Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/09/2013

Rebelles syriens : il y a de l’eau dans le gaz entre nationalistes laïcs et islamistes intégristes.

assad pion par Pakman.jpg

 

 

Il y a quelques jours, François, lors de sa tournée triomphale au Mali, a claironné, menton volontaire et doigt vengeur, que la France allait livrer des armes à l’Armée syrienne libre (ASL) dans un cadre contrôlé «car nous ne pouvons accepter que les armes puissent aller vers des djihadistes que nous avons combattus ici».

Ben voyons. C’est qui ces « interlocuteurs de confiance » ? Les premiers insurgés, laïques ceux-là, qui voulaient secouer le joug de la dictature d’Assad ? C’est bien, mais c’est bien tard. Parce que ceux-ci, depuis deux ans, on les a regardé se faire bombarder sans bouger un cil. Ils ont alors été rejoints par des groupes à dominante étrangère armés, entrainés, infiltrés par le Qatar et l’Arabie saoudite, vraisemblablement avec un coup de pouce de la CIA, orfèvre en la matière. Ces groupes se réclament des idéologies islamistes et proclament leur volonté d’instaurer la charia sur le pays. Or, ces drôles de « démocrates » représentent à présent la moitié des forces opposés au régime d’Assad. Ils viennent d’ailleurs aujourd’hui même d’annoncer qu’ils se retiraient de l’ASL. Comme ça, les choses sont plus claires : d’un côté des forces islamistes décidés, entrainés et armés, de l’autre des révoltés civils encadrés par quelques déserteurs de l’armée d’Assad. Au niveau efficacité au combat, y a pas photo.

Selon une étude britannique parue dans le Daily Telegraph, ces groupes islamistes s’allient ou s’affrontent en fonction des rapports de force entre eux sur le terrain. Il y aurait ainsi un millier de bandes parmi lesquelles des hordes de «malfrats», qui «profitent du vernis islamique et du contexte révolutionnaire pour s’emparer de pans entiers du territoire, rançonnant la population, enlever des gens et s’en mettre plein les poches » si l’on en croit Domenico Quirico, l’envoyé spécial du quotidien italien la Stampa, enlevé en avril et libéré dimanche 9 septembre. Selon le journal anglais, ils auraient d’ailleurs commencé une campagne d’endoctrinement des civils sunnites dans les zones sous contrôle rebelle pour les convertir à l’extrémisme.

Les combattants laïcs, opposants nationalistes au dictateur Assad, ne représenteraient plus qu’un quart des forces rebelles. Ils ont d’ores et déjà été supplantés sur le terrain par les djihadistes. Ce qui permet de penser que s’il y a des livraisons d’armes sophistiquées (missiles sol-air par exemple), elles tomberont rapidement dans leurs mains (sauf à avoir des personnels militaires français sur place ! Puis quoi encore… Eh ! Oh ! On sort d’en prendre…).

Il faut donc regarder les choses en face : la majeure partie des rebelles en Syrie sont des islamistes purs et durs, ceux-là même qui sont nos ennemis au Mali et ailleurs, ceux-là même qui ont perpétué le carnage de Nairobi. Ceux sont eux qui sont les dirigeants potentiels de la future Syrie.

François, Barrack et les autres dirigeants de la « communauté internationale » doivent toujours avoir cette réalité en tête avant de s’engager dans ce merdier…qui sent fortement le gaz. On en reparlera.

 

 Nonidi 9 Vendémiaire 221

 

Illustration: merci à Pakman, de Backchich

Les commentaires sont fermés.