Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/04/2015

Planquée dans la Loi Macron : l’autorisation de la poubelle nucléaire de Bure !

bure dessin.jpg

 

Le lobby des nucléocrates a encore frappé : ils ont convaincu les parlementaires de camoufler dans la Loi Macron (Loi Macron – Chapitre 3 – Industrie – article 72 : Procédure d’autorisation des centres de stockage en couche géologique profonde – CIGEO) l’autorisation de débuter une phase-pilote du projet d’enfouissement des déchets nucléaires sur le site Bure. Ceci impliquant l’autorisation de la création de l’ensemble du projet. Ça s’est passé la nuit de vendredi à samedi 18 avril, dans un hémicycle quasiment vide. Après plusieurs tentatives repoussées, le gouvernement a enfin réussi à faire adopter cette mesure, en se cachant, en le noyant dans la loi sur la "croissance", ce qui est en fait un moyen d’éviter un débat parlementaire sur le sujet. Bonjour la démocratie !

 

Le prétexte pour glisser cet amendement scélérat dans une loi sur la « croissance » est justifié part les Pinocchio de service par l’« impact significatif au niveau économique et en terme d’emplois » que doit représenter l’infrastructure, qui « contribue à la consolidation de la filière nucléaire, qui en assure le financement ». C’est écrit ainsi dans l’article 72… Il faut dire que la filière nucléaire française est en ruine : EPR foutu, avec triplement du prix, construction retoquée par l’autorité de sureté nucléaire, Areva au bord de la faillite avec des pertes abyssales dues à des choix aberrants… De plus, la première estimation du projet de Bure, d’environ 15 milliards d’euros, fait l’objet d’une « actualisation suite à l’approfondissement du travail technique » comme le reconnaît l’article 72. La Cour des Comptes jugeait elle de son côté, dès 2009, que le coût pourrait atteindre près de 35 milliards d’euros. Bonjour la fiabilité !

 

Bure, késako ? Il s’agit de créer un centre de stockage des déchets atomiques résultant de l’activité des centrales électronucléaires. Pour ce faire, l’ANDRA (l’organisme en charge de cette réalisation) doit creuser dans le sous-sol argileux de Bure (petite localité de Lorraine) des puits d’accès, des galeries de circulation et des loges où seront entreposés pour des millénaires et des millénaires des conteneurs d’acier emplis des déchets nucléaires vitrifiés. A charge pour l’Andra de faire en sorte que ce stockage soit réversible, c’est-à-dire que – si l’avancement de la science le permet dans l’avenir – ces colis soient récupérables ! Ce qui n’est pas évident comme l’a montré un incendie dans une installation similaire aux États-Unis…

 

Ce pilote industriel devrait permettre de tester sur le terrain, en vrai situation, l’ensemble des équipements, avec de faux colis d’abord puis avec de vrais colis radioactifs représentatifs de tout ce qui devra être stocké. Ces tests devront prouver la réversibilité du procédé en montrant que tous ces colis sont récupérables durant une centaine d’année ainsi que la qualité et la durée du scellement des alvéoles de stockage. L'Andra prévoit un démarrage lent, puis une montée en cadence jusqu'au 3.000 colis par an, la vitesse de croisière visée.

 

Suite aux luttes des opposants au projet, celui-ci a subi quelques évolutions : - l’acheminement des colis se fera uniquement par voie ferrée (avec création d’une voie finale spécifique) ; - le creusement des galeries se fera grâce à un tunnelier (technique éprouvée et meilleure maitrise des coûts) ; - les alvéoles de stockage des colis radioactifs vitrifiés pourront atteindre cent mètres ; - la descente de ces colis se fera par un système de funiculaire de façon à ce que les moteurs soient en surface donc toujours accessibles.

 

Ces évolutions sont positives, mais qu’en est-il de la mémoire à très long terme de ces sites ? Et que penser de la sûreté du site à long terme, qui dépend uniquement des propriétés géologiques de la couche d’argile à 500 mètres de fond ?

 

Mais ça, les nucléocrates s’en battent l’œil comme du premier becquerel qu'ils ont fait bouffer à la vile populace incapable d'apprécier les bienfaits du nucléaire…

 

 Illustration X – Droits réservés

 

Les commentaires sont fermés.