Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/04/2016

LUXLEAKS. L'honnête homme a dit la vérité Il doit être exécuté !

luxleaks.jpeg

 

 

 

C'est ce qui se passe en ce moment devant un tribunal de la honte au service des basses œuvres d'un pays confetti particulièrement nuisible, le Luxembourg. Ce pays pirate l'Union européenne, tout comme l'Irlande et les Pays-bas. Le piratage se fait au détriment de tous les autres pays de l'Union par le biais de la pompe à phynance que constitue pour les dirigeants de ces pays la disparité des régimes fiscaux. Ils ont fait de la triche fiscale leur fond de commerce le plus juteux en mettant en place des dispositifs fiscaux fort avantageux pour les multinationales. Dispositifs nocifs mais...légaux en l'état des traités imposés aux populations européennes.

 

Accusés : les citoyens français Antoine Deltour et Edouard Perrin. L'un, employé dans une entreprise internationale, le cabinet PriceWaterhouseCooper (PWC), l'un des quatre plus puissants cabinets internationaux de magouilles « légales », fiscales et autres. L'autre est journaliste, notamment à Cash Investigation, l'excellent magazine télévisé d'Elise Lucet. Les deux ont fait acte de courage et de civisme en dévoilant les pratiques qui permettent aux plus riches firmes internationales de ne pas payer d'impôts (ou si peu) dans les pays où ils exercent leurs activités. Il s'agit en fait d'une « évasion fiscale en bande organisée » comme criaient sous les fenêtres du tribunal les manifestants venus soutenir les lanceurs d'alerte.

 

Le plaignant est le cabinet PriceWaterhouseCooper (PWC) http://www.pwc.fr/ . Antoine Deltour, employé de cette firme, avait démissionné en 2010, écoeuré par les pratiques luxembourgeoises qu'organisait son entreprise. Il avait copié sur le serveur informatique de celle-ci toute une liste d'accords fiscaux confidentiels (appelés dans le jargon abscons en usage dans ces milieux tax ruling) entre des centaines d'entreprises et l'administration fiscale luxembourgeoise. Il s'agit d'accords particuliers permettant à ces firmes de ne payer que quelques broutilles au fisc luxembourgeois tout en ne payant rien ou presque dans les pays voisins (France, Allemagne, Italie, etc.) où ils exercent. Le Luxembourg, à cette époque très récente, était dirigé par le ci-devant Juncker qui a été élu depuis...président de la Commission européenne. Celle-là même qui prétend lutter contre l'évasion fiscale. C'est comme si on demandait à un ivrogne de réprimer l'ivresse publique…

 

Ces accords révèlent comment les géants de la finance, de l'internet, des télécoms, de la grande distribution s'appuient sur les règles fiscales « compréhensives » du Luxembourg, mais aussi sur les failles de la réglementation internationale pour transférer dans ce pays leurs profits afin qu'ils ne soient pas taxés. Ils réalisent ainsi des milliards d'euros d'économie en créant une holding, une filiale, en installant un siège fictif au Luxembourg. Ceci avec peu ou pas d'activité dans ce pays, lésant ainsi les Etats où ces bénéfices sont réalisés. Ces pratiques coûtent 1.000 milliards d'euros aux Etats européens, dont 80 milliards pour la France.

 

Peut-on crier haro sur le baudet luxembourgeois, ou irlandais, ou néerlandais ? Au niveau éthique, oui, évidemment. Ces pays ne jouent pas le jeu de la solidarité. Ils sont comme des passagers clandestins sur le bateau « Union Européenne ». Mais en fait, ils ne font qu'utiliser cyniquement et sans états d'âme à leur profit les traités signés par les Etats de l'UE. Parce que ces traités, de Maastricht puis de Lisbonne (bonjour l'enfilage sans vaseline des électeurs français!), traitent de tout sauf de l'essentiel : l'harmonisation fiscale et l'harmonisation sociale. Ceci sous la pression rugueuse des Britanniques – autres passagers clandestins de l'UE – eux-mêmes relayant les désidératas étasuniens.

 

Alors si Junker veut se racheter une conduite, c'est le moment : en mettant sur la table une révision des traités incluant ces indispensables harmonisations fiscales et sociales.

 

Et qu'est-ce qu'il dit tonton Junker ? Tè ! Fumes. C'est du Luxembourgeois !

 

Illustration X - Droits réservés

 

Les commentaires sont fermés.