Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/05/2011

Piège à la suite 2806, Sofitel Times Square

 

gros poisson.jpg

 

 

Jo, assis dans un angle stratégique du lobby sirote lentement son Martini-gin. Il sent l’adrénaline qui excite ses neurones. Il adore cette sensation. Celle du chasseur qui guette son gibier. Il a reçu il y a une heure un SMS laconique du directeur de Sofitel Times-Square : « Big fish here ». Voilà pourquoi il est là ce vieil agent de la CIA au physique passe-partout d’employé de banque mais spécialiste respecté des coups tordus.

 

 

Il n’a pas été trop difficile à « convaincre » le loufiat en chef frenchie, pense Jo. Tous les grands établissements s’arrangent pour fournir discrètement des « oreillers » aux bons clients. « Oreillers » blonds, bruns, blancs, noirs, jaunes, yin ou yan, à la demande. Ça fait partie de l’excellence de service qui sied à un établissement affichant de tels tarifs. Sauf que ça tombe sous le coup de la loi… Jo a su faire savoir au directeur qu’il valait mieux pour lui « collaborer » et surtout fermer sa gueule…

 

« Big fish » aime les femmes. Il aime aimer les femmes. C’est un queutard. Il n’y a pas de mal à ça. Sa position à la tête du FMI, malgré la puissance qu’elle lui confère, ne lui laisse pourtant guère de possibilité côté radada, surtout dans ce pays de culs bénis et de peine-à-jouir… Alors, de temps en temps, il s’échappe, seul, sans secrétaire ni garde du corps, vient à cet hôtel de Manhattan où il a ses habitudes et…s’envoie discrètement une belle pute que lui fournit discrètement un des responsables de la réception, qui y trouve largement son compte. Discret, efficace. Une bouffée d’air dans une vie trépidante…

 

Il est arrivé il y a une heure et s’est installé, comme d’habitude, à la suite 2806. A la réception, il a demandé Jimmy.

-         Comme d’habitude monsieur ?

-         Comme d’habitude. Mais j’aimerai si possible un chocolat chaud…

-         Dans une heure ?

-         Très bien.

 

« Big fish », heureux, gagne sa suite, se met à l’aise, se sert un whisky soda depuis le bar de sa chambre, donne quelques coups de téléphone, se détend et lisant le journal puis se déshabille et va dans la salle de bain. Dans quelques minutes, son « ami » Jimmy va lui envoyer une belle hétaïre. Une black cette fois, son « chocolat chaud ». « Big fish » adore leur peau luisante, leurs formes pleines, leur parfum un peu sauvage de musc, de cannelle, leur goût poivré…

 

Dans le lobby, Jimmy s’approche de Jo et lui fait part des désidératas de « Big fish ». Jo ordonne :

-         A l’heure dite, tu ne lui envoies pas la pute qu’il t’a demandée mais une de tes femmes de chambres, black, pour faire le service, en disant à celle-ci que la chambre est vide.

-         Mais…

-         Pas de mais. Exécution.

 

« Big fish » sifflote dans la salle de bain. A poil. Prêt à se donner du bon temps. Ah ! Il entend la porte d’entrée qui s’ouvre. Il sort de la salle de bain et tombe nez à nez avec une ravissante jeune femme noire. Celle-ci, le voyant, est étonnée et se répand en excuses « Sorry ! Sorry Sir ! » et tourne les talons pour partir. « Big fish » trouve le jeu à son goût : « Comédienne en plus ! Elle joue les effarouchées ! Faudra que je félicite Jimmy ! » Il attrape le jeune femme, la serre contre lui et lui fait sentir « la solidité de ses sentiments » ! La fille se débat pour s’échapper et roule des yeux effrayés. Bon, se dit « Big fish », maintenant, ça suffit le cinéma. « The game is over, Honey, came with me on the bed et have fun and love… ». Il pousse la fille sur le lit... Il voit alors ses yeux véritablement emplis de terreur, son souffle court, ses efforts désespérés pour se dégager... Il se rend alors compte de la méprise, de la terrible méprise

 

-         Mais, mais… Qui êtes-vous ?

 

La fille se dégage et réussie à s’enfuir.

 

« Big fish », atterré, comprend alors le piège dans lequel il vient de tomber, victime de sa queue, comme un collégien…

 

La femme de ménage, tremblante, traumatisée, vient se confier au patron. Au coup d’œil discret de Jimmy, Jo a compris : le gros poisson a mordu à l’hameçon ! Il ne reste plus qu’à le ferrer : sur les consigne de Jo, le directeur prévient la police, etc., etc.

 

Voilà une opération remarquablement réussie. « Big fish » gêne de plus en plus en haut lieu aux USA. Considéré comme un libéral bon teint en France, il est perçu comme un dangereux gauchiste aux States ! Pensez donc. Ce type met en danger les intérêts des banques américaines, il veut sauver l’euro, il met des bâtons dans les roues des multinationales étazuniennes en Afrique, etc. De plus il risque de devenir le prochain président de la France. En le foutant en l’air on dégage le FMI d’un individu qui n’est pas à la botte des USA. En lui barrant la présidence de la république française, on s’évite un président « socialiste », un autre emmerdeur genre Mitterrand. De plus on met Sarkozy au pli car on saura toujours lui rappeler à qui il devra sa réélection…

 

CQFD.

 

 Illustration X - Droits réservés.

 

*********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Nonidi 29 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

 

17/05/2011

Pendant la tempête dans un verre de foutre, les sarkosaloperies continuent.

sarkodoigtsdhonneur copie.jpg

 

 

Le démantèlement des services publics continuent de plus belle derrière l’écran de fumée des tempêtes médiatiques. 16.000 postes supprimés cette année encore dans la seule éducation nationale. L’intérêt des élèves ? Rien à cirer. La finalité de l’école publique ? Rien à foutre, l’école privée prendra le relais. L’important pour les sarko-trafiquants c’est de faire des « économies » sur tout ce qui ressemble à des services publics et au premier chef l’éducation nationale. Avec en point de mire de refiler au privé tout ce qui peut être juteux.

 

Au premier rang des pistes pour faire des « économies » figurent l'augmentation de la taille des classes, la réduction de la scolarisation des enfants de deux ans, une meilleure organisation des remplacements, la suppression de postes d'assistants étrangers en langue, etc. Les 16 000 suppressions de postes programmées à la rentrée 2011 se traduiront par l’augmentation du nombre d’élèves par classe dans les écoles, les collèges et les lycées, par des fusions d’écoles, des fermetures de classes et encore plus de problèmes de remplacement à venir… C’est à la qualité de l’enseignement et à l’accès de tous les élèves au service public d’éducation que s’attaque le gouvernement !

 

Dans leur lutte contre cette réduction drastique des moyens humains, les personnels de l’Education reçoivent le soutien de 8 Français sur 10 qui dans un sondage CSA pour le SNUipp-FSU, pensent que les suppressions de postes sont une mauvaise chose et pour 82% pensent qu’elles auront "un effet plutôt négatif sur la réussite des élèves dans les écoles maternelles et élémentaires". Quatre Français sur cinq jugent par ailleurs que la politique de non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite est "une mauvaise chose".

 

 

Et pourtant les effectifs des élèves augmentent ! Et pourtant la qualité de l’enseignement n’est plus à la hauteur par manque de personnel entre autres lacunes. On balaie, on saccage alors qu’il faudrait recruter 180.000 enseignants pour atteindre dans les écoles françaises le taux d’encadrement du Danemark !

 

Il appartient aux parlementaires de décider quelles sont les priorités de la République : pour ou contre son École publique ? La majorité godillote semble avoir déjà choisi…

 

 Illustration X - Droits réservés

 

 

*********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Octidi 28 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

13/05/2011

Faire chier les Zotomo-bilistes ? En voilà une idée qu’elle est bonne !

 

chimulus radars.jpg

 

 

...taing! Fallait voir la gueule qu'ils faisaient hier matin au bistro, tout en s'empastissant consciencieusement, les enragés du macadam, les choutés au 98, les içncontitionnels de la sacro-sainte bagnole !

 

 

« Non mais vous vous rendez compte ! « Ils » veulent nous piéger encore plus avec leurs radars à la con. Tout ça pour prendre du pognon. » Eh non Ducon. Ils veulent sauver des vies. Qu’est-ce que tu dirais si tu devais aller reconnaître les morceaux sanglants de ton fils, de ta fille, de ta femme, de ta mère envoyés « ad patres » par un triple connard qui assimile son tas de ferraille à sa bite ?

 

Tout ce qui brime, tout ce qui fait chier les Zotomo-bilistes qui ne respectent pas le vivre-ensemble sur la route et dans les rues, c’est-à-dire le Code de la route, est bon. Parole de vieil anar !

 

Merci à Chimulus

*********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Quatridi 24 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

12/05/2011

Comment on se fait « enschister » profond et sans vaseline !

borloo boit de l'eau.jpg

 Les députés ont voté la loi présentée tant par l’UMP que par le PS concernant les gaz de schiste. Bon. Bien. Faut pas cracher dans la soupe, c’est toujours ça de pris. Pourtant…

 

Pourtant il y a une différence essentielle entre la première mouture de la loi et celle qui a été votée. La première version de l’article 2 de cette loi est celle-ci : «Les permis exclusifs de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux non conventionnels sont abrogés.» La version revue et corrigée sous la pression des lobbies industriels, bien plus longue et obscure, stipule que les titulaires de permis de recherche devront «dans les deux mois» à compter de la publication de la loi remettre «à l’autorité administrative qui a délivré les permis un rapport précisant les techniques employées». Les permis ne seraient abrogés que si ce rapport n’est pas remis ou s’il «mentionne le recours, effectif ou éventuel, à des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche». Et c’est tout à fait différent. Il n’est plus question d’abrogation pure et simple des autorisations refilées (contre quoi ?) par l’ineffable Borloo mais de…

 

En fait, cette loi donne toute satisfaction aux industriels qui projettent de saloper le pays. En effet, ils doivent demander l’autorisation de saloper à l’administration…qui leur a déjà accordé les permis ! Administration aux mains du corps des Mines, favorable à ces forages et qui donc a peu de chance de se désavouer ! D’autant plus qu’il suffira aux industriels de changer la terminologie de présentation de leur technique opératoire tout en faisant pareil puisqu’il n’existe pas d’autre manière de faire ! Et pan ! Dans l’oignon ! Et sans vaseline.

 

Ce dossier est significatif de la duplicité des responsables politiques et de leur complicité avec les industriels.

 

Duplicité : il y a un an, Jean-Louis Borloo signait en catimini trois permis autorisant l’exploration du sous-sol d’une zone de 15.000 km2, à la recherche de gaz de schiste.

 

Duplicité encore : les modifications apportées au code minier qui simplifient la vie des prospecteurs. 

 

 Complicité : Six mois plus tôt, les sociétés Toreador Energy France (dont le vice-président est…Julien Balkany, le demi-frère du maire de Levallois-Perret !) et Hess Oil France – à la recherche de pétrole de schiste – avaient déjà obtenu un permis pour sonder le sous-sol de l'Aisne, de Seine-et-Marne et de la Marne (« Permis de Château-Thierry »).

 

Complicité encore : dans les archives de la Drire de Midi-Pyrénées, le rapport « Bilan 2007, objectif 2008 » démontre sans équivoque que la fracturation hydraulique a déjà été utilisée en France. Cette première a eu lieu sur la commune de Franquevielle (Haute-Garonne), en mars et en avril 2007, dans le cadre du « Permis de Foix ».

 

Complicité toujours : un forage qui se voulait discret sous l’égide de Total à Garn, dans le Gard concluant à la présence de « forte potentialité d’eau disponible ». Curieuse coïncidence lorsque l’on sait que l’exploitation des gaz de schiste demande d’énormes quantités d’eau…

La seule technique pour récupérer des « gaz de schistes » - la fragmentation hydraulique  - est celle utilisée aux Etats-Unis qui saccage, défigure des régions entières et perturbe gravement la santé des habitants. Couverts par des brevets et jalousement tenus secrets par l’industrie (plus de 600 ont toutefois été recensés), la plupart sont accusés d’avoir des impacts sur la peau, les yeux ou le système respiratoire, nerveux, immunitaire ou cardiovasculaires. Les témoignages d’habitants désespérés du documentaire Gasland de Josh Fox – attaqué à l’artillerie lourde par les gaziers, surtout depuis sa nomination aux Oscars – démontrent sans fard que la fracturation hydraulique peut aussi avoir des effets catastrophiques.

La fragmentation hydraulique ? Ques aco ? Pour réussir une bonne fracturation hydraulique : mélangez beaucoup d’eau (entre 15.000 et 20.000 m3), du sable et quantités de produits chimiques de synthèse. Projetez ce cocktail à forte pression sur des roches compactes, entre 2.000 et 3.000 mètres de profondeur, pour les fracturer. Vous libérerez alors des hydrocarbures « non conventionnels », dont les fameux « gaz et pétrole de schiste ». Et vous saccagerez la région…

Des nappes phréatiques polluées, des terres trouées de centaines de milliers de puits, des caravanes de camions géants jetés sur les routes, un air toxique en rase campagne, sans oublier l’augmentation des émissions de CO2… Voilà le spectacle dramatique créé par l’industrie des gaz de schiste aux Etats-Unis. Les produits chimiques de synthèse, utilisés pour dissoudre les minéraux, limiter le développement de bactéries nuisibles au bon état des tuyaux ou encore « sécher » le gaz, sont particulièrement décriés.

Voilà les saloperies  que des intérêts privés, avec la complicité des sarko-trafiquants, veulent commettre dans nos régions… Oui mais si nous on ne le fait pas, les Polonais, eux, vont le faire sans états d’âme !

 

Faut pas être pessimiste Coco ! Faut pas être pessimiste ! Bien sûr, l’eau de ton robinet sera pourrie et il faudra la faire bouillir avant de l’utiliser. Mais ce sera facile : le gaz pour la faire bouillir sortira aussi du robinet !

Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Tridi 23 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

11/05/2011

Tontonmania : c’est quoi être de droite ou de gauche ?

cerveau.jpg
 

 Il a été difficile, hier soir, d’éviter les commémorations tontoniennes. J’ai donc visionné une petite partie du film de Moatti. Il aime bien s’auto-gargariser le Moatti mais son film nous a replongé dans une époque flamboyante, celle du triomphe de la gauche puis… Bof. Mais ceci m’a fait un peu travailler les boyaux de la tête, notamment cette parole tontonienne : « La France est un pays de droite qui vote de temps en temps pour la gauche ».

 

Les idées de Le Pen ou de son clone Sarkozy, ressemblent à ces papiers tue-mouches englués que l'on pend au plafond l'été, à la campagne, pour attraper les diptères bourdonnant. Moins il bouge, le tue-mouches, mieux ça vaut. Les mouches, à force de penser n'importe quoi dans tous les sens, finissent par venir s'y coller. Il n'a pas besoin d'être actif, le tue-mouches. Les idées des uns ou des autres, les tiennes, les miennes, sont naturellement égoïstes, individualistes plutôt que collectives, réactionnaires, sujettes aux peurs, au désir de repli, de fermeture, de rejet de l’inconnu, de l'étrange, de l’inquiétant, du mal compris, de l'Autre, de l'Avenir, du désordre... Si l'on s'imagine l'adhérent du Front national ou le sarkozien comme une personne totalement étrangère à nous, si l'on fait avec lui ce qu’il fait avec l'étranger, nous ne pourrons jamais rien contre sa multiplication inexorable. Si, au contraire, nous cherchons à comprendre en nous-mêmes ce que nous avons en commun avec lui - c'est-à-dire presque tout -, nous pouvons espérer avancer un peu.

 

Pour être « de droite » radicalement, il suffit de se laisser aller. C'est une pente. Ça procède presque du réflexe, du cerveau reptilien. Nos idées vont forcément un jour ou l'autre aller se coller au papier collant où s'agglutinent leurs consœurs.

 

Être « de gauche » et démocrate, au contraire, demande une réflexion, un effort. C'est une construction intellectuelle, ça n'est pas instinctif. Ça demande de penser son propre désir et de le conduire à trouver les conditions les plus harmonieuses et les plus durables à son accomplissement. C’est un effort de tous les jours.

 

Les idées de droite sont dans la satisfaction immédiate. C'est oui ou non. C'est les immigrés dehors, tout de suite, et non aux impôts, tout de suite.

 

Être de gauche, ou d'une droite antifasciste et respectueuse des droits, si, si, ça existe, ce n'est pas forcément être meilleur, plus gentil, plus humain. C’est surtout être moins con. C’est penser les phénomènes dans leur histoire et n’approuver que les décisions politiques qui, à terme, ne rendent impossibles ni le progrès des libertés ni l’amélioration du « vivre ensemble ».

 

Dans la foire d’empoigne qui se met en place, toi, future candidate ou candidat de la gauche, c’est cette frange de 3 ou 4 millions d’électeurs indécis, pas plus, qu’il te faut convaincre. C’est ceux-là qu’il te faut faire réfléchir. Leur pente naturelle conduisant vers la droite, ton travail — tout de rectitude, d’honnêteté intellectuelle, de refus des promesses intenables, de pédagogie — est beaucoup plus ardu que celui de ton principal concurrent qui, lui, surfe sans vergogne sur les bas instincts de l’Homme.

 

Tu auras — tu as déjà — contre toi tous les médias inféodés à la haute finance mafieuse (pléonasme), aux bétonneurs et aux marchands d’armes (tous les profiteurs qui se gavent au frais de cet Etat qu’ils abhorrent). Tu as contre toi, dans ton propre camp, tous les jaloux jamais repus et les incapables chroniques qui stérilisent le débat politique. Tu auras contre toi, si tu es une femme, tous les fiers-à-bras machos empastissés de frais qui te méprisent du fond de leur cloaque, tout simplement parce que tu es une femme.

 

Mais n’oublie pas que tu as avec toi tous ceux qui veulent vivre, qui veulent rêver leur avenir, qui préfèrent l’Etre à l’Avoir. Ceux qui, au bout du compte, auront le dernier mot avec leur bulletin de vote.

 

Alors fait-nous rêver.

 

 Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Duodi 22 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

10/05/2011

Au travail ! Feignasses d’assistés !

chimulus wauquier.jpg

 

 

 

Ah ! Quels salauds ces pauvres touchant le RSA !

Hardi ! Wauquiez ! Sus ! Sus ! Fais-en donc des forçats !

Cinq-cent-soixante-sept euros dans l’escarcelle

Chaque mois que dieu fait pour celui ou pour celle

Qui, toute honte bue, escroque ce pognon

Sans rien foutre du tout, sans se crever l’oignon !

Hardi Wauquiez ! Sus ! Sus ! Toi, la voix de ton maitre

Fais casser des cailloux à ces salauds, ces traitres,

Ces fumiers parasites, ces cancers assistés

Qui prennent le pognon des héros du Fouquet’s !

Heureusement, pour sûr, ce beau pays de France

Génère des héros comme toi, quelle chance !

Mais au fait si la France nourrit tant d’ « assistés »,

Hèrésistes, chômeurs ou pauvres retraités

N’est-ce pas de la faute de ceux qui nous gouvernent ?

Qui ruinent le pays avec leur air paterne ?

L’assistanat répond, Wauquiez et affidés

A des problèmes qui n’ont pas été traités !

 

 

Merci à Chimulus

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Primidi 21 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

09/05/2011

Et si on allait voir chez les Grecs ?

 

 

 

 

 
grèce dette.jpg
 
 

Il s’en passe des choses en Grèce. Et porteuses de bien des espoirs. Enfin, pour le peuple mais pas pour les banques et leurs affidés ultralibéraux qui laminent l’Europe ! Ainsi, ce vendredi 6 et samedi 7 mai s’est tenue, dans un amphithéâtre bondé de l’université de droit d’Athènes et dans une atmosphère électrique, la conférence « Dette et austérité : du Sud global à l’Europe ».

En cause : les politiques européennes néolibérales en faveur du capital et la soumission du politique aux « saigneurs » de la finance. Le caractère illégitime voire odieux de la dette grecque, contractée pour l’achat d’armement à l’Allemagne et la France ou dans le cadre du plan « d’aide » de l’UE et du FMI, a été vivement dénoncé. Le mémorandum signé avec le FMI et la Commission européenne vise simplement à faire payer, parfois de leur vie (le nombre de suicides est en augmentation), les citoyens et citoyennes grecs pour sauver la mise de banquiers cupides et sans scrupules. (Rappelons que cette dette touche essentiellement quatre banques : deux françaises et deux allemandes). Aujourd’hui, en Grèce et ailleurs en Europe, la dette est le terrain privilégié de la lutte entre capital et travail. Il est grand temps que la majorité contre laquelle cette guerre est menée s’unisse et reprenne l’offensive, en refusant de payer cette dette.

 

Le député allemand de Die Linke Andrej Hunko a d’ailleurs émis le souhait que de tels rassemblements se tiennent dans chaque pays d’Europe, et que la riposte se construise à l’échelle européenne, que les solidarités brisent les stratégies de division utilisées par les élites et éloignent la menace bien réelle que représente l’extrême droite.

 

 « En Grèce, le gouvernement socialiste continue de faire comme si la Grèce allait rembourser cette dette pendant les 25 prochaines années. Mais personne n'y croit plus, et c'est désormais aux Grecs d'imposer le défaut de leur dette » avance Costas Lapavitsas, un économiste grec, intervenant durant ce sommet. Comment s'y prendre, pour provoquer ce défaut? «Il faut former une commission, qui intègre des représentants de la société civile et des syndicats, afin de décider quelles tranches de dette sont susceptibles d'être remboursées, et quelles autres tranches on peut oublier.» A court terme, l'avantage d'un tel panel est évident: annuler le pouvoir de nuisance des marchés financiers, et permettre à la population de chacun des pays de reprendre la main sur la gestion de leur dette. 

 

L'exemple de l'Equateur est revenu en boucle dans les débats. Ce pays d'Amérique latine a mis sur pied, en juillet 2007, une commission d'audit. Son rapport a conclu, 14 mois plus tard, à l'«illégitimité» d'une bonne partie de la dette. Si bien qu'en décembre 2008, le président Rafael Correa suspendait le paiement de près de 40% de sa dette internationale. Au grand dam des banques américaines. « Nous avons passé au crible trente ans d'endettement du pays, de 1976 à 2006», se souvient Eric Toussaint, président du Comité pour l'annulation de la dette du Tiers Monde (CADTM), qui fut l'un des membres de cette commission. Dans leur jargon, les experts ont identifié des tranches de dettes «illégales» (dont le contrat est contraire au droit international ou équatorien), «odieuses» (contractées par un gouvernement despotique, à l'encontre de l'intérêt des populations) ou encore «illégitimes» (par exemple lorsqu'elles sont creusées pour voler au secours des banques privées...). Autant de critères qui pourraient servir pour adoucir le fardeau des dettes en Grèce et en Irlande. Une fois formés, ces panels pourraient donc se coltiner à un certain nombre de questions délicates. Quelle est la «légalité», par exemple, d'une dette qui fut camouflée pendant des années, en douce, par une grande banque américaine, en l'occurrence Goldman Sachs ? Quelle est la « légitimité » du prêt de 110 milliards d'euros accordé par Bruxelles et le FMI en l'échange de l'austérité? « C'est une manière alternative de réfléchir au défaut, de façon plus démocratique, et je trouve le débat grec plutôt encourageant ces temps-ci », veut croire Costas Lapavitsas.

 

Les derniers chiffres sur l'économie grecque donnent la mesure de la « réussite » du plan de consolidation imposé par les ultras libéraux qui sévissent tant à l’U.E. qu’au FMI. Au dernier trimestre de 2010, le PIB de la Grèce a plongé de 7%. Le pays va connaître en 2011 sa troisième année consécutive de récession, avec un taux de chômage dépassant les 18%. Le déficit public, qui était antérieurement annoncé à 9,5% du PIB, a été révisé à la hausse et atteint 10,5% en 2010. La dette publique s'élèvera à 340 milliards d'euros, soit plus 150% du PIB d'ici à la fin de l'année. Les taux obligataires sur la dette à deux ans dépassent les 25,2%. Mais à part cela, tout va très bien. C’est ça que la « restructuration de la dette » peut contrecarrer.

 

Ben en voilà des nouvelles qu’elles sont bonnes !

 

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/050511/crise-de-la-dette-lexemple-de-lequateur-peut-il-servir-en-europe

http://www.cadtm.org/Global-Gatheri... .

 

 

 

Illustration X - Droits réservés

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Décadi 20 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

06/05/2011

L’accablant bilan d’un gland gesticulant.

 

sarkozycamembertenchefia7.jpg

 

Quatre années de saccage et quatre ans de mensonges,

Les Français dégoutés et la France qui plonge,

Il est beau le bilan du sinistre sagouin

Qui fouaille le pays, comme un porc, de son groin.

Arrête, Pinocchio ! Tu mens comme tu pètes,

Tes mots sont des crachats, tes gestes des branlettes

Tu voudrais qu'on te croie, toi le copain de Bouygues,

D'Arnaud, de Lagardère, et de tant d'autres zigues

Bâtissant des fortunes par la spéculation

Sur le dos des prolos par la confiscation

Du fruit de leur savoir, leur sueur, leur travail

Et puis les rejetant tout comme vil bétail.

Avec tes airs confits de sacristain en messe

Tu t'appuies sur la crise, oubliant tes promesses

De chercher la croissance, s'il faut, avec les dents.

Et le pouvoir d'achat, Monsieur le Président !

Vous nous aviez promis qu'une fois aux affaires

Par la foi, le travail, finirait la misère.

Et les terribles nuits, seul, dehors, lorsqu'il gèle ?

Les vieux qui pour bouffer fouillent dans les poubelles ?

Et les SDF ? Et les gens qu'on expulse ?

Y avez-vous pensé ? Est-ce que ça vous révulse ?

Non ! Vous avez, en fait, profité de la crise

Pour nous faire avaler, en loucedé, par surprise

De sordides « réformes » toujours réactionnaires,

Dures pour le prolo, douces pour l'actionnaire.

Vous vouliez, disiez-vous, remettre « plus d'Etat »,

Alors que vous lourdez ses agents par gros tas.

Votre bilan est beau : régression, esclavage,

Faim et précarité, répression et chômage.

Vous remplissez les poches de vos amis patrons

Par la France d'en bas pressée comme un citron.

Vous léchez le croupion de la fille à Le Pen

Pensant récupérer les voix de ses copains...

Putaing ! Encore un an à subir le bouffon

Avant de pouvoir dire « Casse-toi, pauvre con » !

 

 

 Illustration, merci à Blogduchi

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Septidi 17 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

05/05/2011

Lettre à un banquier

 Ma Dalton.jpg

Si j’en crois le correspondant qui m’a envoyé ce courriel, voici la lettre d'une dame de 86 ans qui a pété les plombs avec sa banque. Sa réponse est intellectuellement savoureuse et vaut le coup d'être connue.


« Cher Monsieur,

Je vous écris pour vous remercier d'avoir refusé le chèque qui m'aurait permis de payer le plombier le mois dernier.
Selon mes calculs, trois microsecondes se sont écoulées entre la présentation du chèque et l'arrivée sur mon compte des fonds nécessaires à son paiement.
Je fais référence, évidemment, au dépôt mensuel automatique de ma pension, une procédure qui, je dois l'admettre, n'a cours que depuis huit ans.

Il me faut d'ailleurs vous féliciter d'avoir saisi cette fugace occasion et débiter mon compte des 30 Euros de frais pour le désagrément causé à votre banque.
Ma gratitude est d'autant plus grande que cet incident m'a incité à revoir la gestion de mes finances.

J'ai remarqué qu'alors que je réponds personnellement à vos appels téléphoniques et vos lettres, je suis en retour confrontée à l'entité impersonnelle, exigeante, programmée, qu'est devenue votre banque.
A partir d'aujourd'hui, je décide de ne négocier qu'avec une personne de chair et d'os.

Les mensualités du prêt hypothécaire ne seront dorénavant plus automatiques mais arriveront à votre banque par chèques adressés personnellement et confidentiellement à un(e) employé(e) de votre banque que je devrai donc sélectionner.
Soyez averti que toute autre personne ouvrant un tel pli consiste en une infraction au règlement postal.

Vous trouverez ci-joint un formulaire de candidature que je demanderai à l'employé(e) désigné(e) de remplir.
Il comporte huit pages, j'en suis désolée, mais pour que j'en sache autant sur cet employé(e) que votre banque en sait sur moi, il n'y a pas d'alternative.

Veuillez noter que toutes les pages de son dossier médical doivent être contresignées par un notaire, et que les détails obligatoires sur sa situation financière (revenus, dettes, capitaux, obligations) doivent s'accompagner des documents concernés.
Ensuite, à MA convenance, je fournirai à votre employé(e) un code PIN qu'il/elle devra révéler à chaque rendez- vous.

Il est regrettable que ce code ne puisse comporter moins de 28 chiffres mais, encore une fois, j'ai pris exemple sur le nombre de touches que je dois presser pour avoir accès aux services téléphoniques de votre banque.
Comme on dit : l'imitation est une flatterie des plus sincères.
Laissez-moi développer cette procédure.

Lorsque vous me téléphonez, pressez les touches comme suit :
- Immédiatement après avoir composé le numéro, veuillez presser l'étoile (*) pour sélectionner votre langue
- Ensuite le 1 pour prendre rendez-vous avec moi ;
- le 2 pour toute question concernant un retard de paiement ;
- le 3 pour transférer l'appel au salon au cas où j'y serais ;
- le 4 pour transférer l'appel à la chambre à coucher au cas où je dormirais ;
- le 5 pour transférer l'appel aux toilettes au cas où................. ;
- le 6 pour transférer l'appel à mon GSM si je ne suis pas à la maison ;
- le 7 pour laisser un message sur mon PC. Un mot de passe est nécessaire. Ce mot de passe sera communiqué à une date ultérieure à la personne de contact autorisée mentionnée plus tôt ;
- le 8 pour retourner au menu principal et écouter à nouveau les options de 1 à 7 ;
- le 9 pour toute question ou plainte d'aspect général. Le contact sera alors mis en attente, au bon soin de mon répondeur automatique ;
- le 10, à nouveau pour sélectionner la langue. Ceci peut augmenter l'attente mais une musique inspirante sera jouée durant ce laps de temps..

Malheureusement, mais toujours suivant votre exemple, je devrai infliger le prélèvement de frais pour couvrir l’installation du matériel utile à ce nouvel arrangement.
Puis-je néanmoins vous souhaiter une heureuse, bien que très légèrement moins prospère, nouvelle année ?

Respectueusement, Votre humble cliente. »

Souvenez-vous : ceci fut écrit par une dame âgée de 86 ans.
N'ADOREZ-VOUS PAS LE 3ème AGE ? 

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Sextidi 16 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

 

04/05/2011

Fukushima. Passé à la trappe de l’actualité derrière les enfumages de princesses, de miracle, de benladenages. Et pourtant…

fukushima.jpg

Et pourtant la catastrophe continue et s’amplifie. Le but n’est plus maintenant de sauver la centrale mais d’évacuer le site le plus tôt possible en « automatisant » la gestion de l’accident, essentiellement l’évacuation vers la mer du maximum des eaux très hautement radioactives des soubassements, des sous-structures et même des sous-sols (Des échantillons collectés dans le lit marin à 15 km de la centrale contiennent 1.400 becquerels de césium 137 par kilogramme, selon Tepco Electric Power (Tepco). Ce chiffre est 600 fois supérieur au niveau maximum de 2,3 becquerels trouvé jusqu'à présent au large de la côte nord-est où se trouve la préfecture de Fukushima. Les échantillons prélevés vendredi dernier contenaient également 1.300 de césium 134 et 190 becquerels d'iode 131, selon un communiqué de Tepco. Ces analyses sont les premières effectuées sur le lit marin depuis l'accident du 11 mars).

Il n’est désormais plus question de remise en état des systèmes de refroidissement, de rétablissement de l’électricité, etc. Les seuls communiqués diffusés se font de plus en plus insistants sur le fait que le site devient « invivable » : certains réacteurs sont désormais inaccessibles, ça s’étend au site complet au travers de nappes d’eau etc. et que l’on trouve de moins en moins de volontaires pour y travailler … Au fait où sont les experts d’Areva et du CEA ? S’ils servaient à quelque chose, les cocoricos triomphants résonneraient… En fait on en est à gagner du temps avant d’annoncer l’inéluctable : l’évacuation et l’abandon du site. Avec la création d’une immense zone morte, sur un rayon minimal de 30, 40 km voire plus. Comme à Tchernobyl.

En France, pays le plus nucléarisé du monde (58 réacteurs !), le président a visité la centrale de Gravelines. Comme Fukushima une centrale vieille de 30 ans, comme Fukushima construite au bord de la mer, comme Fukushima avec 6 réacteurs. Et qu’a dit not’bon président ?  « Ceux qui réclament un moratoire adoptent une position incompréhensible. Soit on croit dans la sûreté de nos installations et on continue d'investir, soit on n'y croit plus et on ferme les centrales. Mais dire qu'il faut faire un moratoire, ne pas bouger et attendre que le ciel nous tombe sur la tête, c'est le choix du Moyen-Age. » Une sarkonnerie de plus… Les Allemands, les Italiens, les Autrichiens et bien d’autres ont fait le choix de sortir du nucléaire et n’en sont pas à la bougie pour autant. Cet attachement à l'énergie nucléaire, c'est aussi peut-être parce la France n'a pas les moyens de débourser les 45 milliards d'euros nécessaires à la fermeture de son parc !

Parce que si on sait construire de superbes centrales (bien que la construction des fameux EPR pédale dans la choucroute), on ne sait pas déconstruire proprement et efficacement les centrales obsolètes ! Le démantèlement du réacteur expérimental de Brennilis, dans le Finistère, inquiète à ce point les riverains qu’il est stoppé depuis 3 ans et que les « experts » préconisent…d’attendre au moins 40 ans !!! Devant le millier de salariés de Gravelines, Nicolas Sarkozy a pris « un engagement ferme », celui de développer la filière : « Votre métier a de l'avenir ». Bien sûr que les compétences de ces milliers de techniciens pourraient avoir une grande utilité : dans le démantèlement des centrales françaises bien sûr, mais avec une telle expérience, cette filière pourrait devenir n°1 dans le monde !

La question du nucléaire civil, pour moi en tout cas, sera LE critère primordial concernant le choix du futur président en 2012. Au-delà des clivages droite gauche, extrême-droite extrême-gauche, le critère doit être entre les tenants de LA VIE et ceux de LA MORT. Tenant de la vie ceux qui s’engageront fermement à sortir du nucléaire sur une génération (25 à 30 ans), tenants de la mort et du malheur pour des centaines de génération futures ceux qui prôneront le maintien et le développement du nucléaire.

Que les candidats se le tiennent pour dit.


 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Quintidi 15 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

03/05/2011

M’ame Michu et M’ame Chazotte : M’ame Carla en cloque ?

 

vamps.jpg

 

- Ben alors M’ame Michu ! On n’vous a pas vu ces derniers jours. V’z’avez pas été malade j’espère ?

 

- Ben non M’ame Chazotte, c’est que j’étais trop prise par la télévision. Avec toutes ces immenses nouvelles : le mariage de mademoiselle Kate avec le prince William, la béatification de Jean-Paul 2, la mort de monsieur Laden… On ne sait plus ou donner de la tête ! Et ce n’est pas fi ni : parait que M’ame Carla serait enceinte ! Ben ça alors ! Ben ça alors…

 

- Eh ben en voilà effectivement des nouvelles importantes ma brave M’ame Michu ! Des Rosbifs qui bandent pour une poulette de grain et dépensent sans compter le pognon du peuple; un pape qui se gargarise d’un « miracle » bidon et qui ferait mieux de s’occuper de l’assassinat du prédécesseur de J.P.2 ; un tueur tué ; et en plus un chiard peut-être chez le couple Microlax ! C’est du tout bon ça juste avant les élections présidentielles ! V’z’imaginez les photos dans Match, et dans tous les magazines poubelles ! Le bon papa avec son chérubin dans les bras ! C’est bon pour faire voter les veaux ça M’ame Michu !

 

- Dites, M’ame Chazotte, y a des mauvaises langues qui disent que M’ame Carla serait allé faire un stage au FMI…

 

bébésarko seul.jpg- Dans ce cas là elle aura peut-être des jumeaux : un ultra-libéral made in Washington et un semi-facho made in l’Elysée… Sans compter que ce ou ces pauvres lardons, s’ils arrivent au monde, ce sera des enfants de vieux. Parce qu’elle a déjà 44 balais la Carlita ! C’est pas une poulette de l’année mais déjà une vieille galine pas loin d’avoir les œufs clairs… Elle est pas loin de la date de péremption…

 

- Oh ! C’que vous êtes mauvaise. Elle est toujours belle M’ame Carlita.

 

- C’est pour ça qu’aucun grand média ne parle de ce non évènement : si elle est réellement gravide, la sussureuse, vaut mieux attendre qu’elle mette bas. Parce que si elle fait une fausse couche, ce sera une fausse bonne nouvelle… Et puis je vais vous faire une confidence M’ame Michu : ON S’EN FOUT !

 

chimulus carla en cloque.jpg

 

Illustrations Chimulus et X - Droite réservés 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Quatridi 14 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

02/05/2011

Au bistro de la toile : accident du travail au Pakistan, un mort.

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor, t’a entendu je suppose, les Zézuniens ont dégommé le jules de la Mère Denis !

 

- Ben ouais… Bof. Finalement, la mort d’un terroriste, comme ce grand con au nom de machine à laver, ce n’est jamais qu’un accident du travail. De toute façon, l’idéologie qu’il véhiculait et qu’il s’efforçait d’imposer par le terrorisme aveugle – cette déformation sanglante de l’Islam – a été tuée non pas par les Zétazuniens mais par les révolutions arabes. Les salafistes, les frères musulmans, les jihadistes d’alquaïda ont été ringardisé par la jeunesse arabe en Tunisie, puis en Egypte, puis en Libye – où Kadhafi va subir tôt ou tard le même sort que l’autre con – et bientôt au Yémen, en Syrie et, espérons-le le plus tôt possible, en Arabie, en Algérie voire au Maroc, avec là une voie plus pacifique. Ben Laden, c’était le choc des civilisations, les révolutions « Dégage », c’est vive la liberté !

 

- De toute façon, le Oussama, il a droit à ses soixante et douze vierges règlementaires garanties sans bléno ! Bon. Voilà qui est dit. Et LE mariage, tu l’as vu ?

 

- Oh ! Loulle, t’es con ou quoi ? Tu crois que je fais partie de ces deux milliards (mouais, divisons pas cent plutôt !) de cons qui ont bavé comme des débiles devant les couenneries d’une tribu de fin de série dégénérée qui a bien besoin du sang vif et gaillard d’une belle fumelle sortie d’une famille de mineurs gallois ! Tout ça fait partie du bourrage de crâne destiné à détourner le « bon peuple » de ses difficultés réelles: chômage, pouvoir d’achat, flicage généralisée de la société, rapines des richesses produites par les pauvres au profit d’une coterie de riches parasites, etc.

 

- Quand même, Victor, moi, ma femme l’a regardé et donc, fatalement je suis tombé sur quelques images. Et j’en ai retenue une : c’est celle de la demoiselle d’honneur qui tenait la traine de la meringue, une superbe luronne moulée dans une robe blanche si ajustée qu’elle a dû y rentrer avec du talc et un chausse pied et dont les cadrages serrés montraient qu’elle ne portait pas de culotte d’honnête femme – on ne voyait pas la marque des élastiques sur ses belles fesses qui ondulaient – mais probablement rien ou un string affriolant dans la raie du cul ! Hummmm !

 

- Loulle, je vois que tu sais saisir le bon côté des choses ! Reste, dans le cadre du bourrage de crâne, la « béatification » de l’autre drag-queen à Rome. Un million de ramollis du bulbe qui se pressent pour avaler des couleuvres grosses comme des pythons. Faut reconnaitre qu’ils ont trouvé un « miracle » de consommation courante les cardicons. Une bonne sœur qui arrête d’avoir la tremblote, c’est pas du miracle AOC… D’autant plus qu’elle est de la maison la mémère, c’est donc douteux… Ce qui aurait eu de la gueule, vu le nombre de télévisions qui étaient mobilisées, ça aurait été la repousse lente, sanguinolente mais formidable, devant les caméras, en gros plan, d’une jambe ou d’un bras arrachés dans un accident du travail ou de la route ! Ça lui coûte quoi de plus au Jean-Paulo polak puisqu’il est dans les papiers du Patron ? Il a même pas été capable de ressusciter un cardinal espanche victime d’un infarctus ! Ça fait petit bras… Mais ce qui me gonfle, c’est que les commentateurs télés nous ont débité leurs conneries de « miracle » sans aucun recul, sans le moindre soupçon de doute. Ce qui me gonfle, c’est que le premier ministre de mon pays soit allé se prosterner devant ces guignols. Ce qui me gonfle, c’est que le porte-parole du gouvernement parle de la France « fille ainée de l’église »…

 

- Allez Victor. Je sens que tu vas t’énerver ! Tè ! Buvons un coup !

 

- Et du rouge !

 

 

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Tridi 13 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

01/05/2011

Gastronomie ouvrière du 1er Mai : Le coq au vin !

coq tricolore.jpg

 Les Etats-Unis, années 1880, la colère gronde dans un monde ouvrier soumis à des cadences de travail harassantes, 12h, parfois 14h par jour. Le 1er mai 1886, début de l'année comptable des entreprises, une grande manifestation est organisée par les syndicats de Chicago. La grève s'étend bientôt au pays tout entier et la mobilisation est telle que le mouvement obtient satisfaction : la journée de travail est réduite à 8h, mais non sans perte. Plusieurs ouvriers de la fabrique McCormick à Chicago trouvent la mort dans des affrontements avec les forces de l'ordre. Sur l'une des tombes sont gravés ces quelques mots : "Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui".

 

De l'autre côté de l'Atlantique, la IIème Internationale socialiste se réunit à Paris, en 1889 pour le centenaire de la Révolution française et décide d'organiser tous les ans, dans tous les pays et à date fixe, une grande manifestation ouvrière. Ici aussi, la journée de 8h (mais toujours 5 jours par semaine) est la principale revendication. Et c'est la date du 1er mai qui est retenue, en souvenir des manifestations de Chicago. Dans les années qui suivent, le 1er mai s'impose peu à peu comme un rendez-vous et un jour de grèves ouvrier, mais c'est en 1936 qu'ont lieu les plus grandes manifestations.

 

Ces manifestations du 1er mai 1936 marquent durablement l'imaginaire français. Elles contribuent en effet à l'élection de la première coalition républicaine de centre gauche, deux jours plus tard : le Front populaire. Présidée par le socialiste Léon Blum, ce gouvernement ne tarde pas à adopter des mesures historiques pour les travailleurs, la semaine de 40h, les deux premières semaines de congés payés ou la reconnaissance du droit syndical.

 

En 1941, le régime de Vichy transforme ce rendez-vous ouvrier en jour férié, "fête du Travail et de la Concorde sociale".

 

Le 29 avril 1947, les autorités issues de la Libération reprennent la mesure. Le 1er mai est officiellement déclaré jour chômé-payé dans toutes les entreprises françaises, et le restera.

 

Attention donc à ne pas laisser ce jour symbole des luttes ouvrières à…Marine Le Pen et sa fête de Jeanne-d’Arc !

 

Ce qui ne doit pas nous couper l’appétit ! Je vous propose donc de déguster deux des emblèmes de notre pays : le coq et le vin !

 

 

Coq au vin copie.jpg

 

Le coq au vin de Ginette et Nicole

 

« Allez, Zou ! Viens mon beau. On va tuer le coq! »

C'est ainsi que Ginette, femme du Pays d'Oc

Fit de moi son complice pour saigner "Pyjama"

Et en faire une fête pour tous nos estomacs.

« Il honore mes poules, mais il me les esquinte.

C'est "viol avec violence", si elles portent plainte! »

Je tiens solidement Pyjama par les pattes

Et lui bloque les ailes pour qu'il ne se débatte,

Elle lui tend le cou sur une casserole

Et plante franchement l'Opinel à virole.

Le sang de Pyjama s'écoule volontiers,

Un grand frémissement et il meurt sans crier...

Telle est la dure et saine loi de la nature :

Tout être est prédateur mais aussi nourriture !

En quatre mouvements, Pyjama est plumé,

Vidé et nettoyé, puis flambé et coupé

En solides portions et mis à mariner

Dans un Cairanne rouge où l'on a ajouté

Oignons piqués de clous de girofle et carottes,

Quelques baies de genièvres, sel, poivre et pas de flotte.

On laisse reposer au frais, toute une nuit.

Au matin on sort les morceaux que l'on essuie.

Au fond d'une sauteuse ou mieux d'une... cocotte,

Faites mousser du beurre dans de l'huile bien chaude,

Et faites-y dorer vos morceaux de volaille

Avec un peu d'oignon et quelques gousses d'ail.

Saupoudrez sur la fin avec de la farine

Toujours en remuant. Faut pas que ça calcine.

Flambez alors le tout avec un Armagnac,

Un marc de Châteauneuf ou bien un bon Cognac.

Puis vous passez dessus le jus de marinade,

Poivre, bouquet garni, sel (pas comme un malade).

Montez alors jusqu'à petite ébullition

Et cuisez doucement. La durée est fonction

De ce qu'est le bestiau. Pour Pyjama trois heures

Mais pour un coq d'hyper entre une et deux heures.

Préparez quelques cèpes, frais ou secs mais trempés,

Vous les sautez dans l'huile, les poivrez, les salez,

Puis vous les rajoutez à la préparation

Demi-heure avant la fin de votre cuisson.

À votre liaison il faut alors penser:

Sortez un verre de sauce, laissez-là reposer,

Puis battez-la avec jaune d'œuf et vinaigre,

De la farine en pluie. Fouettez d'un ton allègre!

Si vous l'avez gardé, vous rajoutez le sang.

Incorporez le tout dans le jus frémissant.

C'est prêt. Sans plus tarder arrêter le réchaud.

Vous buvez un canon et vous servez très chaud.

Avec des tagliatelles ou des pommes vapeur,

Et un bon Châteauneuf, on atteint le bonheur!

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes

 

Le coq au vin est un plat qui doit mijoter. Il s'accommode donc parfaite­ment d'une volaille ayant de l'âge. Il faut une viande qui tienne aux os, et des os solides. Il vous faut donc:

Pour la marinade: - l coq ancien de deux kilos, - 2 bouteilles de bon vin rouge A.a.C., - 2 oignons pour la marinade, - 1 demi kilo de carottes coupées en rondelles, - 4 clous de girofle, - l dizaine de baies de geniè­vre, - 2 cuillerées de gros sel, - poivre du moulin.

Pour le plat: - 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive, - gros comme un œuf de beurre, - l oignon émincé, - 3 gousses d'ail, - un peu de farine, - l verre d'Armagnac, Cognac ou Marc de Provence, - l bouquet garni, - l cuillerée à soupe de sel fin.

Pour la sauce: - 1 jaune d' œuf, - l demi-verre de vinaigre de vin, - 2 cuillerées à soupe de farine, - le sang du coq si vous l'avez gardé, - 1 sachet de cèpes secs mis à tremper.

 

Les vins conseillés:

 

Pas de demi-mesure pour le coq au vin: les meilleurs rouges de la vallée du Rhône: Côtes-Rôties, Hermitage, Croze-Hermitage, Saint-Joseph, Châteauneuf-du-Pape, Lirac, Gigondas, Vacqueyras, Cairanne, Saint­Gervais, Séguret, Vinsobres, Visan, Sainte-Cécile-Ies- Vignes, Cornillon. En Coteaux du Languedoc, les vins chaleureux de Saint-Chinian, Faugères, Minervois, Corbières, Fitou.

Les Côtes du Roussillon "Villages" de Belesta, Estagel, Maury, les Col­lioure.

Les vins de Provence Coteaux des Baux, Palette, Bandol évidemment, Les Arcs, les grands rouges de Bellet.

 

 Illustration X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Duodi 12 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

28/04/2011

Tchernobyl et Fukushima dans nos assiettes !

 

 

affiche-aliments-irradies-3-1e364.jpg

Avant-hier, j’ai régalé mes invités avec des cuisses de grenouilles. On n’entendait que des « hummm » !, on ne voyait que les trognes réjouies d’épicuriens se léchant les doigts pour ne rien perdre des fragrances subtiles d’ail et de persil de ces si sexy petites paires de cuisses ouvertes. Le plaisir de Gulliver ou Gargantua mangeant d’insignifiantes créatures humanoïdes…

 

Le lendemain, en allant aux poubelles, j’ai regardé par hasard l’étiquette de ces subtiles cuisses. « Produit irradié en provenance d’Indonésie ». Bon. Je suis bien placé pour savoir que la pêche aux grenouilles est sévèrement règlementé en France (un jour par an je crois), donc faut se faire une raison, les grenouilles que nous mangeons chez nous ou au restaurant arrivent surgelés de contrées lointaines… Mais ce qui m’a fait tiquer c’est le mot « irradié ». Aurais-je mis Tchernobyl et Fukushima dans les assiettes de mes commensaux ?

 

J’ai donc creusé la question. « L'ionisation (c’est plus vendeur que l’"irradiation") consiste à exposer des aliments à des rayonnements ionisants afin de réduire le nombre de micro-organismes qu'ils contiennent. Schématiquement, les aliments sont déposés devant des monticules de matière radioactive (Césium 137 ou Cobalt 60) ou des faisceaux d'électrons accélérés qui les irradient. Cette technique permet de tuer les micro-organismes, potentiellement pathogènes ou non, et de rallonger les durées de conservation des aliments, les cellules constitutives de l'aliment étant aussi affectées. Théoriquement, les produits alimentaires ainsi irradiés doivent être signalés au consommateur. Mais dans les faits, il est quasiment impossible de le vérifier. » Bon. De ce côté-là, mes grenouilles ne mentaient pas, c’était bien signalé.

En Europe, l'irradiation est autorisée dans huit pays. En France, sont régulièrement irradiés : les volailles, les fruits et légumes secs, les germes et flocons de céréales pour produits laitiers, les oignons, l'ail, l'échalote, la farine de riz, les cuisses de grenouilles et les crevettes. Cette liste dépasse de loin celle de l'Union Européenne, qui se limite aux herbes aromatiques séchées, épices et condiments alimentaires.

Des scientifiques et des associations alertent régulièrement le public sur les risques de cette pratique. L'ionisation des aliments dégrade leur qualité notamment en détruisant les vitamines (A, B1, C, E...) et structures vivantes qu'ils contiennent, et en faisant apparaître de nouveaux composés chimiques dont certains sont cancérigènes. Les cyclobutanones, par exemple, qu'on ne trouve pas dans les aliments non ionisés, et qui causent cancers et dommages génétiques chez le rat. D'autres composés toxiques tels les radicaux libres, le benzène, le toluène, etc. apparaissent aussi lors de l'irradiation des aliments.

Par le jeu des dérogations et de la libre circulation des produits en Europe, la liste des produits pouvant être soumis à irradiation est très vaste : pomme de terre, oignons, ail, échalotes, gingembre, tomates, fruits secs, café, potages déshydratés prêts à l'emploi, flocons et germes de céréales pour produits laitiers, légumes secs, viandes de volailles, farine de riz, blanc d'œuf, abats de poulets, crevettes congelées décortiquées ou étêtées, cuisses de grenouilles congelées, sang animal séché, plasma, coagulâts, gomme arabique, caséine, caséinates, etc.

Outre le fait qu’il n’est pas très bon de manger des produits dans lesquels toute trace de vie a été radicalement éliminé par un traitement radioactif, il est anormal que ces traitements ne soient pas clairement expliqué sur les étiquettes (comme c’est fait pour mes fameuses cuisses de grenouilles. Mais c’est pas très vendeur ça Coco ! C’est pas vendeur !

Sources :

http://www.irradiation-aliments.org/Campagne-contre-l-irradiation-des.html

http://www.lesmotsontunsens.com/

http://www.bioweight.com/irradier.html

 

Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Nonidi 9 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

27/04/2011

Ça y est, il est sorti le n°1 de ce poil à gratter de la Toile : Urtikan.net

 

 

 

urtikan.jpg

 

Pour tous les orphelins de Charly-Hebdo première mouture, le grand, le vrai, le seul, celui des Cavanna, Willem, Reiser, Wolinski et Cabu encore rebelles, Fournier ; et non la bouillie merdique qu'est devenue ce titre, saccagé par Val.  Pour tous les orphelins de Siné-Hebdo aussi, voiçi que se lève un magazine jeune, nouveau, plein de sève, porteur de tous nos espoirs. Ce magazine, Urtikan.net, se place délibérément en dehors du circuit classique des hebdos papiers et tente le délicat défi d'une parution par abonnement uniquement sur la Toile. Pari fou ? Pas du tout. Médiapart (dont je suis un abonné - content ! - des premières heures) le prouve tous les jours. Voici donc comment l'équipe d'Urtikan.net présente son bébé.

 

 

Autrement dit, autrement fait.

Urtikan.net, le premier webdo satirique sur Internet, est né de l'idée de faire un journal autrement.

Autrement pour le contenu, car nous privilégions le dessin et la caricature, pour commenter l'actualité. Il existe en France une grande tradition satirique et depuis des siècles les caricaturistes font la joie du grand public. Nous nous inscrivons dans cette continuité.

Autrement pour la réalisation et la diffusion. Grâce à Internet nous innovons en utilisant toute la palette de moyens que nous offre cet outil planétaire.

Autrement aussi dans la relation avec les lecteurs, car ce journal leur appartient. Ce sont les Internautes qui financeront directement cette aventure éditoriale originale et ce sont nos abonnés qui seront les garants de notre indépendance.

Lisez Urtikan.net, faites le connaître à vos proches, vos amis, à vos collègues de travail, faites-le buzz, abonnez-vous, et nous nous chargeons de gratter là où ça démange.

Rendez-vous mardi pour le n°2 (voir offres d'abonnement).

françois forcadell
et James Tanay, Nicolas Got, Berth, Cambon, Chimulus, Deligne, Faujour, Jiho, Lacombe, Lasserpe, Lécroart, Mric, Pakman, Pessin, Samson, Soulcié.

 

Bon. Moi je m'abonne dès aujourd'hui.

 

Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Octidi 8 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

26/04/2011

Amazonie: pan! dans les dents...

 

 

amazonie.jpg

Je viens de recevoir ça dans ma boite à courriel. C’est la superbe réponse du ministre brésilien de l'Education, Cristovao Buarque, interrogé par des étudiants aux Etats-Unis... La presse nord-américaine a parait-il refusé de publier ce texte.
 
Internationalisation
 
Discours du ministre brésilien de l'Éducation aux Etats-Unis.
 
Pendant un débat dans une université aux Etats-Unis, le ministre de l'Éducation Cristovao Buarque, fut interrogé sur ce qu'il pensait au sujet de l'internationalisation de l'Amazonie.
Le jeune étudiant américain commença sa question en affirmant qu'il espérait une réponse d'un humaniste et non d'un Brésilien.
 
 
Voici la réponse de M. Cristovao Buarque.
 
En effet, en tant que Brésilien, je m'élèverais tout simplement contre l'internationalisation de l'Amazonie. Quelle que soit l'insuffisance de l'attention de nos gouvernements pour ce patrimoine, il est nôtre.

En tant qu'humaniste, conscient du risque de dégradation du milieu ambiant dont souffre l'Amazonie, je peux imaginer que l'Amazonie soit internationalisée, comme du reste tout ce qui a de l'importance pour toute l'humanité. Si, au nom d'une éthique humaniste, nous devions internationaliser l'Amazonie, alors nous devrions internationaliser les réserves de pétrole du monde entier.
 
Le pétrole est aussi important pour le bien-être de l'humanité que l'Amazonie l'est pour notre avenir. Et malgré cela, les maîtres des réserves de pétrole se sentent le droit d'augmenter ou de diminuer l'extraction de pétrole, comme d'augmenter ou non son prix.
 
De la même manière, on devrait internationaliser le capital financier des pays riches. Si l'Amazonie est une réserve pour tous les hommes, elle ne peut être brûlée par la volonté de son propriétaire, ou d'un pays.
 
Brûler l'Amazonie, c'est aussi grave que le chômage provoqué par les décisions arbitraires des spéculateurs de l'économie globale. Nous ne pouvons pas laisser les réserves financières brûler des pays entiers pour le bon plaisir de la spéculation.
 
Avant l'Amazonie, j'aimerai assister à l'internationalisation de tous les grands musées du monde. Le Louvre ne doit pas appartenir à la seule France. Chaque musée du monde est le gardien des plus belles oeuvres produites par le génie humain. On ne peut pas laisser ce patrimoine culturel, au même titre que le patrimoine naturel de l'Amazonie, être manipulé et détruit selon la fantaisie d'un seul propriétaire ou d'un seul pays.
 
Il y a quelque temps, un millionnaire japonais a décidé d'enterrer avec lui le tableau d'un grand maître. Avant que cela n'arrive, il faudrait internationaliser ce tableau.
 
Pendant que cette rencontre se déroule, les Nations unies organisent le Forum du Millénaire, mais certains Présidents de pays ont eu des difficultés pour y assister, à cause de difficultés aux frontières des Etats-Unis. Je crois donc qu'il faudrait que New York, lieu du siège des Nations unies, soit internationalisé. Au moins Manhattan devrait appartenir à toute l'humanité. Comme du reste Paris, Venise, Rome, Londres, Rio de Janeiro, Brasília, Recife, chaque ville avec sa beauté particulière, et son histoire du monde devraient appartenir au monde entier.
  
Si les Etats-Unis veulent internationaliser l'Amazonie, à cause du risque  que fait courir le fait de la laisser entre les mains des Brésiliens, alors internationalisons aussi tout l'arsenal nucléaire des Etats-Unis. Ne serait-ce que par ce qu'ils sont capables d'utiliser de telles armes, ce qui provoquerait une destruction mille fois plus vaste que les déplorables incendies des forêts Brésiliennes. Au cours de leurs débats, les actuels candidats à la Présidence des Etats-Unis ont soutenu l'idée d'une internationalisation des réserves florestales du monde en échange d'un effacement de la dette.
 
Commençons donc par utiliser cette dette pour s'assurer que tous les enfants du monde aient la possibilité de manger et d'aller à l'école. Internationalisons les enfants, en les traitant, où qu'ils naissent, comme  un patrimoine qui mérite l'attention du monde entier. Davantage encore que l'Amazonie.
 
Quand les dirigeants du monde traiteront les enfants pauvres du monde comme un Patrimoine de l'Humanité, ils ne les laisseront pas travailler alors qu'ils devraient aller à l'école; ils ne les laisseront pas mourir alors qu'ils devraient vivre.
 
En tant qu'humaniste, j'accepte de défendre l'idée d'une internationalisation du monde. Mais tant que le monde me traitera comme un Brésilien, je lutterai pour que l'Amazonie soit à nous. Et seulement à nous!

 
Voilà qui remet les pendules à l’heure !

Photo X - Droits réservés

 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Septdi 7 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

21/04/2011

« Prime obligatoire mais montant aléatoire »… Encore une sarkonnerie !

sarko-grimace.jpg

 Eh ! Vous les entendez les sarko-trafiquants ! Voilà le grand retour du « président du pouvoir d’achat » ! Fallait le voir le Sarko-prolo visitant une usine des Ardennes ! Applaudit poliment par des manards probablement, comme d’hab, triés sur le volet et…soigneusement tenus à l’écart par un grillage solide ! Des propos virils contre les bonus faramineux des grands patrons et le torrent de dividendes versés aux actionnaires alors qu’il n’y aurait rien pour les salariés ! Presque du Mélanchon !

 

Mouais… Pourtant, derrière le « guide », c’est plutôt le bordel :

- mercredi, François Baroin dévoile les grandes lignes de l’idée du Jaurès de Neuilly, en restant assez flou : le ministre du Budget a évoqué une prime de 1.000 euros pour les salariés des entreprises distribuant des dividendes ;

- dimanche, Xavier Bertrand réduit sensiblement l'impact de la mesure : elle s'appliquerait aux « entreprises dans lesquelles il y a des dividendes qui progressent », pas dans celles où les dividendes stagnent. Ça change tout… ;

- lundi, Christine Lagarde apporte de nouvelles nuances. Le dispositif serait en fait « un mécanisme d'exonération de charges sociales » pour les entreprises concernées et, surtout, le montant de la prime ne serait pas fixé par la loi mais négocié au cas par cas avec les syndicats.

 

 

Ouf ! Pas simple tout ça. Pour le prolo, un peu de thunes qui te tombe dans les fouilles, c’est toujours ça de pris. Seulement qui touchera cette « prime » ? Finalement pas grand monde… Parce que les entreprises qui distribuent des dividendes ne sont pas si nombreuses que ça : - 16% des PME (moins de 250 salariés), donc 84% des salariés de ces entreprises exclus de la « prime » ; -  30% des entreprises de taille moyenne (entre 250 et 5 000 salariés), donc 70% des salariés de ces entreprises exclus de la « prime » ; - 41% des grandes entreprises, donc 59% des salariés de ces entreprises exclus de la « prime ». Et ce n’est pas tout : encore faut-il que ces dividendes, lorsqu’ils existent, progressent. Ce qui réduit encore plus le nombre de bénéficiaires. Par exemple Total, n°1 du Caca-rente : le conseil d'administration de cette société a fixé le dividende à 2,28 euros par action pour l'exercice 2010, soit exactement le même montant que l'année précédente. Puisque le dividende n'a pas augmenté, le groupe ne serait pas concerné par le dispositif !

Les primes, si elles sont toujours bienvenues, ont néanmoins un caractère temporaire et incertain. Allez donc dire à votre banquier, pour l’obtention d’un prêt « j’ai eu une prime de 1000 euros », il vous gratifiera d’un petit sourire poli mais narquois… C'est la différence essentielle avec les salaires qui sont un engagement contractuel garanti sur un niveau de rémunération en échange d’une compétence et d'un travail.

 

Les syndicats ne s’y sont pas trompés qui regardent cette agitation pré-électorale avec beaucoup de recul. D’autant plus que ce gadget serait assorti…d’une exonération de charges sociales ! Donc d’un trou de plus pour le Sécu par la création…d’une nouvelle niche fiscale !

 

Tout faux les sarko-trafiquants ! Tout faux !

 

Illustration X - Droits réservés 

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Duodi 2 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

20/04/2011

Les voleurs de terres

accaparement des terres pescador nuest.jpg

Vous avez peut-être vu hier soir la remarquable émission Théma » d’Arte consacré à l’accaparement des terres agricoles des pays du sud. Il s’agit de la dernière saloperie de la spéculation mondiale. Celle-ci est le fait à la fois de pays (Chine, Corée du Sud, Arabie saoudite, Libye, Qatar, etc.) et d’investisseurs privés (fonds de pensions, banques, etc.). Ces prédateurs achètent des millions d’hectares de terres arables dans les pays pauvres du sud (http://www.grain.org/m/?id=213), avec la complicité de la Banque mondiale et même d’agences spécialisées de l’ONU, mais aussi des gouvernements locaux dont les responsables corrompus par des flots de pognon bradent souvent pour l’euro symbolique (mais de grasses « commissions » pour eux !) des pans entiers de leurs pays. Ainsi 30% de la superficie totale de l’Uruguay est « acheté » par des étrangers (la « estrangerisation ») ! Ainsi un investisseur indien vient de se voir concéder sans aucune contrepartie un territoire de 100 km de long sur 75 de large en Ethiopie ! Ainsi la Corée du Sud prétendait-elle mettre la main sur la moitié du territoire de Madagascar, ce qui a déclenché, fort heureusement, une révolution et la mise à l’écart du dirigeant corrompu responsable de cet ahurissant « contrat ».

 

accaparement des terres dessin colonisation.jpgCertains de ces accords sont présentés comme une nouvelle manière de satisfaire les besoins de la sécurité alimentaire de pays qui dépendent des marchés extérieurs pour se nourrir eux-mêmes, comme le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Corée du Sud ou la Chine. D’autres sont exposés sans détour pour ce qu’ils sont en réalité : des contrats d’affaires et de nouvelles opportunités de bénéfices très intéressantes. L’accaparement des terres, qui vise des taux de bénéfices de 20 % pour les investisseurs, est tout bonnement une question de spéculation financière.

 

 

Il s’agit ni plus ni moins de banditisme d’état, de colonialisme même pas déguisé derrière un apport de « civilisation ». Les acquisitions de terre à grande échelle sont conçues pour ouvrir de nouveaux espaces à une agriculture de plantation, une agriculture industrielle, destinée à l’exportation. Les bulldozers arrivent, dégagent tout, détruisent les villages et chassent les paysans locaux avec l’aide des flics, accaparent la terre mais aussi l’eau et plantent, qui du faux riz Basmati, qui des palmiers à huile, qui du soja OGM, qui des millions de roses et d’orchidées sous serre… Ceci avec force pesticides, engrais chimiques et autres poisons qui salopent la terre et les cours d’eau.

 

accaparement des terres sillons infinis.jpgL’accaparement des terres prive les paysans, les populations autochtones, les pêcheurs et les nomades de vastes étendues de terres, et leur en interdit l’usage, aujourd’hui et demain, mettant sérieusement en péril leurs droits à l’alimentation et la sécurité de leurs moyens de subsistance. L’accaparement des terres capte aussi toutes les ressources en eau existant sur les terres, en amont et aux alentours, résultant de fait en une forme de privatisation de l’eau. L’accaparement des terres est intrinsèquement lié à la violation de la législation internationale sur les droits humains : évictions forcées, réduction des critiques au silence (ou pire), introduction de modèles fonciers et agricoles non durables qui détruisent les environnements naturels et épuisent les ressources naturelles, flagrant déni d’information, et empêchement des personnes de participer aux décisions politiques qui affectent leur vie. (Cliquez ici pour voir plus d'informations / le rapport )

Du 18 au 20 avril 2011, des investisseurs, des responsables gouvernementaux et des membres des agences internationales se sont retrouvés à Washington pour la Conférence annuelle sur le foncier et la pauvreté, afin de discuter des façons d’opérationnaliser un cadre de travail connu sous le nom de Principes pour des Investissements Agricoles Responsables (RAI). Formulés par la Banque mondiale, le Fond international de développement agricole (FIDA), la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), les RAI consistent en sept principes que les investisseurs peuvent choisir, ou non, de respecter quand ils se lancent dans des acquisitions de terres agricoles à grande échelle. Il s’agit en fait de donner une façade décente, presque honorable à une véritable néo-colonisation des terres et des ressources du sud !

Les pires des colonialistes ne faisaient pas mieux (ou plutôt pas pire) !

 

Sources : http://www.grain.org/o/?id=112.

Contacts:

Henry Saragih, La Via Campesina, Indonésie : +62-811655668

Devlin Kuyek, GRAIN, Canada : +1-514-571-7702 Shalmali Guttal, Focus on the Global South, Thaïlande : +66-2 218 7383/4/5

Kirtana Chandrasekaran, Amis de la Terre International, Royaume-Uni : +44-79-61986956

Sofia Monsalve, FIAN, Allemagne : +4962216530030

Maria Luisa Mendonça, Réseau Social de Justice et de Droits Humains, Brésil: +55-11-81679951

 

Illustrations X - Droits réservés

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Primidi 1 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

19/04/2011

Le Sarko-Circus sur les terres de ses bobards !

sarko clown casquette.jpg

 

 

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Venez au grand Sarko-Circus !

Venez au royaume des gugusses !

Séance aujourd’hui en plein cœur des Ardennes

Terres où le Sarko a créé son antienne :

« Travaillez plus

Pour gagner plus » !

Venez ! Vous y verrez le Plus Grand Nain du monde !

Un géant du mensonge, un bobard par seconde !

Travaillez pour des clous, trimez donc les manards !

Nous on se fait du lard !

 

Et ce n’est pas tout !

Et ce n’est pas tout !

Approchez ! Approchez !

Vous y verrez la montagne des promesses non tenues

Tous ceux qui les ont crues l’ont profond dans le cul.

Hop ! Le pouvoir d’achat… Hop ! Baisse du chômage…

Hop ! L’environnement…Retard à l’allumage.

Et hop ! La république qu’on veut irréprochable

Sauf les affaires Woerth, Karachi sur le râble

Hop ! Hop ! Gugusse à dit, sautant comme un cabri :

« J’veux plus de sans-abris » !

Hop ! « Plus de déficit » Hop ! « J’veux de la croissance ».

On crève dans les rues, on jette le pognon et on ruine la France !

 

Et ce n’est pas tout !

Et ce n’est pas tout !

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Venez au grand Sarko-Circus !

Venez au royaume des gugusses !

Vous y verrez les trop-plein-d’pèze volant

Ils volent, volent, volent, volent « nolens volens »

Vous y applaudirez les célèbres « banksters »

Ils vous feront les poches jusqu’au dernier sesterce !

 

Et ce n’est pas tout !

Et ce n’est pas tout !

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Vous y admirerez la belle Carlita

Qui susurre, minaude, fait la dolce vita.

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Venez au grand Sarko-Circus !

Venez au royaume des gugusses !

Vous y verrez les clowns Sarko et Kadhafi

Guerroyer pour de rire, coran et crucifix

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Sortez votre pognon pour vous faire enfumer !

Le Grand Sarko-Circus vous a chloroformés !

 

 

Photo X - Droits réservés

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Décadi 30 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

18/04/2011

Au bistro de la toile : Vintimille. Ville frontière...

 

chimulus bistro copie.jpg

- L'espace Schengen a du plomb dans l'aile ! Devant  les carences de cette disposition européenne, d'aucuns se prennent à regretter le temps des gabelous. C'est con, mais c'est comme ça.

 

- On comprend les Italiens qui sont en première ligne et voient débarquer sur leurs îles méridionales des flots de migrants fuyant... fuyant quoi au fait ? Les Tunisiens fuiraient un pays écrasé par une tyrannie ? Mais alors les fameuses « révolutions arabes », c'est quoi ?

 

- Moi, naïvement, je pensais que c'en était fini de ces conditions dictatoriales. Je pensais naïvement que si j'étais Tunisien, jeune, plein de force et de volonté, fier de l'extraordinaire révolution qui a fait l'admiration du monde entier, je mettrais mes forces, mon allant, mes compétences au service du formidable mouvement de construction de la démocratie dans mon pays.

 

- Mais c'est le cas Victor, c'est le cas !

 

- Ah ! Bon. Mais alors ces dizaines de milliers d'hommes - uniquement d'hommes, de 18 à 35 ans - qui fuient leur pays malgré la liberté arrachée héroïquement, qui sont-ils ? Pourquoi désertent-ils l'effort collectif de leur pays en marche ? Ne serait-ce pas parce qu'ils sont ceux qui ont été les suppôts de la dictature ? Flics véreux, miliciens assassins, profiteurs gagne-petit de l'ancien régime ? Ne fuient-ils pas la justice de leur pays ? Les représailles de ceux qu'ils auraient maltraités, escroqués, tués peut-être ?

 

- Qui lo sa ? En attendant, c'est chez nous qu'ils veulent venir,  grossir les rangs des assistés, des clandestins chers à Laurence Parizot pour faire pression à la baisse sur les salaires, et conforter les positions de la Le Pen...

 

Merci à Chimulus

***********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ

 

Nonidi 29 germinal de l'an 219 de l'ère de la Liberté