Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/01/2018

J.O. de Paris : une dernière loi scélérate votée en douce pour terminer l'année.

non aux JO.jpg

Qui fait la loi en France ? Ben, les députés du peuple pardi ! Mouais, ça, c'est en principe. Mais concernant les Jeux Olympiques, c'est le Comité international olympique, sorte de secte au fonctionnement plus qu'opaque, nageant dans dans les eaux troubles du fric et de la corruption.

À l’article 33 de la Charte olympique, on trouve ainsi que « les autorités publiques et le Comité national olympique doivent garantir que les Jeux olympiques seront organisés à la satisfaction du CIO et aux conditions exigées par celui-ci ». Le tout puissant CIO impose donc sa loi, et celle de ses partenaires margoulins (d'autres disent avec la bouche pincée « sponsors »). Et tous les députés, de droite comme de gauche - à l'exception notable tout de même des Insoumis - ont voté à main levée, le 21 décembre, un texte qui transcrit dans la loi française les engagements pris par la ville de Paris pour répondre aux exigences du CIO. Ceci l'année qui voit la baisse du budget national des sports et la suppression des emplois aidés, si utiles aux petits clubs…

Cette situation découle d'un chantage que le CIO impose à toutes les villes et pays candidats: « Tu veux les Jeux ? Alors tu te plies à nos volontés ! » La Loi votée le 21 décembre passe sous les fourches caudines de la secte helvétique et adapte le droit français à ses diktats. Qu'est-ce qu'elle dit cette loi d'exception ? Elle suspend la loi ordinaire, le droit commun, en un lieu donné et pour une période déteminée afin de « sécuriser l'évènement olympique », c'est-à-dire assurer les profits des magoulins agréés par le CIO. Ainsi, pendant la période concernée, l’État remet une partie de ses pouvoirs régaliens entre les mains d'une organisation privée extérieur au pays. C'est une loi d'exception scélérate.

Ainsi, elle « prévoit certains aménagements juridiques pour accélérer et/ou simplifier les procédures administratives existantes, notamment relatives : - aux conditions de douanes et de visas pour la Famille olympique et paralympique ; - à l’obtention d’autorisation de travail de long terme ; - au renforcement de la protection de la propriété intellectuelle ; - à la possibilité pour le Gouvernement de statuer par voie d’ordonnance sur les modifications législatives rendues indispensables par l’accueil des Jeux ; - à une utilisation élargie du domaine public pour permettre un accès libre à certains lieux pour les Jeux ». Sans oublier cette horreur économique qu’est l’exonération fiscale, probablement du même genre que celle ayant sévi lors de l’Euro 2016 de football : aucun impôt sur les bénéfices, pas de cotisations sociales, et zéro taxe d’apprentissage. Tout bénef pour les sponsors et les organisateurs, toute la merde pour l’État organisateur…

Et que penser des « volontaires bénévoles » qui pourraient être entre 45 000 et 70 000 et qui ressemblent fort à des emplois masqués…

Et que dire de la possibilité de pavoiser d’emblèmes olympiques, dès le vote de la loi et jusque 2024, les monuments historiques ou sites classés ? En effet, selon les accords, l'affichage du gavage publicitaire pour les magoulins partenaires sera autorisée sur des monuments historiques et des sites classés (Grand Palais, Champ de Mars, etc.) jusqu'à 500 mètres autour des lieux accueillant des épreuves !

En 2012, un rapport du Sénat , en 2012, s'essayait à tirer quelques leçons des Jeux de Londres. On peut notamment y lire, au paragraphe intitulé « Les étranges règles économiques des Jeux olympiques », que « les règles de protection des marques fixées par le CIO apparaissent clairement excessives. À titre d'exemple, dans tout le périmètre olympique (enceintes sportives, centres de presse), on ne pouvait retirer de l'argent ou même payer des consommations qu'avec une carte Visa, sans pouvoir utiliser de Mastercard ou d'American Express ! De même, afin de protéger le Mc Donald's, aucun stand ne pouvait vendre des frites, à l'exception toutefois des Fish&Chips, mais uniquement accompagnées de poisson... (…) Il a été interdit aux athlètes de parler sur les réseaux sociaux ou Internet de produits non commercialisés par un sponsor officiel. (…) Londres a aussi établi une zone d'exclusion de marques autour des principaux sites olympiques, où les publicités pour des marques non partenaires ont été interdites ».

Enfin que dire du slogan « made for sharing » qui a salopé la Tour Eiffel, insultant la France et sa langue qui est pourtant la langue officielle des Jeux Olympiques ?

 

 

https://www.senat.fr/rap/r12-034/r12-0345.html#toc93

https://www.mediapart.fr/journal/france/041214/comment-la...

http://bernard-gensane.over-blog.com/2017/02/made-for-sha...

 

Illustration X - Droits réservés.