Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/11/2006

Sarconnerie

medium_m-Charlie_Hebdo.JPG

Le Sénat verbalise Nicolas Sarkozy (article de Libération)

Une mission sénatoriale vante la police de proximité démantelée par le ministre de l'Intérieur.

Qui propose de «réactiver une véritable police de proximité» ? Réponse A : le Parti socialiste dans son programme électoral. Réponse B : les 28 sénateurs de tous bords politiques composant la mission commune d'information sur les quartiers en difficulté dans un rapport rendu public hier. Désormais, il faut cocher les deux réponses dans ce quiz impitoyable pour Nicolas Sarkozy, qui fut, en son temps, le fossoyeur de la police de proximité brièvement mise en oeuvre par le gouvernement Jospin. Neuf mois après son arrivée place Beauvau, Sarkozy s'était livré à un flingage en règle de la «pol' prox», comme on l'appelait dans les commissariats, lors d'un déplacement à Toulouse en février 2003 : «La police n'est pas là pour organiser des tournois sportifs, mais pour arrêter les délinquants, vous n'êtes pas des travailleurs sociaux», avait lancé le ministre de l'Intérieur à l'adresse de trois îlotiers qui évoquaient leurs matchs de foot avec des jeunes.

Trois ans plus tard, le ministre est rattrapé par le constat des sénateurs. «La diminution des moyens consacrés à la médiation sociale, la "reconquête" des quartiers par de nouvelles méthodes d'interventions, ont éloigné la police de la population. Or, il ne peut y avoir de sécurité sans la population. Un rééquilibrage paraît donc indispensable, de même qu'une relance des partenariats avec tous les acteurs de la prévention», indique ce rapport rédigé après huit mois d'enquête et d'auditions (lire ci-dessous). Outre la police de proximité, les sénateurs préconisent l'amélioration de la formation et de l'encadrement des gardiens de la paix, davantage de concertation entre police nationale et polices municipales et le développement d'équipes de prévention spécialisée.

L'analyse de la Haute Assemblée en matière de sécurité est d'autant plus un camouflet pour le ministre de l'Intérieur qu'elle dépasse le traditionnel clivage droite-gauche et s'appuie sur un questionnaire adressé aux communes de plus de 10 000 habitants. «Soixante des 125 maires interrogés ont qualifié de "bon" ou "très bon" le bilan de la police de proximité, 8 seulement le jugeant "négatif", 4 "moyen" et 1 "nul", les autres ne répondant pas à la question», précise le rapport. Les sénateurs constatent que, avec Nicolas Sarkozy, «la priorité a été redonnée à l'action judiciaire» : «D'une logique d'ordre public consistant à stopper les incidents sans pour autant interpeller, on est passé à la recherche de l'interpellation en flagrant délit des auteurs de vols, cambriolages, agressions, dégradations, usage et revente de produits stupéfiants.» Cette réorientation «a donné des résultats», estiment les sénateurs avec la baisse de la délinquance générale (moins 8,8 % depuis 2002) et l'augmentation du taux d'élucidation des affaires. Mais, dans le même temps, les violences contre les personnes «ont sensiblement augmenté» (+ 7,15 % en 2005), constate la mission du Sénat.

Cette double évolution s'est accompagnée d'une détérioration des relations entre habitants et forces de l'ordre, particulièrement sensible entre les jeunes et la police, selon les auteurs : «La multiplication des contrôles d'identité, parfois plusieurs fois par jour, est perçue comme des contrôles au faciès et une humiliation.» Dans ce contexte, les sénateurs s'interrogent : «Ne faudrait-il pas plutôt renforcer les actions de police judiciaire de longue haleine de nature à démanteler les trafics qui nourrissent l'économie parallèle ? Les véritables délinquants ne sont pas forcément ceux qui font l'objet de ces contrôles.»

Jacky DURAND

OGM, J’Mpas.

Ils sont pas touchant ces « pauvres paysans » qui manifestent contre les anti OGM ! Il fallait les voir, dans la lucarne à décerveler, drapés dans leur dignité offusquée de rudes travailleurs penchés sur la glèbe pour en tirer une dure pitance. Presque, il m’auraient fait pleurer. Loin de moi l’idée que ces pauvres gens seraient en fait des hommes d’affaires grassement nourris aux subventions, des chasseurs de primes rompus aux magouilles financières et des tricheurs qui s’efforcent sournoisement, par le fait accompli, d’imposer leurs merdes d’OGM, avec la complicité active de pouvoirs publics et d’élus UMP à la solde des multinationales empoisonneuses.
Le type qui à défouraillé sur les anti OGM, qui a foncé avec sa caisse sur les gens est ressorti de chez les bourres plus vite que José Bové, pourtant plaignant ! C’est vrai que l’un est un membre honorable de la FNSEA, le syndicat des pollueurs non payeurs, et l’autre un empêcheur de saloper en rond…
Eh ! Sego, si tu gagnes — ce que je souhaite — voilà un chantier urgent à ouvrir.

08/11/2006

Ah! Les cons! La connerie à ce niveau, ça devient de l'Art!

Je viens d'entendre Hillary Clinton — pour laquelle j'ai pourtant quelques sympathies — fêter sa réélection en beuglant: "God bless you! God bless America!" Dieu vous bénisse, dieu bénisse l'Amérique...
Quels indécrottables cul-bénis que ces Etazuniens...
Eh! La mère, tu ferais mieux de faire en sorte que ton gode ne te blesse pas, sinon le grand Bill va recommencer à se faire agrémenter le créateur de quelques allez-retour sur la grande bleu!

Po, po, po ! Populiste !

Ortega ! Un de plus en Amérique du Sud ! Bravo les mecs. Voilà un pet de plus dans le nez de Dobelillou Busch ! Bien sûr, on va te traiter, Hombre, de « populiste ». C’est maintenant la manière de mettre plus bas que terre, de rejeter dans la poubelle tous ceux qui ne plaisent pas à « l’élite » médiatico-politique bien pensante. Dans populiste, il y a peuple. Horreur ! Cette masse grouillante, ignorante, trouillarde, qui a eu l’impudence de voter Non au référendum… Folie disait le Jospinus, que d’avoir consulté le corps électoral. Le peuple, c’est pourtant lui qui a fait la Révolution, lui qui était à Valmy quand les « élites » étaient réfugiés à Coblence, lui qui a rejoint De Gaulle à Londres tandis que les « élites » se tapissaient la tripe de sauces chaudes et onctueuses en faisant des pipes à Pétain et aux nazis.
Le « peuple » disent les Strauss-Khan, Sarko, Fabius, Villepin en se bouchant le nez. mais ça pue des pieds. Eh ! les Kiki, il vaut mieux puer des pieds que du cerveau !

07/11/2006

Dans les boyaux de ma tête

Maltus, revient.
L’autre soir, j’ai vu le remarquable documentaire de Yann Artus Bertrand sur les dégâts causés à la planète par la connerie humaine et sa composante économique : la « croissance ». Des images superbes, des commentaires un peu lénifiants pourtant, mais un effet certain sur la prise de conscience de la catastrophe vers laquelle on court.
Déforestation à outrance pour le pognon, saccage des richesses naturelles, laminage des espèces vivantes… Tout y est passé. Sauf l’essentiel : la démographie démente, cause de tous les maux. Savez-vous que pour chaque battement de votre palpitant, trois bébés naissent quelque part dans le monde ! Essayez d’imaginer ce fleuve, cette marée de nouveaux venus braillards sur cette pauvre boule puante qu’on appelle Terre ! Ouais, me direz-vous. Mais pendant ce temps, il y en a un paquet qui passent l’arme à gauche et vont servir de patapon aux asticots. Allez les vers ! C’est vrai. Mais il n’en meurt qu’un lorsqu’il en naît trois ! On est loin du compte… Trois minots par seconde qui réclament tout de suite à bouffer. Soit 180 par minute, 260.000 par jour, 95 millions par an, autant que la France et l’Espagne réunis. Et comme il ne calenche « que » 35 millions d’homo sapiens (homme sage ! ! ? ?) par an, ça nous laisse un confortable « bénef » d’environ 60 millions supplémentaire chaque année — l’équivalent d’une France ! — de bouches à nourrir… Et comme ces bouches viennent principalement dans des pays où on crève déjà de faim, vous voyez le tableau. Et si ces pays sortent de la misère, comme la Chine actuellement et l’Inde, et veulent accéder au « progrès » que représente la manière de vivre occidentale, ça va en faire des bagnoles qui cracheront leurs gaz pourris, des forêts qu’il faudra couper pour leur fournir des salons de jardin en teck et des tonnes de pubes débiles, des poissons qu’il faudra pêcher pour leur procurer du patapon pour leurs chien-chien… Vive la croissance ! « Croissez et multipliez-vous » qu’il a dit l’autre. Ouais. Jusque dans le mur. Et le mur, ce sera un coquetèle agréable de guerres pour l’eau, de catastrophes naturelles, de bonnes et belles épidémies… Tout ça orchestré par de gras et gros dictateurs qui pueront autant du cerveau que des pieds !
Eh ! Yann-Bertrand, pose ton hélico, et dit à tes congénères — ce mammifère omnivore qui ne se différencie des autres animaux que par sa faculté de boire sans soif et d’être en chaleur tout au long de l’année — de se capoter le créateur ou de pratiquer l’autocoïtpalmaire !

Quand les éléphants aboient.
J’écoute avec gourmandise les éléphants poussifs — Strauss-Khan et Fabius, les hommes des privatisations entre autres conneries — aboyer comme des caniches et s’entretenir l’égo d’espoir en un second tour qui leur permettrait, par ce en quoi ils sont experts, les coups tordus, de faire tomber Ségo. Restons sereins, les militants rompus à la vieille école ont été submergés par les nouveaux arrivants. Or, si les premiers peuvent être encore sensibles à la routine socialiste de la magouille, les seconds sont venus justement pour que ça change. Et le changement, que ça plaise ou non, c’est Ségo… Les thuriféraires de Fabius et Strauss-Khan se trompent d’élection. Ils ne vise que la désignation à la candidature du PS, en oubliant que la vrai élection, c’est contre la droite, dans le vrai scrutin, celui de tous les Français ! Comme disait Confucius : « Quand le sage tend le doigts pour montrer la lune, le con regarde le doigts… »

Echos de la calotte et du tchador.
Mouloud Aounit, le cul bénit moslim qui occupe — c’est pittoresque ! — le poste de secrétaire général du MRAP, parlant des banlieues : « Les religieux ont donné aux jeunes de l’espoir et du bonheur par la prière que la République n’était pas capable de leur apporter. » Y a plus qu’à demander à Roubault et à Raoult, les comiques troupiers pro-talibans, de déposer un projet de loi instituant la prière comme fondement de la République. Aux fous !

14/10/2006

Un petit blasphème oeucuménique

Abraham, si tu savais,
Tes principes, tes principes
Abraham, si tu savais
Tes principes où on les mets.

Aucu.., aucu…, aucune hésitations
Fuyons, fuyons, toutes les religions !

Mahomet, si tu savais,
Tes principes, tes principes
Mahomet, si tu savais
Tes principes où on les mets.

Aucu.., aucu…, aucune hésitations
Fuyons, fuyons, toutes les religions

Oh, Jésus, si tu savais,
Tes principes, tes principes
Oh, Jésus, si tu savais
Tes principes où on les mets.

Aucu.., aucu…, aucune hésitations
Fuyons, fuyons, toutes les religions

13/10/2006

Faites des économies avec Roubaud, le maire qu'il vous faut!

Ca y est!!! La rue de la République, à Villeneuve-les-Avignon, artére principale, est à nouveau en travaux et ceci jusqu'à la fin décembre.
En effet, cette rue inaugurée en juin 2003 en grandes pompes et présentée comme une des principales réalisations de la municipalité du pittoresque dépité-maire Roubaud (oui, le taliban uhèmepets), est dejà dans un état lamentable.
Ces reprises, pourrait on penser, sont à la charge de l'entreprise qui a réalisée les travaux. Une garantie doit être prévue.
BEN NON. 40 000 euros à la charge des contribuables villeneuvois. S'agit il du dernier épisode où du premier d'une longue série?....
Les 70 commerçants et artisans qui travaillent dans ce secteur se retrouvent dans une situation difficile. Certains s'inquiétent pour leur survie.
QUEL FIASCO!!! Le Roubaud, il est aussi nul comme maire que débile comme député.

10/10/2006

Voltaire, Rabelais, Sartre, REVENEZ ! Nom de dieu.

Dans une école, des jeunes filles qui mangeaient dans la cour ont été importunées, menacées par des garçons parce que c’est l’époque du ramadan…
On croit rêver, mais on cauchemarde.
Où vivons-nous ? En France…
Vérité de La palisse me direz-vous. Pas sûr. En tout cas pas pour certains qui vivent sur ce territoire appelé France sans savoir, sans accepter que ce n’est pas qu’un mot, une coquille vide, mais une vieille nation qui s’est faite au cours de dizaines de siècles, souvent dans la douleur. Une nation qui a ses acquis et ses droits sociaux, qui a une histoire dont elle peut être fière, une culture qui rayonne, une vision universelle du monde qui en font un pays original, à part dans le monde. Tous ceux qui voyagent le savent.
Comment peut-on prétendre vivre dans ce pays sans respecter et accepter tout cela ?
Au fait, est-ce que l’Ecole a expliqué à ces jeunes gens intolérants ce qu’est la France ? Probablement pas, en tout cas pas assez. Car l’Ecole LAÏQUE subit chaque jour les assauts insidieux ou ostensible des religions (cet opium du peuple, comme disait quelqu’un de célèbre) : contestation du contenu des cours, pressions sur les enseignants pour obtenir des aménagements d’horaires, des heures de piscines séparées garçons et filles, des menus spéciaux à la cantine, des tenues spéciales aux cours de gym, etc.
De reculade en reculade, la laïcité — ce joyaux si fragile — risque de perdre une bataille décisive pour le devenir même de ce qui fait le fondement de la France : l’humanisme.

08/10/2006

Ca y est, les pinardiers tarés ont gagné…

Les tenants de la vinasse industrielle, les thuriféraires du nuisible Etazuniens Parker ont obtenu gain de cause auprès de la commission européenne, experte en conneries en tous genre : ils pourront dorénavant utiliser les copeaux de bois pour faire leurs infâmes pinards. Tout comme les Etazuniens, les Australiens et autres margoulins pour lesquels le vin n’est pas une création noble, expression d’un terroir et du savoir-faire d’un vigneron, mais un simple produit dont ont inflige la consommation aux gogos par des coups « marketing », au profit de financiers qui, eux, ont les moyens de se payer des grands crus.
Attendez-vous donc à devoir picoler d’atroces bibines qui ne seront plus que des infusions de parquet mis en vente par des pinardiers qui veulent péter plus haut que leur crû.
Tè, je vais boire (du bon !) pour oublier…

Sans vaseline… Aïe !

Eh ! Vous vous rappelez ? Chichi avait promis — pour la défense du consommateur qu’il disait — de mettre en place des « class actions », c’est-à-dire des procédures de groupe permettant, comme aux Uhessa, aux consommateurs grugés par des entreprises ou mis en danger par des produits de mener des actions judiciaires collectives et de demander réparation du préjudice subi.
En voilà une idée qu’elle est bonne, qu’on s’est dit ! Qu’est-ce qui lui arrive au Chichi ? Voilà qu’il penserait aux Français d’en bas maintenant ? Allons, allons… Faut pas rêver : il a confié cette tâche à l’inénarrable Breton, le ministre dont la nullité ne le dispute qu’à la prétention. Et qu’est-ce qu’il a concocté le magouilleur en chef de Bercy ? Un projet de loi scélérate directement dictée par le Medef : - en préambule, le projet exclu du domaine de la loi plusieurs dizaines d’infractions au droit de la consommation qui ne seront plus des délits pénaux, et en particulier les délits de mise en marché d’OGM, les fausses déclarations, etc. Qu’est-ce qu’on dit, le Medef ? Merci monsieur Breton !
Pour continuer, la procédure ne pourra pas être déclenchée pour des litiges supérieurs à 2000 €, - ils ne concerneront pas les dommages à l’environnement, - ils ne concerneront pas les dommages corporels (produits polluants, machines dangereuses, etc.). Et, cerise sur le gâteau, les consommateurs n’auront pas la possibilité de se regrouper librement, ils devront obligatoirement passer par une association de consommateurs agrée. Enfin, si la demande est acceptée, chaque consommateur devra, individuellement, tenter de demander réparation…
Qu’est-ce qu’on dit, le Medef ? Merci monsieur Breton !

06/10/2006

Atatürk, au secours !

Saviez-vous que D’Artagnan, Portos et leurs potes s’étaient convertis à l’Islam ? Saviez-vous que Cosette sortait voilée ? Et ainsi de suite pour les principaux héros de la littérature mondiale…
Eh ! Oh ! Victor, t’as les boyaux de la tête qui se tartrent ou quoi ? allez-vous me dire.
Et pourtant, c’est ce que les nouveaux manuels scolaires préconisés par le gouvernement islamiste « modéré » en Turquie vont apprendre à des millions d’élèves. Ceci sur ordre du gouvernement de ce charmant pays qui serait — s’il intégrait l’Europe dans quelques années — le plus peuplé donc celui qui dicterait sa loi aux autres Européens…

12/09/2006

Froid dans le macdo

Leyla avait 10 ans et vendait des Selpak, les Kleenex turcs, dans le quartier de Beylikdüzü. Tentant sa chance autour du Mac Donald's, célèbre pour les épidémies de mains grasses qu'il provoque, la petite Leyla n'a pas été accueillie avec le sourire.
Le manager du fast-food et l'un de ses employés se saisissent de l'enfant et l'enferment dans la chambre froide destinée à la viande. Elle y restera deux heures. Six ans plus tard, Leyla s'est mal remise de cette agression. Et surtout les Mac-criminels n'ont toujours pas été jugés. Fast-food et slow-justice... Leur procès en appel a lieu ces jours-ci.

11/09/2006

Les Etats-Unis écrasent Bin Laden

medium_benladen_au_cul.JPG

God blesse America

medium_twintower_jacobazzi.jpg

un tableau de Giaccobazzi

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Sitting Bull le guerrier, et toi Geronimo,
Et les millions d’Indiens chassés comme animaux,
Massacrés par le plomb, par la croix, par la gnole,
Par les loques données chargées de variole.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil de la nation des voleurs de vos terres …

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Esclaves noirs trimant dans les champs de coton,
Achetés, exploités et payés au bâton,
Humiliés, niés, traités pire que bêtes
Par des culs bénis blancs crispés sur leur gâchette.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil de tous ces Wasps qui ont forgés vos fers…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Salvador Allende, du fond de ton tombeau,
Et vous, Chiliens, assassinés par les Rambo
Lâchés sur vos richesses comme des chiens féroces
Pour que vos exploiteurs puissent rouler carrosse.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil des spadassins de Henri Kissinger…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Paysans communistes nés en Indonésie.
Vous étiez un million accusés d’hérésie,
Massacrés pour avoir soutenus Sokarno
Alors que les yankees préféraient Suharto.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
Orgueil du dollar roi qui nourrit les gangsters…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Héroïques soldats paysans du Viet-Nam.
Vous avez écrasé l’armée de l’Oncle Sam,
Vous avez triomphé de cette soldatesque
De violeurs, de tueurs et de pasteurs grotesques.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
Vains remparts de la vanité anglo-saxonne…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Enfants crevants de faim des faubourgs irakiens,
Disputant la pitance aux vautours et aux chiens,
Depuis que la « croisade » menée par l’Oncle Sam
Massacre les civils pire qu’au temps de Saddam.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
Qui vous envoie missiles et bombes félonnes…

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Paysans, ouvriers, écoliers yougoslaves,
Que les bombes yankees écrasaient dans les caves,
La défense du “ Droit ” fut un bon alibi :
L’ordre americana règne sur la Serbie.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
Qui ne supporte pas de pensées autochtones.

Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Civils vitrifiés par la Bombe yankee
Rayant Hiroshima comme Nagasaki
Non pas, comme il fut dit, pour terminer la guerre
Mais pour tester sur vous les horreurs nucléaires.
Pourquoi donc riez-vous ?
Et applaudissez-vous ?
Lorsque les feux du ciel par des mains fanatiques
En un bouquet de mort tombent sur l’Amérique.

Relève-toi ! Debout peuple des Zuhessa !
Libère-toi des fers, des chaînes de forçats
Dans lesquels te maintient l’ultra capitalisme
Par sa télé débile et son consumérisme.
Renverse le pouvoir aveugle du dollar
Et celui des banquiers et boursiers vicelards.
Rafale les “ chairmen ” des multinationales
Qui ravagent le monde par leurs actions bestiales.
Demande-toi enfin, réflexion citoyenne,
Pourquoi donc ton pays suscite tant de haine !
Redevient cet ami qui nous a fait rêvé,
Qui a laissé sa vie pour venir nous sauver.
Tu viens du monde entier, partout tu as des frères.
Valent-ils moins que toi ? Arrache tes œillères
Afin que la statue prénommée Liberté
Ne tourne plus le dos à la Fraternité.

Jean-Victor Joubert.

27/06/2006

Crise viticole? Pas pour tous...

Triche. Un négociant en vins? Non, un trafiquant envieux

A Bize-Minervois, dans l'Aude, la société Rieux, la plus grosse maison de négoce du Midi, faisait des miracles. Alors qu'elle n'ache-tait que du vin de table aux coo-pératives et aux vignerons indé-pendants du coin, elle parvenait à vendre aux détaillants du vin de pays et des AOC du Langue-doc- Roussillon, des bordeaux, des côtes-de-provence... Les agents de la répression des fraudes ont découvert le pot aux roses de la métamorphose après avoir minu-tieusement épluché les comptes et calculé les quantités de vin qui entraient et sortaient des chais.
Comme par hasard, avant l'ar-rivée des contrôleurs, un incen-die avait détruit des documents comptables et des ordinateurs. Chez Rieux, on créait aussi du rosé par décoloration du rouge, ou en additionnant du blanc au rouge. L'ensemble de la triche porterait sur 300.000 hl écoulés en six mois en 2005. Il y a trois ans, le patron, Jean Rieux, avait été condamné pour « fraude sur la qualité des vins» à douze mois de prison avec sursis et à une amende de 15.000 €. Son avocat avait plaidé le « désespoir » engen-dré par la crise viticole.
Lu dans Marianne n°479

22/06/2006

INCROYABLE.... INIMAGINABLE.... MAIS VRAI !

(D'après l'AFP du 11. 06. 2006)
Une campagne a été lancée au Cameroun par une association de filles mères et l'agence allemande de coopération GTZ contre une pratique traditionnelle barbare visant à stopper le développement jugé trop précoce de la poitrine des filles.
Cette pratique qui a cours dans le quart de la population consiste à "repasser" les seins des filles à l'aide d'objets chauffés dans l'intention de les faire disparaître.
Telle jeune fille témoigne que sa mère lui a fait subir un massage très douloureux de la poitrine à l'aide d'un pilon chauffé au feu. Telle autre a témoigné que sa mère utilisait une pierre plongée dans l'eau bouillante pour lui écraser pratiquement les seins afin que sa poitrine soit plate et n'attire pas les hommes.
Le "repassage des seins" touche les 10 provinces du pays. Ses résultats sont contrastés: poitrines restées plates ou au contraire surdéveloppées. En plus du traumatisme provoqué chez la jeune fille, cette pratique crée d'autres problèmes tels que des cas d'infection, des kystes et même des cancers.
Certaines ne parviendront pas à allaiter un enfant tandis que d'autres verront leurs seins produire du lait en dehors de toute grossesse.
Que cela se passe à l'aube du 21ème siècle, (et bien d'autres choses encore comme la lapidation à mort pour adultère dans certains pays musulmans), alors que l'Homme en est à explorer les confins du ciel, a de quoi laisser songeur.

Ceci — lu sur l'excellent blog des athées du 66 — est une illustration de la phrase cyniquement désabusée qui figure en exergue de mon blog: "Le connerie humaine est la seule approche que l'on puisse avoir de l'infini..."

20/06/2006

Halte aux députés UMP talibans!

Décidément ils sont indécrottables ! Après le taliban Roubaud que nous ne connaissons que trop et qui voulait faire passer une loi interdisant le blasphème, après le taliban Raoult, celui qui préfère le tchador aux minijupes, voilà qu’arrive le taliban François Grodidier. Celui-ci veut « modifier la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’état et permettre aux collectivités locales de construire des lieux de cultes pour répondre aux besoins de leur population. » Il veut aussi « intégrer le culte musulman dans le droit concordataire d’Alsace et Moselle. »
Raz le bol — et je suis poli — de ces munichois qui se couchent devant l’ennemi fasciste islamiste. Comme si les collectivités locales avaient pour vocation de financer églises, mosquées et autres temples de l’obscurantisme ! Il vaut mieux construire des écoles, non ?
Raz le bol de ces cul bénis de tous bords qui veulent détruire la laïcité. Le taliban Grosdidier veut que nous fiancions, avec nos impôts, les divers cultes, comme cela se fait — au mépris de toute égalité et en bafouant honteusement la laÏcité — en Alsace et en Moselle.
Ces trois talibans ont en communs d’être des députés UMP ! Ils doivent avoir de la peau morte sur la langue à force de lécher le cul des fasciste islamistes.
Vivement qu’on les renvoie à leur place : la poubelle de l’histoire.

16/06/2006

Le taliban Raoult récidive !

On se souvient que ce comique troupier dépité Hue-aime-pets et maire d’une ville de banlieue de la région parisienne (je ne sais plus où exactement) à soutenu le projet de loi Roubaud tendant à réintroduire le délit de blasphème. Cette fois, il s’élève contre « les tenues indécentes de certaines lycéennes ». Autrement dit il veut interdire les djins serrés taille basse avec l’embourigue qui scintille comme un soleil, il veut interdire les petites jupettes légères et multicolores qui sont les fleurs de nos rues, il veut interdire les bustiers ajustés où tressautent d’adorables pigeons de tendre chair…
Je suppose que, pour plaire à ses amis fanatiques islamistes, il va bientôt imposer le foulard puis le tchador noir, avec le grillage devant le visage des pauvres femmes emprisonnées au quotidien.
On peut s’attendre à ce que son complice le dépité Roubaud surenchérisse, par exemple en imposant des présences séparés, à des horaires différents à la piscine municipale de la cité dont il est maire, Villeneuve-lès-Avignon !
Ces deux là, à l’époque de la montée du nazisme, auraient été de fervents munichois, se couchant honteusement devant le fascisme nazi. Actuellement, ils se couchent lâchement devant la montée du fascisme islamiste.

medium_miss_ben_laden.jpg

C'est peut-être ce genre de beauté que voudrait voir Raoult ?

14/06/2006

Sauvons les baleines

medium_sauvez_baleinesd.jpeg

Les Japonais aiment les baleines. D’un amour dévorant. Le problème c’est qu’ils les aiment plus en sushi qu’en majestueuses reines des océans. Ils sont bien emmerdés à cause de cette saleté de moratoire signé en 1986 et contrôlé par une Commission Baleinière Internationale (C.I.B.)interdisant de harponner les cétacés. Sauf à des fins scientifiques… Ils font donc, depuis, des études très poussées sur le sujet, ce qui implique d’en occire une bonne centaine par an. Eh ! pour le science, faut ce qu’il faut. Puis, pour ne pas gaspiller cette bonne viande « scientifique », ils la bouffent dans les restos huppés de Nipponie.
Ouais. Pourquoi pas. Seulement dans deux jours, le 16 juin, il y a réunion de cette C.I.B. composées de 66 états dont certains n’ont jamais vu la mer. Et les Japonais sont en passe d’en prendre le contrôle ! Pour ça, ils ont craché généreusement au bassinet : en dix ans, ils ont distribué 10 millions de dollars d’aide à un bon nombre de ces pays, tels la Zambie, le Belize, le Togo, la Guinée, le Mali, et la plupart des états confettis du Pacifique et des Caraïbes. Et, comme par hasard, ces états sont devenus très favorables à l’abandon du moratoire et à la reprise de la chasse à la baleine…
Eh ! les défenseurs des bestiaux à cornes, en voilà un vrai beau combat à mener ! Qui vaut bien celui des toros dans les arènes. Non ?

10/06/2006

Publicité pour les enfants : « Pédophilie mentale »…

…C’est ainsi que Daniel Mermet — l’honneur du service public radiophonique — qualifie la publicité destiné à décerveler les enfants. L’objectif de la formidable machine de guerre publicitaire : rendre les enfants accros aux marques, obèses, futurs alcooliques, drogués du tabac, futurs asociaux…
Des heures durant, les gosses sont abandonnés dans les pattes sales des publicitaires qui dominent la télé par des parents surmenés qui perdent leur vie à la gagner. Regardez-les se gaver de saloperies sucrées et grasses en ingurgitant dans leur tête tendre des américonneries ou des japoniaiseries à pleins tombereaux. Regardez-les ensuite bassiner leurs parents au supermarché pour leur IMPOSER des achats inutiles que leur ont IMPOSES les pubs IMPOSES par les publicitaires à la solde des marchands de merde…
Vous voulez en savoir plus ? Courrez acheter le remarquable bouquin de Nathalie Sapena : « L’enfant Jackpot », chez Flammarion.