Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/12/2009

Grandes gueules de tous les pays, unissez-vous !

 

 

Buveurs.JPGPutaing ! Je viens d’entendre, dans la boite à bruit, encore une diatribe contre Georges Frêche et contre Nadine Moreno. Mais merde, ils nous font chier tous ces pisse-froid, toutes ces tronches d’api, toutes ces gueules de premier de la classe bien propres sur eux et au clapoir pavé de petits-fours !

 

Qu’est-ce que c’est que cette société sans couilles, mièvre, sans poils, sans aspérités, cette société aussi excitante qu’un plat de nouilles froides où l’on voue aux gémonies ceux qui osent encore l’ouvrir, où l’on lapide mentalement (pour le moment !) tous ceux qui ont encore un langage imagé et suffisamment de personnalité pour ouvrir leur gueule !

 

Bordel de merde, où sont-elles nos belles, bonnes et saines grandes gueules d’antan ?

 

Debout Rabelais ! Débout Villon ! Debout Brassens ! Debout Ferré ! Debout Frédéric Dard ! Debout Coluche!

 

Qu’est-ce qu’il a dit Georges Frêche ? Quelques conneries ? Qui n’en dit pas ! Au moins il assume. S’il a laissé ses paroles déborder ses pensées face à quelques harkis, c’est parce qu’il avait lui-même été roulé dans la merde ! Saine attitude de Méridional au sang chaud !

 

Qu’est-ce qu’il a dit Nicollin ? Il a traité un foutebaleur de tafiole ? Et alors ? Vous imaginez, le gros Nico, la bouche en cœur, déclarant, le petit doigt en l’air : « Espèce d’homosexuel ! »

 

Qu’est-ce qu’elle a dit la mère Moreno – pourtant elle n’est pas ma tasse de thé la cagole de service ! Elle a dit la réalité sur ces connards qui pourrissent la vie de leurs quartiers et donnent des musulmans une image à dégueuler.

 

Même Lefèvre avec sa trogne de pitbull va finir par me devenir sympathique !

 

Mélenchon a un peu d’avenir peut-être… Mais rendez-nous Georges Marchais non de dieu !

 

Ou alors lançons Cantona en politique. En voilà une belle et bonne grande gueule!

 

 

16/12/2009

Au bistro de la Toile : les vrais profiteurs du chomdu.


- Ah ! Putaing Loulle, tu vas en gagner des thunes avec la fabuleuse augmentation que les sarko-trafiquants du gouvernement de Rataillon 1° viennent de concéder aux smicards : 0,5% ! C’est-y pas généreux ça ? Dans les 6 euros par mois ! La bringue démente, l’opulence assurée! Et encore, c’est pour ceux qui ont un boulot. Pour ceux qui sont au chomdu, c’est peau de zob.

 

- Ah non, Victor, il y a la prime de Noël pour les chômeurs ! Une prime qui n’a pas bougé depuis 12 ans, d’accord, et qui s’élève à 152,45 euros pour une personne seule. Puteng, et ils se plaignent ces fainéants ! Ils osent même manifester maintenant ! On les a vu – pas trop ! – dans la rue le 5 décembre. D’accord, on ne les a pas invités à la télé… Pourtant ils sont dans les trois millions « officiels »…

 

- …et bien le double en réalité si tu prends en compte le temps de non travail obligé de ceux qui sont à mi-temps, ceux qui sont rayés des listes pour des raisons obscures et autres. Le chomdu, Loulle, ce n’est pas une fatalité, ce n’est pas un résultat de la « crise », c’est voulu et planifié par les « économistes distingués » et leurs marionnettes politiques. Ces fumiers ont même un nom pour qualifier le taux de chomage « optimal », ils appellent ça le « NAIRU » ( Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment), en français, «taux de chômage non accélérateur d'inflation».
Un taux qui repose sur deux piliers fondamentaux : la pression sur le marché de l'emploi par le chômage (qui favorise le gel sinon la baisse des salaires, d’où l’augmentation ( !!!) du Smic de 0,5%...), ainsi que la précarisation et la dérèglementation du travail), et la soi-disant lutte contre l'inflation.
Son taux généralement retenu étant fixé à… 8%. Son principe actif en est la peur et le chômage n'en est qu'un moyen, sans doute le plus efficace. Cette définition est tirée du glossaire d'un très officiel rapport du Sénat. En fait, le chômage n'est rien d’autre qu'une variable d'ajustement économique au service du politique. A l'heure où les discours vont dans le sens d'une culpabilisation toujours plus stigmatisante d'un chômeur supposé responsable de sa situation, profiteur ou fraudeur, il y a de quoi avoir les aliboffis qui gonflent…

 

- Tu veux dire que les chômeurs sont indispensables à tous ces gouvernements de droite pour maintenir les salaires au plus bas ?

 

- T’as tout compris Loulle. Crois-moi : bien que tous les charlots qui nous gouvernent fassent mine de mettre la lutte contre le chômage à la première place de leurs préoccupations, ils font en vérité tout le contraire parce que le «plein emploi» est le pire ennemi des profits. C'est pour cela qu'on n'est pas prêts d'en voir un jour la couleur, et que le chômage de masse a encore de beaux jours devant lui !

 

- taing ! Quel ramassis de crevures. Tè ! on va boire un coup pour oublier…

15/12/2009

Pendant les fêtes, les sarko-saloperies continuent !


sarkodoigtsdhonneur copie.jpg

Pendant qu'on nous enfume le terrier avec des conneries genre Johnny Halliday crevard ou le « sommet » de Copenhague, les nuisibles à la solde de Rataillon nous préparent une belle saloperie : une offensive tout azimut contre le SMIC. Ça les emmerde le SMIC les tronches d'œuf du Medef et leurs marionnettes de l'Elysée et de Matignon. Pour dénigrer le Smic, lui refuser tout coup de pouce et encenser des palliatifs qui exonèrent les entreprises en pesant sur la collectivité, le gouvernement a trouvé une combine : s'appuyer sur des rapport d'«experts» qui abondent dans son sens.


Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Ainsi, en été 2008,
le rapport Cahuc, Cette et Zylbenberg, commandé par Matignon, concluait que le Smic n'est pas «un moyen efficace pour réduire la pauvreté et les inégalités» (!!!) et suggérait de «s'appuyer sur des mesures fiscales et des prestations sociales ciblées plutôt que sur un salaire minimum élevé et uniforme»...  A rapprocher du fait qu'en matière de fiscalité, le gouvernement s'emploie à supprimer les niches qui soulagent les plus modestes. Ce rapport fut non seulement l'occasion d'asseoir le bien-fondé du RSA en tant que substitut à un salaire minimum désormais jugé obsolète et, de ce fait, menacé de « réforme », mais surtout de faire admettre la nécessité de transférer une part grandissante du coût du travail des entreprises... vers la collectivité.

A quelques jours de la « revalorisation » du SMIC, un nouveau « rapport d'expert » vient d'arriver sur le bureau de Darcos, le ministre du travail. Elaboré par le «groupe d'experts sur le SMIC» désigné début mai dans le cadre de la réforme du salaire minimum inscrite dans la loi sur les revenus du travail de décembre 2008, il «recommande[nt] à l'unanimité que la revalorisation du salaire minimum interprofessionnel de croissance devant prendre effet au 1er janvier 2010, corresponde à la stricte application des mécanismes légaux». En clair : zéro coup de pouce ! Dans un «contexte conjoncturel encore fragile, (...) il ne faudrait pas compromettre la santé économique et financière des entreprises», qu'ils disent les zexpairs. Ben voyons. Au fait parmi les « zexpairs » économistes qui ont pondu cette merde, on retrouve Gilbert Cette, directeur des études économiques de la Banque de France. Ses acolytes, dont on peut douter de l'indépendance, étant Paul Champsaur, président de l'Autorité de la statistique publique, Martine Durand, directrice adjointe de l'emploi à l'OCDE, Francis Kramarz, directeur du Crest, et Etienne Wasmer, professeur à Sciences Po.

Pourtant, pour lutter contre la pauvreté et l'endettement des ménages, pour éviter à ces millions de gens de devenir des « assistés » à stigmatiser en période pré-électorale, il suffirait d'augmenter leurs salaires !  Tè ! Fumes ! Faut pas désespérer Neuilly.

Depuis vingt ans, les travailleurs sont sommés de sacrifier leurs émoluments à la bonne marche de l'économie : avant la crise, il fallait contenir l'inflation; au cœur de la crise, y'a plus de pognon.

Droits dans leurs bottes, ces éminents
« zexpairs » à la solde de l'UMP et du Medef plaident pour une «gestion prudente du Smic articulée à une politique de maîtrise des coûts salariaux», jumelée à «une politique appropriée de soutien au revenu du travail des familles pauvres». En effet, clament-ils, «les politiques de soutien au revenu du travail [prime pour l'emploi, RSA...] ont contribué de façon très significative à la progression du pouvoir d'achat des salariés rémunérés au Smic au cours des dix dernières années». Pour eux, «les dernières études de l'OCDE démontrent que les prestations liées au travail sont nettement plus efficaces que le salaire minimum pour lutter contre la pauvreté, car mieux ciblées sur les ménages pauvres».

L'imposture est énorme : alors que les salaires sont désespérément bas et ne permettent plus de vivre, pas question d'y remédier, bien au contraire ! Puisqu'une revalorisation du Smic serait préjudiciable à la compétitivité des entreprises, seul un «assistanat» tous azimuts est envisageable afin de compenser sa faiblesse, le plus gros du gâteau étant destiné... au patronat. «
Les allégements de cotisations sociales ont fait la preuve de leur efficacité et doivent par conséquent être maintenus », osent affirmer ces « économistes » distingués. Pourtant, ces exonérations au nom de l'emploi sont un puits sans fond : elles ont coûté cette année 32,6 milliards d'euros à l'Etat et à la Sécurité sociale; même la Cour des Comptes conteste leur efficacité !

Pour les employeurs, les cadeaux fiscaux continuent de pleuvoir : fin de la taxe professionnelle, baisse de la TVA des restaurateurs... Pour les 15% de Smicards (englobés dans l'ensemble des travailleurs qui gagnent moins de 1.510 € par mois, c'est-à-dire 50% du salariat français !), pas question de revaloriser quoi que ce soit : l'indécence salariale reste de mise, avec à la clé une augmentation... des impôts.

Merci au 53% de veaux qui nous ont infligé Rataillon...


14/12/2009

Berlusconi « al dente » !

berlusconi gueule en sang.jpg

 

Massimo Tartaglia, c’est ce monsieur qui a fait ce dont rêvaient des millions d’Italiens.

 

Pas question de cautionner ce type d’action, mais peut-on s’en étonner lorsque la démocratie est à ce point bafouée par celui-là même qui est censé l’incarner et en être le dernier rempart ?

 

Le clone français de Berlusconi devrait y réfléchir…

11/12/2009

Au bistro de la Toile : on nous prend encore pour des cons !

insolite-078.jpg

- Puteng ! T'as vu Victor, ils se sont estrassés le cul les 27 de l'Europe ! Parait qu'ils vont « débloquer » 2 milliards par an pendant trois ans pour aider les « pays pauvres » à faire les efforts nécessaire pour que la boule de chope pas trop la fièvre. 2 milliards d'euros ! A rapprocher des centaines de milliards débloqués immédiatement pour « sauver » les banques ! Plus prendre les gens pour des cons que ça, c'est difficile.

- Eh ! C'est encore un enfumage de terrier. Un de plus. Ils sont tous à nous dire qu'on va passer au barbecue si on continue nos conneries de « croissance » sans frein, et tout ce qu'ils trouvent dans les tiroirs, c'est 2 petits milliards à refiler - probablement dans la poche de quelques roitelets et dictateurs - pour sauver la boulle de plus en plus puante ! Et encore, parait que c'est une victoire !

L'Europe contribuerait ainsi au tiers des dépenses prévues, soit 6 milliards par an à refiler aux pays crève-la-faim pour qu'ils déforestent moins... Pourtant, quand un Chinetoque, un Indien ou un Brésilien « produisent » pour vivre 1 kilo de ce fameux gaz carbonique, nous, les Zeuropéens, on en fait 10 et les Zétazuniens 20 kilos. Autrement dit nous, les 500 millions d'Européens polluons autant que 5 milliards de Chinois ou d'Indiens et que 10 milliards d'Africains ! Quand aux Ricains, c'est à hurler de connerie. Ces 350 millions de gros et gras cons polluent autant que 7 milliards d'Indiens ou de Chinois et que 14 milliards d'Africains ! Alors quand ils nous font un doigt d'honneur les « pays pauvres », ils ont bien raison ! C'est à nous d'arrêter nos conneries, pas à eux.

usine polluante 2.jpg- Oh ! Le pastaga, Victor, ça produit du carbone ?

 

- Sûrement, puisque c'est fait à base de badiane, une plante qui vient de Chine et qui a remplacé l'anis local de nos grand-pères !

- Merde. Alors je mets ma tournée, mais uniquement du bon jus de la treille de chez nous.

- A  la nôtre !


 

10/12/2009

Paul Hué et Paul Hueur à Copenhague.


 

chimulus copenhague.jpg



- Oh là ! Sieur Paul Hué, vos vaches pètent trop

Il vous faudra réduire leurs délires ventraux

Car leurs rots et leurs pets, ce sont du gaz méthane

Qui risque de changer nos prairies en savanes.

- Oh là ! Sieur Paul Hueur, rengainez vos leçons

Que sont nos pets de vaches comparés au boxon

Que génère sur terre l’hyper consommation

De vos sociétés, vos civilisations

Basées sur le paraitre et sur le racolage,

Sur l’avoir plus que l’être, et où le gaspillage

Est le mode normal de concevoir la vie

Où l’on prend, casse et jette au gré de ses envies.

- Notre mode de vie n’est pas négociable

Vous feriez comme nous si vous étiez capables !

De quoi donc rêvez-vous dans vos sombres gourbis ?

De bagnoles, de viande, d’alcools, de beaux habits,

De maisons confortables à l’air conditionné,

De piscines, de plages, de routes bétonnées.

D’ailleurs que faites-vous quand vous avez des thunes ?

Une station de ski au milieu de vos dunes…

- Qui nous pollue la tête avec ces âneries ?

Vos programmes télé avec leurs conneries.

N’avons-nous pas le droit d’être aussi cons que vous ?

Nous marchons sur vos traces, cependant, je l’avoue,

Ces travers me désolent et me mettent en rage

Mais avant d’arriver au niveau de carnage

Que vous faites subir à l’environnement

Nous avons de la marge pour vivre décemment.

Quand un Indien produit une tonne de carbone,

Vous, les Zétazuniens en produisez vingt tonnes

Et dix tonnes en Europe. Mais zéro en Afrique !

C’est à vous d’arrêter vos pollutions chroniques !

- De quoi vous plaignez-vous ? Vous êtes bien contents,

Sûrement pas le peuple, mais vous, les dirigeants

D’accepter nos déchets à pleines palanquées

Car nous vous payons cash pour que vous les planquiez,

Qu’ils soient radioactifs, domestiques ou chimiques !

Euros, yens ou dollars, tout est bon pour vos cliques…

- Taisez votre cynisme, et gardez vos poubelles.

Car par la corruption vos actions criminelles

Saccagent nos contrées, empoisonnent nos gens,

Les poussent à émigrer pour trouver quelque argent.

C’est vous qui polluez depuis bientôt deux siècles.

Vous voudriez en plus nous imposer vos règles ?

C’est à vous de payer ! Vous tuez la nature

Et voulez que ce soit nous qui fassions ceinture ?

Le monde va crever ? Nous n’y sommes pour rien !

Si vous ne casquez pas, on ne répond de rien…

 

Merci à Chimulus

 

 

09/12/2009

Ces musulmans qui disent non à l’islamisme.

Dans ma chronique du 1er décembre, je titrais par cette question : Où sont les musulmans qui disent non à l’islamisme ?

Fort heureusement, et c’est réconfortant, il y en a. Ils sont même la grande majorité. Mais ce ne sont pas eux que l’on entend dans les radios, pas eux que l’on invite sur les plateaux de télé. Alors donnons-leur la parole. Ça changera de ceux qui squatte les médias pour cracher sur le pays qui les accueille, leur offre l’école, la santé et leur permet de s’exprimer librement.

"Bonjour Victor!

L’islamisme tel que je le perçois a cessé d’être une alternative aux dictatures militaires, aux raïs baathistes ni aux souverains en mal de légitimité se proclamant héritiers des Califes. L’islamisme dans sa quête du pouvoir sur l’Etat, la nation et la société, se joue de toutes les « ruses » pour grignoter une part du pouvoir !


Et les autres le lui rendent bien : on préfère pactiser, concéder et associer l’islamisme croyant l’amadouer, le « civiliser » et l’assagir. Erreur fatale ! Car l’islamisme obéit aussi à la loi des gaz parfaits : compressé, il se rétracte, chauffé, il se dilate et libre, il prend tout l’espace que vous lui offrez.


Méfions-nous de fausses idées ! L’islamiste n’est jamais universaliste, laïque ou rationnel. Il s’y laisse immerger le temps d’affuter ses armes, il revient à la charge avec plus de virulence.
Le djihad (guerre sainte) est un sacerdoce pour l’islamiste, le paradis un horizon palpable, le non islamisme une hérésie et impiété, la science un argument pour prouver « la véracité » du coran, la femme une sous-catégorie anthropologique.


L’Algérie continue d’en faire les frais au prix de centaines de milliers de morts. Ce qui n’a pas empêché les islamistes d’être au pouvoir et de partager les commandes avec l’Ex-FLN."

Ecrit par : amenor le 01.12.2009


08/12/2009

Au bistro de la Toile : Copenhague…

-         Ça y est. C’est parti à Copenhague pour le grand raout de la terre qui chope la fièvre. C’est tout bon pour les mastroquets ça : si les gens ont trop chaud, ils auront soif, et alors nils viendront au bistro !

 

-         T’entend Bert. Ce puteng de Loulle, finalement c’est un grand optimiste : il voit le bon côté des choses… Surtout pour son portefeuille.

 

-         Attend, Victor, ils nous gonflent les aliboffis avec des conneries qu’on n’y comprend rien. On parle de la montée du niveau de la mer en 2100, du risque d'avoir une concentration de CO2 de 850 ppm dans l'atmosphère en 2050... Moi, pour tout te dire, j’y comprend nibe et je m’en fous complètement de se qui se passera en 2100. Y a longtemps que je fumerais les pissenlits par la racine !

 

-         C’est vrai que toutes ces abstractions ne mobilisent pas trop. Tout le monde s’en fout. Seulement le bordel qui va résulter du changement climatique, ce sera du concret : une affaire de territoire, de nourriture, d’air, de terres. Le changement climatique n'a d'intérêt que pour les sociétés et les cultures. La terre s'en fout, elle, du changement climatique ! Elle en a vu d’autres. Et si l’humanité disparait, elle n’en crèvera pas pour autant ! Nos économies occidentales sont les véritables responsables de cette merde climatique. A partir du moment où, en un siècle environ, on renvoie dans l’atmosphère des gaz que la nature a mis des millions d’années à transformer en pétrole et en charbon, faut pas s’étonner si le climat tend à redevenir ce qu’il était à l’époque du carbonifère : une étuve.

 

-         Bon. On aura un peu plus chaud ? On mettra la clim. Les palmiers remplaceront les vignes ? On boira du vin de palme. Le pétrole manquera ? On roulera dans des bagnoles électriques…

 

-         Voilà. Le changement climatique est là, dans la tête des gens. Mais beaucoup, comme toi Loulle, semblent croire qu'ils pourront continuer à vivre comme ils le font aujourd'hui, s'ils consentent à quelques ajustements techniques. Ta bagnole électrique, c’est bien, mais d’où elle viendra ton électricité ? Il serait peut-être plus malin de réfléchir à l’utilité des déplacements ! De l’utilité de faire venir sur nos tables des aulx de Chine ou des raisins du Chili. De l’utilité de prendre sa bagnole pour aller se goinfrer de conneries dans ces temples de la consommation que sont les hypermarchés et les zones commerciales. De la pertinence d’avoir son lieu de vie à des dizaines de kilomètres de son lieu de travail. Tout est à repenser. Mais il est plus facile de se laisser bercer par les propos rassurants de nos gouvernants car ce que nous disent les verts et autres écolos est trop énorme. Il s'agit de conclusions révolutionnaires pour nos sociétés et les conséquences sont trop désagréables pour être abordées de front.

 

-         Bof… Et alors, qu’est-ce qu’il va se passer ?

 

-         Nous appartenons aux pays les plus riches du monde. Mais le nombre de ces « happy few » va décliner dans les années qui viennent, avec la poussée démographique mondiale. Les habitants des pays industrialisés représentent aujourd'hui environ 20% de la population mondiale, représentant 95% de la richesse mondiale. Dans 10 ans, ils ne seront plus que 17%. Qui veut abandonner ça? Nous en profitons. C'est très confortable d'être là où nous sommes. Seulement les 80% que nous pigeonnons, ben, ils veulent tout simplement faire comme nous, vivre comme nous, et si nécessaire prendre notre place. Par la force. Les réfugiés climatiques qui vont arriver, vous croyez qu’ils seront tout doux et tout gentils ? Et vous pensez que nos sociétés vieillissantes et repues seront en mesure de les arrêter ? L’avenir, il risque d’avoir un goût de sang. Mais le danger ne viendra pas seulement de l’extérieur. Tous les problèmes que nous connaissons vont s'accentuer : la pénurie de nourriture et d'eau, les inégalités... Le climat sera à l'origine des guerres du XXIe siècle. Au sein de nos sociétés, les inégalités générationnelles vont devenir conflictuelles. Parce que c'est la première fois de l'histoire moderne que nous exploitons à ce point les ressources des générations à venir. Nous vivons à crédit. En bouffant le pain de nos enfants ! Et ils nous le feront payer cher. Enfin, il y a un autre problème, plus important que tous les autres car il les soutend…

 

-         Ah ! Encore ? C’est quoi ?

 

-         C’est le lapinisme Loulle. C’est le lapinisme. Sais-tu, Loulle, et toi aussi Bert, que pour chaque battement de ton palpitant, trois bébés naissent quelque part dans le monde ! Essaye d’imaginer ce fleuve, cette marée de nouveaux venus braillards sur cette pauvre boule puante qu’on appelle Terre ! Ouais, me direz-vous. Mais pendant ce temps, il y en a un paquet qui passent l’arme à gauche et vont servir de patapon aux asticots. Allez les vers ! C’est vrai. Mais il n’en meurt qu’un lorsqu’il en naît trois ! On est loin du compte… Trois marmots par seconde qui réclament tout de suite à bouffer. Soit 180 par minute, 260.000 par jour, 95 millions par an, autant que la France et l’Espagne réunies. Et comme il ne meurt « que » 35 millions d’homo sapiens (homme sage ! ! ? ?) par an, ça nous laisse un confortable « bénef » d’environ 60 millions supplémentaires chaque année — l’équivalent d’une France ! — de bouches à nourrir… Comme ces bouches viennent principalement dans des pays où on crève déjà de faim, vous voyez le tableau. Et comme ces pays, qui sortent de la misère, comme la Chine actuellement et l’Inde, veulent accéder au « progrès » que représente la manière de vivre occidentale, ça va en faire des bagnoles qui cracheront leurs gaz pourris, des forêts qu’il faudra couper pour leur fournir des salons de jardin en teck et des tonnes de pubs débiles, des poissons qu’il faudra pêcher pour leur procurer du patapon pour leurs chien-chiens… Vive la croissance ! « Croissez et multipliez-vous » qu’il a dit l’autre. Ouais. Jusque dans le mur. Et le mur, ce sera un coquetèle agréable de guerres pour l’eau, de catastrophes naturelles, de bonnes et belles épidémies… Tout ça orchestré par de gras et gros dictateurs qui pueront autant du cerveau que des pieds !

 

-         Puteng, Victor. Tu nous la fais raide là. Tè ! Buvons un coup pour oublier…

 



 

 

07/12/2009

M’ame Michu, M’ame Chazotte et le Téléthon.

vamps.jpg

 

-         V’z’avez donné vous au Téléthon M’ame Chazotte ?

 

-         Moi ? Non. Pourquoi ? Fallait donner ? Moi j’ai donné pour un Gueulethon…

 

-         Ben quand même, ces pauvres gosses, faut bien les aider. Moi ils m’ont tiré des larmes. Alors j’ai promis vingt euros.

 

-         C’est bien M’ame Michu. C’est bien. Vous avez agi par amitié pour ces gosses, par compassion. V’z’avez donné parce que dans votre cœur vous acceptez de prendre sur vous un peu de leurs souffrances. V’z’avez bon cœur, et comme v’z’avez pas beaucoup de sous, votre don, lui, a de la valeur…

 

-         Oh ! Vous savez, vingt euros, c’est pas beaucoup. C’est ce que j’ai donné à mon facteur de La Poste aussi. Mais pourquoi, y a des dons qu’ont pas la même valeur ?

 

-         Ben, ceux des riches ont bien moins de valeur que le votre M’ame Michu. Pour certains, notamment les entreprises, les banques, etc., ce sont de belles opérations de communications qui leur permettent de se donner une image altruiste pour pas grand chose. Pire encore, en faisant payer indirectement à vous, à moi, aux pauvres, au populo, l’essentiel de ces dons…

 

-         Ben ça alors ! Alors c’est vous et moi qui payons pour les gens de la Bourse par exemple, qui ont fait un chèque de plus de 500.000 euros ?

 

-         En partie M’ame Michu. En grande partie.

 

-         Comment ça ?

 

-         Ben, parce que l’essentiel du montant de ces dons pourra être déduit par les riches de leurs impôts sur le revenu ! Ils s’achètent une bonne conscience à prix bradé ! Ce qui fait autant de manque à gagner pour l’Etat, c’est-à-dire pour vous et moi entre autres. Pognon que monsieur L’Etat récupérera par ailleurs sur l’ensemble de la population. Et le tour est joué.

 

-         Ben ça alors ! J’voyais pas ça comme ça. Pourtant, si nous on donne pas, monsieur L’Etat fera pas un geste en faveur de ces malheureux gosses. Finalement ça a quand même du bon, parce qu’on lui force la main à monsieur L’Etat.

 

-         Y a un peu de ça M’ame Michu. Y a un peu de ça. Seulement cette charité - réminiscence de notre vieille culture judéo-chrétienne – si elle a sa justification du fait même de son efficacité, occulte et remplace la notion bien plus noble de Justice. Ces gosses, ils ne demandent pas la charité, mais ils réclament la Justice ! Puisqu’en fin de compte c’est tout de même l’Etat qui casque l’essentiel, ne serrait-il pas plus JUSTE qu’il finance ces labos de recherche, ces aides aux familles dès le départ ?

 

-         Ben, oui, c’est ben vrai ça !

05/12/2009

Les milices à Sarko dénoncées par Mélanchon : c'est du lard ou du cochon ?

sarkoflicm-Charlie_Hebdo.JPGMélanchon, il y a quelques jours, a déclenché un embryon de buzz sur la Toile à prêtant à Sarko des propos inquiétants qui aurait été prononcés lors de son déplacement en banlieue le 24 novembre et faisant état de la création de «milices» composées de citoyens bénévoles dans les quartiers. Il s'agit là du système expérimenté par Silvio Berlusconi en Italie et que l'on appelle «les chemises jaunes» du nom de la couleur de la chemise de ces miliciens.


« Milices ». Le mot sinistre est lâché... Des pouvoirs exorbitants accordés à des personnes à la solde du pouvoir, des exactions couvertes, l'impunité totale. Les « milices » nauséabondes de la sinistre époque pétainiste sont encore dans bien des mémoires. De même que les « chemises brunes » italiennes, de même que les SA allemande. On a de quoi frémir. A juste titre sauf que...


Sauf que Sarko - si l'on en croit le canard en ligne de Colombani (slate.fr) - n'aurait jamais prononcé ces paroles. En tout cas pas à la date susdite. Il dit suffisamment de conneries pour qu'on n'en ajoute pas ! Donc Mélanchon nous bourrerait le mou ? C'est pas joli ça sénateur ! C'est pas joli ! Moi qui ai une bonne opinion du Front de gauche, ça me donne à réfléchir. Parce que je n'aime pas, mais alors pas du tout, qu'on me manipule les boyaux de la tête.


Bon. Il n'empêche que la phrase en question figure bel et bien dans un discours de quinze pages du chef de l'Etat, mais prononcé le 8 février 2008 lors de la présentation du plan «Espoirs banlieue» piloté par Fadela Amara. Cette initiative ne date pas d'hier, ni de 2008 mais de 2006 alors qu'il était ministre de l'Intérieur. Dans un document interne de la Direction générale de la police nationale (DGPN), il est précisé que cette initiative a été annoncée le 12 janvier 2006 par Nicolas Sarkozy. Son «expérimentation» est lancée le 1er juillet de la même année. Cette note présente le «service volontaire citoyen» aux différents corps de la Police nationale. Sa mission est de compléter la mission des forces de l'ordre classiques par la prévention et de renforcer les liens de ces dernières avec la population. Les «volontaires citoyens» n'ont aucun pouvoir de police et ne sont pas rémunérés. Les modifications apportées le 5 mars 2007 à la loi sur la sécurité intérieure de 2003 donnent une base législative au dispositif.


Les modifications apportées le 5 mars 2007 à la loi sur la sécurité intérieure de 2003 donnent une base législative au dispositif. A partir de cette date, le Service volontaire citoyen (SVC) est officiel et il fait l'objet d'une rubrique particulière sur le site du ministère de l'Intérieur. Sa description est une version très light du PCSO britannique (Police Community Support Officer) qui, lui, peut se targuer d'un véritable uniforme. Son homologue français se contentera d'un coupe-vent bleu et d'un badge, les deux étant facultatifs. Le recrutement est désormais ouvert sur tout le territoire. Autrement dit, Sarkosy peut créer des milices quand et comme il le voudra. L'arsenal législatif est disponible, il n'y aura pas de débat parlementaire...


Mélanchon s'est donc un peu emballé, mais son buzz aura eu le mérite de mettre sous la lumière des sarko-embrouilles soigneusement planquées, mais bien réelles.

M'ame Michu, M'ame Chazotte et les procto-flics à Sarko !


vamps.jpg

-  Eh ! V'z'avez vu M'ame Chazotte : le mari de M'ame Carla, parait qu'il est bien content parce que les policiers ont fait plus de 600.000 « garde-à-vous » cette année. Mais au fait c'est quoi exactement un « garde-à-vous » ? C'est quand les policiers se mettent raides avec le menton haut et les bras le long du corps ?


- J'vais vous en foutre moi des « garde-à-vous » ! C'est des « gardes-à-vue » qu'ils ont fait les sarko-bourres. Et croyez-moi, c'est pas le repas du troisième âge la garde-à-vue !


- M'alors c'est quoi ?


- Ben tiens, y a qu'à écouter ce qu'en a dit cette mère de famille qu'avait commis la terrible infraction d'avoir oublié ses papiers, et qui s'est faite arrêter par les argousins à Sarko en menant sa fillette à l'école.


- Et qu'est-ce qu'elle dit cette brave dame ?


- Elle dit : « Les policiers m'ont extraite de force de ma voiture, m'ont brutalement plaquée contre le capot de leur voiture, m'ont tiré les bras en arrière, m'ont mis les menottes, m'ont conduite toutes sirènes hurlantes au commissariat. Là, ils m'ont faite déshabiller, m'ont enlevé le soutien-gorge, baissé la culotte, puis m'ont mis un doigt... »


- Ben ça alors ! C'était surement une dangereuse criminelle, cette femme, une terroriste.


- Tu parles ! Une simple mère de famille. C'est arrivé aussi à un petit vieux qui traversait sur un passage clouté alors que le petit bonhomme était encore au rouge. Au trou l'ancien. Gare-à-vue, avec le doigt au cul, comme tout le monde ! Les flics français sont devenus les premiers proctologues de France ! Parait que c'est la procédure légale, obligatoire...


- Mais pourquoi embêter ainsi des gens qu'ont pas fait grand-chose de mal ?


- Le chiffre M'ame Michu. Le chiffre ! Sarko impose aux flics de faire du chiffre : des gardes-à-vue, des contredanses, des arrestations. Faut du chiffre pour les statistiques qu'on balancera à la presse ! De l'esbrouffe tout ça. Les gardes-à-vue des braves gens, ça va dans ce sens, et en plus ça terrorise, ça attendrit la couenne du populo. D'ailleurs, les flics en ont raz le képi de ce qu'on les force à faire. Hier, ils étaient dans la rue pour gueuler contre ça, entre autre. Lorsqu'ils arrêtent deux jeunots quo tirent un joint, ça leur fait deux arrestations, deux affaires résolues. Tout bénef pour « le chiffre ». C'est plus facile que de serrer le dealer...


- Des poulets dans la rue qui veulent du blé, c'est normal non ? Mais alors, ces garde-à-vue, avec le... enfin avec le doigt, ça peut nous arriver à nous aussi ?


- Exactement. A nous aussi M'ame Michu.


-  Ben alors, je vais acheter un string. Faut être prête ! Même à nos âges, M'ame Chazotte, faut être prêtes !


- Ah ben ! M'ame Michu avec un string, ça restera dans les annales !


AVIS A LA POPULATION

Il est possible que si vous ouvrez L'anti fadas avec Internet Explorer vous ayez une page tronquée, sans photos voire illisible. Passez sur Mozilla Firefox qui lui - gratuit! - est bien plus efficace et fiable. http://www.mozilla-europe.org/fr/firefox/

 

03/12/2009

Nous sommes tous des mange-merde : LES FAUX PRODUITS DU TERROIR

estron.jpg

Les champignons de Paris. De Paris, ils n'ont que le nom. Pire: 88% d'entre eux viennent de l'étranger, les rayons des supermarchés regorgeant le plus souvent de champignons issus des États-Unis, de la Chine ou des Pays-Bas, les trois principaux pays producteurs. En France, s'ils ont pendant longtemps été élevés dans la capitale, les fameux champignons ne poussent désormais plus qu'à Saumur. La ville dans le Maine-et-Loire regroupe 70% de la  production nationale.(mais 12 % seulement du global consommé)

La charcuterie corse. Elle est présentée comme un des plus purs produits du terroir français. Et pourtant la charcuterie corse ne dispose d'aucune « Appellation d'origine contrôlée ». Le consommateur ne trouvera donc sur les rayons des supermarchés du continent que des produits dont les matières premières proviennent d'ailleurs à plus de 90 %. Ainsi, par exemple, malgré les têtes de Maure et les mentions « produit de l'ile de Beauté » sur les étiquettes, le saucisson d'âne est importé d'Argentine et les jambons sont pour la plupart composés de carcasses issues de Chine.

Le jambon d'Aoste. Voilà une des plus belles et des plus juteuses escroquerie « marketing » ! C'est l'un des jambons les plus consommés de France, mais ce dernier n'a rien à voir avec la charcuterie de la ville italienne d'Aoste. Ce produit est en fait fabriqué en France à partir de carcasses chinoises et américaines, dans une commune du même nom mais située en... Isère.  Et contrairement à son homologue transalpin, qui est un jambon cru, il s'agit d'un jambon mi-cuit. Le subterfuge a fonctionné pendant des années puisque la marque déposée « Jambon d'Aoste » a été la propriété du groupe Aoste (Cochonou/Justin Bridou), leader français de la charcuterie. Il aura fallu que la Commission européenne interdise récemment (2008) l'utilisation de cette appellation qui prête à confusion pour que l'ambiguïté cesse. La marque a depuis été renommée « Jambon Aoste » et plus « Jambon d’Aoste ».

L'A.O.C de Bretagne. Présentée comme de purs produits du terroir français, les charcuteries de Bretagne disposent d'une  « Appellation d'origine contrôlée » qui n'oblige les fabricants qu'à une seule chose: posséder au moins un lieu d'emballage ou de transformation en Bretagne. Le consommateur  trouvera donc sur les rayons des supermarchés des produits dont 82 % des matières premières proviennent du monde entier. Ainsi, les carcasses de porcs, souvent  issues de Chine, de Hollande ou de Pologne, le sel dit de Guérande, importé d'Argentine et du Vietnam, et les boyaux d'andouille importés pour la plupart de Corée. L'andouille dite de Vire, et autres charcuteries « De Bretagne »,  rejoignent ainsi la mythologie des produits bretons, comme le beurre et la pâtisserie, dont 73% proviennent de la communauté Européenne et d'Asie.

La moutarde de Dijon. Pour faire de la moutarde de Dijon, il faut du vinaigre, de l'eau, du sel et des graines du... Canada! Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la moutarde utilisée dans la préparation de la fameuse pâte ne vient pas de la région de Dijon. Une explication à cette bizarrerie : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec la mise en place de la Politique agricole commune, les agriculteurs se sont désintéressés de la moutarde, qui ne leur permettait pas de recevoir les subsides de l'Union européenne. Résultat : 90% de la production utilisée pour la moutarde de Dijon provient maintenant du Canada.

Le couteau Laguiole. L'abeille, la lame fine légèrement relevée, la croix sur le manche... Beaucoup croient que ces symboles apposés sur les couteaux de Laguiole sont des signes d'authenticité. Erreur ! Malgré leur charme et leur beauté, elles n'attestent ni de l'origine du couteau ni de sa qualité de fabrication. Parce que la marque du plus célèbre des couteaux français n'a jamais été déposée, Laguiole est depuis plus d'un siècle l'objet de contrefaçons en France et à l'étranger, 80% proviennent de Chine et du Pakistan. Résultat : moins de 10% des Laguioles sont fabriqués dans le bourg aveyronnais !

Le savon de Marseille. Avec le pastis et la lavande, c'est l'autre symbole de la Provence. Seul hic, les savons estampillés « savon de Marseille » ne sont pas fabriqués dans le Sud-est. Car si les savonniers marseillais ont inventé le procédé de fabrication au Moyen-âge l'appellation n'est pas protégée. Résultat : les plus gros fabricants sont aujourd'hui les Chinois et les Turcs ! Et les huiles végétales utilisées pour la fabrication du savon, notamment l'huile de palme, proviennent de l'étranger, les savons passant à Marseille uniquement pour être parfumés et emballés.

Le melon charentais. C'est l'emblème du melon français. Jaune ou vert, le melon charentais fait la fierté des producteurs de la région de Cognac où les sols argilo-calcaires sont parfaitement adaptés à sa culture. Mais contrairement à son cousin de Cavaillon, le melon de Charente ne possède pas d'AOC. Résultat : 80 % des melons charentais que l'on trouve sur les étals ne viennent pas de Cognac mais d'Espagne, du Maroc des Caraïbes, de Chine et du Sénégal...

Le camembert. Emblème de la gastronomie française, le camembert de Normandie est de loin le fromage le plus copié dans les rayons des supermarchés. Une explication à ce phénomène : tombé dans le domaine public, le nom « camembert » peut-être utilisé par n'importe quel producteur de n'importe quel pays. Et malgré une AOC « Camembert de Normandie », qui existe depuis 1983, de nombreux fabricants utilisent le terme très proche de « Camembert fabriqué en Normandie ». Les différences : du lait pasteurisé au lieu du lait cru, un affinage raccourci et une fabrication qui n'est soumise à aucune règle. Ils sont présentés comme les fleurons du terroir, mais quand on y regarde de plus près on découvre que leur appellation est douteuse. Matières premières importées de l'étranger, (30 %du lait vient de Chine, 50 % de toute l'Europe). Étiquetage souvent mensonger, additifs non précisés, fabrication hors des limites de la région ou seuls existent de vagues bureaux de courtiers. Dans les rayons des hyper et super, il faut vraiment les chercher : les vrais Camenbert ont l’estamplilles « Appelation d’Origine Contrôlée » et sont spécifiés « au lait cru ».

L'huile d'olive. Rare et chère, l'huile d'olive française est certainement le produit qui compte le plus d'étiquetages frauduleux. En 2006, seulement 56% des échantillons analysés étaient « conformes » à la réglementation, certaines bouteilles contenant jusqu'à 50% d'huile de tournesol ou présentant une fausse indication d'origine ou de variété d'olive. Le symbole de la cuisine méditerranéenne ne comptant que 7 appellations d'origine protégée et une AOC « Huile de Provence », de nombreux producteurs jouent en effet sur la confusion en ajoutant sur les étiquettes des paysages évoquant le Sud ou des origines non-reconnues comme « huile de Provence-Côte d'azur ». Sans parler de l'une des fraudes les plus courantes qui consiste à remplacer l'huile d'olive par l'huile de grignons d'olive, un résidu de la pâte d'olives difficile à détecter pour le simple amateur. Bonne journée quand même. De plus, la circulation des fruits étant totalement libre en Europe, des camions entiers d’olives espagnoles ou italiennes arrivent – de préférence de nuit ! – dans les moulins à huile provençaux et languedociens…pour faire de la bonne huile « de chez nous » !

(source : Ministère de l'agriculture)

 

01/12/2009

Où sont les musulmans qui disent non à l’islamisme ?

Quand verrons-nous dans les étranges lucarnes des gens ouverts capables de nous démontrer que l’islam n’est pas seulement l’image caricaturale que nous en donne l’islamisme ?

 

Quand verrons-nous descendre dans la rue des musulmans proclamant leur attachement aux valeurs de la République et revendiquant un culte tranquille, apaisé, fleurissant dans la sphère privée et donc respectant le principe non négociable de notre république : la laïcité ?

 

L’islamisme – et non pas l’islam -  tente d’étouffer ce que l’Occident a de plus précieux et qui n’existe dans aucun pays musulman : la liberté de penser et de s’exprimer.

 

L’islamisme essaie d’imposer à l’Europe ses règles : ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes, interdiction de caricaturer cette religion, exigence d’un traitement diététique particulier des enfants musulmans dans les cantines, combat pour le port du voile à l’école, accusation d’islamophobie contre les esprits libres.

 

L’islam tel que le présente l’islamisme tente d’obliger l’Europe à se plier à sa vision de l’homme. Comme jadis avec le communisme, l’Occident se retrouve sous surveillance idéologique. L’islam se présente, à l’image du défunt communisme, comme une alternative au monde occidental. À l’instar du communisme d’autrefois, l’islam, pour conquérir les esprits, joue sur une corde sensible. Il se targue d’une légitimité qui trouble la conscience occidentale, attentive à autrui : être la voix des pauvres de la planète. Hier, la voix des pauvres prétendait venir de Moscou, aujourd’hui elle viendrait de La Mecque ! Aujourd’hui, à nouveau, des intellectuels incarnent cet œil du Coran, comme ils incarnaient l’œil de Moscou, hier. Ils excommunient pour islamophobie, comme hier pour anticommunisme. Voir l’alignement de certains gauchistes et même –quelle vergogne ! - altermondialistes sur les thèses islamistes… Pour ces « idiots utiles », il faut complaire à l’islam, sans quoi, c'est du racisme !!!

 

Depuis des décennies, en Europe, on a réussi à se débarrasser des côtés rétrogrades et primitifs de la religion, comme par exemple l'interdiction de le mixité dans les écoles, le mariage à l'ancienne (c'est à dire la femme soumise à la maison et n’ayant que le droit de se taire), le sexe hors mariage, les enfants hors mariage, l'homosexualité, etc.... On a mis des décennies à virer les curés de nos chambres à coucher, ce n’est pas pour y laisser entrer les imams et les mollahs !


Or depuis quelque temps, on voit débarquer en Europe des gens – pas toujours invités ! - qui mettent en avant leur religion, qui nous font replonger vers le passé et qui remettent en cause l'évolution de nos sociétés occidentales. A partir de la, il ne faut pas s'étonner du rejet de la majorité de la population. Car il n'y a que les bobos gaucho-islamistes pour qui ce vote en Suisse est une surprise. La surprise aurait été le contraire. Et si l'on faisait ce vote en France, au Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, en Espagne, etc., le résultat serait le même. Et cela n'a rien à voir avec l'extrême droite ou le racisme mais avec une volonté, peut-être inconsciente, de ne pas vouloir se laisser imposer des choix de société qui ne sont pas les nôtres. "C'est du populisme ça coco. C'est du populisme!" Le populisme, c'est le nom que l'on donne à la démocratie quand le Peuple n'est pas ,d'accord avec les dirigeants!


Dans l’ouverture à autrui, propre à l’Occident, se manifeste une sécularisation du christianisme, dont le fond se résume ainsi : l’autre doit toujours passer avant moi. L’Occidental, héritier du christianisme, est l’être qui met son âme à découvert. Il prend le risque de passer pour faible. À l’identique de feu le communisme, l’islamisme tient la générosité, l’ouverture d’esprit, la tolérance, la douceur, la liberté de la femme et des mœurs, les valeurs démocratiques, pour des marques de décadence, des signes de faiblesse.

 

Ainsi toutes les conciliations, toutes les concessions, tous les reculs sont perçus comme des victoires qui appellent d’autres attaques, sur d’autres fronts. N’est-elle pas significative la phrase du « poète » Gokalp Ziya qui publie en 1913 : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les mosquées nos casernes ». Phrase reprise par deux fois par ce grand démocrate qui prétend conquérir l’Europe, « l’islamiste modéré » ( !!??) turc Ergogan en 1997 et en 2004.


On peut aussi méditer sur les propos de Houari Boumediene, président algérien s'inspirant du même Gokalp Ziya et déclarant, en 1974, à l’ONU : « Un jour, des millions d'hommes quitteront le sud pour aller dans le nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire ». C'est la guerre des utérus.

 

Quand à "l'ami" de Sarko, Khadafi, il a proclamé: : « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les cinquante millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman » !

A méditer…

 

Etes-vous islamophobe ?

Ah ! Le coup de pied dans la fourmilière qu’ils ont donné les Helvètes ! Tous les bobos ethno-masochistes islamo-compatibles, tous les « idiots utiles » s’étranglent de la décision de la démocratie directe suisse. En repoussant le minaret ils repoussent non pas une religion, mais son symbole architectural de domination. Les musulmans modérés paient ainsi le prix de leur silence, de leur lâcheté envers les musulmans rétrogrades, extrémistes salafistes de tous poils tout droit sortis de leur caverne du néolithique et qui considèrent la femme comme une pondeuse de dernière catégorie qui doit être emprisonnée et donc se cacher dans un linceul noir ! Le message est clair : Stop au fascisme vert dans toute l'Europe !

- Oh ! Victor, t’envois pas le bouchon un peu loin avec ton « fascisme vert » ? Tu serais pas un peu islamophobe ?

- Et toi, non ? Tiens, on va répondre à un petit questionnaire :

Êtes-vous “islamophobe” ?

(Comptez vos réponses affirmatives)

* Êtes-vous pour une égalité entre hommes et femmes ?

* Êtes-vous opposé à la lapidation des femmes adultères ?

* Êtes-vous pour l’école obligatoire pour les filles partout dans le monde ?

* Êtes-vous opposé à l’esclavage et à la prostitution enfantine ?

* Êtes-vous pour une liberté totale de l’expression et de la presse ?

* Êtes-vous pour la liberté de chacun de choisir sa religion ? Et d’en sortir ? Et de ne pas en avoir ?

* Êtes-vous contre les gouvernements et mosquées qui soutiennent les publications antisémites ?

* Êtes-vous opposé au port de la burqa dans les lieux publics, écoles … ?

* Êtes-vous opposé à la ségrégation sexuelle ?

* Êtes-vous contre la peine de mort pour les personnes (musulmanes ou non) qui se convertissent à une autre religion ?

* Êtes-vous opposé aux “crime d’honneur” ?

* Êtes-vous opposé aux mutilations génitales ?

* Êtes-vous opposé aux relations sexuelles forcées ?

* Êtes-vous opposé à la discrimination des homosexuels ?

* Êtes-vous pour le droit à la critique des religions ?

* Êtes-vous opposé à la polygamie ?

* Êtes-vous opposé aux mariages des enfants ou aux mariages forcés ?

* Êtes-vous opposé à l’ordre coranique de tuer les apostats et non musulmans ?

* Êtes-vous opposé à des tribunaux de la charia en plus des tribunaux légaux ?

* Êtes-vous opposé au coran qui affirme la supériorité de l’Islam sur les autres religions ?

 

Résultats:

-Si vous avez répondu par OUI à l’une des questions, alors vous pouvez certainement être taxé d’islamophobie.

-Si vous avez répondu NON à toutes, vous pouvez l’être aussi !

 

27/11/2009

M'ame Michu et M'ame Chazotte prennent le président en grippe...


vamps.jpg


-         V'z'êtes vaccinée vous M'ame Chazotte ?


-         Non. Et vous ?


-         Ben moi j'ai pas reçu le papier. J'y suis allée au gymnase, j'ai fais la queue deux heures au milieu de gens énervés, qui râlaient, y en avait même qui toussaient...


-         Eh ben voilà, M'ame Michu, si vous n'étiez pas contaminée, vous risquez de l'être. Alors siouplait ! Ne me postillonnez pas dessus ! De toute façon, parait que les vieilles couennes comme nous, on serait immunisées, depuis le temps que les virus de tout poils nous visitent ! A moins que...


-         A moins que quoi M'ame Chazotte ?


-         A moins « qu'ils » aient décidé délibérément de laisser crever les vieux ! C'est tout bénef : économie de vaccins, économie sur les retraites. C'est bon pour les comptes de la Sécu ça M'ame Michu ! C'est aussi bon que la canicule !


-         Ben vous alors. Vous croyez ça ?


-         C'est ce qu'on appelle une saine gestion comptable de la population ! De toute façon on ne sert plus à rien, on bouffe trop - surtout vous d'ailleurs ! - et on coûte trop de pognon à la Sécu. A la casse les vieux ! Z'ont dépassé la date de péremption ! Pour en revenir à la fameuse grippe A(H1N1), on a là la démonstration de l'incompétence de Sarkozy.


-         Comment ? Le mari de Carla ? Incompétent ?


-         Ouais. En la matière, Chouchou  a pris des décisions fébriles, hasardeuses et surtout trop hâtives,  comme si le problème ne souffrait aucune concertation ni réflexion. Comme si seule comptait la décision. La décision de prendre le taureau par les cornes: vacciner la France entière. Commander une ou deux doses vaccinales pour chaque Français: 94 millions de vaccins! 10% de la totalité mondiale de production en la matière! Une erreur politique digne d'un jeunot inexpérimenté. Pas assez de concertation, trop de précipitation. Une sorte de politique de santé bling-bling, comme d'hab. Rappelez-vous les mises en garde de gens du métier, comme le professeur Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses, membre de l'Académie de médecine et ancien président de la Croix-Rouge qui proclamait que c'était « une pandémie de l'indécence. »


-         Ouais mais si « ils » n'avaient rien fait et que le virus s'avère vraiment dangereux ?


-         « Ils » pouvaient, prendre le temps de la réflexion avant de décider de mettre en route ce plan créé en 2007 à l'époque de la menace - bien réelle celle-là - de la grippe H5N1 et nommé l'EPRUS, Établissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires. Un plan digne d'une situation de guerre.  Or, cette grippe "porcine", cette grippe A/H1N1, a démarré dans des pays de l'hémisphère sud, qui entraient en période froide alors que nous entrions en période d'été. Ce qui laissait au moins deux à trois semaines d'observation et de réflexion avant toute décision. Il y avait urgence à réfléchir, et pas urgence à agir dans la précipitation. C'est dans ces moments qu'on voit si le président fait le poids.


-         Ben ça alors !


-         Eh ouais M'ame Michu. Mais le milliard et demi d'euros que coûte cette plaisanterie n'est pas perdu pour tout le monde. Les labos s'engraissent avidement. Ils sauront s'en souvenir et avoir la reconnaissance du ventre lors de prochaines campagnes électorales...





 

Au bistro de la Toile : Les pirates somaliens sont-ils des bienfaiteurs de l’humanité ?

PirateAstérixVigie.JPG

- Qu’est-ce que t’as à rigoler Victor en lisant le journal ? Y a pourtant pas grand chose de marrant…

 

- Eh ! Loule, ça dépend comment tu lis les nouvelles. Moi, ce qui me fait marrer, ce sont les exploits des pirates de Somalie. Tout miston déjà, je me délectais des abordages de Surcouf, de Jean-Bart, du Capitaine Drake. Puteng, les bandes dessinées démentes ! Avec des mecs borgnes, boiteux, toujours barbus et coiffés du bandana qui grimpaient avec des grappins sur les galions, en hurlant à pleines bulles. Le pavillon tête de mort qui flottait en haut du mat. Les nuages de poudre, les cris dans les bulles, les sabres qui s’enfoncent dans la viande des marchands… Le pied ! Alors  ces histoires de Somalie, ça me fait rêver. Henri de Monfreid, la Croisière du haschich… Ouarff ! L’aventura ! Toute ma jeunesse. C’est comme ça…

Voilà pourquoi je me fends la gueule quand je lis ça : « Le cargo grec MV Ariana et son équipage ukrainien ont été libérés jeudi contre une forte rançon plus de six mois après leur capture dans l'océan Indien, a annoncé à l'AFP un pirate somalien basé dans le village côtier d'Harardhere, à 300 km au nord de Mogadiscio. A la suite d'intenses négociations ces quatre derniers jours, l'Ariana est libre après le versement de 3,7 millions de dollars, a déclaré à l'AFP Ahmed Abdullahi Mohamoud. Le bateau appartient à la compagnie maritime All Ocean Shipping, basée à Athènes et propriété d'un conglomérat britannique. »

- Faut tous les rafaler ces connards  de pirates…

 

- Oh ! Loule, tu parles bien comme un mastroquet. Qui veux-tu flinguer ? Et comment ? Regardes, il y a sur place toutes les marines du monde. Nous, bien sûr, mais aussi les Zétazuniens qui font jamais dans la dentelle, les Rosbifs, les Allemands, même les Chinetoques et les Indiens ! C’est l’ONU des bateaux de guerre ce détroit et ce golfe. Ils se marchent dessus et…ils sont incapables de protéger les navires de tous les marchands de merde du monde !

 

- Tu parles, ils iraient bombarder les villages de ces crapules et ce serait vite fait ! Il ne sert à rien de se défendre contre ces pirates.  Il faut les attaquer, bordel ! Leurs bases sont bien identifiées. Elles sont en Somalie, pays de non-droit, sans véritables gouvernants, et voué à tous les trafics. Un bombardement massif et coordonné de quelques pays occidentaux s'impose donc. Avec quelques centaines de morts parmi les pirates et la destruction de leurs bateaux et armements, la leçon devrait porter ses fruits et les occidentaux auraient gagné la tranquillité pour vingt ans au moins.

 

- Eh ! Il y a 3.000 km de côtes rocheuses avec plein de petites criques où peuvent se planquer les pirates. Il y a des milliers de bateaux de pêche. Alors comment on fait ? On napalme tous les villages de pêcheurs ? On coule toutes les coques de noix, tous les boutres ?

 

- Non mais quand un navire est attaqué, faut y aller et flinguer !

 

- Flinguer… T’as que ce mot à la bouche. Mais bougre de nifle, c’est grand comme la Méditerranée ! Il y a beau avoir des bateaux de guerre partout, lorsque le capitaine d’un barlu attaqué appelle, le temps que les secours arrivent, les pirates sont maîtres du bateau et menacent de flinguer – un mot qui te plait ! – les otages ! Alors comment on fait ? Un carnage ? Et puis attend, ils ont changé de vitesse les mecs. Les premiers « pirates » sont apparus dans les années 1990 : il s'agissait alors de pécheurs somaliens ruinés par la pèche industrielle illégale à laquelle se livraient les flottes sud-coréenne et japonaise, profitant de l'absence d'Etat somalien pour pénétrer impunément dans ses eaux territoriales.

 

Ces pécheurs ont commencé par attaquer ces connards de navires étrangers et par exiger le paiement de « taxes » compensant leur manque à gagner… Une autre explication mise en avant est le rejet de déchets toxiques dans les eaux somaliennes, là encore en raison de l'absence de contrôles.

 

pirates tête de mort.jpgDepuis, la piraterie a changé d'échelle, s'appuyant sur de véritables armées, bien équipées, munies de téléphones satellitaires pour leurs communications, et d'embarcations hyper rapides pour fondre par surprise sur leurs proies avant de regagner des « navires mères » ressemblant à de paisibles chalutiers ! Ni vu ni connu. Et pendant ce temps, le bateau piraté est conduit vers les côtes somaliennes sous le regard impuissant des matafs de guerre, la cargaison vendue ou échangée contre rançon. De quelques dizaines, les pirates sont devenus des centaines, et sans doute des milliers. Et les « amendes » de quelques milliers de dollars sont devenues de véritables rançons de plusieurs millions. C’est la première industrie de la région !

 

- Mais puteng Victor, c’est du vol tout ça !

 

- Tout de suite les grands mots. C’est du commerce, c’est une forme originale de commerce. Toi Loule, un patron de bistrot, tu devrais connaître ça, non ? Tè ! Remets une tournée… Et puis je vais te dire : ces pirates sont quelque part des bienfaiteurs de l’humanité et des sauveurs de la planète !

 

- Oh ! Victor, c’est le rosé de Tavel qui te fait déparler ? T’as la tarnavelle qui fume ou quoi ?

 

- Pas du tout. Réfléchis un peu, Loule, ça te changeras. D’abord voler des voleurs, c’est pas du vol, c’est de la récupération. Ensuite, le Golfe d'Aden, situé entre Somalie et Yémen, est la voie de passage entre l'Océan Indien et la Mer rouge, l'un des axes maritimes clé de la planète. C’est le débouché obligé du canal de Suez, c’est le passage de 20.000 à 30.000 navires par an, et surtout d'un tiers des hydrocarbures consommés sur la planète ! En gênant ce trafic, les pirates font œuvre utile : - ils freinent l’arrivée du pétrole (c’est bon pour la planète !), ainsi que des milliers de tonnes de merdes venant de Chine ou d’Inde qui sont la cause des fermetures d’usines chez nous. De plus les assureurs - qui doivent, en fin de course, casquer pour ces cargaisons volés, ou détériorés lorsqu’il s’agit de consommables – augmentent considérablement leurs primes. La Lloyd fait pas de cadeau, c’est pas le genre de la maison ! Les équipages se font rares et chers. Tout ça a pour effet d’augmenter sensiblement le prix des  marchandises venues par mer. Et à terme de rendre ainsi de nouveau rentables les produits de chez nous, freinant d’autant les délocalisations !

 

- Puteng ! Merde Victor, je voyais pas les choses comme ça. Mais où tu vas trouver tous ces trucs ?

 

- Dans le rosé de Tavel et le rouge des Côtes-du-Rhône !

 

- Tè ! Tu m’as convaincu. Vive les pirates ! Allez zou ! les mecs, approchez vos verres, c’est la tournée du patron !

 

 

26/11/2009

Dans les coulisses du Medef : dialogue peut-être pas si imaginaire que ça !

sans papiers travailleurs.jpg

 

 

-  Mais enfin Laurence, qu'est-ce qu'il lui prend à Besson ? Il a tourné Besancenot ou quoi ? Voilà qu'il a annoncé un projet de loi pour renforcer les sanctions contre les entreprises en infraction.

-  Calmez-vous Martin. Des règles existent déjà, mais vous savez bien qu'elles ne sont pas appliquées.

-  Oui mais chez moi, plusieurs dizaines de travailleurs sans papiers occupent notre chantier Bouygues à La Défense ! Etce  week-end, Xavier Darcos, ministre du Travail, a annoncé un renforcement des sanctions contre les entreprises employant des sans-papiers: inéligibilité à un appel d'offre, fermeture administrative décidée par le préfet, sanctions financières renforcées... Dans la foulée, Eric Besson, ministre de l'Immigration annonçait un projet de loi. Mais à quoi joue-t-on Laurence ? A quoi joue-t-on ? A quoi servent les millions que nous...

- Chut Martin. Un peu de discrétion. Mais il faut faire attention : l'article L8251-1 du code du travail est très clair: «Nul ne peut, directement ou par personne interposée, embaucher, conserver à son service ou employer pour quelque durée que ce soit un étranger non muni du titre l'autorisant à exercer une activité salariée en France.» Des sanctions pénales sont prévues: le gérant de l'entreprise employant des étrangers en situation irrégulière est passible de 15.000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement (L8256-2). Le code du travail prévoit aussi (déjà) l'interdiction d'exercer pendant cinq ans, la fermeture des locaux ou l'exclusion des marchés publics.

- C'est bien ce qui me préoccupe. Encore que chez nous, tous les travailleurs à situation un peu équivoque passent par l'intermédiaire d'entreprises de travail temporaire.

- Vous savez aussi bien que moi, mon cher Martin, qu'en pratique, les condamnations sont rares. Pourquoi? D'abord, le manque d'inspecteurs et de contrôleurs du travail en charge de repérer les infractions. Il y a seulement 450 inspecteurs du travail pour... 17 millions de salariés et 1,2 million d'entreprises ! De plus, il y a - fort heureusement pour nous ! - un vrai laxisme des tribunaux en matière du droit du travail. Les trois quarts des infractions relevées par l'inspection du travail ne donnent lieu à aucune sanction.

- C'est vrai, mais le danger serait que des inspecteurs zélés et quelques juges inconscients veuillent faire quelques exemples retentissants en s'en prenant à quelques grosses boites. Darcos n'a-t-il pas évoqué la possibilité offerte au préfet d'ordonner la fermeture administrative d'une entreprise employant des sans-papiers ?

- Allons, allons Martin ! Gardez votre sang-froid.  Vous voyez des préfets décider de fermer des entreprises ayant pignons sur rue ? En pleine crise économique, il semble impensable (politiquement et économiquement) d'ordonner la fermeture de grandes entreprises, mettant sur le carreau des centaines de salariés avec et sans papiers. Et puis, nous, nous savons bien que la part de l'emploi de travailleurs sans-papiers dans l'ensemble des infractions constatées pour travail illégal s'élevait en 2008 à 13%, selon le ministère du travail (12% en 2007). Dans le BTP, le pourcentage est de 17%. On est donc loin de l'équation travail illégal = emploi des sans-papiers. Ce serait oublier les heures sup dissimulées, le travail au noir... Mais chut ! En fait, le vrai danger pour nous pourrait venir du problème de la sous-traitance en cascade qui dilue les responsabilités.

- Et oui chère Laurence. Dans le bâtiment par exemple, on se retrouve parfois avec des sous-traitants de 4e ou 5e niveau...

- Eh bien Martin. Les donneurs d'ordre sont alors intouchables sur le plan juridique

- Oui mais imaginez que, sous la pression de la rue, le gouvernement fasse en sorte que les donneurs d'ordre soient pénalement, financièrement et économiquement responsables de ce qui se passe sous leurs ordres et non pas seulement l'entreprise sous-traitante ?

-  Allons, allons Martin. Vous pensez que notre ami Nicolas serait assez fou pour prendre de telles décisions ?

-  Il est vrai que des élections approchent et que nous avons quelques arguments sonnants et trébuchants particulièrement persuasifs.

- Vous avez tout compris Martin ! Vous avez tout compris !


 

25/11/2009

Dans les coulisses du Medef : dialogue peut-être pas si imaginaire que ça !


 

sans papiers travailleurs.jpg


 


-         Mais enfin Laurence, qu'est-ce qu'il lui prend à Besson ? Il a tourné Besancenot ou quoi ? Voilà qu'il a annoncé un projet de loi pour renforcer les sanctions contre les entreprises en infraction.


-         Calmez-vous Martin. Des règles existent déjà, mais vous savez bien qu'elles ne sont pas appliquées.


-         Oui mais chez moi, plusieurs dizaines de travailleurs sans papiers occupent notre chantier Bouygues à La Défense ! Etce  week-end, Xavier Darcos, ministre du Travail, a annoncé un renforcement des sanctions contre les entreprises employant des sans-papiers: inéligibilité à un appel d'offre, fermeture administrative décidée par le préfet, sanctions financières renforcées... Dans la foulée, Eric Besson, ministre de l'Immigration annonçait un projet de loi. Mais à quoi joue-t-on Laurence ? A quoi joue-t-on ? A quoi servent les millions que nous...


-         Chut Martin. Un peu de discrétion. Mais il faut faire attention : l'article L8251-1 du code du travail est très clair: «Nul ne peut, directement ou par personne interposée, embaucher, conserver à son service ou employer pour quelque durée que ce soit un étranger non muni du titre l'autorisant à exercer une activité salariée en France.» Des sanctions pénales sont prévues: le gérant de l'entreprise employant des étrangers en situation irrégulière est passible de 15.000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement (L8256-2). Le code du travail prévoit aussi (déjà) l'interdiction d'exercer pendant cinq ans, la fermeture des locaux ou l'exclusion des marchés publics.


-         C'est bien ce qui me préoccupe. Encore que chez nous, tous les travailleurs à situation un peu équivoque passent par l'intermédiaire d'entreprises de travail temporaire.


- Vous savez aussi bien que moi, mon cher Martin, qu'en pratique, les condamnations sont rares. Pourquoi? D'abord, le manque d'inspecteurs et de contrôleurs du travail en charge de repérer les infractions. Il y a seulement 450 inspecteurs du travail pour... 17 millions de salariés et 1,2 million d'entreprises ! De plus, il y a - fort heureusement pour nous ! - un vrai laxisme des tribunaux en matière du droit du travail. Les trois quarts des infractions relevées par l'inspection du travail ne donnent lieu à aucune sanction.

- C'est vrai, mais le danger serait que des inspecteurs zélés et quelques juges inconscients veuillent faire quelques exemples retentissants en s'en prenant à quelques grosses boites. Darcos n'a-t-il pas évoqué la possibilité offerte au préfet d'ordonner la fermeture administrative d'une entreprise employant des sans-papiers ?


- Allons, allons Martin ! Gardez votre sang-froid.  Vous voyez des préfets décider de fermer des entreprises ayant pignons sur rue ? En pleine crise économique, il semble impensable (politiquement et économiquement) d'ordonner la fermeture de grandes entreprises, mettant sur le carreau des centaines de salariés avec et sans papiers. Et puis, nous, nous savons bien que la part de l'emploi de travailleurs sans-papiers dans l'ensemble des infractions constatées pour travail illégal s'élevait en 2008 à 13%, selon le ministère du travail (12% en 2007). Dans le BTP, le pourcentage est de 17%. On est donc loin de l'équation travail illégal = emploi des sans-papiers. Ce serait oublier les heures sup dissimulées, le travail au noir... Mais chut ! En fait, le vrai danger pour nous pourrait venir du problème de la sous-traitance en cascade qui dilue les responsabilités.


- Et oui chère Laurence. Dans le bâtiment par exemple, on se retrouve parfois avec des sous-traitants de 4e ou 5e niveau...

- Eh bien Martin. Les donneurs d'ordre sont alors intouchables sur le plan juridique.


- Oui mais imaginez que, sous la pression de la rue, le gouvernement fasse en sorte que les donneurs d'ordre soient pénalement, financièrement et économiquement responsables de ce qui se passe sous leurs ordres et non pas seulement l'entreprise sous-traitante ?


-         Allons, allons Martin. Vous pensez que notre ami Nicolas serait assez fou pour prendre de telles décisions ?


-         Il est vrai que des élections approchent et que nous avons quelques arguments sonnants et trébuchants particulièrement persuasifs.


-         Vous avez tout compris Martin ! Vous avez tout compris !



 

24/11/2009

Rama Yade fait plier la Sarkozie!

 

1-RAMA-YADE karinevillard.jpg

Elle les a eus ! «Ils » voulaient la parachuter dans le Val d’Oise -  banlieue chaude où « elle aurait fait plus couleur locale », comme « ils » disent en rigolant à l’Hue-aime-pets - alors qu’elle vit dans les Hauts-de-Seine, quartier chicos, fief de la Sarkozie. « Ils » voudraient bien la virer, mais…c’est elle la plus populaire du gouvernement. Alors faut faire avec.

 

Belle comme elle est, qu’est-ce qu’elle fout dans cette pétaudière de vieux tarés fascisants ?

 

Merci à Karinevillard

 

23/11/2009

Triomphante, infinie, vive la CONNERIE, et la main d’Henry.

Qu'est-ce qui compte en ce monde à l'heure d'aujourd'hui ?

Ces gosses par millions qui crèvent dans la nuit

Pour n'avoir à bouffer qu'ordures et racines

Sous le soleil menteur d'une terre assassine ?

Non, vous n'y êtes pas. C'est de la connerie :

Ce qui compte aujourd'hui, ben, c'est la main d'Henry !

 

De quoi parlent aujourd'hui lucarnes et gazettes ?

Des chômeurs sans le sou avec rien dans l'assiette ?

Des vieux abandonnés, répugnants grabataires,

Honteux laissés-pour-compte crevant en solitaires ?

Non, vous n'y êtes pas. C'est de la connerie :

Ce qui compte aujourd'hui, ben, c'est la main d'Henry !

 

Qu'est-ce qui met en émoi présidents et ministres ?

Le climat qui s'emballe vers des demains sinistres ?

L'injustice partout ? La guerre qui menace ?

Les sectes obscurantistes aux odeurs de chiasse ?

Non, vous n'y êtes pas. C'est de la connerie :

Ce qui compte aujourd'hui, ben, c'est la main d'Henry !

 

On abrutit les gens par des jeux imbéciles

Car plus ils seront cons, plus ils seront dociles

César avait le cirque, nous avons le foutebol

Rien dans le ciboulot, et tout dans les guiboles.

Triomphante, infinie, voici la CONNERIE,

Ce qui compte avant tout, ben, c'est la main d'Henry.