Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/04/2015

Départementales : En Vaucluse, le président élu à la VÉTUSTÉ !

geluck chat vieux.jpg

 

Dans ce département - qui a échappé de justesse à la chape de plomb(s!) F.Haine – les forces entre gauche et droite républicaine étant strictement égales, donc s'annulant, et aucun de ces deux camps n'ayant voulu (c'est tout en leur honneur) s'allier aux lepénistes, c'est le citoyen de droite Chabert Maurice qui a été désigné plutôt que son adversaire de gauche le citoyen Raspail Max pour présider le département. Désigné (et non élu) au bénéfice de l'âge, donc à la VÉTUSTÉ ! On pourrait penser qu'en de tels cas, le bénéfice de l'âge privilégierait l'élu ayant le plus d'années devant lui, le plus dynamique, bref, le plus jeune. Ben, non : ces assemblées gérontocratiques donnent la priorité aux plus anciens, aux plus expérimentés ?, peut-être, en tout cas aux plus vieux...

 

Et surtout, toujours, malgré le binôme paritaire imposé, priorité écrasante aux hommes. Huit femmes seulement ont été élues jeudi à la présidence des conseils départementaux: Sophie Pantel (PS) en Lozère, Martine Vassal (UMP) dans les Bouches-du-Rhône, Hermeline Malherbe (PS) dans les Pyrénées-Orientales, Nathalie Sarabezolles (PS) dans le Finistère, Nassimah Dindar (UDI, sortante) à La Réunion, Christine Bouquin dans le Doubs (sans étiquette soutenue par l’UMP, l’UDI et le MoDem), Valérie Simonet (UMP) dans la Creuse et Josette Borel-Lincertin (PS) en Guadeloupe. En rajoutant Josette Manin en Martinique, où il n’y a pas eu d’élection et Anne Hidalgo à Paris, cela fait seulement dix femmes présidentes sur 101 départements, 6 à gauche et 4 à droite.

 

Moi, j'ai été (un peu) rassuré que parmi les trois départements où je gravite l'hiver (Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Gard) aucun ne soit tombé dans l'escarcelle du FN. On a échappé au pire. Et j'ai une bonne occasion de jubiler et de déboucher le rouge : la Lozère, mon département d'été, est le seul a être passé de la droite vers la gauche, et qui plus est, en élisant à sa tête une femme ! Dans ce département de tradition droitière, le Front de gauche s'est solidement implanté parmi les populations cévenoles, viscéralement rebelles et a amené la victoire. Olé ! Vivent les Lozériens !

 

Une question mérite d'être posée : les conseillers départementaux ont été élus en binôme, dès lors pourquoi n'avoir pas imposé également, en toute logique, une présidence départementale par binôme ? Où est la cohérence ?

 

Ce scrutin, original et intéressant justement parce qu'il impose la parité, n'échappe toutefois pas à ce mal français récurrent, qui ronge notre démocratie : le cumul des mandats. Aux nouvelles présidences départementales, on compte 37 députés ou sénateurs dont 13 députés de droite, 5 députés de gauche, 14 sénateurs de droite, 4 sénateurs de gauche, et 1 eurodéputé de droite.

 

Mais... On croyait qu'il y avait une loi, votée en janvier 2014, qui interdisait le cumul des mandats ! Oui mais...à partir de 2017. D'ici là il en passera de l'eau au Rhône...

 

Le ci-devant Tocqueville (Alexis de) disait : «Il m'est démontré que ceux qui regardent le vote universel comme une garantie de la bonté des choix se font une illusion complète. Le vote universel a d'autres avantages, mais non celui-là.  »

 

Bon. Pas de procès d'intention. Laissons-les se mettre au charbon, après on jugera. Mais sans illusion.

 

Illustration:merci à Geluck

 

Commentaires

On progresse (même si c'est avec beaucoup de lenteurs) : le sieur Chabert a dû abandonner son mandat de maire en acquérant celui de président du CG... Je ne crois pas qu'il y ait bien longtemps que les deux mandats soient incompatibles.
... même si il y a fort à parier qu'il va juste souhaiter switcher avec le 1er adjoint de Gordes, mais enfin...

Écrit par : Lucien | 03/04/2015

Ouais... Ça avance, au pas de la tortue, mais c'est mieux que rien... Le non cumul des mandats est une de ces lois-affiche...puisque les décrets d'application n'ont pas encore été publiés.

Écrit par : victor | 04/04/2015

Non, pour le coup, pas besoin de décrets ;-)
C'est plutôt que lorsque la loi est votée, elle prévoit de ne s'appliquer que 5 ou 6 ans plus tard, et qu'il a déjà fallu y revenir au moins 10 ou 15 fois, par tout petit bout... Les parlementaires ne sont pas pressés, en ce domaine, lorsqu'ils n'y sont pas farouchement opposés.

Écrit par : Lucien | 04/04/2015

Les commentaires sont fermés.