Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/07/2012

Au bistro de la toile : foie gras sulfureux !

chimulus bistro copie.jpg

 


- …taing, Victor ! Vaut mieux vivre à Toulouse ou Cahors qu’à San-Francisco ou Los-Angeles ! Là-bas, parait que si tu bouffes du foie gras, tu risques la taule !

 

- On n’en est pas là, mais dans l’esprit, c’est pareil : les sectes de culs-bénis qui tiennent le haut du pavé chez les Zétazuniens ont réussi à faire activer une vieille loi interdisant la fabrication et la vente du foie-gras ! Tortures sur animaux qu’ils disent… Venant d’un peuple qui élève tous ses bestiaux en batterie en les bourrant d’antibiotique et d’OGM et qui torture allègrement les humains à Guantanamo et ailleurs, y aurait de quoi se faire rigoler les boyaux si ce n’était si dramatique… Ces pisses-froids semblent oublier qu’ils sont un peuple de voleurs de terres, fondé sur le génocide de trente millions d’Amérindiens, l’esclavage de trente millions de Noirs et qui perpétue ses forfaits partout dans le monde en pillant les ressources naturelles, en salopant la planète, voire en soutenant les pires dictatures. Toujours la main sur le cœur, bien sûr, et Dieu à leur côté ! Sensiblerie vis-à-vis des animaux, massacre sans merci des humains…

 

- Mouais ! Ben tu les allumes grave les machouilleurs de caoutchouc ! Eh ! Moi, si j’étais là-bas, je saurais comment me faire du beurre sur le foie-gras ! Il est interdit de gaver ? Une aubaine pour les contrebandiers ! Il existe bien des états de l’Union qui n’interdisent pas le gavage ! Et puis, comme au bon temps de la prohibition de l’alcool, des petits malins vont gaver dans des caves et, encore mieux, en acheter chez nous du foie-gras !

 

- Eh ! Tu imagines les Elliot Ness du foie-gras ! Pétoires à camenbert contre gaveuses électriques ! Sans compter que ça va faire une pube formidable pour le foie-gras ! En lui donnant la saveur sulfureuse de l’interdit ! Il va s’ouvrir des restos clandestins où, en montrant patte blanche et liasse de dollars, tu pourras t’encanailler « à la française » en bouffant du foie-gras ! Il s’en vendra sous le manteau, comme autrefois la gnole ! Et puis dans un resto, s’il est interdit de le vendre, tu le donnes ! En te rattrapant sur autre chose bien sûr…

 

- Ah ! Ah ! Ah ! Tè ! Victor, si on allait monter un clandé à foie-gras à San-Francisco ?

 

- Trop dangereux de mettre les pieds dans ce pays Loulle. Pour un oui pour un non tu te retrouves au trou sans savoir pourquoi. Cette Californie de carte postale, avec ses bimbos et ses cagoles, si elle a donné au monde la parenthèse enchantée des hippies et les génies dégingandés de la Silicon Valley a tout de même produit en politique Reagan et Schwarzenegger. Un pays qui protège les canards mais qui n’a toujours pas supprimé la peine de mort pour les humains… Fuck off…

 

- Et à la nôtre !

Merci à Chimulus

28/06/2012

Au bistro de la toile : « Soignez-vous à la malbouffe » !

fast-food-Fotolia.jpg

 


- Eh ! T’as vu Victor dans le Canard : les toubibs, réunis en congrès national, à Nice, ont été « sponsorisés » par…Mac-Do ! Autrement dit, « Manger du Mac-Do : ça soigne ! »… Si c’est ça le message qu’ils veulent faire passer subrepticement les marchands de malbouffe, c’est vraiment prendre les gens pour des cons…

 

- C’est effectivement prendre les con-sommateurs pour des cons. Fort heureusement pour l’honneur des professionnels de santé, c’est pas gagné parce qu’à Nice, justement, ils ont été dénoncés par des toubibs, des nutritionnistes, des étudiants en médecine réunis dans un « Mouvement de désanéliénation des médecins ». Au cours de ce congrès – national, rappelons-le et donc sous l’égide du ministère de la santé – des représentants de l’agroalimentaires ont pris la parole, notamment (dixit Canard enchainé du 27 juin 2012 – p5) le dénommé Sébastien Pérochain, responsable du département « affaires publiques » de…Mac-Donald’s France et la nutritionniste Pascale Modaï, très liée à…Coca-Cola !

 

- Donc, lorsque je vais chez mon toubib, je vais en quelque sorte un peu chez Mac-Do et chez Caca-Cola…

 

- N’exagérons pas. Les toubibs ne sont pas dupes. Mais le fait est que non seulement ils sont poussés à la roue par les représentants des laboratoires pharmaceutiques, mais aussi par ceux des fabricants de malbouffe ! Ce qui peut évidemment influer sur leur manière de conseiller leurs patients qui sont de plus en plus de simples clients… L’épisode de la grippe H1N1 et le scandale du Médiator ont mis en lumière les liens d’intérêt entre les « experts » et l’industrie pharmaceutique, ceux-là étant souvent rémunérés part celle-ci, mais aujourd’hui, voilà l’arrivée d’un nouveau et puissant groupe de pression, celui des firmes agroalimentaires qui soutiennent financièrement des études de spécialistes ou des manifestations de professionnels comme de congrès. Comme on peut s’en douter, tout ça n’a pas très désintéressé…

 

- Le mieux, c’est encore de ne pas être malade. Et pour ça, buvons un coup ! De rouge ! A la tienne !

 

Sources :

Canard enchainé n°4783 du 27 juin 2012

http://www.initiativecitoyenne.be/article-le-lobby-agroal...

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Le-lo...

 

 

Primidi 11 Messidor 220

 

Illustration X – Droits réservés

27/06/2012

Forages pétroliers autorisés en Guyane… Eh ! François, elle est où la « transition écologique » ?

forages pétroliers incendie en mer.jpg

 


Après moult tergiversations la décision calamiteuse est tombée. Les autorisations pour la recherche d’hydrocarbures ultra profonds au large de la Guyane ont été délivrées. L’ensemble des ONG de protection de la nature et de l’environnement s’insurgent contre cette décision dangereuse. Cet arbitrage tombe alors même que simultanément la France se veut fer de lance à Rio dans le plaidoyer pour les océans et la gouvernance de la haute mer, de quoi douter de sa sincérité. Que s’est-il passé pour qu’en 8 jours à peine les autorités françaises passent d’une décision de suspension et de remise à plat de tous les permis à celles de délivrer les autorisations nécessaires à Shell ? La plus grande transparence doit être faite sur les raisons avancées pour justifier ce revirement. 


La recherche d’hydrocarbure est invasive et potentiellement destructrice

Contrairement à ce que l’on voudrait nous laisser penser la recherche d’hydrocarbure est très invasive et potentiellement très préjudiciable à l’environnement. La recherche « sismique », avec des ondes acoustiques peuvent perturber et désorienter les mammifères marins, entre autres. La recherche par forage test avec injection de cocktails chimiques et tous les risques de fuite qui en découlent, surtout par plus de 2000 mètres de fond et 4000 mètres sous terre, est aussi dangereuse que l’exploitation commerciale. Nous ne sommes d’ores et déjà plus à l’abri d’une marée noire aux conséquences désastreuses. Tout se passe comme si le naufrage de la plateforme Deep Water Horizon n’avait jamais eu lieu. Rappelons que l’avis du CESE sur la « Gestion préventive des risques environnementaux : la sécurité des plateformes pétrolières en mer » de mars 2012 pointait les insuffisances du cadre réglementaire et des procédures d’autorisations.

La biodiversité, trésor de la Guyane, bradée… 

La Guyane abrite 95% de la biodiversité terrestre française et est un sanctuaire pour les mammifères marins qui croisent au large de ses côtes, elle abrite une faune sous-marine exceptionnelle. Shell, qui se vante d’avoir concerté au-delà du raisonnable, n’a pourtant rien prévu en cas de marée noire qui viendrait atteindre les côtes, et ce alors même qu’elles abritent la plus grande mangrove de France. La concertation sur les paramètres majeurs du projet de Shell a dû s’arrêter aux portes des ONG qui n’ont jamais été entendues ! 

Rio, changement climatique, pollution : le profit à court terme continue de dicter sa loi

Une fois de plus lorsqu’un arbitrage doit intervenir entre profit de court terme et protection de l’environnement c’est l’intérêt général, qui est sacrifié au profit de quelques actionnaires. Rien n’y fait, ni les grands engagements de Rio, où la France défend, sans rire, la gouvernance internationale des mers et un meilleur partage des ressources (sic !) ; ni même ceux pris il y a 20 ans pour la défense de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique. 
Le fait que la ministre de l’Environnement perde son premier arbitrage est de très mauvais augures pour la future conférence environnementale, le débat sur la transition énergétique et la réforme du code minier. 

En parallèle au moratoire sur les hydrocarbures non conventionnels, il faut développer des solutions alternatives

Les ONG demandent qu’un moratoire soit pris pour la recherche et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, à minima jusqu’à ce que le code minier ait été modernisé. La prise en compte de l’environnement ne doit pas être optionnelle, mais globale en s'intégrant à la "transition écologique" promue par la nouvelle équipe gouvernementale. Nous préférons l’économie verte à l’économie grise, il ne faudrait pas que pendant que Shell creuse on regarde ailleurs. 
Quelles que soient les améliorations techniques que Shell peut promettre au gouvernement pour mieux protéger l’environnement, le dérèglement climatique nous interdit tout simplement d’extraire ces nouvelles ressources. La France doit s’engager dès à présent vers la transition énergétique : celle-ci ne peut pas seulement être présente dans le discours de campagne du candidat Hollande, mais désormais dans ses actes de président de la République.

 

Sources : http://www.fne.asso.fr/fr/forages-en-guyane-bricq-bloque-et-montbourg-debloque-au-fond.html?cmp_id=33&news_id=12790&vID=916


shell tête de mort.jpg

 

Décadi 10 Messidor 220

 

Illustrations X - Droits réservés

26/06/2012

Qui c’est qu’a touité ?

chimulus valerie.jpg 

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Encore une scène de ménage en perspective ? Plus besoin de regarder M6, regardons Elysée première.

 

Merci à Chimulus


Nonidi 9 Messidor 220


Merci à Chimulus

 

 

25/06/2012

Trotsko-talibans : les fossoyeurs d’espoir

doigt d honneur sixtine.jpg

 

 

Ah qu’ils ont de la chance les trostko-talibans

Eux qui touchent au Graal : la Sainte Vérité

Ils n’ont pas à penser, ils n’ont pas à douter

Le « Messie » a placé le « Vrai » sous leur turban.

Ils hurlent, vocifèrent, insultent, excommunient ;

Comme hyènes en chasse, fielleux, ils sont unis

Pour trainer dans la boue qui ose critiquer

Le combat mal choisi du Chef qui, dans le Nord,

Avec panache certes, s’est pourtant fait niquer

Au lieu de soutenir les bretteurs de son bord.

Lisez-les, voyez donc comment manient la haine

De tristes viragos, tout comme le F-haine !

Ces trotsko-talibans sont trop purs, sont trop haut

Pour se salir les mains dans les impurs travaux

Qu’implique la gestion du terrible héritage

Des sarko-trafiquants. Pour eux, pas de partage !

Ils sont purs, se croient beaux, sont superbement seuls

Et leur pauvre drapeau ressemble à un linceul.

Pourtant lorsqu’il faut bien déboucher un chiotte,

Faut, pour y arriver, mettre les mains dans la merde !

Ça, ce n’est pas pour eux, ces marquis, ces chochottes…

Combien de coups de pieds, dans les fesses, se perdent !

Bah ! Laissons-les baver ces fossoyeurs d’espoirs

Assis depuis un siècle, attendant le Grand Soir.

Comme disait Audiard en quelques mots concis

Un con qui marche va plus loin qu’un intello assis !

 

VictorAyoli

 

 

 Octidi 8 Messidor 220


Illustration X - Droits réservés

22/06/2012

« Et il est où ? Et il est où ? Et il est où le Mélenchon…La la la laaaa la la ! »

mélanchon.jpg

 

Eh oui. Moi ça m’emmerde, mais c’est comme ça. Mélenchon nous a séduits, nous a emballés, nous l’avons suivi, soutenu, espéré. Et nous voilà désillusionnés…

 

Les sondages, avant le premier tour de la présidentielle, le mettaient volontiers en troisième position. Les médias en faisaient leur nouvelle coqueluche. Alors nous avons cru au miroir aux alouettes, et lui a eu les chevilles qui gonflent…

 

La veille du premier tour (des présidentielles), j’ai téléphoné à « Tata Rouge » ! C’est une vieille tante de ma compagne. Une dure. Femme de mineur d’Alès. Habitué aux grèves rugueuses, à balancer des boulons sur la gueule des CRS. Bref. Une solide et en plus pleine d’humour.

 

-         Tata Rouge, demain, on vote pour la merluche ! On vote Mélenchon. Il va les bouger !

-         Mais tu es con où quoi ? Qu’est-ce que tu veux ? Virer Sarkozy ! Et tu crois que Mélenchon, malgré toutes ses bonnes idées est en position de virer Sarko ? Jamais de la vie. Alors écoute-moi : pour virer Sarko, il faut voter François Hollande. Tu crois que ça m’enchante ? Non. Mais il faut privilégier l’ef-fi-ca-ci-té !

 

Et voilà pourquoi, comme beaucoup, dans le tronche-à-tronche de l’isoloir, j’ai finalement mis le bulletin Hollande dans l’enveloppe. Et voilà pourquoi Mélenchon est passé de 14 ou 15% dans les sondages à 11,7% dans la réalité du scrutin.

 

Et puis il y a eu les législatives et le fiasco que l’on sait…

 

Mélenchon s’est fourvoyé dans un combat personnel contre la Le Pen. Il a fait une campagne locale – certes sous l’œil des médias toujours excités lorsqu’il y a de la castagne – alors qu’il aurait dû mener une campagne nationale, en soutien de tous les candidats FDG. Lui-même aurait dû mettre son panache de condottiere dans sa poche et se présenter dans une circonscription gagnable car sa voix manque cruellement à l’Assemblée. A Hénin-Beaumont, il s’est lamentablement planté, plantant par la même occasion tous les espoirs soulevés par l’engouement réel de la présidentielle. On n’engage un combat que lorsqu’on a des chances réelles de le gagner. Le reste, c’est du suicide politique.

 

Son intransigeance vis-à-vis de toute alliance avec les socialistes, ses références naïves aux révolutions sud-américaines, sa prétention a être « le seul recours à gauche » (tablant ainsi sur l’échec de Hollande !) ont conduit au fiasco que l’on sait. Et le nombre de députés communistes divisé par deux...

 

Et c’est bien dommage…


Quintidi 5 Messidor 220


Photo X - Droits réservés

 

 

21/06/2012

M’ame Michu et M’ame Chazotte : les députés au chomdu.

vamps.jpg

 

- Eh, M’ame Chazotte, j’pense à c’tte pôvre M’ame Nadine Morano qu’a perdu son emploi. Qu’est-ce qu’elle va faire puisqu’elle n’a pas été réélue députée ?

 

 

- Ben, v’z’avez du temps et de la compassion à perdre M’ame Michu ! C’tte pôvre Nadine comme vous dites, elle pourrait s’installer poissonnière ; elle en a le vocabulaire mais faudrait qu’elle se lève à quatre heures du matin pour aller chercher le poisson… Bref, lorsque j’aurais le temps, M’ame Michu, je les plaindrais ces pôvres femmes et hommes politiques qui ont perdu leur boulot de député. D’abord, la politique c’est pas un métier, c’est une vocation, quasiment un sacerdoce au service de la nation, du peuple, de la république. Être député ou sénateur, M’ame Michu, ne devrait pas donner droit à un salaire mais à un dédommagement, une compensation. L’honneur de représenter ses compatriotes peut s’accommoder de petits renoncements pécuniaires. On ne leur demande pas de crever de faim ni d’avoir des fringues élimées, mais de ne pas se distinguer outrancièrement du commun des mortels.

 

 

- Pourquoi ? Combien gagnent-ils ?

 

- On comprend pourquoi ils font la gueule lorsqu’ils sont battus. Juger vous-même M’ame Michu : Indemnité mensuelle : 7 100,15 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 514,68 €), une indemnité de résidence (165,44 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 420,03 €). Cela représente 5 189,27 € net par mois. 

Indemnité représentative de frais de mandat : 6 412 € bruts par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d'habillement...).

Avantages : les députés disposent de 9 138 € bruts par mois sous forme de crédit destiné à rémunérer ses collaborateurs, accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1re classe, remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d'un abonnement internet. Le président de l'Assemblée nationale jouit d'une indemnité propre de plus de 14 000 €.

Cumul : possible. Un député ne peut cumuler son indemnité parlementaire et les indemnités d'autres mandats électifs que dans la limite d'une fois et demie le montant brut de l'indemnité parlementaire de base, soit 8 272,02 €. Un parlementaire ne peut donc percevoir plus de 2 757,34 € au titre de ses mandats locaux.

 

- Ben ça alors ! C’est une bonne situation. Mais y a pas la sécurité de l’emploi. S’ils sont battus, qu’est-ce qu’ils font ? Ils ont droit au chômage, comme tout le monde ?

 

- Non. C’est pas le chomdu, c’est beaucoup mieux ! S’ils ont l’âge de la retraite, ils ont un régime très très avantageux, et s’ils sont encore en âge de travailler, ils ont droit à une prestation spécifique : l’AARE (Allocation d’aide au retour à l’emploi). Ils peuvent toucher l’AARE pendant trois ans. L’allocation est dégressive : 100 % de l’indemnité parlementaire les six premiers mois (soit 5 514 euros), elle passe à 70 % au deuxième semestre, à 50 % au troisième, à 40 % au quatrième, à 30 % au cinquième, enfin à 20 % pendant les six derniers mois (soit 1 102 euros). Il aura cependant fallu attendre 2007 pour que l'Assemblée conditionne officiellement  le versement de l'AARE à la« recherche effective d'emploi » .Mais qui vérifie s’il cherche effectivement du boulot ?

 

- Ben dites donc. C’est pas mal ça. Mon gendre, qu’a été au chomdu, ne touchait que 57,5% de son salaire brut, limité à deux ans. Et il devait prouver qu’il cherchait effectivement du boulot sous peine de suppression de ses allocations…

 

- Voilà M’ame Michu. Alors si vous voulez faire une quête pour c’tte pôvre M’ame Morano et ses collègues vidés par le peuple, libre à vous !

 

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/france/180612/pour-les-de...

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-...

 

Quartidi 4 Messidor 220

 

 

Photo X – Droits réservés

 


20/06/2012

Au bistro de la toile : « Gardez-moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge ! »

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor, t’as vu s’ils étaient beaux Noah et Forget devant je ne sais quelle commission de sénateurs qui les interrogeait sur l’évasion fiscale ! On aurait dit des sintibelli ! Presqu’on les plaindrait ! Ce pauvre Forget qui nous explique qu’ils doivent « économiser » vu que leur carrière est courte. Et Noah qui, lui, est fier de payer ses impôts en France, c’est tout en son honneur…mais qui a « oublié » de le faire pendant les années où il était « Suisse », comme d’ailleurs la plupart des millionnaires de la sueur (et souvent de la dope ! )… Notamment ceux-là qui se couvrent de caca en se faisant étriller au foutebale par les Suédois !

 

- C’est dans la ligne de tous les profiteurs du régime, qu’ils soient « sportifs », « artistes » ou « forces vives ». On gagne – si on peut dire – son pognon en France, on s’éduque et se forme en France, on bénéficie des infrastructures française, on se fait soigner en France si besoin mais on se tire ailleurs pour ne pas participer à l’effort national ! Ça s’appelle du parasitisme. François a du boulot sur la planche pour récupérer les 50 à 60 milliards d’euros de fraude fiscale : la tranche à 75% est encore bien douce…

 

- Ouais mais, ces « élites » vont fuir la France qu’ils disent.

 

- La fuite des cerveaux, c’est vrai. Le neurone de Johnny, le neurone de Forget, le neurone de Tsonga, le demi-neurone d’Anelka, il est vrai que ça met le pays dans un état de manque intellectuel alarmant ! Quant à la fuite des « grands patrons », ça me file des crampes dans les côtelettes à force de rigoler ! Ce sont des charlots ayant pour seule compétence d’avoir fait l’Ena et d’avoir grenouillé dans les cabinets ministériel avant de grassement pantoufler dans des multinationales qui ne paient quasiment pas l’impôt. Dans une entreprise, Loulle, la seule personne que tu puisses supprimer sans que son fonctionnement n’en soit perturbé, c’est le patron ! La Parizot me fait péter les zygo lorsqu’elle nous menace de la désertion de ces immenses têtes pensantes et nous fait trembler sur l’apocalypse qui nous attend si on fait enfin payer les parasites !

 

- Eh ! « Ils » partiront chez les Rosbifs ! Cameron les attend avec le tapis rouge qu’il a dit notre « ami » britannique !

 

- Bof… Le changement de politique en France va marquer le début d’un mouvement plus large en Europe, notamment en Allemagne l’an prochain. Alors « ouette-inde-si » comme disent nos grands amis anglais. Comme disait Philippe-Auguste je crois « Gardez-moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge ! »

 

sportifs,évasion fiscale

 

Tridi 3 Messidor 220

 

Merci à Chimulus

19/06/2012

Ségolène attire-t-elle les Ganelon ?

 

 

ganelon écartelé.jpg

 

Le Prix Ganelon, qui nomme la traitrise la plus spectaculaire revient sans conteste, cette année, à ce pittoresque personnage qui, sous le drapeau socialiste, s’est fait élire par les sarkozistes et les lepenistes ! Ségolène en a référé au grand Victor Hugo, voici donc ce texte référence :

 

Victor Hugo. "Ce que c'est que l'exil"....

« Le droit incarné, c'est le citoyen ; le droit couronné, c'est le législateur. Les républiques anciennes se représentaient le droit assis dans la chaise curule, ayant en main ce sceptre, la loi, et vêtu de cette pourpre, l'autorité. Cette figure était vraie, et l'idéal n'est pas autre aujourd'hui. Toute société régulière doit avoir à son sommet le droit sacré et armé, sacré par la justice, armé de la liberté.

Dans ce qui vient d'être dit, le mot force n'a pas été prononcé. La force existe pourtant ; mais elle n'existe pas hors du droit ; elle existe dans le droit.

Qui dit droit dit force.

Qu'y a-t-il donc hors du droit ?

La violence.

Il n'y a qu'une nécessité, la vérité ; c'est pourquoi il n'y a qu'une force, le droit. Le succès en dehors de la vérité et du droit est une apparence. La courte vue des tyrans s'y trompe ; un guet-apens réussi leur fait l'effet d'une victoire, mais cette victoire est pleine de cendre ; le criminel croit que son crime est son complice ; erreur ; son crime est son punisseur ; toujours l'assassin se coupe à son couteau ; toujours la trahison trahit le traître ; les délinquants, sans qu'ils s'en doutent, sont tenus au collet par leur forfait, spectre invisible ; jamais une mauvaise action ne vous lâche ; et fatalement, par un itinéraire inexorable, aboutissant aux cloaques de sang pour la gloire et aux abîmes de boue pour la honte, sans rémission pour les coupables, les Dix-huit Brumaire conduisent les grands à Waterloo et les Deux-Décembre traînent les petits à Sedan.

Quand ils dépouillent et découronnent le droit, les hommes de violence et les traîtres d'état ne savent ce qu'ils font. »

 

Duodi 2 Messidor 220


Illustration X - Droits réservés

15/06/2012

Bientôt des oranges pour Sarko ?

chimulus-52-05 sarko prison.jpg

 

A partir de ce soir, Microlax 1er perd sa protection monarquale et redevient le citoyen Nicolas Paul Stéphane Sárközy de Nagy-Bocsa, exposé comme tout un chacun a devoir rendre des comptes à la justice. Celle-ci avait attendu un mois supplémentaire pour convoquer l’ex président Chirac. Sarko battra-t-il ce record ? Ouette inde si…

 

L'article 67 de la Constitution stipule que le président de la République ne peut pas, pendant toute la durée de son mandat « être requis de témoigner » ni « faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite ».  Cette interdiction cessant un mois après la cessation de ses fonctions, c’est donc ce soit à minuit pour le ci-devant Sárközy de Nagy-Bocsa Nicolas Paul Stéphane.

Les juges de Bordeaux, pour l’affaire Béthencourt, le juge Van Ruymbeque pour l’affaire Bettencourt seront peut-être intéressés d’entendre le témoignage de ce citoyen pas redevenu comme les autres…

 

chimulus-52-02 sarko avoue à carlita.jpg

 

Octidi 28 Prairial 220

 

Merci à Chimulus et à Urtikan


14/06/2012

Electoro-magouilles…

magouilles électorales.jpg

 

 

Tè ! Ça se passe chez moi. Le rouge de la vergogne m’enlumine la trogne mais c’est comme ça chez nous, dans le Gard, dans le Vaucluse et dans les Bouches-du-Rhône, terres en voies de conquête pour le F-Haine et ses alliés-supplétifs de l’Hu-aime-pets.

 

Dans la circonscription rhodanienne, le député sortant est un UMP, le ci-devant Roubaud. Au premier tour, il est dépassé par le candidat PS, le ci-devant Prat et talonné par le candidat du F-Haine. Ce dernier pouvant se maintenir, pour le première fois dans cette circonscription de bourges, la gauche peut rafler la mise. Oui mais…

 

Dans la circonscription de la petite Camargue, le candidat F-Haine, le ci-devant Collard Gilbert arrive en tête devant le candidat PS et le député sortant, l’UMP Mourrut, cacique local blanchit sous le harnois. Si ce dernier se retire de la triangulaire, il ouvre un boulevard pour l’avocat lepéniste. Oui mais…

 

Tractations souterraines, rencontres secrètes – les digues ayant ici depuis bien longtemps sautées semble-t-il, ici entre UMP et F-Haine – on s’oriente vers un échange de bon procédés : l’UMP Mourrut se retirerait de la compétition dans sa circonscription, donnant ainsi un député au F-Haine ; en compensation, le candidat F-Haine se retirerait dans la circonscription rhodanienne, donnant ainsi la victoire au député UMP sortant. Donnant donnant, chacun y retrouverait son compte. Oui mais…

 

Oui mais, finalement, ça ne s’est pas fait ! Pourquoi ? Peut-on espérer qu’au niveau national, « on » ait mis le holà à ces magouilles ? Ça redorerait un peu le blason moral du parti de la droite républicaine… Mais je n’ai pas personnellement cette naïveté…


Septidi 27 Prairial 220


Photo X - Droits réservés

13/06/2012

Au bistro de la toile : territoires occupés eu Laurier-Rose.

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Oh ! Victor. On te voyait plus !

 

- Hier, je suis allé à la mer. J’ai donc traversé des territoires en voie d’occupation…

 

-????!!!!

 

- Ouais. Pour aller au Grau-du-roi depuis Avignon, tu dois traverser tous ces territoires de culture de légumes sous serres, de culture de melons, de tomates, d’aubergines, de vergers d’abricots, de pêches, de brugnons, etc. Ces territoires étaient autrefois des terres pauvres, des parcours à moutons brulés de soleil et desséchés par le mistral. Ce sont maintenant des pays de cocagne, depuis la construction, il y a plus d’un demi-siècle, du canal d’irrigation Philippe Lamour qui amène l’eau du Rhône au sein de ces terres.

 

- Bon. C’est bien. Mais où est « l’occupation » dans tout ça ?

 

- C’est terres ont été mises en valeur il y a cinquante ans, en grande partie par les riches pieds noirs rapatriés d’Algérie. Ceux-ci avaient de l’argent, des aides, un indéniable dynamisme entrepreneurial et un goût du risque. Ils ont transformé le pays. Mais pour cela, beaucoup ont ramené une mentalité de colons et…des employés maghrébins. Ceux-ci, payés à coup de lance-pierre, vivaient dans des conditions souvent honteuses et travaillaient généralement en marge des lois sociales et du travail. Ils ont fait venir leurs familles et ont fait souche. Les exploitants agricoles, entre temps, ont du respecter les lois sociales, augmentant d’autant les prix de revient de leur produits. Puis les Espagnols sont venus concurrencer les producteurs du midi en utilisant les mêmes méthodes d’exploitations de la main d’œuvre immigrés. En Andalousie, autour d’Almeria, des centaines de milliers de quasi esclaves marocains assurent dans des conditions épouvantables la production de fruits et légumes à bas prix, bourrés de pesticides, qui inondent l’Europe.

 

- Bon. Je réitère ma question : où est « l’occupation » ?

 

- Les jeunes générations de français, enfants des premiers maghrébins appelés par les exploitants agricoles, sont mal intégrés, sous les coups de boutoir de la concurrence espagnole le travail manque et le miracle économique des années 60 – 80 est loin derrière. Incivilités, arrogance, larcins et cambriolages à répétition, incompréhension, replis identitaires et religieux sur fond de marasme économique ont fait le lit des idées du Front national. Voilà pourquoi dans cette région, le candidat du FN, le très médiatique ci-devant Collard Gilbert, avocat, a des chances d’être élu dimanche…

 

- Mouais… Je comprends un peu mieux. Eh ! Qu’est-ce que tu en penses de la « twisteuse de l’Elysée » ?

 

- Je pense que cette personne n’a été élue par personne, que je ne vois pas ce qui justifie qu’elle aie un bureau et sept collaborrateurs à l’Elysée, payés par nos impôts, et qu’elle ferait bien de fermer sa gueule. Les jongleurs de l’ironie sarcastique se sentent un peu orphelins de Sarko, mais aussi des Lefèvre, Morano, Mariani et consorts, des gens qui fournissaient des tombereaux de conneries savoureuses chaque jour. Je crois que voilà venir, avec madame Laurier-Rose une relève prometteuse !

 

- Laurier-rose ? Pourquoi tu l’appelles ainsi ?

 

- Le Laurier-rose, c’est superbe à regarder, mais c’est un sacré poison !

 

 

 

Sextidi 26 Prairial 220

 

 

Merci à Chimulus

11/06/2012

Vaguelette rose et peste brune

chimulus législatives.jpg

 

Il a tout dit...


Quartidi 24 Prairial 220


Merci à Chimulus

08/06/2012

VOTONS ! Le bulletin de vote, c’est notre ARME !

bulletin de vote.jpg

 


 Bon. Vous allez dire que je répapille: à chaque scrutin  je dénonce d'abstention, piège à cons...

 

Qui s’abstient ? Les jeunes.

 

Qui vote ? Les moins jeunes et surtout les vieux.

 

Redoutable constat : la démocratie telle qu’on la vit ne fait plus recette. Porte entr’ouverte à toutes les dérives autoritaires.

 

Pourquoi ? Parce que LES politiques qui représentent LA politique ne répondent plus à l’attente de la population qui les perçoit comme une coterie plus parasitaire qu’efficace, plus magouilleuse qu’honnête, plus inféodée aux puissances économiques que soucieuse du bien-être du peuple. Ceci se traduit par le « Tous pareils, tous pourris » et le « je ne vais pas voter pour ces cons ».

 

Seulement voilà : en refusant de mettre les pognes dans le cambouis, en se retirant dans une abstention méprisante, les jeunes se tirent une balle dans le pied.

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’en ne participant pas à la  vie démocratique de la nation, ils laissent les décisions qui vont régir LEUR vie future aux mains de gens qui, eux, ont déjà leur vie derrière eux ! En d’autres termes, en ne votant pas, les jeunes laissent les vieux dessiner leur cadre de vie. Ils laissent décider ce que sera leur vie future par des gens qui…seront morts lorsque leurs décisions prendront effet !

 

Changer cette approche implique de changer les femmes et les hommes qui font, qui sont la politique actuelle qui ne satisfait plus personne.

 

Une seule manière pour renouveler ces gens et donc ce qu’ils font : éradiquer le mandarinat, éliminer les politiciens « professionnels » en imposant le principe du « Un mandat, Une mandature ».

 

Comme évidemment les gens en place, quel que soit leur bord, freinent des quatre fers contre la seule VRAI réforme qui s’impose, ce n’est que l’arrivée massive de jeunes sur l’échiquier politique qui peut imposer cette renaissance de la démocratie.

 

Abstention : piège à cons !

 

Alors, AUX URNES citoyens !



Primidi 21 Prairial 220


Illustration X - Droits réservés

 

 

06/06/2012

Tarpé ! Cécile Duflot ouvre un débat fumant !

cannabis vache qui rit.jpg

 

 

Eh ! On dirait qu’elle a pété dans la sacristie Cécile Duflot, notre fringante ministre de…de quoi au fait ? Ah oui, du logement. Avec la franchise de sa jeunesse, elle a proposé d’ouvrir le débat sur un sujet qui fait hurler les chaisières : le cannabis ! Les Français sont les premiers consommateurs en Europe de « l’herbe qui fait rire ». Et il faudrait étouffer le débat ? Daniel Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, déclare sans problème qu’il y a dans le gouvernement des gens qui ont tiéé le tarpé ! Pas de quoi en chier des bulles… En Suisse, sans faire d’histoire, le gouvernement vient de donner à l’usage du cannabis l’importance qu’il a : un plaisir ou un petit vice selon qui parle ou pense, dont l’usage dans la rue sera puni d’une simple contredanse de 100 francs suisse (80 euros). Toujours en Suisse, romande celle-là, il est permis de cultiver quatre plants de gandja (cannabis) pour son usage personnel. Et en France, oser soulever le problème soulève les tollés des autruches et voit cette caricature de Copé hurler comme s’il avait un piment dans l’oigne !

 

Médicalement, le cannabis pose peut-être problème mais moins que l’alcool et le tabac, drogues légales…qui engraissent l’Etat ! Mais au niveau sociétal, ce n’est pas le cannabis en lui-même mais son TRAFIC qui est une CALAMITÉ ! Il crée toute une économie parallèle qui génère une ambiance de western. Regarder, Marseille ressemble au Chicago des plus sombres heures de la prohibition. Je dis Marseille, mais c’est toutes les villes de France qui sont concernées, que dis-je gangrénées. Les règlements de comptes se multiplient, voire se banalisent. Le moindre différent se règle au calibre et – escalade – à la kalachnikov. Les flics font ce qu’ils peuvent, c’est-à-dire pas grand-chose. Cette ambiance de far-west est sous tendue par deux choses : le chômage à haute dose qui sévit dans les quartiers dits sensibles, avec pour conséquence la nécessité d’une économie parallèle, en l’occurrence le trafic de drogues, essentiellement de shit (cannabis).

 

Ce trafic est parfaitement organisé avec les gros bonnets (n’habitant pas sur place mais de luxueuses demeures au soleil), les pourvoyeurs qui remontent la drogue depuis le Maroc où elle est cultivée sous très haute protection, soit en grosses bagnoles, soit planquée dans des cargaisons de poids lourds, les revendeurs (dealers) dans les citées, les « nourrices » qui logent les stocks, les guetteurs qui surveillent l’éventuelle venue des flics, les rabatteurs de clients. Tout ça croque plus ou moins selon la place dans la hiérarchie du trafic. Mais la dure loi de la concurrence « libre et non faussée » fait que les conflits de territoires, de parts de marchés sont nombreux. Et se règlent à la kalach…

 

Comment casser cette spirale de la mort ? Certainement pas avec des gesticulations policières. Les bataillons de CRS de Villeneuve près de Grenoble ou dans les quartiers nord de Marseille ne sont pas inutiles en ce sens qu’ils donnent un coup de pied dans la fourmilière et désorganisent momentanément les réseaux, mais ils ne règlent pas le problème de fond : misère due au manque de boulot et trafic. Le chômage étant ce qu’il est, le boulot n’arrivera pas dans les citées à coup de baguette magique, on n’est pas dans Harry Potter. Reste le trafic de drogue.

 

La politique, jusqu’à maintenant, c’est répression, répression, répression…du petit fumeur surtout ! Les flics se montrent impuissants à lutter contre le trafic et ont même perdu le contrôle de pans entiers du territoire de la république. C'est bien la preuve que cette politique répressive ne mène nulle part, et au contraire permet le financement des réseaux mafieux, car plus c'est illégal, plus c'est rentable. Elle a été privilégiée par la droite…qui y trouve quelques avantages (flicage généralisé, fichages, possibilité de jouer sur la peur d l’électeur, etc.). Mais on attend autre chose de la gauche.

 

Le système de légalisation sous contrôle strict permettrait : - production en France ou en Europe via des filières contrôlées, - autoproduction déclarée et contrôlée (4 plants, comme en Suisse romande) pour ceux qui veulent pour leur conso perso, - vente d’un produit non trafiqué dans des « coffees-shop » bien contrôlés ou dans les bureaux de tabacs, - interdiction évidente pour les mineurs. 

Les résultats seraient : - remise des flics sur des taches utiles, - du boulot pour les agriculteurs notamment en zones de montagnes, - de l’activité pour les buralistes et les « coffees shop », - la fin des financement des réseaux maffieux, puisqu'ils n’auraient plus rien à y gagner, - une meilleure détection des personnes à la dérive par surconsommation, - une prévention plus aisée, notamment par la suppression de « l'attirance pour l'interdit » chez les ados, - des taxes pour la sécu, -  une meilleure qualité, contrôlée, garantie pour les consommateurs, - et pourquoi pas, des « dealers » devenant chef d’entreprises et confrontés alors aux règles de concurrence !

 

Et donc beaucoup moins d’insécurité dans nos villes…

 

Alors, François, on l’ouvre ce débat ?

 

C’est quand l’appel du 18 joints !

 Nonidi 19 Prairial 220


Illustration X - Droits réservés

05/06/2012

Au bistro de la toile : Le retour de Microlax 1er !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Eh ! T’as vu, il est revenu le fifrelin…

 

- De qui tu parles Loulle ?

 

- Ben, de Microlax 1er ! Après des vacances au Maroc et avant de repartir faire du vélo et réparer le tout-à-l’égout chez sa belle-doche au Cap-Nèg (Oh ! Pardon, Cap Homme-de-couleur)

 

- Il est revenu, il n’est plus rien que lui-même et pourtant on va continuer à casquer grave pour lui !

 

- Raconte.

 

- Selon le député René Dosière, auteur de "L'Argent de l'Etat", chaque ancien président nous coûte chaque année entre 1,5 et 2 millions d’euros par an ! Ces avantages recouvrent :

  • Un appartement de fonction avec personnel (au moins deux personnes, Giscard en a quatre !) Pour Microlax, c’est un appart de 11 pièces dans les quartiers chics de Paris.
  • Au moins 7 collaborateurs…pour ouvrir son courrier sûrement.
  • Une voiture de fonction avec deux chauffeurs.
  • Une escorte composée de deux ou trois policiers. Et ses domiciles privés seront surveillés par les gendarmes.
  • Voyages gratuits pour lui et sa conjointe (idem pour les autres ex) sur l’ensemble des réseaux publics ferroviaires, aériens et maritimes dans la meilleure classe.
  • Dans ses déplacements à l’étranger, il sera traité comme un président de la République. "C’est-à-dire qu’il est accueilli par l’ambassadeur de France qui peut le loger et l’aider à organiser ses déplacements" dit Dosière.
  • Carla n’est pas oubliée : En cas de décès d'un ancien président de la République, sa veuve pourra bénéficier d’une partie de ces avantages.
  • Sans oublier de grasses rémunérations : 18 000 euros de revenus mensuels (plus que…le président Hollande !). En tant qu'ancien chef d'Etat, Nicolas Sarkozy aura droit à une dotation, c’est le terme, qui est égale à la rémunération d’un conseiller d’Etat et qui est de l’ordre de 6 000 euros par mois. Ensuite, puisqu’il a décidé de siéger au Conseil Constitutionnel, il touchera 12 000 euros brut de plus par mois. Soit un total de 18 000 euros mensuels.


- …taing ! T’as raison, Victor, il va nous coûter un bras !


- Et tu sais à qui on doit toutes ces largesses aberrantes ? A Fabius, alors premier ministre, par une simple lettre à Giscard… Il y a tout de même un doute, c’est qui paiera les oranges ?


- ?????!!!!!?????


- Ben, faut pas oublier qu’à partir d’un mois après sa cessation d’activité en temps que président de la République (soit autour du 15 juin), il redevient un citoyen justiciable comme les autres. Et il va probablement recevoir dans ses beaux bureaux tous neufs deux convocations : - une du juge Gentil (pas si gentil que ça !) de Bordeaux concernant l’affaire Bettencourt (soupçons d’enveloppes d’argent liquide pour sa campagne électorale de 2007); - une autre du juge Van Ruymbeque concernant l’affaire Karachi (soupçon de rétro commissions sur ventes d’armes au profit de la campagne électorale de Balladur).


- Tè ! Victor, si c’est nécessaire, je veux bien les payer moi, les oranges !


- A la nôtre !

 

Octidi 18 Prairial 220

Merci à Chimulus

04/06/2012

Lorsque les moutons en auront vraiment marre, les loups et les hyènes trembleront.

têtes de mort bildenberg.jpg

 


 

A Florange, 2500 travailleurs vont se retrouver à la rue. S’il n’y avait qu’eux ! Vous voulez la liste des plus récentes fermetures d’entreprises ? La voilà lien

 et d’autres encore:  l'usine Technicolor d'Angers (351 salariés) a été placée en redressement judiciaire, le volailler Doux (3.400 salariés) s'est déclaré en cessation de paiement avant d'être placé en redressement judiciaire, tandis qu'ArcelorMittal a annoncé la prolongation pour les six prochains mois de l'arrêt des deux hauts fourneaux de Florange (Moselle). Le fabricant de systèmes de transport Lohr, qui emploie 930 salariés en Alsace, a de son côté rejeté une offre de rachat, et pourrait déposer le bilan dès ce lundi.

 

Mais le cas de ces entreprises n'est que la partie émergée de l'iceberg. En 2011, il y a eu ainsi 50.354 défaillances d'entreprises (procédures de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation) selon l'Insee.

Au premier trimestre 2012, le cabinet Altares a fixé le nombre de ces défaillances à 16.206. Cela représente 65.200 emplois contre 56.200 sur le même trimestre 2011, soit une augmentation de 16%, précise le cabinet.


Plus de neuf défaillances sur dix ont concerné des micro-entreprises (moins de 10 salariés).


Les grandes entreprises ne sont pas en reste. De l'automobile aux télécoms en passant par les banques, les transports ou la distribution, bon nombre d'entre elles devraient être touchées par des réductions d'effectifs, pas nécessairement sous la forme d'un plan social avec licenciements économiques.


Parmi les dossiers les plus en vue figurent Air France, PSA ou encore Carrefour.


La compagnie aérienne a évoqué un "sureffectif" qui devrait être résorbé par un plan de départs volontaires. Le groupe automobile est déjà engagé pour sa part dans un plan de suppressions de 1.900 postes en 2012 et des inquiétudes pèsent sur plusieurs sites, en particulier celui d'Aulnay (3.100 salariés).


Quant à Carrefour, premier employeur privé de France (115.000 salariés), certains syndicats redoutent au moins 3.000 suppressions de postes.

(source : http://www.linternaute.com)

 

Pourquoi ces licenciements dans des entreprises souvent florissantes, en tout cas viables ? Pour satisfaire le dieu Profit, le dieu Pognon, le dieu Fric. Prenons le cas de Florange par exemple. Arcelor était le lideur mondial de l’acier. Par la connerie de ses dirigeants cette entreprise française a été bouffée par le numéro 2 mondial Mittal. Mittal, c’est un individu, un Indien aux dents longues dont tous les moyens – et ils sont grands – tendent vers un seul but : faire le plus de fric possible. Sa stratégie est simple : pour dominer la production de l’acier dans le monde, afin de faire le plus de profits possibles pour lui et son entourage (pas pour l’Inde dont il se contrefout, vivant dans les beaux quartiers de Londres), il faut produire cet acier là où il coûte le moins cher et donc, en corollaire, fermer les entreprises qu’il estime trop chères. De plus, ce faisant, Mittal récupère un savoir-faire, des technologies à la pointe, un carnet de commande, une clientèle et supprime une concurrence.

 

Gandrange, Florange entrent tout naturellement dans cette catégorie. Donc la fermeture de ces usines, dans la logique ultralibérale de Mittal et consort, est logique, normale et procède d’une saine gestion capitaliste d’un groupe. Pas de place pour les détresses humaines là-dedans. La morale, la justice voire la simple compassion ne sont pas cotées en bourse… Mais que penser d’un gouvernement qui accepte de se priver sur son territoire d’une industrie aussi stratégique que l’acier ? Imprudence criminelle. C’est ce qu’à fait Sarkozy. On attend autre chose de Hollande et Montebourg !

 

Ce schéma se retrouve partout où la logique financière a remplacé la logique industrielle. C’est Lejaby, c’est Petrapost, etc.

 

Pourquoi de tels comportements sont-ils possible ? Parce qu’une petite mafia occulte anglo-saxonne et surtout étazunienne a réussi a imposé, sous le nom de mondialisation ou globalisation, l’absence totale de règles qui caractérise le système ultralibéral. Ceci a travers des officine nuisibles genre O.M.C., A.M.I., A.C.T.A, F.M.I. et tous les rouages mis en place pour mettre le monde en coupe réglé au profit de quelques pseudo « maitres du monde ». La liste de ces nuisibles est facile à trouver : regarder les participants à Davos, de la Trilatérale, du club du Siècle et – mieux – ceux qui grenouillent autour du très nuisible groupe dit de Bildenberg qui vient de tenir ces jours-ci (du 31 mai au 3 juin) son grand raout annuel à Chantilly (Virginie, Etats-Unis), à une quarantaine de kilomètres de la Maison Blanche sous la présidence cette année  du français Henry de Castries, PDG d’AXA. lien


 Lorsque les 99,90% de la population mondiale auront compris que ces « maitres du monde », ces 0,10% ne sont que des tigres de papiers, le travailleur qui pendra à un croc de boucher l’un de ces bouffons qui ravagent le monde aura fait un petit pas, mais ce sera « un grand pas pour l’humanité » !

 

Lorsque les moutons en auront vraiment marre, les loups et les hyènes trembleront.

  

Septidi 17 Prairial 220

  

Illustration X – Droits réservés

 

 

01/06/2012

M’ame Michu et M’ame Chazotte s’inquiètent pour Carla.

vamps.jpg

 

 

- Eh ! Dîtes, M’ame Chazotte, ch’uis un peu tracassée…

 

 

- Ah ! C’est quoi cette fois ? Vos varices qui gonflent ? Vos hémorroïdes qui fument ?

 

 

- C’que vous êtes mauvaise quand vous y êtes… Mais, j’vous connais depuis si longtemps et j’sais que c’est plus moqueur que méchant. Non. C’est pas de moi qu’il s’agit, mais je me fais du soucis pour c’te pauvre M’ame Carla. On sait plus s’quelle devient, on n’a jamais vu sa fifille et son mari qu’est au chômage… Ah ! Vous savez M’ame Chazotte,y en a pour tout le monde…

 

 

- Ah ! Voilà qu’est rassurant ma brave M’ame Michu. Et oui, c’te pauvre Carla, on peut dire qu’elle a tout faux. Le jour où elle a été croûter chez ce croûton de Ségala et qu’elle a rencontré Microlax 1er, elle aurait mieux fait d’avaler sa guitare ! Elle est passée de la gauche caviar à l’extrême-droite crade, elle a gâché sa carrière de chanteuse, l’AACB lui ferme ses portes…

 

 

- L’AAACB ? C’est quoi ?

 

 

- L’Amicale des Anciens Amants de Charlotte Brun !

 

 

- Ben ça alors ! Ça alors ! Parait qu’à c’qui parait qu’elle aurait acheté une boucherie chevaline ou un Vival au Cap Nègr (Oh ! Pardon), au Cap Homme de couleur…

 

 

- Eh ! Elle pourra toujours recycler son bourrin où y vendre les salades qu’il s’apprêtait à faire avaler aux Français s’il avait été réélu. Et lui, y fera quoi ? Y pourra toujours monter une boite de tout-à-l’égout, en collaboration avec sa belle-mère : ça a été le grand problème de l’été pendant 3 ans au Cap Nègr (Oh ! Pardon), au Cap Homme de couleur…

 

 

- Et si elle faisait la tournée des plages avec la troupe Âge tendre et tête de bois ?

 

 

- Où encore des animations dans les hypermarchés ! Faudra bien la nourrir cette petite Giulia ! Sans compter qu’il faudra bien penser peut-être à préparer le divorce. Grandeur et décadence… Elle a commencé en croûtant avec la reine d’Angleterre et Michèle Obama, maintenant, c’est sandwich club avec Nadine Morano et Isabelle Balkany…

 

 

- Bon. Ben quand on aura le temps, M’ame Chazotte, on la plaindra…



Quartidi 14 Prairial 220


Photo X - Droits réservés

31/05/2012

ACTA. Bravo aux députés de Hollande !

 

acta pieuvre.jpg

Non. Pour le moment, ce n’est pas des députés de la majorité présidentielle dont je parle, mais des parlementaires du pays Hollande/Pays-Bas. Ils viennent en effet d’adopter une motion dans laquelle ils demandent à leur gouvernement de renoncer définitivement à la ratification de l'accord commercial anti-contrefaçon (ACTA), quand bien même le Parlement européen y serait favorable ou la Cour de justice de l'Union européenne démontrerait sa conformité avec le droit communautaire.

ACTA ? Quésaco ? Un accord très dangereux pour la     démocratie. 22 pays membres de l’Union européenne, dont la France, sous la pression de la Commission européenne du sinistre Barosso ont récemment signé à Tokyo un acte liberticide imposé par les multinationales yankees : le traité ACTA (pour Anti-Counterfeiting Trade Agreement ou Accord Commercial Anti-Contrefaçon). Il s’agit d’un accord négocié secrètement de 2007 à 2010 par un petit "club" de pays (39 pays, dont les 27 de l'Union européenne, les États-Unis, le Japon, etc.). Négocié plutôt que débattu démocratiquement, ACTA contourne les parlements et les organisations internationales pour imposer une logique répressive dictée par les industries du divertissement. Lorsqu’on sait que ce traité scélérat a été comploté sous l’égide de l’O.M.C., on ne peut qu’être suspicieux !

Ce traité camoufle sa nocivité derrière un concept : renforcer la coopération internationale dans la lutte contre la contrefaçon. Il ne se limite pas aux médicaments et aux produits de luxe, et vise également à combattre le téléchargement illégal (musique, films, logiciels...).

Juridiquement, il a été négocié en tant qu'accord commercial, ce qui lui permet d'être adopté plus rapidement et de faire l'objet de moins de débats. Mais ce traité met en place des sanctions judiciaires, ce qui est très inhabituel pour un texte de ce type !

Il prévoit notamment une « collaboration » accrue entre fournisseurs d'accès à Internet et les ayants droit. Ce que dénonce la Quadrature du Net, organisation de défense des libertés sur Internet :

« Cela signifierait que les missions de police (surveillance et collection de preuves) et de justice (sanctions) puissent être confiées aux acteurs privés, contournant ainsi l'autorité judiciaire et le droit à un procès équitable. » C’est le retour des lettres de cachet !

Oxfam France de son côté met en garde contre un traité qui constitue une vraie menace pour l’accès aux médicaments génériques dans les pays du sud et à terme dans les pays du Nord.

ACTA a été négocié dans le plus grand secret entre 2006 et 2010, sans que la possibilité n’ait été donnée à la société civile, les patients et même de nombreux États de suivre et de contribuer librement aux négociations [1]. Résultant d’un processus clairement antidémocratique, cet accord touche pourtant à des domaines vitaux comme la santé, l’agriculture et la liberté d’expression [2] et aura un impact considérable sur la vie de millions de personnes.

Pour Oxfam France, ce traité surprotège les intérêts privés des multinationales pharmaceutiques au détriment de l’intérêt public et fait des fabricants de génériques des coupables présumés. Sous prétexte de lutter contre la contrefaçon des biens, ACTA est un dispositif extrêmement répressif qui met en danger l’accès aux génériques de plusieurs manières :

  • il donne le pouvoir abusif aux douanes européennes de saisir, détruire ou renvoyer aux expéditeurs à leurs frais des médicaments génériques importés en Europe ou en transit sur un simple soupçon d’"utilisation d’une marque confusément similaire" invoquée par un laboratoire.
  • il renforce délibérément l’amalgame entre faux médicaments et médicaments génériques, stigmatise les fabricants de génériques, fait peser sur eux la charge de la preuve et ne prévoit aucune réparation du préjudice subi en cas de saisies abusives.
  • il cible les intermédiaires techniques de la chaine de production des médicaments génériques en les menaçant de lourdes peines, ce qui risque de les dissuader de travailler avec les fabricants de génériques.

Concrètement, cela signifie qu’ACTA met en danger la production de génériques à bas prix. Pour Oxfam France, s’il venait à être adopté par les pays européens (le parlement n’a pas encore ratifié – NDLR), ACTA risque clairement de limiter l’accès aux génériques et de miner les efforts internationaux entrepris jusqu’ici pour répondre aux besoins sanitaires des pays du sud. Des millions de personnes vont être privées de traitement, à l’heure où les ressources financières allouées à la santé dans le monde font cruellement défaut. Mais aussi, dans un contexte inédit de restriction budgétaire, ACTA va compromettre les efforts de maitrise du niveau de dépense pharmaceutique au Nord grâce notamment à la substitution par les génériques.

"Si l’objectif des États est de protéger la santé de leurs citoyens et d’assurer l’accès à des médicaments de qualité, leur démarche doit être toute autre. D’une part, l’accès de tous aux médicaments essentiels de qualité doit s’appuyer sur la concurrence générique. D’autre part, la qualité des produits de santé doit quant à elle reposer sur le renforcement de l’indépendance et de l’expertise des autorités nationales de régulation du médicament", souligne Marame Ndour d’Oxfam France.

C’est pourquoi face à la signature par le Conseil de l’UE de cet accord qui ouvre la procédure de ratification par le parlement, il est urgent :

  • de la part des responsables politiques de permettre aux citoyens européens de mener un débat public et transparent sur les implications concrètes de ce traité.
  • d’exiger de nos parlementaires européens de rejeter un tel accord qui risque de nuire gravement aux libertés et à la santé des peuples.

 

Les effets politiques de l'ACTA sont considérables pour la suite. Il est notamment prévu de créer une sorte d'institution internationale, le Comité ACTA, qui travaillera en marge des instances que sont l'OMPI et l'OMC afin d'accroitre les droits de propriété intellectuelle en évitant le blocage des pays émergents. L'accord pourra aussi être modifié sur décision du Comité ACTA.

Bonjour la démocratie !

Eh ! François, faut faire honneur à ton nom ! Et faire comme les parlementaires de Hollande.

 

Sources : http://www.oxfamfrance.org/L-acces-aux-medicaments-generi...

http://www.humanite.fr/mot-cle/kader-arif

 

 

Tridi 13 Prairial 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

29/05/2012

Excision. Pas de pitié pour les barbares.

excision 2.jpg

 

En France, un couple d'origine guinéenne est jugé à partir d’aujourd’hui devant les Assises de la Nièvre et le procès se poursuivra jusqu'à vendredi pour l'excision de ses quatre filles alors qu'elles étaient encore mineures. L’excision est une coutume ancestrale barbare, illustration de la domination masculine, pratiquée dans une trentaine de pays en Afrique, et qui consiste à enlever de façon totale ou partielle le clitoris, les petites et grandes lèves à l’entrée du vagin. La raison ? Pour que les femmes ne connaissent pas le plaisir ! Pour qu’elles demeurent des trous à bites pour leurs mâles  bornés. Pour qu’elles restent des êtres secondaires, brimés, exploités, niés, mutilés dans leur plus profonde intimité, à la disposition, corps et âmes de leurs « propriétaires ». Révoltant ? Horrifiant ? Selon une estimation de l'Institut national des études démographiques (Ined) datant d’octobre 2007, 50.000 femmes adultes excisées vivaient en France en 2004 contre 140 millions dans le monde.

 

En France, les tortionnaires  encourent jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle pour « complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant ». Mais ils s’en tirent généralement avec du sursis. Il serait temps de mettre un coup d’arrêt à cette barbarie avec des condamnations lourdes de prison ferme. On verra ce que fera la justice maintenant à la mode Taubira. On peut garder espoir.

 

En Egypte, le second tour des élections présidentielles devrait voir s’affronter un représentant de l’ancien régime, Ahmed Chafik, ancien ministre de Moubarack ( !!!???) et un représentant de l’obscurantisme religieux, le dénommé Mohamed Morsi.

 

Salut à vous, martyrs de la place Tarhikh au Caire, grands cocus de la révolution ! Salut à vous, femmes cairotes qui ont été à l’avant-poste de cette révolution confisquée.

 

En Egypte, une loi de 2007 interdit l’excision. Mais la majorité parlementaire – Frères musulmans et Salafistes – réclame l’abrogation de cette loi. Sachez que 80% des femmes égyptiennes subissent cette barbarie malgré cette loi quasiment pas appliquée. Sachez qu’en avril dernier (Martine Gozlan – Marianne du 1er juin 2012), dans le gouvernorat de Minya, à 250 km au sud du Caire, circulait un convoi médical chargé d’apporter « l’hygiène islamique » et d’exciser les fillettes des familles nécessiteuses. Bus sponsorisé par les frères musulmans du candidat à la présidentielle Mohamed Morsi !

 

Voilà. La révolution égyptienne, comme la tunisienne d’ailleurs, est à refaire. Mais restons optimistes : la nôtre a eu bien des soubresauts, bien des retours en arrière, bien des excès avant de réussir.


En attendant, comme toujours, ce sont les femmes qui morflent...


Primidi 11 Prairial 220

 

Photo X – Droits réservés