Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/12/2015

Bravo les Corses ! Pace e salute !

corse drapeau.jpg

 

Le fossé identitaire devient un gouffre : « Cassez-vous, sales Corses! Vous n'êtes pas chez vous ! » « Arabi fuori ! »

Ces invectives identitaires sont le fond des incidents qui viennent d'agiter la Corse. Et les me(r)dias de masse de cracher leurs gros glaviots sur les Corses, « coupables » d'avoir « saccagé un lieu de culte musulman ». En fait – donnons aux choses l'importance qu'elles ont - quelques débiles ont arraché le rideau métallique d'un garage du quartier des Jardins de l'empereur et ont balancés par terre quelques bouquins de propagande islamiste.

 

Ceci en réaction à un véritable guet-apens dans lequel quelques dizaines de racailles de ce quartier ont attiré les pompiers : « Dans la nuit de jeudi à vendredi, un incendie a été « volontairement allumé » dans cette cité d'Ajaccio pour attirer les forces de l'ordre et les pompiers dans un guet-apens, a annoncé la préfecture. Deux pompiers et un policier ont été blessés au cours de l'intervention-piège. »

 

« En fin d'après-midi jeudi, dans le quartier dit des Jardins de l'empereur, les forces de l'ordre et les services municipaux avaient procédé à l'enlèvement préventif de 400 palettes de bois, une tonne de pneumatiques et un engin incendiaire, précise le sous-préfet François Lalanne dans un communiqué. Mais au cours de la nuit, vers 0 h 30, «un incendie a été volontairement allumé sur le terrain du Citystade aux Jardins de l'empereur pour attirer les forces de l'ordre et les pompiers dans un guet-apens en leur jetant des projectiles et en s'en prenant directement aux sapeurs pompiers », poursuit François Lalanne. Deux pompiers ont été « sérieusement » blessés par des éclats de verre après des « agressions physiques » au cours desquelles des vitres de leur véhicule d'intervention ont été détruites, toujours selon le sous-préfet, qui évoque « de nombreux jeunes encagoulés » impliqués dans les échauffourées.

 

Les invectives « Cassez-vous, sales Corses! Vous n'êtes pas chez vous ! » proférées par des jeunes de ce quartier ghetto d'Ajaccio sont significatives d'une volonté de communautarisme exacerbé et violemment agressif. Une volonté de créer des territoires en dehors des lois de la république, sous la coupe de quelques caïds de quartier et au service des trafiquants de drogues avec le parapluie « moral » d'une religion étrangère. Ces phénomènes inacceptables datent de plusieurs décennies et ne relèvent pas seulement de la Corse, mais de toute la France, voire de toute l'Europe. Ils sont le résultat de ce laxisme de l’État, abandonnant les quartiers qualifiés de « sensibles » aux mafias locales et aux élucubrations obscurantistes de quelques pseudos imams allumés. Ils sont aussi le résultat d'une politique d’immigration, puis de regroupement familial irresponsables, pour satisfaire depuis des décennies les demandes d'un patronat avide de main d’œuvre docile et pas chère.

 

Les Corses - contrairement à la plupart des métropolitains ramollis, avachis et crevant de trouille - les ont encore bien pendus, gardent leur fierté et ne baissent pas la tête. Ils sont montés en force dans ce « territoire perdu de la république » et on fait savoir - « arabi, fuori ! » - « qu'ils étaient chez eux » ! Sans aucune brutalité contre qui que ce soit. Ce coup de pied dans la fourmilière semble avoir porté ses fruits puisque le lendemain, la police mettait la main sur deux individus. Certainement pas par hasard, mais parce que les 90 % de braves gens de ce quartier, brisant l'omerta à eux imposée par la terreur des racailles locales, les ont dénoncés aux forces de l'ordre.

 

N'en déplaise aux Abou Bobo lèche-babouches et à leurs récriminations sanglotantes habituelles, les Corses – qui votent le moins Front national – n'ont jamais livré de juifs à Pétain, ont été les premiers à se libérer mais ne tolèrent pas qu'on leur marche sur les pieds et entendent rester maîtres chez eux. Sans pour autant oublier que les goumiers marocains les ont aidés à se libérer du joug nazi.

 

Où est le racisme dans cette démarche courageuse ? Racisme, « islamophobie », mots creux sans cesse jetés en anathème contre ceux qui s'interroge sur le fait musulman actuel en France. Pour qu'il y ait « racisme », il faudrait qu'il existât des races, ce qui n'est pas le cas. Ne pas aimer, voire avoir peur de cette névrose collective appelée « islam » qui traîne, partout dans le monde, la mort, la barbarie, l'assassinat, est tout à fait légitime en démocratie dès lors que ce sentiment ne s'accompagne pas de violence. Cela procède de la liberté de pensée et de conscience. Je ne reconnais à personne le droit de m'imposer « d'aimer l'Autre ». Je n'accepte aucun prêche et cet Autre à aimer, je me réserve le droit de le choisir.

 

La « populace » française est totalement imperméables aux beaux discours « droit-de-l'hommiste » lénifiants des Abou Bobo des beaux quartiers parisiens. Le Peuple ne se résout pas à la disparition de ce qui a fait la France. La victimisation récurrente des minorités, qu'elles soient immigrés, de couleur de peau ou de religions est totalement contre-productive. La meilleure preuve n'est-elle pas les scores du FN ?

 

Bravo les Corses ! Pace e salute !

 

 Photo X - Droits réservés



Les commentaires sont fermés.