Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/04/2016

Au bistro de la toile : Allez l'O.M. !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Fatche Victor. On n'y entrave plus que nibe avec toutes ces cagades. Voilà qu'ils vont nous vendre l'OM comme une bouillabaisse. Et ils sont tous là, comme des fialas à l'agachon pour se la baffrer notre belle girelle…

 

- C'est l'OM que t'appelle « belle girelle » ? On dirait plutôt une vieille rascasse qui ne mérite même pas le pèbre d'aze pour la cuire ! En tout cas, Marguerite, elle en a ras les aliboffis – pardon, ras la chucho-pelaoù – de cette équipe de chèvres même pas capables de faire de la brousse du Rove. Elle veut vendre tout le troupeau.

 

- Faudra le trouver le nessi pour sortir les lovés, elle pésuguera dégun ! Faut avoir des cèzes dans le cabestran pour mettre de l'artiche dans cette bouillave. Où alors pas craindre d'en prendre plein le tafanari ! L'OM, ça vaut plus que dalle.

 

- Pourtant il y a du boucan : on entend les blazes de Xavier Giocanti et d'Eric Cantona.

 

- Giocanti. C'est le type qui se la fait avec Christine Lagarde, la patronne du FMI ? Celle qui a aidé à refiler plus de 400 millions de boules à Tapie ?

 

- Celui-là même. Ce Corse d'origine est paraît-il bourré de thunes. Il est le patron d'un groupe genre promoteur-investisseur immobilier. Ils croûtent dans les zones franches. Le groupe compte ainsi dans ses actifs La Cité de la Cosmétique et les Bureaux du Littoral, deux lieux de référence implantés dans chacune des zones franches avec leurs centres d’affaires respectifs, Altitude 180, un site réservé aux artisans, ainsi qu’une assiette foncière de 26 ha située face au centre commercial Grand Littoral où un parc international d’entreprises spécialisées dans la mode et le textile devrait voir le jour en 2017.

 

- Ah ! C'est pas mal. Ça a au moins l'avantage d'être local. Et puis, s'il y a à le FMI derrière, ça vaut tous les émirs parisiens. Et Canto qu'est-ce qu'il viendrait faire dans cette galère ?

 

- Il serait paraît-il nommé au poste de directeur sportif.

 

- Gran ben i'é fague ! Mais c'est vrai que ça aurait de la gueule.

 

- L'importance d'un club de fouteux sur la vie d'une ville comme Marseille me laissera toujours sur le cul. C'est une attitude de villes sous-développée : on place sa fierté où l'on peut. Quand je pense qu'un Tapie – à son époque – a eu toute la ville à ses pieds ! Les Marseillais étaient prêts à lui refiler la mairie.

 

- Bof. C'est une tradition. Les politiques et la pègre ont toujours plus ou moins furé ensemble à Marseille. Rappelons-nous Gaston et les Guerrini…

 

- Sans compter qu'actuellement, la municipalité de Marseille (850.000 habitants) est championne du monde des voitures de fonction ! Elle en possède 1200, avec 40 chauffeurs, ce qui coûte 3 millions d'euros au budget municipal ! A comparer avec Turin, ville de même importance, qui en possède cinq…

 

- Et que dire des millions déversés à pleins tombereaux dans des associations bidon. Ça profite à quelques petits caïds de quartiers, d'anciens « dit-leur » qui font pression sur la population locale...

 

- Eh ! Oh ! Tu crois qu'on achète la paix sociale avec des chichi-fregi ?

 

- Allez ! Fait péter le flaille. À la nôtre.

 

 

Illustration: merci à Chimulus

Les commentaires sont fermés.