Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/11/2016

Vous n'êtes pas au courant (électrique) ? On va trembler cet hiver et on va casquer !

nucléaire edf tout va bien.jpg

Cet hiver, les ceusses d’entre nous qui se chauffent à l’électricité risquent fort de se geler les aliboffis ! Parce que l’électricité risque fort de manquer, du moins en période de pics de froid. Dans notre beau pays de France, plus de 70 % du courant électrique est d’origine nucléaire. Or à l’heure actuelle, 21 réacteurs sur les 58 sont à l’arrêt, soit plus d’un sur trois. Sur ces 21 réacteurs, 15 sont en maintenance technique « planifiée », donc normale, mais 7 ont dû subir des tests sur leurs générateurs de vapeur, potentiellement défectueux. Suite à la détection d’anomalies sur les générateurs de vapeur, l’ASN (autorité de sûreté nucléaire) a imposé à EDF des inspections poussées sur 18 réacteurs présentant des risques sur des équipements sous pression (cuves, générateurs de vapeur et tuyauteries du circuit primaire principal) ainsi que sur des emballages de transport de substances radioactives. Sur ces 18 réacteurs, 6 ont été autorisés à redémarrer, 7 sont en cours d’inspection et 5 devront être inspectés dans les semaines et mois qui viennent. Le PDG d’EDF, J-B Levy, reconnaît qu’il est possible que 12 réacteurs soient à l’arrêt cet hiver. Ce qui impliquera l’achat à l’étranger de la production manquante et fait la preuve de la fragilité de l’approvisionnement électrique en France et de la stupidité du choix du « tout nucléaire ». Notons au passage que chaque jour d’arrêt d’un réacteur nucléaire coûte un million d’euros à EDF. Aïe la facture !

On pourra importer de l’électricité polluante allemande produite pour l’essentiel au charbon… À des exorbitants. Mais ce n’est pas tout. Il y a beaucoup plus « savoureux » dans le degré de la konnerie : c’est la loi NOME.

Késaco la loi NOME ? Ça veut dire Nouvelle organisation du marché de l’électricité. Un truc particulièrement tordu. Un modèle d’arnaque à grande échelle. Il se trouve que la France – à travers les centrales EDF, payées et subies dans leur option nucléaire par les Français - produit l’électricité la moins chère d’Europe. Peut-on s’en plaindre ? On se farcit souvent contre notre gré les centrales nucléaires et les terribles dangers qu’elles recèlent, alors autant en tirer quelques bénéfices. Logique non ? Ben non ! Pas pour les tronches d’œufs de la Commissions européenne. Les opérateurs privés qui se sont lancés sur le marché (Poweo, Direct Energie, GDF-Suez) n’arrivent pas à s’aligner sur les tarifs d’EDF, entreprise publique, propriété des Français. Alors qu’est-ce qu’ils font ? Ben, ils en appellent à la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée », parangon de l’Europe ultralibérale que nous devons subir (merci Sarko qui s’est assis sur le « Non » du peuple).


Au nom donc de cette « concurrence libre et non faussée », la Commission européenne – à l’époque présidée par le désormais banksters Goldman-Sachs Barrosso – a fortement « suggéré » à la France de casser le monopole d’EDF. Et la clique des sarkotrafiquants de l’époque, sous la houlette de Premier ministre FILLON, a concocté ce monument de stupidité nommée « Loi NOME ». Cette loi scélérate contraint EDF à vendre le quart de sa production d’électricité d’origine nucléaire à ses concurrents à un tarif assez favorable – 42 euros le mégawattheure - pour qu’ils puissent tailler des croupières à l’entreprise publique ! Incroyable mais vrai !

Au début, les prix de gros de mWh étaient inférieurs à ce prix, donc pas de problèmes, mais ces derniers temps, par suite à la baisse de la production, le prix de l’électricité à sérieusement augmenté, atteignant actuellement autour de 80 euros le mWh, voire 90 euros en période de pointe, soit le double et plus du tarif auquel EDF est obligé de vendre le quart de sa production ! Au fou ! Ainsi, grâce à cette loi innommable, EDF va devoir racheter à 90, 100, 110 euros et plus si affinités de l’électricité qu’elle aura vendu à la concurrence à 42 euros !

Et qui va devoir casquer ce supplément pour engraisser les entreprises privées ? Ben vous, moi, comme toujours le cochon de payant.

Mais pourquoi fallait-il changer un système qui marchait bien – celui d’EDF, entreprise nationale qui NOUS appartient – pour un système bien plus cher et qui ne marche pas ? Ben la concurrence pardi ! La « concurrence libre et non faussée »…

Bon. Moi, ce que j’en dis, eh… Je m’en fous : je chauffe avec un extraordinaire poêle à granulés ! Trois fois moins cher que lorsque je chauffais à l’électricité.

 

Photo X - Droits réservés

Commentaires

Mince, il faut vite accélérer le réchauffement climatique !
Aïoli !

Écrit par : ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ | 24/11/2016

Répondre à ce commentaire

...ou boire du vin chaud !

Écrit par : victor | 24/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire