Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/06/2016

En Italie comme en Espagne et en Autriche : sortez les sortants. Et chez nous ?

coup de balai.jpeg

 

Eh Vlan ! Passe-moi l'éponge qu'il peut dire Matteo Renzi, le Blair italien. Jeune, sûr de lui, il a en son temps enthousiasmé tous ceux qui en ont marre des vieux caciques qui accaparent le pouvoir depuis des décennies, salopant la démocratie dans leur marigot de magouilles et de compromissions. On le voyait donner un coup de jeune à la démocratie italienne, on se prenait à rêver d'un Renzi français. Mouais… Tè ! Fumes… Renzi s'est très vite montré sous son vrai jour : un social démocrate à la solde des patrons de son pays, des banksters et des multinationales. Ses réformes concernant le travail font passer la loi El Komry pour un texte gauchiste ! Alors qu'est-ce qu'ils font les électeurs transalpins ? Ben ils votent contre. Contre tout ce qui a la couleur du régime. Et ils mettent en tête de leur capitale une illustre inconnue de déplaçant à vélo et se réclamant du parti du comique Bepe Grillo. Dérision ? Mépris du scrutin ? Non. Rejet viscéral des structures politiques en place, de cette classe, de cette caste plutôt qui confisque le pouvoir à son profit à surtout à celui des forces occultes de la finance et de l'économie qui les nourrissent et les manipulent.

On a déjà vu ça en Espagne où les candidats « Podemos » sortis de nulle part ont pris le pouvoir dans les principales villes. On vient de voir ça en Autriche les électeurs viennent de jeter à la poubelle les partis classiques, dits « de gouvernement » qui, de coalitions douteuses en magouilles, gouvernaient ce pays depuis la fin de la dernière guerre. Le rejet des partis classiques a mis en place un candidat écolo coiffant sur le poteau un candidat carrément facho.

Et en France ? Nous, on en est encore à sodomiser les diptères. En piste Hollande et Sarko. Sans l'être officiellement, ils font campagne subrepticement l'un avec le fric de l’État, l'autre avec le fric de son parti. Et le pire, c'est que ces deux comiques troupiers n'ont rien compris au film. Ils veulent nous rejouer le coup, sans vergogne. Sarko et Hollande sont les personnels politiques les plus déconsidérés de France. Il se vautrent aussi bien l'un que l'autre dans les profondeurs des sondages. Ils ont eu le temps de démontrer leur nullité, leur incompétence, leur duplicité, leur constance dans le mensonge, leur mépris des électeurs qui ont eu la naïveté de croire en leurs promesses. Et ils veulent revenir nous faire chier cinq années de plus ! Mais ils sont sourds et aveugles ou quoi ?

Mélenchon quant à lui a verdi son discours, estompé les rugosités de son image et il est surtout le seul a proposer autre chose que le « tina » ultra libéral. Mais peut-il faire figure d'homme neuf ?

Taubira ? Sa sortie pleine de panache du gouvernement laissait supposer une ambition légitime. Le silence dans lequel elle se mure cache-t-il quelque chose ? A voir...

Le rejet des partis classique est tel qu'un type neuf, pas mouillé dans les magouilles électorales de la « classe politique », encore un peu utopiste, croyant en la planète, pourrait se retrouver au second tour face à la fille du Borgne. Et il gagnerait. Ce type, ce pourrait être Nicolas Hulot.


Illustration X - Droits réservés

Les commentaires sont fermés.