Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2012

Où se cachent les terroristes ?

deligne sarko terroriste.gif

 

Il parait qu'ils ne sont plus en bandes organisées, mais qu'ils se fondent dans la population, qu'ils se cachent partout, qu'on les croise dans la rue, qu'on les voit sur les plateau télé.

Même s'ils ont "l'apparence" du vrai Français


Apprenez à les reconnaitre !

 

Nonidi 9 germinal 220

 

Merci à Deligne

27/03/2012

Tremblez braves gens ! Tremblez…

 

sarkoflicm-Charlie_Hebdo.JPG

 Le boomerang, c’est une arme redoutable mais qui a la particularité, s’il rate sa cible, de revenir dans la gueule de celui qui l’envoie. C’est ce qui arrive au ci-devant Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa , dit Nicolas Sarkozy, candidat-président. Les sondages, qui sont le parangon des candidats, ne montrent pas « d’effet Toulouse » en faveur de ce dernier.

 

 

Ce terrible drame étale en revanche au grand jour le bide de la politique de sécurité du même Sarkozy, faisant des diverses institutions policières du pays sa chasse gardée depuis dix ans. Bide de la DCRI, dirigée par des proches et des obligés du candidat-président et tendant à dériver vers une police politique plus active pour surveiller les journalistes que les terroristes potentiels. Pas très rassurant si l’on pense que le rôle de cette police de l’ombre est avant tout de prévenir les crimes en surveillant, en infiltrant les milieux potentiellement dangereux (néo-nazis, islamistes, mafias).

 

 

Car comment comprendre la totale liberté d’action d’un type comme Mohamed Medah, suivi depuis longtemps par divers services de police et de justice pour violence, trafic, menant grand train avec…un RSA, accointance avec des extrémistes religieux, « touriste » au Pakistan et en Afghanistan, fiché par les services étazuniens, etc. Bref, c’est du lourd ! Des profils pareils, il n’y en a que quelques dizaines en France. Alors pourquoi ce type n’a-t-il pas été mieux surveillé, surtout à Toulouse, et en tout cas dès le premier crime contre un soldat. A moins que ce type n’est été « protégé » et manipulé comme indic… Ce qui expliquerait la lenteur policière à le neutraliser dès lors que son nom, ou plutôt celui de sa mère apparaissait dans la liste des contacts du vendeur de scooter assassiné. Le Frankenstein aurait échappé à ses créateurs et on connait la suite.

 

 

Bide également que sa « neutralisation » selon le terme consacré. Le type, qui aurait dû être pris vivant, et qui aurait pu l’être selon bien des avis autorisés, dont celui de Christian Prouteau, a été criblé de balles, mettant ainsi un terme définitif à son interrogatoire qui aurait pu gêner bien du monde…

 

 

Et Sarko, l’homme qui dégaine des lois liberticides plus vite que son ombre, en profite pour fouler aux pieds la liberté de penser et de parler en proposant de punir « la consultation de sites appelant à la haine et à la violence » ainsi que « toute personne se rendant à l’étranger pour y suivre des travaux d’endoctrinement à des idéologies conduisant au terrorisme ». Ce qui semble partir d’un bon sentiment (comme d’hab’ l’émotionnel avant la raison) risque de déboucher sur des législations et des tribunaux d’exception criminalisant les opinions que le pouvoir en place juge dangereuses ! On dérive vers le « patriot act » étazunien…

 

 

Le fond de commerce de Sarko, c’est la peur, avec l’insécurité comme moyen et l’acceptation par des populations conditionnées par des médias aux ordres de toutes les dérives liberticides.

 

 

Nous savons ce qu’il nous reste à faire le mois prochain : avant tout, et sans états d’âmes, débarrasser – sans peur ! - la république de ce dangereux nuisible.

 

 

Octidi 8 germinal 220

 

Illustration X - Droits réservés

 

26/03/2012

Pendant la campagne, les sarko-sapoperies continuent

 

chimulus bistro copie.jpg 

La Sécu, on y est tous attaché, c’est une des plus grandes, généreuses et belles conquêtes sociales du siècle passé. Et il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que les divers pouvoirs de droite s’efforcent, mandat après mandat, de la démantibuler avec pour stratégie finale de la refiler au privé, c’est-à-dire aux gros conglomérats assurance-banque.

 

 

Selon l’adage de « qui veut tuer son chien prétend qu’il a la rage », les nuisidroitiens (ouais, c’est nouveau, faut créer des mots, faire évoluer la langue !) – les gens nuisibles généralement de droite (mais n’est-ce pas un pléonasme ?) – les nuisidroitiens donc font en sorte que cette pauvre Sécu soit en déficit chronique. Et si possible fort déficit. Comment ? On en a déjà souvent parlé, mis rappelons quelques ingrédients de cette magouille : l’état ne paie pas, ou pas en totalité ses dettes, ne reverse pas, ou pas en totalité, les taxes sur l’alcool et le tabac, ne rembourse pas les cadeaux aux entreprises, etc. Dès lors, pour redresser les comptes, on détricote la Sécu pour la refiler par lots, c’est moins douloureux, aux requins de la banque et de l’assurance privé.

 

 

Une mesure, parue discrètement il y a quelques jours au Journal Officiel, et qui entre immédiatement en application, oblige les complémentaires santé (mutuelles, assurances, institutions de prévoyance) à rembourser aux patients des dépassements d'honoraires plafonnés à 50 % au-dessus du tarif Sécu.

 

 

Sont concernés les dépassements pratiqués par des médecins spécialistes de bloc opératoire (chirurgiens, anesthésistes, obstétriciens) qui sont actuellement en « secteur 2 », c'est-à-dire qui sont autorisés à demander plus à leurs patients que le tarif remboursé par l'assurance maladie, contrairement a leurs confrères, les plus nombreux, exerçant en « secteur 1 ».

 

 

Ces praticiens qui le souhaitent vont pouvoir opter pour un nouveau secteur, que l'on appelait jusqu'ici « secteur optionnel » et désormais « option de coordination élargie ». S'ils limitent leurs dépassements à 50 % du tarif Sécu pour 70 % de leurs actes techniques, l'assurance maladie prendra en charge leurs cotisations sociales (santé, retraite, etc.) sur les 30 % des actes qu'ils devront continuer à effectuer au tarif opposable. Ben voyons ! Faut bien les aider à changer leur 4X4 chaque année ces pauvres malheureux !

 

 

Et que vont inévitablement faire les mutuelles? Augmenter leurs cotisations! Et à la sortie, c’est encore le patient qui casquera. Ceci s’ajoute, en les alourdissant, aux franchises de 0,5 € par boite de médicament et de 2 € par transport, sans oublier les déremboursements.

 

 

On arrive ainsi, petit à petit, à une médecine à deux vitesses. Pour les « pauvres cons », selon la terminologie sarkozienne, les médecins au rabais, pour les rupins qui ont les moyens de se payer des assurances complémentaires devenues très chères, les meilleurs spécialistes. C’est la dérive « américaine » chère à Sarkozy…

 

 

On nage en plein paradoxe, avec une pratique « libérale » de la médecine et un financement socialisé ! Car les professionnels de santé, qu’ils l’acceptent ou pas, sont des quasi-fonctionnaires, puisque leur rémunération de base - la seule qui soit légitime - est payée par des prélèvements obligatoires qui ne sont rien d’autre que des impôts. Pour en sortir, pourquoi ne pas envisager le paiement au forfait-patient en remplacement du paiement à l’acte ?

 

 

Quand aux riches, créons pour eux un secteur entièrement libre, mais plus du tout remboursé par l’Assurance maladie et les mutuelles. Ces bourrés de thunes pourront se faire soigner par les toubibs qui s’y risqueront sans plus avoir aucun filet pour garder leur clientèle !  Chiche !

 

 

Septidi 7 germinal 220

 

 

Merci à Chimulus

 

 

 

23/03/2012

Pendant les tueries, les sarko-saloperies continuent.

8848062-espion-sur-un-fond-blanc-illustration-vectorielle.jpg

 

Si vous n’avez pas les boyaux de la tête trop constipés par la déferlante de bouillie sécuritaire, vous vous souvenez peut-être de cette séquence trouble qui a vu les pieds nickelés de la DCRI (direction centrale du renseignement intérieur) se faire coincer en train d’espionner, non pas de dangereux terroristes capables de commettre des tueries, mais…des journalistes du journal Le Monde enquêtant sur les magouilles de l’affaire Woerth-Betancourt. C’est l’affaire des « fadettes », factures de téléphones recueillies illégalement. Le procureur de Nanterre Courroye, considéré comme l’instigateur de ces excès de zèle, a été mis en examen pour ces faits : «collecte illicite de données à caractère personnel par un moyen frauduleux déloyal et illicite», ainsi que pour «violation du secret des correspondances» des journalistes du quotidien du soir qui enquêtaient sur l’affaire Woerth-Bettencourt en 2010.


 Un proc mis en exam, voilà qui fait plutôt tâche, non ? Qu’on se rassure (enfin « on » : les sarko-trafiquants), cette situation n’a pas duré longtemps. En effet la cour d’appel de Paris a annulé ce jeudi (hier) cette mise en examen.


Tiens ! La DCRI, c’est ce fameux FBI « à la française » transformé par le ci-devant président Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa , dit Nicolas Sarkozy, en une sorte de police politique au service de l’Elysée. Cette même DCRI sérieusement secouée ces derniers jours pour être passé à côté de la dangerosité d’un tueur salafiste passé par l’Afghanistan et le Pakistan, connu par les services américains, par les services espagnols et…laissé semble-t-il tranquillement vaquer à ses occupations conduisant à de sordides tueries. Incompétence ? Nous ne ferons pas à ces fonctionnaires ce reproche. Ou détournement de moyens ? On ne peut pas à la fois surveiller les journalistes et les terroristes… 

 

Quartidi 4 germinal 220

 

Illustration X - Droits réservés

 

 

22/03/2012

Pendant qu’on nous noie sous l’émotionnel, on ne parle plus de l’essentiel…

 

Pieuvre bancaire.png

 

La dette entre autre. C’est en son nom que les ultralibéraux saccagent tout ce qui fait l’art de vivre à la française : services publics, code du travail, protection sociales, etc. La DETTE ? Elle est voulue, organisée par le système bancaire dont elle est la substance !

 

Comment les rats des banques nous piquent notre blé ?

 

Les banquiers et affidés (agences de notation, hedge funds, FMI, OMC, paradis fiscaux, etc.) dictent leurs désidératas aux gouvernements ultralibéraux qu’ils manipulent comme des marionnettes. Les gesticulations de Merkozy et Sarkel ne sont que les épiphénomènes de cette manipulation. La dette est un moyen pour réduire inexorablement les moyens des états et donc leurs capacités d’action, dans le droit fil du projet ultralibéral. L’accroissement de la dette amène les états au bord de la faillite, les obligeant à réduire drastiquement les services publics et les prestations sociales et à privatiser pour…rembourser les seuls intérêts colossaux de cette dette ! Ce n’est pas un hasard si ce sont les gouvernements de droite – avec une mention toute particulière pour Sarkozy, ministre des finances puis président - qui ont fait exploser la dette des états.

 

Ci-dessous, voici une vidéo lumineuse pour nous, ravageuse pour les banksters. Elle permet de comprendre ce qu’on ne nous a jamais expliquer, ni à l’école, ni à l’université, ni dans les médias : comment ces banksters (contraction de banquiers et gangsters) nous volent, pillent le système, gangrènent toute la société, dépravent la démocratie et mènent la Terre à sa perte. Elle démonte avec une clarté didactique les rouages de ces pratiques.

 

Vous vous souvenez, l’an dernier je crois, Cantona, avec sa grande gueule et son bon sens terrien, a semé un affolement certain au sein de la mafia bankstérienne en préconisant d’aller tous, le même jour, retirer notre pognon des banques ! Il a « shooté » là où ça fait mal l’ami Canto !

 

Cette vidéo montre pourquoi il avait raison et comment lutter contre la mafia des banques.

 

A VOIR ABSOLUMENT, à revoir, à faire connaître. Une information que l’on ne trouve nulle part et JAMAIS.

 

 

« La dette des gouvernements, des entreprises et des ménages a atteint des proportions astronomiques et enfle de plus en plus démesurément de jour en jour.

D'ou vient tout cet argent ?

Comment peut-il y avoir TANT d'argent à prêter ?

La réponse est... qu'il n'y en a pas.

De nos jours, L'ARGENT S'EST FAIT DETTE.

S'il n'y avait PAS DE DETTE, il n'y aurait PAS D'ARGENT

Si tout ceci vous laisse perplexe, rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul ou la seule. Très peu de gens comprennent ce système, même si nous sommes tous touchés. Et pour cause : il est soigneusement occulté.

Ce long métrage d'animation dynamique et divertissant, de l'artiste et vidéographe Paul Grignon, explique les effets magiques mais pervers du SYSTEME ACTUEL D'ARGENT-DETTE dans des termes compréhensibles pour tous.


Nous vous présentons le chef d'œuvre de Paul Grignon pour la première fois disponible avec une bande son française et textes en français ! »

 

Installez-vous tranquillement, prenez votre temps et INFORMEZ-VOUS enfin !

 

 

Pour voir cette vidéo, cliquez ci-dessous :

L’argent dette 

Distribué en DVD par opening.fr - Jean-Pierre Vasseur : jpv@opening.fr - Aline Helliet : aline@opening.fr - Ou acheter directement le film en ligne sur leur site au prix citoyen de 9,90 euros. Déjà disponible chez Amazon : amazon.fr/​Largent-dette/​dp/​B002IWF1A2

et DVDtoile.com : dvdtoile.com/​Film.php?id=56490&page=3

 

 

Tridi 3 germinal 220

 

Illustration X - Droits réservés

 

21/03/2012

Au bistro de la Toile: un tueur providentiel !

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Putaing, Victor, tu commences à me ratatiner les aliboffis de peur… T’es sorcier ou quoi ?

 

 

- ???!!!???

 

 

- Ben ouais ! Tiens, je te cite : le 13 mars tu disais : « (…) Il ne m’étonnerait pas que, à quelques jours des élections, se déclenchent « par hasard » des troubles propres à susciter la peur et donc à faire jouer le reflexe sécuritaire: émeutes de banlieues, attentat terroristes, drames de l’insécurité. Ce type - qui se serait fait payer sa campagne électorale de 2002 par Kadafi - est capable de tout. (…) » Et tu en rajoutais le15 mars : « Françaises, Français,

Grosses niaises, gros niais,

Peuple vil, peuple con, ramassis d’imbéciles

Qui tendaient votre fion pour que l’on vous enfile 

Je vais vous faire peur, provoquer des cata

Des troubles en banlieue, un petit attentat

Pour que vous rejetiez, en tremblant, l’espérance

Et vous réfugiez dans un vote bien rance !

Bourricotes, Bourricots

Votez Sarko ! »

 

 

- Ça t’étonne ? On dirait que tu ne connais pas le personnage. Je ne suis pas le seul à m’être posé des questions dérangeantes. Barbier, de l’Express – un type qui n’est pas, loin de là, mon ballon de rouge – mais qui connais bien les mœurs politicardes, disait pareil chez le gros Calvi et sa chemise rose dans « C’dans l’air » : « La seule chance pour Sarkozy de remporter cette élection réside dans un événement exogène à la campagne, un événement international, exceptionnel ou traumatisant. » Et il en rajoutait : « seul un cataclysme capable de fédérer les Français autour de leur président peut offrir une chance de réélection à Sarkozy ».

 

 

 

- Enfin, tout de même Victor, Sarko et son entourage, pour douteux qu’ils soient, sont-ils capables, pour assurer une réélection bien compromise, d’organiser des actes aussi sordides ?

 

 

- De les organiser non, mais la manipulation de ce barjo connu n’est pas impossible : il était connu des flics pour ses accointances islamistes et donc susceptible d’être manipulé. Tu sais Loulle, Sarko et sa clique sont accrochés comme des morbacks à leur pouvoir, à leurs privilèges, à leur fric. Ils craignent de perdre tout ça si Microlax est battu. Et ils craignent plus encore d’y perdre leur liberté ! Ils ont tant de casseroles au cul qu’ils pourraient ouvrir une quincaillerie ! L’immunité présidentielle tombe avec la fonction, Chichi en sait quelque chose.

 

 

- Quel panier à crabe…

 

 

- Rien ne dit que les sarko-trafiquants soient directement en cause, mais leurs paroles, leurs anathèmes, leur obsession de dresser les gens les uns contre les autres créent un climat propre à susciter des vocations de tueurs barjos, faciles à manipuler. Et ça tombe pilepoil en période d’élections mal barrées pour eux… Coïncidence ? Mon cul… En attendant, la campagne électorale s’est déplacée sur le terrain de Sarko : la sécurité, ou plutôt l’insécurité. La peur ramène toujours les moutons autour du berger… Et le Sarko jubile et envisage son possible triomphe électoral…

 

 

- Bou du con ! Comme ils disent à Toulouse, parles pas de malheur Victor. Tè ! Buvons un coup, ça nous remontera…

 

 

 

Duodi 2 germinal 220

 

 

Merci à Chimulus

 

 

 

 

 

20/03/2012

A qui profite le crime ?

crime,terreur

  

Qui est donc ce serpent, ce tueur à sang froid

Qui sème la terreur, la douleur et l’effroi ?

Quel motif peut créer ce monument de haine ?

Quelles sont ses idées et quelles sont ses chaines ?

 

Il massacre, exécute, tue pour quelles raisons

Des guerriers désarmés, des gosses en fleuraison ?

Comment tuer ainsi sans avoir de remords ?

Qui a mis dans sa tête tous ces torrents de mort ?

 

Des haines religieuses ? Communautaires ? Ethniques ?

Qui donc a intérêt à semer la panique ?

Larmes, insécurité…et la terreur en prime.

 

Quand la France a besoin de paix et de concorde

Qui donc depuis dix ans provoque la discorde ?

Et enfin a qui donc peut profiter le crime ?

 

VictorAyoli

 

 

Primidi 1er germinal 220

 

 

Photo X - Droits réservés

 

 

 

 

19/03/2012

Le temps des cerises ?

 

 

commune de paris 2.jpg

 

Ce n’est pas par hasard que la date du 18 mars a été choisie par l’équipe de Mélenchon pour la grande manifestation du peuple de gauche. Le 18 mars – outre le fait que c’est mon anniversaire ! – est une date phare pour tous les combats libérateurs : c’est celui du commencement de cette formidable « insurrection citoyenne », la Commune de Paris. Durant soixante-douze jours, les communards jettent les bases d’une République sociale, démocratique et citoyenne. Avant d’être noyée dans le sang par les sarkozistes de l’époque, ceux du sinistre Thiers, boucher de la réaction.

Laissons la parole à Jean-Louis Robert, historien, professeur émérite à l’université Paris-1, président des Amis de la Commune :

 

« Le 18 mars 1871, le peuple prend le pouvoir à Paris !

 

Le 18 mars 1871, 9 heures du matin, champ des Polonais sur la butte Montmartre.

Depuis des heures déjà, les hommes du 88e régiment de ligne et la foule de femmes, d’enfants et de gardes nationaux sont autour des canons de la garde nationale. Les lignards discutent avec les habitants, boivent et mangent les provisions que les femmes leur apportent. Le général Lecomte, qui ne peut supporter cette situation, crie à la foule qu’il va tirer si elle ne s’éloigne pas de trente pas de ses hommes.

La foule ne fuit pas et se jette au-devant des hommes en criant « Ne tirez pas !» Le général commande : «Apprêtez-vous !» Les lignards obéissent. «En joue !» ordonne le général. Les crosses des chassepots montent aux épaules. La foule ne bouge toujours pas. Mais le silence, lourd, se fait, et l’on entend distinctement Lecomte crier «Feu ! » 

Mais un fusil s’abaisse, puis deux, dix, cent. À trois reprises, le général tente de faire tirer. Les hommes refusent. Puis un lignard jette son fusil, d’autres se rallient aux fédérés. Le général Lecomte et ses officiers sont arrêtés par les fédérés. Il sera exécuté, avec un autre général (Thomas, le massacreur de juin1848), rue des Rosiers. La Commune commence !

Le 3mars. Ce jour-là, les Prussiens quittent la capitale sous les huées des Gavroche. Les délégués de 200 bataillons de la garde nationale, (le peuple armé) élisent un comité central de la garde nationale qui, désormais, échappe à l’autorité de l’armée et de Thiers.

Le 10mars. Thiers, chef du pouvoir exécutif, abolit le moratoire des loyers en place depuis août1870 (80% des Parisiens sont concernés car les propriétaires menacent d’expulsion les locataires récalcitrants à acquitter les termes). Le même jour, décret sur les échéances : les effets de commerce deviennent exigibles. Des dizaines de milliers d’artisans, 150 000 commerçants sont pris à la gorge. Car comment payer alors que l’activité est considérablement réduite ? L’Assemblée nationale, dominée par les monarchistes, vote son transfert de Bordeaux à Versailles. Nouvelle provocation contre le peuple de Paris, massivement républicain.

Le 16mars. C’est la mi-carême. Le général Vinoy, commandant de l’armée à Paris, interdit aux Parisiens bals et mascarades.

Le 17mars. Thiers décide de récupérer les 171 canons de la garde nationale entreposés à Montmartre. Un plan d’occupation militaire de Paris tout entier y est associé. Entre 15 000 et 20 000 hommes sont mobilisés pour l’opération (on espérait 50 000 hommes des 40 bataillons de la garde nationale des quartiers bourgeois ; il n’en vient que 1 000 !).

Le 18mars, 3heures du matin. Les premiers lignards arrivent sur la butte. Il y a là l’homme de garde, l’ouvrier maçon Germain Turpin. Il est abattu sans sommation. Le général Lecomte refuse qu’on l’envoie se faire soigner à l’hôpital Lariboisière afin de ne pas éveiller l’attention de la population. Le garde Turpin mourra quelques jours plus tard.

L’évacuation des canons commence, mais se fait lentement, faute d’attelages.

Le 18mars, Montmartre au petit matin. Le comité de vigilance de Montmartre, où Louise Michel est de garde, et le 61e bataillon de la garde nationale font battre la générale. Les femmes de Montmartre, les blanchisseuses, les lingères, les ménagères sont les plus nombreuses. Elles montent sur la butte, apostrophent les lignards. La fraternisation commence. Quelques heures après…

Le 18mars au matin partout dans Paris. Les événements de Montmartre sont appris par les Parisiens. Les bataillons de la garde nationale se reforment, c’est partout la déconfiture pour les troupes de Versailles. À Pigalle, aux Buttes-Chaumont, à la Bastille, rue de Flandre, dans les 13e et 14e arrondissements, les troupes se débandent rapidement devant les fédérés. Seul l’Hôtel de ville tient.

Le 18mars, 11heures, école du 11, rue Basfroi. Le comité central de la garde nationale se réunit. L’insurrection a été spontanée. Le comité central, réuni au cœur du populaire quartier de la Roquette, donne l’ordre que Paris se couvre de barricades. Mais reste hésitant : faut-il occuper les bâtiments publics ? La préfecture de police ? L’Hôtel de ville ?

Le 18mars, 15 heures. Au Quai d’Orsay, réunion du ministère.

Thiers semble incertain. Des bataillons de la garde nationale du Gros-Caillou passent devant le bâtiment sans s’y arrêter. Le courage de Thiers a des limites ! Il s’enfuit par une issue du côté de la rue de l’Université et file dans son coupé jusqu’au pont de Sèvres… Il laisse un ordre : «Évacuez Paris !»

Le 18mars, l’après-midi. Paris se couvre de barricades. L’armée – ou ce qu’il en reste – évacue progressivement Paris. Le comité central passe à l’offensive et fait occuper les carrefours stratégiques, les bâtiments publics.

Le 18mars, 21 h 30. Jules Ferry, le seul versaillais qui fit preuve d’un vrai courage le 18mars, abandonne l’Hôtel de ville. La garde nationale y rentre et hisse le drapeau rouge sur la façade.

Le 18mars, 23 heures. Le comité central se réunit à l’Hôtel de ville. Dans la salle des conférences, ces hommes du peuple, des ouvriers majoritairement, siègent dans un décor qui ne leur est pas habituel. Ils sont une vingtaine. La discussion est longue. À minuit, la lumière apparaît, le chemin est tracé. Des vingt poitrines sort ce cri unanime :

«Vive la Commune !» Pendant soixante-douze jours, le peuple de Paris va vivre libéré de ses chaînes. À nous de faire vivre cet immense espoir qui porte les valeurs de justice sociale et de démocratie dans notre monde dominé par le pouvoir de l’argent. »

Mélenchon, en rassemblant plus de 100.000 citoyens place de la Bastille, a redonné au peuple ébahi, étonné, puis conquis la conscience de sa force, la possibilité d'une espérence. Puissent les lendemains chanter le « Temps des cerises » ! Ecoutons-le :

 

http://www.dailymotion.com/video/xpj12s_discours-de-jean-luc-melenchon-a-la-bastille_news

 

 

Décadi 30 ventôse 220

 

 Illustration X - Droits réservés

 

 

 

16/03/2012

Ecoutons Monsieur Onesta!

Onesta.jpg

 

Il l’a redis et répété, droit dans ses charentaises François Hollande : les revenus dépassant 1 million par an seront taxés à 75%. Bravo. Au dessus de 400.000 euros, ce serait mieux, plus juste et plus efficace mais enfin c’est déjà bien. Pas pour ce que ça va rapporter (ça touchera autour de 3.000 goinfres seulement), mais pour l’exemple. Un million PAR AN, cela fait 83.333 euros par mois, très exactement 2739,73 euros PAR JOUR, soit 114, 16 euros PAR HEURE (pas heures ouvrables mais TOUTES LES HEURES DU JOUR). A comparer au taux horaire du smic qui, depuis le 1er janvier 2012 est passé à 9,22 euros brut de l'heure OUVRABLE,soit 1.398,37 euros brut par mois pour 35 heures. Le Smic mensuel net est donc de 1 096,94 euros soit 36,53 euros par jour et 1,52 euros pour CHAQUE HEURE du jour. A comparer avec ce que touchent les goinfres, soit un rapport de 114/1,52 = 75 ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes : ceux qui « gagnent » 75 fois plus que le smicard paieront un peu plus d’impôt…

 

Et c’est ça que les sarko-nuisibles qualifient de « catastrophe » ? C’est ça que les canards laquais et les journaleux à plat ventre devant les puissances de l’argent (leurs patrons…) qualifient de démagogie et de populisme ? Qui sont-ils allés chercher ces lèche-culs pour illustrer leurs propos offusqués ? Les footballeurs !!! Au niveau fuite des cerveaux, ce ne serait pas catastrophiques…

 

Mais écoutons plutôt un grand monsieur du sport, l’entraineur le plus titré de France dans un sport collectif, Monsieur Claude Onesta, entraineur des handballeurs trustant tous les titres : «  Les revenus baissent, le chômage grimpe, les gens galèrent pour se nourrir, se loger décemment, se soigner. Et on préserverait les plus riches ? Les joueurs de foot ne seraient pas touchés ? L’impôt, c’est un rendez-vous citoyen, des crèches, des écoles : en aucun cas une confiscation ou une sanction. Je répète un truc depuis des années : le sport de haut niveau n’a d’intérêt qu’à partir du moment où l’exemplarité est présente dans le tableau. »

 

Voilà qui est dit et bien dit. Ils crèveraient vraiment de faim les fouteux et autres tennismen, pousseurs de goualantes ou pantins de cinéma s’ils ne touchaient QUE 80.000 euros par mois au lieu de 100.000 ? Ça leur trouerait le cul de faire preuve de solidarité avec le pays qui les a formés, qui les soigne, qui leur fait gagner leur pognon ? Onesta leur donne un conseil judicieux : «Dans le hand ou dans le rugby, à la fin de sa carrière, le mec bosse. Pourquoi les footballeurs y couperaient-ils ? Vous vous posez les bonnes questions, vous redémarrez un projet de vie. Travailler après sa carrière sportive, c'est une chance, pas un drame ». A l’intention de ceux qui menacent de quitter la France, Onesta ne mâche pas ses mots : « Pas de soucis. On ne reste pas dans un pays parce qu'il vous permet de protéger le trésor mais parce qu'on y a des amis, qu'on partage des valeurs avec ceux qui y habitent. Donc, qu'ils s'en aillent ».

 

Eh ! François, tu crois pas qu’il ferait un bien fringant ministre des sport Monsieur Onesta ?

 

Septidi 27 ventôse 220

 

 

Sources : Libération

 

Photo X – Droits réservés

 

 

 

15/03/2012

La trouille au cul, Bourricotes, Bourricots Votez Sarko

GreffeSarkoLePen.jpg

 

Françaises, Français,

Grosses niaises, gros niais,

Lèches-cul avachis et crétines soumises

Voilà bientôt cinq ans que je vous sodomise

Je vous prends tout vos sous, toutes vos libertés

Je casse et foule aux pieds votre société

Et pourtant, peuple vil, ramassis d’imbéciles

Vous enfiler à sec est pour moi si facile !

Lorsque je dis « pour moi », je dis surtout « pour nous »

Pour nous les maquereaux du Medef, les voyous,

Banquiers et assureurs, traders et financiers

Aidés par juges, flics, imams, rabbins, curés.

Car vous êtes si cons que vous votez pour nous !

Vous qui nous voyez grands, vous êtes à genoux !

Et ce n’est pas fini, car en deux mille douze

Je vais vous manœuvrer grâce à tous mes barbouzes :

En agitant la crise, en suscitant la peur

Vous voterez pour moi, et pour votre malheur !

Mon bilan est de plomb, mes idées sont infâmes

Vous voulez donc savoir quel sera mon programme ?

Je vais vous en donner les dix points principaux,

Du pipo, des impôts, je vous fais un topo :

- Vous endetter beaucoup en augmentant les taxes,

Dépendance matérielle : docilité un max !

- Accroitre le chômage, truquer les statistiques,

Pour baisser les salaires, c’est toujours bien pratique.

- Contrôler les médias, l’internet, les réseaux

Pour vous manipuler en temps électoraux.

- Emmerder les blogueurs sans trêve et sans répits,

Casser les médias libres par la loi Hadopi

- Contrôler  cette peste que l’on nomme Justice

Afin que nos magouilles jamais ne se punissent.

- Casser les effectifs de la police utile

Car l’insécurité et la peur sont fertiles.

- Casser conjointement l’hôpital et l’école

Pour filer au privé ces fabuleux pactoles.

- Casser encore plus retraites et pensions :

Les assureurs privés financent nos actions.

- Laisser passer beaucoup d’émigrés clandestins

Pour casser le marché du travail des crétins.

- Favoriser au max toutes les religions :

Empêcher de penser, voilà la solution !

Françaises, Français !

Vous qui m’écoutez bavasser,

Débiles, imbéciles !

Vous baiser n’est pas difficile

Car vos représentants sont nuls et désunis

Vous donc serez punis !

Hollande, Eva Joly, Poutou ou Mélenchon

Je pique des idées à tous ces cornichons

Non pas, bien entendu, pour les faire appliquer

Mais pour les saloper et les éradiquer.

Je renie mes idées, je mens comme je pète

Je dis n’importe quoi tant je crains la défaite,

Pour gagner je sais faire flèche de tout bois

Même des plus pourris tant je suis aux abois

Les médias à ma botte me lèchent tous le cul

Car beaucoup vont gicler si je suis le vaincu.

Françaises, Français,

Grosses niaises, gros niais,

Peuple vil, peuple con, ramassis d’imbéciles

Qui tendaient votre cul pour que l’on vous enfile

Je vais vous faire peur, provoquer des cata

Des troubles en banlieue, un petit attentat

Pour que vous rejetiez, en tremblant, l’espérance

Et vous réfugiez dans un vote bien rance !

Bourricotes, Bourricots

Votez Sarko !

 

 

Sextidi 27 ventôse 220

 

 

Illustration : Merci à Cabu

 

14/03/2012

Taxe carbone dans le transport aérien : ne pas plier devant le diktat chinois !

chinois airbus dessin.jpg

 

 Alors, on – l’Europe en l’occurrence – va le baisser le calbar ou pas ? Devant qui et pourquoi ? Devant la Chine et pour la lutte contre le réchauffement climatique.

 

L’Europe, pour une fois bien inspirée et pensant aux générations futures, a institué une taxe carbone pour le transport aérien, mode de transport polluant s’il en est. La taxe carbone européenne, entrée en vigueur sur le papier le 1er janvier 2012, oblige les compagnies opérant dans l'UE, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.

La Chine – premier pollueur mondial devant les Etats-Unis – refuse avec autant de violence que d’arrogance de se plier à cette mesure de bon sens. Et, pour appuyer son attitude, son gouvernement décide de refuser d’approuver les commandes d’Airbus (35 long-courriers A330 et 10 très gros porteurs A380) que doivent acquérir les compagnies chinoises.

Airbus risque donc de faire les frais de ce bras de fer. Son président, Louis Gallois, met les pieds dans le plat en chiffrant la perte pour l’avionneur européen à 12 milliards. Une paille… Avec des fournées de chômeurs à la clé. On peut comprendre sa position. Dans la foulée, les compagnies British Airways, Virgin Atlantic, Lufthansa, Air France, Air Berlin et Iberia se joignent à Airbus pour«alerter» les dirigeants «sur les conséquences économiques» de cette taxe qui constitue une menace «inadmissible» pour leur secteur d'activité.

Pour faire bonne mesure une association rassemblant la plupart des compagnies aériennes américaines, Airlines for America (A4A), a demandé à l'administration américaine de lancer une procédure à l'OACI (Organisation de l'aviation civile est une organisation internationale dépendant des Nations Unis dont le rôle est de participer à l’élaboration des normes  permettant la standardisation du transport aéronautique international)  pour obtenir l’annulation de cette mesure. La planète, on s'en fout, pourvu que nos profits demeurent !

Cette taxe carbone est peut-être un coup d’épée dans l’eau, mais elle montre pour une fois la volonté positive de l’Union Européenne en matière de lutte contre le réchauffement climatique (la sécheresse actuelle et de plus en plus récurrente lui donne raison). Le gouvernement danois (de gauche), qui assure la présidence tournante de l’Europe, a donné une fin de non recevoir à ces prétentions des Chinois et des margoulins du transport aérien. 

Bravo les Danois ! C’est un bras de fer crucial car si nous plions cette fois devant l’arrogance chinoise, quels seront les prochains diktats ?

 

Quintidi 25 ventôse 220

 Illustration : alex-dessinpresse.over-blog.com

13/03/2012

Au bistro de la toile : matraquages…

chimulus bistro copie.jpg

 

 

- Oh ! Victor, t’as vu, parait que Microlax passe devant le Fromage chez Ifop…

 

- C’est le boyau culier qui précèderait la bouche… Tu sais qui c’est Ifop ? C’est l’institut de propagande de Laurence Parizot !  Comme le CSA, c’est Bolloré et Opinion Way Dassault ! Les sondages ne trompent que ceux qui veulent bien les croire. Ils sont des machines forcément partiales de par leur actionnariat, de par le choix des sondés et de par la manière de poser les questions. Bon. Et quand bien même. Ça pue un peu la magouille lorsque l’on constate dans ce sondage que Microlax progresse de 1,5 points, soit exactement le même pourcentage que perdrait son adversaire principal ! Il faut aussi toujours garder à l’esprit que la marge d’erreur revendiquée par ces instituts est de…3% !

 

- Il faut bien que le matraquage ad vomitum de l’ensemble des télés, radios et magazines donnent une petite piqure de dopage ! Et les médias vont nous gonfler pendant des jours et des jours avec ça. Le seul sondage qui compte, c’est celui des urnes. Eh ! Le Pinocchio pique même des idées chez Mélenchon en parlant de faire payer les « zéxilés fiscaux », disons plutôt les déserteurs fiscaux ! Proposition cocasse dans la bouche de l’ami de Johnny !

 

- Qui va se laisser tromper par ces conneries ? Microlax est célèbre pour l’énergie qu’il déploie à ne pas tenir ses engagements, son courage à baisser le calbar devant Bismarkel qui le traite comme son teckel, sa pugnacité à faire les poches des pauvres pour engraisser à s’en faire péter l’embourigue ses complices plein de thunes du Fouquet’s. Ce type est dangereux. Je le dis et le crie sur tous les toits depuis cinq ans. Il a mis le pays à sac et pour se faire réélire par les vieux et les rentiers qui forment l’essentiel de son électorat, il ne m’étonnerait pas qu’il mette le feu au pays.

 

- Eh ! Oh ! Faut pas exagérer non ?

 

- Mouais… Il ne m’étonnerait pas que, à quelques jours des élections, se déclenchent « par hasard » des troubles propres susciter la peur et donc à faire jouer le reflexe sécuritaire: émeutes de banlieues, attentat terroristes, drames de l’insécurité. Ce type - qui se serait fait payer sa campagne électorale de 2002 par Kadafi - est capable de tout. C’est un nuisible dont il faut se débarrasser.

 

 

Quartidi 24 ventôse 220

 

 

Merci à Chimulus

 

 

 

 

 

 

 

12/03/2012

Un peu d’humanité dans ce monde de brute

 Ami, tu sais à quel point la contribution paternelle

 est nécessaire aux enfants.

Sans ton aide, une petite fille de quelques mois risque de ne pas avoir, comme la plupart des enfants, la chance de grandir aux côtés de son papa.

Pourtant, son père ne l'a pas abandonnée

et n'est pas non plus décédé.

 

Il fait tout simplement un métier qui l'oblige trop souvent

 à s'absenter.

 
Quant à sa maman, elle redoute que Son Mari surmené,

 

malgré ses six cerveaux, ne meure.

 Ami, tu ne voudrais pas voir des larmes

dans les beaux yeux de cette maman.

 

Et, contrairement à d'autres enfants, tu peux toi aussi facilement aider la petite Giulia à retrouver son papa.

 

Et cela ne te coûtera rien. 

Pour cela, il suffit de faire le bon geste

pour lui

rendre son papa :

 

En 2012,

ne VOTE PAS

pour son père

NICOLAS !

 

 

 

humanité

 

 

 

Tridi 23 ventôse 220

 

Illustration X - Droits réservés 

07/03/2012

Vous exécrez la Liberté, l’Egalité, la Fraternité ? Votez Sarkozy...

 

la tache qui rit.jpg

 

Vous souhaitez travaillez plus pour gagner moins ?

Votez Sarkozy

Vous souhaitez foutre en l'air ce qui reste des services publics ?

Votez Sarkozy

Vous souhaitez partir à la retraite à 75 ans ?

Votez Sarkozy

Vous souhaitez payer plus chers vos médicaments ?

Votez Sarkozy

Vous souhaitez que les diktats de Merkel passent en vote au parlement sans consultation nationale ?

Votez Sarkozy

Vous détestez la Sécurité Sociale et vous préférez le tout sécuritaire ?

Votez sarkozy

Vous rêvez d'une société « à la Grecque » façon Thatcher-Merkel ?

Votez Sarkozy

Vous êtes pour des interventions militaires diverses et variées (Syrie, Iran après Afghanistan et Lybie) mais toujours à la botte des Etats-Unis ?

Votez Sarkozy

Vous pensez que la laïcité telle qu'elle existe actuellement ne fonctionne pas ?

Votez Sarkozy ?

Vous êtes pour plus de place des conceptions religieuses dans la vie politique ?

Votez Sarkozy

Vous acceptez de vous mettre à plat ventre devant les agences de notations, les fonds de pensions et les banques ?

Votez Sarkozy

Vous aimez Parizot et les vautours du MEDEF ?

Votez Sarkozy

Vous aimeriez voir un type qui a trahis tout le monde revenir au pouvoir ?

Votez Sarkozy

Vous croyez que ses mea culpa et ses postures « populaires » sont sincères ?

Votez Sarkozy

Vous souhaitez que l'on vous refasse le coup de la fracture sociale ?

Votez Sarkozy

Vous croyez en l'eugénisme et en la prédisposition ?

Votez Sarkozy

Vous trouver que la scientologie et Tom Cruise sont plutôt funs ?

Votez Sarkozy

Vous rêver d'élections où les votes se feraient sur des machines et où le dépouillement serait incontrôlable ?

Votez Sarkozy Vous pensez que l'écologie « ça commence à bien faire » ?

Votez Sarkozy 

Vous voulez des flics partout et de la justice nulle part ?

Votez Sarkozy

Vous voulez que la même politique que celle effectuée depuis 2007 mais en pire soit mise en place ?

Votez Sarkozy

Vous voulez croire aux mensonges de circonstances de cet individu ?

Votez Sarkozy

Vous voulez vous faire avoir profondément et sans vaseline ?

Votez Sarkozy

 

 

Octidi 18 ventôse 220

Illustration X - Droits réservés

06/03/2012

Dans ma boite à courriel : « Ses cheveux ont blanchi en quelques jours »

justice injustice.jpg

Lorsque la reine Marie-Antoinette fut extraite de son cachot pour être guillotinée, la foule fut médusée : ses longs cheveux châtains étaient devenus blancs, en quelques jours.

C'est ce qui est arrivé à Maurice Boisard, maire de Cousolre, une petite commune du Nord. Sa vie a basculé lorsque cet honnête homme a été traîné devant un tribunal comme un vulgaire délinquant.

Le 24 août 2010, Maurice Boisard, élu de sa commune depuis trente ans, sans étiquette, surprend un jeune en train d'escalader le grillage entourant les bâtiments municipaux.

Ce grillage est tout neuf. Il a coûté 10 000 euros, une somme importante pour un village de 2500 habitants. L'attitude du jeune est d'autant plus suspecte que tous les jeunes de la commune savent qu'une clé est à leur disposition pour pénétrer dans les lieux.

Mais surtout, il se trouve que ce jeune est le chef d'une petite bande qui, depuis longtemps, empoisonne la vie des habitants.

Selon la presse locale, ils parlent fort, tard et traficotent sous les fenêtres. Les habitants se plaignent, à tel point que le Maire a été obligé de prendre un arrêté municipal interdisant les rassemblements à certains endroits du village, comme dans les pays en guerre ! (Nous sommes pourtant dans l'Avesnois, une région rurale réputée tranquille).

En rétorsion, les jeunes multiplient les provocations, insultes, bris de vitres, bouteilles d'alcool jetées sur la chaussée. Des tags agressifs maculent les murs de la commune un peu partout. Les vasques de fleurs sont piétinées. Les plaintes affluent au commissariat... qui est trop débordé pour réagir.

Le Maire organise alors un voyage pour les jeunes de la commune, espérant leur montrer sa bonne volonté.

Rien n'y fait. Le 18 juin 2010, le jeune chef de bande vient ouvertement provoquer le maire et rigoler pendant la commémoration avec les anciens combattants. Il se « met ostensiblement devant sa voiture lorsqu'il va chercher son petit-fils à la sortie de l'école communale » raconte le chroniqueur judiciaire du Monde.

La tension est d'autant plus forte dans la commune que le prédécesseur de Maurice à la mairie de Cousolre a démissionné en 2006 après avoir été battu à coups de manche de pioche pour avoir refusé un droit de stationnement à un forain.

Alors, ce jour-là, le maire décide de ne pas laisser passer. Il sort de la mairie et exige du jeune qu'il descende immédiatement du grillage, le menaçant de « l'emmener au poste ».

Devant une douzaine de copains, le jeune rétorque qu'il veut aller chercher un ballon « C'est pas toi qui va m'empêcher de faire ce que je veux ». « Il m'a insulté, m'a traité de 'bâtard' » raconte le Maire. Celui-ci décide de réagir et lui administre une gifle.

L'adolescent sort de ses gonds, les insultes pleuvent – "Fils de pute, je vais niquer ta mère, attends si t'es un homme, je vais te tuer". Mettant ses menaces à exécution, il cherche d'abord à le frapper à coup de poing, puis rentre chez lui, prend deux couteaux qu'il glisse dans ses chaussettes et revient sur la place de la mairie !!!

Il s'en faut d'un cheveu que l'irréparable soit commis : seule l'intervention de ses « copains » permet d'éviter le drame.

Quand les parents du jeune apprennent ce qui s’est passé, leur réaction est d'aller... porter plainte contre le Maire pour « violence ».

Et voilà que la Justice, parfois si peu pressée de défendre les citoyens, se saisit immédiatement du dossier. Maurice Boisard se retrouve au Tribunal, à la barre des accusés.

La scène est surréaliste : le Procureur Bernard Beffy l'accuse de s’être organisé pour pouvoir fanfaronner devant la Cour, faire parler de lui et se faire passer pour une « victime » !

Le journaliste du Monde raconte :

"Vous vouliez le tribunal, parce que vous vouliez une tribune !", lui lance le procureur. Il s'en prend avec la même agressivité aux élus – pour la plupart des maires sans étiquette de petites communes et d'autres, sympathisants ou militants du PS – venus soutenir leur collègue et à leur "corporatisme un peu primaire". Il ironise avec lourdeur : "On voudrait savoir, Cousolre, c'est Chicago des années 30 ? Heureusement que vous n'êtes pas maire de Montfermeil, Monsieur Boisard !"

 

Et la charge continue, sur le même ton.

 

    Avez-vous mis en place un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance ?

    Mais on est une commune de 2 500 habitants..., souffle le maire.

    Voulez-vous autoriser tous les maires de France à donner des gifles à leurs administrés, à rendre eux-mêmes la justice, à se voir confier des pouvoirs de shérif ?, poursuit le procureur.

 

A son banc, Maurice Boisard semble sonné. La voix du procureur résonne encore dans la salle : "Vous êtes quelqu'un de bien, et à 62 ans, vous êtes d'autant moins pardonnable de vous être laissé aller à un emportement contre un jeune de 16 ans, ces jeunes auxquels notre génération laisse si peu d'espoir... La jeunesse est insolente, turbulente, mais ce n'est pas une maladie !", tonne-t-il encore avant de requérir une peine de 500 euros contre le maire.

 

Deux semaines plus tard, la sanction tombe : le Tribunal a décidé d'aller plus loin encore que ne le réclamait le Procureur : non seulement il décide de condamner pénalement Maurice Boisart, qui se retrouve avec un casier judiciaire, mais il exige en plus qu'il verse 250 euros de dommages et intérêts au jeune voyou, et surtout de prendre à sa charge tous les frais de Justice !

L'assistance n'en croit pas ses oreilles. Maurice Boisart avait cru qu'il était de son devoir de « marquer une limite aux insultes à l’homme et à la fonction qu’il représente ».

Surtout, chacun réalise avec effroi que la Justice vient de retirer au Maire le peu d'autorité qu'il avait encore : « C'est une gifle qui coûte cher mais est-ce vraiment le plus important ? Si je suis condamné, les jeunes vont faire ce qu'ils veulent, les maires ne vont plus se retourner. On va faire jouer les assurances et puis c'est tout », déclare Maurice Boisart, ravagé. (La voix du Nord – 3 février)

Le constat est partagé par le maire PS de la commune voisine de Jeumont, dans le Nord, Benjamin Saint-Huile : « La sanction financière, on s'en moque (..). Le symbole, c'est vous, mesdames et messieurs les élus de la République, qui faites le choix de vous engager pour les autres. Quand vous aurez un problème, sachez qu'il faudra vous débrouiller, que l'institution judiciaire ne considérera pas que vous avez un statut particulier ».

Mais surtout, ce que vous devez savoir, c'est qu'en dehors de quelques réactions isolées, personne ne s'est exprimé publiquement pour défendre Maurice Boisart.

Aucune réaction massive n'a eu lieu dans la population, jusqu'à présent.

Le « jeune » va toucher son chèque, ses amis ricanent, Maurice Boisart est détruit. La fonction de Maire, en France, a perdu encore un peu de son prestige. D'autorité, il ne lui reste quasiment plus rien, et il est certain que, la prochaine fois qu'ils sont confrontés à des actes de vandalisme, l'ensemble des Maires de France se souviendront de ce qui est arrivé à leur collègue.

Tout ceci est inéluctable. Mais il reste un grand espoir :

L'affaire n'est pas tout à fait terminée. Maurice Boisart a fait appel.

Et cette fois, nous pouvons tout changer à ce procès en rassemblant des centaines de milliers de signatures pour le soutenir.

Oui, si vous signez la déclaration de soutien ci-dessous, et si vous passez ce message à tout votre carnet d'adresses, nous pouvons provoquer une vague de solidarité historique dans le pays.

Nous pouvons faire en sorte que Maurice se sache soutenu par des centaines de milliers de Français, et manifester publiquement notre réprobation la plus totale contre cette Justice-là qui marche à l'envers et qui nuit aussi directement à la paix et à la bonne entente dans notre pays.

Notre mobilisation commune, si elle est massive, changera complètement l'état d'esprit de Maurice Boisart. D'homme seul, abandonné de tous, il passera au statut de héros d'une cause qui nous appartient à tous.

L'Institut pour la Justice vous appelle donc solennellement à signer la déclaration officielle de soutien à Maurice Boisard, et à la faire signer par tout votre entourage.

Cela ne vous demandera qu'un instant, mais c'est un moyen concret de réparer, au moins partiellement, la bêtise et l'agressivité déplacée de ce fonctionnement-là de la Justice

S'il vous plaît, ne fermez pas cet email pour l'envoyer aux oubliettes. Ce serait un énorme gâchis. Puisque vous avez investi du temps pour lire ce message jusqu'ici, faites ce geste simple de signer la déclaration officielle de soutien au maire de Cousolre.

Alors merci de soutenir notre ami Maurice Boisart en signant maintenant la pétition (cliquer ici). C'est une question d'élémentaire justice et équilibre. C'est aussi une question d'honneur.

Un grand merci,

Laurence Havel
secrétaire nationale

Pour signer la pétition de soutien : http://petitions.institutpourlajustice.com/maire_cousolre/

 

Je ne connais pas cette association mais je trouve ce combat digne et j’y adhère. Un mien excellent ami, sur le même thème a réagi ainsi :

 

Monsieur Maurice Boisart

Maire du Village

7, rue Aldegonde

59149  COUSOLRE

 

Monsieur le Maire,

 

Vous trouverez sous ce pli un chèque de 10 € pour participation à vos éventuels frais de justice ou pour trinquer avec vos amis.

Bien cordialement,

 

 

Septidi 17 ventôse 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

05/03/2012

Au Bistro de la Toile : Sarko candidat « de l’étranger » !

chimulus bistro copie.jpg

 

- Eh ! t’as vu Victor, les Zeuropéens, ils n’aiment pas trop le fromage de Hollande ! Ils ne veulent même pas le recevoir !

 

- En voilà une nouvelle qu’elle est bonne ! Voilà qui prouve que les élections en France intéressent au plus haut point les lideurs européens et donc que la voix de la France est toujours audible malgré cinq ans de sarconneries. Ensuite c’est excellent pour le candidat de gauche qui arrivera en tête au premier tour car il a beau jeu de claironner que Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa, dit Nicolas Sarkozy EST le candidat de l’étranger ! Qu’il a besoin pour tenter de se faire réélire de « l’aide » d’une coalition d’états étrangers gouvernés – pour l’instant – par des dirigeants totalement inféodés aux thèses des « néocons » (le néo étant facultatif !) étazuniens. Quand je dis « étrangers » c’est une exagération volontaire pour souligner le caractère incongru de cette magouille des droites européennes.

 

- C’est donc peut-être un cadeau empoisonné que la Teutonne Bismarkel fait au Hun Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa, dit Nicolas Sarkozy !

 

- Exactement. Les Français, ce peuple râleur, rouspéteur, rebroussier a une horreur viscérale de se faire imposer quoi que ce soit depuis l’étranger. Hollande (ou Mélenchon !) ont désormais beau jeu de conforter leur approche des lideurs de l’opposition des quatre pays néocons « ennemis » - Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Espagne – et d’envisager ensemble des politiques alternatives à forte tendance sociale crédibles pour ces pays. La victoire de la gauche en France pouvant ainsi donner le signal d’un changement politique global en Europe !

 

- Et donc de redonner de l’espoir aux peuples et redorer le blason de l’Europe bien amoché dans l’esprit des Zeuropéens… Allez ! A la nôtre !

 

 

Sextidi 16 ventôse 220

 

 

Merci à Chimulus

 

 

 

02/03/2012

Les gnons du peuple rendent le « candidat du peuple » plutôt grognon !

 

crs sarko bayonne.jpg

 

Microlax 1er s’est fait secouer mes abatis jeudi à Bayonne. Savourons ! Qu’est-ce qu’il croit le « candidat du peuple » ? Qu’il est aimé par ce peuple dont il a le culot d’usurper le nom ? Il a pris des œufs sur le groin ? C’est bon enfant. Le CANDIDAT-président semble découvrir que la vrai France « d’en bas » n’est pas celle que le PRESIDENT-candidat côtoient lors de ses nombreux voyages « officiels ».

 

Tenez, savourons ensemble le compte-rendu vécu de la manière dont Sarko voyage en France (à 600.000 euros le déplacement !)


 « Témoignage sur Sarko en Ariège.

Au sujet du voyage présidentiel qu'il a vécu partiellement....en Ariège.... *Jean DONAT, témoigne.... Quand notre vénéré Président candidat prend un bain de foule, il ne voit que des sympathisants tant le tamis des filtres est serré.

On peut s'envoyer des mails humoristiques, touristiques ...et c'est bien agréable ! On peut parler de météo, de foot, de ski, de VTT, de loisirs, de voyages, de la famille...  Mais on est aussi des citoyens et j'espère pouvoir évoquer avec des interlocuteurs "ouverts", ce qu'est devenue, en 2012, la nation française, ce que vit actuellement le peuple français, le peuple grec, le peuple espagnol ... !

Dans cette optique et vu que mon "statut de retraité" m'en laisse le temps, je me suis intéressé à la venue de SARKO en Ariège!

N'étant ni élu, ni militant de l'UMP, je n'ai bien sûr pas été invité... Mais, je n'ai pas voulu manquer un tel ... ÉVÉNEMENT, même vu de l'extérieur et je ne le regrette pas, car j'ai vécu  intensément QUATRE moments "forts", que j'ai envie de vous narrer et de partager avec vous !

1°) UN FORMIDABLE DÉPAYSEMENT : Étant donné que je connais comme ma poche toutes les routes du secteur "visité" par Sarko, le matin j'ai...exploré le coin ! Des Pujols, via La Tour du Crieu, Riveneuve du Bosc, Las Parets, Villeneuve du Paréage et zone industrielle du Pic de Pamiers. Le quartier de Cazalas était "interdit" et Jojo Doussat n'a pas dû vendre beaucoup de pain...! J'ai réussi à me "faufiler" en voiture, en invoquant des destinations fictives et je me suis retrouvé en COREE du NORD: véhicules et groupes de policiers à chaque intersection, plus policiers tout le long des routes: près de chaque maison, de chaque chemin ... de chaque arbre... PAMIERS était devenu PYONG YANG !

2°) J'AI CÔTOYÉ la FRANCE "d'EN HAUT": Puis j'ai essayé de m'approcher, en voiture, de la salle de la Rijole, dans zone industrielle. J'ai réussi à franchir un premier barrage en venant de  l'abattoir et en exigeant d'aller chez Arnaudiès: les policiers, je pense, ont noté mon numéro et m'ont laissé passer. Deuxième barrage, un policier que je connaissais m'a dit « M. Donat, je vous laisse passer mais vous ne pourrez pas arriver chez Arnaudiès » ... et le 3° barrage m'a été fatal: il m'a fallu laisser la voiture. Donc j'ai continué à pied ... et j'ai avancé, en compagnie de gens qui « portaient du beau linge » !!! J'ai vu une noria de bus débarquer des gens, sans doute venus d'autres départements pour remplir la salle de la Rijolle et je n'ai connu personne ... (il n'y avait sans doute pas assez « d'invitables » en Ariège). Puis ce fut le barrage "fatal", ou il fallait présenter: accréditation, invitation, badge ... et je n'ai pas pu aller plus loin, le "filtrage" étant impitoyable ! Pour approcher Sarko, il faut le ...mériter !!! Si vous avez vu à la télé Sarko serrer des mains, ce n'était que des sympathisants soigneusement triés et filtrés au sein de l'espace protégé (d'ailleurs cinq personnes non invitées ont été arrêtées ...) Donc, il ne me restait plus, pour continuer, qu'à aller participer à la manif...

3°) J'AI CÔTOYÉ la FRANCE "d'EN BAS" : Là, je me suis senti parmi les miens ... des copains ... des enseignants, beaucoup de retraités, beaucoup de femmes, des syndicalistes, des militants, des élus qui avaient boycotté Sarko, notamment: Nicole Quillem (maire de Mirepoix), Jean Cazanave (conseiller général de Mirepoix)... Ils m'ont dit avoir été relancé 6 ou 7 fois par la préfecture, pour « honorer leur invitation... ». Puis se sont joints aux manifestants les ouvriers de l'usine.
La manif, loin de Sarko, était autorisée à la place St-Hélène (la place de Millane étant réquisitionnée pour les véhicules des invités de Sarko). La manif était "bon enfant", 3 policiers et 2 RG empêchaient la montée vers la gare. Puis la manif grossissant, l'avant a commencé à monter et les policiers se sont écartés. Alors, logiquement, s'est mis en place un cordon de sécurité infranchissable, au niveau du rond point sous la gare: véhicules de police cote à cote, cohortes de policiers "cosmonautes" avec boucliers et harnachements... Impressionnant !!!.

Le cortège des manifestants s'est arrêté à quelques mètres avec banderoles, chansons... Je suis allé devant, voir les manifestants, il n'y avait ni casseurs, ni houligans... que des banderoles, des slogans et des "vieux" comme moi, qui chantaient la Martelais! Et on était "surveillé" par un hélicoptère qui stationnait au dessus de la manif du jamais vu pour moi ! Mais des pétards (amenés par des manifestants ) ont éclaté au sein de la manif... alors là, grosse panique en face. Crime de "lèse majesté", Sarko risquait d'entendre le bruit des pétards...et de la contestation et tout d'un coup, brutalement...

4°) J'AI RAJEUNI de 44 ANS : On a été arrosé de bombes lacrymogènes et des balles (en
caoutchouc ??) ont été tirées. Je n'avais plus vu ça depuis mai 68. J'ai vu des gens se tordre de douleur par terre..., nos yeux et nos poumons brûlaient... Effrayant !!! Incroyable !!! Là, écœurés, mes copains et moi, sommes partis et je suis allé m'oxygéner les yeux et les poumons à la campagne ... Voilà ce que j'ai vécu: la France coupée en deux: les "petits fours" d'un coté et les "grenades et la violence" de l'autre ....!

 

Et rassurez-vous, braves gens, c'est pas la crise pour tous : la salle de la Rijole à Pamiers a été spécialement refaite de neuf ... moquette au sol, goudronnage autour ... les cire pompes de Sarko craignaient qu'il salisse les siennes. L'Elysée a même veillé à ce que les personnels approchés par Sarko soient habillés de neuf... Rassurez-vous Trigano (maire de Pamiers) a affirmé que ça ne coûterait rien au contribuable (sans doute ces frais seront payés par une valise venant d'Andorre !!!). Puisque ça ne coûte rien au contribuable, pourquoi donc Sarko ne visiterait pas 10.000 villes en France, 10.000 sites seraient refaits à neuf, ça donnerait du boulot aux entreprises... sans rien coûter aux contribuables !!! Ils nous prennent pour des débiles !!!

Autre malaise, dans l'armée, cette fois, puisque Sarko est passé devant la caserne du 9°RCP et ne se serait pas arrêté se recueillir sur la stèle de plusieurs soldats de Pamiers, qu'il a envoyé se faire tuer en Afghanistan!!!!! Bref, j'étais Sarko-phobe et je suis devenu Sarko-phage et...désolé pour mes lecteurs Sarko-philes !!! Et je pense que la prochaine élection va être capitale concernant la société française: comment et surtout QUI va payer la dette abyssale actuelle de la France ???? Est-ce que ce sera encore le peuple ??? Je me permets de rappeler que la dette était de 1.150 milliards d'Euros après Chirac et qu'elle est à ce jour  de 1780 milliards d'Euros. Sarko a augmenté la dette de 630 milliards d'Euros: 130 pour la gestion de la crise et 500 pour sa gestion (et ce, malgré les milliers de suppressions de postes de fonctionnaires et l'état actuel pitoyable, notamment, de l'éducation nationale). Il ne faut pas tout ramener à notre argent et il y a d'autres problèmes cruciaux à traiter, mais, à titre indicatif je viens de calculer que notre pension nette a augmenté de 1,8% entre novembre 2006, pour moi, et février 2011(4 ans et demi) puis de 1,7% en février 2011...Comparez aux augmentations de ce que nous payons !!! Les fans de Sarko me diront, « ça ne sera pas mieux avec l'opposition », je leur répondrai : « c'est possible, mais ce qui est sûr, ça ne pourra pas être pire pour le peuple" !!!!!

Alors ????? Attendons les élections !! »

 

 * Ce compte-rendu, a été écrit par Jean DONAT, retraité, ex enseignant du Lycée de Mirepoix !

 

Tridi 13 ventôse 220

 

Photo X - Droits réservés

01/03/2012

La lessive Sarko lave les cerveaux plus blancs

lavage cerveaux télé.jpg

Nicolas Sarkozy est un pur produit marketing, au même titre qu'une lessive, des nouilles ou des couches. Il est « vendu » par des médias appartenant à l’oligarchie financière et industrielle qui le manipulent.

 

Il est criant de voir qu’en cette période précédant l’ouverture de la campagne officielle, les médias favorisent nettement le candidat Nicolas Sarkozy. Il est utile de s’interroger sur les conditions dans lesquelles se déroule la campagne...

 

Qu’on en juge à travers quelques exemples :

 

- La reprise par les télés des images de l’équipe de Nicolas Sarkozy pour l’ensemble de ses déplacements et meetings, effaçant toute contestation, images « maison » et pas journalistiques relevant de la propagande et non de l’information.

- La diffusion d’images non révélatrices des déplacements et meetings des autres candidats, mettant en exergue les points pouvant être perçu comme négatif (enfarinage de Hollande, colères de Mélanchon par exemple)

- La reprise systématique de la moindre voix discordante au sein du PS

- La diffusion de dépêches AFP, AP et Reuters partiales (rapprochement des courbes des sondages)

- L’absence de contradiction des journalistes (pour ne pas dire le léchage de botte éhonté) face aux élus UMP et à Nicolas Sarkozy

- La volonté évidente de « coincer » Hollande ou d’autres élus socialistes sur des éléments secondaires (I am not dangerous)

- La concentration des journalistes sur les thématiques souhaitées par Nicolas Sarkozy

- La dérision sur toute nouvelle mesure de François Hollande (imposition à 75% au-dessus de 1 million de revenu par an)

- Le matraquage éhonté en faveur de Sarko des chaines dites « d’information » genre BFMTV (du groupe RMC, station de radio fondée par Pétain !) ou iTV (filiale de Canal Plus où Apathie et le Petit Journal entre autres sont des produits parfaitement sarko-compatibles)

Etc.

 

Les faits marquants de la concentration des médias et des liens avec Nicolas Sarkozy sont tout aussi parlants :

 

- France Télévisions (Les chaines publiques : France 2, France 3, France 4, France 5, RFO, France 24, France ô) est présidé par Remy Pfimlin, nommé par Nicolas Sarkozy), et contrôle une diffusion réalisant plus de 40% de l’audience française ;

- TV5 est présidé par Alain de Pouzilhac, soutien de Nicolas Sarkozy;

- Radio France (France Info, France Inter, France Culture, France Bleu, France Vivace, Le Mouv’), est présidé par Jean-Luc Hees, nommé par Nicolas Sarkozy ;

- Bouygues détient TF1, LCI, TV Breizh et a des participations importantes dans Metro, TMC, RTL 9, NT1, etc. (Martin Bouygues est le parrain du fils de Nicolas Sarkozy) : plus de 40% de l’audience ;

- M6 est présidé par Nicolas de Tavernost, soutien de Nicolas Sarkozy. Via une holding, Vincent Bolloré -  celui du fameux yacht ! - est un des principaux actionnaires de la chaîne ;

- Lagardère (Arnaud Lagardère considère Nicolas Sarkozy « comme son frère ») et Editis (propriété de Wendel : présidé par Ernest-Antoine Seillière) réalisent plus des 2/3 de la production littéraire française ;

- Lagardère est le premier éditeur mondial de magazines, il détient de très nombreux journaux, magazines et radios, tels que Paris Match, Le Journal du Dimanche, Elle, Télé 7 Jours, Europe 1, BFM, MCM, Europe 2 TV, il a des participations dans Le Monde et dans Le Parisien ;

- Dassault détient de nombreux quotidiens et magazines, comme Le Figaro et Valeurs Actuelles (Le fils Olivier Dassault est député UMP, Serge Dassault est sénateur UMP et un très proche de Nicolas Sarkozy)

- Bolloré détient les « gratuits » Directs Soir et Matin Plus, la chaîne Direct 8, est indirectement un des principaux actionnaires de M6, possède le groupe publicitaire Havas, possède 44% de l’Institut de sondages CSA (qui produit à la pelle des sondages pro Sarko)

- Bernard Arnault (témoin du mariage de Nicolas Sarkozy) possède notamment Radio Classique ;

- Alain Minc (soutien affiché de Nicolas Sarkozy) influe de nombreux médias ;

- Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) est présidé par Michel Boyon, ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Raffarin

- 60% de la diffusion de la presse magazine sont réalisés par Lagardère, Mondadori France (Silvio Berlusconi) et Dassault

- Agences de presse : il n’y a que 3 agences mondiales : AP (presse US), Reuters (en France, lié à l’Etat français) et AFP (présidé par Emmanuel Hoog, imposé par l’Elysée)

- Prestalis (ex NMPP) dirigé par Anne Marie Courderc (Présidente) et Vincent Rey (Directeur Général), organisme de distribution de la presse. Sous la pression de Sarkozy, cet organisme a liquidé l’héritage du Conseil National de la Résistance au profit d’une logique strictement ultra libérale.

 

La liste n’est pas exhaustive évidemment… Il faudra sérieusement penser à remédier à cet état de fait, la démocratie s’accommodant mal de ces compromissions…

 

Duodi 12 ventôse 220

 

Illustration X – Droits réservés

 

 

29/02/2012

« Les Capitalistes nous vendront la corde pour les pendre ».

moutons et loups de la finance.jpg

 

A Florange, 2500 travailleurs vont se retrouver à la rue. S’il n’y avait qu’eux ! Vous voulez la liste des plus récentes fermetures d’entreprises ? La voilà  et d’autres encore   

 

Pourquoi ces licenciements dans des entreprises souvent florissantes, en tout cas viables ? Pour satisfaire le dieu Profit, le dieu Pognon, le dieu Fric. Prenons le cas de Florange par exemple. Arcelor était le lideur mondial de l’acier. Par la connerie de ses dirigeants cette entreprise française a été bouffée par le numéro 2 mondial Mittal. Mittal, c’est un individu, un Indien aux dents longues dont tous les moyens – et ils sont grands – tendent vers un seul but : faire le plus de fric possible. Sa stratégie est simple : pour dominer la production de l’acier dans le monde, afin de faire le plus de profits possibles pour lui et son entourage (pas pour l’Inde dont il se contrefout, vivant dans les beaux quartiers de Londres), il faut produire cet acier là où il coûte le moins cher et donc, en corollaire, fermer les entreprises qu’il estime trop chères. De plus, ce faisant, Mittal récupère un savoir-faire, des technologies à la pointe, un carnet de commande, une clientèle et supprime une concurrence.

 

Gandrange, Florange entrent tout naturellement dans cette catégorie. Donc la fermeture de ces usines, dans la logique ultralibérale de Mittal et consort, est logique, normale et procède d’une saine gestion capitaliste d’un groupe. Pas de place pour les détresses humaines là-dedans. La morale, la justice voire la simple compassion ne sont pas cotées en bourse… Mais que penser d’un gouvernement qui accepte de se priver sur son territoire d’une industrie aussi stratégique que l’acier ? Imprudence criminelle.

 

Ce schéma se retrouve partout où la logique financière a remplacé la logique industrielle. C’est Lejaby, c’est Petrapost, etc.

 

Pourquoi de tels comportements sont-ils possible ? Parce qu’une petite mafia occulte anglo-saxonne et surtout étazunienne a réussi a imposé, sous le nom de mondialisation ou globalisation, l’absence totale de règles qui caractérise le système ultralibéral. Ceci a travers des officine nuisibles genre O.M.C., A.M.I., A.C.T.A, F.M.I. et tous les rouages mis en place pour mettre le monde en coupe réglé au profit de quelques pseudo « maitres du monde ». La liste de ces nuisibles est facile à trouver : regarder les participants à Davos et – mieux – ceux qui grenouillent autour du très nuisible groupe dit de Bildenberg ,de la dangereuse Trilatérale  et autres officines du même acabit comme le Siècle en France.

 

Lorsque les 99,90% de la population mondiale auront compris que ces « maitres du monde », ces 0,10% ne sont que des tigres de papiers, le travailleur qui pendra à un croc de boucher l’un de ces bouffons qui ravagent le monde aura fait un petit pas, mais ce sera « un grand pas pour l’humanité » !

 

Lorsque les moutons en auront vraiment marre, les loups et les hyènes trembleront.

 

 

 

Primidi 11 ventôse 220

 

 

Illustration X – Droits réservés

 

27/02/2012

Le bilan agricole du « candidat du peuple » Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa.

sarko paysan.jpg

Regardez-les défiler au salon de l’agriculture. Ils vont tous toucher le cul des vaches. Ils s’intéressent plus aux voix des agriculteurs qu’à leurs problèmes mais l’apparence y est. Bof… Un salon de la bouse sans Chichi, c’est un peu raté non ?

Les deux mamelles de la France, labourage et pâturage, sont bien flétries… Jugez-en.

La France n'est plus la première puissance agricole en Europe



Ce résultat est le prix d'un attachement aveugle de la droite au marché-roi et de son incapacité à traiter les faiblesses d'un modèle productiviste intensif qui fait de la France le plus gros consommateur de pesticides d'Europe. Cette politique a accentué un mouvement de concentration des exploitations au mépris de l'aménagement du territoire et renforcé la prédominance des intérêts de l'agroalimentaire sur ceux des agriculteurs. Résultat : à force de refuser l'évolution de son modèle, la France a perdu son leadership européen.

Les crises agricoles se sont succédé. Effondrement des prix du lait l'été 2008, faillites records d'exploitations en 2009, sécheresse au printemps 2011… Chaque fois, le gouvernement a paré à l'urgence sans  agir sur le fond. Le revenu des agriculteurs continue inexorablement de baisser (-11% depuis le début du quinquennat) entraînant leur surendettement et la diminution du nombre d'exploitations agricoles.

La transition vers une agriculture durable est au point mort, alors même que le Grenelle de l'environnement a pour objectif que la surface agricole utile en agriculture biologique soit de 6 % en 2012 et de 20 % en 2020. La réforme de la PAC d'après 2013 doit être l'occasion d'un développement plus durable, prenant en compte des objectifs d'emplois, de sécurité alimentaire, d'environnement, de territoire. 

 Les principales mesures

- La loi libéralisant les OGM  (mai 2008) a été adoptée aux forceps après avoir été rejetée une première fois par l'Assemblée.  Les mises en culture autorisées ne présentent pas d'avantages décisifs sur le plan économique et posent de graves questions sur le plan de la santé et de l'environnement. 

- Le bilan de santé de la PAC (novembre 2008) ouvre la voie d'une agriculture soumise au marché. Les mesures emblématiques sont la fin des quotas laitiers pour 2015 et la libéralisation du marché viticole en 2018. Effet redouté : forte augmentation de la production européenne dans les régions compétitives, suivie d'une baisse des prix et d'une concentration des productions dans les régions les plus dynamiques.

- Plan d'aide à la filière agricole (novembre 2009) : prêts de reconstitution de fonds de roulement, prêts bonifiés de consolidation, allègements de charges financières et sociales, nomination d'un médiateur. Ce plan traite les symptômes, mais pas les causes de la crise.

- La loi de modernisation agricole (juillet 2010) fait d'une bonne idée - la contractualisation entre les agriculteurs et les professionnels de l'agro-alimentaire - un piège. Le choix du contrat, individuel plutôt que par filière, renforce la tutelle de l'agroalimentaire  qui peut choisir de ne pas travailler avec telle ou telle exploitation jugée moins rentable que les autres. Le texte acte aussi le désengagement de l'Etat en matière de solidarité agricole. Chaque agriculteur doit désormais souscrire une assurance-risque pour être couvert.

Les chiffres-clés

* 20.000 exploitations ferment chaque année en France.

* Le revenu des agriculteurs a baissé en moyenne de 11 % pendant le quinquennat avec une année noire en 2009 (-34%).

Il a osé le dire : « L'environnement ça commence à bien faire ».N. Sarkozy au Salon de l'agriculture, 06/03/10.

 Et les exploitants agricoles - pressurés par le Crédit agricole, conditionnés au productivisme par leur syndicat majoritaire – ont-ils encore droit au noble nom de « paysan » ? Certainement pas. Ils triment, mal ! Ils s’organisent, mal ! Ils gagnent leur vie, mal pour la plupart, très bien pour quelques très gros ! Et en plus, ils auraient parait-il l’intention de voter en majorité pour…Sarko et Le Pen…

Cocus, battus et contents !

Nonidi 9 ventôse 220

 

Photo X - Droits réservés