Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2017

Les salauds vont en enfer...

pendu idiot.jpg

Lorsque la maison brûle comme disait Chichi, comment appelle-t-on des pompiers qui refusent d’unir leurs efforts parce que l’un a les cuves pleines d’eau douce et l’autre d’eau salée ? Des KONS ! De sinistres kons et en plus de fieffés salauds.

La maison qui brûle, c’est la France qui risque, au pire de tomber dans l’escarcelle nauséabonde de la fille du borgne ou, au un peu moins pire, sous la chape de plomb de l’ultralibéralisme ravageur.

Et les deux salauds, ce sont Mélenchon et Hamon qui refusent, pour des questions d’ego de cour de récré et de chipotages programmatiques secondaires, une occasion historique de donner enfin à la Gauche vraie l’occasion de conquérir le pouvoir et de faire ses preuves.

Désunis, c’est laisser aux électeurs le choix entre Le Pen-Fillon ou Le Pen-Macron.

Unis, c’est la seconde place quasiment assurée au premier tour et raisonnablement la victoire au second. Une occasion qui ne se représentera plus. Un tel alignement des planètes ne se présentera pas de sitôt : un FN fort mais loin d'être triomphant, avec un programme catastrophique que personne n'attaque, une droite désarçonnée par les affaires d'un candidat nul et menteur, un centre qui pompe les voix de droite. Pour gagner, il faut être autour de 25 %, comme Macron-Beyrou, comme Le Pen. Ce qui est le cas en unissant les efforts des deux candidats de gauche. Tout le reste n'est que pisse de chat.

Lorsqu’on entame un combat, camarades, c’est pour le gagner, pas pour figurer. 15 % ? Çà ne sert à rien. La Présidentielle est impitoyable. Il n’y a pas de podium, pas de places d’honneur. Il n’y a que deux sélectionnés au premier tour, et un seul vainqueur au second. Vous n’avez pas compris ça ? Qu’est-ce que vous avez dans la tête ?

Vos responsabilités sont considérables, ci-devant candidats. Laisser passer une telle occasion est non seulement stupide, mais c’est aussi une faute grave, un comportement criminel qui, en d’autres temps révolutionnaires vous vaudrait de contempler le Peuple la tête au bout d’une pique !

Mais, hélas, la konnerie humaine étant la seule approche qu’on puisse avoir de l’infini, aucun des deux ne se désistera pour l’autre.

Hamon, il a la dégaine d’un surveillant général de sous-préfecture et le charisme d’un croûton de pain rassis. Fort de sa légitimité d’entrée de gamme sortie d’une primaire rachitique, il se pense le plus à même de représenter la gauche. Pour la faire gagner ? Non. Son ambition, c’est d’être le secrétaire général d’un PS Titanic dont les rats vont vite aller à la gamelle chez Macron.

Mélenchon, dont les chevilles enflent plus que son holo, il ne se désistera jamais pour le représentant d’un parti dont il veut avant tout la mort.

Et les deux finiront troisième et quatrième. Ils pourront alors se pavaner comme des coqs, les pieds dans la merde sur les décombres d’une gauche au tapis pour longtemps.

On est donc bloqué. Les deux vont patauger autour de 12 à 13 % chacun. Sans aucune chance d’être au second tour, entraînant ainsi la France de gauche, qui existe encore, dans la désespérance de longues années sous la gouvernante de la droite la plus bornée, voire sous le joug du parti fasciste.

Dès lors, voter pour l’un ou pour l’autre ne sert strictement à rien puisque aucun des deux n’a la moindre chance d’arriver en finale.

Après la défaite, chacun – fort d’avoir défendu sa virginité doctrinale - rentrera dans son gourbi, rejetant la responsabilité de l’échec sur l’autre, en pleurant pour la galerie des larmes de crocodiles sur les malheurs de la France « qui n’aura pas su les mériter ».

Beau résultat messieurs. Et vous oserez encore vous regarder dans une glace ?

S’ils avaient un peu de sens de l’État, aucun ne voulant baisser casaque, ils devraient se désister – très vite car dans quelques jours il sera trop tard – pour une personnalité extérieure, humaniste, pouvant sinon faire rêver, du moins porter avec panache le drapeau de la gauche.

Seulement il n’y a pas foule. Pas facile de trouver quelqu’une ou quelqu’un ayant les fesses propres pour grimper au mat… C’est un vide effrayant.

Taubira ? Possible, ça aurait de la gueule, dans tous les sens du terme.

Mais au point où on en est, pourquoi pas, après tout, ce sympathique Alexandre Jardin, sorti de la société civile ?

Non ? Ça ne vous branche pas ? Si vous trouvez mieux, faites-le vite savoir !

Sinon, on devra voter pour Macron… Et on le fera « por que no pasan ! ». La honte.

Les salauds iront en enfer, si bien pavé de bonnes intentions.

Bon. J’ai les aliboffis qui gonflent trop. Je vais marcher sous la pluie, ça me calmera la rabia…



Illustration X - Droits réservés

Commentaires

Bonjour,
c'est possible que ma première vidéo CXIR_001 du 17/02/2017 avec thème "Chômage, NAIRU, Inflation, Salaires" expliquant le problématique de la politique monétaire autour du NAIRU qui veut que le chômage est maintenu à au moins 9% pour combattre l'inflation.
Yours John

Écrit par : John MITCHELL | 28/02/2017

BONSOIR AMI et IMMENSE POTE VICTOR.

En 5 mn, j'ai fait un SONNET sur ce sujet.
Cependant il faut que je peaufine pour le rendre plus éclatant de la vérité.

Voici déjà le TITRE " LES INFAMES SALAUDS ( Cinq-Sept...)

En attendant voici un petit quatrain ( ébauche)

QUATRAIN

4 Alexandrins de 12 Pieds
2 Rimes Féministes
2 Rimes Masculines
etc...

LES HONNêTES BRAVES GENS NE PEUVENT QUI L' EMPORTER SUR DES SALAUDS DEPUIS DES LUSTRES.

Ceux-ci vont étaler, LEURS VILS ESCROQUERIES,
Les braves gens, sont plus nombreux que des SALAUDS,
Plus ; la pluie et le beau temps en CANAILLERIES,
En profitant de la naîveté des Nigauds.

Nicolas Descamino

Écrit par : DESCAMINO | 01/03/2017

Bonjour Victor,

Comment veux-tu qu'il y ait un accord entre ces deux candidats, puisque trop de choses les séparent :

- Mélenchon a un programme dont la base est une nouvelle république avec élection d'une constituante, ce qui n'est pas le cas pour Hamon.
- Mélenchon propose la renégociation des Traités européens et envisage très sérieusement la sortie de l'UE si cela n'est pas possible. Bien sûr, l'européiste Hamon n'envisage nullement cela.
- Hamon est pieds et poings liés au PS, et sous sa candidature il n'arrive même pas à fédérer ce parti (dont beaucoup vont voter Macron, même parmi ceux qui disent soutenir Hamon, pas étonnant pour ce parti de faux derches), alors comment cela pourrait-être possible avec celui qui depuis des années combat la politique néolibérale de ce parti ?

Ton souhait que Hamon et Mélenchon parviennent à s'entendre est louable, mais dans les faits ce n'est tout simplement pas possible.

Écrit par : Patrick | 01/03/2017

Les commentaires sont fermés.