Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/12/2015

Vague bleu marine. La part du feu...

marine le pen dessin à poil.jpg

 

On va tous les entendre, la main sur le cœur, jurer de tout faire pour faire barrage à la clique Le Pen and Co. Dans le Nord - pays de Maurice Thorez, de Guy Mollet et du général De gaulle – comme en Provence, les drageons du vieil arbre vénéneux ont essaimé des pousses vigoureuses. Et la semaine prochaine, il est possible que ces deux régions soient dirigées par le F.N... Comment en est-on arrivé là ?

 

Ils ont bien joué les Le Pen and Co. Père, fillille, petite-fifille... Fifille a une ambition affirmée : arriver au pouvoir. Papa Schultz Le Pen, lui, voulait surtout choquer, provoquer, faire peur, planter la merde. Il y est arrivé, bien aidé dans sa tâche par les partis de pouvoir (UNR, RPR en leurs temps, UMP, PS) qui y voyaient un repoussoir pratique et une façon efficace – pour le PS – de séparer électoralement les voix de la droite ; pour la droite « républicaine » un réservoir d'idées (!!??) et de voix. Les merdias, depuis des décennies, lui ont fait la courte échelle parce que c'est « un bon client » !

 

Puis Fifille vînt. Avec pour ambition de gagner. Et pour ce faire, il lui fallait fabriquer une « honorabilité » à la boutique de la famille. Portée par des résultats électoraux incontestables, la nullité crasse des deux derniers présidents qui ont déconsidéré les partis dits « de gouvernement » lui donne des ailes. Mais pour arriver au sommet, il lui fallait d'abord « dédiaboliser » son parti et donc glisser sous le tapis tous les thèmes qui ont fait son succès (racisme, antisémitisme, etc.). D'où l'opération montée avec « popo » Jean-Marie : à lui de ressortir tous les poncifs nauséabonds qui ont fait son succès, à elle de « dénoncer » ces excès et ainsi laver son parti de tous les relents sulfureux qui lui sont attachés comme le morpion sur un pubis de moine ! En faisant leur cinéma qui ont enchanté les canards laquais et les merdias. Objectif tactique : vider l'UMP de sa substance pour devenir le parti dominant de la droite, tremplin vers le Pouvoir. Objectif atteint.

 

Regardez ce qu’est devenu la France avachie par Sarko puis Hollande. C’est celle des égoïstes et des bouffeurs de hamburgers (mange-merde), repliés sur leur petit confort pour ne pas voir crever de faim les SDF du coin de la rue, ceux qui ont choisi l’égoïsme au lieu de la solidarité, celle de ceux qui ferment les yeux sur les licenciements tant que leur emploi n'est pas menacé, qui refusent de se syndiquer par peur de compromettre leur carrière, celle des fayots qui n'hésiteront pas à prendre la place de leur collègue plutôt que de perdre la leur, celle des abrutis qui admirent des demeurés qui gagnent des milliards en tapant dans un ballon ou en se trémoussant sur un plateau de télévision avant de planquer leur fric en Suisse, celle de ceux qui s’extasient devant des comédiens qui leur font croire à une réalité virtuelle à l’eau de rose dans des feuilletons stupides.

Bref, c’est la France franchouillarde des médiocres, basse et moutonnière, qui n’a même plus le courage de relever la tête devant l’affront que lui font ceux qui, sous couvert de construction européenne ou de mondialisation, lui tondent la laine sur le dos.

« La France a peur » disait en son temps un célèbre présentateur télé. Et, en quête de protection, elle se jette dans les bras de celui – ou celle – qui montre le plus de muscles.

Elle a peur des licenciements, elle a peur de l'Europe, elle a surtout peur, depuis les massacres récents des innocents, de cette peste verdâtre montant inexorablement depuis les mondes islamiques à l'assaut de nos contrées repues.

Elle a peur que l'on change notre mode de vie, notre manière de vivre ensemble, notre façon unique de se disputer tout en trinquant ensemble, notre capacité flamboyante de dire merde à tous les dieux en éclatant de rire.

Et ça, personne parmi les partis « traditionnels » n'a voulu le prendre en compte. Le laxisme, les reculades perpétuelles devant les provocations islamistes, l'abandon de territoires entiers de la république ont déconsidéré les paretis dits « de pouvoir ».

Dès lors, comment faire semblant de découvrir qu'on a abandonné ces thèmes aux pires marchands d'illusions ? Et que cette veulerie a fait le lit du parti de la haine ?

Cette situation, hélas, n'est pas particulière à la France. Toute l'Europe voit avec stupeur la montée des partis d'extrême-droite. Une Europe sans défense, sans idées, sans frontières, sans dessein, proie juteuse pour les hordes mahométanes qui rêvent de se venger de la bataille de Lépante et du siège de Vienne.

Il faut tout de même raison garder. Le FN à la tête de deux régions ou plus ? Eh bien on les verra le nez dans le cambouis. On verra ce qu'ils sont capables de faire sans beaucoup de risques, le pouvoir des régions étant très secondaire. Et beaucoup d'enragés du bulletin bleu marine ne tarderont pas à déchanter...

C'est la part du feu. Il vaudrait mieux que ce soit dans quelques régions qu'au prochain scrutin, le seul décisif dans notre cinquième république vermoulue...

 

Illustration X - Droits réservés

Les commentaires sont fermés.