Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/10/2016

Au bistro de la toile : voter à la primaire de droite...

chimulus bistro copie.jpg

 

- Alors Victor, toi, homme de gauche, et même de gauche rugueuse, tu vas aller voter aux primaires ?

- Bien sûr. Même, et surtout, à la primaire de droite.

- ...teng ! Tu vas donner du pognon au parti de Wauqueiz et de Sarko. Tu vas même signer ton engagement « à la charte de la droite ».

- Ouais. Exactement Loulle. Et sans vergogne. Sans états d'âme. Je vais investir dans l'avenir. Deux euros ! C'est pas cher donné pour contribuer à sortir Sarko, non ?

- Je sais pas. Moi ça me ferais un peu mal au cul. Et puis, eh ! oh ! Les gens qui tiendront les bureaux de vote, ils te connaissent. Ils savent que le matin, quand tu vas au cagoinces, tu dis « Je vais téléphoner à Sarko ! » Tu crois qu'ils croiront vraiment à la sincérité de ta signature ?

- Ils croiront ce qu'il voudront, j'en ai rien à traire. Moi, ce que je ne veux en aucune manière, c'est avoir à choisir, à la présidentielle, entre Hollande et Sarko. On ne va pas faire le match retour. Ces deux chiapacans ont eu chacun cinq longues années pour faire leurs preuves. Le résultat est catastrophique. La France a été jetée en dehors de la carte du monde ; en Europe, sa voix compte moins que celle de l'Italie ou de la Pologne. Sans parler de l'Allemagne à laquelle ils ont laissé mettre la main sur toutes les institutions décisionnelles de l'U.E. Ces deux guignols ont pratiquement doublé la dette, saccagé l'industrie du pays bradée aux financiers pourris étrangers, laissé son enseignement partir en couilles. Ils ont fait des pipes à tous les banksters, refilé des montagnes de thunes au patronat sans contreparties ni résultats contre le chômage. L'un, Sarko, a foutu une merde noire en Libye, l'autre joue le supplétif des Yankees en Syrie. Et les deux ont laissé se développer des zones de non droit, des « territoires perdus de la république » où les marchands de drogue et les salafistes font leur loi. Pire, ils ont mis le pays au bord de la guerre civile. Alors écoute-moi bien Loulle. Tout, tout, sauf ces deux fifres. Basta ! Khalass ! Raoust ! DEGAGEZ !

- Fatche ! T'as les aliboffis qui gonflent grave Victor ! Et tu crois que ton dérisoire bulletin va changer quelque chose ?

- Je suis devenu sans illusion sur la démocratie représentative à laquelle je préfèrerais le tirage au sort. Mais il faut faire avec ce qu'on a. Fais un peu travailler les boyaux de ta tête, Loulle : c'est une question d'arithmétique élémentaire. A la présidentielle ma voix, ta voix sont une parmi environ 40 millions. Le pouvoir décisionnel d'une voix est donc de un quarante-millionnième ! C'est peau de zob. Tandis qu'à la primaire de droite, ou il y aura au maximum 3 ou 4 millions de votants, chaque voix a un pouvoir décisionnel de un trois-millionième ou un quatre-millionième. C'est pas lerche, mais c'est dix à quinze fois plus qu'à la présidentielle. Donc, on me donne la possibilité de contribuer à virer Sarko, je la prends. Quitte à voter Juppé qui n'est pourtant pas ma tasse de thé (pardon, mon ballon de rouge!). Et j'irai aussi voter à la primaire de gauche, pour virer François en votant le moins pire, Montebourg.

- Ca se défend. Mais ça veux dire que tu ne crois pas à la qualification d'un candidat de gauche à la vraie présidentielle.

- Il faut soit être débile mental, soit avoir la foi du charbonnier pour croire que le candidat officiel du PS et affidés sera capable de se qualifier pour le second tour ! J'ai conscience que la qualification de Juppé annihilera les quelques chances du candidat officiel de la droite déguisée en gôôche. Mais c'est celui qui fera le moins de mal au pays.

A la présidentielle, je voterais Mélenchon et advienne que pourra. A la nôtre Loulle !

 

Illustration : merci au regretté Chimulus.

Écrire un commentaire