Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/01/2017

Au Bistro de la Toile : du Trump brut de décoffrage !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh Loulle ! T’en fais une tronche. T’as les hémorroïdes qui te taquinent ?

- Non Victor. Mais je crois que nous sommes espionnés par la NSA !

- Rien que ça !

- Eh ouais, tè, t’as entendu comme moi ce qu’il a dit Trump : il allume Mutti Merkel pour sa décision « catastrophique » d’ouvrir les portes de l’Europe à des millions de « migrants ». On a dit pareil ici. Il dit que l’Union Européenne est un instrument pour l’Allemagne et que les Rosbifs ont eu raison de quitter cette union qui est à refaire. On dit pareil ici. Il estime que l’Otan est « obsolète », qu’il date d’une époque totalement révolue, et qu’il veut éventuellement en sortir et laisser les Européens se démerder avec leur défense. On a dit pareil ici. Il dit qu’il faut se rapprocher de la Russie et non pas en faire un ennemi. On dit pareil ici. Il dit que l’invasion de l’Irak a été une énorme konnerie. On dit pareil ici. Etc. Je te le dis Victor : les grandes oreilles indiscrètes de la NSA espionnent mon rade !

- Eh ouais Loulle, t’as raison : ce Trump risque de se révéler beaucoup moins débile que les médias « main stream » voudraient nous faire croire. Les idées qu’il étale, et que tu viens de rappeler, sont marquées du sceau de la sagesse. Et puis, un type qui est pourri à la fois pas Bernard Guetta et pas Alain Minc ne peut pas être totalement mauvais !

En allumant Tati Merkel, il lui rappelle la vassalité de son pays, découlant du « Préambule à la loi portant ratification du traité franco-allemand voté par le Bundestag » du mois de juin 1963.

- Précise.

- Ce « préambule interprétatif » réintroduisit unilatéralement, sans l’accord de la France, tous les éléments que De Gaulle avait justement délibérément exclus du traité dit « de l’Elysée » scellant la réconciliation franco-allemande, signé le 22 janvier 1963 par De Gaulle et Adenauer, dans l’objectif de desserrer les liens entre l’Allemagne et les États-Unis afin de soustraire l’Europe à l’hégémonie américaine. Ce préambule destructeur subordonne la construction européenne à l’intégration militaire dans l’Alliance Atlantique (Otan), impose l’entrée de la Grande-Bretagne chargée de contrôler cette construction européenne dans le sens voulu par Washington, et à la détruire au besoin, implique des accords commerciaux genre Gatt puis devant finaliser la vassalisation totale de l’Europe aux multinationales yankees par le TAFTA.

- Mais tu dis que Trump veut justement annuler le TAFTA.

- Ce qui est une excellente chose et prouve que Trump veut sortir de la ligne impérialiste des États-Unis pour se consacrer non pas à « l’Amérique » mais aux Américains. Si ça pouvait être vrai… Il rappelle à Merkel la vassalité de son pays, mais lui dit aussi de ne plus compter sur le parapluie de défense étasunien, tout en menaçant de taxer de 35 % les grosses bagnoles « made in Germany ». « Tu t’écrases ou tu morfles ! » Il lui dit aussi, concernant l’Otan, « Tu casques ou on se casse ! ». Et il ne met pas de gants pour critiquer vertement la prétendue générosité de l’Allemagne et qui met en danger l’existence même de l’U.E. Il estime que l’afflux de réfugiés a été « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase » pour l’Union européenne. Il se félicite du Brexit et insiste : « Je pense que d’autres sortiront. Je crois que maintenir l’union ne sera pas aussi facile que nombre de gens le pensent. Et j’estime que si des réfugiés continuent d’affluer vers différentes parties d’Europe, il sera difficile de maintenir l’union car les gens en seront mécontents ». Et il estime que les conséquences de cette politique d’accueil se sont fait récemment « clairement sentir » - une allusion à l’attentat au camion bélier contre un marché de Noël à Berlin le 19 décembre (12 morts), revendiqué par l’organisation jihadiste État islamique.

Et puis enfin, sa volonté de renouer avec la Russie, de supprimer ces sanctions aussi ridicules que contre-productives sont une ouverture formidable. Qui veut mourir pour la Crimée ou le régime neo nazi de l'Ukraine ?

- Effectivement, peut-être qu’on se trompe sur Trump.

- En tout cas, sa manière de parler sans langue de bois est une bouffée d’air frais. Et si nos dirigeants sont à la hauteur – ce qu’ils tardent à prouver – il y a là une occasion formidable pour l’Europe de se libérer du carcan Atlantique et de se refonder autour d’un noyau réduit et de valeurs de solidarité différentes de cette « concurrence libre et non faussée » qui fait que les populations non seulement s’en détournent mais la rejettent.

- Ouais… Veren ben ! Zoù, à la nôtre !

 

Illustration: merci au regretté Chimulus

 

Les commentaires sont fermés.