Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/01/2014

Complices évadés fiscaux, on a gagné ! CHAMPAGNE !!!

fraude fiscale cochons.jpg

 

 

L’optimisation (évasion !) fiscale, vous connaissez ? Ça permet aux pleins de thunes ainsi qu’aux multinationales et autres grosses entreprises qui ont les moyens de se payer des bataillons de conseillers fiscaux de ne pas payer d’impôts en France, ou si peu. Et tout ça légalement. Ouais, mais ce n’est pas pour vous, salauds de pauvres !

 

Un député PS, Pierre-Alain Muet, malgré l’hostilité de Bercy et du premier ministre, a réussi lors du débat sur la Loi des Finances 2014, à faire passer un amendement qui pourrait permettre enfin de  poursuivre et faire payer les tricheurs. Les multinationales échappent en effet à l’impôt en particulier parce que l'administration n'a le droit d'enquêter sur leurs montages fiscaux que si le montage a uniquement pour but d'éviter l'impôt... Les multinationales trouvent toujours d'autres raisons (compétitivité, restructuration de l’outil de travail et patin coufin) pour justifier ces montages Et c’est suffisant pour écarter l’abus de droit. Google, Amazon et Apple paient ainsi 22 fois moins d'impôts qu'ils ne devraient et Total n'a pas versé un centime malgré 10 milliards de bénéfices! Ces magouilles représentent des dizaines de milliards d'euros chaque année! Autant que notre déficit! Le député Muet, dont la parole est d’or, a trouvé une solution de bon sens: remplacer "uniquement" par "principalement". Ce changement d’un seul mot pourrait rapporter des milliards. Malgré les pressions à hautes doses de tous les patrons-voyoux et autres banksters, l’Assemblée nationale – divine surprise ! – a inclus cet amendement de bon sens dans la loi.

 

Ouf ! En voilà une victoire qu’elle est belle ! Tè, fume !

 

Le Conseil constitutionnel vient de se prononcer sur la conformité de la loi de finances pour 2014. Et les « sages » ont mis la machine à sabrer en route. Principale victime de ce « machin » tenue par la droite la plus réac : le fameux amendement Muet… Le Conseil constitutionnel annule les mesures relatives à la lutte contre l'optimisation fiscale abusive. Ces dispositions devaient permettre à l'administration fiscale de sanctionner plus facilement les abus en la matière grâce à :
- une définition plus souple de l'abus de droit fiscal, l'administration fiscale devant démontrer le but principalement fiscal d'un schéma d'optimisation fiscale pour procéder à un redressement au lieu d'un but exclusivement fiscal ;

- une déclaration préalable des schémas d'optimisation fiscale par les conseils les élaborant et les commercialisant et les entreprises les élaborant et les mettant en œuvre, sous peine d'amende.

Ces dispositions n'entreront donc pas en vigueur.

 

Puteng mais c’est quoi ce « machin », ce conseil constitutionnel

 ? C’est qui ces personnages qui sabrent systématiquement tout ce qui peut aller vers plus de justice ? En voilà la liste :

2013-2016 du 14 mars 2013 au 5 mars 2016

Président : Jean-Louis Debré,

Membres nommés par le président de la République :

Jean-Louis Debré, nommé par Jacques Chirac en 2007,

Michel Charasse, nommé par Nicolas Sarkozy en 2010,

Nicole Maestracci, nommée par François Hollande en 201317,

Membres nommés par le président du Sénat :

Renaud Denoix de Saint Marc, nommé par Christian Poncelet en 2007,

Hubert Haenel, nommé par Gérard Larcher en 2010,

Nicole Belloubet, nommée par Jean-Pierre Bel en 201318,

Membres nommés par le président de l'Assemblée nationale :

Guy Canivet, nommé par Jean-Louis Debré en 2007,

Jacques Barrot, nommé par Bernard Accoyer en 2010,

Claire Bazy-Malaurie, nommée par Claude Bartolone en 201319.

Membres de droit :

Valéry Giscard d'Estaing,

Jacques Chirac (ne siège plus à partir de mars 2011),

Nicolas Sarkozy (refuse de siéger à partir de juillet 2013)

 

Voilà à qui les magouilleurs fiscaux peuvent dire merci !


Tridi 13 nivôse 222


Illustration X - Droits réservés

 

30/12/2013

DESASTRE : La Police de la Pensée et de la Vertu arrive !

police pensée par Chard.jpg

 

 

Valls, Poutine, même combat ? On s’offusque, à juste titre, contre les pratiques totalitaires de Poutine à l’égard des Poussy Riot, mais on laisserait Manuel Valls, ci-devant ministre de l’intérieur devenir le chef, le guide d’une police de la Pensée et de la Vertu ? Mais dans quel pays vit-on ? Valls, ministre d’un gouvernement de gauche ? Je croyais – naïvement ? – que la gauche était LE défenseur naturel, des libertés. Je croyais que la gauche devait toujours et partout s’élever contre toute atteinte à ces Libertés pour lesquelles nos glorieux anciens ont donné leur vie. Dois-je déchanter ?

 

Tout ça à partir de simagrées ridicules de quelque « amuseur » public auquel on fait une bien trop belle publicité. Non mais qu’est-ce que c’est que ce pays où l’on interdit les spectacles ? Qu’est-ce que c’est que ce ministre qui détermine qui est humoriste ou non ? Qu’est-ce que ce procès d’intention qui voudrait interdire des réunions publiques en présupposant qu’il pourrait s’y produire des délits et que leur tenue pourrait troubler l’ordre public ?

 

Mais c’est la liberté d’expression que l’on veut assassiner ! Quelles que soient les konneries qu’éructe le citoyen Dieudonné Mbala Mbala, vouloir interdire l’expression, même dévoyée de ce type, est dévastateur contre les valeurs essentielles de la République. Ceci est d’autant plus inacceptable que la Justice a les moyens de lutter contre ce personnage. Il suffit que des magistrats assistent à ses « spectacles »-meeting et relèvent tout ce qui tombe sous le coup de la loi.

 

Cet enfumage a lieu au moment où les nuisibles de Bercy mettent en place une machine de guerre pour ASSASSINER fiscalement MEDIAPART, le journal en ligne qui est devenu en quelques années le journal de référence. Comment ? Eh bien, la haute administration de Bercy vient de décider d’appliquer à Mediapart un taux de TVA exorbitant, aussi arbitraire que discriminatoire : 19,6 % soit neuf fois celui de 2,1 % appliqué à la presse... Mais qu’est-ce donc que Mediapart sinon de la presse ? Elle y ajoute, en guise de coup de grâce, des pénalités de 40 %, sans compter des intérêts de 4,8 % par an. Un calcul simple montre que Mediapart ne résistera pas à ce bombardement fiscal. Lien http://blogs.mediapart.fr/blog/edwy-plenel/271213/qui-veut-tuer-mediapart

 

Qui veut la peau de Médiapart ?

 

Ce journal en ligne – le seul qui soit viable et indépendant grâce à la participation de ses abonnés-partenaires, dont je suis fier d'être depuis les premières heures – a révélé toutes les grosses affaires de ces dernières années. L’affaire Bettencourt- Sarkozy, l’affaire Woerth-Compiègne, l’affaire Karachi, l’affaire Tapie, l’affaire Cahuzac. Ça fait déjà beaucoup d’ennemis…

 

Et puis n’oublions pas les patrons du presse-purée, tenue par les marchands d’armes et de béton. Contrairement aux lois sortis de la Résistance, les banquiers, les marchands d’armes, les marchands de béton et autres industriels ont mis leurs griffes sur la presse. Libération, journal des bobos de gôôche (on est loin du Libé des débuts !) convaincu des « bienfaits » de l’ultra libéralisme, a été renfloué par Rothschild et appartient à Bergé. Le Nouvel’Obs et son groupe ( Le Nouvel Observateur, Sciences et Avenir, Challenges, Rue89)  appartient au fabriquant de baignoires, de spas, de sanibroyeurs Claude Perdriel. Le Point appartient à François Pinault, industriel sulfureux engraissé sur les dépouilles d’entreprises en difficulté avec la complicité des plus hautes instances politiques. Le Monde, qui fut LE journal de référence est devenu un torchon ultralibéral depuis qu’il est la propriété des hommes d’affaires Pierre Bergé (confection de luxe, haute couture), Mathieu Pigasse (Banque Lazard) et Xavier Niel (Free, après avoir fait fortune avec le minitel rose, les peep-show et les sex-shop). L’Express appartient au plus important groupe de presse-purée belge (Roularta Media Group) qui l’a racheté à Dassault. Le même Dassault (fabriquant d’avions de combat – Rafale, Mirage, etc. – d’avions civils – Falcon – et de systèmes électroniques) est propriétaire du Figaro. Il est question qu’il rachète Le Parisien. Et n’oublions pas Bouygues chez TF1… Etc. Etc.

 

Médiapart, lui, est libre de toute tutelle financière écrasante. Il est donc dangereux pour toute cette oligarchie affairiste qui considère la presse comme un moyen de tromper le peuple, de le détourner des véritables problèmes, voire de « préparer les cerveaux pour cocacola ».

 

Voilà pourquoi il faut sauver le soldat Médiapart !

 

 

 

Une pétition circule,


Signons-là


Décadi 10 frimaire 222



Illustration X - Droits réservés

 

26/12/2013

Gastronomie de lendemain de fête : La fricassée de pneus au benzopyrène.

hommeporc.jpg

 

 

 

-         Pour 6 personnes, prenez un pneu de taille raisonnable. Tranchez-le en darnes assez fines et mettez-le à mariner deux jours dans des larmes d’ouvriers lourdés.

 

-         Le matin du repas, sortez vos morceaux de pneus, essorez-les et réservez la marinade de larmes.

 

 

-         Dans une poêle anti adhésive, faites revenir une douzaine de benzopyrène pas trop mûrs dans un peu de fleur d’hydrocarbure polycyclique aromatique (les meilleurs sont ceux de Total, ils ont un goût prononcé de marée noire.) Réservez au chaud.

 

-         Epluchez une demi livre d’ovobulmine butylohydrogénée et hachez-les grossièrement puis les verser dans le précédent appareil que vous sublimisez dans de l’azote hydro butanisée. Montez en neige au fouet vigoureusement manié.

  

-         Dressez les darnes de pneu sur les assiettes de vos convives et versez dessus la préparation de benzopyrène. Flambez le tout au kerozène lampant. Parsemez d’oxyde d’uranium râpé. Servir à côté, en accompagnement, les meringues d’ovobulmine butylohydrogénée.

 

-         Priez vos invités de revêtir la tenue étanche n° 65 bis mod 04AD ainsi que le masque à gaz mod 2008 C à rétroviseur incorporé, et passez à table.

 

Ce plat subtil et relevé s’accommode parfaitement de la fragrance délicate d’un Super 95 Château Total ou, pour les connaisseurs, d’un Gazole 2000 grand crû bourgeois de chez Shell.

 

Régalez-vous et  le lendemain, observez les délicats frémissement des petits sarcomes qui poussent sur votre peau ainsi que le délicieux gargouillis de votre cancer de l’œsophage.


Sextidi 6 Nivose 222



Illustration X - Droits réservés

 

24/12/2013

Noël mécréant.

gps au père noël.jpg



Noël nous gonfle un peu (beaucoup !) les aliboffis, avec son cortège de contes religieux à prendre avec beaucoup de recul (et pour moi de cynisme) et surtout de pressions commerciales ahurissantes.



Mais ne nous laissons pas abuser par les curés et leur « petit Jésus » ni par les marchands avec leurs gros débile en rouge, symbole de cacacola chez les Zétazuniens.



Beaucoup ignorent que le mot "Noël" est un terme païen bien antérieur au christianisme. L'origine la plus vraisemblable du mot Noël ne serait pas le latin "natalis dies" (jour de naissance) mais le gaulois "noio hel" signifiant «nouveau soleil».


L'interprétation latine traditionnelle de l'origine du mot Noël viserait à occulter les origines pré chrétiennes de la fête qui trouve sa source dans le culte de Mithra (dieu du «soleil invaincu») chez les Romains et dans les autres fêtes de solstice des pays nordiques.


Avant la réforme du calendrier par Jules César, le solstice d'hiver correspondait au 25 décembre du calendrier romain et les festivités ont continué de se tenir à cette date même après que le solstice eut correspondu au 21 décembre du calendrier julien.


Étymologiquement parlant, les laïques, les libres penseurs et les athées ont donc toutes les raisons du monde de se souhaiter Joyeux Noël, et ce faisant ils n'empruntent rien à la religion chrétienne !



Me voilà rassuré !


Bon, j'ai tout de même préparé le foie gras hier !


Quartidi 4 nivose 222


Photo X - Droits réservés


23/12/2013

Derrière le merdier africain, il y a de gros intérêts ! Faut le dire ça François !

minde uranium arlit.jpg

 

 

 

Nous nous enfonçons toujours plus dans le merdier centrafricain en proie à des exactions multiples. Guerres tribales, guerres de religions, mais aussi conflits d’intérêts. Car si les Centrafricains sont parmi les plus pauvres du monde, le pays est riche. Il y a du diamant, de l’or, de l’uranium et…du pétrole !


Ceci pour dire que la présence de l’armée française n’est pas QUE humanitaire. Et que les velléités maintenant affichées de séparatisme nord-sud voudraient s’appliquer à ces zones : mines surtout au nord, forêts et agriculture surtout au sud. Nord musulman, sud chrétien… Bref, le merdier assuré.


A côté, il y a le Niger. Là encore beaucoup de richesses mais…pas beaucoup pour les Nigériens !  Là encore des intérêts français prépondérants. Alors qu’en France une ampoule sur trois est éclairée grâce à l’uranium nigérien, 90% des Nigériens n’ont pas l’électricité ! Le Niger est l’un des Etats les plus pauvres du monde. Plus de 60% de sa population vit avec moins de 1euro par jour.
Pourtant, le Niger est aussi le 4ème producteur mondial d’uranium, le 2ème fournisseur d’AREVA (juste après le Kazakhstan), et un partenaire stratégique de la France, à qui il fournit plus de 30% de l’approvisionnement de ses centrales nucléaires. Paradoxe aberrant et significatif de la mise à sac de l’Afrique par les multinationales, actuellement, alors qu’il est le principal produit d’exportation du pays, l’uranium ne contribue qu’à hauteur de 5% du budget de l’Etat du Niger !


Depuis plus de 40 ans, Areva exploite l'uranium du Niger. Premier employeur privé et plus gros exportateur du Niger, Areva a enregistré l'an passé un chiffre d'affaires total de 9,3 milliards d'euros, soit près du double du PIB du pays. Depuis plus de 40 ans le géant mondial du nucléaire bénéficie d’avantages fiscaux exorbitants et est loin de payer tous les impôts qu’il doit au Niger. Areva est une entreprise privée mais dont le capital est détenu à 87%...par l’Etat français.


Le contrat liant cette entreprise à l’Etat nigérien arrive à échéance dans quelques jours, au 31 décembre 2013. Il est actuellement l’objet d’âpres négociations, qui, à l’évidence, vont se prolonger deux à trois mois de plus. Le nouveau contrat va lier le Niger pour de nombreuses années. S’il est mal négocié, il continuera de priver le Niger de revenus essentiels dont sa population a cruellement besoin. Lutte contre la pauvreté, réponse aux crises alimentaires, éducation, accès aux soins, développement du réseau routier, tout le développement de ce pays dépend de la teneur de ce contrat. Si la France veut éviter le prix du sang en Afrique, l’Etat français doit imposer à Areva un contrat équilibré.


L’essentiel de l’uranium exploité par Areva provient de la mine d’Arlit, celle-là même où on été enlevés quelques otages maintenant libérés. Mais il y a un autre site enjeu de ces négociations: le site d’Imouraren qui, à terme, sera le site minier principal. Areva a monté deux sociétés avec l’Etat nigérien pour exploiter ce site dès 2014, Cominak et Somaïr. Mais (suite à la baisse mondiale de la demande d’uranium) elle veut reporter l’exploitation de ce site en 2016. Si elle n’exploite pas comme prévu, elle devra payer de lourdes indemnités au Niger. Ce qu’elle ne veut pas, évidemment. Avec un risque: que l’Etat nigérien dénonce le contrat et remette le site d’Imouraren sur le marché ! Les Chinois sont à l’affut !


Comme quoi, derrière le merdier africain, il y a de gros intérêts ! Faut le dire ça François !

 

Tridi 3 nivose 222

 

Photo X – Droits réservés

 

20/12/2013

Edouard Martin, un ouvrier en politique ? C'est un peu comme s'il avait pété dans la sacristie...

edouard-martin-afp.jpg

 

 

Qu'est-ce qui fait bandouiller les vieilles pies jacassantes des canards laquais, de la presse purée, des lucarnes à décerveler, des boites à bruits et des blogosphères cacochymes ? Le fiasco de la défense européenne ? Les problèmes africains ? La politique fiscale ? Non. C'est la prostate de Normalou et...la « trahison » d'Edouard Martin ! « Important ça Kiki. Tu me fais un balcon de Une. Et n'hésite pas à taper sur la trahison de cet ouvrier qui va à la gamelle ! C'est vendeur ça Kiki. C'est vendeur ! »

Non mais, il y a de quoi méditer sur cette espèce de mammifère omnivore dont la konnerie est vraiment la seule approche que l'on puisse avoir de l'infini, comme disait Einstein...

 

Edouard Martin. Si. Rappelez-vous. C'est cette gueule fantastique, criant sa vérité et le désarroi de ses camarades de combat face aux caméras goulues des lucarnes à décerveler, lors des combats de Florange.

 

Et bien vous savez quoi ? Ce type a trahi ! Oui, vous avez bien lu. Ce type est un traître !

 

Il a trahi quoi ? Il a trahi qui ? Il a trahi comment ?

 

Il a trahi sa cause ? Le maintien de l'activité des haut-fourneaux de Florange n'était-il pas une cause perdue d'avance puisque la sidérurgie est maintenant tributaire de l'importation de minerai, donc ne peut se maintenir que sur un port maritime.

 

Il a trahi ses amis ? Rares sont pourtant ceux qui lui reproche son nouvel engagement.

 

Il a trahi sa classe ? Ben voyons ! Un ouvrier ! Et qui prétend s'inviter à la table des grands ! Saura-t-il tenir une flûte de champagne avec ses mains de rustres ? Vous ni pensez pas mon cher...

 

Il a trahi comment ? En acceptant d'être tête de liste du Parti Socialiste aux prochaines élections européennes.

 

Comme toujours, ce fier représentant de ceux qui triment tombe sous les critiques de bobos et de pseudos révolutionnaires qui se complaisent dans le confort d’une opposition systématique en rêvant d’un grand soir fantasmé. Que n'a-t-on pas bavassé, en d'autres temps sur José Bové...

 

Bravo à ce type qui les a bien pendues. Bravo à son engagement auprès du PS. Car en France, il faut être réaliste : on ne peut faire avancer les choses que si l’on est dans une grosse écurie. C’est comme ça. Et il n’y en a que deux : le PS ou l’UMP. Aurait-il fallu que, pour faire enfin entendre la voix de la « France-d’en-bas » comme disait l’autre, il s’engage à l’UMP ? Ça aurait certainement conforté bobos et pseudos révolutionnaires dans leur mépris pour ceux qui ont les mains calleuses et ne sont pas du sérail. Aurait-il dû solliciter le Front de gauche ? Mélenchon, combien de divisions ?

 

Il aurait fallu saccager une si belle chance ? Car un type pareil, avec son charisme, sa clarté, ses convictions (Oui ! Ses convictions, n'en déplaise aux vieilles pies fielleuses.) et sa gueule (important à l'heure de l'image triomphante) est une CHANCE pour la démocratie, pour la France et pour l'Europe. Il y en a un autre qui devrait s'engager en politique. C'est Xavier Matthieu, un autre syndicaliste, un autre combattant, une autre gueule.

 

Mais ça ne plaît pas à « l'élite » des professionnels de la politique un ouvrier qui s'invite dans les cercles de pouvoir. C'est comme s'il avait pété dans la sacristie...

 

D’où sortait Lech Walesda ? D’ou sortait Lula ? De l’ENA ? Des cercles germanopratins ?

 

Décadi 30 frimaire 222

Photo X – Droits réservés

 

19/12/2013

Lampédusa : ces pelés, ces galeux d’où viendrait tout le mal !

lampedusa.jpg

 

 

Ecoutez-lez geindre et tempêter les « belles âmes » ! Regardez-les se draper dans leur dignité offusquée !

 

- « Non mais vous vous rendez compte, ma bonne M’ame Sçauss-Hisson, ils traitent ces pauvres émigrants ayant risqué leur vie pour arriver en Europe, à Lampedusa, comme des chiens. Des chiens galeux en plus ! Quel scandale !

 

- Comme je vous comprends M’ame Kann-Asson. Ces Italiens sont des sauvages, la civilisation ne les a pas encore atteints. Ce n’est pas chez nous qu’on verrait ça… »

 

Ben voyons. Ils sont pas beaux les Suédois, les Autrichiens, les Allemands et autres Européens « du nord » ! Ils ont beau jeu, du haut de leur morgue de nantis bien à l’abri des vagues d’immigrants clandestins qui déferlent sur l’Europe du sud, de cracher sur les Italiens qui, eux, sont au contact. On fait dire ce que l’on veut aux images. Le crime de ces « salauds d’Italiens » : une vidéo dans laquelle on voit des réfugiés se mettre à nu dans un espace qui semble en plein air, avant d’être soumis devant les autres à des jets d’un traitement contre la gale. Et alors ? Comment faut-il faire ? Laisser les maladies se propager ?

 

Conditionnée par les images, la vox populi, partout en Europe, fait pression sur les dirigeants pour accueillir la flotte hétéroclite des damnés de l’espoir. Mais l’altruisme trouve ses limites au niveau des États lorsqu’il s’agit de mettre à exécution ces belles idées. Quels pays se proposent pour organiser cet accueil ? Où ? Avec quels moyens ? Avec quel espoir raisonnable de réussite ? Non. On laisse les Italiens se démerder. Alors ils font ce qu’ils peuvent, les Italiens. Avec beaucoup de courage et de compassion.

 

Dans cette Europe sans idée, sans courage, sans frontière, sans armée ; dans cette Europe dévolue au culte du dieu Pognon et de ses grand prêtres, les banquiers, il y a des gens qui, au fond des boyaux les plus salasses de leur tête, en ont une de solution pour résoudre le problème des migrants clandestins : couler toutes les barcasses emplies jusqu’à ras-bord de ces damnés de la mer.

 

"Les images du centre de Lampedusa sont épouvantables et inacceptables" qu’elle a dit M’ame Cecilia Malmström, commissaire européenne aux Affaires intérieures, Suédoise d’origine. Eh, M’ame la commissaire, peut-être que vous pourriez envoyer la flotte suédoise faire la basse besogne en coulant toutes ces barcasses ! Je suis sûr que les Italiens vous ouvriraient leurs ports. Seulement il est plus facile de s’offusquer et de critiquer lorsqu’on est loin que lorsqu’on a les mains dans la merde, comme nos frères italiens !

Encore que… Dans vos froids et opulents pays du nord, vous trouveriez bien quelques nostalgiques de temps pas très lointains pour perpétrer le massacre des innocents…


Nonidi 29 frimaire 222

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

 

18/12/2013

Au bistro de la toile : Kali-yuga

kali yuga.jpg

 

 

 

- Oh ! Victor. On dirait le ravi de la crèche ! A quoi tu penses ?



- Je pense que cette fois on y est.

 

- Où ? Dans la merde ? Ça on le sait Victor.



- La merde, comme tu dis, les Hindous appellent ça le Kali yuga.

 

- Késako ?

 

- Une fois, reprend Victor après un long moment de silence, il y avait Vishnou qui se tapait une petite sieste quelque part, tranquille, dans un infini bleu, rose, parfumé. De son nombril est sorti une fleur de lotus. Et ce curieux de Brahma, en regardant dans le col évasé de ce lotus, a vu la création du monde et toutes les successions des âges de ce monde... Ça s’appelle le kalpa et ça dure quatre millions trois cent vingt mille ans. C’est pas beaucoup si tu compares au quinze milliards d’années qu’aurait l’univers. Mais les hindous sont un peu radins.. Ce kalpa est divisé en quatre yugas : le krita-yuga (ça vient du chiffre 4) qui dure un million sept cents vingt-huit mille années, le tetra-yuga qui vient du chiffre 3 et dure un million deux cent quatre-vingt-seize mille années, le dvapara-yuga, du chiffre 2, qui dure huit cents soixante-quatre mille années et enfin le kali-yuga, du chiffre 1, le plus mauvais, et qui dure quatre cent trente-deux mille années.

 

La première époque, le krita-yuga, c’est parfait, c’est le pied partout, le paradis terrestre. Tolérance, concorde universelle, connaissance se transmettant oralement, de maître à disciple. Une connaissance de toutes les lois de la nature, de l’homme. Le bonheur à tous les étages... Des pouvoirs sur la matière, sur l’homme, insoupçonnables actuellement et dont les lamas tibétains garderaient, parait-il, les dernières bribes... Tous les besoins satisfaits sans efforts..

 

La deuxième, le tetra-yuga, c’est encore le panard, mais apparaissent quelques éléments merdiques. Mais c’est encore le paradis. Puis y en a un qui a commencé à faire quelque chose de ses doigts. Le début de la technique. Il y avait ceux qui avaient cette technique et ceux qui ne l’avaient pas. Déjà une séparation. D’où conflits... Mais quand il y avait des guerres, les deux armées se retrouvaient sur le terrain et, en fait de bataille, c’était de grandes joutes oratoires, philosophiques. Et ceux qui avaient les meilleurs arguments gagnaient. Les autres se soumettaient de plein gré à leur nouveau suzerain.

 

La troisième époque, le dvapara-yuga voit un équilibre équitable entre les principes d’ordre et de désordre. En faisant abstraction des durées de ces périodes déterminées par les hindous, on peut considérer que ce Troisième Age est marqué par le début de l’écriture. Le début de la dégénérescence : les hommes avaient besoin d’un support extérieur, technique, pour transmettre leurs connaissances. La technique a pris de plus en plus d’importance. Le clivage entre ceux qui la possédaient et les autres s’est fait plus marqué. Création de clans, de castes, de races, de nations et autres conneries. Surtout, aliénation des humains par les religions et leurs entreprises de décervelage universel. Les guerres sont devenues sanglantes. On tuait pour parvenir à ses fins. Mais suivant des règles bien définies. Ceux qui tuaient ne s’attaquaient qu’à leurs égaux de l’autre camp. Jamais un guerrier, un “ Kchatria ” n’aurait fait de mal à un être plus faible que lui.

 

- C’était un peu la Chevalerie chez nous...

 

- On peut dire ça. Enfin, la dernière époque, le kali-yuga, voit le triomphe du principe de désordre qui va en augmentant jusqu’à la disparition de l’univers par le feu. La technique s’est imposée comme maîtresse du monde. Deux classes bien distinctes selon le degré de richesse, de possession personnelle. Des conflits tournant à l’extermination, sans soucis de justice. On tue n’importe qui, n’importe quand, n’importe comment et surtout les faibles c’est-à-dire les civils. La technique est toute puissante et la machine tend à remplacer l’homme. C'est le règne des marchands, c'est le règne des Marchés tout puissants !

 

Nous y sommes en plein dedans. C’est le quatrième et dernier âge, celui qui a commencé avec les connards qui ont inventé l’agriculture, l’élevage, la propriété, les flics, la guerre. Quand l’Homme est devenu kon. Quand Cro-Magnon est parti en couille. Puis c’est les grandes invasions, Gengis Khan, Napoléon, Hitler, les Ricains, Ben Laden, les nazislamistes, etc.

 

C’est le “Kali yuga” ! L’âge de Kali... Kali la noire... Kali la destructrice... Kali avec son collier de têtes de morts... L’émanation purificatrice et destructrice de Shiva.

 

Le monde va crever de lui-même. Peut-être pas par la guerre atomique mais par un dépérissement général de la planète, par un saccage des forces de vie, par une impossibilité pour l’homme de se reproduire. Par une extinction du genre humain. Par un biocide universel...

 

La vie, les quatre âges de la vie, ça représente un jour de la vie de Brahma. Puis il y a une période de nuit égale à celle de jour. Et nous sommes au crépuscule. La vie va s’éteindre sur la Terre pour quatre millions trois cent vingt mille ans, ravagée par l’homme lui-même. Puis un nouveau cycle recommencera, lorsque la boule sera épurée. Ce sera le réveil de Brahma. Et ainsi de suite pendant cent ans de la vie de Brahma...

 

- On retrouve là Victor, de manière poétique et imagée, la théorie de l’expansion-contraction de l’univers !

 

- Exact. C’est peut-être vrai après tout. De toute façon, on ne sera pas là pour vérifier. Mais tout de même, c’est l’homme qui sera le fossoyeur du monde. Ça a commencé lentement, tranquille, à la petite semaine. Gengis Khan, c’était encore du bricolage. Napo, de l’artisanat. Maintenant, c’est du sérieux. Quand on se tue c’est par millions... Et on est capable de faire beaucoup mieux ! Hiroshima, c’était un pétard du I4 juillet par rapport à ce que ces kons qui gouvernent ont dans leurs frigos de l’épouvante.

 

Mais c’est pas le tout. Y a eu deux énormes guerres de l’homme contre l’homme. On s’est trituré la viande, on s’est fait cuire au napalm, on s’est un tout petit peu atomisé, on s’est foutu du gaz plein les éponges. Du bon gaz fétide qui te fait tomber le mou en quenouille... De la bonne bidoche partout, saignante à souhait. Avec des bras arrachés, des jambes arrachées, des tronches fendues avec une belle cervelle bien lisse et palpitante qui sort par les trous du nez. Manque plus que la branche de persil... De belles tripes bien ondulées, chatoyantes, irisées sous le soleil des bombes. On a pataugé, on patauge dans le bon sang chaud et âcre. Jusqu’aux genoux. Jusqu’au cou. Noyés dans le bon raisiné du prolo... On glisse sur les yeux arrachés et qui te font encore un clin d’œil étonné. Pas compris... Et je te file une indigestion de plomb dans le buffet. Et tu me coupes les couilles. Et je te fais griller tes gosses dans du bon napalm made in Houston. Et tu me passes mes femmes au court-bouillon. Ça sent bon la barbaque. Ça grille. La peau craquèle. Et les bons cris d’horreur. De souffrance. De terreur de pauvres kons qui comprennent pas pourquoi on les trucide. Et ça fait tourner mes usines. Et j’en essaye des bons produits insecticides, pesticides, hommicides, nyakouéicides, bougnoulicides, proloicides...

 

Et je t’endoctrine, et je te baratine, et je te démocratise, et je te démagogise, et je te missionnairise, et je te sectarise, et tu me votes, et tu me choisis, et tu bénis le fouet qui te torture, le bras qui te saigne, le garrot qui t’étrangle, la muselière qui te bâillonne, la télé qui t’abrutit. Une chaîne, deux chaînes... Des chaînes. Toujours des chaînes, des chaînes...

 

- Oh ! Bois un coup, Victor, tu t'encagnes et tu deviens rouge comme un gratte-cul !

 

- Merci. Ah ! Ça fait du bien. La troisième de guerre, c’est plus contre l’homme qu’elle est déclarée. Ou plutôt pas directement. C’est contre la nature. C’est contre la planète. C’est contre la vie.

 

Ces kons d’hommes, dits évolués, ont plus fait de mal à la planète en 50 ans que le reste de l’humanité depuis qu’elle existe !

 

C’est la terre qui a le cancer. Et ce cancer, c’est l’homme ! L’homme blanc ou occidentalisé étant la pire métastase. On bouffe du dichlorurophényl-trichloro-éthanuromerdique, et va z’y que j’te pousse, du chloruane, de l’heptachlore, de l’époxyde, des naphtalènes chlorurés, de la diodrine manches courtes, de l’aidrine angora et plein d’autres saloperies qui regorgent d’atomes crochus de carbone qui lâchent un H pour récupérer d’autres C et d’autres H. Que des H, mais c’est pas du hasch, c’est les haches du bourreau. Qui nous tuent par-dedans ! Un bon foie à la dioxine... Bien bouffi, avec de belles scrofules purulentes. Des couilles, un foutre plein de DDT. Tu baises une femme : tu lui soignes ses morbacs ! Ça tue les moustiques, ça tue les puces et les punaises, ça va bien réussir à nettoyer cette larve qui s’appelle Homme. Et on n’en parlera plus. Bhrama pourra passer une nuit tranquille.

 

Et si ça suffit pas, on va te radioactiver ! De bons gros neutrons dans les gencives. Et ça t’en fait de belles leucémies, ça ! Très poétique... On crève de langueur... Mon cul ! Et je te file des centrales nucléaires partout. Je te fissionne, je te fusionne l’uranium, le plutonium, le plutôt nie homme, le plus tôt gnome ! Et je te l’enrichis cet uranium. Pour pas t’enrichir toi surtout... Et je te balance de bonnes giclées de rontgens bien cancérigènes, leucémirigènes, crétinigènes et ça te fait de beaux fadas, de beaux anormaux. Avec six pattes et pas de tronche. Un toutes les vingt minutes rien qu’en France...

 

- C'est comme ça Victor... C'est peut-être le kali...comme tu racontes si bien. Le plus intelligent des esclavagistes c’est celui qui a eu l’idée de donner quatre sous à ses esclaves. Comme ça ils se tiennent tranquilles... La pointeuse remplace le garde chiourme et les quatre ronds, remplacent le fouet... Cocus, battus et contents... Ça fait les prolos. Allez ! C'est ma tournée Victor. C'est toujours ça que Kali comme tu dis n'aura pas !

 

 

Octidi 28 frimaire 222

 

Illustration X – Droits réservés.

 

17/12/2013

Euthanasie : meurtre avec préméditation = ASSASSINAT !

chimulus euthanasie.jpg

 

 

 

Nicolas-Kevin tourne et retourne dans la main le lettre qu’il vient de recevoir. L’en-tête officiel l’angoisse. Il faut dire que depuis les lois sur l’Optimisation de la vie, votées par le premier gouvernement Marine Le Pen du deuxième quinquennat de Sarkozy, les vieux ne sont pas à la fête…

 

Il y a d’abord eu sous Sarko 1, les lois sur les retraites poussant les anciens à la misère, au travail dégradant, à fouiller dans les poubelles, à subir l’ostracisme et les moqueries des « djeuns ». Puis il y a eu le grand fichier dit « des gens honnêtes » dans lequel tout citoyen est répertorié de la naissance à la mort, avec toutes ses maladies, tares, opérations, traitements. Et, en parallèle, un puissant logiciel permettant de connaitre à l’instant T combien coûte à la collectivité la prise en charge de tel ou tel citoyen ! Il y a eu encore la loi permettant l’internement forcé en milieu psychiatrique de « patients » déviants, sur demande des autorités ou de la famille.

 

Puis il y a eu, sous le premier gouvernement Sarko 2 – Le Pen, la loi sur l’euthanasie. Finis les atermoiements hypocrites de la parenthèse Hollande… Sous la pression de très nombreux imbéciles heureux, le gouvernement a autorisé la mise à mort des vieux « pour abréger leurs souffrances ». A la discrétion des autorités médicales ou à la demande des familles des « impétrants » à l’euthanasie. Euthanasie, tiens, en voilà un joli mot ! Ça fait savant, propre sur soi, pas comme ces vieux qui bavent, pissent et se chient dessus. Et qui coûtent si cher à la Sécu ! Pourtant, le meurtre par empoisonnement d’une personne, ça a un nom précis : ASSASSINAT ! Mais c’est pas joli…

 

Enfin a été voté le grand œuvre du gouvernement Le Pen – Sarko 2 : les « lois d’Optimisation de la vie ». Des lois permettant enfin la remise à flot de la Sécu, des économies conséquentes sur les retraites, l’élimination de gens qui ne sont plus « productifs ». Les « marchés » ont, à l’époque du vote de ces lois « modernes », salué comme il se doit cette décision en rendant à la France son « triple A » !

 

Ces lois mêlent avec beaucoup d’opportunité des textes précédents : fichiers déterminant le « coût » de chaque individu, possibilité d’internement d’office pour les récalcitrants – comme au plus beau temps du goulag -, pour s’appuyer ensuite sur les statistiques. Celles-ci déterminent chaque année la durée de vie moyenne des citoyens : cette année-là 78 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes. Ainsi, à la date anniversaire des citoyennes et citoyens atteignant ces limites statistiques, ceux-ci reçoivent de l’administration une lettre officielle leur signifiant qu’à dater de ce jour, leurs dépenses de santé ne seront plus prises en compte par la société. Dès lors, s’ils sont à l’hôpital, le service comptable de l’établissement demandera à la famille de payer entièrement les frais et, en cas de refus, de manque de « persuation » auprès de l’impétrant - « Allez Mémé, il est onze heures, bois ton bouillon, c’est le docteur qui l’a préparé ! » - ou de non solvabilité, donnent aux médecins l’ordre d’euthanasier le « patient ».

 

Pour ceux qui sont en relative bonne santé, comme notre ami Kevin-Nicolas, existe la possibilité de « racheter » une année supplémentaire, à condition de déposer auprès de la Caisse des dépôts et consignation un montant très conséquent déterminé par la loi, sous forme de numéraire ou d’hypothèque sur des biens. A défaut, si le vieux entre à l’hôpital pour quelque affection, son sort sera rapidement scellé. Mais, dans sa grande mansuétude, la société ultralibérale lui offre la possibilité de « choisir » lui-même « d’optimiser  sa vie » en libérant le territoire, gracieusement, dans « de très agréables conditions » comme dit la lettre que tient Kevin-Nicolas…

 

Mondo cane…


Septidi 27 frimaire 222


Merci à Chimulus

 

 

 

16/12/2013

Rendez-nous les Hussards de la République.

nouveaux hussards republique.jpg

 

 

La semaine s'est terminée avec un sacré ramdam, suite à la publication d'un Nième rapport sur « l'intégration » des immigrés et enfants d'immigrés. On a ça et là dégainé chacun, qui son voile, qui sa laïcité. Il serait vain de nier ces problèmes, mais il faut donner aux choses l'importance qu'elles ont. L'obscurantisme et le communautarisme ne reculeront que par l'éducation.

 

Tous les enfants de France ont le droit et le devoir de s'éduquer. Gratuitement en plus ! Avec des enseignants compétents et consciencieux. Alors il y a ceux qui considèrent cela comme une formidable chance à saisir, d'autres qui méprisent des savoirs qu'ils contestent au prétexte de cultures ou de religions différentes et ne font pas grand-chose pour tirer le meilleur parti de cette formidable opportunité qui leur est offerte.

 

Il est des enfants d'immigrés qui ne posent pas de problèmes. Parce que leurs parents, venus du Vietnam, du Cambodge, du Laos, de Chine, pour la plupart ne parlant pas à leur arrivée sur notre sol le moindre mot de français, leur ont inculqué cette évidence : leur avenir passe par de bons résultats scolaires voire universitaires. D'autres rêvent d'être Zidane ou La Fouine...

 

Il est facile de faire retomber sur les enseignants les carences de leurs élèves. Les profs ne font pas les programmes d’enseignement, pas plus qu’ils ne choisissent ni déterminent les méthodes pédagogiques. Si c'était le cas, les résultats seraient peut-être différents. Ils ne sont pas non plus exempts de responsabilités, tant il est difficile de faire « bouger le mammouth » !

 

Force est de constater que le taux d'illettrisme (à ne pas confondre avec l'analphabétisme) atteint des niveaux effarants, jusqu'à 20% dans les LEP. Nier ces évidences et ne pas reconnaître l'échec du système éducatif à mettre à niveau les enfants issus de l'immigration, tant ceux-ci ont des carences flagrantes sur les fondamentaux (lire, écrire, compter, comprendre un texte, s'exprimer oralement) procèdent d'une solide hypocrisie.

 

Le développement de l'esprit passe par la maîtrise du langage. En effet, on ne peut développer une pensée structurée et précise si l'on ne possède pas le vocabulaire indispensable et la rigueur grammaticale pour l'exprimer. « Ce qui se conçoit bien s'exprime clairement/Et les mots pour le dire arrivent aisément... ». D'où l'importance de l'écrit, technique préalable à la réflexion, à la pensée et à son expression orale.

 

En d'autres temps, les Hussards de la République ont formidablement réussi à intégrer des populations aussi différentes que les Bretons et les Provençaux, les Vendéens et les Alsaciens, les Parisiens et...le reste des Français. Non sans quelques excès d'ailleurs (« il est interdit de cracher par terre et de parler patois... »). Et on ne pourrait faire pareil avec quelques centaines de milliers d'enfants dont les parents sont venus d'ailleurs ?

 

Ne soyons pas si pessimistes !

 

Sextidi 26 frimaire 222

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

 

 

13/12/2013

Au bistro de la toile : portiques écotaxe.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

 

- Oh ! Loulle, il n’y a pas de portique à l’entrée de ton rade, non ?

 

- Keskidi lui ? Oh ! Victor, t’as fumé la moquette avant de venir t’engorgeonner chez moi ? Du porc il y en a mais dans les rillettes et le sauciflard, des tiques, peut-être sur mon chien Marcel sous le comptoir, mais des portiques ? Vasisdas ? Késaco ?

 

- Allez, sers ma tournée, mastroquet de mon cœur. Je voulais te parler de ces fameux portiques de l’écotaxe qui ont tant foutu les Bretons en rogne. Tu sais à quoi ils servent ces fameux portiques de la discorde ?

 

- Ben, à reconnaitre les camions et à leur faire payer la taxe, non ?

 

- Eh bé non, justement ! C’est le Canard enchainé qui a levé le lièvre, ou le caneton. D’après le fameux palmipède, toujours bien informé, ces fameux portiques sont « inutiles, ruineux et dangereux pour les libertés publiques » ! C’est la CNIL (commission nationale informatique et liberté), dont l’avis a été sollicité sur les fichiers informatiques forcément générés par ces portiques, qui s’est étonné. Ces portiques ne servent aucunement à calculer la taxe véhicule par véhicule et a en assurer le paiement, mais uniquement  à repérer les éventuels fraudeurs ! Ces machins coûtent entre 600.000 et 1 million d’euros pièce ! Il doit y en avoir 273 en tout et 200 sont déjà installées…

 

- …dont quelques unes passées au barbecue par les Bretons !

 

- …ou réduite à l’état de ferraille. Mais c’est toi et moi qui payons, Loulle, ne l’oublie pas.

 

- Mais alors comment les taxes sont calculées et facturées aux camionneurs ?

 

- Directement par le boitier informatique sophistiqué obligatoire pour les véhicules assujettis à cette taxe. Ce système, qui combine GPS et émetteur radio, est le seul équipement nécessaire pour percevoir la taxe.

 

- Autrement dit on aurait pu se passer de ces portiques honnis, véritables chiffons rouges cristallisant toutes les rancœurs et coûtant un bras ! Mais alors, ça doit bien rapporter quelque chose à quelqu’un ou quelques uns ces machins ?

 

- Il n’est pas interdit de le penser… D’autant plus que l’équipement informatique des camions est bien visible et qu’il y a suffisamment de flics, motards ou automobilistes sur les routes pour épingler les éventuels fraudeurs… Mais la CNIL a levé un autre lièvre. Et qui nous concerne tous celui-là.

 

- Oh ! C’est des bons chasseurs cette CNIL ! Raconte.

 

- Eh bien pour que ça marche, ces portiques filment tout ce qui passe. Camions, voitures, vélos, piétons et tout ce qui bouge. C’est Big Brother. Ils filment tout, stockent les images plus de temps qu’il n’est nécessaire et permettent ainsi de fliquer les déplacements de millions d’usagers de la route.

 

- Est-ce qu’on ne toucherait pas là la véritable fonction de ces portiques à la kon ? Puteng, moi qui gueulais contre les Bretons, je crois que vais les applaudir chaque fois qu’ils foutront en bas un de ces portiques espions !

 

- A la nôtre !

 

Tridi 23 frimaire 222

 

Merci à Chimulus

12/12/2013

Mobilisons-nous pour rejeter le sordide Accord de Partenariat Transatlantique !

oncle sam.jpg

 

 

 

 

Il y a quelques mois, une entreprise étazunienne a tenté de demander des dédommagements faramineux à la France. Raison : le gouvernement, suite à une loi votée par les députés et les sénateurs (soit les représentants légitimes du peuple français) a interdit toute recherche sur le territoire français des gaz de schistes par les procédés de fracturation. Cette loi s'applique a tout le monde, donc également à cette multinationale. Qui a dû rabattre son caquet.

 

On touche là l'exemple de la catastrophe qui guette non seulement la France mais aussi toute l'Europe avec ce qui se prépare dans l'opacité habituelle de ce genre « d'accord » : le traité de libre-échange Union-Européenne – Etats-Unis, encore dénommé Accord de Partenariat Transatlantique (APT).

 

On se souvient du très mal nommé AMI (accord multilatéral sur l'investissement), repoussé par les peuples européens malgré la duplicité complice des instances européennes. Cet accord scélérat revenait à aliéner les droits des États aux intérêts des multinationales en matière de droit du travail, de protection de l'environnement, etc. Eh bien ces clauses extravagantes reviennent en force avec le sus dénommé APT. L'objet central de ce traité APT est de considérer superflu tout ce qui ralentit la circulation des marchandises ; ainsi la régulation de la finance, la lutte contre le réchauffement climatique, les codes du travail ou le simple exercice de la démocratie est censé de ne pas s'appliquer au monde prédateur des multinationales. C'est ce qui se passera si cet accord scélérat est signé. Cette volonté de passer par-dessus l'intérêt des peuples démontre l'absence totale de prise en compte de l'intérêt commun de la part du monde des affaires et de la finance.

 

Les négociations ont commencé en juillet de cette année, l'Europe, béate de konnerie, faisant fi de l'espionnage de ses populations, de ses entreprises et même de ses dirigeants au plus haut niveau par les grandes oreilles des Yankees. Sans qu'il y ait de débat au parlement français, pour une raison bien simple : dans les traités qui régissent l'Europe, la Commission européenne a une compétence exclusive sur les accords commerciaux. Barroso uber alles ! Pas de débat ! Circulez, y a rien à voir !

 

Sept cents lobbyistes étazuniens, plus des dizaines de négociateurs officiels US sont au travail à Bruxelles. On peut s'attendre à ce que les désidératas étazuniens s'imposent sur les réticences européennes, d'autant plus aisément que la marionnette Barroso, soucieux d'une future carrière juteuse à Washington, n'a rien à refuser à ses maîtres...

 

Un véritable marché de dupes entre une puissance toujours dominatrice – les USA – et une grosse larve molle, sans projet, sans frontières, sans représentation réellement démocratique – L’Union Européenne. Ce qui reviendra à accepter les conditions et les normes étaziniennes. Aux U.S, les normes environnementales sont moins élaborées qu'en Europe, il faudra donc encore s'aligner sur le moins-disant : bœuf aux hormones, volailles lavées au chlore, forage pour les gaz de schiste, intrants chimiques, etc... Comme toujours, la logique néolibérale reviendra à la baisse sur ces normes sacrifiées sur l'autel de la libre concurrence. Les droits de douane étant globalement moins élevées pour les importations U.S qu’elles ne le sont aux Etats-Unis pour nos produits, cet accord se fera unilatéralement en leur faveur. Sinon, eh ! tè, fume ! les Zétazuniens sont pragmatiques, ils ne le feraient pas... En fait, l'enjeu stratégique est pour les Zétazuniens de prendre de vitesse le déclin de leur influence dans le monde, en s'aliénant économiquement l'Europe contre le bloc des pays émergents et en particulier la Chine.

 

Pour qu’il y ait accord, les Européens devront renoncer à un grand nombre de leurs normes (juridiques, environnementales, sanitaires, culturelles…). Ce sont tous les pans des sociétés européennes qui sont visés : cadres juridiques, sanitaires, environnementaux, jusqu’au droit du travail. Bonjour les dégâts ! Avec…le retour de l’A.M.I. puisque dans le mandat de négociation de la Commission, il y a une réelle menace d’autoriser un règlement des différends entre Etats et multinationales – c’est-à-dire le droit pour les multinationales et les investisseurs de porter plainte contre les Etats pour exiger des dommages et intérêts, quand une politique publique ne leur plaira pas… Le mandat de négociation pour ce traité révèle la volonté de la Commission européenne de renforcer le pouvoir des entreprises transnationales et leur accordant le pouvoir de contester les réglementations nationales et internationales si elles affectent leurs profits. Ainsi, les États membres de l’UE pourraient voir leurs lois nationales, qui visent à protéger l’intérêt général, contestées dans des tribunaux ad hoc, secrets, dans lesquels les lois nationales n’auront aucun poids et les élus politiques aucun pouvoir d’intervention. C'est ce qui se passe déjà en Amérique du Nord avec les accords du même acabit signés par les USA avec ses voisins canadiens, mexicains et autres.

 

L’Europe politique, l’Europe puissance a toujours été la hantise des Etazuniens. Cet accord, ficelant les économies européennes aux USA, la diluera dans une vaste zone de libre-échange, aux plus grands profits des multinationales U.S. Ceci complétera la mise sous tutelle politique résultant du principe inscrit noir sur blanc dans le Traité de Lisbonne disant que la défense de l’Union européenne se fait dans le cadre de l’OTAN, cette alliance créée en d’autres temps, à présent révolus (guerre froide avec l’URSS), donc sans objet actuellement sinon d’imposer la tutelle étazunienne sur les armées européennes. Et Sarko, puis Hollande ont réintégré, la queue entre les jambes, ce machin aussi agressif qu’inefficace (voir en Afghanistan).

 

Alors mobilisons-nous ! Repoussons cette saloperie ! Les élections européennes, c’est pour bientôt…

 

Duodi 22 frimaire 222

 

Photo X – Droits réservés.

 

11/12/2013

On a de l’Afrique assez, je vais donc vous parler du débit de lait.

 

 

vache-insolite.jpg

 

 

Il est bien laid le débit de lait ! Tandis que le cours mondial de la poudre de lait s’envole, le prix payé aux producteurs stagne, souvent en dessous du prix de revient. Sauf pour les grosses laiteries industrielles telles celle qui sort de terre dans la Somme, clone des usines à lait allemandes, hollandaises ou danoises où des milliers de vaches Holstein nourries aux saloperies transgéniques et aux antibiotiques, ne voyant jamais le ciel, ne sachant pas ce qu’est l’herbe verte pissent des milliers de tonnes d’un étrange liquide blanchâtre encore appelé « lait », ce mot noble, magique, symbole de la Vie.


Pendant ce temps, les petits producteurs crèvent. Mon pote Denis élève (pardon, élevait) une vingtaine de belles vaches montbéliardes sur les rudes terres des hauts plateaux lozériens. Il est mort mon pote Denis.


Mort la fourche à la main près de son tas de fumier.


Mort à 60 ans d’épuisement physique et de désarroi moral. Dépassé par un système qui broie les petits, menacé de ne plus pouvoir vendre son bon lait s’il ne mettait pas ses installations traditionnelles aux « normes ». Investissement dont il n’avait évidemment pas les moyens…


Mort parce que certains grands groupes refusent de payer les producteurs au juste prix alors que le lait atteint des records historiques sur les marchés mondiaux en raison de la demande croissante des pays émergents.


Mort pour que prospère le Crédit agricole.


Mort pour que s’engraissent Lactalis, Danone, Bongrain, Bel, Senoble, Sofiprotéol et autres…


En hommage à mon pote Denis, écoutez donc ce qui suit :

http://www.youtube.com/watch?v=5guMYOFphto&list=HL135...

 

Primidi 21 frimaire 222


Photo X - Droits réservés

 

 

10/12/2013

Travailleurs détachés : « ils » les ont bien pendues, mais elles manquent un peu de vigueur…

topelement.jpg

 

 

 

Bon, ben on doit admettre « qu’ils » les ont eu bien pendues puisqu’un accord reprenant les deux revendications essentielles réclamées par la France - mais aussi l’Italie, la Belgique et même l’Allemagne de l’ultra libérale Merkel poussée au cul par ses partenaires sociaux-démocrates – a été acté à Bruxelles, par une majorité qualifiée obtenue grâce au ralliement de la Pologne. Ces deux pierres d’achoppement : - liberté pour chaque pays de déterminer lui-même les contrôles qu’il estime nécessaires sur la situation des « travailleurs détachés » sur son territoire ; - responsabilisation de l’entreprise donneuse d’ordre solidairement avec ses sous-traitants.

 

C’est bien. Malgré les exhortations du nuisible Barroso, c’est une première victoire contre les ultras libéraux manipulés par les Britanniques. Mais ce n’est qu’un coup de nettoyage sur une directive obsolète, datant de 1996, et plus du tout adaptée à la nouvelle Europe à 28. Cette directive doit être entièrement revue.

 

Mais pour la première fois, il semble que les grosses têtes d’œuf de Bruxelles aient parlé des  travailleurs, de leurs conditions de travail, du dumping social, et autres.

 

Pour la première fois encore, la Pologne a pris ses responsabilités de grand pays européen au lieu de rester le caniche des Anglais et le fournisseur d’esclaves de l’Allemagne. Ce revirement ouvre des perspectives européennes nouvelles.

 

Mais qu’en sera-t-il sur le terrain ? D’abord, l’article concernant la responsabilité solidaire des donneurs d’ordre est limité au seul secteur du bâtiment ! C’est donc très restrictif et ne gênera en rien les entrepreneurs-forbans allemands du secteur de l’agro-alimentaire.

 

Ensuite, cet accord conserve la possibilité de concurrence déloyale avec la prime au moins disant social, puisqu’il ne remet pas en cause le principe du paiement des cotisations sociales dans le pays exportateur de main d’œuvre, principale cause de concurrence déloyales entre pays de l’U.E.

 

Enfin, la France n’a pas les moyens d’effectuer les contrôles nécessaires pour faire respecter les salaires, les conditions de travail, la vérification du paiement des cotisations sociales, etc. Pour une raison bien  simple : depuis les ravages des sarko-trafiquants, l’administration ne compte plus que 535 inspecteurs du travail et 1.171 contrôleurs pour suivre 1,6 million d'entreprises ! Soit un inspecteur ou contrôleur pour mille entreprises. Les fraudeurs aux « travailleurs détachés » ont encore de beaux jours devant eux. N’est-ce pas Bouygues, Eiffage et autres kadors du BTP…

 

Décadi 20 frimaire 222

 

Illustration X – Droits réservés

 

09/12/2013

Travailleurs « détachés » : on saura ce soir si nos négociateurs ont les aliboffis bien pendus !

Iter dessin esclavage.jpg

 

 

« Eh ! M'sieur Medef, j'ai de la bonne viande polonaise, de la roumaine aussi, même de la portugaise si tu préfères. C'est de la viande sur pied docile, travailleuse, pas difficile à nourrir et loger. Ça te dit ? T'y gagnes 30% minimum et plus si tu sais te démerder. Tiens, voilà quelques bonnes adresses de marchands d'esclaves (on dit aussi « entreprises d'intérim »).

 

En chargeant à peine le trait, on pourrait dire que la légalisation de l'esclavage « moderne », c'est aujourd'hui que ça se joue, à Bruxelles. On ne dit pas esclavage, bien sûr, entre gens polis, bien propres sur eux, mais puant du cerveau plus que des pieds. On dit « travailleurs détachés ». Ce sont ces manards que l'on voit sur tous les grands chantiers français et européens, sur l'EPR de Flamanville, sur le chantier Iter de Cadarache, sur tous les chantiers régit par le système voyou des PPP (partenariats public privé). Ils sont taillables et corvéables à merci, sont logés au mieux dans des algécos, sont nourris loin de la gastronomie françouaise, font des heures supplémentaires non payés, ne sont souvent pas déclarés, voient une partie conséquente (jusqu'à 50%) de leur smic français retenue par leurs « employeurs » pour « frais de nourriture et de logement », et autres gracieusetés.

 

Les entrepreneurs français en raffolent ! Ces esclaves leur permettent des économies fort juteuses. Mais ils se font parfois baiser sur leur propre terrain par des entreprises étrangères leur soufflant des marchés publics en accentuant encore plus qu'eux le système. Le principe est celui-ci : dans le cadre de la libre circulation des travailleurs sur le territoire de l'U.E., une entreprise d'un pays peut « détacher » dans un autre ses propres travailleurs. Ceux-ci seront payés au tarif du pays d'accueil et seront assujettis aux conditions légales de travail du pays d'accueil, mais les charges sociales des entreprises resteront celles du pays « exportateurs » de ces travailleurs. Et une cascade de sous-traitance noie les responsabilités, le donneur d'ordre premier se libérant ainsi de ses responsabilités.

 

Pourtant ça commence à gueuler au charron un peu partout contre les effets délétères de cette directive européenne obsolète (datant de 1996!), qui n'est rien d'autres que le moyen de délocaliser sur place ce qui ne peut l'être à l'extérieur, selon la logique ultralibérale du nivellement par le bas qui sévit dans l'Union européenne. Il faut voir les magouilles, les sociétés écrans au Luxembourg ou à Chypre qui échappent aux cotisations sociales, les entreprises “boîtes aux lettres” dans les pays de l'Est sans y avoir d'activité réelle, spécialement créées pour détacher de la main-d'œuvre à bas prix, qui paient la plupart du temps au taux horaire du pays d'origine.

 

C'est donc aujourd'hui que la refonte de cette directive scélérate doit être discutée à Bruxelles. Deux articles sont au cœur des discussions. Le 9 concernant les mesures de contrôle : les Français, mais aussi les Allemands, les Belges et quelques autres proposent de laisser à chaque état la liberté de durcir les contrôles s'il l'estime nécessaire. Un consensus pourrait exister en la matière. Le 12 pose plus problème. Il s'agit d'instaurer une responsabilité conjointe et solidaire de tous les sous-traitants afin que les donneurs d'ordres premiers ne soient plus exemptés de leurs responsabilités. C'est là que le bât blesse. La France voudrait que cette responsabilité soit « obligatoire » tandis que d'autres membres de l'U.E. préfèreraient qu'elle soit « optionnelle » (c'est à dire nulle!). Au côté de la France donc, la Belgique et l'Allemagne, mais contre, évidemment la Grande-Bretagne, éternel parasite de l'Union, l'Irlande, pays forban de l'Union et la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, la Lettonie, l'Estonie, principaux pays « exportateurs » d'esclaves modernes.

 

Voilà où on en est. On saura ce soir si nos négociateurs ont les aliboffis bien pendus...

 

Nonidi 19 frimaire 222

 

Illustration X – Droits réservés

 

05/12/2013

La charia en Libye. On dit merci qui ?

sarkozy-kadhafi-par Chapatte.jpg

 

 

 

En Libye, il y a des petits Sarkozy qui ont deux ans et demi. Eh ! Souvenez-vous : notre « lumière de l’univers », notre "axe de la galaxy" a été fêté comme un libérateur, que dis-je, comme un dieu lorsqu’il a envoyé nos Mirages et Rafales bombarder, puis « libérer » la Libye. Des Libyens ont appelés leurs nouveaux nés Sarkozy !

 

Sous la pression de cet Hémingway d’entrée de gamme qu’est B.H.L., Sarko a fait tomber les foudres du ciel sur son ex grand ami, le célèbre campeur des Champs-Elysées. Depuis, Sarko a été renvoyé à ses chères conférences, son  « ami » Kadhafi a été massacré dans des conditions fort douteuses, et la Libye est en morceaux. Peinard le Nicolas : plus de Kadhafi, plus de pouvoir Libyen digne de ce nom, donc plus de preuve de l’implication financière de Kadhafi dans la campagne de Sarko en 2007.

 

Les Libyens peuvent dire merci à la France pour une intervention qui s’est soldé par l’assassinat d’un chef d’Etat et la désintégration d’une nation. Avec – cerise sur le loukoum – l’établissement officiel de la Charia ! La vie des Libyens va désormais être régulée par la loi islamique. Le Congrès général national s’est en effet prononcé en faveur de l’application de la charia en tant que document juridique de base pour les établissements d’État. Oui, la charia, c'est-à-dire la négation de la femme, les lapidations, les mains coupées, les excisions, la mise à mort des homosexuels et autres joyeusetés.

 

Ce pays est agité depuis l’intervention occidentale par des forces séparatistes : tous contre Tripoli, tous contre un pouvoir central dépassé. La « transition » libyenne est menacée tant par la montée de tous ces séparatismes que par l’activisme des islamistes. Des postes frontières s’établissent dans tout le pays. Des libyens à la gâchette rapide contrôlent les papiers d’autres Libyens armés. Hier unis contre Kadhafi, les ex rebelles se combattent férocement. Berbères de Zouara contre Arabes de Al-Jamil, Cyrénaïque, Misrata, Bengazi, Touaregs du sud, tous contre le pouvoir central impuissant de Tripoli. Avec un enjeu évident : les rivalités régionales visent le pétrole dont la production chute drastiquement, mettant les finances du pays au plus bas, accentuant d’autant l’impuissance du pouvoir central.

 

Ce pays est en voie de « somalisation », c'est-à-dire qu’il court le risque d’être livrée à des bandes armées pirates rivales, pillant et massacrant des populations terrorisées. Un pays en passe de devenir la base de tous les mouvements terroristes qui sévissent non seulement en Afrique, mais bientôt aussi en Europe. Et nous, on envoie nos soldats lutter contre ces tarés de dieu au Mali, et maintenant en Centrafrique…

 

On dit merci qui ? Merci Sarko.




Quintidi 15 frimaire 222.


Illustration: Merci à Chapatte

04/12/2013

Faillite de l’enseignement…Il est lourd à exciter le mammouth !

attention_ecole_web.jpg

 

 

Un enfant sur cinq ne maitrise pas la lecture et donc l’écriture. C’est un constat d’échec terrible. Un grand nombre de nos enfants ne savent plus lire, plus compter, et donc plus penser. Le système éducatif français, qui fut un des meilleurs du monde, est maintenant non seulement montré par Pisa comme dépassé, mais surtout, et c’est bien pire, inefficace. La faute à qui ? La faute à quoi ? Des bonnes intentions qui foirent, des systèmes d’apprentissage et des programmes qui changent à chaque ministre de l’enseignement, une priorité donnée à la compétition entre élèves mais aussi entre établissements, un abandon de l’excellence au profit du privé et surtout une partie importante de la population scolaire laissée sur le côté.

 

Résultat, l’école a cessé d’être le moteur de l’ascenseur social. Ceux qui sont nés avec une cuillère d’argent dans la bouche demeureront en haut, ceux qui sont nés dans la rue y resteront. Inégalité ! Avec en embuscade le privé qui rêve d’un enseignement essentiellement concurrentiel, avec des établissements gavés de pognon par les entreprises, débauchant les meilleurs professeurs du public, et fabriquant à la chaine des « premiers de la classe » stéréotypés, formatés pour le système ultralibéral. Sans oublier les écoles confessionnelles…

 

Il fut un temps où l’école publique, gratuite et obligatoire assurait l’égalité des chances, en tout cas l’égalité dans l’obtention des savoirs de base. Ceci à travers ces formidables « hussards de la République » qu’étaient les instituteurs, respectés car respectables. Ce temps est révolu. Les profs sont mal payés, mal formés, de moins en moins motivés.

Les élèves ne se rendent plus compte de la chance qu’ils ont de pouvoir acquérir un enseignement gratos. Ils s’en foutent, crachent à la gueule des profs, ont perdu la notion de l’effort en constatant que même les diplômes ne sont plus un rempart contre le chomdu, et que diler du chit rapporte plus que marner en classe... Mais pour aimer l’école, encore faut-il qu’on leur en donne envie ! Pour que les élèves aiment l’école, encore faut-il éveiller leur curiosité, encore faut-il qu’ils sachent pourquoi ils y vont, leur donner des perspectives autres que des classes poubelles s’ils ont le malheur de lâcher prise.

Quant aux parents d’élèves, au lieu d’être des auxiliaires des profs, ils en sont souvent les adversaires.

 

Écoutez-les tous discutailler, depuis hier, dans les machines à bruit et les lucarnes à décerveler ! Tous ces « zexperts » ont leur solution. Mais rien ne bouge.

Il est décidément bien lourd à exciter le « mammouth »…

 

Quartidi 14 frimaire 222

 

Photo X – Droits réservés

 


03/12/2013

M’ame Michu et M’ame Chazotte trinquent !

vamps.jpg

 

 

- Six mois de taule et 30.000 euros d’amende ! Ah mais ! Faut pas rigoler avec ça M’ame Michu !

 

- Ben ça alors. Et qui c’est qui s’est pris cette peine, M’ame Chazotte ? Un trafiquant de drogue ? Un élu corrompu ? Un mari qui bat sa femme ?

 

- Non. Vous n’y êtes pas M’ame Michu. Il s’agit d’un vigneron bourguignon.

 

- Qu’est-ce qu’il a fait ? Il a empoisonné ses clients ?

 

- Ben non. Justement. Il a refusé d’utiliser des pesticides dans ses vignes. Et c’est pour ça qu’il a été convoqué devant le procureur lien 

Il faut dire qu’en matière pinardière, l’utilisation de pesticide est massive. La France est championne d’Europe pour l’utilisation des pesticides, et la viticulture est utilisatrice de près de la moitié de ces poisons ! Il y a 300 fois plus de pesticides dans le vin que dans l’eau.

 

- Oui, mais c’est à des doses infinitésimale M’ame Chazotte. Et puis tout de même, on ne va pas se mettre à boire de l’eau, non ?

 

- Ah ! C’est vrai que l’eau est plus dangereuse que le vin. Les gens qui se noient, c’est dans l’eau ! Un tsunami de pinard ferait-il moins de morts ? Mais revenons à notre vigneron menacé de taule. Emmanuel Giboulot – c’est son nom – est une vigneron qui cultive en biodynamique, un mode de culture relativement proche de l'Agriculture Biologique. Sa famille cultive en bio depuis 1970, son exploitation n'utilise aucun pesticide depuis 43 ans. Il exploite 10 ha de Côtes-de-Beaune et de Hautes-côtes de Nuits. Or, la biodynamie rejette catégoriquement l'épandage préventif de pesticides. C'est pourquoi, au début de l'été 2013, il refuse de traiter ses vignes contre la flavescence dorée, comme l'exige un arrêté de lutte contre le risque de cette maladie de la vigne. Comme d'autres viticulteurs qui s'y opposent, il s'expose alors aux dispositions pénales prévues à l'article L 251-20 du code rural et de la pêche maritime, c'est à dire "six mois d'emprisonnement" et "30 000 euros d'amende", rien que ça. Lien

 

- Flavescence dorée ? C’est joli ce nom. Mais c’est quoi ?


- C’est la maladie la plus grave de la vigne. Elle ne contribue pas à faire baisser le rendement, elle est tout simplement mortelle. Elle est transmise par un petit bestiau, la cicadelle. Le traitement se fait donc contre ce bestiau. Sinon, il faut arracher les ceps malades.


- On comprend que les vignerons soient inquiets. La flavescence dorée risque de foutre en l’air des années de travail.


- C’est pourquoi les vignerons « conventionnels » s’énervent de voir que leurs collègues vignerons de l’agriculture bio ou biodynamique refusent les traitements préventifs contre la cicadelle. Ils estiment que cela pourrait favoriser la propagation de la maladie.


- Vous avez dit le mot : traitements préventifs ! Il n’y a pas de maladie, mais on ne sait jamais. Alors on traite. Dans la viticulture et plus largement l’agriculture dite « conventionnelle », tout risque est écarté par un traitement phytosanitaire préventif, massif et large, en se foutant complètement des conséquences sur les écosystèmes et les populations. Sans oublier que ces traitements sans réelles justification contribuent évidemment à polluer les parcelles des voisins qui cultivent en bio…


- On peut comprendre l’inquiétude des viticulteurs auxquels, depuis des décennies, les autorités de la profession ont insufflé la culture du pesticide à tout va. Mais on ne peut pas admettre la dureté de la peine encourue par ceux qui veulent s’écarter de cette viticulture polluée et polluante. Peine totalement disproportionnée pour ce vigneron qui n’a rien fait de mal, au contraire. Surtout en comparaison avec le laxisme pénal qui est monnaie courante dans des affaires autrement dangereuses…


- Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de cour vous feront noir ou blanc…


- Tè ! Je ne boirais plus que du vin bio.

 

Tridi 13 brumaire 222

 

Photo X – Droits réservés


**********************************

Puisqu'on est dans la lutte contre la malbouffe, vous trouverez sur ce lien une liste de produits que vous pouvez ne pas acheter: ils engraissent Monsanto:



http://www.terresacree.org/actualites/module-mere-comment-va-la-belle-bleue-1643/actualite-boycott-monsanto-enfin-la-liste-des-marques-complices-assassines-109019?filtre=date

 

02/12/2013

« François, t’es foutu, les bourrins sont dans la rue ! »

cheval qui ricane.jpg

 

 

Il y a les bourrins crottins et les bourrins vapeur. Puis il y a aussi les bourrins bonnetés de rouge et les bourrins mélenchoniens. Tout ça fait beaucoup de monde, beaucoup de bruits.

 

Les plus nombreux, bretonnaient gaiement à Carhaix, en Bretagne. Une manif qui regroupait sous le même bonnet rouge des paysans de la FNSEA, des artisans, des commerçants, des transporteurs, des marins pêcheurs, des chanteurs bretonnants, des indépendantistes et…les patrons des entreprises qui se gavent de subventions européennes et s’en foutent plein les fouilles. Une manif qui regroupe la droite, l’extrême-droite, les patrons exploiteurs et les ouvriers exploités, ça pue. Les ouvriers qui défilent aux côtés de leurs patrons sont atteints du syndrome de la « servitude volontaire ». Quant à leurs patrons, ils doivent jubiler et se taper sur les cuisses entre eux en se gobergeant de les voir caresser la main qui les étrangle. Parce qu’ils ont eu sept ans les patrons de l’agroalimentaire bretons pour transformer leur production industrielle de très bas de gamme, invendable en France et en Europe et viable seulement grâce aux « restitutions » européennes permettant l’exportation vers des pays du Moyen-orient et d’Afrique ou, soit dit en passant, ces poulets surgelés imbouffables nourris au OGM et bourrés d’antibiotiques ruinent toute la petite paysannerie locale, nourrissant par là-même cette immigration illégale qui pose problème. Sept ans durant lesquels ils auraient pu évoluer vers une production haut de gamme, profitant de l’image d’excellence de la France en la matière. Mais ils ont préféré se goinfrer sur le dos des contribuables européens et donc français (France, deuxième contributeur au budget européen) et enfermer leurs entreprises dans cette impasse dont ils se sortiront, eux, avec le pognon placé sous des soleils hospitaliers tandis que leurs ouvriers qui défilent servilement à leurs côté iront pointer au chomdu… Lamentable.

 

Et puis les transporteurs routiers. Ceux-là ont une doctrine simple : « J’emmerde, donc je suis ! » Comme il plus facile de bloquer le pays avec quelques milliers de camions qu’avec des blouses blanches, leurs revendication corporatistes sont toujours plus efficaces que celles des infirmières ! Ils sont vent de bout contre l’écotaxe…qu’ils répercuteront finalement sur le consommateur. Ils oublient de dire qu’ils bénéficient déjà d’un tas d’avantages comme la détaxation partielle du carburant, sans oublier qu’un camion détériore 1000 fois plus une route qu’une voiture. Le vrai combat qu’ils ont à mener, c’est contre la concurrence déloyale des grosses boites qui tournent à prix cassés grâce à l’embauche systématique de salariés « détachés » venus de Roumanie, Bulgarie, Pologne, voire Turquie, payés une poignée de figues, avec des charges sociales quasi nulle sinon inexistante pour non-déclaration, et des salaires jusqu’à 13 fois inférieurs à ceux des chauffeurs français ! Merci l’Europe et sa « concurrence libre et non faussée » qui permet ce dumping social qui ruine des pans entiers de notre économie, avec la complicité active de patrons-voyous.

 

Ah ! Il y a les bourrins-crottins aussi. Bon. Quant on aura le temps, on les plaindra. On va pleurer sur le sort de quelques bourges qui devront payer quelques euros de plus par an pour se taper le cul sur un canasson entre « gens de chevaux » du même monde. De plus, la hausse de TVA contestée résulte d’une directive européenne dont le non respect coûte d’ores et déjà des centaines de millions à l’Etat, donc à nous, contribuables français.

 

Puis il y avait Mélenchon. Combien sur le pavé parisien ? 7.000 ? 100.000 ? Qui lo sa… Enfin, il y devait y avoir 30.000 militants et sympathisants. Ce n’est pas négligeable, surtout en ces temps où la rue est abandonnée aux hordes droitisantes. Le combat revendiqué : la « révolution fiscale ». Bien, mais laquelle ? La lutte contre les ajustements de TVA (de 7 à 10 % pour le taux intermédiaire, de 19,6 à 20%  pour le taux principal) est perdue d’avance. Mais cette manifestation a permis de ressouder quelque peu des partis de gauche aux vues fort divergentes, notamment entre le pragmatisme des communistes (soucieux de ménager leur implantation locale par des accords électoraux avec les socialistes) et le jusqu’au-boutisme du P.G. et de son lideur Mélenchon ulcéré par ce qu’il considère comme une trahison. Elle peut servir de base pour aiguillonner de l’extérieur Ayrault et sa « remise à plat » de la fiscalité.

 

Allez, on va faire les truffes au chocolat de Noël. Ça au moins, c’est du tangible !


Duodi 12 frimaire 222


Photo X - Droits réservés

 

29/11/2013

Slam aux slameurs autodafeurs

haine regard.jpg

A lire évidemment au second degré.

 

«Je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo».

Slameurs, rappeurs, frimeurs, nous sommes desperado 

Nous les feront cramer ces bâtards d’intellos

Nous allons leur filer une fatwa sur le dos

Nous couperons les couilles à tous ces rigolos

Et troncheront à sec ces sales travelos

 

Yalla ! Baisons la France

Cette fosse d’aisance

Qui nous remplit la panse

Et permet que l’on pense !

 

Il y a quarante ans, pour la marche des beurs

Nos chibanis voulaient juste un peu de bonheur

Une reconnaissance et ne plus avoir peur

S’intégrer au pays, enfin être des leurs

Ne plus être casseurs, ne plus être chômeurs,

Beaucoup ont réussi dans l’effort, le labeur,

D’autres ce sont plantés, ont raté l’ascenseur,

Ils nous ont engendrés, nous les rappeurs crâneurs.

 

Yalla ! Baisons la France

Cette fosse d’aisance

Qui nous remplit la panse

Et permet que l’on pense !

 

Nos maîtres maintenant, ce sont les islamistes,

Nos héros : c’est Merha et tous les terroristes !

Lapider jusqu’à mort une femme adultère

Jouir de sa douleur en lui jetant la pierre

Ne nous offense pas.

Décapiter un homme, lui sortir la cervelle

Sous prétexte que c’est un homosexuel

Ne nous offense pas.

Exciser des fillettes, couper leur clitoris

Ô, pour leur éviter de succomber au vice

Ne nous offense pas.

Considérer la Femme émanation du Mal

Et la traiter souvent moins bien qu’un animal

Ne nous offense pas.

 

Yalla ! Baisons la France

Cette fosse d’aisance

Qui nous remplit la panse

Et permet que l’on pense !

 

Nous n’acceptons ni l’humour ni le blasphème

Nous voulons faire peur par nos mots, nos dégaines

Nous conchions toutes vos valeurs païennes,

Vos droits de l’homme et toutes vos rengaines

Nous voulons vous pourrir, bouffer votre oxygène

Notre démarche à nous, c’est l’insulte, la haine

La haine

La haine

La HAINE

 

Yalla ! Baisons la France

Cette fosse d’aisance

Qui nous remplit la panse

Et permet que l’on pense !

 

 

Nonidi 9 frimaire 222

 

Photo X Droits réservés