Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/01/2011

OGM : le retour !

OGM vache.jpg

Ah ! Mon pote Denis, qui « fait du lait » quelque part en Margeride, doit être rassuré : il est désormais bien défendu ! Pourquoi, il a pris sa carte à la Conf' ? Même pas... Mais il sera désormais « représenté » par le citoyen Beulin Xavier, devenu à la fin de l'année dernière patron du principal syndicat agricole, la FNSEA.

 

Denis, il pourra ainsi « espérer » faire goûter à ses vaches les délicats effluves des produits OGM ! En voilà un avantage ! A nous bientôt les bons fromages OGM, à nous les délicieux yaourts OGM, à nous, plus tard, les belles tumeurs scrofuleuses... Mais à eux, les empoisonneurs monsantoniens et leurs complices, les beaux billets verts extorqués au prix de la santé des consommateurs et de la sujétion des paysans. Tout cela orchestré par leur chère FNSEA.

 

C'est Wikileaks qui a balancé le pavé. Parmi les 250.000 télégrammes diplomatiques largués dans la nature par ces bienfaiteurs, on a trouvé quelques missives de l'ambassadeur étazuniens à Paris, le ci-devant Stapleton Craig préconisant en 2007 de sérieuses représailles contre les Européens et principalement les Français « les pires coupables » pour leur opposition à l'introduction des plantes OGM étazuniennes, notamment à travers le Grenelle de l'environnement.

 

Et qui aurait discrètement inspiré ces demandes de « représailles » ? Qui aurait ainsi joué contre son propre pays ? La Conf' de Bové (enfin, avant), la Coordination rurale ? Qui sait... Ben, en 2007, le numéro 2 de la FNSEA, chargé de l'international, s'appelait... Beulin Xavier et déclarait : « La FNSEA a une position d'ouverture sur la question des OGM ». Ce pauv' paysan, devenu depuis grand patron du syndicat paysan majoritaire cultive 450 hectares de céréales dans la Beauce et est aussi le patron de Sofiprotéol, fonds d'investissement de la filière des huiles de table et du carburant végétal. Y a bon les OGM dans cette filière !

 

Au fait, la Commission européenne du sinistre Barosso va prochainement statuer sur le sort de trois maïs transgéniques interdits en France.

 

José, revient !

 

Sources : Canard enchainé du 12/01/2011

ogm Charb.jpg

Merci à Charb

************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quatridi 24 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

13/01/2011

Profitez ! 50% de rabais sur tout !

chimulus solde.jpg

 

 

Un débile Uh-aime-pets (pléonasme!), le savoureux Jacob qui mérite le baton en mettant en solde l'embauche à vie des fonctionnaires !

Un gendarme réintégré par le Conseil d'état mais à 50% !

50% de réduction sur les otages de Niamey tués par les rebelles !

Et toujours, toute l'année, depuis bientôt quatre et pour encore plus d'un an un demi président!

En solde celui-là: 50% de sa cervelle en moins!

(pardon il a six cerveaux bien irrigué !)

Profitez des soldes !

 

Merci à Chimulus

************ 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Tridi 23 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

  

12/01/2011

M'ame Michu et M'ame Chazotte : « Quand Madelin vient.... »

vamps.jpg

 

- Eh ben, M'ame Michu, vl'avez regardé dans la lucarne à décerveler la crise d'Arditi ?

 

- Dardi qui ?

 

- D'Arditi. C'est lui, l'acteur, qui présentait, comme Yves Montand il y a vingt ans, un excellent documentaire sur l'historique du saccage économique du pays par les crapules en col blanc.

 

- Ben oui, bien sûr que j'l'ai vu, comme tout le monde. Un bien bel homme ce monsieur Arditi, mais j'ai pas tout compris si ce n'est qu'on est de plus en plus pauvres et les amis du mari de M'ame Carla de plus en plus riches...

 

- V'z'avez tout compris au contraire. En tout  cas le principal...

 

- ...et le principal, c'est l'essentiel, s'pas M'ame Chazotte !

 

- Mouais. C'est même ce qui compte le plus. Bon. Tout ce qu'ils nous ont montré, on le savait mais une piqûre de rappel ne fait jamais de mal. On a vu les saloperies de ce duettiste de criminels de fausse paix qu'étaient le sinistre Reagan et la mère Thatcher, responsables du virage ultra libéral.

 

- Moi, c'que j'ai aimé, M'ame Chazotte, c'est le débat après le film. Et surtout ce monsieur syndicaliste, avec son ticheurt noir. Humm ! Quel bel homme ! Une gueule entre Lino Ventura et Gérard Lanvin...

 

- ...et une tchatche, et des idées ! « Je regrette de ne pas avoir eu trente kilos de plastic pour faire sauter toutes les machines de notre usins que des camions trimballaient en Tchéquie, en Pologne, au Mexique... », qu'il a dit ! Ben, en voilà des idées claires, simples et saines ! Il a crevé l'écran l'ancien délégué syndical CGT de Continental Clairoix, Xavier Mathieu, qui commence par dire qu'il se demande ce qu'il fout là, et qu'en parlant de misère, des SDF dorment à l'entrée de France2 ! Tronche allongé de Pujadas bien propret sur lui, rigolade discrète d'Arditi, sourire coincé de Orsenna. Puis est arrivé l'image lumineuse de la jeunesse, de l'avenir, la très jolie Julianne Charton, représentante des lycéens...

 

- Ben ça c'est ben vrai M'ame Chazotte ! Et c'qu'elle parle bien c'tte gamine.

 

- Puis est arrivé l'ineffable Madelin. On croyait qu'il était retourné à sa place celui-là, dans les poubelles dorées mais le revoilou qui vient nous rabâcher son grand air du bonheur ultra libéral ! Comment qu'il s'est fait renvoyer dans les cordes par le syndicaliste rugueux, le facho d'Occident reconverti dans les « fonds d'investissement » !

 

- Ah oui alors ! Tiens, M'ame Chazotte, j'vas vous chanter une petite bluette que chante sur l'air de « La Madelon » mon neveu anar moustachu, le Victor :

 

« Quand Madelin vient nous servir sa soupe

On a envie d'y casser le menton

Ce pourri mérite qu'on lui coupe

Ce qui lui sert de roustons !

 

Quand Madelin vient nous gonfler les glandes

On a envie de lui bourrer l'oignon.

Il faudra bien qu'un jour on le pende

Madelin, Madelin, Madelin...

 

Quand ce salaud vient nous baver dans le poste

Son grand air du bonheur ultra-libéral

C'est le moment d'organiser la riposte.

Tous dans la rue, soulèvement général !

 

Nous les clodos crevant la dalle

Qui n'avons mêm' pas le chomdu

Nous les champions de la fringale

Nous prendrons ce qui nous est dû

 

Tremblez ! vous les patrons

Tremblez ! vous les poltrons

Les princes du pavé vont vous botter le cul ! 

 

Quand Madelin...»

  

 **********************

 Un regard autorisé sur ce qui se passe en Algérie

ICI

**************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Duodi 22 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

11/01/2011

Algérie, Tunisie... Ils n'ont pas de pain ? Qu'ils mangent de la brioche ! Pas de liberté? Qu'ils regardent le foot !

emeutes-faim.jpg

 Attend ! On croit rêver, ou plutôt cauchemarder : des émeutes de la faim en Algérie, en Tunisie, comme il y a deux ans au Maroc, au Mexique, au Sénégal et un peu partout dans le monde ! Nous voilà de retour aux prémisses de la Révolution française lorsque les crève-la-faim de chez nous allaient chercher manu militari à Versailles « le boulanger et la boulangère ».

Il aurait suffit de quelques rumeurs de baisse de la production de blé consécutives à la sécheresse en Russie, aux inondations en Australie et autres conjonctures mondiales défavorables pour déclencher la panique ? Mouais... Il a bon dos le dérèglement climatique. À New York, à Londres ou à Paris, quelques affameurs en col blanc se frottent les mains, orchestrent ces rumeurs et s'engraissent en achetant des milliers de quintaux de blé, de maïs ou des barils de pétrole quand les prix sont bas et les revendant quand le cours monte. Quelques rumeurs et « confidences » sur le thème de la pénurie et hop ! Ça fait gonfler artificiellement les prix... 

A qui profite le crime ? Essentiellement aux fonds de pension spéculateurs étazuniens et aux multinationales de l'agroalimentaire et de la chimie phytosanitaire. Ce sont les mêmes tant ils sont liés. 

Les fonds de pensions, secoués par l'affaire des « subprimes » étazuniennes, placent leurs énormes capitaux fluctuants sur les matières premières agricoles, blé, maïs, riz essentiellement. Ils achètent et gèlent ces matières premières pour en faire monter artificiellement les cours afin de multiplier leurs profits. Ils organisent ainsi la pénurie alimentaire mondiale. Les multinationales agroalimentaires et semencières, étroitement liées à l'industrie chimique et financées par les fonds de pensions, orchestrent cette catastrophe alimentaire dans un but précis : imposer partout dans le monde les cultures OGM, et s'assurer ainsi une maîtrise conséquente sur la vie même de tous les Terriens par la privatisation du vivant.

Mais il y a d'autres responsabilités et elles sont multiples : - démographie démentielle, - plus forte demande des nouvelles classes moyennes des pays émergents, - politiques agricoles de l'Europe et des Etats-Unis réduisant à néant les agricultures des pays du « tiers-monde » à coup de produits subventionnés, - politique du FMI, à la solde des banques et des multinationales occidentales, visant à imposer des agricultures d'exportation (arachide, café, cacao, etc.) au détriment des agricultures vivrières, - aberration du développement des « agro carburants », - activation de « l'arme agricole » par les Etats-Unis par l'action spéculative des fonds de pension investissant massivement dans les matières premières agricoles, - complot orchestré par les multinationales de l'agroalimentaire pour imposer les OGM, - achat de terres en Afrique par la Chine et les pays pétroliers du golfe pour y faire de l'agriculture à leur seul profit, - sans oublier cette merde de mondialisation qui impose partout les mêmes manières de manger: blé supplantant le riz, protéines animales dix fois plus dispendieuses à obtenir que les végétales, etc.

Oui, il a bon dos le « dérangement climatique ». Il est un des éléments, mais pas le principal. Et puis enfin, le monde a les moyens de faire face à ces fluctuations saisonnières, il suffit pour maitriser l'approvisionnement des denrées de base (sucre, huile, céréales) de constituer des stocks qui suffiraient à contrer la spéculation. Car la fluctuation qui déclenche la pénurie et les émeutes de la faim joue sur quelques pourcents seulement, le reste étant orchestré par les spéculateurs mafieux. La fameuse « communauté internationale » trouverait là une belle illustration et une utilité évidente. Eh ! Oh ! Kiki, mais t'es coco ou quoi ? N'oublie pas qu'en termes d'ultra libéralisme, toute décision économique tend vers une seule chose : le profit, et le profit immédiat. 

Si les pauvres se révoltent parce qu'ils n'ont pas pain à manger, qu'ils mangent de la brioche, bordel ! comme disait « la boulangère » à Louis...

Et s'ils n'ont pas de liberté, qu'ils regardent le foot !

 

 **********************

 Un regard autorisé sur ce qui se passe en Algérie

ICI

**************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Primidi 21 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

10/01/2011

Au bistro de la Toile : Otages ? Putaing, c'est pas une vie...

chimulus bistro copie.jpg

 

 - Oh ! Victor ! Encore deux qui se sont fait dégommer au Niger, et un troufion de plus en Afghanistan... Ça tombe comme à Gravelotte. Fait pas bon être Français dans ces pays actuellement !

- Pas seulement Français Loulle, mais « blanc »... Il fut un temps, lorsque je voyageais partout dans le monde, au cours de la parenthèse enchantée hippie, où le fait d'être « westerner » comme ils disaient et en plus Français, te garantissait sécurité et autres avantages. Pour quelles raisons ? Je n'en sais rien, c'était comme ça. Tu te faisais un peu arnaquer sur les prix par ce que j'appelais la « face tax », la taxe de figure, mais une fois que tu avais intégré ça, la vie était peinarde et les gens toujours sympas. Le moteur de ce comportement ? J'en sais rien... Prestige d'une civilisation opulente ? Crainte ? Bof... Mais tout ça est fini. Le prestige ? Y en a plus... La crainte ? Les bides des Zétazuniens et de leurs supplétifs (dont nous Français) tant en Irak qu'en Afghanistan en ont montré les limites. Actuellement le « blanc » est à la fois un sujet de rancœur voire de haine, mais aussi une valeur marchande ! Pour quelques crève-la-faim déterminés, la kalash est un sésame et l'enlèvement de « blancs » un commerce juteux !

- Alors on fait quoi ? On laisse enlever sans rien faire les journaleux en Afghanistan ? Les hommes d'affaires, les ingénieurs, techniciens et ouvriers « blancs » en Afrique ? Eux qui vont dans ces contrées dangereuses pour défendre nos intérêts ?

- Nos intérêts t'as dit Loulle ? Les tiens ? Les miens ? Ceux de Bert ou d'Ali qui boivent des canons avec nous dans ton rade ? Non, ces gens-là défendent - souvent sans le savoir - les intérêts de Bolloré, de Bouygues, de Dassault et autres requins néocolonialistes qui pillent les richesses de l'Afrique (pétrole, uranium, cuivre, métaux rares, or, cacao, etc.) par l'exploitation des populations autochtones, le soutien aux dictateurs locaux, et les massacres si nécessaires ? C'est pas nos intérêts ça, Loulle.

- C'est vrai Victor. Mais les deux jeunes qui ont été massacrés n'étaient pas de ceux-là : l'un travaillait dans une ONG, venait donc aider les gens de là-bas, l'autre, c'est encore plus con, il venait assister au mariage de son pote, avec une belle Nigérienne en plus !  C'est pas exactement le profil de néo colonialistes !

- Exact. Encore que les ONG ne soient pas tellement ma tasse de thé - pardon Loulle, mon ballon de rouge ! Pour utiles qu'elles soient, elles procèdent de la charité et non de la justice. Les crapules lâches et barbares qui massacrent ainsi sont des tarés de naze-islamistes. Ils ont une culture de mort et de haine. Ils font ainsi payer à la France son aide aux autorités algériennes dans leur lutte victorieuse contre ces cons.

- Mais alors, qu'est-ce qu'il faut faire ? Les laisser tomber ces pauvres types enlevés ?

- Faut être réaliste et faire la part du feu. Il ne faut en aucune manière négocier avec les ravisseurs. C'est dur car ça implique beaucoup de larmes, de désarroi pour des familles dans le malheur mais c'est comme ça. C'est d'ailleurs ce que font les Rosbifs qui ne sont pas des tendres ! Chaque fois qu'on donne des millions d'euros à ces connards - parce que ça vaut cher la peau d'un otage ! - cet argent sert à acheter des armes sophistiquées, du matériel performant, à acheter aussi la collaboration de populations locales. En définitive, ça sert à renforcer considérablement le pouvoir de nuisance de ceux que l'on veut combattre ! C'est à coup sûr plus de morts, plus d'insécurité, plus de chantage.

- Autrement dit on ne paie pas de rançon mais on fait payer aux otages le prix du sang - de leur sang ! - en se lançant dans des entreprises militaires hasardeuses et jusqu'à présent se terminant par la mort des otages...

- Les gens qui vont travailler dans ces pays dangereux - et se font donc en quelque sorte les complices des exploiteurs néo colonialistes - doivent savoir ce qu'ils risquent personnellement. Et de l'autre côté les ravisseurs doivent savoir que, d'une part ils ne toucheront pas un kopeck, d'autre part ils morfleront militairement, même au prix de la vie des otages.

- Bon ! Eh bien on va rester ici et boire quelques canons... Allez, c'est ma tournée !

 

Merci à Chimulus pour l'illustration

**************

 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi 20 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

07/01/2011

Alors ça vient ce protectionnisme européen ?

père noël zonr commerciale.jpg Hier, je suis allé avec ma compagne dans une des zones commerciales de l'agglomération où je vis l'hiver. Rien d'original, c'est partout les mêmes merdes architecturales genre boite à chaussure et d'énormes panneaux de pub criards. Pour y arriver, j'ai longé des friches industrielles. Il y a quelques années on y fabriquait des produits en polystyrène expansé, à côté c'était une fonderie... Maintenant ruines, toits affalés, murs tagués... L'image de la désindustrialisation.

 

Dans la zone commerciale, nous sommes entrés dans un gigantesque entrepôt de vente où s'offraient à la convoitise de gens pauvres des monceaux de produits fabriqués en Chine, au Bangladesh, en Inde. Probablement par des semi esclaves ou des enfants, au mieux par des travailleurs exploités. Il y a quelques années, à la place de ces bâtiments se trouvait le centre de recherche très moderne, très performant, d'une entreprise lideur en France dans le domaine des bétons précontraints. Parti ailleurs... L'image de la délocalisation.

 

J'ai vainement cherché dans ces illustrations l'image de la « mondialisation heureuse » prônée par le pittoresque Alain Minc, « conseiller » de Sarko. Cette image, ce sont des entrepôts logistiques, des hypermarchés, des franchisés vendant partout les mêmes merdes mais plus aucune industrie, plus aucune PME, encore quelques artisans essayant de s'en sortir. Un pays en voie de tiers-mondisation...

 

Eh ouais ! Coco, faut être moderne ! C'est ça la libre circulation mondiale des produits, c'est ça la libre circulation mondiale des capitaux ! Moderne le fait de permettre à quelques multinationales mafieuses à vocation uniquement financière de mener leur prédation partout dans le monde en piquant la plus-value financière et en laissant la casse sociale aux autochtones ? Va fan culo...

 

Sauf à appliquer en France les mêmes salaires qu'en Chine et la même protection sociale, il est impossible pour l'industrie française et européenne d'être concurrentielle. Sauf à être débile, on ne peut pas mettre en concurrence des pays où les coûts de main-d'œuvre varient de un à quatre-vingt ! Eh bien oui, on est débile. En tout cas les têtes d'œuf qui nous gouvernent tant au niveau national qu'au niveau de l'Europe. Une connerie (angélisme on dit pour être à la mode, Coco !) qui fait se bidonner de rire les dirigeants chinois qui, eux, ne sont pas si cons : leur marché est strictement verrouillé et ils n'acceptent que les produits qu'ils ne peuvent pas encore construire eux-mêmes, comme les avions par exemple. Et dans ce cas, ils exigent qu'on leur transfère toutes les technologies...afin qu'ils puissent quelques années plus tard concurrencer dans le monde les débiles naïfs qui leur ont donné le bâton pour se faire  battre. Exemple Siemens et ses TGV !!! Exemple EADS et ses Airbus !!!

 

esclaves chinois simpsom.jpgMouais... Alors on fait quoi ? Taxer aux portes de l'Union européennes les importations en provenance de la Chine et autres pays à très bas coût salariaux, protections sociales inexistantes et jemenfoutisme écologique. Mais c'est du protectionnisme ça Coco ! Ben oui, et c'est pas un gros mot. Il n'y a que ça pour mettre un peu d'équité dans les échanges commerciaux. Si les pays qui subiront ce protectionnisme veulent atteindre notre marché, soit ils paieront des droits de douane spéciaux remettant de l'équité, soit ils installeront des usines pour produire en France, donc ils créeront de l'emploi et tout le monde sera content.

 

La Chine - puisque c'est essentiellement ce pays qui est en cause - devrait alors se tourner un peu plus vers son énorme marché intérieur, augmentant d'autant les conditions de vie de ses populations. De plus, la planète y gagnerait une moindre pollution par les transports...

 

Alors qu'est-ce qu'on attend ?

 

Des dirigeants honnêtes, lucides et courageux.

 

Ça existe ça Coco ?

 

**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Octidi 18 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

06/01/2011

Sarko et Manu comiques perroquets

 

chimulus sarko valls.jpg

- ....trrentédeux, trrentétrois, trrentéquatre, trrrentécinq, trrentésix, trrentéset ! Oh ! Oh ! Oh ! Sarrkooo. J'arrive à trrentésp heures et rhououou ! J'ajoute une demi.... Rhououou !

 

- Rhââââ ! trrentévuite, trrenténeufe, carrante... Rhââââ ! Oh ! Manu j'arrive à carrante heures par semaine ! Et je continue !!! Rhââââ !

 

- Rhououou ! Rhâââ ! Bonne nuit le petits Vrrançais ! On vous encroaoaââuuule !

 
Merci à Chimulus
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Septidi 17 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

05/01/2011

SNCF. Quand on veut tuer son chien...

train Dubout.jpg Les charognards sont à la manœuvre. Objectif permanent : la casse du service public  et des entreprises publiques. On a entendu ces dernières semaines les ci-devant Fillon François, Hortefeux Brice, Kociusko-Morizet Nathalie, Mariani Thierry et autres second couteaux de la mafia des sarko-trafiquants tirer à boulets rouges sur Météo France, sur les services de l'équipement, sur Aéroports de Paris et maintenant sur la SNCF, les accusant - à longueur de bavasseries fielleuses dans les lucarnes à décerveler, machines à bruit et presse couchée - de ne pas répondre à leurs obligations. En se gardant de dire que  c'est leur politique ultra libérale qui leur supprime les moyens.

Actuellement, les tirs sont groupés sur la SNCF accusée de tous les maux pour une malencontreuse histoire de train en retard. Un trajet effectivement merdique parmi des millions de trajets impeccables. Mais c'est celui-là que l'on montre évidemment du doigt ! La circulation en sécurité et horaires fiables de milliers de trains chaque jour implique une organisation extrêmement complexe et rigoureuse. Préfère-t-on l'exemple - privatisé - anglais ?

Toute entreprise de service public a pour mission première de rendre le service attendu et pour premier objectif la satisfaction de ses usagers. Le gouvernement instrumentalise les hauts responsables de ces mêmes entreprises pour qu'ils transforment et restructurent le service public en organisations éclatées et cloisonnées afin d'en faire des pseudo entreprises privées. L'objectif principal étant de faire du PROFIT. Il confirme sa volonté politique de démantèlement de tout le service public. En 9 ans la direction de la SNCF a supprimé plus de 25.000 emplois de cheminots, elle entend en supprimer encore 1.850 en 2011, cette politique d'austérité a des répercussions désastreuses sur la qualité du service due aux usagers et sur les conditions de travail des cheminots.

L'exemple le plus flagrant de ces économies coupables de personnel est ce conducteur de train - le fameux « train d'enfer ! » - stoppé à Belfort après trois jours de service pour des questions compréhensibles de sécurité et remplacé par un collègue qui serait venu de Lyon en taxi. Stéphane Boulade, secrétaire fédéral du syndicat SUD-Rail a affirmé que la direction de la SNCF savait depuis la veille de l'incident que le conducteur, qui devait prendre le relais du train à Belfort, n'était pas disponible ! Organisation déplorable imposée par le gouvernement de façon à perturber au maximum le service public pour mieux de démembrer.

Depuis que la Direction de la SNCF a accentué son organisation en branches indépendantes refusant toutes formes de mutualisation des moyens humains et matériels, les dysfonctionnements deviennent le triste quotidien des usagers et l'angoisse des cheminots. Cette organisation éclatée et cloisonnée de la SNCF engendre les situations vécues par les voyageurs de ce train qui a fait la une de l'actualité.

Lorsqu'on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. CQFD.

 

**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Sextidi 16 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

Manu « Ganelon » Valls, taupe des sarko-trafiquants. « Cass’toi pauv’con »…

chimulus Valls.jpg

 

Eh ! Manu, tu te prépares à aller à la gamelle je vois. Tu joues délibérément contre ton camp et mets tes pas dans ceux de Besson et de Kouchner. Sacré Ganelon de sous-préfecture, va(lls) ! Tu dégueules les paroles exactes de Sarko « travailler plus pour gagner plus ». Bref, sachant que tu n’a aucune chance de représenter ton camp – enfin, celui auquel tu adhères en façade – aux prochaines olympiades politicardes, tu joues la victoire de l’ennemi et te présentes ouvert et offert, le tafanari en bénitier, de façon a recueillir les prébendes de ta trahison, un maroquin de sous-ministre croupion. Regarde-les tes futurs patrons - les Copé, Barouin, Novelli et tutti quanti – goguenardiser en te faisant des « inflations datiennes » !

 

En plus, tu dis d’énormes conneries ! Les 35 heures auxquelles tu t’attaques, loin d’être un désastre économique et une « exception française » comme le claironnent tes amis de droite, n’ont fait qu’harmoniser, à l’époque de leur mise en place, les temps de travail entre la France et…l’Allemagne ! Un article lumineux paru dans Médiapart (le média le plus libre, poil-à-gratter de tes amis sarko-trafiquants) montre, preuves et chiffres incontestables à l’appui la réalité des choses. « (…). La durée hebdomadaire moyenne du travail a toujours été plus élevée en France qu'en Allemagne et dans les pays européens plus développés. En 2009, dernière année disponible dans les statistiques de l'OCDE , la durée hebdomadaire moyenne du travail de l'ensemble des actifs s'élevait à 38 heures dans notre pays, nettement supérieure à celle de nos voisins, Allemands (35,7 h), Suédois (36,3 h), Britanniques (36,6 h), Suisses (35,1 h), Norvégiens (33,9 h), Danois (33,7 h), et a fortiori Hollandais qui, champions du temps partiel choisi, ont une durée hebdomadaire moyenne de 30,6 heures. 

Et même lorsqu'on prend en compte les congés annuels, censés être beaucoup plus élevés chez nous qu'ailleurs, le Français travaille toujours plus que l'Allemand : 1550 heures en moyenne en 2009 contre 1390 de l'autre côté du Rhin. Les 35 heures des années 2000-2002 n'ont fait en leur temps que rapprocher la France de l'Allemagne. (…) Pendant toute cette période (de 1997 à 2002), la croissance française a été très supérieure à la croissance européenne, et 2 millions d'emplois ont été créés (un record pour une économie qui, en un siècle, de 1896 à 1997, n'avait créé que 3 millions d'emplois). C'est aussi la seule période depuis vingt-cinq ans où notre pays a réduit fortement ses déficits, diminué sa dette et engrangé des excédents extérieurs record. Dans tous ces domaines, c'est l'inverse qui s'est produit depuis 2002 et plus encore depuis 2007. »

 

Les entreprises ont touchés – et continuent de toucher ! - des montagnes de pognon en réduction de charges et autres subsides pour « compenser »  le passage aux 35 heures. Ces mêmes entreprises ont bénéficié en plus d’un regain de productivité, de l’annualisation du temps de travail, d’un blocage des salaires, d’une paix sociale appréciable, bref d’un système populaire, finalement bien accepté par tous. L’arrivée aux affaires des sarko-trafiquants n’a laissé que l’enveloppe des 35 heures avec l’aberration des heures supplémentaires défiscalisées et quasiment sans limites.

 

Eh ! Manu Ganelon Valls, t’as réfléchi au prototype de connerie économique que constitue la politique de subvention des heures supplémentaires ? Une connerie qui favorise évidemment le chômage. Pourquoi un patron embaucherait-il (en donc paierait des charges) alors qu’il peut imposer à ses salariés de travailler en heures supplémentaires exonérées !!!

 

Allez, Manu, prend vite ta carte à l’Hue-aime-pets. Tu y seras plus à l’aise et tu nous débarrasseras.

 

Selon la formule célèbre de ton futur patron « Cass’toi, pauv’con ! »

 

 

 Merci à Chimulus pour l'illustration

 
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quintidi 15 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

04/01/2011

Au bistro de la Toile. Massacres de chrétiens: et si on s'indignait ?

chimulus bistro copie.jpg

 

- Oh ! Victor. Ça y est, t’as digéré les frasques des bringues calendales ? …taing ! T’as pas trop pâti je vois ! T’as l’abdominal qui s’est épanoui ! Tè ! Bois un coup. Bon, alors, en commençant l’année, si on s’indignait un peu ? C’est la grande mode actuelle : il faut S’INDIGNER !

 

- Oh ! C’est pas les sujets qui manquent… Tè ! Là, dans le journal, ce massacre des Coptes en Egypte. Moi qui suis athée, agnostique, libre-penseur, je maintiens que l’humanité n’a pas besoin de religions. Celles-ci ne sont que créations humaines faites pour asservir, maintenir dans l’obscurantisme et l’obéissance aveugle les populations qu’elles maintiennent volontairement dans l’ignorance. Depuis que l’homme est devenu con – au néolithique – ces idéologies ont semé la mort, la guerre, les massacres, l’esclavagisme et tout cela au nom de connards de dieux méchants, m’as-tu-vu, vindicatifs, profondément injustes mais planquant leur saloperie intrinsèque derrière « l’amour ».

 

- Si on te suit, il faudrait se débarrasser de tous ces camelots des religions ?

 

- Ce ne serait pas une mauvaise idée : on pourrait organiser une grande croisière « œcuménique », mettre sur un grand paquebot tous les « représentants des dieux » : curés, évêques, papes, imams, ayatollahs, rabbins, gourous, pasteurs et autres chefs de sectes et couler le navire au milieu de l’océan ! Putaing ! Quelle belle journée ce serait ! Car n’oublions pas que toutes ces conneries de religions ne sont que le moyen d’exercer le pouvoir de quelques-uns sur la masse des peuples. Toutes les religions, je dis bien toutes ne haine visages poing.jpgpeuvent prospérer que sur le malheur des gens, sur la peur des peuples. Leur ennemi juré est le bonheur, la joie, le plaisir, la liberté. Elles croissent et s’étendent sur la mort, la peur et le malheur comme les mouches sur la charogne, comme les métastases d’un chou-fleur sournois. Leur ferment principal, c’est la HAINE.

 

- Ah ! Ben voilà de la belle et bonne indignation Victor ! Mais le massacre des Coptes ?

 

- C’est l’illustration de la stupidité criminelle des religions. Un « croyant » abruti par l’obscurantisme enseigné dans les écoles coraniques et autres madrasas va se faire exploser la barbaque au milieu d’autres « croyants » dont les « croyances » sont un peu différentes des siennes. Plein de viande, de sang, d’os, de tripes irisées sous le soleil. Plein de gosses éventrés, de femmes éviscérés, d’hommes décapités. Plein de cris d’agonie, de terreur, plein de larmes. C’est beau, ça doit plaire à « dieu ». - « Allez Mouloud, zyva, pense aux soixante-et-dix vierges qui t’attendent chez Allah les cuisses écartées et le string à la main. T’as qu’à appuyer et c’est le niquage paradisiaque pourl’éternité ! Si ça fait mal ? Mais non Mouloud, mais non. Foi d’imam ! Tu sentiras rien, juste à l’arrivée l’odeur envoûtante des kouss accueillants des belles vierges salopes qui n’attendent que ton zob ! »

 

- L’indignation, au-delà de l’horreur intrinsèque de ces actes aussi stupides que barbares, c’est le silence des grandes associations drapées dans leur dignité droit-de-l’hommistes. C’est le silence encore de tous les « idiots utiles » qui se bouchent les yeux et les oreilles devant les crimes des naze-islamistes. C’est surtout que ça ne fasse pas réagir les musulmans lambda pour dénoncer ce bain de sang, commis par des barbares aveuglés par l’ignorance et par l’obscurantisme. Quattendent-ils pour gueuler et se démarquer ainsi de ces criminels ?

 

- T’as raison Loulle. Ce silence ne peut-il pas être compris comme une complicité ? Et dès lors comment s’étonner de la montée dans toute l’Europe des Lepen –and-C° ?

 

- Allez ! Buvons pour oublier…

 

- Et aussi pour le plaisir Loulle ! A la nôtre.

 
 
 
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quintidi 15 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

03/01/2011

Les lampions sont éteints...

chimulus lendemain de jour de l an.jpg
Allez hop !
 
Au boulot les manards,
à la niche les clodos,
au ski les bobos,
à la gamelle les traders !
Finie la rigolade, les dividendes des actionnaires arrivent,
les augmentations des dépenses courantes aussi.
 
Au charbon les esclaves !
 
Merci à Chimulus
 
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Quatridi 13 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

01/01/2011

Sarko-Circus : dernière séance de l’année.

sarko clown-Aimsapiens.jpg

 

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Venez au grand Sarko-Circus !

Venez au royaume des gugusses !

Vous y verrez le Plus Grand Nain du monde !

Un géant du mensonge, un bobard par seconde !

Et ce n’est pas tout !

Et ce n’est pas tout !

Approchez ! Approchez !

Vous y verrez la montagne des promesses non tenues

Tous ceux qui les ont crues l’ont profond dans le cul.

Hop ! Le pouvoir d’achat… Hop ! Baisse du chômage…

Hop ! L’environnement…Retard à l’allumage.

Et hop ! La république qu’on veut irréprochable

Sauf les affaires Woerth, Karachi sur le râble

Hop ! Hop ! Gugusse à dit, sautant comme un cabri :

« J’veux plus de sans-abris » !

Hop ! « Plus de déficit » Hop ! « J’veux de la croissance ».

On crève dans les rues, on jette le pognon et on ruine la France !

Et ce n’est pas tout !

Et ce n’est pas tout !

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Venez au grand Sarko-Circus !

Venez au royaume des gugusses !

Vous y verrez les trop-plein-d’pèze volant

Ils volent, volent, volent, volent « nolens volens »

Vous y applaudirez les célèbres « banksters »

Ils vous feront les poches jusqu’au dernier sesterce !

Et ce n’est pas tout !

Et ce n’est pas tout !

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Vous y admirerez la belle Carlita

Qui susurre, minaude, fait la dolce vita

Avec son petit chou, le Plus Grand Nain du monde 

Parait qu’elle est en cloque, la gironde serait ronde !

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !

Venez au grand Sarko-Circus !

Venez au royaume des gugusses !

Sortez votre pognon pour vous faire enfumer !

C’est la dernière séance de l’année !

 
sarkozy_doigt.jpg
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Duodi 11 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

30/12/2010

Pendant les ripailles, les sarko-saloperies continuent : tuer le Smic et le code du travail

 

Sarko oncle sam.jpgEh ! On vient de fêter les cents ans du code du travail. Enfin, de ce qu'il en reste... Tè ! le SMIC, fils putatif du SMIG, filet de sécurité des salariés, en voilà un qui peut numéroter ses abattis : les sarko-trafiquants veulent sa peau...

Les smicards, ouvrez grandes vos poches : les étrennes à Sarko cette année, ce sera 18 euros de plus par mois ! Et faites attention ! Soyez responsables : économisez-les ces généreux euros que not'bon maître consent à vous accorder. N'allez pas les boire avec d'autres profiteurs du même acabit que vous !

18 euros, c'est ce que prévoit la loi.  Une loi qui prévoit une revalorisation automatique annuelle « équivalente au montant de l'inflation et à la moitié du pouvoir d'achat du salaire horaire brut ouvrier. » En conséquence de cette obligation légale, le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) sera relevé de 1,6%. Il passera donc de 8,86 euros à 9 euros de l'heure à compter du 1er janvier 2011. Le smic mensuel brut pour 151,67 heures de travail passera de 1.343,77 euros à 1.365 euros. Ce qui correspond à un Smic mensuel net de près de 1.073 euros contre 1.055,42 euros tout au long de l'année 2010. La loi laisse aussi au gouvernement la possibilité de donner le fameux « coup de pouce » au smic afin donner un peu plus de « pouvoir d'achat » aux plus défavorisés.

 Coup de pouce ? Tè ! Fumes ! Dans le cul le coup de pouce. Salauds de travailleurs pauvres... Certains gouvernements, tant sous Jospin que même sous Chirac ont jugé bon en leur temps, de donner des « coups de pouce » conséquents, mais depuis cinq ans, que dalle !  Nibe ! Peau d'zob ! Depuis le 1er juillet 2007, c'est-à-dire au lendemain de l'élection de Tom-Pouce-Sarko, la politique suivie est d'une parfaite lisibilité: c'est la première fois que tout «coup de pouce» est écarté pour longtemps. Aucun en 2007, en 2008, en 2009 et en 2010. Avec le choix qui a été fait pour 2011 de ne toujours pas aller au-delà de l'obligation légale, c'est donc bien la cinquième année de suite que le gouvernement affiche son mépris pour les plus basses rémunérations. Est-ce un hasard ? Une conséquence de la « crise » ? Non. Une volonté affichée de « tuer le smic » selon une logique ultra libérale qui sévit et s'épanouit sous le règne du Nuisible en chef. L'injustice poussée jusqu'à la caricature tandis que les patrons-voyous de la mafia du Fouquet's se goinfrent sans vergogne.

 Jusqu'au triomphe du capitalisme ultra libéral à la mode Thatcher-Reagan sur le modèle rhénan en usage en Allemagne et en France et qui tempérait la liberté d'entreprendre par quelques filets de sécurité sociale, le travail nourrissait son homme, le contrat normal était le CDI et le pouvoir d'achat augmentait peu mais régulièrement. Pour les anglo-saxons, c'est l'horreur. Ils n'ont eu de cesse de foutre en l'air ce modèle consensuel à coups de mondialisation sauvage et de « crises » volontairement fomentées. Et Sarko-l'Américain - comme il se qualifie lui-même - mène avec persévérance et constance une guerre contre tout ce qui peut « freiner la flexibilité du travail ».

sarkodoigtsdhonneur copie.jpg Eh ! Ci-devant Nicolas, Paul, Stéphane Sárközy de Nagy-Bocsa, maintenant que, parait-il, tu as appris à lire, tu devrais te pencher sur ce texte de Michelet concernant les prémisses de la Révolution française. Décrivant, dans son Histoire de la révolution française, la misère qui sévit dans les campagnes à la veille de 1789, Jules Michelet défend l'idée que les mauvaises récoltes, et la famine qui en découle (appelons ça « la crise »), ne constituent en aucune façon «un phénomène naturel». «Ce n'est ni la pluie, ni la grêle. C'est un fait d'ordre civil: on a faim de par le Roi», écrit-il. Et il ajoute: «La famine est alors une science, un art compliqué d'administration, de commerce. Elle a son père et sa mère, le fisc, l'accaparement. Elle engendre une race à part, race bâtarde de fournisseurs, banquiers, financiers, fermiers généraux, intendants, conseillers, ministres. Un mot profond sur l'alliance des spéculateurs et des politiques sortit des entrailles du peuple: Pacte de famine.»

 Pacte de Famine pour Louis XVI, pacte de misère pour le ci-devant Nicolas, Paul, Stéphane Sárközy de Nagy-Bocsa. Les conséquences de ce pacte devraient te faire réfléchir citoyen-président. Sinon...

 Sources : http://www.mediapart.fr/journal/france/231210/le-pacte-qu...

**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Décadi 9 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

28/12/2010

Cauchemar-fiction en Sarkoland

GeorgesOrwell.jpg
 

Nous sommes en 2015, (3ème année du second mandat présidentiel de ....).

 

L'esprit néfaste de 68 est enfin révolu. La France a repris goût au  travail. Grâce à la nouvelle loi de sécurité intérieure, le croisement des fichiers est enfin autorisé et permet, pour notre bien-être et notre  sécurité, l'affichage des informations en temps réel.

 

Illustration.

 

Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d'une pizza en 2015.

 

  - Standardiste : « Speed-Pizza, bonjour. »

 

  - Client : Bonjour, je souhaite passer une commande s'il vous plaît.

 

  - Standardiste : Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?

 

  - Client : Mon Numéro d'Identification National, oui, un instant, voila,   c'est le 6102049998-45-54610.

 

  - Standardiste : Je me présente je suis Habiba Ben Said, merci Monsieur  Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de   téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durandest le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile  le 06 06 05 05 01. C'est bien ça Monsieur Lavoie ?

 

  - Client (timidement) : Oui !!

 

  - Standardiste : Je vois que vous appelez d'un autre numéro qui  correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu'il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne  pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant  AZ25/JkPp+88.

 

  - Client : Bon, je le fais, mais d'où sortez-vous toutes ces  Informations ?

 

  - Standardiste : Nous sommes connectés au système croisé, Monsieur   Lavoie.

 

  - Client (Soupir) : Ah bon !.... Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines.

 

  - Standardiste : Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur  Lavoie.

 

  - Client : Comment ça ???...

 

  - Standardiste : Votre contrat d'assurance maladie vous interdit un  choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d'hypertension et d'un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D'autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue, la société qui l'assure risque d'appliquer une surprime.

 

  - Client : Aie ! Qu'est-ce que vous me proposez alors ?...

 

  - Standardiste : Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de  soja. Je suis sûre que vous l'adorerez.

 

  - Client : Qu'est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?

 

  - Standardiste : Vous avez consulté les « Recettes gourmandes au soja » à  la bibliothèque de votre comité d'entreprise la semaine dernière, Monsieur Lavoie et Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le  Net, en utilisant le moteur http://www.moogle.fr/ mots clefs « soja » et « alimentation ». D'où ma suggestion.

 

  - Client : Bon d'accord. Donnez m'en deux, format familial.

 

  - Standardiste : Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150mg de  Phenylseptine par100g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes. La législation nous interdit donc de vous livrer. Par contre, j'ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini.

 

  - Client : Bon, bon, ok, va pour le modèle mini. Je vous donne mon   numéro de carte de crédit.

 

  - Standardiste : Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne  soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C'est ce qu'indique le « Credicard-Satellis-Tracer. »

 

  - Client : J'irai chercher du liquide au distributeur avant que le  livreur n'arrive.

 

  - Standardiste : Ça ne marchera pas non plus Monsieur Lavoie, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire.

 

  - Client : Mais ? Ce n'est pas vos oignons ! Contentez-vous de m'envoyer  les pizzas ! J'aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?

 

  - Standardiste : Compte tenu des délais liés aux contrôles de qualité,  elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique.

 

  - Client : Comment diable pouvez-vous savoir que j'ai un scooter ?

 

  - Standardiste : Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l'Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu'il a passé le contrôle technique hier et qu'il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs, j'attire votre attention sur les risques liés à votre taux d'alcoolémie. Vous avez, en effet réglé quatre cocktails « afroblack » au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques  morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n'êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat.

 

  - Client : grrrr..@#%/$@&?#!...!!

 

  - Standardiste : Je vous conseille de rester poli Monsieur Lavoie. Je vous informe que notre standard est doté d'un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d'insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2009 pour outrage à  agent.

 

  - Client : (Sans voix)

 

  - Standardiste : Autre chose Monsieur Lavoie ?

 

  - Client : Non, rien. Ah si, n'oubliez pas le Coca gratuit avec les  pizzas, conformément à votre pub.

 

  - Standardiste: Je suis désolée Monsieur Lavoie, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Cependant, à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat « Jurishelp », le contrat de protection et d'assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat  couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. Il pourrait donc vous être utile, vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2008 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l'achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d'une boite de 15 préservatifs et d'un flacon de lubrifiant à usage intime. A titre promotionnel, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 EUR de  réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma. Toutefois, veuillez éviter les pratiques susceptibles d'irriter les hémorroïdes de Mlle Denoix, pour lesquelles Speed-Parapharma se décharge de toute responsabilité.

 

  Bonsoir Monsieur et merci d'avoir fait appel à Speed-Pizza ».

 

  PS : Toute ressemblance avec des personnes ayant existés ou existant est une pure coïncidence.

 
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Nonidi 8 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

23/12/2010

Fantaisie calendale: La révolte des pères Noël.

peres-noel grimpeurs.jpg

 

 

Une pièce, quelque part dans le Grand Nord. Quatre personnages : un homme d'affaire - costumes sombre, cravate, attaché-case, il fait les cent pas nerveusement. A côté, trois pères Noël en robe rouge.

L'homme d'affaires :

 

- Messieurs les pères Noël, votre attitude est inadmissible. Vous mettre en grève, dans le monde entier, la veille de Noël ! C'est un coup de force inacceptable. Virés ! Tous ! Vous allez tous être virés ! Un plan social planétaire !

Auriez-vous oubliés, Messieurs que c'est nous - le monde des affaires, les usines de jouets, le grand commerce - qui vous avons créés ? Qui vous avons inventés pour servir les intérêts de nos actionnaires ?

Auriez-vous oubliés que vous n'avez d'autre légitimité que celle du commerce ? Votre existence même est liée à l'efficacité avec laquelle vous incitez les enfants, et surtout leurs parents à acheter, acheter, acheter ! Acheter toujours plus de jouets toujours plus chers, toujours plus compliqués. Ceci afin que nos usines tournent, que nos établissements vendent, que nos profits se gonflent. Pour le plus grand bien de nos actionnaires, les retraités américains. Votre seule fonction est de faire en sorte que les enfants engraissent les retraités du Wisconsin et de Dallas ! Compris ?

 

Le père Noël le plus barbu prend alors la parole :

 

- Nous savons pertinemment que c'est vous, les gens des affaires, qui nous avez inventés. Nous savons très bien que nous n'avons pas de légitimité religieuse ou mythique, comme Saint-Nicolas, comme la Babouchka, comme la Béfana. Autant de personnages sympathiques, reflets de cultures ancestrales à travers le monde, et que vous avez - à travers nous - ridiculisés et jetés aux oubliettes. Nous savons tout cela.

 

- Alors fermez-là et travaillez ! Travaillez ! Vous m'entendez ? Prenez vos rennes - un troupeau dont l'entretien toute l'année nous coûte beaucoup d'argent tout comme ce siège social en Laponie, dans le grand nord de la Suède. Prenez vos rennes et partez livrer les produits de nos usines. Nous avons investi en promotion et publicités des milliards et des milliards. Ce n'est pas pour que le profit qu'en attendent nos actionnaires soit mis à mal par les états d'âme d'employés subalternes tels que vous !

 

- Non. Nous ne travaillerons pas cette nuit de Noël. Nous refusons de continuer à nous faire les complices d'une gigantesque opération de racket mondial et d'abrutissement de l'enfance. Nous ne livrerons pas vos jeux électroniques basés sur la violence et la mort. Nous ne livrerons pas tous ces gadgets, très chers, trop chers, qui ruinent les parents et n'intéressent que peu les enfants. Des gadgets inutiles fabriqués par des esclaves pour être achetés par des chômeurs !

 

- Ggrrrr ! ! ! ! C'est une catastrophe ! Nos profits ! Mes stock-options ! Avec le mal que nous nous donnons depuis des années pour imposer aux enfants l'usage de nos jeux électroniques...

 

- Nous qui connaissons les gosses, nous qui voyons le rêve dans leurs yeux  la veille de Noël, savez-vous ce que nous avons remarqué ? C'est que les enfants, au matin tant attendu jouent surtout... avec les cartons d'emballage des jouets coûteux que vous leur imposez ! Voilà pourquoi nous refusons dorénavant de nous faire les complices de votre entreprise de négation du rêve, de négation de toute culture. Nous refusons - nous pères Noël du monde - d'être vos instruments dans cette entreprise d'acculturation mondiale : partout une seule et même musique, partout les mêmes jouets chers et tuant l'imagination, partout une seule idéologie, celle de l'argent, du fric, du pognon.

Nous voulons, nous, pères Noël, que les enfants du monde rêvent, réfléchissent, s'épanouissent dans la diversité et la richesse de leurs cultures.

 

- Mais c'est une révolution ! Apprendre à réfléchir aux gosses... Puis quoi encore ? Ont-ils besoin de réfléchir pour devenir de bons consommateurs adultes ? Bien dociles et  réceptifs à nos messages publicitaires ? Mais vous voulez tout foutre en l'air, ma parole !

Mes profits... Mes stock-options...

Avec tout l'argent que nous dépensons dans les télévisions, dans les ordinateurs, dans les play-stations pour empêcher les gens de réfléchir. Pourquoi pas la liberté, l'égalité, la fraternité puisque vous y êtes ? Révolutionnaires ! Sans-culottes ! Bolchéviques ! Vous allez nous ruiner avec vos dangereuses utopies ! Mais pour qui vous prenez-vous ?

 

- Pour des gens  qui ont une grande responsabilité. Bien sûr, nous sommes vos créatures, mais nous tenons maintenant notre légitimité de notre succès. Des millions d'enfants du monde croient en nous et nous attendent avec espoir, la tête pleine d'étoiles. Nous ne pouvons pas les décevoir. Nous ferons donc notre tournée cette année encore...

 

- Ah ! Enfin une bonne parole ! Alors finis de jaser pour ne rien dire. Remplissez vos hottes, vos traîneaux, atteler vos rennes et, Oust ! Partez !

 

- Je crois que nous nous sommes mal compris. Nous allons faire notre tournée, mais pas pour livrer vos japoniaiseries et vos américonneries. Nous allons porter aux enfants du monde des messages d'intelligence, des ferments de liberté, des gages d'égalité, des élans de fraternité.

 

- Ah ! Ah ! Laissez-moi ricaner... Et comment donc ?

 

- N'oubliez pas que nous sommes en Scandinavie, patrie des célèbres Prix Nobel. Eh bien nous, nous allons créer les « Prix Noël » ! Nous allons livrer dans les cheminées des enfants du monde des Livres ! Des Livres ! Car c'est dans les Livres que se trouvent le Savoir, l'Intelligence, la Tolérance, la Concorde, l'Entraide, l'Amitié et l'Amour entre les enfants, entre les Hommes.

 

Les pères Noël s'en vont, leurs hottes pleines de livres, tandis que l'homme d'affaire se ronge les poings en morigénant.

 

© J.V.J.

 
 
 
 
**************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Tridi 3 Nivose 219 de l'ère de la Liberté

21/12/2010

Au bistro de la Toile : la République ou la Ripoublique

chimulus bistro copie.jpg

 

- Ah ! Ça y est : on a retrouvé une bonne et belle tête à claque politique. Lefèvre et sa grâce de pitbull nous manquait. Mais il est avantageusement remplacé par le ci-devant Jacob, le mec qui est le nouveau kapo du groupe UMP à l'Assemblée, en remplacement de Copé. Le Jacob en question, il fait plaisir à voir avec sa dégaine de barbot de sous-préfecture. Uhèmepets jusqu'au bout des poils du cul. Une caricature ! Et son ramage vaut bien son plumage au hareng. Avec son complice Copé, le spécialiste de la lignum lingua, il a tenté de faire passer trois amendements destinés à dédouaner les députés de tout risque lorsqu'ils trichent sciemment dans la déclaration de leurs revenus. Les députés avaient adopté le 8 décembre, en commission des Lois, une disposition prévoyant que les députés qui auraient «omis sciemment» de déclarer une partie de leur patrimoine ou auraient fourni «une évaluation mensongère» seraient passibles d'une peine de deux ans de prison et de 30.000 euros d'amende ainsi que, évidemment d'inéligibilité.

 

- Normal non ? Moi, si je tente d'embrouiller le percepteur, il ne me fait pas de cadeau. Pourquoi ce serait différent pour les députés ? Au contraire même, ces gens qui sont nos délégués se doivent d'être rigoureusement exemplaires, non ? Sinon ça revient à officialiser la fausse déclaration fiscale pour les « politiques » !

 

- Ce n'est manifestement pas ce que pensent nos deux Abbott et Costello uhèmepets ! Leurs trois amendements avaient pour effet de supprimer ces trois risques ! Merci à ce type au nom de chiotte de nous faire clairement savoir qu'il y a des députés qui fraudent, sinon hommeporc.jpgpourquoi faire une loi de protection contre ces délits ? Ça revient à dire aux élus «mentez, trichez, vous n'irez pas en taule » ! Enfin, seul l'amendement concernant la taule a finalement été supprimé.

 

- Tout de même Victor, pour que les députés - de droite comme de gauche - acceptent de voter une loi qui les surveille un peu mais pas trop, c'est que beaucoup doivent avoir le trouillomètre sous zéro que l'on fouille un peu trop dans leurs embrouilles ! Après ils s'étonneront qu'on les mettent tous dans le même sac des « tous pourris », ces dignes représentants de la « Ripoublique » !

 

- Eh ! Loulle, pas tous pourris puisqu'il s'est trouvé une majorité pour repousser les amendements des deux sarko-trafiquants ! Allez, un peu de poésie dans ce monde de brutes :

 

Si tu peux tout promettre sans jamais rien tenir

Si tu peux magouiller sans peur de te salir

Si tu peux, méprisant, humilier l'adversaire

Et si tu es capable de tuer père et mère,

 

Si tu peux t'engraisser sur le dos des plus faibles

Protéger tes amis lorsqu'ils pillent la plèbe

Et priver l'ouvrier du plus petit bénef

Tout en léchant le cul des patrons du Medef

 

Si tu peux trafiquer en restant populaire

Pressurer l'ouvrier plutôt que l'actionnaire,

Si tu peux générer les plus basses actions

Tant qu'elles multiplient ton tas de stock-options

 

Si avec les puissants tu sais te montrer veule,

Leur rendre des services et bien fermer ta gueule

Et puis lécher les bottes de tous les bons à rien

Espérant gentiment ta pâtée comme un chien,

 

Si tu peux sans vergogne renier ta parole

Trimbaler à ton cul des tas de casseroles

Si tu peux sans déchoir, sans peur de t'avilir,

Et la main sur le cœur dénoncer et trahir,

 

Alors tu pourras vivre sans honneur et sans gloire

Te vautrer dans la boue sans jamais t'émouvoir

Enfiler tes semblables par tous tes orifices,

Tu seras Hue-aime-pets mon fils.

 

 

*****************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

Primidi 1er Nivose 219 de l'ère de la Liberté

17/12/2010

FUSILLER LA SECU !

 

sarkozy secu_christion_pigeon-.jpg

Trou de la Sécu : autour de 27 à 30 milliards… A ce niveau, on n’en est plus à quelques milliards près. Alors les têtes d’œuf prolongées d’un bec de vautour du Medef « réfléchissent » au devenir de cette « pauvre » Sécurité Sociale. Et viennent de sortir une « note de réflexion confidentielle » - boite à outil pour les sarko-trafiquants au pouvoir – dont l’objectif à présent clairement revendiqué est le démantèlement final de cette conquête essentielle du Peuple français. Cette Sécu est honnie par le patronat, depuis toujours. Un système avec des logiques solidaires (gros mot !), collectives (gros mot !), trop coûteuses, ne faisant pas la part assez belle à l’assurance privée. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ! Dans cette logique, tous les gouvernements de droite - inféodés au Medef ou à son prédécesseur le très pétainiste Cnpf – ont fait en sorte que la Sécu soit un gouffre financier, afin de la discréditer auprès du public et de préparer ainsi les esprits à son démantèlement au profit des requins de l’assurance privée.

Inéluctable le déficit de la Sécu ? Allons donc. Orchestré plutôt ! Rappelons-nous : en Juin 1997, après la dissolution de l’Assemblée Nationale par Jacques Chirac, la gauche emporte les élections législatives et Lionel Jospin devient Premier Ministre. Il nomme Martine Aubry Ministre du travail et des affaires sociales, et sur son bureau un lourd dossier : le trou de la Sécu, il est à cette époque abyssal puisqu’il avoisine les 54 milliards de francs (8 millions d’Euros). Dés 1999 soit moins de deux ans après le retour de la gauche aux responsabilités, Martine Aubry présente un budget pour 2000  de la sécurité sociale avec un excédent de 14 milliards de Francs (2 millions d’Euros). En 2000, c’est Elisabeth Guigou qui la remplace et à son tour elle va présenter un budget pour 2001 de la sécurité sociale avec un excédent de 16 milliards de Francs (3,5 millions d’Euros). Depuis 2002, la droite gouverne notre pays, et nous n’entendons plus parler d’excédent au budget de la sécurité sociale. Aujourd’hui, le budget présente un déficit de prés de 30 milliards d’Euros.

tuer la sécu.jpg

Le projet de note du Medef en question s'articule autour d'une seule et unique question : « L'Etat providence tel que nous le connaissons depuis 1945 est-il encore soutenable dans les années à venir ? » Et la réponse du Medef, on la devine : c'est non ! Ben voyons… Le Medef propose d’abandonner à la Sécurité sociale les risques les plus coûteux et non « rentables » et de basculer sur les complémentaires privées tous les autres. Vieux principe libéral: on socialise les pertes et on privatise les profits.

Le Medef s’offusque que « L'AMO (assurance maladie obligatoire) est aujourd'hui financée à 90% par les actifs et 10% par les retraités, alors que les prestations concernent 60% des actifs et 40% des retraités). Alors que... c'est le principe fondateur de la Sécurité sociale, qui repose sur la solidarité intergénérationnelle ! Les actifs financent l'essentiel des cotisations, alors que les plus gros consommateurs de soins sont les plus jeunes et les plus âgés. Normal, non ? N’y-a-t-il inscrit au fronton de nos mairies « Liberté, égalité FRATERNITE » ? La mise à bas de ce système revient donc à plus ou moins abandonner les vieux. Au trou les viocres ! Pas rentables les kroumirs ! Vivement « Soleil vert » ! Eh ! Il faut faire passer cette information capitale aux vieux qui constituent l’ESSENTIEL DE L’ELECTORAT DE SARKO !

C'est donc une santé à deux vitesses que préconise le patronat, avec une assurance maladie qui ne s'occuperait plus que des risques lourds. Et tous les autres risques seraient ouverts aux seuls assurés qui ont les moyens de prendre une couverture privée, ce qui permettrait au passage de faire entrer plus avant le privé, dans une logique de profit, dans le système. 

Ce dont rêve le patronat, c’est d’une implosion de la Sécu qui serait reconstruite ensuite selon ses désidératas : une Sécu à trois niveaux. Le premier niveau comprendrait une « assurance maladie obligatoire a minima » – on appréciera la formule « a minima » qui a au moins le mérite de dire les choses. Un deuxième niveau « comprenant une assurance maladie complémentaire (obligatoire ou facultative selon les versions) ». Enfin « un troisième niveau comprenant une assurance maladie supplémentaire libre ».

En clair, ne disposeront d'une couverture sociale large que ceux qui auront les moyens de se l'offrir, par eux-mêmes ou par le truchement de leur entreprise. Et tous les autres profiteront d'une couverture sociale réduite, notamment pour les risques les moins importants.

Il va de soi que ces « réflexions » du Medef ne peuvent que conforter Sarko-l’Américain dans son entreprise de saccage de tout l’héritage social du Conseil national de la Résistance.

L’ESSENTIEL, au-delà de toutes polémiques, de toutes luttes d’égos, est bien de SE DEBARRASSER en 2012 de la clique nuisible des sarko-trafiquants.

 

Sources : Médiapart

****************

Septidi 27 Frimaire 219 de l'ère de la Liberté


 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

****************

 

Et pour savoir comment le système bancaire nous enfile

et comment nous pouvons le baiser:

L'argent dette

http://www.vimeo.com/1711304?pg=embed&sec=1711304

 

16/12/2010

Au bistro de la Toile : les patrons du Caca-rente bientôt sur la paille...

chimulus bistro copie.jpg

 

- Putaing ! Quels salauds ces Smicars... Voilà où ils sont les privilégié du régime. Ils vont encore être augmentés de 1,6% qu'il nous a avoué, sous la contrainte, notre bon ministre du travail, ce monsieur célèbre pour les particularités physiques des filles de sa femme...

 

- ????!!!!...ces quoi ces particularités physiques Victor ?

 

- Eh ! Oh ! Loulle, qu'est-ce qu'on t'a appris à l'Université des Mastroquets ? Tu connais pas la chanson : « Bien l'bonjour madam'Bertrand ! Vous avez des filles, vous avez des filles... Bien l'bonjour madam'Bertrand, vous avez des filles qu'ont l'con trop grand. Ell'z'ont l'con comm' des marmites, pour les enfiler faut des grosses bites... Bien l'bonjour madam'Bertrand vous avez des filles qu'ont l'con trop grand ! »

 

- Ollé ! Victor ! ...taing ! Tu es le Pavarotti des soifards du quartier ! Pour en revenir à ton augmentation du Smic de 1,6%, ça couvre pile poil l'inflation officielle, c'est-à-dire loin de l'inflation réelle, et ça l'amène à 1365 euros par mois pour 35 heures... Autrement dit les salariés auront l'an prochain un pouvoir d'achat encore rogné par rapport à cette année... C'est pas bon pour la picole ça... C'est la ruine des mastroquets...

 

- C'est vrai que vous, le « patrons », vous êtes à plaindre... Enfin toi, pas trop, mais les pauvres patrons du Caca-rente, tu sais qu'ils ont dû subir cette année une baisse de leurs salaires ! Et pas de la bricole : 14% ! Tu te rends comptes Loulle : 14% de baisse de leurs salaires... Pendant que ces salauds de salariés se gavent avec des augmentations de 1,6%... Y a de quoi faire la révolution... Je serais Carlos Gohn, Bolloré ou Arnaud, je sortirais la fourche de mon 4x4 Cayenne.

 

- Putaing ! 14%, effectivement Victor, c'est difficile à avaler. On va en voir de plus en plus aux Restos du Cœur...

 

- Et ça fait la troisième année que ces pauvres gens subissent ces amputations terribles de leur pouvoir d'achat. Sans faire grève, eux ! Sans emmerder tout le monde. Ils touchaient 4,7 millions d'euros en moyenne en 2007, ils avaient déjà dû se contenter de 3,6 millions d'euros en 2008 et de 3,1 millions d'euros cette année. Non mais tu te rends compte Loulle, leur salaire annuel, en trois ans, est passé de 250 ans de salaires de smicard à à peine 190 ans de salaire de smicard...

 

- ...taing ! On se rend pas compte des sacrifices de ces pauvres gens. Tè ! Buvons pour oublier...

 

- A la nôtre !

 

 

Merci à Chimulus pour l'illustration

*****************

Sextidi 26 Frimaire 219 de l'ère de la Liberté


 

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

 

****************

 

Et pour savoir comment le système bancaire nous enfile

et comment nous pouvons le baiser:

L'argent dette

http://www.vimeo.com/1711304?pg=embed&sec=1711304

 

14/12/2010

Comment les rats des banques nous piquent notre blé.

 

 banqiers pourris Ylar.jpg

 

Pourquoi Eric « Ché » Cantona les fait trembler.

Un lecteur de Lantifadas, Xray, (que je remercie chaleureusement) m'a fait passé une vidéo lumineuse pour nous, ravageuse pour les banksters. Elle permet de comprendre comment ces banksters (contraction de banquiers et gangsters) nous volent, pillent le système, gangrènent toute la société, dépravent la démocratie et mènent la Terre à sa perte. Elle démonte avec une clarté didactique les rouages de ces pratiques.  On comprend dès lors l'affolement de la mafia bankstérienne, de Lagarde à la presse aux ordres, lorsque Canto a donné son fameux coup de pied dans la fourmilière. Parce qu'il a mis le pied exactement où il fallait le Canto ! Là où ça fait mal ! Cette vidéo montre pourquoi il a raison et comment lutter contre la mafia des banques.

 A voir ABSOLUMENT, à revoir, à faire connaître.

Une information que l'on ne trouve nulle part et JAMAIS.

« La dette des gouvernements, des entreprises et des ménages a atteint des proportions astronomiques et enfle de plus en plus démesurément de jour en jour.

D'ou vient tout cet argent ?

Comment peut-il y avoir TANT d'argent à prêter ?

La réponse est... qu'il n'y en a pas.

De nos jours, L'ARGENT S'EST FAIT DETTE.

S'il n'y avait PAS DE DETTE, il n'y aurait PAS D'ARGENT

Si tout ceci vous laisse perplexe, rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul ou la seule. Très peu de gens comprennent ce système, même si nous sommes tous touchés. Et pour cause : il est soigneusement occulté.

Ce long métrage d'animation dynamique et divertissant, de l'artiste et vidéographe Paul Grignon, explique les effets magiques mais pervers du SYSTEME ACTUEL D'ARGENT-DETTE dans des termes compréhensibles pour tous.


Nous vous présentons le chef d'œuvre de Paul Grignon pour la première fois disponible avec une bande son française et textes en français ! »


Distribué en DVD par opening.fr - Jean-Pierre Vasseur : jpv@opening.fr - Aline Helliet : aline@opening.fr - Ou acheter directement le film en ligne sur leur site au prix citoyen de 9,90 euros. Déjà disponible chez Amazon et DVDtoile.com

amazon.fr/​Largent-dette/​dp/​B002IWF1A2

dvdtoile.com/​Film.php?id=56490&page=3

 

Voici cette vidéo :

 

L'argent dette 

http://www.vimeo.com/1711304?pg=embed&sec=1711304

 

**********************

Quartidi 24 Frimaire 219 de l'ère de la Liberté

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !

13/12/2010

Hold-up sur le pognon des HLM

banquier pourri.jpg

 

Salauds de pauvre, on vous les a tout de même piquée les éconocroques que vous aviez sur votre Livret de Caisse d'épargne !

 

Ça les mettait en rogne, ces crapules de banquiers (pléonasme Victor, pléonasme !), de voir tout le pognon que ces salauds de pauvres arrivaient, en bouffant des patates à l'eau, à mettre sur leur « Livret de caisse d'épargne ».

 

C'est comme ça qu'ils disent ces fumiers de pauvres. Le livret A, c'est 46 millions de détenteurs (pour un total de 143 milliards d'euros), dont 60 % disposent de moins de 200 euros.

 

Mais c'est juteux ça coco ! On va pas le laisser à la caisse d'épargne et à la poste, non ! qu'ils se sont dit les banquiers. Ils ont donc demandé à leurs marionnettes politiques d'ouvrir le Livret A à toutes les banques. 4% qu'ils disaient ! Et les pauvres cons (terminologie brevetée Sarko) ont marché. Et puis... pfffuittt ! 1, 75%...

Cet argent était garanti, jusqu'alors, par l'Etat. Mais avec la mise en cause du monopole de la Poste et de la Caisse d'épargne, ces avantages ont pour une bonne part disparus pour le petit épargnant. La garantie de l'Etat ne porte plus en effet que sur 60 % des sommes déposées, contrairement aux 100 % de jadis. En effet, lorsqu'une banque ouvre un livret A, seulement 60 % de la somme sont centralisés à la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Les 40 % restants sont investis par la banque dans des actions plus juteuses, et plus risquées sur le marché des capitaux.

 

Les banques ont tout promis pour capter les livrets à tout prix, pour inciter ces petits ou grands épargnants - 3 millions de détenteurs de livret A ont plus de 7 000 € dessus - à ouvrir leur livret chez elles. Une fois le livret A rapatrié, le client - déçu par le nouveau taux ridicule -  est invité à vider son livret sur des placements ou des comptes qui rapportent plus. Ce matraquage est violent.  Et la démarche est d'autant plus facile lorsque le livret A et le compte courant sont dans la même banque. Un simple "oui" suffit pour faire passer l'argent d'un compte à l'autre.

 

La Commission européenne s'est prononcée pour l'ouverture à la concurrence après la plainte déposée par quatre banques concernant le monopole du livret A en France. Le gouvernement possédait cependant un moyen de s'opposer à cette libéralisation : ce monopole est justifié par la nécessité de financer le logement social, qui est un Service d'intérêt économique général (Sieg), et de maintenir l'outil de bancarisation des démunis qu'est le livret A. L'Europe n'a été qu'un prétexte pour satisfaire les banques.

 

En bout de course, les banques ramassent le pactole, sans aucune contrepartie, sur le dos des épargnants, des ménages pauvres, des mal-logés, des usagers en zone rurale...

 

C'est ça la Sarkozie triomphante. Mais ce n'est pas fini, ce n'est pas suffisant pour les requins de la finance et leurs larbins sarko-nuisibles. Jusqu'à présent, l'outil Livret A collecté par La Poste et les Caisses d'Epargne, permettait à l'Etat de satisfaire deux missions importantes : la rémunération « protégée » de l'épargne populaire (la « poire pour la soif » de la France d'en bas) et le financement du logement social, c'est-à-dire la construction des HLM. En effet, le produit de la collecte de l'épargne Livret A était entièrement centralisé par la Caisse des dépôts et Consignation (CDC) afin de financer les emprunts des opérateurs du logement social. Sarko , en 2008, a ajouté à ces deux missions le financement de plan Université ainsi que certaines grandes infrastructures (le grand Paris entre autres). Bonne décision en soi mais...

 

Mais les banques privées lorgnaient sur ce gâteau. D'où les pressions intenses organisées par les banques privées, sous la houlette de... François Pérol, à l'époque (2006) chez Rothschild mais aussi aux Banques Populaires avant de devenir « conseiller » du citoyen président Nicolas, Paul, Stéphane Sárközy de Nagy-Bocsa, dit Nicolas Sarkozy. Le Pérol en question a poussé les Caisses d' Epargne à sortir du giron de la CDC pour s'acoquiner avec les Banques populaires pour créer - avec le succès que l'on sait - Natixis, cette « réussite » qui a bouffé sur le marché des subprimes étazuniennes le pognon des Français d'en-bas et coûté plusieurs dizaines de milliards aux contribuables pour la renflouer. Avec à sa tête Pérol, placé par le citoyen président Nicolas, Paul, Stéphane Sárközy de Nagy-Bocsa !

 

La banalisation du Livret A est une grande victoire de la maffia bancaire. Désormais les banques privées peuvent collecter l'épargne des pauvres. Mais 30 à 40% du montant de cette épargne est désormais détournée de sa fonction première : le logement social (d'où la crise du logement) pour partir dans les circuits spéculatifs ! Unr quote-part de 70% de l'ensemble de la collecte devant tout de même revenir à la CDC pour le logement social. Tè ! Fumes...

 

Ce n'est pas suffisant encore. La « loi de modernisation de l'économie » balaie sournoisement cette clause. Plutôt que de s'engager sur ce taux de centralisation de 70%, pourtant promis par le gouvernement, la loi donne seulement un engagement de centralisation en valeur de 160 milliards d'euros. Et il est prévu que si la collecte sur le Livret A augmente, ce seront les banques privées qui en disposeront. Ce que la loi organise, sans vraiment le dire, c'est donc le siphonnage des fonds d'épargne au profit des banques privées et au détriment du logement social. Le taux de centralisation au profit de la CDC commence aussitôt à baisser spectaculairement tout au long des années 2008 et 2009, pour finalement tomber à près de 63% en cette fin d'année 2010. Alors que la citoyenne Lagarde, ci-devant ministre des finances avait juré que cela n'adviendrait jamais...

 

L'Observatoire de l'épargne réglementée note dans son rapport : «D'après les données recensées par l'Observatoire de l'épargne réglementée, les fonds restant au bilan des établissements de crédit ont augmenté de 12,4 milliards d'euros entre fin 2008 et fin 2009. Les encours de prêts aux PME ont, quant à eux, progressé de 6,4 milliards d'euros au cours de la même période.» En résumé, les banques ont gardé pour elles 6 milliards d'euros. Un pactole dont a été privé le logement social et qui pour autant n'est pas venu financer les PME... Allez vous étonner ensuite que les banques affichent des profits mirobolants !

 

C'est donc tout l'avenir du logement social qui est menacé par le décret scélérat que prépare la sinistre Lagarde pour fin 2011, sous l'influence de Pérol, propagandiste virulent du saccage du service public dans toutes les machines à bruits et lucarnes à décerveler.

 

Sources : Médiapart

 

Tridi le 23 Frimaire de l'an 219 de l'ère de la Liberté.

**********************

Si vous trouvez quelque intérêt à mes élucubrations:

VOTEZ !