Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/07/2016

OTAN : les Charlots en manœuvre !

Blog exempt de fièvre fouteuse !

 

otan russie dessin.jpg

Après les exercices BALTOPS 16 et Saber Strike 16 qui se sont déroulés du 3 au 19 juin, et impliquaient plus de 6 000 militaires de 15 pays membres de l’Otan, ainsi que des soldats suédois et finlandais ; après les exercices Saber Strike, qui ont réuni 13 Etats, et ont eu lieu en Lettonie, en Lituanie et en Estonie du 27 mai jusqu’au 22 juin, les États-Unis, à travers leur machine de guerre Otan, continuent leurs provocs aux frontières de la Russie. En Géorgie cette fois. Bof. Pas de quoi intimider l’ours russe !

 

Ce vendredi se retrouvent à Varsovie tous les pontes de cette alliance belliqueuse. La présence d’un prix Nobel de la paix, Barrack « Blackbush » Obama, donne à cette réunion des plus grands fauteurs de guerre du monde un côté cocasse ! A note que John Kerry, secrétaire d’état étasunien, rejoint cet aréopage après sa tournée en Georgie et en Ukraine où ils est allé porter la bonne parole « otanienne », laissant entendre notamment à la Géorgie la possibilité une prochaine intégration à l’Otan et… à l’Union Européenne. Non mais de quoi je me mêle ? Ce qui donne une surprenante idée de l’indépendance de l’U.E. par rapport aux États-Unis…

 

L’Otan est une machine de guerre n’ayant plus d’autre utilité – puisque le Pacte de Varsovie a été dissous – que de servir exclusivement les intérêts de la finance et des multinationales yankees dans leur volonté d’hégémonie mondiale et de pillage de la planète. L’Otan, bras armé d’un système de domination économique et financière étasunien en pleine déconfiture, conduit le monde à la guerre en soutenant les rodomontades des ex-pays de l’Est, Pologne, pays baltes, Ukraine, et maintenant Géorgie.

 

La France, sous De Gaulle, avait pris avec panache ses distances par rapport à l’Otan. Le Grand Charles ne transigeait pas lorsqu’il s’agissait de l’indépendance de la France. Depuis Sarkozy, suivi par Hollande, la France a réintégré, tel un toutou docile, la niche de l’Otan. Les conséquences négatives de cet alignement l’emportent largement sur les bénéfices escomptés en matière d’influence.

 

Notre retour dans le giron étasunien compromet gravement toute idée de défense européenne. Parce qu’il ne faut pas se leurrer : payant la moitié des dépenses et fournissant les trois-quarts des moyens militaires, les États-Unis imposent leur direction et le service avant tout de leurs intérêts, déterminant par cela la politique extérieure de leurs « alliés », de leurs vassaux plutôt. L’U.E. abdique par là même toute aspiration à jouer pleinement un rôle politique international, se contentant d’être une grosse larve promise à tous les pillages, ouverte à toutes les invasions.

 

Quant à nous, notre présence dans l’Otan présente des risques conséquents. Nous risquons d’être entraînés dans un conflit dont ne voulons pas, et sans que nos intérêts primordiaux ne soient menacés. Nous risquons de cautionner des décisions otaniennes, c’est-à-dire étasuniennes pouvant être considérés comme des provocations contre la Russie. C’est déjà le cas avec les déploiements de forces de l’Otan à proximité immédiate de la Russie, comme c’est le cas dans les Pays Baltes. C’est aussi le cas avec le déploiement de systèmes balistiques antimissiles en Pologne et en Roumanie… Et que dire de l’image de la France, ont l’influence planétaire était basée sur son indépendance ? Elle en a déjà pris un sacré coup.

 

Un gouvernement français digne de ce nom devrait commencer par s’opposer à tout élargissement de l’Otan, notamment à la Géorgie, l’Ukraine, voire bientôt le Monténégro et le Kosovo. Ceci afin de ne pas exacerber les tensions avec la Russie qui, il faut le rappeler, ne menace en aucune manière nos intérêts vitaux. Le fait d’avoir réintégré pleinement l’Otan donne à la France un droit de veto et donc la possibilité d’empêcher ces nouvelles entrées.

 

Mais pour cela, encore faudrait-il en avoir la volonté politique.

 

Enfin, les rodomontades étasuniennes doivent doucement faire rire Poutine, tant les forces en présence sont disproportionnées. En faveur des Russes.

Forces russes : voir http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/manoeuvres-b....

 

Photo X - Droits réservés

 

 

Commentaires

Les Etats Unis n'aiment que la guerre. Qui donc peut il encore parler de rêve américain ?
Il n'y a que ces K...d'inféodés...!
Tous ces occidentaux sont sourds, amnésiques et muets. Ils se préparent gentiment, annexions après annexions, au grand carnage.
Sils se voulaient être belliqueux, souvenons nous que les Russes n'ont jamais perdu une guerre.

Malheureusement, pour beaucoup, la culture s'arrête au bout du champ.

Écrit par : Claude Papillault | 08/07/2016

Les commentaires sont fermés.