Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2014

Ah ! La vache !

vaches à hublot.jpg

 

 

Quelles salopes, ces vaches... Ça rote comme un émir, ça pète comme un gendarme et ça pollue plus que toutes les usines à charbon de la Chine ! Ouais Mossieur ! Quelles vaches ces vaches. Savez-vous que les quelque 1,3 milliard de vaches de la planète (une vache pour cinq humains) pètent et rotent environ 300.000 milliards de litres de méthane par an ! Ce qui représente presque 20 pour cent des émissions de méthane reliées aux activités humaines. Ah ! La vache... Et après ça on me casse les burnes pour mon petit diesel...

 

Mais heureusement le Superman de la Productivité est là ! Le Zorro de la défense de l'environnement veille sur nous. On va te les surveiller ces vaches de vaches. Et de près. De l'intérieur même. Comment ? Vous allez voir.

 

Jusqu'où pousse l'avidité débridée en vue de faire le plus de pognon possible... Je vais vous parler d'un truc qui relègue la corrida au rang de distraction pour jeune fille : les vaches à hublots ! C'est une des dernières trouvailles pour « le bien de l'homme ».

 

Quésaco ?

 

Le magazine « Courrier international » a publié ceci il y a quelques mois :

 

« Vous avez l’estomac bien accroché ? Alors lisez ceci : des vaches suisses sont équipées de hublots pour mieux servir la science. Les bovins de l’Agroscope de Grangeneuve ont un trou de 15 centimètres dans le flanc. Cette ouverture permet d’accéder directement au bol alimentaire pour en analyser le contenu. Pour prélever des échantillons, il suffit de passer le bras dans le trou, comme le montre cette vidéo de la RTS. 

Grâce à cette trappe de visite en caoutchouc, les chercheurs peuvent ”tester la digestion de mélanges d’avoines expérimentaux, et à terme, obtenir une alimentation plus saine”, note la 
Tribune de Genève.

Les vaches helvètes ne sont pas les seules à bénéficier de ce traitement. En France, l’INRA travaille depuis belle lurette des lustres sur des bovins fistulés. Cette pratique permet notamment de plancher sur la production de méthane des bovins. Entre rots et pets, comme chacun sait, les ruminants libèrent une effroyable quantité de gaz à effet de serre. Voilà peu, en Allemagne, des vaches laitières ont failli faire exploser leur étable, relate le Spiegel. La réaction entre une décharge d’électricité statique émise par une machine à massage et le méthane rejeté par les herbivores a déclenché un incendie. »

 

Les Hollandais sont depuis longtemps passé au stade de la production. Grâce à ce procédé « innovant », ils arrivent à fabriquer des vaches qui pissent 100.000 lotres de lait par an. Gràace à ce trou, ils peuvent vérifier la qualité de la digestion des bestiaux, éventuellement ajouter quelques adjuvant, voir quelques hormones, quelques antibiotiques... Bref rien que de bonnes choses qui ,font la qualité des oroduits bataves, « cet autre pays du fromage » !

 

Eh ! En France, l'INRA traille sérieusement la question. Et au fait, qu'est-ce qu'on nous installe en ce moment, quelque part dans le Nord ? Une usine avec mille vaches ? Ouais. C'est ça. Sur le modèle hollandais. Eh ! Les écolos nordistes, faudra aller regarder de près ce qui s'y passe. Par le hublot ?

 

pets de vaches par Topi.jpg

 

 

Liens :

 

http://www.rts.ch/info/regions/fribourg/5588165-dans-le-canton-de-fribourg-les-vaches-a-hublot-intriguent.html

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/vaches-a-hublot-ou-comment-l-inra-52566

http://www.organicagcentre.ca/ResearchDatabase/res_livestock_cowmethane_f.asp

http://www.courrierinternational.com/chronique/2014/02/11...

http://www.terrafemina.com/societe/buzz/articles/34929-va...

 

 Illustrations X - Droits réservés

27/10/2014

« Stress tests » des banques : bonjour l'enfumage !

stress-test dessin.jpg

Les élections au Brésil, en Ukraine, en Tunisie, finalement on s'en fout. Ce qui intéresse nos têtes d’œuf, nos zéditorialistes, c'est que nos chères banques (très chères !) sont entrées en « résistance ». Eh ! Regardez-les, n'ont-ils pas fière allure les dirigeants du Crédit Agricole, de la BNP, de la Société générale, le front ceint du bandeau rouge, ou coiffés du béret du Ché, la kalash à la main ! Parce qu'ils ont réussi haut la main les « stress tests » de résistance des banques. Ouf. On est rassuré... Notre pognon est entre de bonnes (!!??) mains.

 

Les « stress tests », quésaco ? Une konnerie inventée pas les Etatzuniens pour enfumer (rendre confiance !!??) la populace, et qui a été reprise par la BCE. « Ces tests, conjugués à une « revue de la qualité des actifs » (AQR) des banques, visent à mesurer la capacité de résistance des banques à divers scénarios économiques, y compris un scénario « stressé » de récession, de montée du chômage, de chute des prix immobiliers et de ralentissement continu de l’inflation, pour déterminer si elles doivent lever des fonds propres afin de renforcer leur solvabilité. La BCE, qui soumet à ces tests quelque 130 banques de la zone euro, assumera à compter du 4 novembre la supervision de l’ensemble du secteur. »

 

Vous n'avez rien compris ? C'est normal, c'est fait pour ça. C'est de la novlangue. Il ne faut pas que vous compreniez des choses simples.

 

Les grosses têtes de la Banque Centrale Européenne (BCE) ont planché sur un « ratio » clé : le bien connu (!!??) chez les novlanguiens Core Tier One (CET1). C'est quoi ce truc ? Ben, simplement le pognon (fonds propres) que la banque doit avoir en caisse par rapport à ce qu'elle prête (ses engagements). Ce « ratio » (rapport) est, selon la réglementation européenne, de 8%. En clair, ça veut dire qu'une banque peut prêter 100 euros avec seulement 8 euros en caisse ! Le reste alors c'est quoi ? Ben, du vent, du bidon, de la tchatche, de la dette ! Donc, en dessous de ce ratio de 8%, la banque va au piquet ! Pas bonne la banque. Elle vend un peu trop de dettes ! Faut rester correct : pas plus de 92% de dettes !

 

Comment faire pour être dans ce « ratio » ? Il n'y a pas trente manières, il n'y en a que trois :

  • en augmentant les fonds propres grâce aux résultats bénéficiaires de la banque (c'est-à-dire en pompant au max le client) ;

  • en faisant une augmentation de capital (en faisant cracher au bassinet les actionnaires bien gras);

  • en réduisant l'encours de prêts des banques (en serrant le kiki des PME-PMI et des particuliers).

 

C'est ce troisième choix qui est le plus courant. Ainsi, pour réussir ces « stress tests », donc pour passer sous les fourches caudines de la BCE, les banques ont réduit le volume de leurs prêts, en contradiction avec la seule justification de leur existence qui est de financer l'économie. Ainsi, pour réduire leurs propres risques, les banquiers « résistants » mettent en péril les acteurs de l'économie réelle que sont les PME-PMI.

 

Au fait, qui sont ces mauvais élèves ? En France, c'est seulement la très confidentielle « Caisse de refinancement de l’habitat » (CRH). Ailleurs les principales banques recalées sont, en Italie Monte Dei Paschi, Banca Carige, Banco Popolare di Vicenza et Banco Popolare di Milano ; au Portugal la BCP, en Autriche la Österreichische Volksbanken, en Grèce la Hellenic Bank, en Irlande la TSB.

 

Eh ! Á part quelques cancres soigneusement choisis pour ne pas être dangereux, les banques les plus importantes ont toutes réussi. Parce qu'elles ne peuvent évidemment pas échouer à ces « stress tests » bidon. Eh ! Si on nous dit que la BNP, la Société générale, le Crédit agricole ou même la Banque Postale ont échoué à ces « stress tests », quel va être notre réflexe naturel, très sain d'ailleurs : se précipiter le matin même au guichet de la banque et retirer tous notre pognon ! Et qu'est-ce qu'elles font ces banques marchandes de vents ? Elles plongent dans la journée. C'était la fameuse « menace Cantona » (« retirer votre pognon, tous, le même jour » qui les à tant fait trembler. Panique générale, faillites en chaînes, renflouement par l’État impossible, bref le bordel ! Humm ! Quel rêve gourmand... Dès lors, on comprend que l'examinateur (la BCE) y regarde à deux et même trois fois avant de remballer les élèves « too big to fail ».

 

Allez, on leur fait un peu panpan-cucul aux mauvais élèves, mais on va les aider à réussir. Ben voyons, avec notre fric.

 

Illustration X - Droits réservés

 

22/10/2014

Le Filoche a dit la vérité. Il doit être exécuté…

filoche souriant.jpg

 

Total, non seulement ne paie pas d’impôts en France mais, avec les systèmes du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) et du CIR (crédit d’impôt recherche), cette multinationale va, dans les années à venir, toucher un gros chèque de la part…de Bercy !

 

Cette entreprise – première de France, bénéfice 2013 « en baisse de 20% » se chiffrant tout de même à 8,4 milliards - va donc, tout à fait légalement, sans magouiller, simplement en utilisant les lois en vigueur, toucher un chèque de 80 millions d’euros ! Une pissat de lapin pour l’entreprise et pour ses actionnaires…

 

L’entreprise – dont on déplore ces jours-ci la disparition de son PDG, ça ne vous aura pas échappé – a droit à 19 millions d’euros au titre du CICE et à 60 millions au titre du CIR. Ces créances sur l’Etat étant reportables sur l’impôt sur les sociétés dans les trois exercices suivants. Comme Total s’arrange pour ne pas faire de bénéfices en France, très logiquement, l’État va lui envoyer un beau chèque ! 

 

Pris où ce pognon ? Je n’entends pas. Plus fort ! « Dans nos fouilles ! » Voilà. Y en a qui suivent, comme disait Coluche… 

 

Comment il a appelé ça Filoche ? « Sucer le sang… » Oh ! C’est pas joli ça, qu’ils se sont offusqués, les « responsables » de drôôche ! Il faut l’exclure du PS ! Haro sur le Filochard !

 

Moi, je le trouvais plutôt sympa le citoyen Margerie. Solidarité entre moustachus peut-être ? En tout cas il détonnait – en bien –  au niveau du comportement, de l’allure, de sa « mise en scène », avec ses sinistres collègues du caca-rente. Mais c’est tout. La compagnie qu’il dirigeait contribue à la richesse de la France ? Elle en est le porte-drapeau industriel ? Mouais. Sûrement. Mais elle contribue aussi au saccage de la planète, au réchauffement climatique et ne s’est jamais embarrassée de scrupules pour lourder des travailleurs et faire des affaires avec les pires dictateurs de la planète.

 

Alors, comme l’ami Filoche, lorsque j’aurais quelques larmes de trop, je pleurerai…

 

 Photo X - Droits réservés

20/10/2014

AUX FOUS ! AUX VOLEURS ! Dernière Macronnerie en route : la privatisation des réseaux de transport d’électricité et de gaz.

emmanuel-macron-caricature-troll-rayclid.png

 

Vous avez aimé la privatisation des autoroutes, vous piaffez de bonheur devant la privatisation des barrages, vous avez une solide érection en pensant à la privatisation en route…des routes. Bien. Alors vous allez éjaculer de bonheur devant les perspectives jouissives ouvertes par le ministre de l’économie : la privatisation des entreprises des réseaux de transport de l’électricité et du gaz.

 

Hum !!! Y a bon les entreprises de réseaux ! Ce sont RTE, filiale d’EDF et GRTgaz, gestionnaire du transport du gaz, détenu par GDF Suez. Pourquoi y a bon ? Parce que ces entreprises perçoivent une rente extraordinaire : les abonnements aux réseaux ! Que vous utilisiez beaucoup ou peu d’électricité ou de gaz,  vous payez des taxes de distribution et d'entretien, vous payez une partie fixe très conséquente : l’a-bon-ne-ment ! Pour aucun produit, uniquement le droit d’utiliser un réseau payé par le consommateur et le contribuable. Laissez un tel fromage au public ? Quelle horreur ! Gattaz en rêve ? Macron ("Sors de ce corps, Rothschild !") va le faire ! Il l’a déclaré devant un parterre d’« investisseurs » qui en bavaient de plaisir : "Nous avons des infrastructures existantes dans le pays dans plusieurs entreprises publiques de réseau. Notre volonté c'est de les ouvrir ».

 

Que sont ces réseaux ? Ce sont les lignes à haute tension, les lignes de distributions locales, les câbles enterrés qui amènent l’électricité partout sur le territoire. Ce sont les réseaux de gaz. Ils ont été construits depuis des décennies, ils tissent un réseau dense assurant l’égalité des territoires, même les plus reculés, par la volonté politique et la puissance publique. Et il faudrait renoncer à ce contrôle ? Á cette égalité territoriale ? Pour mettre cet instrument de la démocratie dans les mains du privé ? Aux fous !!!

 

Regardez l’exemple de l’eau : lorsque sa distribution en est privatisée, les entreprises (Veolia, Saur, etc.) se gavent et…remettent toujours à plus tard la rénovation des réseaux, ne réparant au coup par coup que ce qui est vraiment trop pourri ou gourmand en fuites d’eau… Regardez le réseau téléphonique : combien de villages retirés sont sans couverture, ou si mauvaise depuis que France-Télécoms a été bradé au privé ! Nous aurons pareil avec l’électricité et le gaz. Les villages retirés du fin fond de la Margeride, des Alpes ou des Pyrénées se taperont sur le ventre s’il y a des problèmes. Ou alors ? Ou alors les entreprises privées qui auront volé légalement ces réseaux imposeront, pour leur entretien ou leur extension, cette formidable machine à pomper le fric du public pour le mettre dans la poche du privé, à savoir les PPP (partenariat public privé).

 

AUX FOUS ! Ou plutôt AUX VOLEURS !

 

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/191014/le-gouver...

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6N0SC2G62014...

 

Illustration : merci à Ray Clid  

 

15/10/2014

Au bistro de la toile : Ségo prend l’autoroute à l’œil…

chimulus bistro copie.jpg

 

- Eh ! Victor, t’as vu : Ségo veut rendre les autoroutes gratuites pendant les ouiquindes ! C’est alléchant pour le gogo, mais un peu démago tout de même pour une ministre de l’écololo de vouloir mettre une peu plus de bagnoles sur les autoroutes le dimanche, non ?!

 

- C’est non seulement démago, mais infaisable puisque des autoroutes sont  privées, et que l’Etat n’a pas les moyens juridiques d’imposer une telle mesure. D’ailleurs Valls (« Sors de ce corps, Sarko ! ») a, vite fait, recadré la Madone du Poitou, lui qui s’apprête au contraire à prolonger les concessions autoroutières en échange d’une fumeuse promesse de financements d’infrastructure routières…

 

- Ah ! Puteng ! Cette fameuse – et fumeuse – privatisation des autoroutes. Un beau scandale ça.

 

 

- Un des plus ignobles scandales de la Cinquième république qui n’en est pourtant pas avare… C'est l'autre bellâtre à nom de canasson, le Galouzeau de Villepin qui a refilé ce bijou de famille aux amis de mes amis. A prix bradé: moins de 15 milliards alors que Philippe Seguin, à l’époque président de la Cour des comptes, estimait leur valeur à au moins 22 milliards! Depuis, les entreprises qui ont touchés le gros lot se gavent littéralement. Autour de deux milliard d'euros chaque année qui passent dans la poche des actionnaires. Un taux de profit de 20% ! Qui dit mieux ? Du caviar à la louche ! Mais n’oublions pas que la privatisation des autoroutes a commencé, partiellement, avec Jospin !!!

 

- C’est d’autant plus scandaleux qu’elles ont été payées par nous, avec nos impôts. Alors que les promesses gouvernementales de l’époque disaient que les autoroutes deviendraient gratuites à la fin de leur financement !

 

- Tè ! Fumes… En voilà une belle enculade sans vaseline! Ces sociétés se goinfrent sur notre dos, en augmentant le prix des péages, en saucissonnant les parcours afin de faire payer plus cher les tronçons les plus utilisés, en supprimant le personnel des péages, en favorisant le télépéage afin d'augmenter le nombre de clients, en rabiotant sur l'entretien des infrastructures. Et cerise sur le gâteau, c'est l'État qui prend en partie en charge le coût des suppressions d'emplois par des préretraites et autres dispositifs.

 

- De plus, ces sociétés autoroutières sont des pourvoyeuses de chômage : il n’y a plus un seul employé aux péages. Que des robots. Avec les problèmes que cela implique si ta carte ne marche pas, ou si tu n’as pas de carte… Il conviendrait de faire payer à ces putengs de robots les taxes qu’auraient payées les employés : sécu, chômage, retraite, etc.

 

- Très bonne idée. Mais ne compte pas trop sur Valls (« Sors de ce corps, Gattaz ! ») pour cela… Sans compter que ces deux milliard de bénef vont pour l’essentiel dans la poche d’actionnaires étrangers ! Alors que si l'Etat était resté propriétaire, c'est lui qui toucherait ce pognon...

 

- Exactement. On touche là une des causes du déficit abyssal des finances de l'État: les bénefs perdus des entreprises privatisées, les autoroutes, mais aussi France-Télécom, Gaz de France, EDF, etc.

 

- Allez, trinquons tout de même à Ségo. C’est moins pire que Valls (« Sors de ce corps FMI ! »)

 

Illustration : Merci à Chimulus

 

02/10/2014

Ce ne sont les potards qui sont les morbachs qui pompent le sang de la Sécu.

pharmaciens manif.jpg

 

 

On a daubé sur leur manif, aux potards ! Bien sûr, nos pharmaciens ne sont pas très représentatifs de la misère du monde. Pourtant, au milieu des nantis qui ont eu le culot de fouler le pavé comme de vulgaires smicards (notaires, huissiers, etc.), ils n’étaient les plus à critiquer.

 

L’intérêt du système actuel est qu’il permet de mailler très correctement le territoire, y compris et surtout dans la France rurale. Permettre l’installation sans contrainte des pharmacies reviendra à créer des déserts pharmaceutiques comme il y a des déserts médicaux. De plus, ouvrir le capital des pharmacies aux groupements de toubibs et aux fonds financiers ouvrirait la porte à des pratiques fort nocives : les toubibs propriétaires de pharmacies n’auront-ils pas une tendance naturelle à pousser à la consommation ? Quant aux fonds de pensions ricains ou autres, ils installeront les pharmacies dans les villes et se foutront comme de leur première magouille des petits patelins du Massif central ou du fond des Alpes… La rentabilité avant tout. Concernant l’ouverture à la concurrence des pseudos médicaments, pourquoi pas. Encore que l’automédication risque d’amener pas mal de monde…dans les hostos ! Ce qui coûtera plus cher à la Sécu que la baisse des prix escomptée.

 

En attendant, intéressons-nous à un problème grandissant qui complique la quadrature du cercle que représente le financement de la santé des Français: le rachat des cliniques privées en France par des fonds de pension étrangers, généralement étazuniens. Avec pour conséquences:

 

- Les cotisations de santé des Français, par l'intermédiaire de la Sécu, servent en partie à financer…les retraites de riches Californiens !

- Si la clinique n'est pas assez rentable elle est fermée ou revendue à bas prix, au détriment de toute logique de démographie de la santé. La seule logique de ces marchands de soupe qui parasitent la Sécu, c’est de faire du fric, beaucoup de fric.

- Les cliniques devant être rentables, elles ne traitent que des pathologies rentables, les autres (gérontologie, réanimation, maladies rares...) sont envoyées sur l'hôpital public, où là aussi une logique libérale est en train d'être appliquée, rendant la prise en charge correcte quasiment impossible. Si vous avez un panaris, la clinique privé vous chouchoutera, vous gardera 25 heures pour pouvoir facturer deux jours à la Sécu…

 

    A l'avenir, si la pente fatale vers la privatisation de la santé n’est pas inversée, il est probable que les assurances de santé — que Bébéar et la clique des ultra libéraux rêvent de voir tomber dans le giron du privé — feront partie de grands fonds de pension internationaux avec une fidélisation des patients dans telle ou telle clinique appartenant aux groupes. Un patient non assuré ou exclu par son assurance verra ses chances de prise en charge correcte largement diminuer.

 

Comme aux Zuhéssa, quand vous vous présenterez à un établissement de santé, on ne vous demandera plus votre Carte Vitale mais…votre carte bleu. Et si elle n’est pas suffisamment chargée, à la porte !

 

Salauds de pauvres ! Et ça voudrait être malade, et se faire soigner en plus ? Non mais…

 

Décadi 10 vendémiaire 223

 

Photo X - Droits réservés

 

 

 

01/10/2014

Deux mille milliards de « dette » ? C’est du bidon…

banquiers voyous.gif

 

Ça y est ! La « dette » de la France a atteint et même dépassé les 2.000 milliards d’euros. Depuis hier, les média(rhées) nous gonflent les aliboffis avec des illustrations de ce que représente cette « dette ». Le nombre d’Airbus, de rames de TGV, le volume de l’Arc de Triomphe en billets de 10, etc.

 

Faux ! Konnerie ! La « dette » ne représente rien pour une raison bien simple : Les banquiers « prêtent » de l’argent qu’ils n’ont pas.  Parce qu’ils ont un ratio de prêt de 9 à 1. Ce qui veut dire qu’ils peuvent prêter 9 lorsqu’ils ont seulement 1 en caisse ! Ils se contentent de passer quelques lignes électroniques et d’encaisser les intérêts. C’est de la pure arnaque à grande échelle.

 

En 2008-2009, avec un plan d'attaque établi dès la fin des années 90 par Goldman Sachs, les banques ont orchestré un risque de banqueroute généralisée suite à la "crise" organisée des subprimes. En réalité, avec quelques mouvements de lobbying et en achetant quelques hauts responsables, les banksters ont amené les dirigeants occidentaux, et particulièrement le président français en la personne de Nicolas Sarkozy, à livrer l'argent public des États dans ces mêmes banques... en empruntant cet argent à qui ? Aux banques que l’État était censé renflouer ! Un truc de oufs… Et l'addition est salée. De moins de 1300 milliards, la France est passée, suite à ce hold-up historique des banques, à plus de 2000 milliards aujourd'hui, soit plus de 700 milliards d'euros. Ceci s'appelle désormais la "crise" de la dette publique. Il faut greffer à ça les intérêts de la dette, donc de l’argent pour enrichir encore plus les banques (et les classes dirigeantes) que nous avions "sauvées". Merci Sarko !

 

La dette est voulue, les déficits sciemment entretenus dans le but de fabriquer le prétexte imparable pour détricoter les acquis sociaux, démolir la démocratie de proximité et détruire la redistribution des richesses !  En a découlé un effondrement des recettes fiscales et sociales, contraignant à plus d’austérité, plus de destruction des services publics et par conséquent… creuser encore et encore la dette. Et en plus culpabiliser le cochon de payant qui "vit au dessus de ses moyens".

 

L’origine de cette dette provient essentiellement de l’arnaque de la loi dite Rothschild-Pompidou, avec la complicité de Giscard. Cette loi scélérate qui a interdit à l’État français de se financer directement auprès de la Banque de France en lui imposant de se financer auprès des banques privées. Celles-ci se finançant auprès de la banque centrale à très faible taux d’intérêt et… « prêtant » l’argent des contribuables à taux bien plus élevé à l’État. La différence va dans la poche de ces banksters et prend le nom de « dette publique ». Ce système inique, cette arnaque gigantesque, a été repris par l’Europe avec les accords de Maëstricht. Cette dette a pour finalité d’asservir les États tout en renforçant le pouvoir des financiers et des rentiers. A noter que cette loi scélérate est concomitante (1973) avec la création de la mafia financière dite « Trilatérale » par Rockfeller et autres banksters

 

Cette dette s’est aggravée dans les années 80. Les dépenses publiques n’ont cessé de croitre, jusqu’en 1996, tandis que les recettes publiques n’ont cessé de décroitre. Depuis les années 1980, la fiscalité sur les ménages les plus riches est passée de 65% à 41%, la fiscalité sur les entreprises est passée de 50% à 33%, et même à 8% pour les grands groupes du CAC40 (caca-rente). Évidement, la baisse des cotisations sociales des entreprises est à l’origine du déficit de la sécurité sociale et de la réforme des retraites. La dette permet un transfert des richesses vers les plus riches, payée par l’ensemble de la population. Les uns hériteront de la dette, les autres de l’argent de la dette. Le système et les inégalités seront ainsi perpétués.

 

Alors que faire ? Gel de ce surcroît de dette d'au moins 700 milliards (la dette « Sarko ») et soumission au référendum pour décider de son annulation pure et simple.

 

Les Islandais l’ont fait. Pourquoi pas nous ? François n’a-t-il pas dit un jour « Mon ennemi, c’est la finance » ?

 

Nonidi 9 vendémiaire 223

 

Illustration X - Droits réservés

 

29/09/2014

Courteline et les « Contrats en alternance » !

courteline ronds de cuir.jpg

 

Parait qu'on manque d'apprentis en France ! C'est une évidence mais ça n'a rien d'étonnant au vu de l'enthousiasme manifesté par les fonctionnaires chargés de renseigner les éventuels candidats.

 

Je laisse parler un mien ami qui a accompagné son petit-fils dans ce redoutable parcours du combattant.

 

- « Mon petit-fils, Nils, veut faire une formation en alternance. Il me demande de l'aider dans ses démarches. Nous allons donc ensemble au « Centre de formation » d'Avignon. »

 

Il faut savoir que, si son petit-fils habite Avignon-rive gauche donc Vaucluse, mon ami habite la rive droite d'Avignon, donc à l'intérieur de la « Communauté de commune du grand Avignon » (COGA) mais...dans le département du Gard, donc dans un autre département et une autre Région... Cette distinction géographique va prendre toute son importance. Je vous passe l'interminable attente, le temps que la préposée à l'accueil réponde au téléphone.

 

« - Bonjour madame. Je viens pour mon petit-fils qui souhaite suivre une formation professionnelle en alternance, et j'ai trouvé une entreprise qui accepte de le prendre. Je voudrais donc connaître la marche à suivre.

 

- Où se trouve cette entreprise ?

 

- Á Saze.

 

- Á Saze ! C'est dans le Gard (mais dans le COGA – ndlr). Alors il faut s'adresser dans le Gard.

 

- Mais madame, je voudrais simplement avoir les documents pour voir les différents aspects et contraintes de cette formation.

 

- Non, Monsieur ! Il faut d'adresser dans le Gard.

 

- Bon. Mais où dans le Gard ?

 

- Je n'en sais rien...

 

- Si vous ne le savez pas, comment voulez-vous que moi je le sache ! Enfin, il me semble que Saze est une commune du Grand Avignon !

 

- Oui, mais c'est dans le Gard.

 

(Mon ami, ancien chef d'entreprise, ayant de fortes accointances suédoises, reste calme, flegmatique mais pugnace)

- D'accord madame, mais les contrats en alternance sont une mesure nationale, les documents sont probablement les mêmes dans toute la France. Je souhaite seulement en avoir une photocopie.

 

(la dame commence à s'irriter)

- Non, Monsieur. On ne peut pas vous donner ça !

 

- Bon. Dans le Gard, où dois-je m'adresser ? Au Centre de formation ? Au Centre d'apprentissage ? Á la Chambre de commerce de Nîmes ?

 

- Peut-être à la CCI qui vous enverra les documents.

 

Très dubitatif sur l'efficacité de l’accès à la filière, mon ami ne baisse pourtant pas les bras. Il avait remarqué, sur le même trottoir, un bâtiment portant une enseigne concernant l'apprentissage. Hélas le « Centre de formation des apprentis régional » avait déménagé. Qu'à cela ne tienne : mon ami et son petit-fils, dans l'après-midi, se rendent, en banlieue avignonnaise, au dit Centre. Après quelques dédales de portes à surmonter, il trouve une personne fort aimable mais...qui le renvoie encore une fois dans le Gard, après lui avoir sèchement refusé de lui donner les documents « Vaucluse ».

- « J'ai trop de travail ! »

 

Mon pote tente d'obtenir au moins une information générale :

- « J'ai entendu à la radio que le chef d'entreprise recevait 1.000 euros par an pour cette formation et que cette prime avait été doublée par François Hollande à partir du 1er septembre...

 

- Ah ! Monsieur, ça change tout le temps. Alors je ne peux rien vous dire »

 

Ouf ! Mon pote a donc dû refaire le parcours...à Nîmes ! Avec succès cette fois.

 

Morales de cette affaire :

 

- Les préposé sont : soit débordés, soit peu motivés.

- Les difficultés pour trouver une entreprise et monter le dossier sont réelles.

- La séparation administrative entre communes d'un même territoire crée des situations proprement kafkaïenne.

- Qu'en sera-t-il lorsque les habitants de la partie « rive droite » donc gardoise du Grand Avignon devront s'adresser...à Toulouse !!!

 

Tiens, je viens d'entendre que les maires du Gard Rhodanien viennent d'émettre une motion demandant le rattachement du Gard...à Provence-Alpes-Côte d'azur. Ce qui simplifierait grandement les choses et gommerait (peut-être ?) ces situations courtelinesques.

 

Septidi 7 vendémiaire de l'an 223

 

Photo X - Droits réservés

 

28/09/2014

Ouiquinde gastronomique redoutable: les anguilles d'Alexis.

catigot d'anguille pour blog.jpg

 

Le métier d'Alexis: facteur, mais en Camargue.

La passion d'Alexis: les taureaux que l'on nargue

En courant la cocarde, le dimanche aux arènes

Pour les yeux de velours d'une belle Arlésienne.

En ces temps difficiles de guerre et de malheur,

Alexis, à vélo, pratiquait son labeur.

Pour livrer dans les mas les colis et les lettres,

Il roulait, chaque jour plus de cent kilomètres.

Il n'hésitait donc pas, pour prendre un raccourci,

À traverser les champs où paissaient les taureaux,

Son vélo à la main, sans beaucoup de soucis,

Car il "sentait" les bioù tout comme un torero.

Or donc voilà qu'un jour, sautant la barricade,

Notre Alexis marchait à travers la manade.

Il venait de quitter les animaux grégaires

Lorsque, venant de loin, un taureau solitaire,

Étalon portugais ombrageux et sournois, ­

Chargea notre facteur, son vélo et ses lettres !

Alexis, razeteur, par un écart adroit,

Évite les poignards meurtriers de la bête.

Le vélo vole en l'air ainsi que la sacoche.

Le taureau la reprend et sa corne l'embroche.

Alors notre Alexis fait son plus beau combat.

Il cite le taureau par le haut, par le bas,

Il virevolte autour des cornes de la bête,

Puis, en un geste sûr, enfin sa main crochète

La musette de cuir de l'Administration.

Le fauve, dépité, a baissé pavillon

Pour se fondre à nouveau parmi ses congénères

Et se faire moquer parmi la gent vachère...

C'est à pieds, son vélo démoli sur l'épaule

Qu'Alexis a fini sa tournée un peu folle...

Il ramenait toujours des fermes et des mas

Quelques lapins de champs, des anguilles bien grasses

Que dans tous les canaux on attrape à gogo.

Le plat qu'il préférait: "l'anguille en catigot".

- Dis donc, ton Alexis, c'était un homme fort!

Mais comment on les fait ces anguilles Victor?

- Tu prends deux, trois anguilles, pas trop grosses, vivantes,

Que tu vas estourbir de manière décente.

N'enlève pas la peau, mais au papier journal

Enlève le mucus du gluant animal.

Les anguilles trop grosses, pèle, ça va de soi.

Vide-les, coupe-les en bouts de quatre doigts

Que tu farineras et mettras à raidir

Dix petites minutes dans un large faitout.

Puis tu sors les morceaux, sales et poivres le tout

Et tu mets de côté sans laisser refroidir.

Dans de l'huile d'olive tu mets à colorer

Deux oignons émincés et deux blancs de poireaux,

Ne laisse pas roussir, tu fais juste dorer.

Mouille d'une bouteille de rouge de Pujaut,

Incorpore girofles, céleri, thym, laurier,

Gousses d'ail écrasées, tomates concassées,

Sel, poivre du moulin, une écorce d'orange

Sommités de fenouil. Et tu cuis ton mélange

Demi-heure à feu doux. Dans une autre sauteuse,

Avec un peu de beurre, dore des champignons

De couches émincés et des petits oignons.

Tu arrêtes, et réserves quand l'odeur est flatteuse.

Quand ta sauce est bien cuite, tu vas éliminer

Thym, écorce d'orange, le fenouil, le laurier,

Puis au moulin légumes il te faut la passer,

Avec la grille fine, qu'elle soit bien lissée.

Range dans le faitout poisson, légume et sauce,

Tu mijotes un quart d'heure pour que les goûts s'exhaussent,

Puis tu sers, décoré de persil vert et gai,

Avec du riz pilaf, mais du riz Camarguais.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire,

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce divin nectar de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne!

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

- 3 ou 4 anguilles de taille moyenne, - 1 verre d'huile d'olive, - 2 cuille­rées à café de sel fin de Camargue, - poivre du moulin, - 2 oignons, - 2 blancs de poireau, - 1 bouteille de vin rouge, - 1 branche de céleri épluchée et hachée, côte et vert, - 4 gousses d'ail, - 4 tomates concas­sées, - sommités de trois branches de fenouil, - thym- laurier, - écorce d'orange séchée, - 1 noix de beurre, - 3 hectos de champignons de cou­che, - 1 demi kilo de petits oignons, - 1 branche de persil, - 1 demi kilo de riz long de Camargue.

 

Les vins conseillés:

Ce plat typique des mas de Camargue s'accorde tout naturellement avec des vins rouges frais tels, en vallée du Rhône: Costières-de-Nîmes, Domazan, Comps, Estézargues, Fournès, Montfrin, Remoulins, Saze, Saint- Hilaire-d' Ozilhan.

En vins du Languedoc: Saint-Saturnin, Cabrières, Cazevieille, Saint­Gély-du-Fesc, Valflaunès.

En vins de Provence: Coteaux des Baux, Coteaux d'Aix, Coteaux varois de Saint-Zacharie, Saint-Maximin, Barjols, Sainte-Anastasie.

 

 

Sextidi 6 vendémiaire 223

 

Illustration originale Vincent Barbantan

 

 

 

25/09/2014

Des forages au gaz de schiste bientôt sur le Ventoux et le Luberon ?

gaz de schiste par Acturatons.jpg

 

 

Levée de bouclier en Vaucluse contre la signature imminente d'un arrété accordant dans le Luberon et jusqu'au Ventoux un « permis de recherche de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux ». Bénéficiaire de ce possible permis : une société suédoise : Tethys Oil AB. Cet arrêté est près à être soumis à la signature de Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie ainsi qu'à celle d'Emmanuel Macron, ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique.

 

Autrement dit on s'apprête à remettre sur le tapis le gaz de schiste ! C'est une « veille citoyenne » qui a permis de débusquer sur le site internet du Ministère de l'écologie ce nouveau projet d'exploration du sous-sol du Luberon, passé soigneusement sous silence. Ni les maires, ni les autres élus locaux n'ont été prévenus. Or ce permis concerne un territoire de 870 km2 sur le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, de Lagarde-d'Apt (Vse) à Sénas (BdR) et de l'Isle-sur-la-Sorgue à Ansouis. Il prévoit des forages de 2000 mètres, avec des derricks de 50 mètres de haut, une circulation conséquente de poids-lourds, l'utilisation de quantités faramineuses d'eau sur des territoires de sécheresse... Bref : l'horreur.

 

On croyait que la loi de juillet 2011 interdisait toute recherche et exploitation du gaz de schiste ! Tè, fume... Cette loi interdit « l'éclatement de la roche pour l'extraction des hydrocarbures ». Nuance. La loi interdit l'extraction par fracturation, mais elle n'interdit nullement de déposer des permis de recherche et d'expérimentation ! Or la fracturation est la seule méthode existant à ce jour.

 

Ségolène Royal, en 2011, lors du débat sur cette loi, se disait « favorable à l'interdiction » de l'extraction du gaz de schiste tant que « la maîtrise de cette exploitation n'est pas garantie ». Elle jugeait « nécessaire de poursuivre la recherche sur les procédés d'extraction propres à long terme ». Une ambiguïté qui ne peut que conforter les inquiétudes...

 

Chacun sait que si ces grands altruistes que sont les compagnies pétrolières forent pour « explorer » et qu’ils trouvent ce qu’ils cherchent, ils sauront faire en sorte que les permis d’explorer se transforment en permis d’exploiter. « Avec des méthodes propres » clament les politiques tous favorables sans le dire ! Ben voyons ! Les compagnies européennes – dont évidemment la suédoise Tethys Oil AB - se sont toutes acoquinées avec des compagnies américaines, seules détentrices de la méthode d’extraction de ces gaz délétères. Or le seul procédé existant est celui de la ravageuse fracturation qui fait tant de dégâts aux États-Unis.

 

cul au ventoux.jpg

 

 

Verrons-nous bientôt des derricks dans les terrains de jeu des bobos du Luberon ? Des torchères sur les pentes du Ventoux ?

 

Qui lo sa ? Ouate-Inde-scie...

 

 

Quartidi 4 vendémiaire 223

Photos X – Droits réservés

 

21/09/2014

Ouiquinde gastronomique de fin d'été: la morue.

truffade de morue pour internet.jpg

La truffade de morue

Avoir du poisson frais, aujourd'hui est banal
Même si l'on habite loin du littoral.
Cependant bien souvent, dans les grandes surfaces,
Le frais est remplacé par le froid de la glace,
Si bien que pour le nez, l'étal du poissonnier
Fait penser que le "pei" (1) a dû venir à pieds!
Avant l'avènement du sous-vide attrayant,
Du surgelé vainqueur, du frigo triomphant,
Le seul poisson des provençaux de l'intérieur
N'était pas le plus cher, n'était pas le meilleur,
C'était la "merlusso" (2), c'était la morue sèche
Que les rudes bretons faisant la Grande Pêche
Venaient, par tombereaux, troquer contre le sel
À Salin-de-Giraud, Aigues-Mortes ou Lunel.
Ah ! il fallait les voir tous ces rugueux rouliers
Descendant en convois par chemins et halliers,
Poussant à coups de gueule, coups de fouets, coups de pieds,
Leurs grands chevaux fumants tractant leurs lourds fardiers.
Quand les jours étaient longs et qu'ils étaient pressés,
Ils dormaient à la dure, dehors, dans les fossés,
Et lorsqu'ils emplissaient les auberges routières
Pour boire et pour bâfrer, pour rire sans manière,
Ces hommes au sang chaud et à la poigne leste
Jouaient du poing, du fouet pour la moindre conteste.
Les convois descendant amenaient la morue
Fournie par la Bretagne et ses marins bourrus.
Les convois remontant en un grand carrousel
Vers les ports océans étaient chargés de sel.
De ce commerce ancien sont nées des accointances
Entre gens de Bretagne et gens de la Provence.
C'est ainsi que naquit la morue en truffade
La "merlusso'n raïto » " (3) ainsi que la brandade.

Fais dessaler, petit, une morue épaisse
Vingt-quatre heures au moins en changeant l'eau trois fois,
Ôte peau, cartilage avec délicatesse,
Puis tu coupes, en portions, mais en faisant bon poids.
Dans de l'huile d'olive tu feras revenir
Deux oignons émincés sans les faire roussir,
Ajoute trois tomates pelées, mondées, hachées
Trois belles gousses d'ail, du thym et du laurier
Du poivre du moulin, safran, zeste d'orange,
Mais surtout pas de sel. Tourne bien ce mélange
Qu'après tu vas mouiller avec deux litres d'eau.
Ajoute douze "truffo" (4) coupées grosso-modo.
Les "truffo" par chez nous sont les pommes-de-terre,
Les véritables truffes, elles, sont les "rabasso" (5),
Joie des meilleurs gourmets ainsi que des pourceaux,
Et des chiens "rabassié" (6) qui les sentent sous terre.
Tu fais cuire à feu vif, surveille la cuisson
De tes pommes-de-terre. Goûte. Lorsqu'elles sont
Cuites à mi-parcours, avec une écumoire
Tu déposes dessus tes morceaux de morue.
Complète la cuisson à feu vif maintenu
Tu rectifies en goût, un canon tu vas boire.
Tu sers dans chaque assiette la morue, les patates,
Tu purges le bouillon de tous ses aromates
Et tu le sers à part, en soupière fumante.
Enjolive ton plat de façon élégante
En piquant ça et là quelques brins de persil.
Qui l'agrémenteront de leur parfum subtil.
Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire,
Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre
De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône
Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

VictorAyoli



(1) Pei".. poisson. (2) Merlusso .. morue. (3) Merlusso'n raito" .. morue aux pommes-de-terre. (4) Truffo.. pommes-de-terre (on dit aussi "tartifles "). (5) Rabasso .. truffes véritables (melanosporum).
(6) Chiens rabassié .. chiens truffiers.



Ingrédients et proportions pour six personnes:
- 1 morue sèche de 600 g environ, - 3 cuillerées d'huile d'olive, - 2 oignons émincés, - 3 tomates, - 3 ou 4 gousses d'ail triées, - thym, - laurier, - safran, - poivre, - zeste d'orange, - 12 pommes de terres, - 3 branches de persil plat.

Les vins conseillés:
Tous les vins rosés. En vallée du Rhône: Tavel, Lirac, Jonquières-St-Vincent, Chusclan, Ventoux, Luberon, Valréas, Roaix, Gaujac, Domazan, St-Victor-la-Coste, Remoulins.
En vins du Languedoc: Saint-Saturnin, Saint-Drézery, Saint-Christol
En vins de Provence: Côtes-de-Provence, Coteaux varois.

 

Dernier jour complémentaire ("sans-culotide") dit "jour des récompenses" de l'an 222

 

Illustration originale Vincent Barbantan

17/09/2014

« L'appel de Paris » des musulmans de France

appel musulmans modérés.jpg

 

 

Des responsables musulmans français affichent leur unité dans la condamnation des exactions commises en Irak et en Syrie par l'Etat islamique, qualifié d'«organisation terroriste», et lancent un appel « aux jeunes musulmans de France qui seraient tentés d’aller combattre » à leurs côtés.

 

Cet « Appel de Paris » est enfin une prise de position claire de nos compatriotes musulmans. Jusqu'à maintenant leur silence face aux exactions des nazislamistes irritait beaucoup de monde. Silence des responsables musulmans ou...silence des médias occultant (pourquoi ? pour qui?) ces prises de positions ?

 

Bravo et merci à eux. Relayons au maximum cet appel de paix :

 

« Nous, responsables musulmans de France, signataires du présent appel :

Nous condamnons fermement les exactions commises par l’organisation « Daesh », connue sous l’appellation « Etat Islamique » (EIL), à l’encontre des civils en Irak et en Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les kurdes, les turcomans, les musulmans chiites ou sunnites, les humanitaires, les journalistes et les reporters.

Nous considérons que cette organisation, en dépit de son appellation usurpée, n’a rien ni d’Etat ni d’islamique. Ses actions criminelles et barbares, dont les décapitations macabres des deux journalistes américains James Foley et Steven Sotloff et de l’humanitaire britannique David Haines, d’une cruauté et d’une violence insoutenables, sont en totale contradiction avec les principes élémentaires de la religion musulmane.

Nous saluons la réaction spontanée, responsable et unanime des musulmans de France et de leurs imams qui ont condamné fermement les actes abjects du groupe terroriste «Daesh ».

Nous saluons la position des autorités chrétiennes, qui tout en condamnant les exactions perpétrées contre les chrétiens d’Irak et de Syrie, refusent toute instrumentalisation de cette tragédie et soulignent que les musulmans sont également victimes de cette organisation terroriste.

Nous appelons tous les citoyens épris de paix et de justice quelle que soit leur religion ou leur conviction à afficher, aujourd’hui plus que jamais, leur unité face au terrorisme et à la barbarie et à œuvrer sans relâche pour que le dialogue et la solidarité entre eux puissent faire barrage aux adeptes de la prétendue « guerre des civilisations ».

Nous réitérons notre appel aux jeunes musulmans de France qui seraient tentés d’aller combattre aux côtés de ces terroristes, de prendre conscience de l'ampleur de la gravité des crimes dont ils pourraient se rendre complices, ainsi que de la lourde responsabilité, devant Dieu et devant l'Humanité, d’une telle complicité.

Face à l’ampleur des crimes commis par « Daesh » et l’importance des moyens matériels dont elle dispose, nous appelons la communauté internationale à diligenter une enquête afin que soient déterminés les responsabilités des soutiens de cette organisation terroriste ainsi que l’origine de ses moyens.

Nous demandons aux musulmans de France d’apporter leur aide aux exilés, notamment à ceux présents en France, d’élever des prières, tous les vendredis, pour le repos des âmes de toutes les victimes et implorer le Très Miséricordieux afin qu’Il accorde Son Aide et Son Soutien à ceux qui souffrent des actes de cette organisation terroriste. »


Signataires

Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), représenté par Ahmet Ogras, président.

Fédération française des associations islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA), représentée par Cheikh Moussa Touré, président.

Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP), représentée par le Recteur Dalil Boubakeur, président.

Foi et Pratique, représentée par Hamadi Hammami.

Grande Mosquée d’Evry-Courcouronnes, représentée par le Recteur Khalil Merroun

Grande Mosquée de Lyon, représentée par le Recteur Kamel Kabtane

Grande Mosquée de Saint-Denis de l’île de la Réunion, représentée par Aslam Timol

Rassemblement des musulmans de France (RMF), représenté par Anouar Kbibech, président.

Union des mosquées de France (UMF), représentée par Mohammed Moussaoui, président

Union des organisations islamiques de France, représentée par Amar Lasfar, président.

 

 


Photo X – Droits réservés

 

1er jour complémentaire dit « de la vertu » de l'an 222

 



 

 

 

 

 

12/09/2014

Abrutir les masses pour mieux les manipuler…

foule patates.jpg

 

Le bourrage de crâne sévit à haute dose. Sur l’Ukraine, sur la Russie, sur la dette, sur les « montres branchées », sur les Chinois, sur la Syrie, sur Israël, etc. Il y a toute une science de la manipulation des masses.

En voici les « 10 commandements » qui aident à imposer aux gens une société qui les prive de leur libertés en les empêchant de s’en rendre compte par exemple en détournant leur attention sur des sujets futiles ou en leur faisant croire que ce sont des mesures nécessaires pour les protéger, tout en causant sans le montrer ce qui nécessite ces mesures de protection.

 

1/ La stratégie de la distraction. Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser ; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles ».

 

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions. Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

 

3/ La stratégie de la dégradation. Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

 

4/ La stratégie du différé. Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

 

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge. La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion. Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

 

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise. Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité. Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

 

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité. Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution !…

 

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes. Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.


Sources:

lien1

lien2

  

Illustration : lien

Sextidi 26 fructidor 222

07/09/2014

Ouiquinde gastronomique: l'AÏOLI !

Aïoli pour web.jpg

 

A.A.A., c’est le sigle glorieux d’une docte académie dont je fus l’un des honorables membres fondateurs ! C’est l’Académie des Amoureux de l’Aïoli. Une redoutable organisation qui encense ou déclasse les cuistots qui confectionnent la Sauce Suprême au cours d’assemblées plénières plus que mémorables puisque se déroulant généralement à…Châteauneuf-du-pape !

 

Je vous donne donc la recette de l’Aïoli des Académiciens :

 

L'Aïoli des Académiciens

 

Aïoli! Mot sonnant comme un salut gaillard!

D'Avignon à Marseille il est un étendard.

Emblème culinaire en terres de Provence

Il engendre gaieté, amour et pétulance.

Pour unir ceux qui l'aiment, il est avantageux

Tant son parfum puissant éloigne les fâcheux.

L'aïoli est en soi un éloquent symbole

Des valeurs des pays où court la Farandole:

L'or de l'œuf est fortune, rondeur, fécondité,

L'ail est puissance mâle, santé, virilité

Quand à l'huile d'olive, impériale maîtresse

C'est elle l'unité, l'harmonie, la richesse.

L'aïoli est parfait quand lou trissoun ten dré (l),

Quand le pilon de bois, dans la sauce dorée,

Tient droit tel Priape redoutable et vainqueur

Dans l'onctueux parfum qui chavire les cœurs.

L'Académie des Amoureux de l'Aïoli,

Chaque année, réunie en un conclave, élit

Parmi les cuisiniers du pays des cigales

Celui dont la recette lui paraît idéale.

Voici celle que fait, lors de grandes agapes,

Henry Estévenin, de Châteauneuf-du-Pape.

Truculent moustachu, buveur et quintalien (l)

Il est le "Grand Aillé" (2) des Académiciens.

Pour que ton aïoli soit de bonne facture

Tout doit bien être à la même température :

L'huile, l'ail et les œufs, le mortier, le pilon

Sont préparés la veille ou le matin selon

Que tes invités viennent dîner ou souper:

Car voilà un travers qu'il convient de stopper,

On n'est pas dans le nord, c'est à midi qu'on dîne

Et le soir que l'on soupe en terres comtadines!

Pour six convives il te faut douze gousses d'ail

Dont tu ôtes les germes pour faire un bon travail.

Quatre beaux jaunes d'œuf, du sel, du poivre blanc,

Beaucoup de jus de coude et un pichet de blanc.

Le vin, dans l'aïoli, ce n'est pas pour la sauce

Mais pour le cuisinier dont la soif est très grosse!

À l'aide du pilon, dans un mortier de marbre,

Tu écrases en pommade ail et sel, sans palabre.

Tu mets tes jaunes d'œufs et tu tournes, tu tournes,

Qu'aucune distraction, jamais, ne te détourne,

Pendant deux, trois minutes pour tout bien mélanger.

Puis laisse reposer dans un coin ombragé,

Juste le temps de boire deux ou trois bons canons

Avec tes acolytes, devant le cabanon.

Reprend ton appareil et coince le mortier

Entre tes deux genoux, et serre volontiers.

Éloigne les badauds et concentre-toi bien,

C'est là que ça se passe: ou c'est tout, ou c'est rien!

Tu commences à verser ton huile goutte à goutte

En tournant de bon cœur, d'un seul sens, tu t'en doutes.

Si tu suis la recette très rigoureusement,

L'émulsion doit se faire assez rapidement.

Quand l'aïoli a pris, verse en un fin filet

Ta bonne huile d'olive. Mais pas sur ton gilet!

Maintiens ton mouvement régulier jusqu'au bout

Ne mollit pas surtout. S'arrêter, c'est tabou.

Si elle est réussie, elle doit être épaisse,

Onctueuse, dorée, mais pleine de finesse.

Le pilon, en son sein, tient droit sans se vautrer.

Présentant ton chef d’œuvre, dit: "Lou trissoun ten dré" !

Traditionnellement, l'aïoli accompagne

La morue dessalée, seul poisson des campagnes.

Fait-là tremper deux jours dans de l'eau fraîche et claire

Que tu changes souvent sans souci des horaires.

En de belles portions il te la faut trancher,

Juste avant de servir tu la feras pocher.

Fais bouillir à l'avance œufs durs et escargots,

Du chou-fleur, des carottes et de verts haricots,

Des patates, bien sûr, une pleine fourchée

Que, pas plus que les œufs, il ne faut éplucher.

Sers ces aliments chauds dans des plats séparés

Et, trônant au milieu, l'aïoli vénéré.

Que boire avec ce plat? La question reste ouverte.

Sur ce point important, l'Académie concerte.

Du rouge, du blanc sec, ou même du rosé

Si c'est servi bien frais, on peut tout écluser.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz-bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

© VictorAyoli

 

in : Le bonheur est dans l’assiette et dans les ver(re)s

 

 Illustration Vincent Barbantan

 

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

 

Pour la sauce: - six gousses d'ail, blanc de préférence, desquelles vous enlever les germes, - deux cuillerées à café de sel fin, - quelques tours de poivre blans du moulin, - deux jaunes d'œuf, - trois-quarts de litre d'huile d'olive vierge extra A.O.C. Vallée des Baux.

Attention: faites en sorte que tous ces ingrédients soient à la même tem­pérature. C'est primordial pour prévenir tout ratage (on dit alors, si ce malheur arrive, que l'aïoli a "cagué").

Pour le plat: - un kilo de morue sèche que vous ferez dessaler, - un kilo de carottes, - un kilo de haricots verts, éventuellement quelques bettera­ves rouges, - douze œufs durs, - trois douzaines d'escargots de mer (les "bioù", escargots dont la coquille présente des cornes), - trois douzaines d'escargots des garrigues provençales, - 3 kilos de pommes de terre cui­tes à la vapeur.

 

Les vins conseillés

 

L'Académie des Amoureux de l'Aïoli, autorité incontestée en la matière, a longuement travaillé - verre en main - sur le délicat problème des vins les plus aptes à accompagner l'aïoli.

Le poisson qui en constitue une partie essentielle incite à pencher pour des vins blancs secs. Les légumes cuits à la vapeur appellent des vins rosés. La délicatesse des fragrances de l'huile d'olive s'accommode fort bien de vins rouges charpentés. Mais la puissance de la sauce dominée par l'ail ne s'accommode que... d'eau prétendent certains Académiciens. Il faut savoir raison garder: on ne peut tout de même pas aller jusqu'à de telles extrémités.

Essayez donc des blancs de Cassis, Châteauneuf-du-Pape, Cairanne, Rochegude, Picpoul de Pinet ; des rosés de Tavel, Chusclan, Valréas, Vaison­la-Romaine, Côtes-de-Provence; des rouges de Vacqueyras, de Lirac, de Sablet, de Rasteau, de Violès, des Costières de Nîmes.

 

(1)  "Lou trissoun " :  c'est le "pilon", la pièce de bois qui sert à piler les ingré­dients dans le mortier et à "monter" l'aïoli. Lorsque la sauce est réussie, "lou trissoun ten dré" - le pilon tient debout dans la sauce ferme et onctueuse.

(2) Quintalien : personnage de poids, ayant tourné le quintal.

(3) "Grand Aillé" : grade suprême dans la hiérarchie de l'Académie des Amoureux de l'Aïoli.

 

Primidi 21 fructidor 222

  

04/09/2014

Ganelon m'a chié dans les bottes.

Hollande mains jointes.jpg

 

 

Que vois-tu, Ganelon, passant devant ta glace ?

Peux-tu, sans sourciller, te regarder en face ?

L'image que t'envoie le terrible miroir

Est celle d'un menteur, d'un fossoyeur d'espoir.

Trahir ! Trahir ! Trahir !

Dissimuler, mentir.

 

N'as-tu pas proclamé, pour conquérir la France

« Mon ennemi, à moi, eh bien c'est la finance ! »

Alors, pour mépriser le populo inquiet

Tu places, à Bercy, un « Rothschild », un banquier...

Trahir ! Trahir ! Trahir !

Dissimuler, mentir.

 

« Nous allons inverser la courbe du chômage

Dès la fin de l'année », disais-tu, sans ambages.

Et que fait ton ministre, ton larbin sans honneur ?

Il déclare la guerre et la traque aux chômeurs...

Trahir ! Trahir ! Trahir !

Dissimuler, mentir.

 

De Gaulle, Mitterrand, grands serviteurs de France

Veillaient jalousement sur notre indépendance.

Toi tu lèches le cul des Yankees, de l'Otan

Larbin sans dignité, pantin inconsistant

Trahir ! Trahir ! Trahir !

Dissimuler, mentir.

 

Que dire de l'affront que tu fais à Poutine...

Tu lui dois deux bateaux, et pas quelques sardines !

Tu perds un bon client, qui de plus paie comptant,

Saccageant le crédit du pays pour longtemps.

Trahir ! Trahir ! Trahir !

Dissimuler, mentir.

 

Tu as même trahi, humilié ta femme,

Te montrant sans honneur, un vil goujat infâme.

Et tu m'as trahi MOI, ton fidèle électeur !

Un parmi des millions, qui feront ton malheur.

Tu peux bien nous trahir,

Pas nous anéantir !

 

Octidi 18 fructidor 222

 

Photo X - Droits réservés

 

03/09/2014

Vignerons français, serrez les miches ! Bientôt les vins belges, anglais et suédois ?

chimulus bistro copie.jpg

 

« Á boire, à boire, à boiiiire

 Á boire Tavernier! »

 

- Oh ! Victor, t'as un bel organe ! C'est le temps des vendanges qui te met de bonne humeur je suppose !

 

- Eh! Loule, y a de ça. Il est bon ton rouge. Après t'avoir caressé le clapoir, il te glisse délicieusement vers le cimetière à andouillettes en te réchauffant les tuyaux que c'en est un bonheur.

 

- Côtes-du-Rhône Victor! Côtes-du-Rhône!

 

- Seulement, en sortant de ton merveilleux antre de perdition après deux canons, je risque – si je conduis et me fais contrôler par les lollis – d'y laisser le permis...

 

- Tu risques pas grand chose: tout ce que tu conduis, c'est tes panards qui marchent en canard! Tè! A la tienne!

 

- Ce que je reproche à mes potes vignerons, c'est de faire des vins trop forts en alcool. Le moindre Côtes-du-Rhône titre 14°. Trop lourd.

 

- Moi, je préfèrerais proposer des vins à 11 ou 12°. Mais ça se trouve de moins en moins, et jamais en A.O.C. Il y a vingt ans, seuls les Châteauneuf-du-pape et les Gigondas titraient 14°. Maintenant, c'est la majorité des vins. Je vends ce que j'ai...

 

- Bientôt, Loule, tu pourras vendre des vins scandinaves, belges ou anglais!

 

- Dieu – enfin, Bacchus! - me garde, Victor ! Ne profère pas des insanités pareilles!

 

- Pas du tout Loule. Des gens de l'Inra se sont penchés sur le problème et ils estiment que la précocité des vendanges - et la teneur à l'alcool qui en résulte - sont liées au réchauffement climatique, un phénomène susceptible de bouleverser la viticulture traditionnelle qui pourrait aller jusqu'au « grand chambardement ».

 

- Què chambardement?

 

- La date des vendanges est liée aux températures d'avril à septembre. Les études agronomiques mais également historiques le confirment : l'avancée actuelle est liée en quasi-totalité au réchauffement climatique. Dans le temps, lors des années froides, c'était la catastrophe, il fallait mettre du sucre dans le vin qui n'était pas suffisamment alcoolisé ; c’était la « chaptalisation ». Mais depuis dix ans, on constate une augmentation du degré alcoolique des vins, c'est très net, partout. Ce qui était du 11 degrés avant, c'est du 13 degrés maintenant. Et chez nous, c'est même du 14 et 15°. Ça pose problèmes...

 

- Eh! Même les gens qui ont le gosier en pente, comme toi, lèvent moins facilement le coude à l'heure de l'apérobic. Pauvre de moi...

 

- Les professionnels du vin sont inquiets. Dans un premier temps, un léger réchauffement climatique c'est plutôt positif pour le vin. Jusqu'à 1 ou 2 degrés Celsius de plus, on peut penser qu'en modifiant les conditions de conduite de la vigne, on pourrait garder les productions traditionnelles et leur valeur de terroir. Mais au-delà c'est le grand chambardement. Pour les politiques, l'objectif est de limiter le réchauffement à deux degrés, seuil à partir duquel les impacts commenceraient à devenir dangereux pour les activités humaines. Pour la vigne, deux degrés, c'est le moment où cela commencerait à basculer. Si le réchauffement atteignait 5 ou 6 degrés en moyenne mondiale - ce qui se produira si les tendances actuelles se poursuivent - on pourrait trouver de la vigne dans le sud de la Suède, comme les vignobles qu'on commence à avoir en Angleterre, en Belgique, aux Pays-bas. Et ici, on plantera des palmiers à huile…

 

- Tè! Victor, l'année prochaine, je te servirai du véritable Knock-le-Zout-Village, du Manchester Grand Cru classé ou des Premières Côtes de Stockholm !

 

 

Septidi 17 fructidor 222

 

Illustration X – Droits réservés

28/08/2014

Bilderberg gouverne la France !

bilderberg-2014.png

 

Cette fois, on y est. Je viens de subir le dégueulis ultralibéral de France-Inter, de Seux à Legrand, sans oublier évidemment Cohen plus Léa je sais pas quoi et Guetta. On voit que le premier sinistre donne le ton : c'est à droite toute... Salut Mermet ! Tu as été pendant des années la seule bouffée d'air frais de ces machines à décerveler, mais c'est pourtant sous un gouvernement de gôôche qu'a été supprimé ton émission qui, dans les têtes d’œufs qui nous pressurent à défaut de nous gouverner, n'était qu'un alibi. Alors, en rogne, je passe sur France-Culture : et je subis...Gattaz ! Merde.

 

Tè ! Je vais vous parler de la nouvelle coqueluche de ces médiahrées, Emmanuel Macron. Gueule de premier de la classe, propre sur lui, formaté chez Rothschild – tout comme Pompidou, le très nuisible « inventeur » en 1973 de la loi bancaire dite « loi Rothschild » qui a livré l'économie française aux banksters. Ce brillant jeune homme a été élevé chez les jésuites, ces maîtres es-hypocrisie. L'éducation des « bons pères » dirige vers le conservatisme le plus étroit. C'est le système de l'obéissance absolue qui supprime toute liberté de penser, toute spontanéité, toute originalité. Chez les « jèzes » il est inconcevable d'ouvrir des voies nouvelles. Macron, c'est l'allégeance absolue au Medef et pire, aux mafias de la finance internationale, du groupe Rothschild à Goldman & Sachs. Voilà déjà un solide brevet de républicanisme ! Bonjour les dégâts...

 

Remarquez il n'est pas le seul : son patron, Valls, sort du même moule jésuitique. Macron, c'est aussi l'ENA, cette machine à fabriquer des parasites incompétents. Et puis, tiens, tiens ! Que trouve-t-on en regardant la liste des participants français de l'édition 2014 du groupe Bilderberg qui s'est tenue au Danemark en mai ? Et bien on trouve « Macron Emmanuel – Deputy Secretary General of the Presidency » et, un peu plus loin, on trouve « Pellerin Fleur – State Secretary for Foreign Trade ». Eh ! Ça promotionne sérieux d'être adoubé par la mafia de Bilderberg ! Tu parles : Bill Clinton, Lionel Jospin, José Manuel Barroso ont été systématiquement invités l’année précédente de leur élection ou de leur nomination.

 

Au fait, Bilderberg, quésaco ? Le Groupe de Bilderberg est un groupe discret, presque secret, qui a été fondé par en 1954  à l'Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l'invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, ancien Nazi, co-fondateur du Groupe avec David Rockefeller. Ce « club » est sans doute le plus puissant des réseaux d'influence. Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, des responsables de l'armée ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires. C’est un véritable gouvernement mondial occulte. Ses orientations stratégiques peuvent concerner l’initiation d’une crise économique ou d’une phase de croissance, les fluctuations monétaires et boursières, les alternances politiques, les politiques sociales, la gestion démographique du globe et même le déclenchement d’une guerre.

 

Les « Maîtres du Monde » — c’est ainsi qu’ils se nomment entre eux ! — considèrent qu'une majorité de la population est inutile ou non-rentable. La plupart des « citoyens ordinaires » ont une valeur négative pour le système économique. Par ailleurs, sur le plan écologique, la population consomme actuellement trop de ressources et génère trop de pollution.

 

Une solution serait que l'humanité renonce à la société de surconsommation et aux profits qu'elle permet de générer. Pour les « Maîtres du Monde », cette solution est inacceptable.

 

Une seconde solution serait que l'humanité investisse massivement dans des nouvelles énergies et des nouvelles technologies qui dégraderaient moins l'environnement. Mais cela coûterait cher, sans réduire le danger d'instabilité sociale. Pour les « Maîtres du Monde », cette solution est aussi inacceptable.

 

Les « Maîtres du Monde » ont donc choisi une troisième solution : permettre aux plus favorisés de conserver les avantages d'une société industrielle hautement polluante, mais réduire la pression globale sur l'environnement et les risques d'instabilité sociale en ramenant la population mondiale à moins d’un tiers de ce qu’elle est actuellement avant la fin du 21ème siècle.

 

Grâce à la robotisation, à l'informatique, et à l'intelligence artificielle, la production et le transport de l'énergie et des marchandises pourront bientôt être effectués presque entièrement par des systèmes automatiques. Le nombre de personnes réellement nécessaires au bon fonctionnement du système productif est largement inférieur au nombre de salariés actuels. Surtout si la demande globale en ressources est réduite par l'élimination de la population inutile.

 

Une guerre d'élimination contre la population mondiale a donc commencé. Les humains devenus inutiles ne sont pas éliminés dans des camps de concentration, mais en leur supprimant progressivement l'accès à l'espace vital, à la nourriture, à la santé, à l'éducation, à l'information et à l'énergie. L'accaparement des terres agricoles du monde, la fluctuation à la hausse des prix alimentaires, la suppression ou la réduction des allocations-chômage, la baisse des retraites, le démantèlement des systèmes d'éducation et de santé publique et la privatisation du marché de l'électricité sont autant de mesures récentes qui vont dans ce sens.

 

Les pauvres, les précaires et les exclus sont condamnés à une mort lente et discrète, par la misère, la malnutrition, la maladie ou le suicide.

 

La population en excès pourra aussi être éliminée par des épidémies (dissémination délibérée de virus dans l'air, l'eau ou l'alimentation industrielle) et par des guerres.

 

Ça ne vous rappelle pas des événements très actuels ? Ebola, H1N1... Gaza, Ukraine, Syrie, Irak...

 

Au fait, VALLS Emmanuel, tout comme avant lui HOLLANDE François ont eux aussi été « invités » et adoubés à Bilderberg...

 

Primidi 11 fructidor 222

 

Illustration X – Droits réservés

 

17/08/2014

Gastronomie estivale : La soupe au pistou

soupe pistou pour blogs.jpg

 

Comment peut-on servir, les soirs de canicule

Une soupe brûlante sans être ridicule?

Et pourtant, en Provence, terre où l'on ose tout,

Il en existe une: c'est la soupe au pistou.

Nous l'avons héritée de nos amis niçois,

Eux-mêmes la tenant de nos cousins génois.

C'est vrai que de chez nous, l'Italie est bien proche,

Le cœur, les chants, le goût, presque tout nous rapproche.

« Pistar », c'est « écraser » en langue provençale.

Et le fameux « pistou » dont chacun se régale

C'est l'ail, le basilic, le fromage mêlés

Dans le mortier de marbre, et simplement pilés.

Le basilic, chez nous, ce n'est pas le « pistou »

Mais c'est « lou balicot ». Voilà. Un point, c'est tout !

-        Oh ! Doucement, Victor ! Tu as les arcanettes ? (1)

Respire, bois un coup et dis-moi ta recette !

- Tu as raison, petit, fais péter le bouchon !

Pour une bonne soupe, il te faut du cochon.

Une couenne, un pied, un petit jambonneau

Que tu vas nettoyer et que tu mets en eau

Froide dans un faitout, puis que tu fais bouillir.

Tu laisses demi-heure et souvent tu écumes.

Pendant que ça cuira, épluches tes légumes:

Des haricots blancs, verts, rouges. Et sans mollir.

Quatre grosses courgettes, quatre belles tomates

Mondées, épépinées, et cinq ou six patates.

Dans ta viande qui bout, mets tes légumes entiers,

Sale et fais cuire une heure. Prépare ton mortier.

Du sel, dix gousses d'ail, deux pieds de basilic,

Qu'avecque ton pilon, cet emblème phallique,

Tu écrases en pommade. En tournant vivement

Verse l'huile d'olive, et ne soit pas feignant.

Rajoute trois tomates pelées, mondées, hachées,

Enfin du parmesan ou de l'édam râpé.

Vérifie si la viande est correctement cuite,

Et rectifie le goût. Écoute bien la suite:

Avec une écumoire, sors patates, courgettes

Que tu vas écraser avec une fourchette.

Elles te serviront de liant pour ta soupe.

Enfin tu mets les pâtes. Pour pas que tu les loupes

Tu les tastes souvent et tu les cuis « al dente ».

Quand c'est prêt, hors du feu, dans l'oulo qui chuinte,

Introduis ton pistou en mélange homogène

Directement à table, comme l'on fait à Gênes.

Respire ce parfum d'ail et de balicot,

Qui transcende cochon, tomates, haricots !

Cette soupe est un plat complet à elle seule,

Qui ravit les gourmets et les plus fines gueules.

Cessons pour aujourd'hui ce conte culinaire

Ma tripe est assoiffée, remplis raz bord mon verre

De ce nectar divin de la Coste-du-Rhône

Et laisse près de moi la coupe et la bonbonne.

 

Ingrédients et proportions pour six personnes:

Pour la soupe: - 1 couenne, - 1 pied, - 1 jambonneau de cochon, - 150 g de haricots blancs secs, - 100 g de haricots rouge (ces haricots seront mis à tremper une nuit), - 500 g de haricots verts frais, - 4 ou 5 belles courgettes non pelées, - 4 ou 5 tomates (saint-pierre si vous en trouvez), - 5 ou 6 pommes de terre, - 500 g de pâtes genre petits macaronis, - 3 litres d'eau, - 2 cuillerées de gros sel de Camargue.

Pour le "pistou" : - 2 pieds de basilic à grandes feuilles, - 10 gousses d'ail, - 1 cuillère à café de sel fin, - 200 g de parmesan ou d'edam râpé (évitez le gruyère qui fait trop de fils), - 2 décilitres d'huile d'olive.

 

Les vins conseillés:

La soupe au pistou est un plat très parfumé qui se sert très chaud, en période estivale ! Il faut donc l'accompagner d'un vin frais, léger, gouleyant et, lui aussi, parfumé. Les vins rosés sont parfaits.

En Côtes-du-rhône: rosés de Tavel, de Chusclan, de Travaillan, de Camaret, de Suze-la-Rousse, du Ventoux, du Luberon, des Costières-de-Nîmes, de Saint-Désirât, de Bouchet, de Nyons, de Bollène, de Roaix, de Saint­-Pantaléon-les-Vignes.

En Coteaux du Languedoc: rosés de Cabrières, de Faugères, des Corbiè­res.

En vins de Provence: les rosés de Pierrefeu, Brignoles, La Selle, Ollières, Saint-Zacharie, Tourves, Tavernes.

 

(1) Avoir les arcanettes .. faire preuve d'une certaine irritation.

 

Nonidi 29 thermidor 222

Illustration originale Vincent Barbantan

 

04/08/2014

Nuit du 4 août : abolition des privilèges ? Voilà une copie à revoir d’urgence…

nuit 4 aout.jpg

 

 

 Plus que la prise de la Bastille, c’est dans la nuit du 4 au 5 août, à l’Assemblée Constituante, qu’est née véritablement la Révolution française.

 

Un noble, le Vicomte de Noailles, est monté à la tribune. Devant un auditoire subjugué, il a proposé de « proclamer l'égalité de tous devant l'impôt, de supprimer purement et simplement les corvées, mainmortes et autres servitudes personnelles, et de déclarer rachetables les autres droits ». Un immense enthousiasme s'est emparé de l'assistance. Les orateurs se sont alors succédés, avançant pêle-mêle de nouvelles propositions : abolition du droit de chasse, de l'esclavage, libération des Noirs, accès de tous aux fonctions publiques... Quelques membres du clergé ont même demandé la suppression de la dîme. Les députés se sont congratulés en pleurant.... »

 

Enfin, faut voir… Les nobles, s’alliant pour la circonstance au tiers-état, ont proposé surtout d’abolir les privilèges…du clergé ! Pour leur rendre la monnaie, le clergé a soutenu le tiers-état pour abolir les privilèges…des nobles ! Mais on s’en fout, l’important c’était que les privilèges tombent. L'Histoire a retenu de cette fameuse nuit, cette volonté commune de mettre en pratique les idées généreuses d'Egalité et de Fraternité qu'avaient auparavant développées quelques philosophes. Le 11 août ce fut fait : un décret mettait fin au régime féodal.

 

Mouais… Tout est à refaire !

 

Vous êtiez membre du « premier cercle » sous Sarko ? Vous êtes ancien de la promotion Voltaire de l’ENA sous Hollande ? Vous rencontrez discrètement un ministre bien en place et voilà que disparaissent vos problèmes fiscaux… Ou alors il faut vraiment pousser le bouchon trop loin comme Cahuzac.

 

Vous êtes député ou sénateur ? Vous bénéficiez d’avantages, d’émoluments, de retraites à faire baver le prolo.

 

Vous êtes patron-voyou du Caca-rente ? Vous pouvez vous gratifier d’un salaire dépassant de 300 fois le smic et de retraites à hurler…

 

On baigne, on grenouille, on se vautre dans une manière révoltante de faire de la politique : celle des réseaux d’influence, des amitiés bien placées, des magouilles public-privé, des grosses fortunes qui font joujou avec les responsabilités électorales. Sans oublier…les « nobles » qui pérorent en haut du Caca-rente. Il faut croire que la partie-cul(e) est plus importante que la partie-tête…

 

Alfonse Allais disaient : « Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Être « de quelque chose », ça pose un homme, comme être « de garenne », ça pose un lapin » !

 

Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira…

 

Qu’est-ce qu’on attend ??? La Marseillaise ne dit-elle pas « Aux armes, citoyens » ?

 

Sextidi 16 thermidor 222

 

Illustration X – Droits réservés

 

30/07/2014

Allez, un peu d'anti-étazunisme primaire.

USA vautour.jpg

Sanctions contre la Russie. Ça y est, ils ont agité leurs petits bras les Européens. Et ils ont pris des sanctions ! Ah mais ! Santions dictées par leur maître, le grand méchant Yankee. Des « gels d'avoirs bancaires », l'interdiction de séjour à quatre proches de Vladimir Poutine et trois sociétés. La liste noire de l'UE comprend actuellement 87 personnes et 20 entités. Les entreprises russes auront un accès limité aux crédits des banques européennes. Il va trembler le Poutine ! En léchant le cul des USA, les européens se punissent au moins autant qu'ils ne punissent la Russie ! En plus, le faux-cultisme règne : rien sur le gaz (les Allemands en ont trop besoin), rien sur les navires Mistral (la France ne va pas se couper un bras et perdre un bon partenaire commercial et un ami pour faire plaisir à Barrack Blackbush.) Tout ça pour soutenir un gouvernement ukrainien plus ou moins fachos venu au pouvoir suite aux troubles fomentés par la CIA et d'autres officines nuisibles étazuniennes pour que l'Otan puisse un peu plus menacer la Russie...

 

 

Faillite de l'Argentine. Ce pays a eu le courage de dire Merde aux banksters étazuniens et les a poussés à ravaler leurs prétentions en acceptant une décote de 65% de leurs créances douteuses sur ce pays. 93% des créanciers ont signé. Reste 7% parmi lesquels des « fonds-vautours » - des voyous qui ont racheté de la dette argentine à très bas prix pour spéculer et prétendent maintenant se faire payer en faisant une méga-culbute de fois 20 ou fois 30 ! Un tribunal, évidemment étazunien, condamne l'Argentine à payer 1,33 milliards de dollars. Ce n'est pas ça qui ruinera l'Argentine. Mais sa présidente les a bien pendues et leur dit : Tè ! Fume... Car si elle paie ces voyous, tous les autres, ceux qui ont accepté une énorme décote, vont rouvrir le dossier. Ce qui mettrait l'addition à 120 milliards. Puis quoi encore ! N'oublions pas que voler des banques, et des banques étazuniennes en plus, ce n'est que de la récupération. Arriba Argentina !

 

 

Chaos en Libye. Regardez-les les fiers-à-bras. Ils foutent le camp de Libye la pète au cul ! Les Etazuniens mais aussi les Rosbifs et...nous ! Nous qui avons envoyés nos Mirages et nos Rafales pour « sauver Bengazi d'un bain de sang » ! La France de Sarko agissant en la matière en pitbull des USA. Résultat: le chaos intégral dans ce pays, le pillage de ses énormes arsenaux et dépôts d'armes au profit de tout ce que la région compte de terroristes. On en vient à regretter Kadhafi qui était peut-être un bouffon mégalo mais qui a toujours maintenu l'unité de son pays. Á coups de triques peut-être, mais avec efficacité.

 

 

Elimination des chrétiens d'Irak. Là encore, on en vient à regretter Saddam qui, lui aussi, n'était pas un tendre, mais qui – soyons cynique - moyennant quelques centaines d’exécutions par an, assurait l'unité de son pays et la paix entre toutes les minorités religieuses et ethniques. Les konneries, les mensonges, la guerre destructrice menée par les USA ont saccagé l'Irak, ruiné son économie et déclenché des guerres civiles intestines récurrentes. Résultat : des fous de dieu, genre talibans, incultes et sanguinaires, prennent le pouvoir, instaurent la charia et menacent les minorités, en particulier les chrétiens d'Irak. Le choix : la conversion à l'islam, sinon la valise ou le cercueil. Bravo les Zétazunis !

 

 

Anéantissement des Gazaouis. Comment ne pas avoir la rabia lorsque l'on voit des familles entières massacrées sciemment, méthodiquement par une armée puissante utilisant contre des populations civiles martyrisées des armes sordides : bombes à fragmentation, à fléchettes, et selon certaines sources obus et bombes au phosphore et à l'uranium appauvri... Ceci sous les applaudissements goguenards de ces colons voleurs de terre qui se réunissent le soir sur les hauteurs surplombant Gaza, et trinquent à chaque explosion ! Comment se fait-ils que les Zétazunis – et leurs caniches belliqueux, la France et le Royaume-Unis – n'envoient pas leurs missiles Tomahawks pour les uns, leurs Rafales, Mirages et Eurofighters pour les autres ? N'y a-t-il pas là un « bain de sang » plus réel que celui qu'ils « craignaient » en Libye ? Seulement voilà : Israël est le pittbull des Etas-Unis au Proche-Orient...à moins que ce soit l'extrême-droite bornée (pléonasme!) qui gouverne Israël qui tienne, par lobby interposé, la laisse des Zétazunis. Ah ! Au fait, il y a d'énormes réserves de gaz et même du pétrole au large de Gaza.

 

Mondo cane !

 

Primidi 11 thermidor 222

 

Illustration X - Droits réservés