Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/07/2015

J'ai les boules : ce Tour m'emmerde...

coureurs cyclistes qui pissent.jpg

 

Eh oui. On en est à mi-tour et on s'emmerde... Sauf si on regarde surtout le fantastique survol de cette France si belle, si variée. Fotorino plus intéressant que les deux charlots duettistes. Mais tout de même, il faut une course !

 

Or cette course n'est plus qu'un prétexte : le Tour c'est avant tout des paysages somptueux, filmés avec des débauches de moyens, qui nous découvrir des lieux discrets, retrouver des stars du paysage français comme le Mont-St-Michel, les grandes cathédrales, les châteaux chargés d'histoire, s'extasier devant la beauté intimidante des grandes montagnes, lieux mystérieux entre tous, où se forgent les légendes. Le Tour, c'est aussi et surtout une grande caravane publicitaire, un outil gigantesque de bourrage crâne commercial camouflé derrière un raout folklorique et festif. Pourquoi pas ? Mais le sport la-dedans ?

 

Il se résume à une confrontation plus ou moins virulente entre quelques équipes qui sont des machines de guerre au seul service du lideur, du chef. Il y a celles qui jouent en première division, les Sky de Froome, les Astana de Nibali, la Tinkoff de Contador et. Puis il y a les autres...

 

Les Sky, c'est l'équivalent en budget (20 millions) de celui de l'Agence mondiale antidopage (AMA) ! Astana, c'est 15 millions et l'appui d'un pays à la morale « pittoresque », le Kazakhstan dont la capitale se nomme...Astana ! Quant à Tinkoff, elle appartient à un bankster milliardaire russe...

 

Ces équipes sont là pour gagner, pas pour soulever l’enthousiasme, encore moins pour faire rêver. Le Tour, pour eux, c'est du business. Il faut gagner, et tous les moyens sont bons.

 

Les moyens organisationnels : embaucher les meilleurs coureurs qui doivent dès lors, moyennant des salaires conséquents, renoncer à toute ambition sportive individuelle pour se mettre au service exclusif de leur lideur. Ces machines à rouler tuent la course en neutralisant toute tentative de bagarre. Et on s'emmerde...

 

Les moyens physiologiques : on se demande pourquoi ces gaillards sportifs jeunes, en pleine forme, ont besoin d'être suivis par des escouades de « médecins »... Le soupçon (??!!) de dopage est toujours là. Comme dans tous les sports professionnels d'ailleurs, football, tennis, rugby, athlétisme et autres. Pourquoi les autobus des grosses équipes sont-ils protégés par des vitres fumées et fermés comme des coffre-forts ? Les voleurs ayant toujours une longueur d'avance sur les gendarmes, beaucoup de traitement sont indétectables. Les « médecins » sont là pour faire en sorte que les coureurs « traités » respectent les périodes d'incubation, que les « traitements » se fassent dans des périodes précises avant les courses. Pas vu, pas pris. Et seuls les crétins se font prendre, comme l'autre, défoncé à la coco... Et pas question de balancer ! Sinon les lendemains seront durs pour la balance. Pareil pour les anciens champions s'ils ne veulent pas être éjectés du milieu qui est toute leur vie... Quant aux médias, les journalistes « sportifs » restent désespérément discret à ce sujet...

 

Les moyens techniques : Froome, dans la montée vers la Pierre-Saint-Martin, a démarré comme s'il avait une mobylette ! Comme il l'avait fait au Ventoux en 2013. Ça donne à réfléchir. Les vélos peuvent être changés sans contrôle en cours de course. Ils sont rarement vérifiés à l'arrivée où, dans la cohue, il est très facile de remplacer un vélo « motorisé » par un vélo « propre...

 

Le pire, c'est que le public semble s'en foutre : « ils n'ont qu'à autoriser le dopage, ils seront tout chargés, et ça reviendra au même » entend-t-on dire... Bonjour l'exemple pour les jeunes !

 

Est-ce vraiment nouveau ? C'était mieux avant ? Plus propre ? Ça faisait rêver ? Le rêve n'a plus de raison d'être dans le monde du fric-roi. Et puis soyons honnêtes : où sont les champions, les « campionissimo » d'avant ? La plupart sont...morts, jeunes ! Bobet : mort. Coppi : mort. Koblet : mort. Anquetil : mort. Fignon : mort. Etc. Restent tout de même Poulidor, Thevenet et Mercx. Il faut croire qu'ils sont plus solides que les autres...

 

"Bon, Victor, t'as fini de baver, oui ? Allume ta télé : c'est l'étape du plateau de Beille."

 

C'est l'étape de l'Ariège ! Un pays cher à mon cœur, où j'ai été bûcheron dans une autre vie... Mon pote , Béguery, un colosse basque, sera devant chez lui, juste au pied de la terrible ascension vers Beille ! Je ne veux pas le manquer.

 

A ciao !

 

 

Photo X - Droits réservés

 

Les commentaires sont fermés.