Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/04/2018

Ouiquinde érotique printanier

reiser votez printemps.jpg

À Philis

Ah ! ton corps est un jardin impérial.
Toutes les fleurs s'y donnent rendez-vous,
Les roses qu'on rêve et les œillets fous,
C'est Floréal, Germinal, Prairial.


Dans ce jardin d'amour tout embaumé
Et plein du gai tumulte du Printemps
Il est des nids perdus et palpitants
Pour les baisers ces beaux oiseaux de Mai.

Sur tes seins blancs voici les lys éclore,
J'entends tinter des muguets dans ta bouche
Et dans tes yeux où le faste se couche
S'épanouit une lointaine flore.


Et de tes pieds aux doigts de sucre rose
A tes cheveux qui passent l'hyperbole
Se mariant à mainte fleur mi-close
L'on voit grimper la grâce, vigne folle.

 

*********

Emilienne

Toi qui me montres tes deux cuisses,
Souffre que je te montre aussi les miennes
C'est le moins que faire je puisse
Car j'en ai trois,
Vu qu'il m'en pousse une troisième
Sitôt que je te vois,
Beauté que j'aime.

 

Raoul Ponchon

Illustration: merci à l'irremplacé Reiser

 

 

 

Commentaires

BONJOUR AMI et IMMENSE POTE VICTOR.

Si tu a un peu de fric, il faut l'investir en Dollar ou Or.
Car le cheval de troie arrive a grand pas.
Piloté par un petit escroc, qui a déjà la vieille Italienne en faillite totale.

Plus de 2 Malles à remplir.

_________________________________________________________________________

_P: 24 De mon Recueil de FACTURE CLASSIQUE qui porte le titre " éTREINTES " N° 1

D'après un tableau et des photos.

ELLE

La chair frisonne et palpite vivante,
De cette fille adorablement nue
Qui ! dans l'éclat d'une lumière ardente
Goûte gourmande une extase inconnue.


++++

Les seins nacrées appellent la caresse,
Des blonds épis qui l'entourent en Gerbes
Et le Vent calme ondule avec ivresse
Dans ses cheveux qui s'enlacent aux herbes.


++++

La fille est fraîche et douce et potelé
Et dans ses yeux que la nature enivre
Brille l'image du bonheur melé
Et son ardeur sensuelle de vivre.


++++

La joie éclate en cette toile ou passe
Le chaud frisson d'une fête Paîenne
Qui rend l'artiste avec toute la grace
De sa douceur de touche aérienne.

Nicolas Descamino

Écrit par : DESCAMINO | 28/04/2018

Répondre à ce commentaire

FAUTE !

Dans ce dernier quatrain, il faut lire " Que rend l'artiste avec toute la grace"

___________________________________________________________________________


P:25 De mon Recueil de FACTURE CLASSIQUE qui porte le titre " éTREINTES " N ° 1



SES YEUX...

Elle avait des cheveux de pluie.
Des yeux couleur d'algue Marine
Pleins de tendre mélancolie...
Elle passait , nul ne l'ignore
Souple comme une Ballerine.

++++

Dans le vent qui grince et qui gerce
Elle allait ne voulant personne.
Et malgré sa grace perverse.
Elle conservait sous l'averse
La pureté d'un Madone.


++++

Solitaire, indolente et Belle
Que cherchait elle sur la Grève ?
A pas légers d'ou venait t'elle ?
Et quelle espérance mortelle
La menait au bout de son rêve ?

++++



Avec ses yeux d'algue marine
Noyé d'un ciel couleur de suie.
Les bras croisés sur la poitrine.
Elle disparaît sous la pluie.

Nicolas Descamino

Écrit par : DESCAMINO | 29/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire