Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/12/2015

AUX CHIOTTES « STARWAR » !

chiotte starwar.jpg

 

Assez ! Basta ! Ras les aliboffis de leurs amérikonneries, de leur « starehouare ». Non mais, ils ont touché la comptée les programmateurs des radios, des télés, les rédac-chefs des canards laquais ? Depuis quelques jours TOUS nous gonflent, en ouverture de JT ou à la Une des journaux avec ce bourrage de crâne imposé par « L'Empire ». L'empire de la konnerie, ouais !

 

Même au supermarché, on te donne, sans te demander ton avis, des vignettes imbéciles vantant l'offensive de désinformation étazunienne. Et les bons kons marchent. Et les responsables de l'information lèchent le cul de leurs maîtres en imposant des séquences de pube gratos pour cette hyper konnerie étazunienne appelée « Starwar ». Á hurler !

 

La culture est une des armes principales de la volonté de colonisation du monde par les États-Unis. Les films, les séries télévisées, les musiques sont plus efficaces que les F16 pour mettre la main sur les peuples et en faire de bons kon-sommateurs de merdes inutiles épuisant la terre, pour leur faire renier leurs propres culture au profit de cette sous-culture yankee. Combien de Michel-Ange, combien de Rodin, combien de Picasso étazuniens ?

 

Ne nous y trompons pas, il s'agit d'une énième manifestation de l’impérialisme étazunien qui sévit à tous les niveaux : industriel, commercial, militaire mais aussi et surtout culturel. On nous abreuve jusqu’à l’écœurement de ces films dégoulinant de cul-béniteries vantant les "valeurs" yankee, de ces sous-merdes des séries télévisées étazuniennes, qui – largement amorties au USA - arrivent par pleins cargos à prix cassés, ruinant ainsi la création française qui n’existerait plus sans les subventions gouvernementales. On nous emmerde jusqu’à en dégueuler de ces collections de bruits abrutissantes que les programmateurs – véritables collabos - déversent à pleins seaux dans nos pauvres oreilles et qu’ils ont le culot d’appeler « musique ». Et là, cerise sur l'estron, on nous impose cette merde emblématique de la sous-culture cocacola ! Et après ce lessivage de cervelles on s'étonnera que nous soyons assez kons pour voter Le Pen, Sarko ou Hollande ?

 

J'ai les portugaises quotidiennement agressées par des sous-merdes sonores appelées « musiques » et qui ne sont que des dégueulis bruyants : à savoir les horreurs de « musiques » anglo-saxonnes que nous déversent à plein tombereaux les programmateurs «musicaux » de ces stations de radios dites généralistes. Même les chanteurs français beuglent maintenant en globish et…sont récompensés par des « victoires de la musique ». Et encore j'évite comme la vérole les stations genre NRJ ou Skyrock !

 

Mais ne nous y trompons pas. Ce bourrage de crane s’accompagne d’une volonté de conquête, à la fois économique, politique et culturelle. D’où le terme d’impérialisme justifié notamment par les propos de divers responsables politiques anglo-saxons. On pense évidemment à Margaret Thatcher, qui déclarait en 2000, lors d’une conférence donnée aux États-Unis, que « le pouvoir dominant est l’Amérique, le langage dominant est l’anglais, le modèle économique dominant est le capitalisme anglo-saxon »  On connaît moins les propos tout aussi brutaux mais plus détaillés de David Rothkopf, un ancien responsable de l’administration Clinton, qui valent pourtant leur pesant de cacahuètes : « Il y va de l’intérêt économique et politique des États-Unis de veiller à ce que, si le monde adopte une langue commune, ce soit l’anglais ; que, s’il s’oriente vers des normes communes en matière de télécommunications, de sécurité et de qualités, ces normes soient américaines ; que, si ses différentes parties sont reliées par la télévision, la radio et la musique, les programmes soient américains ; et que, si s’élaborent des valeurs communes, ce soient des valeurs dans lesquelles les Américains se reconnaissent… Les Américains ne doivent pas nier le fait que, de toutes les nations dans l’histoire du monde, c’est la leur qui est la plus juste, la plus tolérante, la plus désireuse de se remettre en question et de s’améliorer en permanence, et le meilleur modèle pour l’avenir ».

 

Bref, pour dire que cette colonisation « culturelle » et linguistique me gonfle les aliboffis à les faire éclater ! Mais dans quel pays vivons-nous ?

 

estron sur pattes.jpg

 

Illustrations X - Droits réservés

Les commentaires sont fermés.