Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/03/2015

Areva : « Plus kon que moi, tu meurs ! »

uramin.jpg

 

Le nucléaire ou la bougie ! C'est avec cette boutade éculée que les contempteurs de l'énergie nucléaire prétendent envoyer dans les cordes ceux qui ouvrent les yeux sur cette horreur catastrophique, dangereuse, doublée d'un gouffre financier qu'est l'industrie nucléaire.

 

Fessenheim, la très ancienne et très controversée centrale alsacienne à l'arrêt pour une énième fois. Et surtout le premier groupe nucléaire français et mondial, Areva, « fleuron » de notre industrie nucléaire qui avoue être au bord de la faillite avec une perte abyssale de 4,9 milliards d'euros.

 

Brillants nos nucléocrates ! Surtout avec nos sous qu'ils balancent allègrement par les fenêtres... Parce qu'Areva est une entreprise dans laquelle l’État français est actionnaire à 87% et devra donc contribuer à son sauvetage financier. Ceci en pleine période d'austérité. On va donc piquer dans la poche des contribuables – contribuable mais aussi citoyens en majorité critiques vis-à-vis de l'industrie nucléaire – des milliards pour sauver une industrie passéiste, mortifère, gérée de manière aussi irresponsable qu'incompétente par une caste (le corps des Mines, Polytechnique).

 

Comment en est-on arrivé là ?

 

D'abord, il y a l'EPR. Ce réacteur « nouvelle génération » s'avère catastrophique. Son coût a quasi triplé, passant de 3 milliards à très de 9 milliards et ce n'est pas fini. Il n'est pas au point techniquement, comme le prouve les innombrables retards dus à des éléments de constructions défectueux à refaire, à des défauts de sûreté suite au nouveau cahier des charges tenant compte de la catastrophe de Fukushima, etc. Ce qui se passe à Flamanville, en Normandie, se passe aussi, en pire, sur le chantier de l'EPR en construction à Olkiluoto, en Finlande. Innombrables arrêts de construction, retards à répétition, magouilles dus à des entreprises de sous-traitance plus que douteuses qui sévissent aussi à Flamanville. Ce seul chantier finlandais a déjà généré une perte de 3,9 milliards d'euros et son coût est passé de 3 à 8,5 milliards d'euros. Et qui croyez-vous qui va payer la différence. Les Finlandais ? Tè ! Fumes... Ce sont les contribuables français puisque ce chantier est assuré par la COFACE.

 

Et puis il y a le scandale UraMin, du nom d'une société canadienne qui a vendu aux « grosses têtes » d'Areva rien d'autre que du vent ! Le secteur minier étant le plus rentable, Areva s'est lancé dans une politique d'achat de sites uranifères partout dans le monde. C'est ainsi qu'elle s'est faire somptueusement enflé par une bande d'aigrefins, parmi lesquels apparaissent des noms bien connus en France. Areva a ainsi acheté pour 2,5 milliards de dollars, en 2007, à UraMin des sites soi-disant uranifères à Bakouma (République centre africaine), Trakkopje (Namibie) et Ryst Kuil (Afrique du Sud). On peut raisonnablement s'interroger sur le bien fondé de ces achats sans que la compagnie, référence mondiale en la matière, n'est mené quelque expertise que ce soit sur la valeur exploitable de ces sites, se fiant aveuglément aux documents fournis par le « cabinet d'experts » anglo-saxon SRK payé...par les vendeurs ! Or, tout était archi-faux, tant au plan des teneurs uranifères des minerais que des qualités du produit et des conditions d'exploitation. La teneur uranifère de ces « mines d'uranium » est moindre, parait-il, que les délaissés des anciennes mines uranifères du Limousin et de Lozère ! Du bidon ! Que du bidon !

 

Areva : « plus kon que moi, tu meurs ! »

 

Le plus scandaleux, c'est que tous les responsables qui suivent la gestion d'Areva savaient depuis longtemps qu'UraMin vendait des sites inexploitables. Le ministère des finances, le ministère des affaires étrangères, le CEA (premier actionnaire d'Areva) et même les barbouzes de la DCRI ont été averti, par des filières plus ou moins discrètes, de la réalité sur ces sites. Mais rien n'a été fait. Pourquoi ? Qui avait intérêt à cette opération et à cette omerta ? Où sont passés les milliards ? Combien se sont-ils « évaporés », et dans quelles poches ? Qui lo sa ?

 

Résultats : des milliards d'argent public gaspillés en pure perte et probablement des milliers de travailleurs de la filière nucléaire au chomdu.

 

Ne serait-il pas temps, au vu de ce fiasco, de remettre au pas le trop puissant lobby des nucléocrates et d'arrêter les frais en ayant le courage d'abandonner le chantier EPR pour mettre enfin le pognon et les compétences nécessaires dans la tant espérée arlésienne qu'est la « transition énergétique » ?

 

 

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/220611/uramin-la...

http://sortirdunucleaire.org/Pertes-record-chez-Areva-ni-...

 

 

Illustration X - Droits réservés

 

Les commentaires sont fermés.