Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/08/2015

Migrants : ils veulent aller en Angleterre ? Aidons-les !

migrants calais camion.jpg

 

Ils veulent aller en Angleterre. Qui ? Les migrants, pas les touristes. L'attrait de l'eldorado british. Pourquoi ?

 

Parce que beaucoup viennent de pays qui ont subi le knout colonial britannique mais qui, en revanche, se sont appropriés la langue du colonisateur. Il en est de même pour les pays ayant subi la trique française.

 

Parce qu'en Angleterre, il n'y a pas de carte d'identité et donc que le migrant, une fois arrivé, se fond dans la masse.

 

Parce que cette masse est organisée en communautés ethniques et/ou religieuses dans lesquelles le migrant peut espérer de l'aide.

 

Enfin et surtout parce que l'économie britannique est une expression caricaturale de l'ultralibéralisme et donc que les patrons britanniques se frottent les mains de pouvoir embaucher cette main d’œuvre docile travaillant dans des conditions peu enviables pour des salaires de misère.

 

Voilà pourquoi la Grande-Bretagne agit comme une véritable pompe à migrants.

 

Seulement voilà : la Grande-Bretagne est une île. Et pour l'atteindre il faut passer...par la France.

 

Vous me direz : mais enfin, laissons-les passer ces migrants. Ils veulent y aller en Angleterre ? Qu'ils y aillent. On peut même leur faciliter en loucedé le passage...

 

Ben non. On ne peut pas. Pourquoi ? Parce que la frontière de Grande-Bretagne n'est pas au passage des côtes anglaises mais...en France ! Qu'est-ce que c'est que cette konnerie ? Ben, un exploit (un de plus) de Sarkozy avec les accords du Touquet mettant les frontières britanniques en France ! Ça paraît incroyable ? On revient au temps des bourgeois de Calais ? Ben, c'est comme ça. Les Rosbifs, comme souvent, nous ont roulé dans la farine. Résultat : c'est nous qui devons contrôler, à Calais comme à Eurostar ou ailleurs, non pas seulement les sorties du territoire français mais les entrées en territoire britannique ! Á nos frais ! Nos douaniers, nos flics doivent courser les migrants qui veulent entrer en Angleterre chez nous. Alors que ce devrait être aux douaniers et aux flics britanniques de les contrôler voire de les courser chez eux, à Douvres, et pas à Calais !

 

L'objectif général de l'accord du Touquet est de « faciliter l'exercice des contrôles frontaliers dans les ports maritimes de la Manche et de la mer du nord situés sur le territoire de l'autre partie ». Quelle est la brillante tête d’œuf qui a pondu ça ?

« Le texte autorise la mise en place de bureaux à contrôles nationaux juxtaposés dans l'ensemble des ports de la Manche et de la mer du nord mais seuls les ports de Douvres et Calais, premiers ports d'Europe pour le trafic voyageurs devraient être concernés dans un premier temps.

 

Les agents sont autorisés à agir conformément aux pouvoirs qu'ils détiennent en matière de contrôles frontaliers dans le périmètre d'une zone dite « de contrôle » délimité sur le territoire de l`Etat de départ. Au sein de cette zone, la réglementation de l'Etat d'arrivée est donc applicable de la même façon que sur son propre territoire et avec les mêmes conséquences en cas d'infractions. Le texte est très peu précis s'agissant de l'étendue des pouvoirs des agents de chacun des états, se bornant à renvoyer aux législations nationales et à préciser les questions d'arrestation et de rétention. Il ne s'agit donc pas d'appliquer des règles communes mais de constituer, sur le territoire de chacun des états une forme « d'enclave » où s'applique la législation de l'autre. » (://www.senat.fr/rap/l03-008/l03-0080.html)

 

Il serait peut-être temps de dénoncer ces incroyables accords du Touquet. Dès lors, ce serait aux Britanniques de courser les migrants planqués dans les camions, pas à nous. Ils en coinceraient quelques-uns, mais beaucoup d'autres passeraient, saturant le marché des quasi-esclaves et ainsi obligeant le gouvernement britannique à prendre des mesures propres à casser le mirage de « l'eldorado anglais ». Ceux qu'ils attraperaient, bien sûr ils nous les renverraient. Mais à leurs frais. Et nous, on ne ferait pas d'efforts démesurés pour les empêcher de repartir outre-Manche...

 

Seulement pour ça, il faudrait avoir un gouvernement « qui en a »...

 

Photo X - Droits réservés

 

Les commentaires sont fermés.