Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/04/2014

Au bistro de la toile : Sapin, ça pue

chimulus bistro copie.jpg

 

- Alors Victor, c’est la « drimtim » au gouvernement ?

- Bof. On prend les mêmes et on continue la même politique de léchage de cul de l’ultralibéralisme.  Tiens, j’écoutais Sapin ce matin : il refuse un référendum sur les négociations transatlantique, méprisant ainsi le peuple, comme d’autres l’ont méprisé lors du référendum sur la constitution européenne. On lui parle de la dette et qu’est-ce qu’il répond ? « On doit redonner confiance aux « marchés » sinon ils ne nous prêteront plus d’argent. » Mais ce bougre d’âne ne répond pas à l’essentiel : ne plus avoir à emprunter sur les « marchés », c’est-à-dire auprès des fonds de pensions étazuniens. 

- Ouais, et comment ne pas emprunter auprès de ces maquereaux lorsqu’on dépense plus que ce qu’on gagne ?

- Le Sapin n’a jamais remis en cause la DETTE, cette grosse merde chiée par tous les gouvernements depuis que Pompidou, banquier employé de Rothchild, a imposé, en 1973 cette loi scélérate : l’Etat ne peut plus emprunter directement à la Banque de France, mais doit passer par l’intermédiaire des banques privées, qui elles se finançaient à par exemple 1% auprès de cette institution nationale puis refourguaient le pognon à l’Etat à 2, 3, 4% et plus si affinité. C’est cette loi pourrie qui a été reprise par l’Europe dans le traité de Maastricht, puis par le traité de Lisbonne, imposé par Sarko CONTRE la volonté affirmée des Français lors du référendum sur l’Europe. Sapin, Sarko, Merkel, Thatcher et les banksters, même combat ! Notre dette abyssale vient de là.

- Ben ouais, mais moi on m’a toujours dit qu’il faut bien le rembourser le pognon que l’on doit ?

 

- Encore faudrait-il savoir ce que représente cette dette. Ce qu’elle a de légitime et ce qu’elle recouvre de magouilles frauduleuses. Est illégitime et peut – et même doit - ne pas être remboursée la dette contracté par l’Etat parce qu’il a baissé les impôts des plus riches, leur permettant de s’engraisser  puis…de prêter à l’Etat le pognon dont il s’est lui-même privé. Il est de l’intérêt de ceux qui ont beaucoup de thunes d’avoir un Etat emprunteur. Ça leur permet de placer en toute sécurité le pognon qu’ils ont thésaurisé par le vol, l’exploitation, l’usure, car on ne devient jamais très riche en travaillant. Il ne lui vient pas à l’idée, à Sapin, de faire racheter les 60% de la dette française par les Français qui ont le bas de laine bien rempli, ce qui laisserait les 50 milliards d’intérêts payés chaque année dans l’économie nationale. Mais Sapin, comme Hollande, comme tous les gouvernants, de droite comme de gôôôche, sont des ultralibéraux soumis à la prédation des banksters. Ils tremblent devant les « agences de notation » au lieu de se mettre en situation de les envoyer chier. La soumission à Standard & Poor's et Moody's est une soumission à l'oligarchie américaine. Quant à l'oligarchie allemande, nouvelle venue dans le système de domination, elle s'habitue ces jours-ci à traiter les Français comme de simples vassaux, pour ne pas dire comme des merdes. Et ce n’est pas cette tronche d’œuf de Sapin qui va changer les choses. Les riches peuvent continuer à se gaver sur la soumission des Etats et peuples. Voilà ce que cache le discours alarmiste et moralisateur sur l'endettement abyssal, la faillite du pays et la nécessité de sauver le « triple A ». Derrière l'apparente logique libérale du système, l'État devient une machine à rançonner les populations au bénéfice des plus riches.

- Alors on ne rembourse plus ?

- Mais la France ne remboursera JAMAIS la dette de 1800 milliards - dont un tiers revient au seul Sarkozy - qu’on prétend lui imputer ! On ne remboursera jamais ce montant, mais les banksters s’en foutent, ce qui les intéressent, c’est le cas de la dire, ce sont les intérêts !

Et si le ci-devant président Hollande en avait qui servent à autres choses qu’à des galipettes à scooter, il ferait sienne cette évidence, en tirerait les conclusions et agirait en conséquence : suspension unilatérale immédiate du remboursement de la dette !

- Ce serait un véritable coup de tonnerre dans le landerneau des voyous de la finance ! Cris d’orfraie, menaces, dégradation de la « note ».

- Rien à foutre ! Et que crois-tu qu’il se passerait ? Les détenteurs des titres de cette dette sont à 60% des fonds de pension étazuniens ou britiches, des fonds spéculateurs planqués dans les paradis fiscaux et recyclant le fric dégueulasse des trafics d’armes, de drogues, d’êtres humains, d’organes, etc., des banques d’affaires véreuses, des fonds souverains rapaces du Golfe et de Chine. Que feraient donc ces « marchés » ? Ben, ils braderaient ces dettes - qui sont titrisées - jusqu’à 20% de leur valeur (nominal et intérêts compris). Et alors là, il suffirait de prendre ces « marchés » à leur propre jeu : le gouvernement français, par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et des Caisses d’épargne, rachèterait ces titres de dettes à bas prix, réduisant des deux tiers cette dette. Un emprunt obligatoire à intérêt inflation + 0,5% auprès des 2,6 millions de millionnaires français jusqu’à apurement total de la dette remettrait le pays à flot. Les dizaines de milliards d’euros ainsi soustraient au service de la dette seraient utilisés à investir dans de grands travaux d’énergies nouvelles, de conquête de «nouvelles frontières » (la mer, le développement durable), d’augmentation raisonnée mais conséquente des salaires, de réindustrialisation du pays, etc.

- Montebourg aurait peut-être les aliboffis pour faire ça, mais François ou Sapin, aucune chance…

- Raison de plus pour recréer enfin un gauche efficace et unie avec un programme crédible capable de renverser la table et de redonner espoir et envie de se battre aux Français et, par contagion, aux Européens.

- On peut toujours rêver. Tè ! A la nôtre !

 

Quartidi 14 germinal 222

Merci à Chimulus

 

Les commentaires sont fermés.