelle des armées révolutionnaires, puis plus tard napoléoniennes, ont balayé toutes les armées professionnelles de l'Europe coalisée.



- ...taing ! Je me rappelle d'une après-midi où il y avait corvée de désherbage d'un terrain proche du camp. Avec un pote de Toulon, nous avons réussi l'exploit de passer, pioche en main, tout l'après-midi autour d'une seule motte d'herbe ! A côté, ils y avait des Alsaciens, des Bretons, des Auvergnats qui mettaient une telle fougue, qui déployaient une telle compétence dans cette tache indispensable à la défense de la France, que nous aurions eu mauvaise grâce à leur enlever le travail de la pioche !



- Je reconnais bien là, Loulle, l'abnégation, la lucidité, l'altruisme des mecs du Sud ! Vous avez, toi et ton pote toulonnais, fait preuve de bien des qualités pour réussir cet « exploit » : outre la générosité qui vous a fait laisser aux autres votre part d'un travail volontairement stupide, fait pour occuper les hommes et observer comment ils s'organisent, vous avez montré de grandes capacités de camouflage (important à l'armée), de discrétion, d'initiative personnelle, d' originalité au milieu de comportements moutonniers, etc. Et puis, regarde-toi Loulle : t'as un sourire béat, réjoui en te souvenant de ton temps « sous les drapeaux ». C'est la magie du temps qui passe : on n'en retient que les bons moments...



- Ouais mais tout de même Victor, passer un an et plus pour certains à se branler les couilles comme ça, quel temps perdu...



- Pas sûr Loulle. Pas sûr ! Tu y as appris la vie en commun, tu y as accepté une hiérarchie de compétence, tu y as connu des mecs d'ailleurs, d'autres couleurs parfois, de milieux tout à fait différents. Et toutes ces différences se sont effacés pour faire face en commun soit à l'adversaire, au combat, soit plus prosaïquement à la connerie pittoresque d'un chien de quartier. Tu y as appris la force du collectif.



- Ouais... Je voyais pas ce côté des choses...



- Chirac a fait une énorme connerie en supprimant la conscription pour doter le pays d'une armée de métier, d'une armée professionnelle. Les problèmes d'intégration actuels résultent en partie de l'arrêt de la conscription. L'intégration « à la française » s'appuyait sur trois piliers solides : l'école de la République, l'usine et les syndicats, le service militaire. Il ne reste plus que l'école, et c'est trop lui demander...



- Ouais mais, le pognon que ça coûtait, toutes ces casernes, ces officiers et sousofs à payer...



- Et tu crois que les désordres résultant de cette mauvaise intégration ne coûtent pas plus ? Et les fractures sociales, communautaires ? Et la délinquance ? Et, sur une autre plan, l'animation économique des villes dans tout le pays par la présence de ces camps et casernes ? Et, plus prosaïquement, le fait que les jeunes y passaient le permis de conduire, pouvaient y apprendre un métier utilisable dans le civil et, par ce rite de passage, entraient dans la vie adulte... Enfin Loulle, une armée comprenant une majorité de troufions non professionnels, mais sortis pour un temps du peuple, est un bouclier contre toute tentative d'aventure fascisante, ce qui n'est jamais exclu avec une armée uniquement professionnelle. Même aujourd'hui ou ça fume méchamment sous certains képis !!!



- ...taing ! Pour un vieil anar, je trouve que tu trouves bien des qualités à l'armée !



- Je vais te raconter une histoire Loulle : lors du putsch des colonels, en Algérie, j'étais troufion chez les paras, au peloton EOR de Pau. Les « professionnels » étaient excités comme des poux. Ils avaient des envies de coup d'état. Nous étions équipés pour le combat, avec armes et bagages, stationnés sur la base de la BETAP, à Pau. Nous devions, selon les rumeurs qui circulaient, sauter aux environs de Paris ! Seulement voilà : nous étions des conscrits. Et nous avons débattu de ce que nous ferions si on nous larguait sur Paris. Il y avait des tarés près à tirer sur la foule. Mais pour l'essentiel, nous avons décidés, le cas échéant, de désobéir à nos chefs s'ils nous donnaient des ordres débiles, et de mettre crosse en l'air ! Mais tout ce bordel s'est heureusement dégonflé... Voilà pourquoi je suis pour l'armée du peuple et contre l'armée de métier Loulle !



- A la nôtre !



Tridi 23 Prairial 221



Merci à Chimulus



.....................



Ecoute ! Ecoute !



Quelques motifs de punitions pour les troufions:

 

- Chargé de mettre du grésil dans les toilettes, y a mis de la mauvaise volonté. 

- Lors d'une revue de casernement a cassé les vitres des fenêtres pour faire croire qu'elles étaient propres. 

- A mis du sable dans ses cheveux pour tenter de détériorer la tondeuse du coiffeur. 

- A balayé le couloir avec le manche du balai sous prétexte que cela faisait moins de poussière.

- Au réfectoire a chanté une complainte de Tino Rossi pour essayer d'attendrir sont bifteck. 

 

- Ne sait pas nager, ne fait rien pour apprendre, persiste à rester au fond de l'eau pour faire rire ses camarades. 

10/06/2013

Bildenberg : Banksters sans frontières !

bildenberg 2012 contestation.jpg

 

 

Donnez au peuple du pain et des jeux... Autrement dit, fermez-leur la gueule avec du maquedo et du poulet aux antibios, et détournez leur attention avec Rolland-Garros où des milliers de débiles en panamas ou parapluies, rangés sur des étagères chopent le torticolis en regardant deux super débiles se renvoyer jusqu'à plus soif une baballe jaune.



Les lucarnes à décerveler, les machines à bruits , les canards laquais, bref, la presse purée nous abreuvent de ces conneries. Rideau de fumée...



Pendant ce temps, dans la banlieue de Londres,se réunit le nec plus ultra des chefs mafiosi du monde des « affaires » : le cercle dit de Bildenberg, officine créé à la sortie de la guerre à l'initiative d'un prince hollandais nazi, Bernhard des Pays-Bas et d'un richissime héritier pétrolier, David Rockfeller, espion à ses heures. Finalité de départ : la lutte contre le communisme, à present, organiser la domination du monde, avec le concours de l'OTAN au profit des grands prédateurs de la finance et des multinationales des USA.



Chaque année, sous haute protection policière, on ressort de sa naphtaline dorée le « capo di tutti i capi », David Rockfeller pour qu'il donne son onction aux autres capi de ce cartel mafieux. Très structuré, le Groupe de Bilderberg est organisé en trois cercles successifs. Le « Cercle extérieur » est assez large et comprend 80% des participants aux réunions. Les membres de ce cercle ne connaissent qu'une partie des finalités et des stratégies du Club. Le deuxième cercle, le Steering Committee, est un conseil de direction restreint, fort de trente cinq membres, où se discutent et se préparent les orientations principales. Au-dessus, il y a le premier cercle, le Bilderberg Advisory Committee (Comité consultatif) qui comprend une dizaine de membres, les seuls à connaître intégralement les stratégies et les buts réels de l'organisation. Ce sont ceux-là qui décident de l'orientation du monde occidental, qui organisent les crises, voire font déclencher les guerres aux plus grand profit de leur force de frappe : les entreprises financières (banques, fonds de pension, hedges fund, agences de notation, etc.) et les holdings de multinationales.



C'est eux qui ont voulu, planifié, piloté à dessein la crise économique afin de transformer la société en une société post-industrielle néo-féodale, gérée par la super-entité du cartel supra-national des financiers et industriels les plus riches… Le Swiss Federal Institute of Technology de Zürich a réalisé une étude pointue sur système financier mondial. Une analyse des relations entre 43 000 entreprises transnationales a identifié un groupe relativement restreint d’entreprises, principalement des banques, qui ont un pouvoir totalement disproportionné sur l’économie mondiale. Les chercheurs ont étudié toutes les 43 060 entreprises transnationales (ETN), et ce incluant les copropriétés les liant entr’elles. La toile de propriété révéla un noyau dur de 1318 entreprises qui avaient des liens avec deux ou plus autres entreprises. Les 50 top entreprises sur la liste de cette super-entité comprennent (en 2007): Barclays Plc (1), Capital Group Companies Inc (2), FMR Corporation (3), AXA (4), State Street Corporation (5), JP Morgan Chase & Co. (6), UBS AG (9), Merrill Lynch & Co Inc (10), Deutsche Bank (12), Credit Suisse Group (14), Bank of New York Mellon Corp (16), Goldman Sachs Group (18), Morgan Stanley (21), Société Générale (24), Bank of America Corporation (25), Lloyds TSB Group (26), Lehman Brothers Holdings (34), Sun Life Financial (35), ING Groep (41), BNP Paribas (46), et plusieurs autres. Ce qu'on appelle « les marchés », c'est eux ! C'est ce cartel calqué sur les cartels mafieux de la drogue, du trafic d'armes, d'êtres et d'organes humains...



La crise qu'elles ont contribué à créer a rendu ces banques plus grosses et plus puissantes que jamais. Parce que le gouvernement a invoqué le vocable de « trop grosses pour échouer », elles peuvent continuer leurs manœuvres nuisibles avec l'assurance tout-risques des gouvernements : les grosses banques seront sauvées car elles sont trop importantes économiquement. Ces grosses banques ont donc intérêt à continuer de prendre des risques de plus en plus inconsidérés parce qu’elles savent qu’elles seront sauvées à la fin avec les deniers publics...



Ainsi, les marchés financiers spéculent sans vergogne contre la capacité des nations à rembourser le gouffre abyssal de leur dette (réelles ou magouillées) ET intérêts de leur dette. Ceci avec la complicité d’agences de notation financière qui diminuent la valeur du crédit des nations, qui spéculent sur les bons du trésor et qui plongent les pays toujours plus avant dans la crise, forçant la classe politique à imposer des mesures d’austérité et de restructuration afin de restaurer la « confiance des marchés ». Ce processus est appelé la « discipline de marché ». C'est en fait du « terrorisme financier » ou « une guerre de marché », avec le terme de « marché » se référant spécifiquement au cartel global. Quelle que soit la terminologie employée, la discipline de marché est de manière ultime une euphémisme pour guerre de classes.



Ce cartel global, il vient de se réunir ce ouiquinde, sous haute surveillance policière, dans un palace, à Watford, près de Londres. Parmi les « invités » : David Cameron, Christine LagardeJosé-Manuel BarrosoHenry Kissinger ou Eric Schmidt, le patron de Google, mais aussi François FillonValérie Pécresse... Et ils en sont fiers d'être « invités » par cette mafia !



 « Les tyrans ne sont grands que si nous sommes à genoux ». Alors debout, damnés de la terre, aiguisons les faux, préparons les cordes...



Duodi 22 Prairial 221


Photo X - Droits réservés

09/06/2013

Gastronomie estivale

cycliste sexy 1.jpg
 
 

Margot

 

Margot roulait à bicyclette

Par des chemins de fruits dorés.

Dans le vent volait sa jupette

Sur de longues cuisses dorées.

 

Comme un champion du Tour de France

Moi, derrière, je salivais,

Fasciné par les abondances

Que par éclair je découvrais.

 

Percés au cœur par Cupidon

Devant son lascif abandon,

Gonflé d’amour j’ai eu l’honneur

 

De butiner cette orchidée.

Elle m’a donné du bonheur

Pour plus de mille éternités.

 

 

La Boumiane 

 

- Oh ! Victor ! Tu tirais la langue

Pour suivre ta jolie mousmée,

Tu pédalais comme une branque

Dans son sillage parfumé !

- Crois-moi, pour garder la cadence

Je n’avais pas besoin d’EPO,

J’étais fasciné par la danse

De ces jolis éclairs de peau.

Nous allions sur les bords du Rhône

Vers quelques nids d’amour discrets

Et dans ses grands yeux de Madone

J’ai découvert le Grand Secret,

Celui qui fait tourner le monde,

Celui qui peint les cœurs en bleu,

Qui fait sourire la Joconde,

Le seul vrai dieu, l’Amour, parbleu !

- Mais vivre d’amour et d’eau fraîche

Ça ne dure qu’un temps, pardi !

Quand Cupidon lance ses flèches,

Elles ouvrent aussi l’appétit !

Je te propose un plat champêtre,

Simple, léger, plein d’agréments,

Suffisant pour faire renaître

La fougue ardente des amants :

C’est la succulente Boumiane

Que vénèrent les Provençaux.

Prends quelques belles mérinjanes (1)

Que tu coupes en gros morceaux.

Tu les saupoudres de sel gros

Afin qu’elles crachent leur eau.

Au bout d’une heure tu les rinces,

Les recoupes en portions plus minces,

Puis dans une large sartan (2)

Tu les fais frire en ajoutant

Un grand verre d’huile d’olive

Et tu fais cuire à flamme vive.

Tu tournes régulièrement

Pour éviter l’attachement.

Dans une poêle séparée,

Tu cuis des tomates parées,

Les Marmandes sont les plus sûres

Mais surtout il les faut bien mûres.

Tu ajoutes un bouquet garni,

Du sel, du poivre en harmonie,

Une cuiller de sucre en poudre

Pour l’acidité à résoudre.

Lorsque le jus aura réduit

Amalgame les deux produits

Dans la plus grande de tes poêles

Et laisse cuire encore un poil.

Avant de servir tu complètes

D’un peu de piment d’Espelette,

De trois gousses d’ail écrasées.

Ça se mange chaud ou glacé.

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

 

(1) mérinjanes: aubergines

(2) sartan: poële



VictorAyoli



Primidi 21 Prairial 221

 

 

 

 

 

 

Photo X - Droits réservés

 

08/06/2013

Ouiquinde érotique biblique

les filles de loth.jpg

 

 

Les filles de Loth

 

Le vieux Loth ronflait au fond de sa caverne ;
Assises à côté d'une pâle lanterne,
Ses deux filles en pleurs se rappelaient tout bas
Les plaisirs de Sodome et ne s'endormaient pas.
L'aînée avait vingt ans, une figure altière,
L'œil bleu et des cheveux rejetés en arrière,
Des trésors sous sa robe et des doigts exercés...
La plus jeune était blonde, avait seize ans passés,
Des fruits s'arrondissaient sur sa blanche poitrine
Et son poil frissonnait où l'esprit le devine ;
Les yeux pleins de langueur et de timidité
Cachaient sous leurs cils d'or l'ardente volupté.
Vierges ! Comprenez que deux filles à cet âge
N'ont pas quitté Sodome avec leur pucelage.
Elles avaient goûté le breuvage amoureux,
Et leur soif insatiable avait fait des heureux,
Jusqu'au jour redouté du divin châtiment,
Leur vie entière fut détruite en un moment,
Tous les hommes perdus, car il n'en restait pas
Qui pussent désormais jouir de leurs appas !
D'où viendra la rosée à leur bouche altérée ? ...
"Ne pleure pas ma sœur, ma sœur, que ton âme éplorée
Retrouve quelque espoir. Tiens ! Déshabillons-nous,
J'ai trouvé pour jouir, un moyen simple et doux."
Ainsi parla l'aînée. Déboutonnant sa robe,
Elle montre à sa sœur, avec un double globe
Un ventre satiné qui se trouve en bas
Par un petit triangle couvert de poils ras,
Noirs comme de l'ébène, et doux comme de la soie,
Sarah sourit, s'approche et écarte avec joie
Les lèvres de la trousse, ainsi les vieux Hébreux
Nommaient l'endroit charmant qui les rendait heureux.
" Que faut-il faire Agass ? - Du bout de ton doigt rose,
Chatouille-moi - J'y suis, attends que je me pose
Pour que mon doux bouton s'érige sous ton doigt
Et que j'écarte les cuisses comme toi. "
Et sous leur main, servie d'une amoureuse ivresse,
La symphyse se gonfle et palpite et se dresse.
Enfin n'en pouvant plus et d'amour se pâmant,
Agass donne à sa sœur un doux baiser d'amant.
Mais celle-ci lui dit : " Faisons mieux, ma charmante
Remplaçons notre doigt à la place amusante
Par une langue agile ; et tu verras, ma sœur 
Que nos attouchements auront plus de douceur.
Oui, sur ton petit ventre, attends que je me couche,
Ta bouche sur mes lèvres, ton poil dans ma bouche
Qu'une douce langue chatouille en l'excitant
Notre bouton de rose encore tout palpitant.
Que nos corps enlacés se tordent et se roulent,
Que le jus de l'amour sur nos cuisses s'écoule. "
Sitôt dit, sitôt fait, et bientôt ce doux jeu
Arrose leur trésor d'un liquide onctueux.
Mais ce sperme infécond ne rappelle les hommes
Que de manière vague. " Ah ! Sottes que nous sommes,
A quoi rêvons-nous donc quand on a ce qu'il nous faut :
Notre père est bien vieux, mais il est encore chaud.
Il peut bander encor quand les femmes sont belles,
Bien heureux qu'il n'ait pas affaire à des pucelles.
Mais il ne voudra pas, tant il est scrupuleux,
Nous donner la bouteille où jadis toutes deux
Avons puisé la vie,... où notre pauvre ère, 
Allait remplir ses fleurs, teindre son cratère.
Tâchons de l'enivrer, il aime le bon vin,
Et s'il veut nous baiser, sauvons le genre humain... "
Chacune sur le chef portait un grand voile noir ;
Loth avec sa lanterne, a demandé, hagard :
" A qui sont ces tétons dont la blancheur rayonne ?
Ces globes opalins, dont la pointe frissonne ? "
Il jette sur Agass des regards polissons,
Ecoute en soupirant les charmeuses chansons
Qu'ensemble ont commencé ses filles toutes nues,
Il croit être à Sodome et, sur ses propres filles
Haletant de planter le bâton de famille,
Il s'élance soudain. Agass l'avait prévu.
Au ventre paternel, elle saisit tout nu
Le membre recherché par l'ensemble des femmes
S'aperçoit qu'il faut encore qu'elle l'enflamme,
Et, pour mieux en jouir, elle roule à la main
L'instrument qui doit féconder le genre humain.
" J'enfanterai, dit-elle, et pour être plus sûre
Adoptons pour jouir la meilleure posture. "
Elle tombe à genoux, découvre son cul blanc ;
Le vieux Loth inclinant la tête et s'approchant
Voit le cul : Oh ! Jeune Femme ! Oh ! ma toute belle",
Dit-il alors, jetant ses deux bras autour d'elle.
Agass, poussant le cul, accroît le mouvement
Car elle connaissait l'effet du frottement.
Elle se sent mouiller. Aucune jouissance 
N'a pourtant assouvi sa brutale espérance.
Un soupir la saisit ; elle porte la main
Je ne sais où. " Tu n'es pas dans le bon chemin,
C'est à recommencer ", dit-elle à son vieux père.
Et l'ivrogne à nouveau recommence l'affaire ?
En craignant de manquer, il se laisse guider 
A travers les replis qu'il devra féconder.
Agass tressaille. Enfin tout son beau corps frissonne ;
Les os ont craqué. Le père Loth s'en étonne
" Qu'as-tu donc ? Mon enfant : va donc que je jouisse !
Si je m'en suis douté, que le ciel m'engloutisse ! "
Dit le vieux Loth. Agass dit alors à sa sœur :
" Viens goûter à ton tour la divine liqueur. "
L'autre aussitôt s'approche et dans ses douces cuisses
Elle montre à son père un doux nid de délices.
Elle chatouille alors les couilles du taureau,
Prend l'arme tout à coup et la met au fourreau.
Entre ses blanches mains, saisit la vieille épée
Pour la faire entrer plus grosse et mieux trempée.
Enfin elle se pâme, laisse tomber ses bras,
Le sceptre paternel inondant ses appas.
" Gloire à Dieu " se dit-elle, " à présent j'ai conçu. "
Loth, en se réveillant n'avait rien vu, ni su.

 

 Hendrik Goltzius "Loth et ses filles" - 1616