Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/10/2015

Les médias au service des milliardaires !

médias.jpg

 

 

Ça fume dans les médias. Les journalistes de L'Express ont adopté mardi une motion de défiance contre le nouvel actionnaire du groupe, Patrick Drahi, et le directeur des rédactions, Christophe Barbier, pour protester contre un plan social qui vise 125 salariés. Voilà qui nous donne l'occasion de fouiller un peu dans ce qu'est devenu la presse et les médias en général.

 

On est loin des directives du Conseil National de la Résistance qui interdisait les concentrations afin de préserver la pluralité et la liberté de la presse. Actuellement, quasiment tous les médias importants sont aux mains de quelques milliardaires. Qu'on en juge :

 

Patrick Drahi, patron de Numéricable, a été traité de flibustier, exil fiscal, holdings douteuses aux Bahamas, nationalité française incertaine lorsqu'il est parti ,à l'assaut de SFR. Il a compris : pour museler les médias, il suffit de les acheter ! Il s'est donc payé Libération, puis L'Express, L'Expansion, BFM-TV, RMC. Depuis, il est devenu persona grata car on y regarde à deux fois avant de critiquer un patron de presse...

 

Les « B.N.P. ». C'est le consortium Le Monde, L'Obs, Télérama, Courrier international. Il appartient à un trio. Pierre Bergé (qui possède en plus Têtu) ; Xavier Neel (Free) qui possède en plus Atlantico, Causer.fr et Huffington-post (sites d'information internet) ; Mathieu Pigasse, pantouflard de Bercy, directeur délégué de la banque Lazard qui possède en plus Les Inrocks, Radio-Nova.

 

Arnaud Lagardère. L'extravagant fifils de son papa a dans son escarcelle Elle, Paris-Match, Le Journal du Dimanche, Europe 1, Radio Virgin, le groupe Hachette (Livre de poche, Fayard, Calmann-Lévy)

 

Serge Dassault, sénateur corrupteur, marchand d'avions, possède  Le Figaro.

 

Martin Bouygues, un des rois du béton en France s'est payé, excusez du peu : TF1, LCI, Euro-sport.

 

Bernard Arnault, l'un des rois du luxe, première fortune de France (35 milliards) possède : Les Echos, Le Parisien-Aujourd'hui-en-France.

 

François Pinaut, l'autre roi du luxe entre autres activités lucratives s'est payé Le Point.

 

Bolloré, figure centrale de la France-Afrique, défraie la chronique en attaquant au sabre d'abordage les émissions phare de Canal +. Il a acheté donc Canal+, mais aussi i.Télé, Direct 8, 17, Direct-matin, Daily Motion.

 

Or tous ces titres bouffent du fric ! Quel est donc le motif pour lequel ces milliardaires, « brillants » hommes d'affaires, acceptent de perdre des monceaux de pognon ? Pour deux choses. Premièrement, avoir un moyen de pression important sur un acteur primordial - l’État – qui agit sur les affaires essentielles de ces gens de deux manières : - les commandes d’État, - la régulation des secteurs économiques. Secondement, pour influencer l'opinion générale de la population dans le sens de leurs affaires ,économiques (consommateurs) mais aussi pour influencer sur le choix des personnels politiques (électeurs).

 

Commande publique : les avions de Dassault, les grands chantiers, genre EPR pour Bouygues, la France-Afrique pour Bolloré (port de Conakry, lignes de chemin de fer, etc.)

 

Régulation : par exemple s'il y avait une taxe sur le luxe ou si la TVA n'était pas supprimé pour les clients étrangers, Pinaud et Arnaud feraient la gueule. Comment ! L’État irait chercher le pognon où il est ? Privilégiant l'intérêt général au détriment de celui de quelques milliardaires ? Vous n'y pensez pas !

 

Idem pour Drahi, Bouygues et Orange, qui règnent sur le numérique et dépendent des lois et règlement établis par l’État. D'où l'intérêt d'avoir des moyens de pression que constituent les médias.

 

Posséder des médias, même largement déficitaires, c'est le Graal au niveau de l'influence. Plus efficace encore que la corruption. Et complémentaire du lobbying pour influencer le public dans le sens voulu par nos milliardaires.

 

S'ajoute à cette main-mise des milliardaires l'attitude des journalistes – tous sortis du même moule ultralibéral - qui pratiquent l'auto-censure à grande échelle pour ne pas faire parti de la prochaine charrette...

 

Voilà pourquoi les médias – que d'aucuns appellent « merdias » ont tous la même ligne éditoriale, au service de la doxa ultralibérale. Fini la liberté impertinente de Libé, à la poubelle la réputation de quotidien de référence du Monde.

 

Acheter ce qu'on vous « conseille », consommez comme on vous l'indique et surtout, votez comme on vous le dit !

 

Alors comment s'informer ? Il reste tout de même quelques titres : le Canard enchaîné évidemment, Le Monde diplomatique, Marianne. Quelques journaux numériques donnant la plume à leurs lecteurs: Médiapart, Agoravox. Quelques sites comme Basta !, Fakir. Et la jungle des blogs.

 

Au lecteur de faire l'effort de trouver ses infos en dehors des merdias, de la presse purée et des canardes-laquais des milliardaires !

 

 

Photo X - Droits réservés

Les commentaires sont fermés.