Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/12/2015

¿ Y nosotros, porqué no podemos ?

Démocrature.jpg

 

Oui, nous, pourquoi nous ne pouvons pas ? Parce que notre « classe politique » est un ramassis de politicards professionnels, plus enclin à se servir qu'à servir. Nos voisins et frères latins ont, en moins de deux ans, su bâtir non pas un, mais deux partis neufs – Podemos et Ciudadanos – émanation des aspirations de ces millions d'électeurs écœurés de l'incompétence, de la corruption, des magouilles des partis « classiques », des partis dit « de gouvernement » : le PSOE (supposé représenter la gauche) et le PP (supposé représenter les conservateurs). Que ces élections rendent le pays difficilement gouvernables et laissent se profiler de nouvelles élections n'enlève rien au formidable espoir de changement véritable, de renouvellement drastique du personnel politique chez nos voisins. De nouvelles élections accentueront encore le rejet des partis classiques.

 

Et chez, pourquoi « no podemos » ? Pourquoi restons-nous bloqué par le carcan d'une « classe politique » faites de vieux politicards rompus à toutes les embrouilles pour rester au pouvoir, pour se partager – entre eux – le gâteau crémeux de la république ? Parce que la politique, chez nous, est faite par et pour une coterie de professionnels issus d'un même moule et s'accrochant au pouvoir comme des morpions sur le pubis d'un moine !

 

Responsable de cette sclérose ? Le cumul des mandats et des mandatures. Parce qu'un homme ou une femme politique ne vit que pour être élu (ou réélu). Vous vous posez des questions sur l’emploi, le logement, la crise ? Eux se demandent comment gagner les prochaines élections même si elles ont lieues dans plusieurs années. Une loi a été voté pour limiter ce cumul ? Et vous croyez que les cumulards vont rester les bras croisés sans défendre leur peau, loi ou pas loi. Faisons-leur confiance puisque nous les avons élus ! D'ailleurs, pas plus tard qu'aujourd'hui, le Sénat – modèle caricatural d'un consortium de cumulards impénitents - « travaille » sur un projet de loi foutant en bas la loi, pourtant bien tendre, contre ce cumul. Et la droite a promis d'abroger cette loi si elle reprend le pouvoir. J’entends, en écrivant ces mots, le ci-devant Woerth ramer mais revendiquer le cumul des mandats. Indécrottable le mec...

 

Le parti socialiste, comme son frère ennemi (encore que ?!) uhèmepets qui, pour planquer ses turpitudes, salope le beau terme de « républicains », c’est deux tiers de membres déjà élus et un tiers qui aspire à l’être ! Hors de ces deux grosses machines, point de salut pour qui veut faire de la politique un métier, alors que c’est une mission, quasiment un sacerdoce. On comprend dès lors les coups de frein violents et récurrents des caciques de,ces deux partis qui ne veulent en aucune manière lâcher le fromage dont ils se gavent. Le PS, comme le PC et l'UMP regorgent de ces « notables », caciques locaux voire satrapes qui se croient élus de droit divin. Et ils ne veulent pas le lâcher le morceau ! La droite, protectrice de toutes les magouilles, est évidemment sur une ligne encore plus extrême.

 

De droite ou de gauche, un seul vainqueur : le mandarinat et donc la paralysie du système. Des maires, des présidents d’exécutifs régionaux réélus pour la troisième, la quatrième, voire la cinquième fois… Et qui sont aussi députés, sénateurs, députés européens. Désolant de konnerie. Révoltant d’inefficacité.

 

Comment un élu peut-il apporter encore quelque chose à ses concitoyens lorsqu’il est englué dans la routine et, surtout, le clientélisme !

 

Car ne nous leurrons pas, toute réélection doit autant sinon plus au renvoi d’ascenseur qu’au travail réalisé pendant la mandature.

 

À la première mandature, un maire, un conseiller général ou régional, un député voire un président de la République, ont un enthousiasme, un élan, des idées à faire passer, une équipe soudée et volontariste autour de lui. Il a le temps et peut s’exprimer dans les faits. À la deuxième mandature, les choses changent. Le travail principal d’un élu en place, c’est de se faire réélire ! Il y donne l’essentiel de son temps et de sa force. Et il a des comptes à rendre à ceux qui l’ont aidé dans sa conquête du pouvoir. « - Qui t’a fait duc ? - Qui t’a fait roi ? ». Quant à la troisième et plus si affinités, elle est toujours et uniquement sous le signe de la routine et des compromissions innombrables à gérer.

 

Que peut encore apporter un élu qui est en place depuis des décennies ? Rien, sinon stériliser le terrain sur lequel il sévit, décourager les volontés, neutraliser tout dynamisme, ficelé qu’il est dans le clientélisme.

 

Et soyons sérieux, qui peut croire qu'un « élu » peut se consacrer correctement à un travail de député ou de sénateur, mais aussi de maire d'une ville, de président de conseil général ou régional, voire de conseiller départemental ou régional, de président d'agglomération, etc. ? Personne. Et pourtant c'est le cas.

 

Voilà une raison pour laquelle « no podemos ».

 

Il y en a une autre : c'est le fait que nos élus ne représentent absolument pas le pays. Combien d'ouvriers, d'employés, de paysans, de petits chef d'entreprises, de chômeurs parmi les élus ? Zéro ou presque, nada. Et combien de fonctionnaires, de toubibs, d'avocats, de plumitifs, de professions libérales ? Presque tous.

 

Autre raison de cette sclérose politique, la porosité entre hauts fonctionnaires (énarques, inspecteurs des finances) et politiques. Ils grenouillent dans les cabinets ministériels, puis se trouvent une élection sur mesure, et, s'ils sont battus, ils retrouvent sans problème leur, ancien poste ! Ben voyons ! A comparer avec le sort d'un élu battu qui serait ouvrier, employé, paysan, petit chef d'entreprise. Bonjour la démocratie !

 

Le problème de la démocratie, c’est l’impuissance des peuples à contrôler ce que font leurs gouvernants. Le bulletin de vote ne revient qu’à donner un blanc-seing à ceux que nous élisons, sans possibilité de changement ou de rectification. La démocratie représentative correspond-elle encore au monde d’aujourd’hui où les technologies de communication moderne permettent l’existence d’une agora mondiale ? Peut-on continuer à donner à des professionnels carriéristes de la politique des pouvoirs aussi exorbitants, sans contre-pouvoirs réels, les médias étant à la solde des marchands d’armes, de béton et de soupe ?

 

Après ça on s’étonnera du rejet du parlementarisme et de la montée des populismes…Si on ne veut pas que les fascistes arrivent LEGALEMENT au pouvoir, comme Hitler en Allemagne, il est temps de jeter à la poubelle de l’histoire cette république « des copains et des coquins » pour mettre en place une République n°6.

 

Pour parer au risque de voir, dès la Constituante, revenir tous les vieux chevaux de retour, il faut écouter Montaigne : « Lorsque dans la république le peuple en corps a la souveraine puissance c’est une démocratie ; lorsque la souveraine puissance est entre les mains d’une partie du peuple, cela s’appelle une aristocratie. » Ce géant proposait pour mettre en place par exemple une Constituante…le tirage au sort ! « Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie, le suffrage par choix est de celle de l’aristocratie. Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne, il laisse a chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie. » Et il estimait que les lois devaient être mises à l’essai : « La constitution de Rome et d’Athènes à cet égard étoit tres sage, les arrêts du senat avoient force de loi pendant un an ils ne devenoient perpetuels, que par la volonté du peuple. »

 

Mais qui lit Montaigne de nos jours où la culture politique passe par TF1 ?



Illustration X - Droits réservés

 

Les commentaires sont fermés.